No TAV - No LGV

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: No TAV - No LGV

Messagede bipbip » 24 Mai 2014, 10:45

Ce samedi 24 mai à Rennes

Défaire l'antiterrorisme : manif No-Tav

Défaire l'antiterrorisme, Manifestation No-TAV, en soutien à Chiara, Claudio, Niccolo et Mattia, quatre italiens accusés d'avoir détruit le compresseur d'une foreuse, sur un chantier dans le Val de Suse. Leur procès débute le 22 mai prochain. La manifestation débutera sur le parvis sud de la gare de Rennes, à 15h, samedi 24 mai. Invitons la vallée dans la ville !


Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: No TAV - No LGV

Messagede bipbip » 01 Sep 2014, 23:46

Appel à la mobilisation No Tav du 1er au 7 septembre

A tou-te-s celles et ceux qui veulent nous rejoindre, le Kollectif des Jeunes No Tav (KGN) organise l’accueil au camping de Venaus (Val de Suse) du 1er au 5 septembre, puis le weekend du 6 et 7 sont attendus les rugbistes no tav pour un tournoi.

Nombreuses sont les initiatives à construire et les nouvelles idées à mettre en pratique, tous ensemble, parce que dans cette vallée bat un cœur inarrêtable, celui de No tav !


Image


Programme (encore en cours de construction)

Lundi 1/09
16h : assemblée d’ouverture du camping étudiant
22h : concert

Mardi 2/09
10h : Tractage au marché de Susa et initiative de lutte dans la ville.
21h30 : débat « Interception et défense de la vie privée », petites pilules de paranoïa élaborées par Autistici (introduction au mécanisme de mise sur écoute et de protection)

Mercredi 3/06
6h : petit-déjeuner des over 50 au portail de la centrale de Chiomonte
10h30 : assemblée Studaut
13h : déjeuner des étudiants au portail de la Centrale
21h30 : DJ set

Jeudi 4/09 :
10h30 assemblée des luttes territoriales
21h30 : projection du film « Fermarci è impossibile »
23h : DJ set de Fano No Tav

Vendredi 5/09
10h30 : assemblé de bilan du camping étudiant
15h : tournoi
22h : spectacle théâtral par Interezza. Puis dj set musical.

Samedi 6/09
14h-18h : “Rugby pour tou(te)s” – rugby de bas pour enfants et quiconque veuille essayer.
18h30-19h30 : présentation du tournoi de rugby
21h : PROMENADE NOCTURNE AU CHANTIER. Musique au presidio par les amis du rugby.

Dimanche 7/09
9h-14h : tournoi de rugby
14h-17h30 : remise des prix
17h : assemblée de bilan de la semaine de mobilisation

http://rebellyon.info/Appel-a-la-mobili ... er-au.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 06 Sep 2014, 01:20

Interview de militants et militantes de la FdCA : « Le Val di Susa est un laboratoire important pour de nombreuses luttes »

Le mouvement No Tav lutte dans la vallée de Suse (Italie) contre le projet de ligne de train à grande vitesse Lyon-Turin. C’est l’un des mouvements écologistes important actuellement en Europe. Des militants et militantes de la FdCA (organisation communiste libertaire italienne) ont accepté de répondre à nos questions.

Alternative Libertaire : Pouvez-vous nous faire un petit résumé de l’histoire de la lutte contre le projet de TGV Lyon/Turin ?

Le mouvement No Tav naît dans les années 1990 des assemblées populaires appelées par des comités spontanés des habitants du Val di Susa contre le projet de construction de la ligne à grande vitesse entre Turin et Lyon. L’opposition naît du refus de sacrifier une vallée entière, avec son économie, sa culture et ses habitants à un projet dont on comprend l’inutilité stratégique pour un développement économique effectif ainsi que les risques environnementaux et sanitaires qu’il implique. On se souvient des impacts dévastateurs que le TGV a amené par exemple dans les Apennins avec la construction de la ligne Florence-Bologne - défiguration du territoire, épuisement des ressources pérennes et processus d’infiltration mafieux ainsi que présence dans les montagnes à franchir de minerais contenant de l’uranium et de l’amiante, avec le risque conséquent de propagation incontrôlée des fibres et des radiations.

La lutte recueille immédiatement un très large consensus dans la vallée, une vallée, il est bon de le rappeler, qui a une glorieuse histoire de résistance antifasciste derrière elle (toutes les sections ANPI – Associazione Nazionale Partigiani, association nationale des partisans – de la vallée et même des zones limitrophes sont No Tav).

Les premières manifestations importantes se déroulent en 1995 et le mouvement commence à s’élargir à la ville de Turin. En 1998, la magistrature turinoise enquête sur trois camarades anarchistes proches du mouvement squatter turinois et les accuse d’éco-terrorisme pour quelques épisodes de sabotages dans la vallée. Le 28 mars 1998, Edoardo Massari (l’un des trois arrêtés) sera retrouvé mort pendu à la prison de Turin, un peu plus de 3 mois plus tard, c’est Soledad Rosas (alias Sun), compagne de Massari, qui se suicide dans la communauté où elle purgeait sa peine de résidence surveillée. Quelques années plus tard (en 2002) la cour de cassation de Rome annulera la condamnation de terrorisme pour le trio arrêté, et Silvano Pelissero, dont la peine est réduite de moitié, est libéré de prison.

Cet épisode signe le début de l’attaque politique, juridique et médiatique contre le mouvement No Tav :
1. politique : au niveau national, jusqu’aux dernières élections aucun parti n’était contre le TGV. En 2006, même les verts, les communistes italiens et Refondation communiste, pour appuyer le gouvernement Prodi, signent les projets pour les grands travaux y-compris la ligne Turin-Lyon. La Ligue du Nord, parti qui se défini localiste et attentif aux problématiques locales, se garde bien de s’exclure du banquet de milliards du TGV et se prononce pour lui alors que le TGV va perdre beaucoup de consensus dans la zone. Actuellement, seul le Mouvement 5 étoiles s’est positionnée contre la ligne Turin-Lyon.
2. juridique : comme l’a dénoncé l’écrivain Erri De Luca, le parquet de Turin a une section dédiée au mouvement No Tav. Jusqu’à aujourd’hui, il y a plus de 600 inculpés pour divers délits liés à la lutte. La tentative du parquet a été de créer une division au sein du mouvement entre les bons et les mauvais, les villageois et la solidarité venue d’autres parties de l’Italie.
3. médiatique : Il n’y a pas de journal qui ne s’attaque pas au mouvement No Tav. Pendant des années les médias ont associé le mot No Tav au mot violence. Chaque manifestation qui se déroule sur le territoire national et qui se termine par des affrontements avec la police se retrouve marquée comme No Tav dans la presse. La séquestration d’une partie des chantiers pour les œuvres préliminaires de la ligne Turin-Lyon par les infiltrations mafieuses ont eu moins de couverture médiatique que les plaintes et les arrestations contre les militants No Tav.

On a pu voir que ces dernières années, la lutte s’était accélérée, qu’en est-il aujourd’hui ?

Le grand mérite du mouvement No Tav c’est qu’il ne se limite pas à protester contre la ligne à grande vitesse, mais qu’il s’est engagé sur une voie d’analyse critique de l’organisation de la société. Non aux grands chantiers, mais aussi non à la privatisation de l’eau, non aux coupes dans des pensions, non à la précarisation du travail, non aux missions de « paix », non au racisme, non aux expulsions, non aux dépenses militaires, oui à la santé publique, oui à l’école publique, etc. La grande participation à la manifestation du 3 juillet 2011 a consacré le mouvement No Tav comme un point de référence des luttes en Italie et, malgré la répression, continue de l’être à ce jour.

Quel est l’arc de force des opposants ? Est-ce que ce sont des militants locaux ? Est-ce que les organisations syndicales et politiques sont mobilisées contre ce projet à l’échelle du territoire italien, comme on a pu le voir à propos de NDDL en France par exemple ?

Le mouvement No Tav est hétérogène : il va des composantes catholiques au mouvement anarchiste plus radical. Il est important de distinguer le niveau local du mouvement du niveau national.

Au niveau local, chaque pays de la vallée a un comité qui fait le travail de synthèse des différentes propositions. La lutte contre la ligne Turin-Lyon est profondément enracinée sur la territoire du Val di Susa. Lors des dernières élections locales, les listes civiques liées au mouvement No Tav ont toutes gagné. Le mouvement No Tav a également participé aux luttes des travailleurs de certaines fabriques en crise dans la vallée.

Au niveau national, le mouvement No Tav trouve de l’appui dans les réseaux de l’opposition sociale : Les centres sociaux, les associations non seulement environnementales et autres comités de luttes dispersés sur le territoire (surtout le mouvement sicilien Nomuos), mais aussi du syndicalisme de confrontation.

Les confédérations syndicales ont à l’inverse fait des déclarations en faveur des lignes à grande vitesse dans une perspective d’emploi et signalent de fait une prise de distance avec le mouvement, même si à l’intérieur de la CGIL, la FIOM - la catégorie du métal – et l’aire des minorités se sont exprimés avec des documents nationaux pour appuyer la lutte No Tav, et ils voient le TGV comme un danger parce que comme pour chaque grand chantier fait en Italie se crée le triangle habituel entreprenariat-politique-mafia. Une curiosité : dans tout le Val di Susa il ne se trouve pas un prêtre disposé à bénir les chantiers du grande vitesse.

La lutte a subie dernièrement une forte répression ces derniers temps. Sept personnes ont été incarcérées et accusées de terrorisme. Que s’est il passé ? Quand est il du procès en cours ?

Comme pour les faits de 1998, une fois de plus le parquet de Turin écrase de sa main et, après avoir joué la carte de la conspiration (un facteur aggravant qui permet de maintenir quelqu’un deux ans en prison préventive), abaisse cette fois la carte du terrorisme en se référant à une loi créée en pleine psychose sur l’extrémisme islamiste. Une loi qui est sujette à mille interprétations et qui permet d’accuser de terrorisme une personne « soupçonnée » d’avoir mis le feu à un compresseur ! Une loi qui a une portée dévastatrice pour la contestation en Italie et dont les conséquences sont encore sous-évaluées par de trop nombreux camarades.

Actuellement, les « suspects » sont détenus sous le régime d’isolement (41bis). La cour de cassation a statué que l’accusation de terrorisme est est disproportionnée par rapport à la portée des délits reprochés, mais dans le même temps la détention préventive reste en place et en attendant que la cour de révision dise quelque chose les 7 camarades restent en prison.

Quelle suites va prendre cette lutte ? Quels sont les liens de la lutte des No Tav avec l’international (collectifs en France, liens avec NDDL par exemple, mais aussi l’accueil des collectifs de soutiens aux peuples du Chiapas en lutte en juin par exemple qui se sont tenues dans le Val di Susa) ?

Le Val di Susa est en particulier les camps d’été sont un laboratoire important pour de nombreuses lutte. Comme dit plus haut, le mouvement No Tav a compris que pour pouvoir gager cette lutte il faut s’ouvrir à tous les autres mouvements et alimenter une critique sociale qui met au centre une nouvelle manière de penser le monde : la dévastation du Val di Susa à la même origine que la l’exploitation du paysan mexicain.

Il est difficile de dire quelles voies prendra la lutte. Les forces réactionnaires sont en train de mettre beaucoup d’énergie pour s’opposer au mouvement No Tav. Les pouvoirs en place insistent, le TGV va se faire, même si son inutilité est manifeste, y compris dans un cadre de développement capitaliste, pour prouver qu’un mouvement de base n’a pas son mot à dire sur la gestion du territoire, qu’il ne peut pas influer sur les gestionnaires, qu’une lutte populaire ne peut pas gagner.

Dans un phase historique où la crise économique se fait toujours plus sentir et où les points de références politiques « institutionnels » sont définitivement affaiblis, un mouvement comme No Tav dérange beaucoup et d’une façon ou d’une autre doit être réduit ou supprimé. Parce que le mot d’ordre « on part et on revient ensemble » donne un signal d’unité auquel chaque mouvement d’opposition sociale apprend à répondre.

Cela signifie de s’opposer au jeu de la criminalisation et de la division porté en avant par le pouvoir, cela signifie une prise de décision horizontale et d’élaboration collective, cela signifie le respect des expériences et des diverses formes de lutte mais rester unis dans l’objectif commun de s’opposer à la dévastation que le capitalisme fait de nos terres, de nos vies, ça signifie une bataille qui devient le symbole qui permet de fédérer les diverses lutte que chacun construit et conduit dans son propre territoire. Ceci est la grande leçon que la lutte No Tav nous a amené a partager. Et étendre les luttes c’est l’unique moyen de les gagner.

Comment pourrait-on soutenir cette lutte depuis la France ?

En se tenant du côté des opprimés et contre les oppresseurs, en France comme à tous les coins de la terre.

Propos recueillis par Vince (Al Paris Nord-Est)

http://alternativelibertaire.org/?Inter ... litants-et
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22400
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 04 Oct 2014, 10:31

Le grand projet inutile et nuisible de LGV Poitiers-Limoges refait surface

suite à de nombreuses actions déterminées d’apposant.e.s, et à un avis défavorable de la commission Mobilité 21, ce projet de nouveau chantier inutile et nuisible semblait être enfin relégué dans les cartons des oubliettes bureaucratiques. Mais ses soutiens politiciens (dont le député-maire de Poitiers) n’ont pas dit leur dernier mot, et le ressortent aujourd’hui en appelant le président de la république à la rescousse. Ainsi que d’autres collectifs, nous appelions à maintenir la vigilance… restons mobilisés pour enterrer définitivement le projet !

... http://fa86.noblogs.org/?paged=2
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22400
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 30 Oct 2014, 10:58

Lyon-Turin : une ligne ferroviaire à 30 milliards d’euros pour gagner une heure ?

« Pourquoi améliorer les lignes [ferroviaires] existantes quand on peut tout simplement creuser un nouveau mégatunnel dans les Alpes, et dépenser des milliards d’euros pour gagner quelques minutes ? » L’association des Amis de la Terre ne mâche pas ses mots à l’égard du projet de ligne à grande vitesse entre Lyon et Turin (voir nos précédents articles http://www.bastamag.net/spip.php?page=r ... rche=turin). Elle a décidé de nominer aux Prix Pinocchio la société Lyon-Turin ferroviaire (LTF) – filiale commune de Réseau Ferré de France (RFF) qui gère le réseau ferré national et de son homologue italien Rete Ferroviaria Italian – dans la catégorie « Mains sales, poches pleines » http://prix-pinocchio.org/nomines.php#l ... erroviaire. Un prix décerné à l’entreprise ayant mené la politique la plus opaque au niveau financier, en termes de lobbying ou dans sa chaine d’approvisionnement.

100 millions d’euros par kilomètre

Les critiques portent en partie sur le coût pharamineux de l’ouvrage qui ne cesse d’augmenter. « De 3 milliards d’euros initialement, on est passé aujourd’hui à 30 milliards, observe les Amis de la terre. Le tout pour quoi ? Pour relier Paris à Milan en 4 heures et quart. Alors qu’avec la ligne actuelle, on pourrait déjà assurer cette liaison en un peu plus de 5 heures… ». Soit seulement une heure gagnée avec ce projet de ligne à grande vitesse. Dans un courrier à l’association [1], la société LTF défend son projet, soulignant que le trajet entre Paris et Milan s’effectuera bien « en 4h au lieu de 7 aujourd’hui ». Le coût de la section entre la France et l’Italie serait par ailleurs établi à 8,5 milliards d’euros. Deux arguments que les Amis de la Terre déconstruisent point par point sur leur site [2].

Le rapport de la Cour des comptes publié le 23 octobre dernier n’épargne pas le projet Lyon Turin dont elle juge la rentabilité « trop faible » [3]. « Rappelons que la ligne coûterait 100 millions du kilomètre selon les évaluations les plus basses et que selon les prévisions de LTF en valeur 2010, pour le seul tunnel de base de 57 km, le kilomètre coûterait plus de 149 millions d’euros ! », s’insurge Daniel Ibanez, fervent opposant au projet. « Comment justifier, au moment où le gouvernement recherche 50 milliards d’euros, un projet dont chaque kilomètre de tunnel est égal à la construction d’un hôpital de 60 000 m² », réagissent les eurodéputées écologistes Karima Delli et Michèle Rivasi. Le financement de la section transfrontalière par l’Union européenne, à hauteur de 40 %, ne serait par ailleurs toujours pas confirmé, selon Michael Cramer, président du Comité des transports du Parlement européen [4].

Risques « d’infiltration criminelle » ?

L’association des Amis de la Terre rappelle également que deux anciens responsables de LTF, le directeur général et le directeur des travaux, ont tous deux été condamnés à de la prison en première instance en Italie pour trucage d’appel d’offre [5]. Une procédure d’appel étant en cours, la société LTF se refuse à tout commentaire sur ce dossier. Lyon Turin Ferroviaire tient néanmoins à préciser qu’elle a signé un protocole visant à prévenir des infiltrations criminelles dans les marchés des travaux publics entre les pouvoirs publics italiens et les organisations syndicales du BTP. Elle s’est également engagée à respecter auprès du CIPE – Comité interministériel pour la programmation économique – des engagements antimafia dans l’attribution des marchés. En trois ans, l’autorité publique de contrôle (GITAV) aurait ainsi écarté 4 entreprises intervenant sur le chantier du Lyon-Turin.

Les Amis de la Terre observent toutefois que « des comptabilisations troublantes persistent dans les comptes de LTF ». A l’instar des 10,322 millions d’euros pour une galerie jamais creusée à Venaus, en Italie... Malgré les interpellations de l’association de lutte contre la corruption Anticor, LTF n’a pas donné de réponse à ce sujet. Les Amis de la Terre, aux côtés d’autres organisations, remettent en question la pertinence du projet de ligne à grande vitesse. Et appellent à utiliser la ligne ferroviaire existante modernisée, « qui à elle seule pourrait transporter la totalité des marchandises circulant actuellement par les Alpes du Nord entre la France et l’Italie ».

Le vote en ligne pour le prix Pinocchio 2014 http://prix-pinocchio.org/nomines.php#l ... oviaireest ouvert jusqu’au 17 novembre.

Sophie Chapelle

Pour aller plus loin :
- La société LTF invite à lire les 10 questions clés sur le Lyon-Turin (voir ici http://www.ltf-%20sas.com/le-lyon-turin ... ions-cles/)
- Le site de la coordination des opposants au Lyon-Turin (voir là http://lyonturin.eu/index.php)


Notes

[1] Voir ici http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/ec ... _terre.pdf.

[2] Voir ici http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/ec ... _terre.pdf.

[3] Télécharger le rapport en cliquant ici https://www.ccomptes.fr/Publications/Pu ... pertinence. Voir en page 27 : « Il ne reste en fait pratiquement aucune ville européenne qui soit à la fois d’importance suffisante en termes de population et suffisamment proche pour justifier d’une liaison TGV par rapport à la France. Cette trop faible rentabilité socio-économique est par exemple manifeste pour la liaison Lyon-Turin, que la Cour a critiquée dans son référé du 1er août 2012. »

[4] « Le projet ne fait toujours pas l’objet d’un accord de financement qui en tout état de cause ne pourra intervenir qu’après un arbitrage entre différents projets qui doivent être proposé avant la fin février 2015 », précise un communiqué du Mouvement No Tav. Vidéo de la rencontre https://www.youtube.com/watch?v=ii3kiClm-uo.

[5] Voir le jugement des deux directeurs (2011) http://lyonturin.eu/documents/docs/sent ... mastri.pdf .

http://www.bastamag.net/Lyon-Turin-une- ... roviaire-a
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22400
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: No TAV - No LGV

Messagede Béatrice » 11 Nov 2014, 16:32

vendredi 14 novembre 2014 à 9h
Lieu : Turin (Italie)

540 Curso Regina Margherita
Turin (Torino)

Soutien aux No-TAV jugés pour terrorisme

http://04.demosphere.eu/rv/526

Jugés sous accusation de terrorisme, nous nous solidarisons pour la liberté de Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò

Prochaines audiences

jeudi 6 novembre, à 9h00 : plaidoirie de la Défense

vendredi le 14 novembre, à 9:00 : réquisitoire du procureur

Ne pourront entrer en salle que 60 personnes seulement

Vidéo Une Juste Résistance

http://www.youtube.com/watch?v=1nx18Qkv ... e=youtu.be

Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò LIBRES!

IL ÉCOUTE ET LOIS

La Cour de cassation ne reconnaît pas le but de terrorisme, ordonne et renvoie la décision au tribunal pour un réexamen de l'inculpation : une bonne nouvelle !

IL ÉCOUTE ET LOIS

http://radioblackout.org/2014/05/cassaz ... ti-no-tav/

Bunker d'audience :

corso regina 540 torino
zona vallette

à quelques pas de la prison

Pour ceux qui arrivent en train du Val de Suse

Prendre le bus 32 qui part de la PIAZZA ROBOTTI - près de la gare - et descendez à l'arrêt curso Regina Margherita

Pour celui qui arrive du Liguria et Sud du Piémont :

de la Porte Neuve, prenez le métro Arrêts du XVIII Décembre

Pour ceux-là qui viennent en train de Lombardie, Vallée d'Aoste, Piémont Est descendre à la gare de la Porte Susa et rendez-vous à l'arrêt de bus du XVIII Décembre et ensuite procédez comme ci-dessus.

Pour ceux qui viennent en voiture, par l'autoroute A55 ou Tangentielle nord, prendre la sortie Regina Margherita.

https://maps.google.it/maps?oe=utf-8&cl ... CDEQ8gEwAA

Lien : http://04.demosphere.eu/rv/526

http://04.demosphere.eu/rv/526
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: No TAV - No LGV

Messagede Béatrice » 19 Nov 2014, 18:15

samedi 22 novembre 2014 à Marseille à la PIAZZA CASTELLO, TURIN - ITALIE -

Ces jours-là, ces nuits-là, nous étions tou(te)s présent(e)s !
25 années de mensonges sur le TAV

Image

← Un camarade tué au Testet – Appel à manifester contre la violence d’Etat – à Nantes et ailleurs
Ces jours-là, ces nuits-là, nous étions tou(te)s présent(e)s !
Posted on 17 novembre 2014 by notavfrance

25 années de mensonges sur le TAV, voilà ce qui se dégage et que le mouvement No Tav dénonce depuis toujours.

Aucune estimation de coûts sérieuse, des financements européens toujours plus incertains, l’absence d’un projet exécutif et d’une d’analyse coûts-bénéfices recevable, mais surtout l’inutilité de ce projet milliardaire confirmée noir sur blanc par experts et techniciens de toute Europe. Que se passe-t-il maintenant ?

Ministres et politiciens intéressés uniquement par la sauvegarde de leur fauteuil et autres chargés du projet répètent comme une litanie “tout est réglementaire, le TAV se fera” et pendant ce temps la mafia remercie et les poches des habituels se remplissent.

Tous ces milliards qu’ils veulent dépenser pour le TAV, ils pourraient l’utiliser pour restaurer les écoles qui s’écroulent, pour mettre en sécurité les territoires, pour soutenir ceux qui sont restés sans revenu et sans maison et qui, malgré tous leurs efforts, n’arrivent pas à la fin du mois.

2014_11_22_appellocorteoCes faits ont toujours été clamés par les No Tav qui depuis toujours luttent pour bloquer ce projet inutile et dévastateur.

Le parquet de Turin, avec les procès au No Tav, tente d’arrêter le mouvement, en créant un précédent avec l’accusation de terrorisme dans l’objectif de voir tous les mouvements sociaux enquêtés avec des hypothèses criminelles.

Le 14 novembre, 9 ans et 6 mois ont été requis contre les No Tav Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo’, en prison depuis le 9 décembre dernier avec l’accusation de terrorisme pour acte de sabotage (l’incendie d’un compresseur) bien que la Cassation de Rome aie déjà exclu que l’on puisse parler de terrorisme. La sentence sera émise en décembre. Trois autres camarades sont en prison pour le même épisode en attente de procès.

Au mois de janvier, tombera également la sentence du maxi-procès contre 53 No Tav pour les faits du 27 juin et 3 juillet 2011, dates historiques de la lutte No Tav. Les procureurs ont demandé en tout presque 200 ans d’emprisonnement et plus de 2 millions d’euros pour dommage à personnes, matériel et à « l’image de l’Etat italien » !

CES JOURS-LA, CES NUITS-LA, NOUS ETIONS TOU(TE)S PRESENT(E)S !

LIBERTE POUR TOU(TE)S LES NO TAV

SAMEDI 22 NOVEMBRE

15h PIAZZA CASTELLO, TURIN

texte publié sur Comité No Tav Paris :
https://notavparis.wordpress.com/2014/1 ... presentes/


Image
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: No TAV - No LGV

Messagede Béatrice » 16 Déc 2014, 22:26

mercredi 17 décembre 2014 à 9h à Turin (Italie)
540 Curso Regina Margherita

Image


[Solidarité No TAV] Rendez-vous le 17 décembre devant le tribunal de Turin


À exactement un an des arrestations de Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò, et à un peu plus d'une semaine des réquisitions énoncées contre eux, l'accusation de terrorisme est désormais aussi portée contre Lucio, Francesco et Graziano. En prison depuis juillet, les trois n'étaient accusés jusqu'ici "que" de détention et de transport d'armes de guerre, de dégradations par incendie et d'autres délits mineurs, auxquels s'ajoutent ce matin les articles 280 et 280bis : l'attentat à finalité terroriste. Cette déplaisante surprise a été accompagnée de la perquisition de leurs cellules, avec mise sous scellés de diverses choses, le tout incluant aussi le blocage des parloirs. Un parent et une amie autorisé-e-s de façon régulière ont en effet été repoussé-e-s ce matin, et informé-e-s qu'ils devront requérir de nouvelles autorisations. Nous ne savons pas encore si, comme cela a été le cas pour les 4, les parloirs seront bloqués pour un certain temps, ou s'il s'agira dans ce cas seulement d'une brève suspension. Sur le moment, il n'est pas non plus possible de prévoir où et quand les trois seront transférés, puisque l'accusation de terrorisme prévoit un régime de détention de Haute Sécurité.

Pour sortir, enfin, de ce qui ce passe dans les salles des tribunaux et dans les instituts pénitentiaires, plusieurs centaines de personnes ont parcouru et bloqué les routes de Val Susa ces derniers jours, pour les libération des sept compagnon-ne-s en prison. Dans la nuit de dimanche, un long et bruyant cortège a traversé la ville de Susa, en s'arrêtant en particulier devant l'hôtel Napoleon où, à l'aide de fumigènes et de bruits de métal, a été dérangé le repos des forces de l'ordre qui y sont logées. Le jour suivant, le 8 décembre, anniversaire de la bataille de Venaüs en 2005, deux groupes de manifestant-e-s ont tenté d'atteindre la zone du chantier depuis deux endroits distincts. Un groupe s'est retrouvé à Giaglione et est parvenu, par les sentiers, à contourner les barrages des forces de l'ordre et à rejoindre le chantier, où tout le monde a battu sur les grilles. Le groupe qui s'était donné rendez-vous à la Centrale de Chiomonte s'est trouvé face à un blocage des forces de l'ordre sur le pont en face du portail de la Centrale et a donc décidé de remonter vers la nationale 24, qui a été bloquée durant plusieurs heures. D'autres gens se sont dirigés vers la gare la plus proche, où le passage d'un TGV a été bloqué par l'occupation des voies. A la fin de l'après-midi, un gros groupe de manifestant-e-s est retourné vers la Centrale, où a commencé un long battage de métal, qui n'a cependant pas trouvé de succès auprès des forces de l'ordre, qui ont répondu avec des canons à eau et des lacrymogènes.

La journée s'est achevée comme ça, et tout le monde s'est donné rendez-vous le 17 décembre, jour du rendu du procès.

Le 17 décembre à 9h dans l'Aula Bunker pour saluer Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò et, dans l'après-midi, à 17h30, sur la place du marché de Bussoleno pour décider quoi faire après le verdict de la Cour d'Assise.

Lien : http://04.demosphere.eu/rv/615
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 17 Jan 2015, 13:27

La LGV Poitiers-Limoges déclarée d’utilité publique

voilà des années que nous dénonçons le projet de ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges, socialement et écologiquement nuisible, enterré un jour par une large opposition, pour être ressuscité le lendemain. Certains gouvernants ne sont décidément jamais à court d’acharnement pour signer des partenariats public-privé avec les multinationales du béton. Ces élus sont allés jusqu’à solliciter le fait du prince, en l’occurrence le président de la République lui-même, pour court-circuiter les oppositions. Ils en rêvaient, c’est désormais fait : malgré l’avis négatif du conseil d’Etat et le rapport défavorable de la Cour des comptes (qui juge “son coût devenu non soutenable”), ce grand projet “inutile” (apparemment pas pour tous les portefeuilles) et très contesté vient d’être déclaré d’utilité publique ce samedi et publié au J.O. ce jour même, un jour avant la date limite. C’est sans doute cela, la “démocratie”. Ce qui aurait dû susciter un tollé ne suscite étrangement dans la presse qu’un discret écho. Il faut dire que cette déclaration tombe, miracle du calendrier, alors que les flics occupent tous les lieux publics lourdement armés et que tous les médias repassent en boucle et à saturation l’hymne hypocrite de l’unité républicaine, avec en chefs d’orchestre ces mêmes élus se gargarisant de “démocratie” à chaque phrase. Il y en a qui, au milieu du “recueillement de la nation”, ne perdent pas le nord de l’intérêt capitaliste (pardon, “public”) ! Il va manifestement falloir bien plus que des recours juridiques pour renvoyer ce projet dans les cordes, face à des gouvernants apparemment décidés à passer en force, et intensifier la lutte contre ce saccage planifié. ZAD partout.
...
. http://pn86.noblogs.org/?p=13022
. http://pn86.noblogs.org/?p=13037
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22400
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Contre le projet de LGV Poitiers-Limoges

Messagede PN Poitiers » 25 Jan 2015, 12:27

Je n'ai pas vu passer d'articles ici, si c'est le cas les modérateur.ice.s, n'hésitez pas à transférer cet article dans le thread approprié.

La DUP a été prononcée in extremis pour le projet de LGV Poitiers-Limoges, pourtant largement contesté. Le fait du prince... Un rassemblement contre la LGV a eu lieu à l'occasion des vœux de la Région Poitou-Charentes.

http://pn86.noblogs.org/?p=13064

[Poitiers] Un triste rassemblement contre la LGV Poitiers-Limoges

Ainsi donc, par le fait du prince et à la demande de quelques élus locaux du Limousin, passant outre l’avis de la commission Mobilité 21, de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat, le projet de la LGV Poitiers-Limoges a reçu sa DUP (déclaration d’utilité publique) in extremis. Ce, en plein “deuil national”. “Moi président, je roule pour mes copains…”

La détresse et la colère des habitant.e.s et exploitant.e.s agricoles dont les terrains impactés par le tracé sont gelés, le massacre prévisible de l’environnement en zone protégée, et les coûts exorbitants de ce projet qu’on nous fera supporter en lieu et place d’une rénovation des lignes desservant les petites communes, valent bien un petit geste clientéliste de la part du PS au pouvoir. Ce flagrant délit de foutage de gueule “démocratique” éclabousse jusqu’à la ministre de l’écologie, S. Royal, qui s’était pourtant déclarée plusieurs fois opposée au projet : elle a signé la DUP, geste qu’elle explique par une “solidarité gouvernementale”. Elle invite les manifestant.e.s, toute honte bue, à formuler des recours. “Vive le ministère de l’Ecologie”, s’est écriée la ministre à l’issue de son discours. Une semaine plus tôt, elle s’était prononcée pour une nouvelle génération de centrales nucléaires. Misère du PS, misère de la politique.

Libertaires, nous étions présent.e.s ce 21 janvier 2015 au soir, pour le rassemblement contre le projet de LGV Poitiers-Limoges, bientôt rejoint par celui des salarié.e.s de Itron, menacé.e.s de 124 licenciements. Nous avons eu d’office droit à un contrôle d’identité ciblé, avec prise d’adresses et fouille de nos sacs par trois policiers de la BAC. Arguments de l’intimidation : lois anti-terroristes, Vigipirate. Déception : nosdits sacs ne contenaient que des légumes, de la boisson, un stylo, une peluche et une grille de mots croisés.

Puis nous avons été interdit.e.s, par les mêmes policiers, de rejoindre les autres manifestant.e.s dans le TAP (Théâtre Auditorium de Poitiers), au prétexte que nous n’avions pas “d’invitations”. Ces policiers nous ont alors invités à assister aux vœux de la Région par écran géant interposé, dans l’auditorium public où était organisée une retransmission, et où “tout le monde” pourrait accéder. Mais dix minutes après, cet accès à l’auditorium nous a aussi été interdit, par d’autres policier.e.s présent.e.s, au nom de “consignes de sécurité venues d’en haut”. Notons que d’autres personnes, dont des militant.e.s anti-LGV, étaient autorisé.e.s à entrer. Questionné par l’un d’entre nous sur le motif de cette discrimination, un policier répond tel Ulysse : “Moi, je suis personne”. Le même policier est affecté à nous filmer, lors des manifestations, avec l’oeil unique d’un camescope. Quand finalement la police accepte que les manifestant.e.s rentrent dans le T.A.P., la haie des policiers se referme une troisième fois sur nous : “Non, pas vous”. Nous ne portions aucune pancarte ni chasuble jaune fluo, nous ne criions aucun slogan. Nous sommes identifiés comme libertaires, cela semble suffire pour nous priver de droits. Qu’elle est belle, la “démocratie”.

Pendant que nous nous gelions dehors depuis plus de deux heures, interdit.e.s de petits fours et d’écran géant, dans le TAP le Président de Région “socialiste” invitait les anti-LGV au respect du “dialogue démocratique”. Vous avez dit “liberté d’expression”, “état de droit”, “citoyenneté”, “valeurs de la république” ? C’est comme l’humour, c’est pas avec tout le monde. Les personnes que la police laisse passer, et que nous interpellons sur la situation, rejoignent les vœux du président de Région sans piper mot, sourire gêné, tête baissée. Qu’elle est belle, la solidarité citoyenne.

Nous retiendrons à ce sujet ces quelques lignes écrites par le Président du collectif Non à la LGV Poitiers-Limoges, dans une lettre qu’il a remise en mains propres à S. Royal ce jour-là : “Le sentiment de trahison est très fort et le risque de radicalisation nous inquiète tous.” “Dans ce cadre, nous faisons tout notre possible pour contenir une radicalisation des citoyens en colère (à quand une ZAD supplémentaire ?) […]” Qu’elle est belle, la solidarité dans la lutte de “toutes les composantes”.

De cette triste soirée, nous retiendrons par ailleurs le rôle pacificateur de “l’art” dans l’espace public. Braseros alignés dans la nuit, devant l’entrée du TAP, entre lesquels s’avance soudain un défilé nocturne de personnes vêtues de noir, jouant la fanfare, tenant des flambeaux pyrotechniques. Et passant sous une porte illuminée de feux. L’historien ne peut que s’étrangler devant une telle esthétique organisée pour un événement politique, rappelant un autre mois de janvier, sous une certaine porte de Brandebourg. Il s’agissait d'”artistes de rue” payés par les deniers publics, venus jouer un spectacle à l’occasion des vœux de la Région. Ces prestataires ont fendu comme si de rien n’était la foule des manifestant.e.s, futur.e.s licencié.e.s d’Itron, et opposant.e.s à la LGV. Les artistes sont reparti.e.s sans un mot pour les manifestant.e.s., qui ont même été nombreux.ses à applaudir la prestation. C’est beau, l’art engagé…

Nous retiendrons enfin le choix des manifestant.e.s d’Itron de manifester en silence. La veille, bien que 124 licenciements soient prévus, les salarié.e.s avaient décidé à la majorité de ne pas faire grève, pour ne pas froisser les clients de l’usine. L’un des manifestants d’Itron brandissait une pancarte défendant le “savoir-faire”… consistant à fabriquer des compteurs intelligents pour ERDF. Deux jours après le rassemblement, les salarié.e.s d’Itron se couchaient devant leurs patrons, devant la mairie de Poitiers, en signe de protestation symbolique. C’est ce que leurs syndicats appellent, sans rire, des “actions coup-de-poing”. Nous, ça nous rend tristes. Prolétaires, en sommes-nous donc réduits à nous taire, à ne pas faire grève et à nous coucher littéralement devant nos exploiteurs pour nous faire entendre ?

Répression banale, spectacle de la misère politique et syndicale, silence, froid, amertume. Et il faut bien l’admettre : impuissance, manque d’organisation.

Sale temps pour la lutte de classe.

Pavillon Noir, 23 janvier 2015

PN Poitiers
 
Messages: 38
Enregistré le: 26 Mar 2014, 09:52

Re: No TAV - No LGV

Messagede Béatrice » 30 Jan 2015, 00:01

Vengeance d’État : 140 ans de prison contre les No TAV

Les condamnations pour le maxi-procès viennent de tomber, aujourd’hui, mardi 27 janvier. 47 des 53 imputés ont été condamnés globalement à 140 ans de prison et des milliers d’euros d’amendes pour les journées de lutte du 27 juin et 3 juillet 2011.

Juste après la sentence la route en face de la prison Vallette (Turin) où s’est tenu le procès a été bloquée par un groupe de No Tav.

Dans la soirée, les No Tav ont défilé dans les rues de Bussoleno et ont ensuite réussi à bloquer l’autoroute malgré le dispositif policier impressionnant déployé pour l’occasion.

http://notavfrance.noblogs.org/post/201 ... es-no-tav/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: No TAV - No LGV

Messagede Banshee » 31 Jan 2015, 19:04

Lyon-Turin : Erri De Luca devant la justice

A la suite d’un entretien où il apportait son soutien aux opposants à la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, l’écrivain italien comparaissait hier devant un tribunal transalpin.
Image

« Je suis Erri ». En ce 28 janvier, des militants « No TAV » brandissent ces affichettes, clin d’œil au désormais célèbre « Je suis Charlie », parmi le public d’une salle d’audience du palais de justice de Turin. L’écrivain italien Erri De Luca, sur le banc des accusés, est poursuivi pour « incitation à la dégradation, à la violence et au sabotage ». Par solidarité avec la très forte mobilisation – souvent évoquée dans nos colonnes – contre le chantier de la ligne de train à grande vitesse (TAV) Lyon-Turin dans le Val de Suse (Piémont), Erri De Luca avait déclaré lors d’une interview publiée par le site italien du Huffington Post le 1er septembre 2013 : « Il faut saboter la TAV. »

Quelques mots qui ont suffi au parquet de Turin pour le mettre en examen (Lire ici) et lui faire risquer jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Sans compter les dommages-intérêts au bénéfice des parties civiles, au premier rang desquelles figure la LTF (pour Lyon-Turin Ferroviaire), société sise à Chambéry, où, souligne Erri De Luca, « comme par hasard, nos réglementations anti-mafia dans l’assignation des adjudications n’existent pas ». Or, on sait que plusieurs sociétés sous-traitantes sur le chantier ou organiquement liées à la LTF sont fortement suspectées ou déjà sous enquête pour infiltration mafieuse…

Lire > LGV Lyon-Turin : le dossier du scandale remis à l’Olaf
Lire > LGV Lyon-Turin : quand la mafia prend le train… sur Arte
Lire > Questions autour de la gestion du grand projet Lyon-Turin
Erri De Luca risque cinq ans de prison

Cette remarque de l’écrivain provient d’un petit opuscule qui vient de paraître en France : La Parole contraire [1], dont des extraits ont été lus par les militants devant le tribunal. Les poursuites à son encontre pourraient paraître totalement ridicules si elles ne lui faisaient pas risquer une peine si sévère. Une sévérité qui provient de textes de lois votées dans les années 1970, en particulier un texte assez analogue – mais bien plus dur en termes de condamnations possibles – à la loi dite « anti-casseurs » adoptée en France après 1968, à l’initiative du ministre de l’Intérieur Marcellin, abrogée en 1981.

Seule « l’incitation » est reprochée à l’homme de lettres. Aucune violence. Il est d’ailleurs entré dans le tribunal en lançant simplement à la presse : « Je suis venu pour que le tribunal me présente les personnes que j’ai “incitées” »… Ce à quoi a déjà répondu le procureur en charge à l’audience :

« Le parquet n’a pas à prouver que ces paroles aient été réellement suivies de dégradations, mais seulement si elles ont conditionné les choix du mouvement. »

Et l’honorable représentant du Ministère public d’avancer un très hypothétique débat au sein du mouvement, prétendûment concomitant avec la publication en ligne de l’interview du romancier, « sur la nécessité ou non de donner au mouvement une connotation violente ».

Erri De Luca met au contraire en exergue son droit d’usages et de nuances offerts par le vocabulaire :

« Je revendique le droit d’utiliser le verbe “saboter” selon le bon vouloir de la langue italienne. Son emploi ne se réduit pas au sens de dégradation matérielle, comme le prétendent les procureurs de cette affaire. Par exemple : une grève, en particulier de type sauvage, sans préavis, sabote la production d’un établissement. […] Il suffisait de consulter un dictionnaire pour archiver cette plainte sans queue ni tête. »

Et l’auteur d’ajouter, déterminé : « J’accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire ! »

Avant l’écrivain, 47 militants lourdement condamnés

Pour autant, Erri De Luca n’est pas sans savoir que de tels propos peuvent en Italie facilement envoyer leur auteur en prison. Surtout lorsqu’un projet d’infrastructures est présenté comme « œuvre stratégique » par l’État, dont les sites sont des « zones d’intérêt stratégique national ». Les différents chantiers du Lyon-Turin sont, depuis la forte mobilisation de ses opposants, de véritables camps retranchés, barricadés et sous la protection de l’armée ou de policiers et d’autres corps militarisés, également privés.

Ce contexte explique la nervosité et la violence extrême de la réaction des défenseurs de l’ordre public, et surtout de ce projet ravageur en termes de protection de l’environnement. Ainsi, si Erri De Luca, intellectuel renommé internationalement, a comparu ce 28 janvier devant le tribunal de Turin, les simples militants ont, pour 47 d’entre eux, été jugés (pour des violences survenues lors de manifestations au cours de l’été 2011) dans la salle d’audience-bunker de la prison de Turin, jadis utilisée pour les membres des Brigades rouges ou les gros poissons de la mafia. Certains procureurs auraient d’ailleurs souhaité les poursuivre pour terrorisme, ce que n’a finalement pas retenu le tribunal. Mais celui-ci a quand même eu la main très lourde : au total, les 47 se sont vus infliger quelque 150 années de prison (4 ans et demi pour le militant le plus durement condamné) et quelque 150 000 euros de dommages-intérêts au bénéfice de la société LTF, des ministères italiens de l’Intérieur et de la Défense, et même de certains syndicats de policiers. On suivra donc avec intérêt le verdict que rendra la justice dans cette affaire.

Nota Bene :
Photo : MARCO BERTORELLO / AFP

[1] La Parole contraire, Erri De Luca, trad. fr. Danièle Valin, Gallimard, 48 p., 8 euros. Ouvrage chroniqué cette semaine dans Politis.



Voir les liens ici
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: No TAV - No LGV

Messagede Banshee » 20 Fév 2015, 19:47

"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: No TAV - No LGV

Messagede bipbip » 23 Fév 2015, 07:12

Solidarité avec la lutte des NO TAV
Solidarité avec la lutte des NO TAV.

Non aux grands projets inutiles, non à la répression des militant-e-s !


Depuis plus de 20 ans, des militant-e-s s'opposent à la construction d'une ligne à grande vitesse devant relier Lyon à Turin. Ce grand projet inutile serait une catastrophe en termes de destruction de la nature et de ravages écologiques. En effet, certains tunnels seront creusés sur des gisements d'uranium et d'amiante, qui auront pour effet de répandre des poussières de ces minerais dans l'atmosphère de la vallée. D'autre part, de nombreuses expropriations sont prévues pour la construction de la voie ferrée, notamment de terres agricoles.

Or, il est démontré que ces travaux vont coûter une fortune aux populations locales, alors même que la ligne ferroviaire déjà existante pourrait être mieux et plus utilisée, notamment pour assurer le transport ferroviaire de marchandises qui aujourd’hui pollue considérablement car effectué par camions. Chaque mètre du TAV coûte 158 000 euros ! Ce sont autant de fonds publics qui sont détournés au profit des mafias et des spéculateurs et qui ne sont pas utilisées pour les services publics.

Une très forte contestation n'a jamais cessée depuis le début du projet; elle s’est traduite par des manifestations rassemblant plusieurs milliers de personnes, mais aussi par l'occupation de terrain du Val de Suse ou bien encore par des actes de résistance et de sabotage des chantiers imposés à la population locale.

Ce mouvement regroupe à la fois des militant-e-s de la vallée, mais aussi des personnes de toute l'Italie ainsi que des collectifs en France et est devenue une lutte de référence pour tout le mouvement social italien depuis ces 20 années de luttes. Elle a aussi été très réprimée par l'état italien.

Cette lutte a toujours subit une très forte répression de la part de l'état italien. Durant ces années, plusieurs militant-e-s NO TAV ont été arrêté-e-s, avec une grande fureur de la part de la magistrature italienne. Même si les accusations de terrorisme ont été abandonnées, l'état italien continue de cibler continuellement le mouvement No-Tav, criminalisant chaque manifestation. C'est une véritable stratégie à l'encontre des militant-e-s politiques, associatifs et syndicaux en Italie, qui se répand dans toute l'Europe et à travers le monde. 48 militant-e-s No Tav ont récemment été condamné-e-s à l'équivalent d'un total de 140 ans de prison et à des amendes de plus de 100 000 euros pour la participation à des manifestations qui se sont tenues entre le 27 juin et le 3 juillet 2011. C'est une condamnation politique, dans le but d'intimider.

Partout dans le monde, des mouvements populaires se lèvent contre ces grands projets inutiles, à la ZAD du Testet en France, contre des projets de barrages, de centrales, d'aéroports, et de tout un projet de société industrialo-productiviste que veulent nous imposer le capitalisme et les états.

Très récemment en France, un camarade a perdu la vie, tué par une grenade explosive des milices policières. Ce camarade aurait pu être n'importe le-la-quelle d'entre nous. Rémi est mort en défendant une zone qui doit être transformée en barrage pour satisfaire des projets agricoles industriels au Testet, preuve que l'état et les grands société capitaliste non que peu de considération ni pour la vie humaine, ni pour la nature.

Pour l'arrêt du projet inutile de ligne à grande vitesse Lyon/Turin et ses conséquences mortifères sur les humains et la nature !
Pour l'arrêt de tout les grands projets inutiles !
Pour l'abandon des poursuites et la liberté pour les militant-e-s NO TAV et tout-e-s les prisonnier-e-s politiques !
Arrêt du pillage de nos territoires !
Contrôle direct des territoires par les communautés !

Manifestation unitaire massive NoTav le 21 février 2015 à Turin

Solidarité internationale !

Signataires:
Alternativa Libertaria/FdCA (Italie)
Alternative Libertaire (France)
Coordination des Groupes Anarchistes (France)
Organisation Socialiste Libertaire (Suisse)
Collectif Communiste Libertaire Bienne (Suisse)
Libertarian Communist Group (Pays de Galles)
Workers Solidarity Movement (Irelande)
Melbourne Anarchist Communist Group (Australie)
Zabalaza Anarchist Communist Front (Afrique du Sud)

http://www.anarkismo.net/article/27922
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: No TAV - No LGV

Messagede bipbip » 25 Fév 2015, 02:45

140 ans de prison pour les opposants au TAV

Depuis plus de 20 ans, des militant-e-s s’opposent à la construction d’une ligne à grande vitesse (treno ad alta velocità, ou TAV) devant relier Lyon à Turin. Ce grand projet inutile serait une catastrophe en termes de destruction de la nature et de ravages écologiques.

Certains tunnels seront creusés sur des gisements d’uranium et d’amiante, qui auront pour effet de répandre des poussières de ces minerais dans l’atmosphère de la vallée. D’autre part, de nombreuses expropriations sont prévues pour la construction de la voie ferrée, notamment de terres agricoles.

Des sommes folles pour un projet inutile

Il est démontré que ces travaux vont coûter une fortune aux populations locales, alors même que la ligne ferroviaire déjà existante pourrait être mieux et plus utilisée, notamment pour assurer le transport ferroviaire de marchandises qui aujourd’hui effectué en camions pollue considérablement. Chaque mètre du TAV coûte 158.000 euros ! Ce sont autant de fonds publics qui sont détournés au profit des mafias et des spéculateurs et qui ne sont pas utilisées pour les services publics.

Vingt ans de contestation

Une très forte contestation n’a jamais cessée depuis le début du projet ; elle s’est traduite par des manifestations rassemblant plusieurs milliers de personnes, mais aussi par l’occupation de terrain du Val de Suse ou bien encore par des actes de résistance et de sabotage des chantiers imposés à la population locale.

Ce mouvement regroupe à la fois des militant-e-s de la vallée, mais aussi des personnes de toute l’Italie ainsi que des collectifs en France. Il est devenue une lutte de référence pour tout le mouvement social italien durant ces 20 années de luttes.

Une forte répression de l’État italien

Cette lutte a toujours subit une très forte répression de la part de l’État italien. Durant ces années, plusieurs militant-e-s NO TAV ont été arrêté-e-s, avec une grande fureur de la part de la magistrature italienne. Même si les accusations de terrorisme ont été abandonnées, l’État continue de cibler continuellement le mouvement No-Tav, criminalisant chaque manifestation.

C’est une véritable stratégie à l’encontre des militant-e-s politiques, associatifs et syndicaux en Italie, qui se répand dans toute l’Europe et à travers le monde. 48 militant-e-s No Tav ont récemment été condamné-e-s à l’équivalent d’un total de 140 ans de prison et à des amendes de plus de 100.000 euros pour la participation à des manifestations qui se sont tenues entre le 27 juin et le 3 juillet 2011. C’est une condamnation politique, dans le but d’intimider.

Des luttes écologistes toujours plus réprimées

Partout dans le monde, des mouvements populaires se lèvent contre ces grands projets inutiles, à la ZAD du Testet en France, contre des projets de barrages, de centrales, d’aéroports, et de tout un projet de société industrialo-productiviste que veulent nous imposer le capitalisme et les Etats.

Très récemment en France, un camarade a perdu la vie, tué par une grenade explosive des milices policières. Ce camarade aurait pu être n’importe le-la-quelle d’entre nous. Rémi est mort en défendant une zone qui doit être transformée en barrage pour satisfaire des projets agricoles industriels au Testet, preuve que l’état et les grands société capitaliste non que peu de considération ni pour la vie humaine, ni pour la nature.
• Pour l’arrêt du projet inutile de ligne à grande vitesse Lyon/Turin et ses conséquences mortifères sur les humains et la nature !
• Pour l’arrêt de tout les grands projets inutiles !
• Pour l’abandon des poursuites et la liberté pour les militant-e-s NO TAV et tout-e-s les prisonnier-e-s politiques !
• Arrêt du pillage de nos territoires !
• Contrôle direct des territoires par les communautés !
• Manifestation unitaire massive NoTav le 21 février 2015 à Turin
• Solidarité internationale !


Signataires :

-* Alternativa Libertaria/FdCA (Italie)
• Alternative Libertaire (France)
• Organisation Socialiste Libertaire (Suisse)
• Collectif Communiste Libertaire Bienne (Suisse)
• Libertarian Communist Group (Pays de Galles)
• Workers Solidarity Movement (Irelande)
• Melbourne Anarchist Communist Group (Australie)
• Zabalaza Anarchist Communist Front (Afrique du Sud)

http://www.alternativelibertaire.org/?1 ... n-pour-les
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 4 invités