Le feuilleton de l'été 2009

Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 14 Juin 2009, 10:09

Parce que c'est vous voici, en feuilleton, un petit roman que j'ai écrit en 1992 . C'est moi qui joue dedans 8-)
ça s'appelle "Big Bang"

1.1 Le Départ


Le verdict était prononcé : "Expulsé de la dimension 24 pour séjour irréversible dans un feuillet d'univers non encore exprimé".

En clair, le grand Magellan et son conseil m'envoyaient dans le néant, le vide total, le grand Rien.

La sentence ajoutait :

"Kuhing doit prouver qu'il est capable de recréer l'œuvre de Dieu comme il le sous-entend. S'il y parvient, il pourra revenir nous le dire par ses propres moyens dans notre feuillet d'univers d'angulation 24"

Je fus éconduit du palais du conseil par deux frères en formation de sagesse. Dehors, la clarté était toujours la même, La vie allait calmement et nous nous installâmes dans une bouée de transport pour rejoindre la vallée bleue. Le voyage fut bref, à peine deux unités pour survoler notre grande ville de Ghya et atteindre la base spatiale supra-galactique.

La bouée se posa près du site de départ. Les deux frères échangèrent un court regard qui exprimait leur peine de me voir partir puis me confièrent à l'équipe des ingénieurs navigants supra-G. Je fus installé sans un bruit, seul, dans le caisson lenticulaire à propulsion Magnéto-Hydro-Dynamique. Je regardais une fois encore à travers le hublot la vallée bleue qui s'étendait à perte de vue sans même plus porter attention aux Drhyz qui s'affairaient alentour. Après tout, je ne leur en voulais pas. Ils ne faisaient qu'appliquer la décision du conseil supérieur. Je dis adieu à la belle planète sur laquelle j'avais vécu, aux étoiles rouge-pâle qui nous chauffaient doucement, à la dimension 24 qui n'avait vu grandir.

Je n'eus pas plus de temps pour y penser. Le vaisseau télécommandé décolla sans secousse et deux unités plus tard, Drhyz 08 n'était déjà plus qu'une petite balle grise qui s'éloignait jusqu'à disparaître. Je passais bientôt sur l'axe de Wolf, l'étoile la plus proche, puis je vis Loan pointer à travers un hublot latéral de ce que les terriens appellent une "soucoupe volante". Ce n'était certes pas mon premier voyage supra-galactique mais, cette fois-ci, le retour n'était pas assuré. Je concentrais mon attention sur cette traînée d'étoiles brillantes vers laquelle mon aérodyne filait silencieusement. Ensuite était I 'inconnu.

En moins de sept unités je parcourus 29 années-lumière. J'avais pour cela déjà changé 2 fois de feuillets d'univers. Les ingénieurs auraient pu programmer le vaisseau pour m'exclure de la dimension 24 au premier basculement, mais le conseil préférait que je sorte d'abord de la galaxie Ixa, pour être bien sur. J'étais parti pour un voyage de 42 unités avant le renversement définitif ; cela me laissait le temps de penser à mon histoire. Je repassais dans ma tête la théorie et les calculs qui m'amenaient à la possibilité de recréer ce que Dieu seul avait pu réaliser : un big-bang avec la naissance d'un nouvel univers.

à suivre
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede willio » 14 Juin 2009, 10:33

La suite, la suite !!

Image
willio
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 14 Juin 2009, 10:39

willio a écrit:La suite, la suite !!
Image

J'avais prévu un chapitre par jour mais devant tant d'insistance j'envoie le deuxième.
Mais la suite ce sera demain seulement !


1.2 Mon histoire sur Drhyz.


J'étais né voilà 33 N.U. sur la planète 08 du réseau Dhryz. Cela signifiait que j'avais consommé le quart de ma vie J'avais choisi un travail "abstrait". Mon père faisait partie de l'équipe de recherche du comité scientifique du grand Magellan, et c'est sans doute ce qui m'avait donné le goût du fondamental. Contrairement aux terriens, je n'eus qu'un seul parent. Il mourut 0,6 M.U. avant le début de cette aventure.

Les Drhyz n'utilisaient plus la sexualité pour se reproduire. Après une étape transitoire de type parthénogenèse, un pseudo-hermaphrodisme avait été transmis par manipulation génétique. Une dégénérescence des gamètes femelles avait menacé notre espèce d'extinction au début des temps téta2, et il avait fallu programmer la procréation. Pour garder une différenciation individuelle, une variation des codes s'opérait selon une technique de combinaison aléatoire de l'ADN des deux cellules mères - Les principes généraux de la vie organique demeurent en effet constants dans tous les angles cosmiques. Notre génie génétique avait sélectionné un clonage quasi-parfait, et chaque Drhyz se situait an même niveau que le Grand Magellan. Notre Grand Magellan restait cependant choisi par tradition dans la même lignée de descendance. Il servait de décideur suprême pour la population lorsque l'ordinateur central ne pouvait plus donner un avis.

Notre société Drhyz était de type égalitaire mais sans les désavantages des expériences connues par les Terriens ou les Vossiens dans leurs civilisations respectives. L'évolution vers un tel type de structure nécessitait une très longue maturation lorsque les événements se déroulaient naturellement. Nous appelions notre système social "société en bouquets ", parce que son fonctionnement schématiquement représenté, rappelait un assortiment de fleurs coupées connues de certains d'entre vous, et que nous aimions aussi dans notre réseau Drhyz. Son principe était élémentaire nais nous savions ici à quel point la simplicité est difficile à atteindre.

Je l'ai dit, les Drhyz jouissaient d'un niveau de compétence et de responsabilité sensiblement égal, chacun pouvait tout faire. Les centres d'intérêts et les affinités personnelles n'étaient cependant pas identiques tout au moins au même moment. L'ordinateur organisait les volontés individuelles en tenant compte de la bonne marche de la collectivité. Ce principe de fonctionnement atteignait une certaine perfection puisque, depuis son adoption par le conseil du grand Magellan Mu, la population, stabilisée à 30 milliards de Drhyz et répartie sur une centaine de planètes de notre système astral, ne connaissait plus de conflits sociaux. D'un point de vue économique, ce que des terriens appellent " plus- value " dans leurs sociétés primitives n'existait pas. L'ensemble de la richesse produite se répartissait selon un principe d'ailleurs retrouvé par le terrien Engels : " A chacun ses besoins, à chacun ses moyens ". Les moyens étant sensiblement homogènes, les besoins stabilisés étaient satisfaits à 100,02 % pour éviter toute pollution inutile. La capacité de production réelle correspondait à environ trente mille fois celle du nécessaire, forces productives à rendement maximal. Un Drhyz travaillait ainsi un vingtième de son temps disponible pour la collectivité, que ce soit à la production agricole, industrielle, culturelle ou scientifique - de quoi faire méditer les terriens Marx ou Taylor, ou encore le Vossien XIGA.

Notre espèce Drhyz avait donc résolu bien des problèmes au cours de son évolution. Il en restait cependant un qui perturbait sa sérénité : Dieu et sa problématique. Cette question qui avait amené à la destruction de toute la civilisation "Atlanta" dans une proche galaxie avait chez nous, provoqué le suicide de plus d'un milliard de Drhyz durant les temps téta3. Depuis, le conseil du Grand Magellan optait pour une sage fermeté. La position officielle, installée dans la mémoire de l'ordinateur central, se résumait ainsi :

" Dieu a créé tous les feuillets d'univers connus ou à découvrir. Il demeure cependant possible pour tout Drhyz d'avancer une théorie contradictoire à condition que l'impétrant s'engage à la démontrer par des faits palpables dans la réalité de la dimension d'univers de notre angulation 24."

J'aurais pu continuer à me taire. Je choisis pourtant de proposer ma théorie du feuillet synthétique à la collectivité, et l'ordinateur central inscrivit ces mots terribles.

" Problématique de Dieu, Impossible d'analyser les éléments présentés."

Alors commencèrent les interminables convocations, séances et délibérations du conseil du Grand Magellan, qui aboutirent à mon expulsion de notre galaxie et de la dimension 24.


à suivre
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede CARNUS » 14 Juin 2009, 17:23

Excellent, génial, surtout le fait d'imaginer une société libertaire dans le future, Bravo Kuhing !

Je me permets d'illuster ton superbe feuilleton par une image saisissante de la galaxie Ixa (M31)

Image
CARNUS
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede conan » 14 Juin 2009, 19:36

Kuhing bravo ! Bientôt édité dans la collection "Nos futurs" des Editions libertaires ? :)
(Carnus, si tu aimes la sf philosophico-libertaire, je te conseille vivement la lecture de François Dibot !)
conan
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 15 Juin 2009, 06:01

conan a écrit:Kuhing bravo ! Bientôt édité dans la collection "Nos futurs" des Editions libertaires ? :)

Merci. Je suis effectivement + de la tendance "nos" que "no"
la suite :


1.3 Arrivée à la frontière


Arrimé sur le siège de la cabine de navigation de mon vaisseau spatial, je regardais défiler l'espace en vision directe, les récentes découvertes concernant le traitement en structures cristallines des métaux lourds permettaient une parfaite transparence de la partie supérieure du caisson. La loge qui m'enfermait contenait une substance minérale opalescente dans laquelle je baignais. Lorsque l'accélération devenait trop forte pour ma résistance cellulaire, cette gélatine se solidifiait et immobilisait ma combinaison spatiale. Grâce à cette technique, les premiers vols pro-luminiques habités devinrent possibles et nous pûmes explorer les galaxies pour découvrir les nombreuses espèces vivantes qui peuplent les univers.

Des soleils carmins et des astéroïdes gris se succédaient à grande vitesse à travers le dôme de mon vaisseau. L'ordinateur de bord calculait en permanence la trajectoire en fonction des obstacles se présentant sur notre chemin et, je surveillais les signaux de route représentés en hologrammes dans la sphère de contrôle. Un réacteur à fusion nucléaire propulsait la machine à une vitesse de 30 Dr/unité, mais le gros de la distance se parcourait par renversement dans un autre feuillet d'angulation d'univers. Temps ws6, l'ordinateur annonça ce prochain basculement. La représentation immédiate de la position de l'aérodyne s'inscrivit dans la sphère de contrôle. Je visualisais l'étoile FP 6Zl par un hublot à ma droite ainsi que son système planétaire que je traversais ; un clignotement bleu au bord de la sphère signala l'entrée du tunnel de basculement que les terriens appellent "trou noir". Celui-ci était particulièrement étroit puisque de la taille de trois de nos soucoupes. La nef prit alors une accélération supérieure pour amortir le choc de pénétration. Je fus encore immobilisé dans le gel solidifié de la coque de pilotage pendant que les planètes défilaient au-dessus de moi à une allure folle, laissant une pluie de brefs éclairs argentés. Le petit signal sonore m 'avertit que j'approchais du tunnel à vitesse maximale, le basculement était imminent. Le mouvement de la tramée d'éclairs ralentit, se stabilisa puis s'inversa, et je pus observer le flot des particules s'engouffrer avec moi dans le trou noir. Puis comme cela se produisait chaque fois, j'eus cette sensation de décorporation suivie du malaise indicible qui vint s'immiscer au plus profond de mon être. Mes ondes cérébrales furent alors stockées en attente pour éviter tout risque d'absorption. Ce sont là les derniers souvenirs que l'on pouvait avoir lors d'un basculement ; la mémoire se gelait, et les structures organiques se cristallisaient par cryogénie ondulatoire jusqu'à l'arrivée dans I 'autre, dimension. Toute la puissance énergétique de la soucoupe se mobilisait alors pour créer un champ magnétique d'isolement contre les forces considérables du trou noir.

Je repris conscience dans le feuillet d'univers 26, comme l'indiquait l'ordinateur de contrôle. Cette angulation était très semblable à la mienne parce qu'elle provenait d'une ère de formation homothétique. Galaxies discoïdes, étoiles en binômes, je me serais cru chez moi si les distances linéaires n'avaient pas été si contractées. Ma soucoupe volante cibla le tunnel de basculement 95463/126 qui me permettrait d'émerger en F24, à mi-chemin de la frontière d'Ixa. Le trajet ne dura pas plus d'une unité. Le trou noir, voie de passage entre les différents univers, m'avait permis de réaliser un bond que les terriens estiment à 370 années-lumière. Je devais maintenant parcourir un long trajet à vitesse sous-luminique, cette région d'Ixa ne présentant pas de tunnel. L'ordinateur de bord le rappela en indiquant " prochain basculement : 15 U ".

J'étais à nouveau libre de mes mouvements, et j'en profitais pour détendre mes membres engourdis. J'ai en effet des membres, des doigts et une tête comme les Vossiens et les Abliens ou même les Terriens. La forme humanoïde représente la structure vivante la plus avancée que le pluri-cosmos peut engendrer dans ses différents hologrammes vitrifiés. Je suis morphologiquement conçu dans ce moule, mon coefficient masse cérébrale/poids total est, à titre indicatif 1,07 fois supérieur à celui des terriens et, même si mon système pileux est atrophié - mes lointains ancêtres en étaient pourvus - je passerais presque inaperçu dans les rues de Paris.


à suivre
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede willio » 15 Juin 2009, 17:40

J'avoue que là je suis scientifiquement largué par les Drhyz. :lol:

L'histoire de la gélatine qui se solidifie pour ne pas ressentir l'accélération (ou un truc dans le genre si j'ai bien compris) me parait louche... enfin ceci dit pas plus louche que les ondes cérébrales "stockées" ou le champ magnétique d'isolement lors d'un passage d'un feuillet à l'autre via un trou noir... :confus:
Ils sont fous ces Drhyz ! :lool:
willio
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 15 Juin 2009, 17:52

willio a écrit:L'histoire de la gélatine qui se solidifie pour ne pas ressentir l'accélération (ou un truc dans le genre si j'ai bien compris) me parait louche... enfin ceci dit pas plus louche que les ondes cérébrales "stockées" ou le champ magnétique d'isolement lors d'un passage d'un feuillet à l'autre via un trou noir... :confus:

Et pourtant ça marche ! Tu verras que Kuhing va se sortir à peine diminué de ce passage par le trou noir.
Fous ces Drhyz ? oui peut-être.
Mais pas cons 8-)
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede willio » 15 Juin 2009, 18:17

Hum... tant mieux si Kuhing s'en sort, mais faudrait quand même qu'un jour ils nous fassent un cours de physique tes Drhyz, équations à l'appui, sinon ils vont vite passer pour des charlatans ! :religion:
willio
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede CARNUS » 15 Juin 2009, 18:43

Excellent, je suis suspendu au fil de l'histoire comme l'araignée en train de tisser sa toile sous le soleil du printemps provençal.

Et un trou noir, un :

Image

arf!
CARNUS
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 16 Juin 2009, 05:55

La suite:

1.4 Dernier basculement


Cela faisait 38 U. que j'avais quitté Drhyz 08, mais Il me semblait avoir vécu une éternité de solitude. L'aérodyne poursuivait, lui, sa route sans état d'âme et le voyage allait arriver à son terme. L'ordinateur signala ma position dans la sphère de contrôle et le bip annonçait déjà ce tunnel d'où je ne devrais peut-être pas revenir. Un doute m'envahit soudain : je revoyais bien toute ma théorie du "feuillet synthétique" mais les équations se mélangeaient dans ma tête. Pourquoi avais-je osé affronter le Grand Créateur ? Pour cela, il me réduirait peut-être à néant dans moins de quatre unités.
L'entrée du tunnel approchait, et l'accélération du vaisseau m'immobilisa dans le gel. Tout se passa exactement comme pour les basculements précédents à la seule différence que l'ordinateur inscrivit :

" Système de stockage cérébral déconnecté I Angulation d'émergence Inconnue."

J'allais bientôt assister en direct à ce qu'aucun être matériellement vivant n'avait rapporté. Le sens de la pluie d'éclairs, attirée par le grand aspirateur, s'immobilisa à nouveau et prit la même direction que mon vaisseau. Je vis pour la première fois le champ magnétique entourer la soucoupe avec une telle puissance que les franges ondulatoires formées de particules de matière expulsée, donnaient au dôme transparent une étrange chevelure lumineuse. L'instant suivant, je franchissais le seuil du tunnel.

Je ne ressentis pas le malaise de décorporation, et je vivais encore. Le gel de la coque de pilotage se liquéfia puis fut instantanément aspiré dans ses conduits. J'en déduis l'arrêt du vaisseau. J'avais maintenant l'impression de reposer sur une matière stable mais le champ magnétique isolant m'empêchait de distinguer quoi que ce soit par le dôme ou les hublots latéraux. L'ordinateur du bord indiqua :

" Immobilisation : Zone indéterminé./ Température hors-champ : indéterminée. / Temps chronologique : : Indéterminé. / Pressurisation caisson : Normale / Gaz intérieur caisson : Normal. "

Je déconnectais le harnais de sécurité magnétique qui collait ma combinaison spatiale au siège, l'apesanteur artificielle permit de me lever. Enfin, je pus me débarrasser du casque transparent moulant les formes de mon visage et faire quelques pas dans la salle de navigation. Tout était étrangement calme, malgré, cette lumière intense que le champ magnétique projetait à l'extérieur. La première étape était franchie puisque j'étais resté vivant et conscient à l'intérieur même de ce mystérieux trou noir. Je devais cependant aller vite : La coque magnétique qui me protégeait ne serait plus alimentée dans 2 U. ; après je serais désintégré. Sans plus attendre, je saisis le petit conteneur où devaient se trouver les instruments que le conseil supérieur du Grand Magellan m'avait accordés pour l'expérimentation de ma théorie sur les feuillets synthétiques : un petit canon à nano-ondes pulsées, un réflecteur â fusion mésonique, et un simple prisme en nitronium stabilisé. Je l'ouvris.

Je dus me rendre à l'évidence de ce qui se présentait devant mes yeux ébahis : la boite était parfaitement vide, aucun de ces outils ne se trouvait là. J'étais stupéfait : le conseil du Grand Magellan avait failli à son engagement ; jamais un document n'avait rapporté un tel fait dans l'histoire de la civilisation Drhyz.

Ils avaient choisi de se débarrasser de moi, au prix de la violation du principe sacré de la parole donnée.

à suivre
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 17 Juin 2009, 07:43

2.1 Rencontre avec les Dieux

Il ne me restait qu'une unité de temps pour trouver la solution qui sauverait ma petite vie organique ; sans sa gaine magnétique, mon vaisseau serait réduit à néant instantanément. J'essayais de maîtriser ma peur, je m'assis devant la sphère de contrôle où ne s'inscrivait plus que le compte à rebours de l'extinction du champ qui me protégeait. Je mis les deux mains sur mon visage et je fermais les yeux en pensant encore à mon encombrante hypothèse. Ma théorie consistait à focaliser un faisceau d'énergie d'un trou noir, au moyen d'un réflecteur à fusion mésonique. Il me suffirait de le placer dans un petit caisson télécommandé et d'y associer un flot de nano-ondes pulsées. Alors, l'angulation du Big-bang créé par la fabuleuse énergie concentrée, devait être orientée, juste avant l'explosion, à travers un prisme de nitronium. Tout cela était finalement assez simple.

Les équations se succédaient à grande vitesse dans ma tête. J'y avais travaillé avec un tel acharnement que tout était mémorisé. Les gros calculs concernant la décompression spatio-temporelle avaient occupé presque 5 M.U. de ma vie. Ils défilaient pourtant avec une régularité qui finit par m'étonner.

Soudain, je vis mon père assis dans son laboratoire de recherche puis son image se mêla à celle du palais du conseil du Grand Magellan. L'instant suivant, la sphère de contrôle indiqua : " Extinction du champ -0,2 U."- Je n'avais cependant pas retiré les mains qui cachaient mes yeux.

Des visions se succédaient maintenant avec une vitesse croissante, et je percevais la planète Drhyz O8 à la fois dans sa globalité et dans le détail de tous ses reliefs, de ses mers, de ses villes, et même de chacune de ses habitations.

L'image s'élargit l'instant suivant à l'ensemble du système astral Drhyz avec nos deux soleils WOLF et LOAN que j'avais croisés quelques unités auparavant. Je percevais dans une intégralité spatiale et temporelle ces structures cosmiques qui s'élargissaient de plus en plus. Pourtant, je gardais la conscience de moi-même et je compris alors ce qui m'arrivait.

J'ouvris les yeux, Le vaisseau spatial avait disparu et je me trouvais en suspension dans un vide absolu. Seule la faible lueur que mon corps irradiait, me permit d'apprécier le noir complet qui m'entourait. Le silence était si profond qu'il me semblait pouvoir le toucher. Aucune angoisse ne me troublait cependant, j'étais plutôt envahi par un sentiment que je vivais pour la première fois : une complète certitude. Je regardais ma main et j'eus la confirmation de ce que j'avais compris : elle était devenue un reflet virtuel, un hologramme simplifié. Je l'approchais de mes yeux, et je pus distinguer à travers la peau, les structures osseuses, et mon sang circuler dans les veinules. Je pris ma main dans l'autre, mon corps avait perdu toute consistance matérielle. Ces observations validaient ma théorie du feuillet synthétique qui ne nécessitait plus d'outil pour l'expérimenter : sa simple formulation mentale avait permis d'accorder mes ondes cérébrales en phase avec la vibration essentielle du Grand Architecte. Je me trouvais dans l'antichambre de la demeure du Créateur qui projetait l'image vivante que je voyais de moi. Je levais les yeux et je me mis à regarder droit devant ; je savais que la porte ne tarderait pas à s'ouvrir. L'image d'un Vossien prit alors forme à ma droite, je reconnus Alia représenté sur les temples de la planète Vos, dans la dimension 56. Puis ce fut le Terrien Jésus dont le corps sortit du néant avec ses yeux qui me souriaient. Enfin CATEWOS de la planète Crya et l'Ablien Héxié se formèrent à mon coté gauche. Les quatre fils-achevés de Dieu, engendrés par le pluri-cosmos, m'entouraient d'une présence diaphane puis, je sentis mes ondes cérébrales se mélanger aux leurs. Alors, tout s'éclaira d'une lumière douce mais intense. Comme si je dominais la scène, je perçus nos cinq corps former un cercle. En son centre, le point d'où irradiait la lumière capta nos attentions. J'étais en présence de la source d'émergence de tous les feuillets d'univers, certaines civilisations l'appellent " Dieu ".

à suivre
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede CARNUS » 17 Juin 2009, 19:25

Image

Image

Image

arf !
CARNUS
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 18 Juin 2009, 06:27


2.2 Dialogue avec l'essentiel.


"Bienvenue, Fils direct. Te voilà parvenu jusqu'à nous après de bien nombreuses d'épreuves surmontées. Kuhing, tu es la cinquième représentation achevée de ce que je suis, et il a fallu 77.000 Y.M.U. pour que nous puissions dialoguer directement. Ton cadet Jésus pourrait dire que 276 milliards d'années ont suffi pour t'engendrer et, si tu es le dernier arrivé ici, tu es le plus âgé de tes quatre frères. ".

Dieu s'adressait à moi comme mon père aurait pu le faire. Il me semblait d'ailleurs reconnaître son intonation et son schème de pensée. Je savais que le feuillet 24 était l'un des plus anciennement créés, notre Big-bang ayant été évalué à 75.000 Y.M.U., mais son propre initiateur m'en annonçait maintenant l'âge exact. Je représentais le fruit d'une de ses plus anciennes semences et, avec les frères qui m'entouraient, le reflet le plus précis de ce qu'il était. Je compris que la tâche n'avait pas été si simple, même pour celui qui était à l'origine de tout ce qui existe. Il lui avait fallu prévoir les plus infimes détails du déroulement des événements pour qu'à partir de cet éclair d'intelligence pure, une vie organique engendre un jour une nouvelle spiritualité capable de s'adresser à lui, ce dialogue étant nécessaire. Je compris la cause de cette disparition supposée de deux feuillets d'univers antérieurs à la formation de ma dimension 24 : le rayonnement fossile d'un Big-bang avait bien été enregistré lors d'envois de sondes dans les angulations 12 et 18 mais F12 et F18 ne contenaient que du vide. Dieu avait, cette fois, mal fait ses calculs et ces univers instables s'étaient à nouveau contractés. Mon feuillet 24 avait été le premier capable d'engendrer la vie et l'intelligence mais le temps de maturation durait trop longtemps. Il fallut alors modifier les données jusqu'à la création de l'angulation 57 et l'apparition de la vie intelligente 14 milliards d'années seulement après son Big-bang. Les scientifiques de la Terre savaient bien qu'un seul milliard de leurs années après la formation de leur planète avait permis l'émergence de la vie organique dans ce plus jeune des univers. Toutes ces informations me venaient spontanément à l'esprit. Dieu osait nous avouer ses faiblesses, ses imperfections, et ses erreurs. Comme nous, simples mortels, il avait dû de nombreuses fois revenir sur le métier et, parmi les cinquante sept feuillets d'univers qu'il avait créés, 33 seulement avaient engendré une vie organique ; cinq, une vie intelligente. Les quatre enfants-Dieux sourirent lorsque cette information circula dans nos esprits connectés. Je venais de rejoindre le Grand Créateur après 33 N.U. d'existence sur la planète Drhyz 08, ALLA avait à son arrivée ici 33 Vig, Jésus 33 années. Nous avions tous quitté les mondes matériels à un âge correspondant au nombre d'univers féconds. Dieu ne manquait pas d'humour et nous étions cinq parce que ce chiffre correspondait au nombre de civilisations ayant conduit à la spiritualité, recherchée entre les trente millions de milliards d'espèces vivantes créées. Je faisais partie de ce substrat essentiel mais, plus encore, j'étais le dernier élément du puzzle qui pourrait enfin donner à Dieu son véritable jumeau, celui qui à son tour provoquerait le Big-bang de l'Unification Les regards de mes quatre frères convergeaient sur moi, j'étais le seul à être parvenu par mes propres moyens dans le royaume divin. Catewos, Alia, Jésus et Héxié avaient été amenés ici par le doigt du Créateur jugeant que leur spiritualité était accomplie ; mais celle-ci n'était que le résultat d'une combinaison favorable, par hasard, de leur génome. Seul, moi Kuhing qui avait retrouvé le principe de la synthèse d'un nouvel univers, représentait l'aboutissement naturellement mûri de l'œuvre divine. J'étais la clef du Projet Final.

à suivre
kuhing
 

Re: Le feuilleton de l'été 2009

Messagede kuhing » 19 Juin 2009, 05:51

2.3 Revue

Le moment était venu de faire un tour d'horizon de la situation, et Alia rendit compte le premier de ce qu'avait produit le feuillet 56 d'où il venait La représentation holographique d'Alia s'approchait de la mienne. Debout sur ses deux jambes filiformes mais d'une taille inférieure à celle des autres, Alia arborait un visage aussi blême que glabre. Ses yeux légèrement exorbités, aux grands iris mauves, étaient caractéristiques de sa race issue de la planète Vos. Alia fusionna dans nos esprits la représentation de son univers formé d'amas galactiques relativement homogènes. Un zoom instantané nous amena dans la nébuleuse <G12 près d'un petit groupe d'astéroïdes en orbite autour d'un quasar en extinction. Là s'était développée l'espèce Vos, seul endroit du feuillet d'univers 56 ou la vie avait dépassé le stade de l'être unicellulaire. Le zoom nous approcha encore et nous étions maintenant dans des structures tubulaires construites en titane dépoli et en verre réflecteur. Les plans des zones occupées se succédaient à pleine vitesse, et cette même architecture se répétait partout. Je reconnaissais cette planète Vos que j'avais eu l'occasion d'observer et d'étudier lors de mes périodes d'apprentissage. Les Vossiens vivaient là dans une organisation collectiviste totale orientée vers le développement systématisé d'une technologie froide. Un peu à l'image de ces insectes Terriens que sont les fourmis, les Vossiens construisaient avec une parfaite rigueur un modèle de société carcérale. Nous passions d'une unité de production à des dortoirs interminables, tout était identique mais complètement serein. Avec une régularité sans faille, les Vossiens se rendaient par groupes de 7000 dans les temples du culte où dominait l'effigie de celui que j'avais devant moi : Alia

La prière était sans doute le seul élément qui unissait la civilisation Vos à celles représentées par mes autres frères - fils de Dieu ; tous les autres comportements s'apparentaient à des automatismes. Alia stoppa là notre voyage dans son monde d'origine pour nous transmettre son appréciation :

-" La civilisation Vos n'a certes pas suivi une évolution qui l 'amènerait à rejoindre naturellement le Projet Final cependant, je ne blâme pas mes frères d'origine car, si la maturation spirituelle Vossienne n'a pas la capacité de franchir ce stade embryonnaire de la dévotion, un Vos n'a jamais tué son semblable. Je suis moi-même un accident du phénotype de ma race, mais je revendique en être le représentant, et je reste fier de mon espèce."

Alia baissa les yeux et effaça progressivement sa pensée des nôtres. Mes trois frères semblaient satisfaits de sa déclaration. Pour ma part, tout cela me paraissait encore hors de portée de jugement.

Catewos dut ensuite défendre la cause de son espèce que je ne connaissais pas encore. Il venait de la planète Crya dans le feuillet d'univers 42. Les Drhyz n'avaient jamais voyagé dans cette angulation cosmique à cause de sa dilatation extrême ; l'effet Doppler mesuré par nos sondes y donnait une distance moyenne entre chaque tunnel d'au moins 8000 M.U., le rendant encore difficile d'accès pour notre technologie. L'image de Catewos offrait un aspect plus massif que celui d'Alia. Ses deux jambes étaient plus courtes, mais son torse puissant et droit rattrapait leur taille. Sa grosse tête chauve s'éclairait étonnamment par de beaux yeux aux pupilles argentées. Catewos sourît et enveloppa nos esprits de sa pensée. Nous vîmes la grande galaxie Trza et ses étoiles lourdes ; l'angle 42 était à l'image de Catewos : large. Nous nous arrêtâmes sur une planète gigantesque d'une masse bien supérieure à celle de notre étoile WOLF. Une atmosphère de gaz violet filtrait les radiations infrarouges du pulsar qui la réchauffait. Le relief de Crya était particulièrement mouvementé et ses agglomérations urbaines construites en marches d'escaliers sur les flancs des puissants massifs montagneux. Une végétation luxuriante, rappelant celle des forêts équatoriales terrestres, recouvrait la quasi-totalité du sol, et, de l'unique océan qui baignait les deux tiers de la planète, émergeaient d'extraordinaires arbres dont les lianes s'enchevêtraient. Ce paysage me marqua d'une impression nouvelle, moi qui étais habitué aux vallées en pente douce à dimension Drhyzienne. Catewos nous entraîna avec un zoom plongeant dans une des plus grandes villes, accrochée sur la montagne Sacrée. Les habitations pentagonales Cryennes étaient disposées en quinconce sur chaque palier artificiel et quelques bouées de transport animaient un ciel pastel exempt de nuages. La vie semblait s'écouler tranquillement mais Catewos nous conduisit dans le bâtiment central d'un groupe de maisons. Une femme Cryenne agenouillée assistait dans le plus profond désarroi au sacrifice de son dernier-né. L'enfant fut pulvérisé par le rayon sorti des armes des soldats restricteurs puis ils s'en allèrent simplement. Catewos donna la raison de ce drame en nous transportant temporellement au moment de sa vie sur Crya. Nous le vîmes au sommet de la montagne Sacrée; Une foule invraisemblable venait assister à son élévation dans le royaume des cieux. Catewos annonça que la grâce divine réaliserait la grande Unification lorsque le Créateur aurait ses cinq enfants puis Il se volatilisa dans une gerbe de feu étincelante. Ensuite apparut le visage de ce Cryen qui se proclamait " Prophète des cinq enfants divins ". Les maisons furent alors construites par groupes de cinq selon la nouvelle loi du prophète. Désormais, chaque famille Cryen devait engendrer cinq enfants ; si elle n'y parvenait pas, tous étaient exécutés. Si un sixième nouveau-né arrivait, il était sacrifié.

Catewos dégagea nos esprits du sien, et parla à son tour à nos intelligences :

-" Mes anciens frères Cryens vivaient sans violence avant mon ascension sur la montagne Sacrée. Certes, l'évolution de l'espèce ne pouvait la diriger vers le Projet ; comme Alia je ne suis qu'un accident génétique. Les Cryens s 'entre-tuent aujourd'hui au nom de notre Initiateur, et j'en suis grandement responsable : ils n'étaient pas faits pour connaître l'issue dont Dieu m'avait informé. Je suis coupable du calvaire de cette femme Cryenne, et des souffrances que les autres subissent par ma faute."

Les grands yeux de Catewos brillaient du reflet de ses larmes, et des gouttes de son sang coulaient maintenant sur son visage Mes frères Héxié, Jésus, Alia et moi le regardions sans savoir que dire quand notre attention fut alors à nouveau captée par l'épicentre du cercle que nous formions et, Dieu parla :

" Non, Catewos, le responsable ne peut être que celui qui fut à l ' Initiative, et c'est bien moi. Le bien ou le mal perd son sens quand la direction est juste. Celui qui se prétend prophète sur Crya montre le mauvais chemin à ton espèce mais il est le produit de mes propres erreurs. Héxié vous en montrera d'autres qui affligent sa civilisation, quant à Jésus.

Dieu se tut, préférant appliquer le principe " une image vaut mille mots ", il projeta des photos apocalyptiques de la planète Terre, salissant la douce lumière dans laquelle nous baignions. Nous nous retrouvâmes aux abords d'une ville en ruines, près d'un abri de béton éventré ; des corps d'hommes et d'enfants mutilés débordaient d'un charnier devant leurs semblables en pleurs. Trois militaires à l'épaisse chevelure noire brandissaient sous un soleil de plomb des armes à balles métalliques en vociférant :

" Allah anéantira le Satan américain, Allah Akbar."

Les scènes qui suivaient à toute allure n'étaient pas plus belles. Des hommes au teint ocre et aux yeux bridés jetaient les cadavres de leurs semblables dans des fosses creusées dans le sol. Puis nous vîmes une foule immense d'hommes, de femmes et d'enfants très amaigris que des soldats bizarrement casqués menaient dans des bâtiments d'incinération sur lesquels était inscrit : " Gott mit uns ". Ensuite des Images d ' hommes à la peau pigmentée, pourchassés par des blancs hargneux, me bouleversèrent. Des équipes de Drhyz avaient rapporté de nombreuses informations sur les humains après plusieurs expéditions sur Terre temps Teta4/2 mais Je n'avais pu imaginer une telle sauvagerie chez cette espèce. Jésus baissait les yeux, il portait lui-même, sur ses paumes et sur son front les stigmates de la cruauté de ses frères. Nous étions tous consternés. Alors, la source divine m'informa de la tâche que je devais accomplir.

à suivre
kuhing
 

Suivante

Retourner vers Créations personnelles

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités