Montpellier et Hérault (34)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 03 Fév 2017, 20:30

Samedi 4 février 2017

B.D.S. fait son cinéma

De 14 heures à 18 heures 30 : débats.
A 20 h : film "Road map to apartheid"

Le Royal occupé, 13 rue Boussairolles

https://herault.demosphere.eu/rv/6540




Assemblée pour les luttes : ce n’est pas de président mais de société qu’il faut changer !

Assemblée pour les luttes ce samedi 4 février 2017 à 14h au Luttopia OO3, 2 avenue de Castelnau, quartier Beaux-Arts à Montpellier. Nous lancerons, avec vous, la campagne anti-électorale et pour les luttes : ce n’est pas de président mais de société qu’il faut changer !.

L’Ag contre l’état d’urgence nous présente sa campagne contre les violences d’état et la répression. Nous nous retrouvons tous les mardi à 19h30 au Barricade, 14 rue Aristide Ollivier, quartier Gare à Montpellier.

Ce n’est pas de président, mais de société qu’il faut changer !

Assemblée pour les luttes ce samedi 4 février 2017 à 14h au Luttopia OO3, 2 avenue de Castelnau à Montpellier.

Page facebook de l’Assemblée pour les luttes - Montpellier
Communication : com@nuitdeboutmontpellier.org
Page facebook de l’événement
Lien sur démosphère
• Info luttes
• Pour axe de travail : Ce n’est pas de président mais de société qu’il faut changer !

Parce que nous avons été nombreuses et nombreux, d’horizons différents, à nous retrouver au sein de l’Assemblée Populaire pour lutter contre la loi travail et son monde, pour une société libre, égalitaire et démocratique.

Parce que nous nous sommes organisé-e-s suivant les principes de démocratie directe, d’autogestion et d’horizontalité.

Parce que les élections présidentielles sont la négation de nos luttes passées, actuelles et futures.

Parce qu’elles légitiment le mode de fonctionnement liberticide du régime en place.

Parce qu’elles essoufflent les luttes sociales en cherchant à canaliser leur capacité à contester l’ordre établi.

Parce qu’elles invisibilisent ou instrumentalisent à des fins politiciennes la question des inégalités économiques et sociales.

Campagne contre les violences d’état et la répression. Solidarité, mobilisons-nous !

http://lepressoir-info.org/spip.php?article721
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 08 Fév 2017, 08:22

Mercredi 8 février 2017

projection du film :« Harlan County, USA »
documentaire de Barbara KOPPEL (1977)

En 1973, les mineurs de Brookside, dans le comté de Harlan (Kentucky), adhèrent au syndicat U.M.W.A.. Leurs patrons refusent de signer une convention collective. Débute alors une grève de treize mois, qui s'achève sur une victoire très fragile des ouvriers-mineurs. Pendant la durée du conflit, Barbara Kopple a filmé les grévistes, l'entrée des femmes dans la lutte, les vieux mineurs atteints de silicose.

« Ce documentaire exceptionnel donne une image de l'Amérique fort différente de celle, médiatisée, mythifiée à laquelle nous sommes habitués. » Mais, on y découvre aussi « une authentique culture populaire, dans ses chansons, sa mémoire collective, son invention de formes nouvelles du "vivre ensemble". »

« Fallait-pas » gourmand (chacun apporte n truc à boire et manger) après la projection pour ceux qui veulent discuter du film ou d'autres choses

à 20h30, Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, 34 Montpellier

https://herault.demosphere.eu/rv/6519
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 09 Fév 2017, 15:10

Vendredi 10 février 2017

Présentation-débat autour du livre "Chômage, précarité, halte aux idées reçues"

à 18h, Bar le Dôme, 2 Avenue Georges Clemenceau, Montpellier

Le mouvement national des chômeurs et précaires publie un ouvrage pour déconstruire les clichés et présenter des solutions au fléau du chômage. Une présentation-débat autour du livre est proposée avec des représentants du MNCP et d'associations partenaires.

https://herault.demosphere.eu/rv/6564
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 11 Fév 2017, 11:07

Samedi 11 février 2017

Face à l'inacceptable violence qui a été faite à Theo, jeune d'Aulnay sous Bois, qui n'est que la goutte d'eau qui fait déborder le vase des innombrables violences policière, nous organisons un rassemblement contre cette injustice.

à 14h, Place de la Comédie, Montpellier

https://www.facebook.com/AGMontpellierEtatdUrgence/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 14 Fév 2017, 14:48

Mercredi 15 février 2017

Apéro/ Débat Les rouges brun : confusionnisme et anti système

Cet apéritif débat organisé par Alternative Libertaire Montpellier cible les rouge-bruns.

Ces "intellectuels" ont tous une posture anti-système. On verra que l' "antisystème" ne veut rien dire. Ces penseurs, font reference à des idées de gauche pour finir par des idioties réactionnaires et parviennent à berner de nombreuses personnes.

Chouard commence par une référence à la démocratie athénienne pour finir par une critique de la finance qui confine à l'anti-sémitisme.

Zemmour fait référence à Marx fréquemment et se prétend l'ennemi du système alors qu'il a été grassement rémunéré par les chaines publiques. Son programme : la France du Maréchal Pétain.

Soral se prétend anticapitaliste et même antit-raciste. Pourtant, son message ne contient rien d'autre que des saillies antisémites et anti-femmes....

Nous vous invitons a venir débattre de ces faux anti-systèmes et vrais larbins du capital le 15 février à 19 h30 au Barricade


Image

http://al-montpellier.over-blog.com/201 ... steme.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 17 Fév 2017, 12:51

Samedi 18 février 2017

Pour Théo & toutes les victimes de la police

Dans l’après-midi du 2 février, Théo est violé et passé à tabac par la police d’Aulnay. Suite à ça, une déchirure de 10cm lui a été diagnostiquée, il a dû être opéré et porte maintenant une « poche » gastrique. L’IGPN (la police des polices) dénie la qualification de viol et parle d’une introduction accidentelle, alors que c’est en soi impossible. C’est toute l’institution policière qui est mouillée dans cette affaire, ainsi que la justice qui préfère condamner rapidement des « jeunes » qui se sont révoltés tout en laissant les policiers auteurs des faits en liberté.

Retrouvons-nous nombreux et nombreuses pour montrer notre solidarité avec les habitant-es des quartiers populaires et avec Théo, contre la hagra, samedi 18 février à 14h, arrêt de tram Sait-Paul, quartier de la Paillade.

En réponse à ces violences policières qui ne sont pas des bavures, mais une continuité dans la gestion néo-coloniale des quartiers populaires, du racisme et des violence d’état, de l’exploitation, du chômage et de la précarité : depuis le jour du drame, de multiples « attroupement » se sont déroulés dans des banlieues, ainsi que des rassemblements et des manifestations et blocage économiques dans des centres-villes déjà plus dune cenqantaine de poursuite ont été requise contre des révoltés.

Samedi dernier partout en France alors que des révoltés était jugé, des milliers de personnes se sont réunies pour dénoncer les violences policières dans les quartiers populaires, le racisme quotidien des flics et des politiques, Face au tribunal de Bobigny la colère concentré en un point se traduit par une émeute généralisée autour du tribunal puis dans plusieurs départements.

La révolte gronde et continue de s’étendre même si les médias n’en parlent pas toujours ou s’emploi a mépriser ce mouvement. Il est temps de toutes et tous descendre dans la rue pour crier notre légitime défiance face à ceux qui prétendent nous gouverner en frappant les plus démunis ou celles et ceux qui l’ouvrent un peu trop à leur goût.

Pour que l’événement soit une réussite, nous invitons tout le monde à rédiger son propre appel, ramener des banderoles ou des pancartes, de la nourriture à partager, préparer des prises de parole & tout ce qui vous semble nécessaire.

Retrouvons-nous nombreux et nombreuses pour montrer notre solidarité avec les habitant-es des quartiers populaires et avec Théo, contre la hagra [1], samedi 18 février à 14h, arrêt de tram Sait-Paul, quartier de la Paillade.


Notes
[1] signifie à la fois mépriser, humilier et commettre une injustice par la force


https://lepressoir-info.org/spip.php?article742
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 18 Fév 2017, 17:52

Mardi 21 février 2017

MON CORPS, DES DROITS, JE DÉCIDE. Pour un avortement libre et gratuit : Projection et discussion au Royal Occupé

à 19H30 au Royal Occupé, 13 rue Boussairolles

La Collective 34 vous invite à une projection du film « Yo decido, el tren de la libertad », précédée et suivie d'une discussion.

Ce documentaire [2014, 42 min] collectif et engagé revient sur les grandes actions contre le projet de loi anti-avortement du gouvernement Rajoy, en Espagne et ailleurs.


Image

Les avancées sur les droits des femmes, obtenues par les luttes ces dernières décennies, sont régulièrement remises en cause. On observe un peu partout une attaque idéologique menée par les réactionnaires, en lien avec les politiques capitalistes des gouvernements qui tendent vers une plus grande précarisation des femmes et une remise en question de leurs droits.

Le contrôle des naissances, par le biais des politiques natalistes mises en place par les États et appuyées par une forte influence idéologique des religions, reste un enjeu fort de perpétuation du système capitaliste et patriarcal pour bénéficier de chair à patron pour les besoins économiques et de chair à canon pour les guerres économiques et coloniales. Ainsi, la main mise sur le corps des femmes, qui les empêche de décider par elles-même et pour elles-mêmes, les relègue dans la sphère privée et les enferme dans un rôle de reproductrice. Toute évolution émancipatrice pour les femmes risquerait de faire vaciller le système hétéropatriarcal dans ses bases les plus solides.

Depuis plusieurs années, des réformes contre le droit à l'avortement se multiplient dans différents pays (Espagne, Pologne, Pérou, États-Unis, …). Et quand il n'est pas directement menacé, des restrictions de budgets, des fermetures de centre IVG, des clauses de conscience du corps médical, le tout accompagné de discours rétrogrades et moralistes, rendent l'accès à l'avortement de plus en plus difficile pour beaucoup de femmes (France, Italie, …).

Loin d'être dépassées, les luttes pour l'accès à l'IVG sont toujours nécessaires dans les pays l'autorisant, sans oublier que nombre de femmes dans le monde sont toujours contraintes aux avortements clandestins ou aux maternités subies.

L'importance et la détermination des mobilisations en Espagne (en 2014) et en Pologne (en 2016) ont permis aux femmes de conserver ce droit et montrent que seules la lutte et la solidarité peuvent empêcher des reculs sociaux et nous garantir d'éventuelles avancées.

Face à ce sombre tableau, il nous apparaît essentiel de reprendre, aujourd'hui, en France, une offensive idéologique pour la liberté des femmes à disposer de leur corps afin d'alerter sur la remise en cause de ce droit menacé par une prolifération des discours anti-avortement dans différentes sphères de la société et les difficultés accrues pour accéder à un avortement dans des conditions décentes.

Pour cela, nous vous proposons de venir en discuter le mardi 21 février à 19H30 au Royal Occupé.

La Collective 34

https://lepressoir-info.org/spip.php?article749
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 23 Fév 2017, 08:38

Montpellier jeudi 23 février 2017

« La justice hors la loi », Réfractions N° 37, rencontre-débat animé par Jean-Jacques GANDINI

Présentation de l’édito de la nouvelle parution de la revue Réfractions, et annonce d’une rencontre-débat autour de la thématique de ce numéro 37, "la justice hors la loi",
à 20h30 au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - Montpellier.

La justice hors la loi, editorial du n°37 de la revue anarchiste Réfractions

Si un slogan volontiers repris par les manifestants anarchistes est « No justice, no peace » (pas de justice, pas de paix ; sous entendu de paix sociale), alors il nous faut aborder la question de savoir ce que nous appelons justice en anarchie. Reprenant et télescopant des thématiques abordées dans les n°6 (De quel droit ?) et n°31 (Les conflits c’est la vie), cette nouvelle parution s’attelle à interroger cette question de la justice en anarchie, aussi bien sous l’angle de ce qui peut fonder le sentiment de la justice, que sous l’angle pratique de comment penser l’acte de juger.

Dès lors en effet que l’on n’abdique pas à une entité supérieure – l’État – la fonction et le pouvoir de juger, et à la suite, le monopole de la violence légitime (pour le maintien de l’ordre en amont et la mise en œuvre de la sanction en aval), à quelles questions une collectivité humaine doit-elle répondre pour imaginer les mécanismes d’un système de justice ? Peut-on laisser aux seuls protagonistes d’un conflit le soin de le résoudre ou bien l’intervention d’un tiers est-elle inéluctable, et dans ce cas selon quelles modalités : simple médiation (faire se rapprocher les protagonistes au conflit), conciliation (proposer une solution au conflit) ou décision (imposer une solution au conflit) ? Ce qui amène immédiatement la question de ce qui se joue dans l’acte de juger, pour les protagonistes du conflit comme pour le corps social : le moment de la justice est-il nécessairement postérieur au moment du droit ? Autrement dit, y at- il une règle abstraite préalablement posée qui conduit à ce que le moment de la justice soit celui du traitement de l’infraction à cette règle ? Ou bien est-ce le conflit lui-même qui, heurtant quelques grands principes d’inspiration universelle (ne pas aTenter à la vie ou à l’intégrité physique d’autrui, ne pas permettre qu’un individu n’ait pas les moyens économiques et sociaux effectifs pour vivre en liberté et à égalité avec les autres, dans une société donnée, etc.), va permettre de produire une règle spécifique pour chaque situation de conflit ? Quelle place fait-on à la transgression des règles qui peut être aussi un moyen de les faire évoluer ? Quel doit être le but de l’acte de juger si l’on écarte l’idée de punir ? Ce qui amène aux débats autour de la justice dite transactionnelle ou réparatrice.

Au travers d’articles de fond, de compte-rendus d’expériences historiques ou actuelles (chacune prise dans leur contexte singulier) ou encore de commentaires d’ouvrages, ce numéro 37 tente de poser les termes possibles d’un débat que les anarchistes ne peuvent éviter, pour dépasser l’image d’Épinal de l’anarchie contre toutes les lois. On peut à ce propos faire un parallèle avec la thèse de Karl Marx ainsi résumée par Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère dans leur ouvrage Le procès des droits de l’Homme (voir note de lecture infra) : « Dans la phase supérieure de la société communiste, nous vivrons dans le pays de cocagne de la société d’abondance, habitée par des hommes libres de toute aliénation, où le droit ne serait en conséquence d’aucun usage. »

Dans une première partie, nous revenons sur les conceptions anarchistes du droit et de la justice, qui ne se réduisent pas à une conception univoque, mais qui ont toutes en commun de se distinguer de la loi imposée par l’État. Il existe en effet la possibilité d’élaborer des règles collectivement, dans une société exempte de l’exploitation capitaliste et de la domination étatique, qui puissent être adéquates à une réelle justice. Dans cette perspective, la conception d’une justice anarchiste ne renvoie pas cependant à une harmonie vierge de tout conflit et de tout questionnement, ne serait ce qu’en termes d’évaluation de la responsabilité individuelle. C’est ce qui nous amène à la seconde partie, où nous abordons concrètement de quelle manière la règle anarchiste peut être appréhendée dans ses multiples dimensions. Il sera alors question de savoir si elle peut prendre la forme du jeu, s’il est envisageable de concevoir le jugement dans une société libertaire ou encore s’il est possible, voire nécessaire, de pouvoir en transgresser les normes. L’examen d’exemples comme le règlement des conflits au Rojava kurde, dans les communautés indigènes d’Amérique centrale ou dans l’Espagne révolutionnaire de 1936 nous permettront d’illustrer ces problématiques. Enfin, dans une perspective critique du droit contemporain seront analysés le droit de la médiation institutionnelle, qui neutralise les collectifs de résistance, ainsi que l’utilisation abusive de la génétique comme administration de la preuve, qui constituent quelques cas parmi d’autres représentant L’organisation de la Vindicte appelée Justice, texte toujours d’actualité de Kropotkine reproduit dans ce numéro.

Si la justice consiste à évaluer le comportement des individus en fonction d’un ensemble de lois morales ou juridiques, et à les punir s’ils les transgressent, alors il est évident que les anarchistes la rejetteront toujours. Du moins est-ce le cas dans une société dont les lois ne sont que l’expression d’une autorité illégitime.

Mais qu’en serait-il dans un groupe ou dans une société anarchistes ? Si les lois sont énoncées de façon égalitaire par des individus libres et autonomes qui s’associent et décident en commun de leur destin, comment les faire appliquer ? Comment réagir en cas de transgression ?

https://lepressoir-info.org/spip.php?article719
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 02 Mar 2017, 17:00

Vendredi 3 mars 2017

Débat/Concert contre la répression du mouvement social

18h30 : Accueil - Apéro
19h : Débat sur la répression des mouvement sociaux avec Cédric Herrou, condamné pour avoir aidé des migrants
20h : Concerts : Lo Barrut, Bois Vert, Djé Balèti

Luttopia OO3, 2 avenue de Castelnau ; 34000 Montpellier

https://www.facebook.com/events/729906597179233/



Samedi 4 mars à Béziers

Rassemblement Mobilisons-nous contre les objectifs de l’extrême droite.

à 11h, Allées Paul Riquet, près du Théâtre, Béziers

Rassemblement Mobilisons-nous contre les objectifs de l'extrême droite.

A 11h Allées Paul Riquet, au pied de la statue Paul Riquet.

Une fois de plus Robert Ménard essaie de faire de notre ville le point de rencontre de toutes les extrêmes-droites d'Europe. Il organise un colloque aux relents identitaires.

Cette fois-ci c'est « l'islamisation de l'Europe » qui serait un danger pour nos pays et nos concitoyens. Notre façon de vivre, notre culture seraient menacées par de nouveaux barbares. Chacun dans notre ville se souvient de l'affiche honteuse contre les migrants posée par la municipalité, rapidement retirée grâce à la force de notre résistance.

Il y a eu les enfants classés, fichés d'après l'origine supposée de leurs prénoms, la négation des guerres coloniales, l'arme affichée des policiers municipaux comme seule solutions pour régler les problèmes de sécurité, la chasse aux subventions des associations et syndicats « mal pensants », les procès contre tous les opposants et les journalistes non alignés… A toutes les questions Monsieur Ménard répond par l'incitation à la division et à la haine. Le bilan à mi-mandat est terrible.

Aucun des problèmes fondamentaux ne trouve un début de solution dans notre ville : pauvreté, chômage, exclusion, violences sociales, insécurité…

La population de Béziers, comme celle du pays, veut rester, plus encore qu'autrefois, peuple de solidarité. C'est notre réponse à la violence du monde. Démocrates de toutes sensibilités, croyants des diverses religions et non croyants, laïques, militants de la justice sociale et citoyens, nous proclamerons une fois de plus notre volonté de vivre ensemble, solidaires.

En nous rassemblant samedi 4 mars à 11h au pied de la statue Paul Riquet pour montrer notre détermination. Chacun pourra exprimer ses sentiments et le manifester.

Un repas tiré du sac permettra, dans l'espace public, la poursuite du partage des cultures.


http://lahorde.samizdat.net/event/bezie ... ce_id=2454
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 03 Mar 2017, 16:23

Vendredi 3 et samedi 4 mars 2017 à Sète

La Commune, film de Peter Watkins

Cinéma Le Palace, 24 avenue Victor Hugo, 34200 Sète
Vendredi à 19h et samedi à 14h

Dans le cadre de la Semaine sur le mouvement ouvrier sétois, le Ceucle Occitan Setori projette le film de Peter Watkins (1e partie).

L'entrée est gratuite.

https://herault.demosphere.eu/rv/6652 et https://herault.demosphere.eu/rv/6653



Samedi 4 mars à Montpellier

Être solidaires, aujourd'hui, qu'est-ce que ça veut dire ?

Le Collectif Bienvenue Migrant-e-s 34 vous invite à une discussion et un partage d'expériences de solidarité avec les personnes migrantes, en présence de Cédric Herrou, militant de la vallée de la Roya, inculpé pour délit de solidarité (http://delinquantssolidaires.gandi.ws/)

à 15h à Luttopia 003 2 Avenue de Castelnau (Beaux Arts)

https://herault.demosphere.eu/rv/6680
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 05 Mar 2017, 18:22

Semaine des droits des Femmes à Montpellier

Paul et Valérie - Semaine des droits des femmes

Lundi 06/03
18h - Salle Camproux
Conférence de Geneviève Duché, Docteur d'état ès sciences économiques, diplômée en sociologie et en psychologie, membre du Bureau du CIDFF34.
Les droits des femmes et l'Egalité, des années 1970 à aujourd'hui : un combat toujours nécessaire.

Mardi 07/03
12h - Salle Camproux
Conférence de Marie - Noëlle Lanuit, sexologue, sur le plaisir féminin.
16h - Salle Camproux
Table ronde en présence de Benoit Bories réalisateur du documentaire "Les bijoux de famille" et de deux étudiants de master travaillant sur la contraception.
La contraception : Une histoire de femmes ?
18h30 - Salle Camproux
Conférence de Edith Vallée
Celles qui tournent le dos à la maternité

Mercredi 08/03
Toute la journée
Mises en scène et improvisations sur le campus

Jeudi 09/03
18h - Salle Camproux
Projection de "Moi Nojood 10 ans, divorcée"
En présence d'un des acteurs, étudiant à l'université Paul Valéry.
20h30 - Salle Jean Moulin
Concert : Picon mon Amour et Une Touche D'Optimisme

https://www.facebook.com/events/1145851212179530/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 06 Mar 2017, 18:28

Mercredi 8 mars 2017

Projection du film "We want sex equality"
Dans le cycle « Colères du Temps » projection du film de Nigel Kole (2010)

à 20h30, Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, 34 Montpellier

« We want sex equality »

En juin 1968, dans l'immense usine Ford de Dagenham dans la banlieue Est de Londres, les 183 ouvrières-couturières (sur 55 000 salariés du site), travaillant à l'habillage des sièges de voitures, sont brutalement déqualifiées par la direction.

Cela signifie qu'elles gagneront moins et perdront un certain nombre d'acquis".

Elles s'engagent alors dans une lutte pour retrouver leur qualification qu'elles transforment rapidement en une grève pour l'égalité des salaires entre hommes et femmes (différence de 15 % à l'époque) qui va marquer l'Histoire de la Grande Bretagne et de l'Europe.

Après la projection du film « Fallait-pas » pour ceux et celles qui veulent discutailler autour d'un verre. On pourra aussi s'égosiller sur des chants féministes

https://ascaso-durruti.info/pagebarr/vi ... s2017.html



jeudi 09 mars 2017

"Ambiance Bois, le travail autrement" Autogestion ! Une expérience de 30 ans : le témoignage d’ "Ambiance Bois"

La voie vers l’autogestion n’est pas un long fleuve tranquille : projection, apéro, débat avec un coopérateur à "Ambiance bois" (Société Anonyme à Participation Ouvrière). Jeudi 09 mars 2017, dès 19h30 au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - quartier Gare, Montpellier.

Autogestion ! Une expérience de 30 ans : le témoignage d’"Ambiance Bois"
Projection-débat du film de Sophie Bensadoun (2014)



"La voie vers l’autogestion n’est pas un long fleuve tranquille. Les nombreux écueils ou bancs de sable s’appellent « prises de décision », « pouvoirs », « relations à l’économie réelle », « compétitions entre services de l’entreprise », « différences salariales », « ancienneté », « croissance », « grande-gueulisme ».

Il existe pourtant un archipel d’expériences qui savent durer et évoluer sans pour autant se renier. Mais comment faire pour y parvenir ?

« Ambiance bois », petite SAPO (Société Anonyme à Participation Ouvrière) du Limousin valorisant les bois du plateau de Millevaches, fait partie de cet archipel depuis presque 30 ans. Son alchimie : salaire unique, rotation des tâches, temps partiel, développement local, ... Un film et un coopérateur viennent à vous pour témoigner, et inviter à l’essaimage car rien ne sert de grossir !"

19h30 : mise en bouche avec un "Fallait pas"
20h30 : projection du film "Ambiance Bois, le travail autrement" de Sophie Bensadoun (2014)
21 h 30 : débat avec Rémy Cholat, coopérateur à "Ambiance bois"

Jeudi 09 mars 2017, dès 19h30 au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - quartier Gare, Montpellier.

http://lepressoir-info.org/spip.php?article759
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 10 Mar 2017, 12:05

Samedi 11 mars 2017

Manifestation contre les violences d'Etat et la répression

à 15h, Place de la Comédie, Montpellier

A l'initiative de l'AG contre l'état d'urgence et les violences d'état.

https://herault.demosphere.eu/rv/6666


Samedi 11 mars 2017

6 ans après #Fukushima, #RASSEMBEMENT en solidarité avec le Japon

à 14h, Office du tourisme place de la Comédie

Pour alerter sur les risques que la faillite financière d'#EDF fait courir à des #réacteurs vieillissants et frappés de multiples #anomalies avec une dette de 74 milliards d'€.
Manifestation organisée avec le soutien d' Arrêt du Nucléaire 34.

https://www.facebook.com/events/1667328 ... 7100874037
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 17 Mar 2017, 19:18

Samedi 18 mars 2017

Marche de solidarité 6eme anniversaire de la Révolution Syrienne

À l'occasion du 6e anniversaire de la Révolution Syrienne, les Syriens de France et leurs amis se réuniront partout dans le pays.

FreeSyria Montpellier et le collectif Syrie : pour un cessez-le-feu immédiat, vous invite le 18 Mars à une marche en soutien au peuple Syrien.

Départ à 15h devant l'office du Tourisme de Montpellier, Place de la comédie.

https://www.facebook.com/events/1339163322839326/



Dimanche 19 mars au Pêyrou

Contre le racisme, les violences policières, la hogra,
la chasse aux migrant-e-s et pour la liberté de circulation


12h repas tiré du sac et animations
14H départ en manifestation

Le racisme agit sur la vie de millions de Noir-e-s, Arabes, Rrom-e-s, musulman-e-s… Entre 5 et 8 fois plus contrôlé-e-s par les flics, plus pauvres que la moyenne, discriminé-e-s à l'embauche, dans l'accès au logement ou à l'éducation, les racisé-e-s subissent directement la violence du racisme qui amplifie toutes les autres formes de discrimination (de classe, de sexe, de genre…). Un argument servant de base au racisme le plus large est qu'«on ne peut pas accueillir toute la misère du monde». Il y a déjà trop de chômage, trop de dettes… et trop de pays pauvres et en guerre, notamment à cause du colonialisme. Accepter cet argument, c'est se condamner à accepter aussi tous ceux qui justifient les politiques d'austérité… au nom de la même logique d'opposition des misères entre elles : on ne peut donner du travail à tout le monde, on ne peut pas rembourser tous les médicaments, faut baisser les salaires, etc.

Il est de plus en plus urgent de faire bloc le plus largement possible (et un mouvement) contre les offensives racistes et sécuritaires, contre le délit de solidarité. Il existe localement des mobilisations notamment autour de la solidarité avec les migrant-e-s mais aussi sur les violences policières, la répression, les sans-papiers, les Rrom-e-s, la lutte contre l'islamophobie, contre l'antisémitisme, etc. C'est l'occasion de faire converger ces luttes et de leur donner une visibilité. Ce qui s'est exprimé autour des habitant-e-s de la Roya est un signe.

C'est pour quoi nous appelons à manifester le dimanche 19 mars à Montpellier pour la Justice et la Dignité parce que :

La revendication légitime de Vérité et de Justice portée par ces familles victimes de violences policières doit être soutenue.

La banalisation des discours, des actes racistes et leur caractère structurel sont inacceptables.

Les droits démocratiques doivent être défendus face à l'état d'urgence et des mesures liberticides qui touchent particulièrement celles et ceux qui subissent le racisme.

L'accueil des migrant-e-s dans des conditions dignes et la régularisation de tous les sans papiers doivent être opposés à l'Europe forteresse.

Signataires : Cimade Languedoc-Roussillon, Collectif Migrant-e-s Bienvenue 34, La Collective 34, Coordination des Groupes Anarchistes 34, Ensemble ! 34, RESF 34, NPA 34, Union Juive Française pour le Paix 34,


https://herault.demosphere.eu/rv/6758
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 24 Mar 2017, 08:15

Vendredi 24 mars 2017

Pourquoi nous ne votons pas ? Quel anti-électoralisme, pour quelle société ?

Cette élection présidentielle est caricaturale ; elle renforce encore la défiance qui existe envers les politiciens. Nous sommes beaucoup à être persuadé-e-s que les régressions sortiront des urnes. Cependant, cette défiance peut être circonstancielle pour certain-e-s, se traduire par une dé-politisation ou un repli individuel pour d'autres, ou encore être à l'origine de tentatives de réformes du système électoral (comptabilisation du vote blanc, candidats citoyens, tirage au sort, etc.).

Aussi, il est important pour nous d'affirmer et d'échanger sur l'anti-électoralisme que nous portons en tant qu'anarchistes. Notre anti-électoralisme s'ancre dans un refus de donner une légitimité à des personnes qui ne nous représentent pas, et veut battre en brèche l'idée que l'on peut changer de société en élisant de nouveaux chefs, en réformant le capitalisme. Il est en ce sens révolutionnaire, porteur de luttes sociales et d'un projet de société différent.

Le groupe de Montpellier de la Coordination des Groupes Anarchistes organisera un échange sur ces questions et celles que vous porterez autour du vote et des élections, le vendredi 24 mars à 19 h 30 à la librairie « La Mauvaise Réputation » (quartier Ste Anne à Montpellier)

http://c-g-a.org/content/pourquoi-nous- ... le-societe
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités