Mayotte en lutte

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 22:05

De nouveaux arbres coupés pour renforcer les barrages en ce jour d’élection (vidéo)
Les grévistes avaient prévenu qu’ils entraveraient le bon déroulement des élections législatives partielles et bien ce fut chose faite avec la multiplication d’arbres coupés pour renforcer les barrages. A voir la vidéo ci-dessous filmée du côté de Longoni par Patrick Millan :
... http://www.linfokwezi.fr/de-nouveaux-ar ... delection/

Au 26ème jour de grève général à Mayotte, le périple à pied, avec valises et en belles chaussures, de Daniati Yves, ancienne miss Mayotte, aujourd'hui attachée de presse d'EDM (Electricité de Mayotte) pour aller jusqu'au campement du piquet de grève/barrage de Mirereni protégé par 10 barrages successifs.
Les gendarmes se plaignent de ne pas pouvoir circuler à Mayotte, on comprend pourquoi.
Les grévistes des barrages ont expliqué aux autorités, que s'ils voulaient discuter il fallait qu'ils viennent sur les barrages, mais que eux ne se déplaceront pas jusqu'à la préfecture et que donc tout ce qui est discuté là-bas ne les représente pas.
https://www.facebook.com/luttesinvisibles/


Grève générale à Mayotte - Des moyens pour l’éducation

Communiqué de la fédération Sud éducation

Depuis le 20 février, Mayotte, 101e département français, est paralysé par une grève générale initiée par deux mouvements qui se sont rejoints. D’un coté l’Intersyndicale faisant suite à l’insécurité dont ont fait l’objet les conducteurs de transports scolaires et de l’autre initiée dans l’éducation Nationale par la CGT Educ’action, SUD Education et la FNEC-FP/FO suite à la succession de faits graves de violences dans les établissements scolaires.

C’est bien l’insécurité et les conditions de vie qui sont au centre des revendications de la population. Les actes de violence se multiplient sur toute l’île que ce soit aux abords des écoles, sur les chemins forestiers, les plages et aussi par la multiplication des cambriolages incessants et les menaces sur l’intégrité physique des habitant-e-s, ce qui provoque une situation de ras le bol de la population.

La situation sociale est catastrophique :
Il y a officiellement 265.000 habitant-e-s mais pour certain-e-s on avoisinerait les 500.000.
26 % de chômage dont 47% de chômage chez les jeunes
84% de la population sur l’île vit sous le seuil de pauvreté.
Tout le monde n’a pas accès à l’eau potable !

Pour les élu-e-s de Mayotte il faudrait un choc d’investissement de 1,8 milliards d’euros dont 500 millions pour l’habitat, 480 millions à l’eau potable et à l’assainissement, 480 millions aux constructions scolaires, 238 millions aux routes et transports et 40 millions d’euros seraient dévolus à des équipements sportifs et culturels.

Dans l’éducation

La lutte dans l’éducation a été déclenchée à la base par l’insécurité dans les établissements scolaires depuis la rentrée 2017, notamment dans les lycées de Dembeni et de Kahani (ce dernier est en droit de retrait depuis janvier) Cette insécurité dans les collèges et lycées a été ressentie par la population comme un problème général et global.

Aujourd’hui les deux principales revendications des collectifs des familles et citoyens sont la lutte contre l’immigration clandestine et le « tout sécuritaire » pour Mayotte, en oubliant les revendications sociales dans le domaine de l’éducation, la santé, etc...

La fédération Sud éducation soutient les revendications de l’intersyndicale de l’éducation (CGT Educ’action - SUD Education - FNEC-FP/FO) :
La sécurisation des abords des établissements scolaires, les établissements et les transports scolaires.
La création de postes de surveillants et CPE en nombre suffisant dans tous les établissements de l’île.
Un choc d’investissement dans l’éducation pour Mayotte, notamment dans le domaine des constructions scolaires (1er et 2nd degré).
Tout Mayotte en REP+ : Le passage en REP+ de l’ensemble du département avec les moyens adéquats.


http://www.sudeducation.org/Greve-gener ... e-Des.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede Pïérô » 20 Mar 2018, 16:17

Mayotte : 5ème semaine de blocage

La paralysie toujours à Mayotte. Le 101ème département français en est à sa cinquième semaine de blocage. Une grève générale et des barrages qui disent le ras-le-bol des Mahorais, confrontés à une violence endémique. Une colère que Paris n'arrive pas à apaiser. Le collectif contre l'insécurité appelle à un renforcement du mouvement.

Un dialogue au point mort. Une semaine après la visite de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, l'intersyndicale et le collectif contre l'insécurité à Mayotte ont annoncé un durcissement du mouvement dès ce lundi.

... https://information.tv5monde.com/info/m ... age-226969
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 16:24

Mayotte : des étudiant-e-s bloqué-e-s par la préfecture

Communiqué des fédérations Sud éducation et Solidaires Etudiant-e-s, syndicat de luttes

Des papiers pour tou-te-s les bachelier-e-s et les étudiant-e-s étranger-e-s

Une situation connue et inacceptable

Près de 300 bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s affecté-e-s dans des établissements d’enseignement supérieur à la rentrée sont actuellement bloqué-e-s dans leurs démarches d’inscription par la préfecture de Mayotte. Il n’est pas concevable que la Préfecture ne traite pas prioritairement les dossiers concernés, ne respectant pas le protocole établi avec le vice-rectorat de Mayotte et bloquant de fait les demandes de visas étudiants.

Ces difficultés administratives de poursuites d’études se répètent chaque année alors que la situation est connue et que des protocoles sont mis en place avec le vice-rectorat pour anticiper les délais de traitements des dossiers.

Pourtant, encore cette année, de nombreux étudiant-e-s ne parviennent pas à voir aboutir leurs démarches. Même des étudiant-e-s déjà inscrit-e-s ne parviennent pas à se réinscrire et à faire les démarches administratives pour leurs bourses ou leur logement social.

Nous avons demandé aux Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et au Ministère de l’Éducation Nationale de faire le nécessaire pour que cette situation soit débloquée et que les démarches ne soient entravées d’aucune façon, et ce afin que l’ensemble des bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s puissent poursuivre leurs études en France, que ce soit à Mayotte ou dans l’ensemble du territoire.

Mayotte, un sous-territoire ?

Le projet de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie » qui a été adopté par le parlement, le 1er août 2018, ne fera qu’aggraver la situation avec la restriction du droit du sol à Mayotte et la restriction d’attribution du document de circulation pour étranger mineur à Mayotte.

Le traitement de Mayotte comme un sous-territoire n’est pas admissible. Le mépris de l’État français envers cette île des Comores illustré une nouvelle fois par les propos d’Emmanuel Macron qui a « plaisanté » sur les « kwassa kwassa » doit cesser.
Le droit de toutes et tous à l’éducation et à la poursuite d’études n’est pas négociable. Ce dont Mayotte a besoin, ce sont les moyens à hauteurs des besoins.

Les fédérations Sud éducation et Solidaires étudiant-e-s revendiquent l’attribution de titres de séjour à tou-t-es les bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s à Mayotte afin d’assurer à toutes et tous l’accès à l’enseignement supérieur par tous les moyens appropriés (article 28 de la CIDE)


https://www.sudeducation.org/Mayotte-de ... cture.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 16:22

"Ces personnes sont nos frères, nos sœurs, nos parents"

Nous publions la lettre que vient de remettre au préfet le Collectif des étudiants étrangers de Mayotte exigeant l'application de l'Etat de droit.

Monsieur le Préfet,

"Nous, le Collectif des étudiants étrangers de Mayotte, vous adressons une requête en urgence en vue de trouver une solution à la situation dramatique qui s’abat sur Mayotte.

Depuis le mois de mars, le bureau de l’immigration et de l’intégration de la Préfecture s’est plié aux pressions d’un groupuscule qui a pris les étrangers pour cible. Depuis fin juillet, le service est totalement fermé si bien que nous pouvons prévoir que dans moins d’une année, toute la population d’origine étrangère vivant sur Mayotte sera en situation irrégulière. Ne pouvant renouveler leur titre de séjour, les étrangers malades ont perdu leur droit à la Sécurité Sociale, les étrangers salariés ont perdu leur travail et sont condamnés à l’emploi dissimulé et à l’exploitation.

Ces personnes sont nos frères, nos sœurs, nos parents. Nous-mêmes, jeunes majeurs et nouveaux bacheliers, nous sommes dans l’incapacité matérielle de finaliser nos dossiers de poursuite d’études malgré les engagements passés.

Nous vous rappelons qu’un protocole avait été établi entre le Vice-Rectorat et vos services visant à faciliter la régularisation des bacheliers dans les délais impartis, protocole que vous n’avez pas respecté. Durant toute l’année scolaire, des fonctionnaires du Vice Rectorat, des personnels dans les lycées, ont travaillé sans relâche pour identifier les élèves concernés et établir les dossiers requis. Nous-mêmes, Collectif des étudiants étrangers de Mayotte, avons abattu un gros travail d’information et de conseil. Tout cela en vain. Au début du mois de juillet, suite à une médiatisation, nous avons été reçus par le bureau de l’immigration et de l’intégration. Une bienveillance apparente nous fut réservée, de la bonne volonté fut manifestée, et des jeunes gens ont été convoqués. Hélas, vous n’avez pas été en mesure d’assurer l’accès à la préfecture car vous semblez ne plus le contrôler.

A votre demande, nous avons renoncé à nos projets de manifestations. Pour quel bénéfice alors que le lendemain de notre rencontre, nous, le Collectif des étudiants étrangers de Mayotte, avons été agressés dans les locaux de la Cimade où nous sommes hébergés sans qu’une parole d’appel à la raison ne soit prononcée ? Pour quel bénéfice alors qu’il a suffi qu’un groupuscule qui a pris les étrangers pour cible manifeste devant les grilles de la préfecture pour empêcher le bureau de l’immigration et de l’intégration de fonctionner ?

A notre grande stupeur, nous, Collectif des étudiants étrangers de Mayotte, avons appris par voie de presse que ce groupuscule coupable de voies de faits contre une association, a été reçu par monsieur le Secrétaire général de la préfecture et que des garanties lui auraient été données que le service de l’immigration et de l’intégration resterait fermé. A notre grande stupeur car monsieur le Secrétaire général de la préfecture est précisément la personnalité à l’initiative du protocole cosigné par la préfecture et le vice-rectorat et garante de son application.

Nous, le Collectif des étudiants étrangers de Mayotte, vous demandons instamment que l’état de droit soit de nouveau appliqué à Mayotte.

Aucun des enfants de Mayotte n’est responsable de la situation que vous leur faites payer. Nous sommes en France depuis notre petite enfance, l’école de la République nous a instruits, nous avons appris ses lois et ses valeurs. Nous sommes fiers d’avoir grandi dans un pays qui rayonne dans le monde pour son humanisme et son universalité.

Nous sommes des jeunes majeurs ou le deviendrons dans l’année, nous avons apporté la preuve de notre volonté d’intégration, par notre réussite scolaire et notre succès au baccalauréat et par notre capacité à nous regrouper pour vous rappeler nos droits et vos obligations.

Nous n’avons besoin que d’un titre de séjour, et pour certains d’entre nous un visa, pour poursuivre nos études dans les établissements où nous avons été affectés.

Nous avons apporté la preuve de notre volonté d’intégration dans la République, à vous de faire en sorte que les services de l’Etat fonctionnent à Mayotte, et principalement le service de l’immigration et de l’intégration. Recevez, Monsieur le préfet, l’assurance de notre plus haute considération."

Hairiya Hassani et Nouraida Aouladi
Coordinatrices du Collectif des Etudiants Etrangers de Mayotte


https://www.humanite.fr/ces-personnes-s ... nts-659427
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 25 Aoû 2018, 16:23

La CGT Éduc’action évoque une rentrée « sous le signe de la précarité »

Depuis ce matin, des milliers d’élèves reprennent le chemin des classes. L’occasion pour la CGT Éduc’action d’évoquer cette nouvelle année scolaire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le syndicat n’est pas optimiste, parlant d’une rentrée « sous le signe de la précarité. Précarité pour les très nombreux contractuels, les plus nombreux dorénavant dans le second degré. Précarité juridique également pour les titulaires dont les droits ne sont pas respectés par un gouvernement avant tout soucieux de faire des économies sur leur dos.

Précarité pour ceux qui sont privés de leurs droits et ainsi en situation délicate compte tenu de la fermeture du service des étrangers de la préfecture. Précarité aussi et avant tout pour tous les élèves de Mayotte dont les conditions d’accueil sont toujours plus dégradées et la scolarité toujours davantage au rabais. »

... http://www.linfokwezi.fr/la-cgt-educact ... precarite/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 20 Sep 2018, 21:58

TOUS MOBILISE-E-S pour que les bachelier-e-s bachelier s de Mayotte puissent avoir accès à l’Université !

Communiqué de SUD éducation Mayotte

De nombreux bachelier-e-s à Mayotte ne peuvent à ce jour continuer leurs études, et n’ont pas accès aux études supérieuress qu’ils espéraient :
plus de 300 bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s sont actuellement bloqués dans
dan leurs démarches d’inscription aux études supérieures par la préfecture. Il n’est pas concevable que celle-ci ne traite pas prioritairement les dossiers concernés, ne respectant pas le protocole établi avec le vice-rectorat de Mayotte et bloquant de fait les demandes de visas étudiants.

De nombreux jeunes mahorais sont bloqué-e-s dans leurs démarches pour accéder aux universités, comme beaucoup d’autres français-es qui ont été confronté-e-s à la « désorganisation » de PARCOURSUP… Combien sont-ils exactement ? Combien ont déjà abandonné leurs études à cause de cette machine à broyer qu’est parcoursup ?

Le service de l’intégration, de l’immigration et de la citoyenneté de la préfecture de Mayotte est fermé depuis mars 2018. La fermeture de ce service est une véritable rupture du principe de
continuité du service public. Alors que l’Education Nationale peine à trouver des enseignants,
certains ne peuvent pas renouveler leur contrat faute d’un titre de séjour valide.

Nous revendiquons le respect des engagements et le retour au droit :
- Nous réclamons l’instruction immédiate des dossiers de titres de séjours pour les bacheliers et des enseignants étrangers …

- Nous demandons un bilan précis de Parcoursup à Mayotte et réclamons la possibilité pour les bacheliers de Mayotte sans affectation de s’inscrire dans une université…

L’aide à l’orientation, le suivi d’élève et le partage des valeurs républicaines font partie des
de missions enseignantes. Ce sont aussi celles du vice rectorat.

Si vous vous sentez concerné-e-s, venez au rassemblement devant le Vice Rectorat jeudi 20 septembre à 10h.

PS : Un préavis de grève a été déposé pour faciliter votre venue ainsi qu’une demande d’audience…


https://www.sudeducation.org/TOUS-MOBIL ... ssent.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 22 Sep 2018, 22:07

« Nous ne sommes pas des délinquants ! », clamaient étudiants et enseignants sans papiers devant le vice-rectorat

A l’appel d’une intersyndicale d’enseignants, ils étaient plus d’une centaine à manifester ce jeudi matin devant le vice-rectorat, « une bonne mobilisation compte tenu du climat, indiquait Quentin Sedes, CGT Educ’action, c’est une belle défense de nos valeurs de fraternité ».

Leur mot d’ordre tourne autour de la réouverture du bureau des étrangers, bloqué depuis fin juillet par différents collectifs, en représailles au blocus des expulsions d’étrangers en situation irrégulière par le président comorien Azali.

... https://lejournaldemayotte.yt/nous-ne-s ... -rectorat/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 04 Oct 2018, 17:03

Mayotte : les étudiant-e-s interdit-e-s d’études supérieures

À Mayotte, un nombre significatif de bachelièr-e-s et d’étudiant-e-s sont empêché-e-s de poursuivre leurs études supérieures ou n’ont pas accès à la filière de leur choix.

Les jeunes gens, mahorais ou étrangers, qui ont passé leur bac à Mayotte espéraient, pour la plupart, pouvoir poursuivre leurs études en métropole en raison de l’offre locale limitée tant en termes de places que de choix de formation malgré leur affectation dans Parcoursup.

En ce qui concerne les jeunes mahorais-es ayant obtenu leur bac, il et elles sont confronté-e-s aux mêmes difficultés que tou-te-s les candidat-e-s à l’accès aux études supérieures en France avec la mise en place de Parcoursup.

Mais à Mayotte, en plus des inquiétudes liées à Parcoursup, le sort réservé aux bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s nous préoccupe au plus haut point. Illes sont près de 300 à ne pouvoir s’inscrire, faute d’avoir obtenu à temps leur régularisation des services de la préfecture, dans la filière dans laquelle ils et elles ont pourtant été affecté-e-s. Malgré l’existence d’un protocole d’accord, signé par le vice-rectorat et la préfecture de Mayotte, qui vise à réduire les délais d’instruction des dossiers, la situation ne semble pas s’être améliorée. Pire encore, elle est aujourd’hui totalement bloquée sans qu’aucune disposition pour sortir de cette impasse ne soit prise. Le Défenseur des droits dénonce lui aussi des « atteintes graves » aux droits des étrangers en préfecture.

Cette situation constitue une discrimination scandaleuse et doit cesser !

SUD Éducation revendique à Mayotte :
– l’attribution sans délai de titres de séjour à tou-t-e-s les bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s à Mayotte afin d’assurer à toutes et tous l’accès à l’enseignement supérieur ;
– un bilan précis de Parcoursup à Mayotte et la possibilité pour les bachelier-e-s de Mayotte sans affectation de s’inscrire dans une université ;
– un plan d’urgence pour l’enseignement supérieur et la recherche pour Mayotte : un investissement massif et des recrutements à hauteur des besoins.


https://www.sudeducation.org/Mayotte-le ... eures.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mayotte en lutte

Messagede bipbip » 30 Oct 2018, 19:47

Grève chez Matis, Mamoudzou paralysée

Craignant pour l'emploi, des salariés du transporteur Matis ont décidé une opération coup de poing. En attendant de rencontrer le président du Conseil Départemental, ils bloquent les principaux ronds-points de Mamoudzou à l'exception du rond-point SFR.

Personne n’entre et personne ne sort à l’exception des secours. Avec une dizaine de cars scolaires, les salariés de Matis ont bloqué les entrées sud de Mamoudzou depuis l’aube.
Derrière cette action, des inquiétudes sur l ’emploi en raison de la division annoncée des lots d’attribution du marché des transports scolaires. “Si demain les lots sont refaits, un chauffeur de Matis qui bosse dans le nord pourrait changer d’entreprise, or on sait que des patrons ont parfois du mal à payer les conducteurs, donc on est inquiets, indique Abdilllah M’Guereza du syndicat FO. On est dans une grande entreprise, poursuit-il. Si demain on nous sépare, on a tous nos avantages sociaux qu’on va perdre, par exemple dans une entreprise de moins de 20 salariés, il n’y aurait plus de représentant du personnel ou de comité d’entreprise.”

... https://lejournaldemayotte.yt/greve-che ... 1-4owZ8Eks
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités