L'accaparement des terres

L'accaparement des terres

Messagede barcelone 36 » 08 Jan 2012, 21:19

[Vannes]13/01: L'accaparement des terres

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28


Re: L'accaparement des terres

Messagede bipbip » 26 Juin 2016, 16:13

Des Chinois achètent en France des centaines d’hectares de terres agricoles

Dans l’Indre, une société chinoise a acquis cinq exploitations agricoles totalisant 1.700 hectares de terres. Profitant d’une faille juridique, elle a contourné les instances chargées du contrôle du foncier agricole et contribue au développement d’une agriculture sans paysan.

... https://reporterre.net/Des-Chinois-ache ... -agricoles
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'accaparement des terres

Messagede bipbip » 13 Juil 2016, 00:36

La carte mondiale des accaparements de terres : plus de 30 millions d’hectares concernés

Le mouvement d’accaparement de terres se poursuit et s’aggrave. C’est le constat tiré par un nouveau rapport de l’ONG Grain, basée à Barcelone, qui recense près de 500 cas d’accaparement de terres dans le monde dans 78 pays [1]. Plus de 30 millions d’hectares sont concernés, une superficie à peu près équivalente à celle de la Finlande ! La carte ci-dessous, réalisée par Grain, recense les transactions foncières qui ont débuté à partir de 2006 et sont menées par des investisseurs étrangers au pays (la carte recense les superficies supérieures à 500 hectares et destinées à la production de cultures alimentaires) [2] :

... https://www.bastamag.net/La-carte-mondi ... d-hectares
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'accaparement des terres

Messagede bipbip » 16 Fév 2017, 13:20

Multinationales
L’Assemblée examine une loi pour lutter contre l’accaparement de terres en France

Une loi de lutte contre l’accaparement des terres agricoles en France doit être examinée par les députés ce 14 février [1]. « Depuis une décennie, une "libéralisation" du marché foncier est à l’œuvre dans notre pays, souligne Dominique Potier, député socialiste à l’initiative de la proposition. Elle est fondée sur la dérive individualiste de la course à l’agrandissement, un relâchement du contrôle des structures, des brèches législatives ouvertes en 2006 et l’arrivée de fonds spéculatifs à partir de 2008. » La récente acquisition de centaines d’hectares dans l’Indre par des investisseurs étrangers a par ailleurs rappelé que la France n’échappait pas aux phénomènes d’accaparement de terres qui se multiplient en Afrique, en Amérique latine ou en Europe de l’Est.

... http://www.bastamag.net/Une-loi-francai ... ot-adoptee
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'accaparement des terres

Messagede bipbip » 18 Fév 2017, 15:54

Adoption de la loi contre l’accaparement des terres agricoles

Le Parlement a définitivement adopté mercredi la proposition de loi destinée à lutter contre l’accaparement des terres agricoles par de grandes sociétés et à préserver le modèle français d’exploitation familiale, après un ultime vote du Sénat.

... http://www.anti-k.org/2017/02/15/adopti ... agricoles/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 19 Fév 2017, 03:32

Installons des paysans !

Installons des paysans !

Un investisseur financier ambitionnerait d’acquérir des terres agricoles dans le Lochois, au détriment de projets agricoles à taille humaine. La Confédération paysanne rejoint les inquiétudes des autres acteurs agricoles et demande des actes.

Une annonce foncière a été publiée pour proposer 725 hectares de terres dans le Lochois, un investisseur se serait positionné. Des dispositifs existent pour favoriser les candidats qui cherchent à s’installer ou à conforter leurs petites exploitations, la Safer** a pour mission d’analyser les dossiers avec ces critères. Mais le système a des failles, on a vu par exemple récemment un cas dans l’Indre où des investisseurs ont pu acquérir de grandes surfaces sans passer par la Safer*.

La Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, l’UDSEA* et les Jeunes agriculteurs se sont alarmés, à juste titre, de ce projet d’achat par un investisseur (article Nouvelle république du 25/01/17). « La priorité de la Safer* doit être l’installation des jeunes et la pérennité des exploitations », prévient dans cet article le président de la Chambre Henry Frémont.

La Confédération paysanne est agréablement surprise de cette prise de position par des acteurs s’étant jusqu’à présent plutôt illustrés par leur immobilisme voire leur soutien direct à l’agrandissement. Nous espérons que ces paroles seront suivies d’actes pour favoriser des paysans nombreux sur le territoire : nous attendons par exemple qu’ils réclament maintenant que les aides publiques qui sont actuellement distribuées proportionnellement à la surface (favorisant l’agrandissement des fermes) soient plutôt distribuées en fonction du nombre d’actifs agricoles, pour favoriser les installations nombreuses et l’emploi sur les fermes. Il ne suffit pas de déclarer vouloir « [ défendre] une agriculture à visage humain », il faut œuvrer pour la rendre possible !

Le comité Safer* du 26 janvier, auquel siège la Confédération paysanne, a reporté l’examen du dossier au 23 février. Concrètement, cela laisse le temps à tout candidat de se signaler comme intéressé, pour que la Safer* préempte les terres.

Le défi maintenant est de pouvoir replacer toute la surface à des paysans.

La Confédération paysanne de Touraine :

invite tous les candidats intéressés à se faire connaître à la Conf’ et à présenter leur candidature avant le 20 février à la S afer, même pour une surface modeste afin que la Safer* puisse préempter

demande aux parlementaires de prendre leurs responsabilités et de faire évoluer le cadre légal pour donner de réels moyens à la Safer* pour favoriser les candidats qui souhaitent s’installer ou conforter leurs fermes

invite toutes les personnes intéressées à un forum citoyen le samedi 18 mars sur la crise de l’accès à la terre pour les paysans : pour comprendre la spéculation foncière et l’agrandissement et travailler à des solutions pour faire bouger les choses localement (infos à venir sur : indre-et-loire.confederationpaysanne.fr)


http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1679
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 24 Fév 2017, 01:43

Terres agricoles : des actes plutôt que des postures

La Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, l’UDSEA et les Jeunes agriculteurs se sont alarmés d’un projet d’achat de centaines d’hectares par un investisseur dans le Lochois. La Confédération paysanne de Touraine a été agréablement surprise de cette prise de position par des acteurs s’étant jusqu’à présent plutôt illustrés par leur immobilisme voire leur soutien direct à l’agrandissement des fermes. Elle demande maintenant des actes concrets pour favoriser l’installation de paysans. Communiqué.

... http://larotative.info/terres-agricoles ... -2093.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 13 Mai 2017, 14:47

Foncier et agriculture : pourquoi nous sommes tous concernés

Le foncier, l’accès à la terre et sa marchandisation... c’est quoi ? Quel impact sur notre assiette et l’avenir même de notre environnement ? Retour sur le forum entre habitants et paysans organisé à Tours le 18 mars dernier, et annonce d’un nouveau rendez-vous le 16 mai à 19h30.

Quand on parle de foncier, on parle d’agriculture, d’eau, d’environnement, d’alimentation, des générations futures… c’est un sujet qui concerne tout le monde, les paysans comme les habitants. C’est pourquoi la Confédération paysanne avait invité largement le 18 mars consommateurs, associations locales et toute personne intéressée par le sujet.

Quand on parle de foncier, on parle aussi de patrimoine, de retraite des paysans, de maisons de campagnes pour le week-end, de paysages de nos campagnes… C’est un sujet complexe, car il relève de choix individuels en lien avec des enjeux collectifs.

Ces derniers mois en Région Centre, des problèmes autour du foncier ont parfois fait la une des médias : accaparement de terres dans l’Indre, spéculation avec montée des prix de l’hectare dans le Lochois, stratégie de contournement des organismes de régulation. Il s’en passe des choses dans les campagnes… on en est témoin, on peut s’en indigner, pourquoi ne pas aller au-delà et agir ?

... http://larotative.info/foncier-et-agric ... -2220.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 26 Mai 2017, 08:43

Radio : Des agricultures en ville ?
Emission de Demain Le Grand Soir du 24 mai 2017
à écouter : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1719
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 17 Juil 2017, 11:58

Crise agricole : quand les fermes disparaissent

Des fermes d’élevage disparaissent et les terres sont souvent convoitées par des exploitants voisins qui souhaitent s’agrandir. Un nouveau cas en Indre-et-Loire illustre cette tendance. Communiqué de la Confédération paysanne de Touraine.

Un nouveau cas de vente dans le Sud Lochois vient mettre en lumière un scénario devenu malheureusement trop classique : un propriétaire veut vendre ses terres, le fermier locataire est en difficulté financière et ne peut acheter ces terres, alors des exploitants voisins plus puissants y voient une opportunité pour agrandir leur ferme.

C’est ainsi que de nombreuses fermes sont rayées de la carte et que des paysans se retrouvent en cessation d’activité, avec parfois un passif de dettes non soldées. Il s’agit souvent des fermes d’élevage laitier, victimes de la crise et coincées par les investissements que le système les a poussé à faire.

Actuellement, il n’y a pas de recours légal possible si le seul acquéreur est le voisin qui cherche à s’agrandir. Les collectivités locales ou la Safer [1] ne peuvent pas faire du portage foncier, c’est-à-dire d’acheter les terres pour continuer à les louer au paysan en attendant qu’il les achète. Elles n’ont pas les moyens et elles craignent qu’en le faisant elles soient submergées de demande par la suite.

La Confédération paysanne s’alarme du manque de dispositifs pour permettre le maintien de fermes nombreuses sur le territoire. Il est urgent de cherche des solutions pour ne plus être démuni face à ces cas récurrents de démantèlement des fermes. Elle invite toutes les structures et personnes intéressées à réfléchir avec elle à des solutions collectives de portage du foncier.

La Confédération paysanne organisera un nouvel évènement public à la rentrée dans le Lochois. Si les marges de manœuvre n’existent pas aujourd’hui, il est urgent de s’organiser pour trouver des alternatives pour les futurs cas qui ne manqueront pas, malheureusement, de se présenter.

Confédération paysanne de Touraine
06 48 83 02 75
contact@confederationpaysanne37.org

Notes
[1] Société d’aménagement foncier et d’établissement rural.


http://larotative.info/crise-agricole-q ... -2340.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 19 Juil 2017, 00:20

Occupation de terres en Andalousie
à Cerro Libertà (province de Jaen)

En Andalousie, la récente occupation d’une exploitation agricole, d’une banque et d’une ferme publique en voie de privatisation remet en cause la tendance actuelle à l’accaparement des ressources.

Le 1er avril dernier, le SOC-SAT organisait un rassemblement à Jaén pour demander une fois de plus la libération du syndicaliste Andrés Bódalo, emprisonné depuis une année. Andrés est accusé d’avoir agressé un conseiller municipal du village de Jódar, lors d’une protestation des saisonniers agricoles demandant des emplois publics. Cette condamnation fait partie d’une stratégie répressive de l’Etat espagnol contre les mouvements sociaux, plus forte encore quand il s’agit de défendre l’intérêt des grandes propriétés foncières. Parmi les dizaines de condamné·e·s politiques ou sociaux actuels, à Malaga un deuxième activiste du SAT, Francisco Molero, sera prochainement emprisonné en raison de sa participation à l’action « rodea el Congreso » (encercle le Congrès), à Madrid, en 2013.

A l’occasion de cette occupation, un groupe de saison-nier·ère·s agricoles et de chômeur·euse·s urbain·e·s de Jaen et Jodar, avec la collaboration du SOC-SAT, a décidé d’occuper une ferme de 74 hectares (dont 64 en oliviers), el Aguardentero, appartenant à la banque BBVA qui l’avait complètement abandonnée depuis cinq ans, en ne l’utilisant que comme objet de spéculation, et cela dans une région où le chômage touche plus de 30% de la population et où la terre – en particulier les oliveraies – est de plus en plus concentrée et mercantilisée. La ferme avait été reprise par la banque à un gros entrepreneur local, Vegas Molinero, qui l’avait achetée pour construire des bâtiments pendant la période du boom immobilier. Cette exploitation agricole, située à quelques kilomètres de la ville de Jaen, a été rebaptisée Cerro Libertá (Colline Liberté) en hommage à Andrés Bódalo, toujours engagé dans la lutte pour la terre, l’autogestion saisonnière et les droits des ouvriers des champs. Après un mois et demi, les occupant·e·s ont réussi à rendre la maison en ruines habitable, à nettoyer les ordures et les débris accumulés, à créer un jardin d’un hectare où poussent plus de mille plants de légumes et à tailler plus de 500 oliviers pour assurer un début de production, l’automne prochain. Evidemment le syndicat et les occupant·e·s ont déjà subi des dénonciations, l’ouverture de procès administratifs et judiciaires, des menaces de tout type, et sont l’objet d’une criminalisation par les médias. La BBVA a refusé de recevoir une délégation des occupants et la Junta de Andalucía (administration autonome régionale) n’a pas encore réagi à la demande d’exercer sa compétence légale en expropriant ces terres agricoles abandonnées. Les travaux réalisés avec le soutien de nombreuses personnes et groupes locaux, ainsi qu’une campagne contre le système bancaire qui a gagné tant de millions avec la spéculation immobilière et l’utilisation de l’argent public, ont empêché pour le moment le déclenchement de la violence institutionnelle contre ce groupe d’agriculteur·trice·s collectivistes.

À 200 kilomètres de Cerro Libertá, un autre groupe de saisonnier·e·s agricoles travaille à Somonte (Palma del Río, Cordoba), l’autre ferme occupée par le SAT en 2012. Plus de 400 hectares de terres publiques destinées, pour la plupart, aux céréales. La Junta de Andalucía, qui touche les subventions de la PAC sans rien faire, a refusé de discuter du projet agroécologique que le syndicat a présenté plusieurs fois, et persiste dans son objectif de vendre ce patrimoine public. Le PSOE andalou (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol), dans son projet de loi agricole, encourage toujours la privatisation de toutes les terres publiques et impose l’achat de celles-ci aux bailleurs, en poussant dans l’illégalité des centaines d’agriculteurs, agricultrices et coopératives qui n’ont pas pu ou n’ont pas voulu acheter, comme c’est le cas des 1.200 ha que gèrent les coopératives de Marinaleda à Séville.

Après une année très dure pour Somonte, qui a dû être réoccupé deux fois en 2016 après des expulsions, et qui a été cultivé dans sa totalité avec beaucoup d’efforts, une nouvelle étape commence. Un groupe de huit personnes a repris le projet agroécologique avec le soutien du syndicat national et local et de la Red Andaluza de Semillas (réseaux andalous de semences). Des brigades de travail volontaire seront organisées, ainsi que des campagnes de diffusion du projet et de demande de soutien politique et économique. 24 hectares de blés cultivés en biodynamie, pour moitié des variétés anciennes, poussent sur cette terre « libérée », à côté du poulailler et des six hectares en arrosage du jardin, des oliviers et des fruitiers. Pour la prochaine campagne agricole, on prévoit de laisser un tiers du terrain en friche et d’y installer un troupeau, de doubler la culture des blés anciens, de créer une banque de semences biodynamiques et de consolider la vente de légumes aux groupes de consommateurs et consommatrices solidaires de Cordoba et Séville.

Les occupations de terres, une tradition de la lutte du SOC en Andalousie et du mouvement paysan du monde entier, en demandant la distribution des ressources et un accès digne aux exploitations agricoles, sont aussi un phénomène européen. Des cas comme la lutte de Notre-Dame-des-Landes en France, Rosia Montana en Roumanie et d’autres expériences en Italie et ailleurs, constituent une résistance aussi réprimée qu’en Andalousie. Tant en Espagne que dans le reste de l’Europe, la concentration et l’accaparement fonciers atteignent des niveaux similaires à ceux d’Amérique latine ou d’Afrique. En effet, 3,1% des propriétaires (dont un grand nombre de sociétés et fonds d’investissements) contrôlent 52,2% de la surface agricole. En même temps, des milliers de petites exploitations familiales disparaissent chaque année, et la surface de culture destinée à la production alimentaire diminue à cause du changement d’usage vers l’immobilier, les mines, les infrastructures inutiles ou les biocombustibles. Le Parlement européen, poussé par la mobilisation de plusieurs organisations – notamment ECVC (Via Campesina en Europe) – vient d’approuver une résolution qui reconnaît l’étendue et la gravité de cette situation, et recommande l’application des « Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts, dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale » de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation), qui établissent une régulation foncière alternative dans le respect des droits et des nécessités des paysan·ne·s et des peuples.

Contre une PAC qui encourage la concentration foncière et le modèle agro-industriel à grande échelle, le SOC-SAT et La Via Campesina (LVC) demandent une politique agricole régulatrice de l’accès aux ressources, de la production, de la consommation et de la commercialisation des aliments qui garantit les droits humains et la survie des communautés locales. Ils soutiennent l’agroécologie, les marchés locaux, la souveraineté alimentaire et la sauvegarde de notre planète. Les occupations en Andalousie cherchent aussi à démontrer qu’il existe une autre façon de gérer l’accès et le contrôle des ressources, avec un modèle collectif, paysan et durable de production et de commercialisation de notre nourriture. Néanmoins, cette résistance colossale contre la propriété et le pouvoir des administrations, comme dans le cas de Somonte, ou du système bancaire, comme pour Cerro Libertá, implique un engagement et un effort personnel aussi colossaux de la part des occupant·e·s. Chaque jour nous amène de nouvelles activités agricoles, forestières, de reconstruction des logements et de récupération d’infrastructures, mais aussi des activités sociales, politiques et de communication et cohésion du groupe, pas toujours évidentes. Et tout ça dans un climat de harcèlement policier, de criminalisation médiatique et de menace permanente de délogement et de poursuites judiciaires. Si les projets d’occupations rurales constituent des résistances agricoles, économiques, politiques et sociales qui nous concernent tou·te·s, le soutien personnel, politique et économique de la part des personnes et des mouvements sociaux s’avère indispensable pour leur survie et leur succès, qui sera en définitive le nôtre.

Les 11 et 12 juillet, le collectif international de la terre de LVC organisera une réunion à Cerro Libertá (ou à Somonte en cas de délogement), une semaine avant la célébration de la 7ème conférence internationale à Bilbao. Une vingtaine de délégués de toutes les régions vont discuter de la situation et des luttes autour de l’accès à la terre, à l’eau et au territoire à travers le monde. On présentera le nouveau texte sur la réforme agraire intégrale et populaire et les propositions de systèmes d’alerte contre la criminalisation et les assassinats de paysan·ne·s et activistes qui se sont accrus ces dernières années.

Le SOC-SAT lance une campagne de soutien aux occupations andalouses. Des visites sur le terrain, la diffusion de nos activités, la donation de matériel et de fonds, ainsi que le soutien politique face à la répression, sont profondément souhaités. Le projet de Cerro Libertá a mis en marche la récupération de l’oliveraie et la diversification de la production avec le jardin, la plantation de pistaches et d’autres fruitiers, l’introduction de bétail dans la zone de collines et la restauration du bâtiment qui permettra aussi de mettre en place des activités de formation et d’auberge. À Somonte, la culture extensive de blé écologique et le jardin de quatre hectares requièrent l’achat d’un autre tracteur et des motoculteurs pour mécaniser les travaux, ainsi que d’un fourgon et d’un moulin à blé afin de faciliter la distribution des paniers de légumes et la production de farine pour la panification. Il est également prévu d’acquérir un troupeau de brebis, quelques vaches et un mulet pour le labourage.

Contact : sober.alim.sindicatoandaluz(at)gmail.com
Tel. : 0034-635247703 (Curro, Cerro Libertá) et 0034-634815502 (Antonio, Somonte)

Rédigé par Federico Pacheco Membre du Soc Almeria, 21.06.2017
Archipel émission 260 (06/2017)

Source : http://www.forumcivique.org/fr/articles ... andalousie

[À ce jour, 13 juillet 2017, l’occupation tient toujours
Les Giménologues]

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'accaparement des terres

Messagede bipbip » 22 Juil 2017, 19:31

L’Allemagne livre ses terres agricoles aux spéculateurs

Héritées de la collectivisation, les fermes de l’ex-Allemagne de l’Est disparaissent du giron de l’État, qui les vend à des entreprises dont le but est essentiellement spéculatif. Et qui stimulent une agriculture industrielle.

• Berlin (Allemagne), correspondance

À 28 ans, Vivian Böllersen est une jeune agricultrice bio comblée. La Berlinoise réalise son rêve : relancer en Allemagne la culture de la noix, largement abandonnée au XXe siècle. « Nous avons planté 170 noyers de trente variétés différentes, explique-t-elle en bordure de son champ. Les arbres devraient commencer à porter leurs premiers fruits d’ici trois ans. » Et assurer ainsi un revenu décent à Vivian, grâce à la vente directe.

Sa bonne humeur et sa détermination feraient presque oublier le parcours du combattant qu’a vécu la jeune femme face à l’appétit vorace des mastodontes du secteur. Si Vivian exploite aujourd’hui quatre hectares au nord de Berlin, c’est uniquement grâce à l’aide des Ökonauten, les « éconautes » en français. « Sans eux, je n’aurais jamais pu planter ces arbres », témoigne-t-elle.

... https://reporterre.net/L-Allemagne-livr ... eculateurs
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'accaparement des terres

Messagede bipbip » 29 Juil 2017, 15:09

Sauvons les terres agricoles péri-urbaines, Notre-Dame-des-Landes 2017

Dimanche, 14h30 - Chapiteau 2 - Paris et Détroit installent des jardins sur les toits. Nous, nous bétonnons les dernières terres péri-urbaines : Europacity, la Plaine du Var… Avec JY. Souben (CPTG), S. Bonaldi (CAPRE 06), Des terres Pas d’Hypers

Retranscription intégrale d'une partie des forums, débats, conférences et tables rondes du rassemblement estival 2017 des opposant au projet de destruction du bocage de Notre-Dame-des-Landes.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'accaparement des terres

Messagede Pïérô » 17 Aoû 2017, 02:32

Cazères (31) lundi 21 août 2017

Café-Paysan de l'installation

La confédération paysanne et l'ADEAR 31 donnent rendez-vous aux porteurs de projets agricoles à l'An 01 à Cazères de 8h30 à 16h30. Au programme : visite et analyse de système paysan, témoignages de parcours à l'installation et rencontres entre porteurs de projets.

inscription gratuite et obligatoire en suivant ce Lien :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIp ... sp=sf_link

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20052
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité