Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015...)

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 24 Avr 2018, 11:57

COMMUNIQUÉ DES SANS FICHE

Le jeudi 19 Avril, certain-es d’entre nous ont été informé-es tardivement, voir par hasard, qu’une réunion était appelée au Camps des Cheveux Blancs. L’ordre du jour était : discuter de l’état des négociations après le refus de la COP globale par le gouvernement. Il s’agissait encore d’une énième dernière tentative d’arracher une gestion collective de la zad, cette fois-ci grâce à un dépôt de fiches de projets individuels, nominatifs mais inter-dépendants.

Certain-es d’entre nous ont préféré ne pas ou ne plus adhérer à ces « pirouettes » et nous nous réunissons aujourd’hui pour tenter d’expliquer pourquoi. Pour une partie, la négociation avec l’État n’a jamais été acceptable. D’autres, initialement relativement optimistes ont progressivement perdu toute confiance et enthousiasme ces dernières semaines et mois…

De plus, ce nouveau lâchage de lest a été présenté de telle sorte qu’il fallait que le « consentement », que le consensus des signatures individuelles soit total. Si un lieu refusait cela bloquait tout. Nous avons rejeté et cet ultimatum et ce paradoxe de consentement forcé. Nous prenions position : que notre refus de dépôt de projets ET signatures soit clair et respecté, mais pour ne pas faire barrage au processus, il n’y avait pas de veto.

Tous-tes refusons des pratiques jugées autoritaires, de chantages jouant sur la peur, d’imposition de logiques d’urgence, de lobbying etc, que tout cela vienne de l’intérieur ou de l’extérieur de la zone.

Nous n’acceptons pas que certain-es fassent abstraction de personnes luttant au quotidien contre les normes, qu’elles vivent ici ou ailleurs. Ni que d’autres en situations irrégulières puissent se retrouver muselées…. bien que parrainées.

Nous refusons de nous inscrire dans l’état de droit, collectivement et individuellement.

Nous comprenons ou imaginons bien que certain-es tentent des « petites histoires » légalistes, pour soit gagner du temps, ou re-re-regagner la solidarité d’autres composantes. Mais ici, au vu et déroulé de ces dernières semaines et mois, tout ceci est devenu futile sinon nuisible à nos yeux. On ne se reconnaît pas/plus dans cette stratégie molle.

Même dans le Meilleur Des Mondes, ces projets acceptés mèneraient à la longue très certainement vers le pire : une normalisation qui légitimera untel ou une-telle plus que d’autres à vivre ici.

Enfin, malgré les présentations et les promesses, on a le sentiment que le Légalisme pour Tous ternit d’autres luttes qui elles sont et resteront sans titre, sans chef, sans parcelle, sans frontière…

Merci pour les soutiens, celleux qui viennent et les bonnes énergies.

Une pensée pour tous et toutes nos ami-es blessé-es et/ou incarcéré-es.

Maintenant, débrouillons nous de tous ces « NOUS ». ←-------- ?

https://zad.nadir.org/spip.php?article5684

Sinon,le dialogue a repris sur la zad avec attaque de barricades et lacrymos à la Chèvrerie (radio klaxon)

Bilan médic de la journée du 23 avril : 8 blessé.e.s par des grenades dont 1 trauma abdominal et une atteinte de la face ; une personne brûlée ; trois personnes blessé.e.s par des tirs de LBD (dont une fracture) ; une personne blessé.e par les gaz. Bilan 13 personnes blessé.e.s pour une période de "négociation".

https://zad.nadir.org/spip.php?article5682
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 26 Avr 2018, 07:44

Selon OF, le premier sinistre doit annoncer une "trêve" d'au moins 6 semaines dans la destruction de la zad.
Le encore plus sinistre Gérard Collomb a déclaré que :
"Tout avance calmement, dans la sérénité, comme toujours" 


Probable qu'il va y avoir une flopée de déclarations sur l'infinie mansuétude de l'état, alors qu'il ne s'agit que de Attila et ses huns qui font un break pour le petit dej'

Pendant ce temps, on lâche (du) lest…
Aujourd’hui, mercredi 25 avril, de nouvelles images nous sont arrivées depuis l’Est. Dans un contexte toujours très compliqué pour traverser une simple route (que les flics se targuent d’avoir libérée, mais où personne ne peut passer ! Ce qui n’était pas le cas il y a trois mois…), des copines et copains des bois se sont aventuré.es dans le dangereux-microcosme-des-radicaux- de la zad. Ils y ont trouvé des histoires de vies détruites, des années passées à s’intégrer au paysage balayées d’un coup de pelleteuse, et des salamandres desséchées par le passage incessant des machines dans leur habitats discrètement préservés.


Image

La Boîte noire


Image

Ouchnock


Image

Le Port


Image

la Tour.
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 26 Avr 2018, 09:05

Où est-on (où en suis-je) sur la "zad" ?

Il est désormais vain (et hypocrite) de parler de LA zad, d'UN mouvement et d'UNE lutte, de se cacher derrière son petit doigt, déclarer son"soutien"(à qui ? à quoi?), de maintenir vivante la fable d'un mouvement anti-autoritaire par commodité idéologique.

La réalité depuis l'abandon du projet d'aéroport est bien différente.

Il ne s'agit pas non plus que du lâchage de quelques figures "historiques", les Verchère, Durand, et autres représentant-es et/ou membres d'associations "citoyennistes".

La fracture est plus béante. Le "dialogue" – nom donné à la reddition de l'avenir de la zad, sous condition de normalisation suivant l'oukase macronien – l'a rendue probablement définitive en institutionnalisant les bonn-es set mauvais-es"zadistes" (terme à supprimer du langage car il ne recouvre aucune réalité ni identité).

Autrement dit, c'est encore l'anarchie qu'on assassine. Une fois de plus.

La "zad" va encore avoir quelques soubresauts. Assister à l'agonie, persuadé d'une vie après la mort n'est pas mon truc. Participer à l'illusion que quelque chose continue, non plus. Accepter que des habitats,des vies soient détruites pour que d'autres, déclarées "acceptables" continuent est intolérable.

La "zad" est morte, appelée au mieux à devenir une réserve d'"alternatifs" inoffensifs, pacifiés, une fois que les tribus rebelles auront été neutralisées.

Ceci n'est plus mon combat. J'arrête donc la diffusion des infos ici à moins d'un (improbable) retour en arrière, à une lutte sans concession face à "l'état de droit" :slt:

L’Ancre Noire a été expulsée – rien n’est fini, tout commence
https://ancrenoire.noblogs.org/post/2018/04/24/lancre-noire-a-ete-expulse-prise-de-parole-a-lassemblee-des-usages/
L’ Ancre Noire est une ancienne ferme et centre de ré-insertion CHRS Le Val, occupé depuis l’été 2016, entre le bourg de Fay-de-Bretagne et la ZAD de NddL. Ce squat était un lieu ouvertement anarchiste. Il a été expulsé pendant la “trêve”.

Censure, répression et babillages politicards en direct de la zad de nddl
https://nantes.indymedia.org/articles/41097

Signe ton formulaire et ferme ta gueule
https://nantes.indymedia.org/articles/41063

Et d'autres à venir ….
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 17:19

Suite aux déclarations du premier ministre : les menaces doivent cesser !

La logique de vengeance et de répression du gouvernement sur la ZAD après l’abandon du projet d’aéroport a été extrêmement brutale avec la destruction d’un grand nombre de maison, fermes, jardins, haies... Elle a fait des centaines de blessé-e-s. Elle a aussi suscité de multiples gestes de soutien et de résistance sur le terrain et partout dans le monde. Le mouvement a souhaité faire un geste de dialogue face à la volonté affichée par le gouvernement de poursuivre l’opération par une éradication totale des lieux de vie subsistants. Nous avons déposé et défendu collectivement la semaine dernière un ensemble dossiers nominatifs concernant les divers projets, lieux de vie, d’activités et parcelles prises en charge par le mouvement. La préfecture a alors semblé faire un pas en avant sur le maintien possible des activités et lieux de vie et sur la perspective d’échanges plus constructifs dans les mois à venir.

Mais ce qu’annonce le gouvernement aujourd’hui n’est pas une trêve réelle. C’est un nouvel ultimatum intenable avec le même chantage à de nouvelles destructions, expulsions, tris. En guise de temps pour continuer à échanger sur le maintien des différents projets présentés, on nous annonce une accélération soudaine et injustifiée du calendrier avec un avancement de plusieurs semaines du comité de pilotage, qui laisse augurer d’un examen abrupt des dossiers avec à la clé de potentiels nouveaux coups de tractopelles. Soulignons que ces délais sont absurdes comparativement au temps accordé habituellement pour tout accompagnement de projet agricole entre autre.

L’avenir de la ZAD n’est toujours pas assuré, il va falloir continuer à se mobiliser pour que ces terres restent communes. Nous appelons toutes celles et ceux pour qui l’expérience de la ZAD représente un espoir à rester extrêmement vigilants dans les semaines à venir. Nous nous opposerons à toute nouvelle opération de destruction et de tri. Nos activités et nos vies ne peuvent être jugés à l’aune de purs critères de rentabilité économiques, selon les normes classiques de l’agriculture productiviste ou celles de l’individualisme libéral. Nous continuerons à défendre une vision collective, écosystèmique et solidaire de ce qui se vit et se construit sur la ZAD.

Dans l’immédiat, le dispositif policier doit être levé et les routes doivent être de nouveau circulantes pour nos voisins et la reprise des travaux paysans.




Dévaster en feignant de protéger : les dégats de l’opération policière sur le bocage de NDDL.
Alors que le gouvernement se targue de vouloir protéger la vocation agricole du bocage de Notre Dame des Landes, une enquête filmée avec un Naturaliste en Lutte démontre à quel point l’opération militaire des deux dernières semaines s’est avérée dévastatrice sur le plan écologique.
Non seulement des habitats, des ateliers, des jardins ont été détruits mais le passage répété de blindés, d’engins de démolition et de déblaiement, ainsi que le déferlement de grenades lacrymogènes et assourdissantes ont détruit les talus et les haies, ravagé les champs et prairies (ornières, cratères, etc), et empoisonné la terre.
Par ailleurs, la présence constante des forces de l’ordre, et la menace permanente de nouvelles attaques empêchent la mise en place de travaux agricoles primordiaux à cette saison, les champs étant ravagés et inaccessibles. Les agriculteurs historiques ne peuvent ni épandre le fumier, ni récolter l’herbe nécessaire à l’alimentation du bétail. Les semis indispensables au démarrage des plantations potagères sont pratiquement impossibles. Les plus persévérant.e.s se sont vu.e.s obligé.e.s d’arroser les jardins en portant un masque à gaz à cause des gaz lacrymogènes, ou de passer de multiples barrages policiers avec des brouettes emplies de fumier pour les potagers.
... https://zad.nadir.org/spip.php?article5678
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 22:13

Notre-Dame-des-Landes : Sauver la Zad, résister à l’État capitaliste

Depuis le 9 avril, la Zad de Notre-Dame-des-Landes est devenue le terrain privilégié de la violence d’État. Face à cette répression, le mouvement d’opposition à l’aéroport tente de défendre un capital collectif.

Le gouvernement Macron semble être sur tous les fronts. Des chômeurEs aux étudiantEs en passant par les migrantEs, il multiplie les offensives contre toutes les résistances sociales et contre les plus fragiliséEs. Depuis le 9 avril, la Zad de Notre-Dame-des-Landes est devenue le terrain privilégié de sa violence. Droit dans ses bottes, il n’a pas hésité à déployer une armada de policiers. Une répression qui aurait pu à tout moment basculer dans une tragédie. Les médecins qui travaillent sur place avec les « médics » ont décrit, dès le quatrième jour de l’opération d’évacuation, une situation alarmante, avec plus d’une centaine de blesséEs. Aujourd’hui ils seraient environ 270, dont 10 blesséEs graves. Des plaies causées par des tirs de grenades de désencerclement et particulièrement des flash-balls. 11 000 grenades auraient été lancées, 8 000 lacrymogènes et 3 000 explosives… des chiffres qui en disent long sur le niveau de répression.

Hulot : vert kaki

Face à ce déferlement, la résistance n’a pas cessé et des milliers de personnes ont convergé sur place. Les comités venus de toute la France ont manifesté à nouveau leur soutien en multipliant les actions symboliques. C’est ce qui a notamment permis d’arracher une pause dans une situation intenable pour certains habitantEs, obligés de trouver des hébergements solidaires, leurs lieux de vies étant détruits.

C’est bien cette mobilisation massive qui a poussé le gouvernement à rencontrer une délégation de la Zad le 18 avril. Une rencontre qui s’est toutefois transformée en mascarade de négociation présidée par le ministre fossoyeur de l’écologie Nicolas Hulot.

Après les reniements et reculs en tout genre face aux magnats de l’agriculture productiviste dont le plus récent est celui concernant l’emploi du glyphosate, Hulot s’est fait le chantre de l’ordre capitaliste en vert kaki. Il a non seulement salué ce qu’il appelle « la retenue des gendarmes », mais il aussi précisé, si on ne l’avait pas compris, qu’il ne fallait « pas confondre anarchie et écologie ». Sous-entendu : pas touche à la propriété du capital… La préfecture a rejeté en bloc la perspective d’un nouveau Larazc à Notre-Dame-des-Landes, et le gouvernement a maintenu son ultimatum d’évacuation . Une façon de montrer à l’opinion publique à quel point il peut mater tout le monde… jusqu’à quand ?

Défendre un capital collectif

L’urgence était de stopper les destructions, donc de mettre un coup d’arrêt au cycle infernal des affrontements sur la zone. Et puisque l’injonction – brutalement appuyé – de l’État était : « déclarez-vous ! » il fallait y répondre. C’est ainsi que le vendredi 20 avril, une quarantaine de dossiers individuels ont été déposés en préfecture.

Ces dossiers avaient été, pour la plupart, préparés à l’avance. Mais les présenter était déjà céder à l’injonction d’une activité économique « individuelle », telle que la réclame l’État. Alors que toute activité sur la Zad est collective, et dépendante des autres collectifs de la Zad. C’est ce que les projets rendus publics par le mouvement démontrent : « Rusus molla » est une activité de culture de céréales (froment et sarrasin), de meunerie et de fabrication de galettes. Elle associe trois personnes, dont un ingénieur agronome et un artisan crêpier, se rattache aux pôles « activités agricoles », « distribution » et « activité artisanales » de la Zad. Elle dépend en outre de la ferme de Bellevue pour le fournil, de celle de Saint-Jean-du-Tertre pour le moulin… C’est que sur la Zad, le capital est collectif, et non une propriété individuelle. Ce que certains nomment les « communs ». La différence est fondamentale : l’objectif est que chacun vive, le moyen est l’entraide – à l’opposé du profit et de la concurrence de la « start up nation » version Macron. On comprend les réticences des zadistes à céder aux injonctions de l’État capitaliste !

« Ils ont voulu nous enterrer, ils ne savaient pas que nous étions des graines », dit un proverbe mexicain. Nul ne sait si l’État interviendra de nouveau sur la Zad, ni avec quelle ampleur. Mais chacun sait qu’il s’agit réellement d’une zone à défendre, un zone porteuse d’espoirs.

Sandra Cormier et Bertrand Achel

https://www.anti-k.org/2018/04/25/notre ... pitaliste/


Jeudi 26 avril - 18ème jour d’occupation militaire
https://zad.nadir.org/spip.php?article5710


En cas de nouvelles expulsions sur la zad, appel à mobilisation et à reconstruction

Le 17 janvier, nous remportions une bataille décisive en arrachant l’abandon du projet d’aéroport. Nous avons fait plier l’État, lui a voulu se venger : occupation policière du territoire (toujours en cours), refus buté de toute forme de gestion collective, destruction d’un tiers des cabanes, 270 blessés au moins, 60 interpellations, champs inondés de gaz, 11000 grenades tirées en une semaine...

Malgré ce déferlement de violence, une partie du mouvement a posé un geste d’apaisement en déposant des fiches nominatives en préfecture. Pourtant, le gouvernement n’a pas renoncé aux expulsions. Tous les habitats restent menacés. Le gouvernement ne vise-t-il dans le fond qu’à éradiquer la zad et l’espoir qu’elle soulève ?

Nous voulons toujours un territoire vivant, habité, partagé, solidaire, qui laisse la place à toutes celles et ceux qui veulent y vivre. Nous refuserons ensemble tout nouveau tri et expulsions des lieux de vie et espaces d’activité de la ZAD. La pression policière et les ultimatums intenables doivent cesser.

Nous appelons donc tous nos soutiens à rester extrêmement vigilants et prêt.e.s à se mobiliser sur le terrain pour ceux et celles qui pourrons nous rejoindre immédiatement. Nous encourageons également la poursuite des actions décentralisées qui sont menées par dizaines depuis le 9 avril. En cas de nouvelles destructions des lieux de vie nous appelons à une convergence massive sur la zad le dimanche qui suivrait. Ensemble, nous reconstruirons des habitats et cultiverons des jardins vivriers pour toutes les personnes expulsées. Ensemble, nous rebâtirons les lieux d’activité et de partage détruits.

En ces temps où le gouvernement essaie partout de briser les solidarités et les collectifs, nous adressons un fort message de soutien aux exilé.e.s, aux camarades étudiant.e.s, aux cheminot.e.s, aux postier.e.s en grève et à toutes celles et ceux qui résistent dans d’autres secteurs.

Des lieux de rdv et infos pratiques arriveront prochainement sur zad.nadir.org et https://acipa-ndl.fr/


https://zad.nadir.org/spip.php?article5697
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 28 Avr 2018, 09:23

Le texte Notre-Dame-des-Landes : "Sauver la Zad, résister à l’État capitaliste" publié ci-dessus est l'illustration parfaite de ce que j'appelais ci-encore-plus-dessus "maintenir vivante la fable d'un mouvement anti-autoritaire par commodité idéologique."

Regarder avec recul un important moment de sa vie n'est pas facile. Analyser et prendre position, une position minoritaire, c'est être considéré comme nuire à l'unité d'un mouvement.
Mais le mouvement est mort. Ce qui est nuisible est d'entretenir l'illusion, sur laquelle on ne bâtira rien.

Lorsque je dis "le mouvement est mort", je parle de l'ensemble des occupant-es de feue la "zad". Il existe aujourd'hui une forte majorité et une petite minorité. La première ayant choisi la coopération avec l'Etat. La seconde la refusant.
Elle doit donc "dégager" (au mieux, se taire)

La "zad" aujourd'hui ne résiste plus à l'état capitaliste. Elle "dialogue", elle quémande des autorisations, elle se normalise. Ce à quoi rêvent les soutiens citoyennistes de type ACIPA, Attac … une belle devanture de capitalisme vert.
Non ,il ne fallait pas répondre à l'injonction "déclarez-vous",comme le prétend le texte ci-dessus.

"L’urgence était de stopper les destructions, donc de mettre un coup d’arrêt au cycle infernal des affrontements sur la zone"

Méconnaissance ou mensonge. La réponse à l'injonction n'a pas stoppé les destructions, destructions qui vont reprendre bientôt. Le mouvement qui a fait reculer l'opération César s'est rendu sans condition, a montré sa faiblesse et l'état s'y est engouffré.

Où étaient les tracteurs de COPAIN ? Ah la colère pour la destruction des 100 noms ! Mais l'indifférence pour Lama Faché et les dizaines d'autres lieux de vie (des ultra-violents qui ne laissaient pas leurs vie bulldozérisées sans se défendre)

Je ne sais qui lit les infos du FAR. Je ne sais pas ce qu'illes veulent ou soutiennent. La zad bio-cop ou la zad libertaire ? Laquelle défendez-vous ? Laquelle voulez vous reconstruire ? Avec la préfète ou avec la dissidence ?

Le temps est venu de choisir. Il n'en reste pas beaucoup.

ZaDissidences
https://nantes.indymedia.org/system/zine/2018/04/21/41045/zaddissidences_20_avril_ter.pdf
Le «mouvement» est mort.Vive... la réforme!
https://infokiosques.net/IMG/pdf/le-mouvement-est-mort-vive-la-reforme-A4-30p-livret.pdf
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 02 Mai 2018, 12:48

NDDL : des stratégies de division
[Documentaire] par Doc du réel.
Ces entretiens ont été réalisés lors de la « trêve » annoncée par le gouvernement, à la ZAD de NDDL. Plusieurs points sont abordés dans ce documentaire : l’abandon de l’aéroport de NDDL, l’opération militaire survenue la semaine du 9 avril, le nettoyage de la D281, le temps de trêve et les négociations, les communs face à l’administration… Les témoins racontent et analysent les stratégies mises en œuvre pour tenter de détruire la ZAD et son esprit, de l’intérieur.




Actions et rassemblements à venir : semaine du 30 Avril au 6 Mai 2018
https://zad.nadir.org/spip.php?article5743
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 17:02

LES FACTEURS A LA ZAD
En ce 26 Avril 2018, nous atteignons tant bien que mal notre 108ème jour de grève, l’espoir se mêle au désespoir, les convictions se mêlent aux interrogations, et dans ces antagonismes nous décidons de converger notre lutte à une autre située à une centaine de kilomètres plus au sud de Rennes, à savoir celle que mènent les habitant(e)s de la Zad.
Ce rapprochement sonne comme une évidence, avec en premier lieu un adversaire commun, c’est-à-dire l’Etat, qui use de répression et de violence. Bien que la Poste soit une SA, ses capitaux sont majoritairement publics, ce qui ne l’empêche pas d’envoyer une compagnie de CRS pour déloger un piquet de grève de facteurs à Rennes ou de judiciariser à outrance le conflit. Tout cela face à des revendications légitimes, à savoir la défense du service public, de nos conditions de travail et de notre métier en ce qui nous concerne, la préservation d’un territoire naturel et la garantie de pouvoir vivre dans une société où l’argent n’est ni l’alpha ni l’omega dans ses rapports ou dans sa structure pour les habitant(e)s de la Zad. En deuxième lieu nous estimons que la ZAD est un symbole fort en ce qui concerne la notion du service public, c’est-à-dire un service sans distinction au sein de la population, quels que soient ses origines, ses propriétés et ses attributs, ce qui nous paraît primordial dans une société juste et égalitaire à laquelle nous aspirons.
... https://zad.nadir.org/spip.php?article5772

Les rencontres d’ailleurs sont passées par là...
Les rencontres d’ailleurs se sont déroulées du 27 au 29 Avril 2018 à la ZAD. Pour mémo, les rencontres invitent et rassemblent des personnes gravitant autour de l’audiovisuel, travaillant avec les tripes, tentant de développer des pratiques libres, libérées. Depuis dix ans, cet évènement crée discussions, projets, amitiés, histoires d’amours, films collectifs. Mais voilà quelques années que nous avions l’impression de tourner en rond, d’être dans une redite. Nous nous lassions des paroles, avions besoin de passer à la pratique. Ce second souffle, c’est la ZAD qui nous l’a offert. Lors de ce week-end et face à l’urgence qui a surgi ici, nous avons filmé la ZAD, enregistré les paroles de ses habitant-e-s, de ses défenseur-euse-s, monté ces images à l’arrière d’un Renault Express, projetées les soirs même à l’Ambazada et à la Grée. Parce que clouer, greliner, cuisiner, piocher, filmer, creuser, sont autant de moyens de lutter, nécessaires et joyeux.
Deux films réalisés pendant le week-end : ENVOYEZ LES BLINDES https://www.youtube.com/watch?v=XL0c5Le ... e=youtu.be
Le Voyage dans le bocage https://youtu.be/dJOTg6RBgrY

Appel à dons de matériel pour La Grée
L'opération policière continue à la ZAD de Notre Dames des Landes malgré l'annonce de la sois-disante trève. Du coup la resistance continue en marge des négociations/magouilles. Ci joint la liste de matos demandés pour La Grée, lieu de résistance de la ZAD.
... https://nantes.indymedia.org/articles/41206
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 08 Mai 2018, 18:55

Fouiller dans les ruines de ses souvenirs...
J’en ai vécu plein ici, mais aucun qui ressemble à ça. Aucun où je me balade dans la zone non-motorisée pour observer ce qui est mort sous les chenilles des bulldozers et non ce qui naît sous le soleil timide d’avril. Aucun où, ce que je cherche, c’est constater le désastre. Ce qui évoque la mort ou la non-vie.
Mes dimanches de printemps à la zad, même s’ils ressemblaient à peu près à tous les autres jours de printemps, c’était du concentré d’émerveillement saupoudré de graines de petites joies. J’ai appris à comprendre et aimer les changements de saisons en vivant dans cet endroit tellement particulier, tellement préservé des temporalités du capital. Ici on ne métro-boulot-dodotte pas. Alors on peut regarder autour de soi la nature qui change, pour s’imprégner du rythme du monde, de la terre.
Au lieu de courir après de l’argent qu’on n’aura jamais le temps de dépenser.
https://zad.nadir.org/spip.php?article5783

La ZAD nourrit les luttes syndicales en pays nantais
A lire ici, une tribune publié dans Politis et signée par de nombreux syndicalistes qui affirment que la zad nourrit, au sens propre comme au sens figuré, les luttes syndicales. Texte intégral à lire ci-dessous :
https://zad.nadir.org/IMG/pdf/1501-tribune-zad3.pdf
https://zad.nadir.org/spip.php?article5778
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 11 Mai 2018, 02:13

Lâche l’Appel, prend la pioche (12 & 13 mai)

Compagnon.ne.s, copa.in.e.s, compas, complices, camarades, c’est le moment de faire face aux forces armées de l’état capitaliste, aux tenant.e.s de la régularisation et aux gouvernances auto-proclamées de l’intérieur. Partout nous subissons leur domination et leur dédain. Partout nous luttons pour qu’ielles ne dirigent pas nos vies.

Le 14 mai 2018 a été fixé par l’état comme date limite pour les occupant.e.s « illégaux.ales » ne souhaitant pas se régulariser pour quitter les lieux… Cela pose la question de ce qu’est une occupant.e « illégal.le » ? Et quels sont ces « lieux » ? Et vers où ces personnes sont censées aller ? La « zone » deviendrait elle un territoire d’accès contrôlé ? Qui y aura accès ? Qui donnera les autorisations ? Sur quelles bases ? Dans quelles limites géographiques ? Que cela implique t’il comme mesures de contrôle social ? Qu’adviendra t’il des personnes jugées « illégales » ?

Une partie du mouvement contre l’aéroport et pour son monde a imposé sa vision au reste des occupant.e.s : si on est gentil.le, si on signe, si on barricade pas les boulevards de flics, si on acquiesce aux ordres de la police zadionale et de ses zadiocrates, l’état nous laissera tranquille…

Après avoir vendu à prix libre la route des chicanes (RD281) et imposer par la force la destruction de Lama Fâché, le dépôt de fiches (non communiquées auparavant à l’ensemble du mouvement ni à l’ensemble des occupant.e.s) a été fait malgré les désaccords profonds sur cette stratégie grâce à une campagne de lobbying dans l’urgence (avec en arrière plan les risques réels de sanctions physiques en mode « coffre et coups de pression »).

Depuis des années déjà, les coups de forces et les prises de pouvoir gangrènent la vie sur la Zad. Longtemps, les anti-autoritaires ont rongé leur frein pour ne pas compromettre la lutte contre l’aéroport. Aujourd’hui, le temps n’est plus à la compromission avec les franges « capitalist-friendly » ou hiérarchiques. L’aéroport est mort, vive les luttes !

Depuis la Zad, nous nous organisons pour lutter contre toutes les dominations et contre toutes les hiérarchies. Parce que nous ne tolérons pas que la Zad soit appropriée par des groupes qui imposent leurs vues à tou.te.s, s’approprient les moyens de production et cadenassent les organes de décisions politiques. Parce que la Zad est à tou.te.s, qu’elle se maintien grâce aux solidarité de tou.te.s, nous refusons sa gentrification.

Nous invitons tou.te.s les anti-autoritaires, les rebelles, les insurgé.e.s, les autonomes, les non-enfiché.e.s, les minorisé.e.s, les marginal.e.s, les cas sociaux, les loosers, les galèrien.ne.s, les schlags à se retrouver sur la Zad de Notre Dame des Landes les 12 et 13 mai 2018 (si tu veux venir avant, welcome) pour organiser de façon horizontale les ripostes les plus imprévisibles aux attaques autoritaires, étatiques et capitalistes.

La peur n’évite pas le danger.

Nous sommes résolu.e.s à ne pas céder sous les menaces d’où qu’elles viennent. Évidemment tout est autogéré et nos résistances seront ce que nous en feront.

Venez avec vos idées, vos analyses, vos points de vue, vos divergences, vos ateliers, votre matos, vos cagoules…

Soyons incontrôlables

PS : Les comportements sexistes, validistes, homophobes, et généralement tous les comportements « relous » et oppressifs n’ont rien à faire de ce coté de la barricade ; ils sont les instruments de nos oppressions !

https://nantes.indymedia.org/events/41234


Rassemblement le lundi 14 mai pour un avenir commun dans le bocage ! 13h place du Pont Morand à Nantes

A l’appel de COPAIn 44, Acipa, des habitant.e.s de la zad, Naturalistes en lutte

La vague d’expulsions sur la zad de notre dame des landes a suscité d’importantes mobilisations sur le terrain et des réactions à travers tout le pays. Après dix jours d’intervention, les destructions de lieux de vie ont été suspendues. Un dialogue a repris entre le mouvement et la Préfecture après le dépôt collectif d’un dossier présentant plusieurs dizaines de projets agricoles , artisanaux, sociaux ou culturels sur la zad. Ce geste collectif vise à mettre en avant ce qui lie profondément ses activités et l’usage commun des terres et ressources.

Mais la trêve apparaît extrêmement fragile : des centaines de gendarmes sont toujours déployés dans le bocage, maintenant une pression quotidienne et mettant à mal la possibilité même de mettre en oeuvre les travaux agricoles en plein début de saison. Le premier ministre a posé un nouvel ultimatum avec la menace d’une reprise des expulsions après le 14 mai. Alors qu’un cycle de rendez-vous est actuellement engagé sur la pérénnisation des projets, le gouvernement décidera-t-il de rompre une fois de plus unilatéralement le dialogue pour se livrer à une nouvelle opération de destruction ?

Au-delà des lieux de vie, certains projets agricoles en cours depuis plusieurs années sont aujourd’hui menacés sur des terres convoitées par d’autres agriculteurs. Le gouvernement doit trancher au plus vite pour que les parcelles concernées aillent à de nouvelles installations plutôt qu’à l’agrandissement d’exploitations existantes.

Le 14 mai va se tenir en préfecture un second comité de pilotage censé examiner les projets portés par les habitants de la zad. Nous paysan.ne.s, associations, habitant.e.s, naturalistes qui avons défendu les terres de la zad contre le projet d’aéroport et nous projetons dans leur avenir - appelons à un pique-nique et rassemblement calme et déterminé devant la préfecture lors de la tenue du comité de pilotage.

Il s’agira d’y affirmer le refus de toute nouvelle expulsion sur la zad et d’y apporter un soutien aux différents projets présentés, à la vision coopérative qui s’en dégage. Nous refusons qu’on impose à ce qui s’est construit d’unique dans le bocage de notre-dame-des-landes les critères du modèle agricole classique dont on connaît partout les conséquences : désertification rurale, disparition des petites exploitations et individualisme entrepreneurial, sujétions aux groupes de l’agrochimie, dégradation continue des sols et de la biodiversité.

Nous souhaitons toujours pour notre part enraciner sur la zad une pratique des communs et d’une paysannerie solidaire, réellement soucieuse du soin du bocage et de l’environnement. Nous voulons toujours un territoire vivant et partagé, qui laisse la place à des manières de l’habiter qui ne soient pas qu’agricoles et à diverses formes d’expérimentation sociales. Il faut que le temps nécessaire soit laissé pour un dialogue réel autour de l’avenir du bocage de Notre-Dame-des-Landes. Ceci implique un calendrier crédible et des délais tenables et la fin des ultimatums et des menaces. Le rassemblement du 14 mai marquera la vigilance accrue de tous et toutes sur la suite du processus.

Pour un avenir commun dans le bocage !

http://www.rennes-info.org/Rassemblemen ... 4-mai-pour


Avenir de la Zad : Notre-Dame-de-la-poudrière, encore

La tension remonte. Malgré des avancées notables enregistrées sur la Zad, l’État annonce de nouvelles « expulsions ciblées ». Les occupants promettent de résister.

Paradoxe poussé à l’extrême. Alors que les occupants de la Zad ont enchaîné ce mercredi 9 avril les rendez-vous avec les services de l’État pour affiner leurs projets d’activité, le gouvernement est en passe d’ordonner une nouvelle opération d’expulsions sur la zone.

Officiellement, 29 habitations précaires ont été détruites lors de l’intervention lancée le 9 avril. Il en demeure 68 sur le site. Le Président Macron a assuré le 12 avril que « tout ce qui était évacuable a été évacué ».

Projets "inter-dépendants"

Répondant aux injonctions de l’État, les occupants de ce territoire ont déposé 41 dossiers nominatifs dont 28 liés à des projets agricoles. L'ensemble couvre environ 280 hectares, sur les 1 425 hectares qui sont aujourd’hui la propriété de l’état, et touche la quasi-totalité des lieux de vie, habitations et activités de la ZAD, dans l’espoir de les protéger.

Les occupants de la Zad redoutent que ces dossiers soient examinés sous le seul prisme de la viabilité économique. « Tous ces projets sont inter-dépendants, soutient Mathilde, impliquée dans un verger collectif. Ils sont reliés entre eux du fait des rotations réalisées sur les parcelles, du partage de matériels, de savoir-faire, de toutes les solidarités qui se créent sur ce territoire. » « On refusera tout tri parmi les projets présentés, qu’ils soient agricoles, culturels, artisanaux ou sociaux, abonde Amalia, membre d’une association qui mêle activités d’élevage de brebis, d’apiculture et de maraîchage. C’est le lien entre toutes ces activités qui fait sens, et qui donne de la vie à ce territoire. »

"Cartes sur table"

« On a tous fait un boulot de fou, souligne Cyril Bouligand, du collectif d’agriculteurs Copain 44, qui appelle déjà à la mobilisation en cas de nouvelles expulsions. On aurait pu bidonner, inventer des projets. Non, on a joué la transparence, cartes sur table. »

Une quinzaine de « programmes » pourraient être « adoubés » lundi lors du comité de pilotage orchestré en préfecture en présence de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture. Quatre ou cinq nécessiteraient d’être amendés, au moins 8 poseraient problème.

« Non à toute expulsion »

« Il serait scandaleux et choquant que de nouvelles expulsions soient lancées alors que l’on est en voie de régularisation et en pleine négociation », soulève Amalia.

Le message est clair : « On se positionnera collectivement contre toute expulsion, on fera tout pour les empêcher. »

http://www.presseocean.fr/actualite/ndd ... 018-270726
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 11 Mai 2018, 08:35

Allez un dernier coup de gueule pour la route...

Dans un article."Nantes :La convergence des luttes se construit" (?) http://www.alternativelibertaire.org/?Nantes-La-convergence-des-luttes-se-construit un membre de AL Nantes se réjouit que la manifestation du 1er mai "n’a pas dégénéré en affrontements minoritaires". La cause en était inscrit sur les murs et il ne pouvait pas la manquer :

Image


Réjouissants aussi "les «  gestes  » communs et symboliques" comme "construire une maison du peuple".  Sauf que, camarade, les "maisons du peuple", elles ont été détruites sur la zad et n'avaient rien de symboliques et que celles et ceux du cortège de tête, qui étaient occupé-es ailleurs, seront là pour les défendre dans des affrontements qui seront, n'en doutons pas, également "minoritaires".

Que les "minoritaires" (quoi que, en es-tu si sûr, camarade?) soient dérangeant-es, c'est certain.Déjà, en mai 1968, les "gauchistes" emmerdaient les organisations politiques et syndicales. Mais être "dérangeant-es" (même pour la CGT) n'est-il pas un minimum pat les temps qui courent ?

"Nous", quel que soit le nom qu'on nous donne, pensons que nous sommes au-delà du symbolique dans le cadre d'une occupation militaire et de la destruction planifiée d'un modèle anticapitaliste et autonome (c'est à dire qui n'a que faire des normes de l'état, qui choisit librement les moyens de le défendre et de le faire vivre, et qui ne croit surtout pas à un "dialogue") Et il est fort possible qu'il n'y aura pas de paix dans les rues de Nantes et probablement de Rennes tant qu'il y aura des destructions sur la zad.

Yannis Youlountas a suggéré une réponse et je la fais mienne, pour toi, camarade :

« Vous qui revendiquez, tambour battant, la Révolution française, la Commune de Paris et la Résistance au nazisme, sans jamais avoir l’idée sinon le courage d’agir pareillement, ayez au moyen la décence et l’humilité ne pas donner de leçon à ceux qui osent prendre le relais de vos illustres exemples. Assez de pitreries et de rodomontades. Faites comme bon vous semble, mais pour ce qui est des anathèmes, taisez-vous. »


Non-violence ou violence dans la lutte : fais ton choix camarade, mais laisse tranquille les autres
http://etincelle-noire.blogspot.fr/2018/05/non-violence-ou-violence-dans-la-lutte.html
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 13 Mai 2018, 20:15

Appel aux syndicalistes à converger sur la ZAD

Appel à l'adresse du monde syndical à converger sur la ZAD contre l'opération d'expulsion à venir

Les habitants et habitantes de la ZAD ont à plusieurs reprises manifesté leur solidarité avec les luttes des salarié.es en allant soutenir nos piquets de grève ou encore avec la création d'un « réseau de ravitaillement des luttes » qui apporte des repas devant les entreprises en grèves (pour plus d'info sur ces liens : https://www.politis.fr/articles/2018/05 ... tais-38773 ).

Les habitants et habitantes de la ZAD mettent en acte une critique radicale des rapports marchands et salariaux, et vivent l'expérience d'un monde qu'ils veulent plus humain, plus libre. Ce monde d'exploitation et d'aliénation qu'ils et elles combattent, c'est aussi celui contre lequel nous luttons, quotidiennement.

Ce gouvernement mène une politique de régressions sociales comme jamais. Le laisser écraser la ZAD, c'est préparer nos défaites de demain. Nous faisons le choix de la solidarité avec toutes celles et tous ceux qui combattent les projets destructeurs de ce gouvernement et celui de la construction d'une véritable convergence des luttes.

Les habitantes et habitants de la ZAD sont aujourd'hui confronté.es à une agression de l'État, d'une grande violence, quasi militaire, dont le seul objectif est de détruire la ZAD et l'espoir qu'elle porte. Ils et elles ont pourtant fait le geste d'apaisement en déposant des fiches individuelles de projet comme l'exigeait la préfecture et le gouvernement.

Il est probable que les forces de police reprennent une opération d'expulsion d'ampleur à partir du 15 mai. Aussi, en tant que syndicalistes, nous appelons à soutenir les habitant.es de la ZAD :

- Nous appelons à leur apporter le matériel dont ils et elles ont besoin pour tenir face à cette agression (cf. https://zad.nadir.org/spip.php?article5630 ).

- Nous appellerons à venir les soutenir physiquement en se rendant sur la ZAD.

Nous tiendrons un accueil syndical, au lieu-dit Bellevue sur la ZAD, à la fois pour accueillir les soutiens venus du monde syndical, les informer et affirmer une présence syndicale en soutien à la résistance des habitant.es de la ZAD.

Pour être informé vous pourrez nous joindre à syndicatzad@riseup.net.

Quelle que soit votre étiquette, venez avec vos chasubles,
vos drapeaux dès le 15 mai.

Donnons corps à la convergence des luttes !

Des syndicalistes nommés Camille

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 14 Mai 2018, 08:07

Dernière suite et donc fin

Un comité de pilotage présidé par un grand copain de la FNSEA, Stéphane Travert, prétend aujourd'hui décider de l'avenir de la zad à la vue de dossiers déposés sous forme de reddition sans condition.

Le 14 ils négocient #zad #nddl

Ils négocient...
Ils détruisent nos cabanes / ils négocient
ils nous interpellent / ils négocient
ils nous blessent / ils négocient
ils nous mettent en prison / ils négocient…

moi je vous dit : négociez vos petits projets entre amis, mais ne dites plus jamais que c'est pour le bien de tous. Assumez !

Dans l'appel : « Rassemblement le 14 mai pour un avenir commun dans le bocage ! » lisible sur zad nadir, rien sur les revendications soit disant porté au début, comme le gel des terres, pas d'expulsions, l'amnistie … et bien sur rien sur les violences et le harcelement policier subit aujourd'hui sur la zad, rien sur nos cabane a reconstruire, rien sur les copains a faire sortir de prison

ils ne gagnent rien mais négocient encore ??
mais peut être gagnent t'ils beaucoup en fait ??

voila ce que demande l'appel du 14 mai :  « un soutien aux différents projets présentés, à la vision coopérative qui s’en dégage » et dans le calme s'il vous plaît !
ils les obtiendront leurs lopins de terres pour cultiver leurs p'tits projets entre amis. Et bien sur ils parlerons encore une fois de victoire...

et sinon ...
sur la zad de notre dame des landes toujours beaucoup de cabanes a reconstruire, toujours des blessés, les arrestations continues, le harcèlement policier aussi, des personnes sont toujours en prison.
Alors on compte sur vous a défaut de compter sur le mouvement du monde de l’aéroport.
Vous saurez où nous trouver... *
a très vite !

une occupante (très) en colère


* J'aide un peu. Une des (nombreuses) portes d'entrée est ZADResist https://zadresist.antirep.net/HomePage

Une autre résistance s'organise. Elle existait avant la zad. Elle existera après.

Il n'existe plus de convergence des luttes à Notre Dame des Landes. "Nous" (s'y retrouve qui veut) n'y sommes pour rien.

We are already dead … but still breathing
https://zadresist.antirep.net/article98-We-are-already-dead-but-still-breathing

One but Many Movements Crimethinc.
https://crimethinc.com/2018/04/23/one-but-many-movements-two-translations-from-the-zad-on-isolation-division-and-pacification
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 18 Mai 2018, 12:43

Sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, la destruction des cabanes a commencé
Ce jeudi 17 mai, l’intervention militaire a repris sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Elle viserait à expulser les habitants qui n’ont pas déposé de formulaires individuels. Sept lieux de vie ont été expulsés et quatre d’entre eux ont été détruits. Reporterre suit le fil des événements.
... https://reporterre.net/Sur-la-Zad-de-No ... a-commence

Reprise de l’opération militaire sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes
Les gendarmes ont repris leurs opérations d’expulsions et de destruction ce vendredi. Nos reporters sur zone vous racontent en continu les événements, alors que des habitants vont demander à l’Unesco de classer la Zad sur la liste du patrimoine de l’humanité.
... https://reporterre.net/Reprise-de-l-ope ... des-Landes

Vendredi 18 mai
ALERTE DEUXIÈME VAGUE D’EXPULSIONS ! On vous appelle à venir nous soutenir sur place, si vous le pouvez, ou à agir depuis chez vous !
... https://zad.nadir.org/spip.php?article5844


Communiqué sur la seconde phase d’expulsion en cours sur la zad

La seconde vague d’expulsion amorcée depuis ce matin est une nouvelle tentative d’éradiquer une partie de la zad. Elle va faire remonter dramatiquement la tension dans le bocage et laisser plus de personnes encore privées de leur logement et de leurs espaces quotidiens d’activités. Les routes et chemins sont une nouvelle fois envahis par un dispositif militaire inédit en terme d’ampleur et de durée dans l’histoire du maintien de l’ordre en France. Cette démonstration de force est sans doute à la hauteur de l’affront qu’a représenté des années durant cet espace de résistance et d’expérimentation. L’acharnement de l’Etat est significatif de sa vivacité persistante de cette aventure collective. Il est annoncé que plusieurs habitats sont cette fois visés dans le secteur de la forêt de Rohanne.

En s’attaquant aujourd’hui à la Chat-teigne, l’Etat cherche à raser un symbole de l’histoire de la lutte. La chat-teigne c’est ce chantier collectif de 40 000 personnes, ce hameau magique sorti de terre qui a signé la défaite de l’opération César. La construction de la chat-teigne a marqué la montée en puissance d’un mouvement populaire qui allait finir des années plus tard par arracher l’abandon du projet d’aéroport. Après avoir été un espace de convergence vibrant des mois durant pour et par les comités de soutien, les cabanes de la chateigne s’étaient transformées en habitat plus permanent.

Au-delà de la chat-teigne, la zad est emblématique, entre autre, comme espace de réinvention d’une architecture créative et d’une réappropriation des techniques de construction. C’est à cette dimension d’habitat alternatif et collectif que l’Etat continue aujourd’hui à s’attaquer à travers la destruction des autres lieux de vie officiellement visés aujourd’hui : pui-plu, la datchacha, la vosgerie...

Par ailleurs, cette nouvelle offensive se situe en plein coeur de la zone humide et de la forêt qui vont être encore largement dégradées par le passage des blindés et tractopelles, et par les pluies de grenades et de lacrymogènes. La précédente vague d’expulsion avait déjà ravagé nombre de champs et chemins de la zad en plus d’empoisonner les foins, par la contamination des gaz dans l’herbe et les palets dans les roundballers. Nous avons défendu ce bocage pendant des décennies, nous ne pouvons le laisser aujourd’hui continuer à se faire écraser par la gendarmerie.

Comme c’est déjà le cas depuis des semaines, les travaux nécessaires aux projets agricoles que le gouvernement dit paradoxalement accepter de pérenniser vont continuer à être entravés par l’occupation policière prolongée du territoire et ce au coeur de la saison agricole. D’après les estimations, le coût de cette opération absurde aura bientôt atteint les 5 millions d’euros. C’est la somme que le conseil général avait fait payer à L’Etat pour lui vendre l’ensemble des terres et bâtiments qu’il avait acquis sur la zad en vue du projet d’aéroport.

Le gouvernement tente de neutraliser la résistance en cherchant à ancrer l’idée que des personnes qui n’auraient pas pu ou voulu participer au dépôt collectif de projets seraient moins légitimes à rester vivre ici. Il faut bien peu de coeur pour imaginer que quiconque laisse ses voisin.e.s se faire raser leurs maisons sans réagir. Par ailleurs, les diverses interventions des forces de l’ordre depuis l’abandon de l’aéroport visent à affaiblir et mettre la pression sur tout le mouvement. Faute de pouvoir matériellement et politiquement expulser tout le monde, ces opérations cherchent à imposer des conditions drastiques pour le maintien des projets sur la zone et pour en fragiliser la dimension collective. Nous appelons pour notre part à se mobiliser largement sur le terrain et au-delà pour la défense des divers lieux de vie, réalités et activités qui s’entremêlent sur la zad.

Concrètement, nous appelons à :

/// Converger immédiatement sur palce pour ceux et celles qui le peuvent

/// A un rassemblement devant la préfecture à Nantes à 18h suite à une journée d’expulsion

/// A des rassemblements et occupations sur les places des villes et devant les mairies et préfectures. Les comités de soutien peuvent signaler leurs rendez-vous et actions au site zad.nadir afin qu’ils soient relayés

/// A une manifestation le samedi après une semaine d’expulsion à Nantes

/// A une convergence sur la zad le dimanche après une semaine d’expulsion

— Liste de communication de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes. 06.95.06.81.49 zadcontactpresse@riseup.net


https://zad.nadir.org/spip.php?article5836
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 18 Mai 2018, 20:40

Notre-dame-des-Landes : gaz lacrymogènes et bulldozers de retour dans le bocage
Près de 2000 gendarmes et policiers se sont à nouveau déployés dans la Zad de Notre-dame-des-Landes depuis le 17 mai, pour ce que l’on appelle désormais la seconde phase d’expulsion. La première a duré quinze jours début avril. Les personnes visées par ces nouvelles expulsions sont celles qui n’ont pas souhaité intégré le processus de reconnaissance institutionnelle des lieux et projets alternatifs menés sur la Zad. Une dizaine de lieux ont été évacués ou détruits.
... https://www.bastamag.net/Gaz-lacrymogen ... -le-bocage

Reprise de l’opération militaire sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes
Les gendarmes ont repris leurs opérations d’expulsions et de destruction ce vendredi. Nos reporters sur zone vous racontent en continu les événements, alors que des habitants vont demander à l’Unesco de classer la Zad sur la liste du patrimoine de l’humanité.
... https://reporterre.net/L-operation-mili ... rsuivie-et

Retours sur la 2ème phase d’expulsion et de destruction de la Zad : images et infos (en cours)
Des blessé.e.s, dont certain.e.s sérieu.x.ses, des interpellations, des habitats expulsés puis murés, des habitats détruits, des gardes à vue, des jugements en cours, des peines de prison ferme, des OQTF (obligation de quitter le territoire français),..
- Deux blessé.e.s graves évacué.e.s en brancard, dont un à l’hôpital
- Au niveau de la légal, le bilan est en cours
Liste des lieux détruits hier, jeudi 17 mai 2018 :
... https://zad.nadir.org/spip.php?article5852
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités