Pour le droit à l'avortement

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 13 Déc 2017, 23:46

Rencontre Europénne MMF

Les déléguées de la Marche Mondiale des Femmes se sont réunies pour discuter de l'élaboration de la campagne "Avortement, les femmes décident". Cette campagne lutte pour le droit à l'avortement dans toute l'Europe. Elle continuera en 2018.

Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Béatrice » 12 Jan 2018, 22:00

La Pologne pourrait encore durcir sa loi sur l'avortement

L'avortement pourrait être presque totalement interdit en Pologne. Après un débat enflammé, le Parlement polonais a décidé, mercredi 10 janvier, d'envoyer en commission une législation durcissant les conditions pour autoriser un avortement dans le pays. Le texte envoyé en commission, déposé fin novembre par le Comité Stop Avortement, doit interdire "l'avortement eugénique", celui décidé en raison d'une malformation du foetus constatée grâce à un examen prénatal.

https://www.francetvinfo.fr/societe/ivg ... 56091.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 20 Jan 2018, 21:52

Somos todas Rebeca/ Nous sommes toutes Rebeca/We are all Rebeca

Somos todas Rebeca !

Rebeca Mendes est une jeune brésilienne de trente ans, divorcée avec deux enfants, en plus d’un travail précaire, elle est étudiante en quatrième année de droit grâce à une bourse du gouvernement fédéral. Elle se trouve enceinte de son ex-mari, suite à mauvais suivi de contraception par un système de santé défaillant.

Elle a décidé d’interrompre cette grossesse pour pouvoir terminer ses études et continuer à faire face à ses obligations familiales et professionnelles.

Elle refuse de courir les risques d’un avortement clandestin et s’est adressée ouvertement à la Cour Suprême fédérale pour demander un avortement légal. Au Brésil, l’avortement n’est autorisé que pour risque pour la santé de la mère, viol ou anencéphalie.

Nous soutenons Rebeca Mendes dans son droit de disposer de son corps et d’avoir recours à un avortement légal et sûr, comme nous soutenons le droit de toutes les femmes de décider de leur vie et nous opposons fermement au projet de loi 181 qui veut interdire l´avortement légal en cas de viol.


We are all Rebeca!

Rebeca Mendes is a thirty-year-old Brazilian woman, divorced, with two children and a precarious job. She is also a 4th year law student, with a scholarship awarded by the federal government. In such circumstances, she also finds herself pregnant by her ex-husband, due to the failure of an inadequate health system to provide contraception.

She has decided to terminate this pregnancy in order to complete her studies and focus on her existing family and work duties.

She has refused to take the risks related to an illegal abortion, and has appealed to the Brazilian Supreme Court in pursuit of a legal abortion. In Brazil, abortions are legally permitted only in cases of risk to the mother, rape, or anencephaly.

We support Rebeca Mendes in her right to have autonomy over her body and have access to a legal and safe abortion, just as we support the right of all women to have control over their lives and futures.

We also firmly oppose a newly proposed piece of legislation, Law 181, that seeks to also prohibit legal abortion in case of rape.

Michèle Ferrand, Françoise Picq and Marie Mathieu

Cette pétition sera remise à:Rodrigo Maia


https://www.change.org/p/somos-todas-re ... edium=link
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 23 Mar 2018, 00:59

Avortement : solidarité avec les femmes polonaises

Rassemblement le vendredi 23 mars 2018 à partir de 17h devant l’ambassade de Pologne, Esplanade des Invalides à Paris

Une fois de plus, le Parlement Polonais cherche à restreindre les droits reproductifs des femmes en Pologne.

Cette semaine, il débat d’un nouveau projet de loi intitulé «Stop à l'avortement». S'il est adopté, ce projet de loi limitera encore davantage les motifs déjà très restreints qui permettent aux femmes d’accéder légalement à l'avortement : s’il y a danger pour la vie ou la santé des femmes ; dans des situations de malformation fœtale grave ; lorsque la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste.

Il interdira désormais l'avortement en cas de grave anomalie fœtale. Or, les statistiques officielles de 2016 montrent que 96 % des avortements légaux en Pologne sont pratiqués pour ces motifs

Loin de diminuer le nombre d’avortements, il mettra en danger la santé et la vie des femmes et violera les obligations internationales de la Pologne en matière de droits humains.

Il faut stopper ce nouveau projet, comme l’ont été ceux de 2011, 2013, 2015 et 2016 à la suite de mobilisations massives.

Le Collectif« Avortement en Europe, les Femmes décident » soutient le mouvement des femmes polonaises pour un droit fondamental, celui de choisir d'avorter légalement et en toute sécurité ! es Femmes décident » revendique le droit pour toutes les femmes d'Europe à disposer de leurs corps et à avoir accès à un avortement sûr et légal !


https://www.facebook.com/avortementeuro ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32054
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 19 Mai 2018, 20:01

Rassemblement pour le droit à l’avortement mercredi 23 mai à Lyon : femmes d’Irlande, de Pologne et d’ailleurs, unies dans le même combat !

Le 25 mai 2018, un référendum est organisé en Irlande visant à modifier des amendements de la Constitution notamment sur le 8e amendement qui garantit seulement « le droit à la vie » de l’embryon, en tenant compte du « droit égal à la vie de la mère ». Cet amendement rend donc illégal le droit à l’avortement, l’enjeu de ce référendum est donc de permettre enfin aux femmes de disposer de leur corps. Rassemblement mercredi 23 mai à 18h Place de la Comédie.

Quelle est la pratique actuelle en Irlande ?
L’avortement a toujours été illégal en Irlande, mais son interdiction n’a été insérée dans la Constitution qu’en 1983, après avoir recueilli 67 % des suffrages lorsd’un référendum.

En 2013, l’Irlande a quitté le cercle très restreint des pays européens où l’avortement est totalement interdit en l’autorisant seulement en cas de danger pour la mère. Le viol, l’inceste ou la malformation du foetus ne sont pas des raisons légales d’avorter, et une telle intervention constitue un crime passible d’une peine de quatorze ans de prison.

L’avortement est donc permis uniquement si la poursuite de la grossesse fait courir à la femme un « risque réel et substantiel », qui est bien entendu justifié par deux médecins dans un centre agréé et de deux psychiatres quand il y a un risque de suicide.

Avortements à l’étranger et avortements clandestins : la débrouille et les risques rythment la vie des Irlandaises !

Selon Amnesty International, près de 25 000 irlandaises (République d’Irlande et Irlande du Nord) ont été contraintes de se rendre en Angleterre ou au Pays de Galles, pour avorter, durant les cinq dernières années.
Le coût moyen de ce voyage est estimé à 1 500 euros, il représente donc une somme considérable, provoquant une discrimination économique entre les femmes.

Aujourd’hui la débrouille passe aussi par internet et l’achat de remèdes parfois fantaisistes, parfois franchement dangereux pour la santé, des concoctions de plantes aux pilules abortives de toutes sortes. Le coût d’achat d’une pilule abortive sur internet se situe entre 50 et 100
euros. Les femmes qui recourent à cette méthode, sont livrées à elles-mêmes et ne sont pas suivies, ni informées des potentiels dangers.

Ce qui est en jeu dans ce référendum : la santé des femmes, la levée de l’interdiction de l’avortement, le choix libre des femmes et la suppression des 14 ans de prison encourus par celles prises en flagrant délit d’avortement.

Des situations inadmissibles :
- L’impossibilité d’avorter en cas de viol et/ou d’inceste : en 2013, une femme violée a été forcée d’accoucher par césarienne à 25 semaines de grossesse car la justice lui a refusé le droit d’avorter. - Mettre au monde un enfant non désiré, issu d’un viol, puis l’élever, n’est pas considéré par les institutions irlandaises comme une situation pouvant mettre la vie en danger ni de cette femme rendue mère par obligation, ni de cet enfant né d’une loi dictée par les obscurantistes catholiques.
- L’obligation de mener la grossesse à terme même si le foetus n’a aucune chance de survivre, en cas de « malformations foetales sévères » voir « mortelles ». C’est l’histoire de Lupe restée plus de 2 mois avec un embryon mort dans le corps et obligée de se rendre à l’étranger pour avorter.
- L’obligation de mener à terme une grossesse même morte : en décembre 2014, une femme déclarée « cliniquement morte » a été maintenue en vie par l’équipe médicale parce qu’elle était enceinte de 5 mois. Il a fallu que la Cour Suprême autorise l’équipe médicale à débrancher le dispositif de maintien en vie artificielle si elle le souhaitait.
- N’oublions pas Savita Halappanavar, morte dans un hôpital en Irlande après s’être vu refuser l’interruption de sa grossesse alors qu’elle faisait une fausse couche. Le médecin avait alors répondu : « Tant qu’il y a un rythme cardiaque foetal, nous ne pouvons rien faire. C’est la loi.
Vous êtes dans un pays catholique. » Deux jours plus tard, le coeur du foetus s’est arrêté. Puis celui de Savita, décédée d’une septicémie.

Depuis 2018 en Europe, se sont multipliées les attaques contre les droits des femmes notamment le droit à disposer de leur corps. Ces attaques provoquent des « migrations » pour avorter, des inégalités socio-économiques, des avortements clandestins qui peuvent entrainer la mort et les poursuites pénales pour les femmes !

Soutenons les féministes Irlandaises : parce que rien n’est acquis en Irlande comme ailleurs, continuons fières et combattives les luttes féministes !

Apportez vos pancartes avec vos mots de soutien pour les Irlandaises !

Laissez nos ovaires tranquilles !

Rassemblement
Mercredi 23 mai 2018
18h Place de la Comédie
(M° Hôtel de ville / opéra)

Signataires : Planning Familial 69, Femmes Solidaires, Femmes Egalité, LDH Rhône, Lesbian and Gay Pride, Sud Education 69, Sud Santé Sociaux, Solidaires retraité.e.s, Solidaires 69, UD CGT et son Collectif Tous des Lyonnes, NPA, PG69, Ensemble !69, Alternatives Libertaire, CGA


https://rebellyon.info/Droit-a-l-avorte ... ires-19192
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32054
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 03 Juin 2018, 22:25

Pour l'info, il y avait rassemblement aujourd'hui à Paris en solidarité avec la lutte pour l'avortement en Argentine

Appel : https://marchemondialedesfemmesfrance.o ... olidarite/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 08 Juil 2018, 21:00

Tribune : “Non, on n'avorte toujours pas librement en France !”

À le voir célébré ces derniers jours, comme un droit inébranlable veillé par Simone, on en oublierait presque une chose essentielle : nous ne sommes certainement pas toutes égales face à la liberté d'avorter. Oui, même ici, en France, en 2018. Le Planning Familial tire la sonnette d'alarme dans une tribune à Marie Claire.

Aujourd’hui, le magnifique film d’Agnès Varda, "L’une chante, l’autre pas", ressort en salles… Un film engagé, sorti en 1977, qui met en valeur les combats des femmes pour leur liberté à disposer de leur corps. Drôle de coïncidence, ce film réapparait au moment où Simone Veil est mise à l’honneur pour sa détermination à faire passer la première loi autorisant l’avortement en France.

Fort heureusement dans notre pays, en 2018, l’avortement est inscrit dans la loi. Il est remboursé par la Sécurité sociale grâce à Yvette Roudy depuis 1982. Pris en charge à 100%, acte et examens complémentaires compris, depuis le 1er avril 2016. L’avortement médicamenteux peut même être pratiqué par les sages-femmes, et on espère que cette possibilité sera bientôt étendue à l’avortement instrumental. Les délais ont été allongés, l’entretien obligatoire supprimé, le délai de réflexion, la notion de "détresse" également, levant ainsi l’obligation de se justifier. Ca y est, on y est : c’est le choix des femmes qui compte !

Sauf que… En pratique, c'est une autre affaire. Des médecins refusent de pratiquer des IVG, sans le dire directement mais en multipliant les rendez-vous ou les actes médicaux pourtant optionnels. Tout cela sans réorienter vers un.e professionnel.le compétent.e, comme la loi le prévoit. À force de ne pas répondre à la demande des femmes dans les temps, les délais sont parfois trop courts. Elles sont loin les années 70, pourtant aujourd’hui encore, des femmes se rendent aux Pays-Bas, en Angleterre ou en Espagne pour avorter. En cause : des délais d’attente trop longs, une découverte tardive de leur grossesse. Parfois encore elles ne peuvent pas avoir recours à l'interruption médicale de grossesse, ou subissent des violences conjugales à compter de l'annonce d’une grossesse pourtant désirée au départ.

Dans le Loiret, des femmes devront aller avorter dans un autre département cet été. Un hôpital en Ardèche n’assure plus les IVG en ce moment même.

la suite : http://www.marieclaire.fr/tribune-plann ... 271104.asp
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 05 Aoû 2018, 20:51

Avortement : pétition de soutien pour la légalisation de l'avortement en Argentine

Début juillet le parlement Argentin a adopté la proposition de loi pour la légalisation de l'avortement jusque là interdit dans ce pays. Le vote a été très serré :129 député.es ont voté pour et 123 contre.

Leur système législatif fonctionnant à peu près comme le nôtre, la loi passera devant le Sénat Argentin de 8 août.
Le Sénat est réputé encore plus conservateur que l'Assemblée, c est pourquoi les militant.es Argentin.es ont besoin de notre soutien ! Nous vous encourageons donc à signer et diffuser largement cette pétition en ligne.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIp ... w/viewform

https://www.planning-familial.org/actua ... ne-0030416
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 20:29

Communiqué d'Alternative Libertaire

Droit à l’avortement, solidarité avec les femmes d’Argentine et du monde entier

Aujourd’hui est jour de défaite pour les femmes argentines et toutes les femmes du monde. Le Sénat local a voté contre la loi autorisant l’avortement. Le poids des réactionnaires de tous poils et de l’église catholique a écrasé le droit à la justice et à la liberté. De quel droit les hommes ont-ils un avis sur qui concerne le ventre des femmes ? De quel droit les religions enferment-elles les femmes dans la violence des avortements clandestins ?

Le slogan des opposant-es était « Sauvons les deux vies ». Nous savons tous-tes que la vie des femmes ne compte pas pour eux et que ce slogan n’est qu’hypocrisie. Les avortements clandestins tuent.

Alternative libertaire partage la douleur et affirme son entière solidarité avec les femmes argentines et toutes les femmes du monde privées du droit d’avorter en sécurité par la dégueulasserie des hommes au pouvoir et des religions.

Le combat continue, partout, tout le temps.

Alternative libertaire, le 9 août 2018


http://alternativelibertaire.org/?Droit ... nde-entier
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32054
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 21:13

L’accès à l’avortement n’est pas une réalité pour toutes dans le monde

Un droit qui n’est pas encore accessible à toutes les femmes dans le monde, loin s’en faut. Tour du monde de l’inégal accès à l’IVG.

... https://blogs.mediapart.fr/vilmauve/blo ... s-le-monde
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32054
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 15 Aoû 2018, 22:54

Interview
«Le système patriarcal pèse sur les structures politiques»

Continent inégalitaire et globalement répressif sur l’IVG, l’Amérique latine est toutefois ébranlée par une vague de mouvements féministes, explique le chercheur Franck Gaudichaud.

Si l’Argentine débat ces temps-ci de l’avortement, le sujet reste l’un des grands tabous du continent sud-américain. Maître de conférences en études latino-américaines à l’université de Grenoble, Franck Gaudichaud revient sur ce droit bafoué à travers un continent où l’Eglise et le système patriarcal régissent encore souvent la société.

... http://www.liberation.fr/planete/2018/0 ... es_1671420
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32054
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 02 Sep 2018, 23:23

Avortement en Belgique : La caravane des femmes pour le droit de décider

Image

Une initiative du COLLECTIF DES 350

Cher.e.s signataires du Manifeste des 350,

Partout dans le monde, les femmes sont discriminées, et particulièrement en ce qui concerne la maternité et les interruptions de grossesse.

Forcer une femme à poursuivre une grossesse est indigne d’une démocratie ; la menacer d’une peine de prison pour une IVG aussi.

Il est plus que temps de réellement légaliser l’IVG en Belgique, sans injonction religieuse ou idéologique. La loi doit en priorité tenir compte du vécu des femmes et prévoir de bonnes conditions médicales, sans jugement moral ni infériorisation.

Rejoignez la Caravane des femmes
Ensemble, marchons pour une réelle légalisation de l’IVG!

Rendez-vous le dimanche 9 septembre à 14h
devant le palais de Justice de Bruxelles.


http://avortementeurope.org/avortement- ... de-decider
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 20 Sep 2018, 20:17

L'accès à l'IVG très compliqué à l'hôpital de Fougères

Depuis le départ à la retraite d'un gynécologue de l'hôpital de Fougères, il est très difficile d'accéder à l'interruption volontaire de grossesse dans l'établissement. Les deux praticiens du service invoquent leur clause de conscience. La direction de l'hôpital cherche des solutions.

Le collectif féministe fougerais a alerté la direction de l'hôpital dès le mois de juin. "Ce sont des femmes qui nous ont indiqué que l'hôpital les renvoyait sur Rennes" explique Helène Hocquard, membre du collectif. Dans l'établissement public, le gynécologue qui effectuait la grande majorité de ces avortements chirurgicaux est parti à la retraite. "Un hôpital devrait s'organiser en amont, pour assurer une continuité du service" estime la militante. En moyenne, 4 à 5 avortements chirurgicaux étaient réalisés chaque mois, il n'y en a plus qu'un à deux par mois, grâce à un médecin à temps partiel. Les deux autres praticiens dans le service invoquent leur clause de conscience. Cette clause de conscience est inscrite dans le code de déontologie de la médecine, elle permet aux médecins de refuser de pratiquer un avortement.
"Si les médecins ne se sentent pas de faire une IVG, ils n'ont qu'à changer de spécialité"

Pour Céline Santo, du collectif féministe fougerais, cette possibilité d'utiliser la clause de conscience est un frein à l'accès à l'IVG, pourtant inscrit dans le droit français. "Pratiquer un avortement chirurgical, cela devrait figurer dans la fiche de poste d'un gynécologue en hôpital public" estime la jeune femme. Son collègue, Yann Chauvière estime lui "qu'on entend de plus en plus souvent cet argumentaire du côté des gynécologues, alors que l'accès à l'interruption volontaire de grossesse est un droit".

... https://www.francebleu.fr/infos/sante-s ... 1537201649
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32054
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 23 Sep 2018, 22:01

"Liberté égalité fraternité IVG"

Mardi dernier, pour "fêter" la panthéonisation de Simone Veil, le débat sur l'IVG s’est vu relancé au micro de Quotidien par le docteur Bertrand de Rochambeau...

Le docteur Bertrand de Rochambeau, président du syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France, qui expliquait ne plus vouloir pratiquer d’IVG en comparant l'interruption volontaire de grossesse à un homicide... et en invoquant sa clause de conscience - oui un peu comme on jetterait son kleenex par terre pour observer la réaction des passants- et justement les réactions ne se sont pas faites attendre pour animer cette énième resucée d'un débat que l'on croyait totalement éculé.

L’argument le plus surprenant pointé par les défenseurs de la clause de conscience et du droit à laisser les femmes se dépêtrer toute seule avec leur grossesse non désirée c'est : Les gynécologues obstétricien ont choisi ce métier pour donner la vie - sous-entendu et "pas la mort".

Et c'est assez cocasse cette idée que le rôle du gynécologue obstétricien serait de donner la vie.

Parce que si le terme "donner la vie" me semble déjà relativement emphatique pour la mère qui accouche ; pour l'obstétricien ou l'obstétricienne, cela me paraît carrément impropre.

Parce que si on va par là, y a pas mal de bouteilles de bordeaux, de dîners aux chandelles, de banquettes arrière de twingo, voire même de pannes de courant ou de pots de lubrifiant dont le concours me paraît nettement plus décisif dans la course au titre de "celui qui donne la vie".

Sans déconner, ils se prennent pour qui? Dieu?

Et puis ça rime à quoi de ne nous jeter la clause de conscience à la tronche au moment où l'on doit faire face à une grossesse non désirée. C'est quoi, c'est démerde toi... Parce que moi tu vois... Mon super pouvoir c'est plutôt de... donner la Vie ! Alors apprends à contrôler ce qui passe par tes trompes de Fallope et reviens me voir le jour où tu voudras des gosses !

Quand on sait qu'une femme est féconde environ 6 jours par mois pendant une quarantaine d'années ; qu'un homme est fertile à chaque coup de trique et que paradoxalement la maîtrise de la contraception est majoritairement assignée …aux femmes. Il faut encore qu'elles se débrouillent face à la clause de conscience de médecins leur balançant leurs fantasmes de "donneur de vie universelle" en plein utérus.

Non mais franchement ce pseudo débat serait réglé depuis des lustres si les hommes pouvaient tomber enceinte à chaque fois qu'ils ouvrent leurs braguettes. Depuis combien de temps les difficultés survenant dans la maîtrise de la contraception seraient comprises si les hommes en assumaient vraiment la charge et surtout le risque? C’est ce que disait la semaine dernière le Dr Baptiste Beaulieu dans l’émission d’Ali Rebehi :

Oui, je crois que si chaque fois qu’un homme jouissait avec une femme en engageant son corps / sa santé / sa responsabilité / sa carrière pour les 80 ans à venir, on pourrait lire aux frontons des mairies : « LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ IVG »

C’est pourquoi je propose que chaque fois qu'un hétérosexuel ouvre sa braguette, sa partenaire lui offre le choix entre soutenir le droit des femmes à l'avortement ou la vasectomie.

Ce serait une bonne façon d'en responsabiliser certains, vous ne vous ne pensez pas?

https://www.franceinter.fr/emissions/le ... embre-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 23 Sep 2018, 22:57

La coprésidente du planning familial réagit aux déclarations de Bertrand de Rochambeau sur l'IVG

Le 11 septembre, Quotidien diffusait une interview de Bertrand de Rochambeau, le président du syndicat des gynécologues, dans laquelle il affirmait refuser de pratiquer les IVG. Des propos qui ont fait bondir la coprésidente du Planning familial, Véronique Séhier, scandalisée par ce refus de respecter le choix des femmes. Elle s'est expliquée au micro de notre reporter.

Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Précédente

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités