Lyon et Rhône (69)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 10 Mar 2018, 14:11

Samedi 10 mars 2018

Manifestation contre la loi Collomb

Contre la loi Collomb et sa politique antisociale et raciste, nous exigeons :
- Liberté de circulation et régularisation : des papiers pour toutes et tous !
- Un logement décent pérenne pour toutes et tous
- Abrogation des accords de Dublin (obligeant les migrant-e-s à demander l’asile dans leur 1er pays d’enregistrement)
- Prise en charge immédiate par l’aide sociale à l’enfance de tous les jeunes mineurs isolés et le droit à l’enseignement pour tous et toutes…

Manifestation samedi 10 mars, 14h30, place des Terreaux (Lyon – métro Hôtel de ville).

Liberté de circulation ! Réfugié.e.s, migrant.e.s, vous êtes les bienvenu.e.s !

Projet de Loi Macron “immigration-asile” Unité pour son Retrait !
Des papiers, une école, un toit pour tous !
Respect des droits fondamentaux !

À Lyon :
⇨ Des mineurs isolés à la rue, des dizaines en attente d’une place au lycée, des lycéens convoqués à la police de l’air et des frontières,menacés d’expulsions… Et des enfants sans toit dans les écoles…
⇨ des demandeurs d’asile sans hébergement : deux mois d’attente avant d’être reçus en préfecture ; les dublinés* pourchassés,
⇨ des centre d’accueil qui fonctionnent comme des centres de tri,
⇨ des familles vivant ici depuis 5 ans et plus menacées d’expulsion (enfants scolarisés et parents détenteurs de propositions d’embauche)
⇨ des militants assignés au tribunal par la Métropole pour avoir ouvert un immeuble non occupé afin de mettre à l’abri des sans toits.
À Lyon et dans toute la France, des initiatives et mobilisations se multiplient contre ces violations des droits fondamentaux.

Le projet de loi Macron : “mettre fin au droit d’asile”

Ce projet présenté comme équilibré va en réalité, d’après le Syndicat des avocats de France (SAF), “mettre fin au droit d’asile” :
⇨ Rendre l’asile impossible
Réduction de 120 à 90 jours du délai pour faire la demande à compter de l’entrée sur le territoire ; réduction à 15 jours du délai pour présenter un recours le rendant quasi-impossible ; suppression de l’appel suspensif, recours aux moyens électroniques pour l’envoi des convocations et décisions ; généralisation des audiences en visioconférence…
⇨ Ficher, trier, expulser plus et plus vite
Prise d’empreintes et photos systématiques lors des vérifications de
situation ; élargissement des motifs d’assignations à résidence et de
rétention dont la durée passerait de 45 à 90 voire 135 jours ;
accentuation du “délit de solidarité”…

Ces mesures contre les étrangers participent de l’offensive du gouvernement contre les acquis essentiels des travailleurs et de la jeunesse. Il s’agit de créer des boucs émissaires pour diviser et interdire les solidarités contre cette politique antisociale.

Retrait du projet Macron liberticide et xénophobe !

Liberté de circulation : des papiers pour toutes et tous !

Respect du droit d’asile ; abrogation des accords de Dublin* (obligeant les migrant-e-s à demander l’asile dans leur 1er pays d’enregistrement)
Prise en charge par l’aide sociale à l’enfance de tous les jeunes mineurs isolés ; droit à l’enseignement pour tous et toutes…


P.-S.
Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc’Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif Agir Migrants, Collectif Amphi Z, Collectif 69 Palestine, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Lutte ouvrière, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4, MRAP LYON 3-7-8, Planning Familial 69, RESF-69, Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, SUD santé sociaux 69, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, ENSEMBLE !, France Insoumise 69, L’insurgé, MJCF Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche 69, PCF, UPC…
Contact : collectifrefugie69@laposte.net
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 19:07

Mardi 20 mars 2018

Marche aux flambeaux pour la fête de Newroz

à 19h, place Bellecour, Lyon

Cette année la marche aux flambeaux sera aussi en soutien à Afrîn actuellement encerclé et bombardé par l’armée turque.

Le Newroz est la fête traditionnelle pour célébrer le nouvel an, basée sur le calendrier persan. Il s’agit du premier jour du printemps. L’origine de Newroz s’appuie sur la légende de Kawa le Forgeron qui s’opposa, selon la tradition, au roi Dihak, un tyran qui faisait régner la terreur sur tout le pays.

Depuis le partage du Kurdistan par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale, en 1923, Newroz a pris une signification politique. Dans les quatre parties du Kurdistan en effet, cette fête a longtemps été interdite car elle était le symbole le plus visible de la culture et de l’identité Kurde que ces États souhaitaient anéantir.

Cette année la marche aux flambeaux sera aussi en soutien à Afrîn actuellement encerclé et bombardé par l’armée turque.

“Soyons nombreux et nombreuses mardi 20 mars 2018 à 19h place Bellecour.”

https://rebellyon.info/Mardi-20-mars-Fe ... -aux-18830
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 26 Mar 2018, 11:39

lundi 26 mars 2018

Continuons de mettre la pression pour obtenir la fermeture du Pavillon Noir

Le Collectif pour la fermeture du Pavillon Noir (local du Gud - Bastion Social) organise un rassemblement le lundi 26 mars à 2018 à 18h, place de la Comédie devant l’Hôtel de Ville.
Texte de la Coordination des Groupes Anarchistes par rapport à ce rassemblement.

Continuons de mettre la pression pour obtenir la fermeture du Pavillon Noir !

Ouvert depuis le 13 janvier 2018, le local du Gud-Bastion Social appelé « Pavillon Noir » est toujours ouvert malgré la mobilisation qui grandit à chaque action du collectif demandant sa fermeture : 200 personnes lors
du rassemblement du 13 janvier et 600 personnes à la manifestation du 3 mars dernier.

Ce mouvement qui se veut « national » tente de s’implanter dans d’autres villes françaises : Strasbourg, Chambéry, Aix-en-Provence, Marseille, Clermont-Ferrand… où des locaux ont ouvert ou vont l’être prochainement.

Il veut même essayer de faire croire qu’ils se préoccupent des travailleurs et travailleuses en allant distribuer un tract sur la préférence nationale devant un commerce de Dardilly et s’autoproclamer syndicat du peuple français.

Partout où il cherche à s’implanter, le Gud-Bastion Social rencontre une mobilisation unitaire pour demander la fermeture des locaux ouverts et pour informer la population sur le vrai visage de ce mouvement et du danger qu’il représente notamment en terme de violence de rue.

À Lyon, le collectif pour la fermeture du Pavillon Noir a déjà organisé un rassemblement le 13 janvier, une réunion publique dans le 1er arrondissement et une manifestation le 3 mars dernier qui a rassemblé trois fois plus de monde que le 13 janvier.

À côté des actions proposées par le collectif, les premières personnes concernées, à savoir les habitant-e-s du quartier où se trouve le local, continuent de mettre la pression pour demander à la Ville de Lyon et à la Préfecture d’agir pour mettre un terme au Gud – Bastion Social.

Dans cette optique de solidarité aux habitant-e-s et aux associations de quartier, nous soutenons les actions du collectif dont la CGA-Lyon fait partie.

Il ne s’agit pas pour nous d’attendre un hypothétique geste de la Mairie Centrale (qui ne l’a jamais fait en 10 ans), ni de la Préfecture qui renvoie dos à dos les mouvements progressistes, révolutionnaires,
antifascistes et les néo-nazis du Gud – Bastion Social ; mais bien d’être en soutien avec les personnes qui doivent supporter quotidiennement la présence de fascistes et autres néo-nazis dans leurs quartiers.

Nous avions fait la même chose en 2011 en obtenant la fermeture administrative du Bunker Korps Lyon : c’est en accentuant la pression populaire que nous parviendrons ensemble à faire fermer ce local !

C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous le lundi 26 mars à 18h place de la Comédie pour crier haut et fort notre opposition à la prolifération des locaux et des violences d’extrême-droite et pour dénoncer l’inaction volontaire des autorités complices des agressions !


https://rebellyon.info/Continuons-de-me ... pour-18880
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede Pïérô » 01 Avr 2018, 13:03

dimanche 1er avril 2018

En mémoire de Mireille Knoll, contre les crimes antisémites : solidarité antiraciste

Le meurtre violent de Mireille Knoll, femme prolétaire juive de 85 ans, est d’autant plus révoltant compte tenu de l’histoire de sa vie profondément marquée par la violence antisémite : elle avait échappé à la rafle du Vel d’Hiv, avait trouvé refuge au Portugal et épousé après la guerre un homme ayant survécu à Auschwitz. C’est pourtant cette violence antisémite qui l’a arrachée à sa famille et à ses proches auxquels nous exprimons notre tristesse et notre solidarité.

À l’heure actuelle, deux personnes sont considérées comme suspectes pour son meurtre. Si le caractère antisémite est retenu par les instances chargées de cette enquête, il est trop souvent minimisé voire totalement écarté, comme cela a longtemps été le cas concernant le meurtre de Sarah Halimi, une autre femme juive âgée assassinée à son domicile l’année dernière.

Ce meurtre intervient dans un climat délétère de violence antisémite et raciste. Partout en Europe, ou encore aux États-Unis, l’antisémitisme connaît une montée en puissance qui va de pair avec la montée des fascismes : que ce soit la loi polonaise visant une déresponsabilisation nationale des crimes commis par les nazis, la campagne d’affichage du gouvernement hongrois de Viktor Orban visant l’homme d’affaire George Soros, clairement inspirée par l’iconographie nazie, les menaces terroristes contre des synagogues ou des lieux communautaires juifs…

Contrairement à ce qu’en disent les réactionnaires, l’antisémitisme est partie prenante de la société française, et n’est certainement pas une relique anecdotique du passé, ou encore un produit d’importation, mais bien la continuité historique d’un rapport social violent : l’oppression de la minorité nationale juive, qui se manifeste ces dernières années en France par des agressions, des viols et des meurtres.

Nous considérons qu’il serait une grave erreur de souscrire à l’opposition de l’antisémitisme aux autres formes de racisme, dans la mesure où cette division entre les minorités nationales est un mécanisme de diversion profitant aux classes dominantes. L’antisémitisme et l’islamophobie, en particulier, s’alimentent mutuellement, fonctionnent en miroir inversé, et doivent être combattus dans un même mouvement par toutes les forces progressistes et antiracistes.

Ainsi, le camp réactionnaire qui n’a de cesse d’attribuer aux musulman-e-s et migrant-e-s la seule responsabilité de l’antisémitisme en France (tout en le minimisant par ailleurs) fait-il preuve d’un cynisme morbide. Qui diffusait des caricatures d’Emmanuel Macron portant haut de forme et cigare pendant la campagne présidentielle, sinon le compte twitter officiel des Républicains ? Qui a tenté de réduire les subventions régionales à la maison d’Izieu, mémorial dédié aux enfants et adultes juifs raflés le 6 avril 1944, sinon Laurent Wauquiez ?

Nous dénonçons donc l’indécence de l’expression d’une pseudo-compassion venant des réactionnaires et des fascistes. Ainsi la présence annoncée de Marine le Pen à la marche blanche organisée en mémoire de Mireille Knoll à Paris n’est rien d’autre qu’une obscène et insultante récupération politique, au lendemain de la condamnation de son père, le fondateur du Front National, pour contestation de crime contre l’humanité.

Rappelons aussi que l’antisémitisme n’est pas l’apanage des fascistes : nous devons avec encore plus de force refuser toute complaisance à l’égard de notre propre camp politique. En particulier, lorsqu’au lieu d’une critique conséquente et matérialiste du capitalisme fleurissent des discours reprenant un imaginaire antisémite, fondés par exemple sur un fantasme de pouvoir financier occulte. Ces dérives confusionnistes et conspirationnistes participent à renforcer l’oppression antisémite, tout en affaiblissant notre camp social au profit des fascistes, l’original surpassant toujours la copie.

De la tristesse à l’indignation, le meurtre de Mireille Knoll appelle à la lutte. C’est pourquoi à Lyon, nous appelons à rejoindre l’appel de nos camarades Juives et Juifs Révolutionnaires 69 à se rassembler ce dimanche 1er avril à 14h sur la stèle d’Anne Franck dans le 3ème arrondissement de Lyon.

Le groupe de Lyon de la Coordination des Groupes Anarchistes


http://cgalyon.ouvaton.org/spip.php?article261
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede clateuf » 01 Avr 2018, 19:27

Communiqué FA :

Solidarité avec la CNT de Lyon attaquée par des fascistes

Dans la nuit du 30 au 31 mars le local de nos camarades de la CNT Lyon a été attaqué par des fascistes, grille arrachée, vitre brisée, vol de matériels militants, tentative de destruction du rideau de fer. Depuis de nombreux mois les agressions et les attaques fascistes se succèdent dans les rues de Lyon dans une impunité totale, la CNT de par son engagement contre l'extrême droite et notamment pour la fermeture du local fasciste, bastion social, se retrouve à son tour attaqué. Il y a quelques mois, c'était le local de la CGA, quelques centaines de mètres plus loin, qui en faisait les frais.
Nous apportons tout notre soutien à la CNT lyonnaise et condamnons fermement cette énième attaque fasciste.
Face aux nervis d'extrême droite et leurs idées nauséabondes, ripostons !

01/04/2018
Fédération Anarchiste


Communiqué en PDF : http://www.mediafire.com/file/g6nayf0emun56su/communique+soutien+CNT.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
clateuf
 
Messages: 124
Enregistré le: 01 Mar 2015, 20:55

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 14:19

Samedi 7 avril 2018

Manifestation pour le retrait du projet de loi Asile Immigration

Mobilisation nationale contre le projet de loi Asile Immigration de Collomb/Macron avec pour Lyon une manifestation à l’initiative du collectif de soutien aux migrant-e-s et réfugié-e-s qui partira à 15h de la place des Terreaux. Mobilisons-nous en solidarité avec toutes et tous les migrant-e-s !

... https://rebellyon.info/Manifestation-el ... rait-18941
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 10 Avr 2018, 02:11

Mercredi 11 avril 2018

Rencontre pour la sortie du livre « Anarchisme et religion »

Image

À l’occasion de la sortie du livre, l’Atelier de création libertaire vous invite a une rencontre-débat avec Alexandre Christoyannopoulos et des traducteurs du livre au CEDRATS.

Presque toujours, l’anarchisme est anticlérical, et il est le plus souvent athée. Pourtant, la rencontre de la religion et de l’anarchisme est plus complexe qu’on ne le présume en général. Ces dernières années en particulier, une grande variété d’analyses ont éclos à l’intersection de l’anarchisme et des sciences de la religion. Les interactions entre la religion et l’anarchisme sont diverses  : il arrive que les anarchistes reviennent sur leur appréciation de la religion ; parfois, des chercheurs religieux formulent une théologie en dialogue avec des énoncés anarchistes ; on se concentre quelquefois sur la manière qu’ont certains anarchistes d’aborder la religion ; d’autres fois ce sont les textes religieux qui sont interprétés dans le sens d’une politique anarchiste. La rencontre entre anarchisme et religion peut donc se focaliser sur différents aspects de l’un ou de l’autre, et impliquer des approches, des méthodologies et des tonalités d’enquête très variées.

Ce texte propose une cartographie des manières qu’ont l’anarchisme et la religion de se croiser à partir de quatre grandes catégories  : les différends classiques opposant l’anarchisme à la religion et à ses institutions ; les interprétations anarchistes des personnages et des textes fondateurs de la religion ; la «  théologie  » anarchiste, distincte de l’exégèse scripturale ; et les études historiques consacrées à des penseurs, des communautés et des mouvements spécifiques se reconnaissant à la fois dans l’anarchisme et dans la religion.

Présentation sur le site de l’Atelier de Création Libertaire : http://www.atelierdecreationlibertaire. ... igion.html

https://rebellyon.info/Rencontre-pour-l ... ivre-18925
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 13 Avr 2018, 12:03

Samedi 14 avril 2018

Ouverture d’un nouveau lieux d’activité l’Amicale au 31 rue Sébastien Gryphe, Lyon.

Après de longs mois de travaux, le local de l’Amicale s’apprêtait à ouvrir ses portes au public ce samedi 14 avril pour une grande inauguration festive.
Mais il y a des moments où l’actualité brûlante vient se télescoper avec la vie quotidienne et cette semaine en est le parfait exemple depuis que les expulsions ont commencé sur la Zone A Défendre de Notre-Dame-des-Landes. A l’heure où nous écrivons ces lignes, plus des dizaines de lieux de vie ont été sauvagement détruits par les pelleteuses de la police et 2500 gendarmes sont déployés depuis lundi sur la zone avec un équipement tout aussi moderne que démesuré : chars blindés, hélicoptère, drones, et un nombre incalculable de grenades en tout genre.

Bien autre chose qu’une simple expulsion de squatteurs radicaux, comme cherche désespérément à le faire croire le gouvernement, c’est à des années d’expérimentations collectives qu’ils s’attaquent aujourd’hui. Ce ne sont pas de simples cabanes dans les bois qu’ils tentent de détruire, ce sont des habitats astucieux, élaborés avec soin par leurs occupants. Ce ne sont pas quelques illuminés qui revendiquent de vivre en dehors de tout cadre qu’ils cherchent à expulser mais ce sont bien des liens puissants entre des habitants aux origines et aux motivations variées et un territoire singulier qu’ils cherchent à anéantir. En face, la résistance se fait belle et déterminée, et c’est avec une immense fierté que nous assumons de la soutenir.

Comme une résonance à ce réjouissant appel à vivre autrement qui émane de la ZAD depuis de nombreuses années, l’Amicale a été pensée comme un espace ouvert au public, où s’articuleraient réflexions, recherches pratiques et échanges d’expériences éminemment nécessaires à l’existence de différentes manières de vivre. Depuis le début, il est évident pour nous que les enjeux et les problématiques que nous cherchons à questionner au sein de l’Amicale sont absolument indissociables des différentes luttes politiques en cours et à venir. C’est pourquoi nous pensons qu’aujourd’hui plus que jamais il est urgent qu’un tel lieu ouvre ses portes.

Parce que l’heure n’est plus à la fête face à la gravité de la situation, nous ne maintenons pas la grande journée d’inauguration telle que nous l’avions imaginé. Cependant, le local de l’Amicale ouvrira ses portes toute la journée :

à partir de 9h et toute la matinée : petit-déjeuner, point de rdv, possibilité de s’organiser pour partir à la manifestation de soutien à la ZAD appelée à St-Etienne à 14h devant l’usine Verney Carron

midi et soir : repas prévus à prix libre, les bénéfices iront en soutien aux expulsé·e·s de la ZAD

L’amicale se propose comme espace de rassemblement et stockage pour du matériel à envoyer sur la zone, voir ici la liste mise à jour des besoins matériels :
https://zad.nadir.org/spip.php?article515&lang=fr

A samedi,
l’Amicale
31 Rue Sébastien Gryphe
69007 Lyon


https://rebellyon.info/Ouverture-de-l-A ... vril-19011


30 ans d’affiches lyonnaises et de luttes pour les transports gratuits rassemblées dans une expo

A l’heure des grands projets pour le métro lyonnais et devant une inéluctable hausse du ticket, Papyart a ressorti de ses archives les meilleures affiches et autocollants pour les transports gratuits. Une exposition au 37 rue Burdeau (Lyon 1er) qui appelle à de nouvelles ripostes graphiques, à voir jusqu’au 29 avril.

Ces témoignages graphiques sont exposés dans le lieu même où, il y a juste 30 ans, en mars 1988, le groupe OCL/Lyon démarrait une campagne pour le boycott des tickets : au 37 rue Burdeau sur les Pentes de la Croix-Rousse.

On y retrouve :
- l’ affiche du PSU de 1975, pour la défense de la station "CROIX PAQUET", jugée non rentable par les élus de l’époque !
- les adhésifs du "comité chômeurs /précaires" rue Pierre BLANC en 1982 : "Contrôler, c’est travailler sur le dos des pauvres"
- et bien d’autres...
Bref une vraie boutique relais des bonnes formules, comme un antidote aux slogans moralisateurs des agences de com’ !

Expo au 37 rue Burdeau jusqu’au 29 avril. Permanences tous les soirs de semaine de 18 h à 20 h et les samedis après-midis. Visite guidée sur réservation.

... https://rebellyon.info/Article-paru-dan ... tive-18835
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 16:43

Rassemblement contre la venue de Gérard Collomb à l’inauguration de l’hôtel-Dieu ce jeudi 26 avril

Gérard Collomb, ancien maire de Lyon et actuel ministre de l’Intérieur du gouvernement Macron, grand défenseur de la loi Asile-Immigration, des répressions policières que ce soit dans les facultés comme à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, vient inaugurer ce jeudi soir l’Hôtel-Dieu de Lyon.
Rassemblement à 19h00 devant l’hôtel-Dieu et/ou départ groupé à18h30 devant la BU de l’IEP et/ou rdv à 17H30 devant la cafétéria de Lyon 2 quai

« Répressions, expulsions, Non à Gérard Collomb »

Nous, étudiant.e.s lyonnaises, dans un esprit de convergence des luttes, appelons chacun.e à venir manifester devant l’Hôtel-Dieu contre la politique du gouvernement dont Monsieur Collomb est une figure de proue. Par la présence, nous désirons montrer à Monsieur Collomb que la mobilisation étudiante ne désemplit pas et ne laissera pas de répit à celles et ceux qui prônent des politiques discriminantes, xénophobes et répressives.

Allons soutenir le personnel hospitalier qui fait une conférence de presse devant l’hôtel-Dieu (ancien hôpital public vendu à des promoteur.trice.s privé.e.s). Refusons ensemble la baisse de moyens pour les services publics qui font passer les investissements de grands groupes avant notre santé I

Rassemblement à 19h00 devant l’hôtel-Dieu et/ou départ groupé à18h30 devant la BU de l’IEP(14 Avenue Berthelot 69007, dans la même cours que le CHRD) et/ou rdv à 17H30 devant la cafétéria de Lyon 2 quai

https://rebellyon.info/Rassemblement-co ... rard-19106



Vendredi 27 avril 2018

Procès en appel de la garde à vue à ciel ouvert de 2010 à Bellecour. Rassemblement le vendredi 27 avril

Le Collectif 21 octobre a porté plainte suite à la garde à vue collective et illégale le 10 octobre 2010 place Bellecour pendant les mouvements des retraites. Une ordonnance de non lieu a clôturé l’instruction et le collectif fait appel pour défendre les droits fondamentaux de manifester et d’aller et venir, sans discrimination. Depuis la pratique de la « nasse » c’est généralisé. La victoire dans ce procès pourrait y mettre un coup d’arrêt !
C’est pourquoi, le collectif appel à un rassemblement massif devant le tribunal d’appel aux 24 colonnes le vendredi 27 avril à 11H

Le collectif du 21 octobre a porté plainte contre la garde à vue à ciel ouvert sur la place Bellecour
pendant le mouvement social contre la réforme des retraites de 2010

L’instruction a prononcé un non-lieu en 2017. Le Collectif a fait appel de cette décision de non-lieu. L’appel devait être jugé le 22 février2018 à la cour d’appel de Lyon. Un rassemblement réussi a eu lieu ce jour là.

Cependant, à la demande des parties adverses, l’affaire est renvoyée au 27 avril 2018 à 11h. Pendant que la chambre de l’instruction examine notre demande,
Nous vous appelons nombreux-ses à venir nous rejoindre contre le « kettling » dans un contexte où l’utilisation de cet enfermement préventif de manifestant-es tend à se développer et contre les exfiltrations au facies. Depuis 2010, en effet, la répression ne fait que progresser contre les militant-es qui revendiquent le développement social, la justice sociale, le partage des richesses, la solidarité avec les réfugié-es, la lutte contre le racisme.

Petit à petit, ce sont nos libertés qui sont grignotées.

Tou-tes ensemble, ne laissons pas faire.
La bataille unitaire, à travers le collectif, a permis que cette affaire ne soit toujours pas classée et pour nous, c’est déjà une victoire, une victoire à consolider le 27 avril 2018, en obtenant l’appel du non-lieu.

le collectif organise un rassemblement devant la cour d’appel des 24 colonnes à St Jean
le 27 avril 2018 à partir de 11 H.

https://rebellyon.info/Proces-en-appel- ... ciel-19100
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 30 Avr 2018, 19:09

1er mai 2018

Sortons de l’impasse capitaliste, construisons le communisme libertaire

Appel commun de la Coordination des Groupes Anarchistes et d’Alternative Libertaire pour la manifestation du 1er mai. Rendez-vous à 10h place Jean Macé et ensuite au repas de quartier de Radio Canut https://rebellyon.info/Repas-de-quartie ... e1er-19096

Sortons de l’impasse capitaliste, construisons le communisme libertaire

Destruction du code du travail, casse de l’assurance chômage et de la sécu, baisse des pensions de retraites, sélection au lycée et à l’université, sous-financement des EPHAD, de la santé et du social, facilitation des plans sociaux dans le secteur de l’industrie, destruction des missions et des emplois dans toutes les fonctions publiques, privatisation de la SNCF, violence sur la ZAD, tri, enfermement et expulsion des migrants...

Au pouvoir depuis un an, Macron déroule son programme libéral et autoritaire, détruit méthodiquement ce que les luttes sociales avaient mis des années à arracher, à coups de matraque, de lacrymo et d’arrestations quand le corps social rechigne à se laisser dépecer.

En face, des résistances existent, comme celles des cheminot-e-s et celles des étudiant-e-s. Leurs batailles sont les nôtres. La fin du statut des cheminot-e-s aujourd’hui, c’est la fin de celui des fonctionnaires demain. La privatisation du rail, ce sont des conditions de travail et de service dégradées, des lignes sacrifiées, avec comme seul critère la rentabilité pour l’actionnaire.

La sélection à l’université, c’est d’abord le renforcement de la sélection par l’argent. Le libre choix des études pour celles et ceux qui ont les moyens d’accéder au savoir. Les boulots d’exécutant pour tout-e-s les autres.
Des batailles qui se mènent, il y en a d’autres, dans les hôpitaux et les Ehpad, la justice, à Carrefour, Air France, etc.

Ces batailles, les secteurs aujourd’hui en lutte ne les gagneront pas seuls. La grève ne se décrète pas, mais si elle ne s’étend pas, si notre camp social ne reprend pas l’offensive, dans quelques mois il ne restera que des ruines. Des pans entiers de la société sont en passe de basculer dans une précarité généralisée. Machine de guerre du capitalisme, l’État Macron tente d’imposer son projet de société, par l’urgence et par la force.
En face, il nous faut converger pour en imposer un autre.

La grève reste au centre de la contestation du capitalisme en arrêtant la production et la circulation des marchandises, et en détruisant l’espoir de plus-value des actionnaires.

La grève reconductible, votée en AG de grévistes, coordonnée à l’échelle des branches et des localités reste le moyen le plus efficace pour que les travailleurs et travailleuses gardent le contrôle de leur grève. Les AG intersyndicales et interprofessionnelles dans les villes sont également des instances qui permettent l’extension du mouvement, la solidarité réciproque, l’entraide entre salarié.es en lutte.

Celles ci doivent être utiles à réfléchir aux suites, au renforcement et à l’accélération de la mobilisation, service par service, entreprise par entreprise. L’occasion d’AG dans les zones industrielles et dans les villes pour rencontrer les salariés des autres secteurs, et d’autres syndicats. Et quand le rapport de forces est trop faible pour décréter la grève reconductible, les équipes les plus énergiques doivent imaginer d’autres modes d’action : blocages, filtrages, ralentissement et sabotage de l’activité économique.

Partout, dans nos boîtes, nos administrations, nos lieux de vie, en discutant avec nos collègues, entre précaires, il nous faut rouvrir le chemin de la lutte, de la grève, de l’émancipation collective. Ne pas déléguer le combat à une avant-garde ouvrière condamnée à se battre seule pour toutes et tous. Ne pas s’en remettre aux mirages de tribuns qui viendraient, un jour peut-être, par la magie d’un scrutin, rebâtir tout ce qui aura été détruit. Le passé, de Mitterrand à Hollande en passant par Tsipras en Grèce, montre clairement que la délégation du changement social à une classe politique conquérant le pouvoir d’État n’est pas la voie de la transformation égalitaire de la société.
Et puis tous les collectifs d’usagers, collectifs locaux qui surgissent et qui soutiennent les mobilisations peuvent également apporter un plus pour conforter la résistance.

Pour une autre société, débarrassée de l’État, du pouvoir et du capitalisme

le capitalisme enrichit les patrons et ne distribue aux salarié-es que de quoi consommer et se taire. Il faut donc en finir avec ce système qui offre pour seul horizon des années d’études de plus en plus chères, une vie de stress au travail ou de précarité continue, puis, pour les plus chanceux/euses, une petite retraite pour survivre jusqu’au cercueil. Il faut reprendre nos destins en mains et arrêter de compter sur des professionnels de la politique qui ne servent qu’à décevoir nos rêves et à ruiner nos espoirs. Contre la dictature patronale, nous revendiquons une économie sociale, directement contrôlée et organisée par la population. Le capitalisme n’est pas une fatalité et nous pouvons nous en débarrasser si nous commençons dès aujourd’hui à résister, à construire une alternative et à inventer une société réellement démocratique, bâtie sur la solidarité et débarrassée des oppressions.
• C’est dans la lutte qu’on se retrouve, qu’on invente, qu’on crée de nouvelles conditions de travail et de vie, solidaires, autogérées.
• C’est dans la lutte, la grève, que, dans sa boîte, on reprend la main sur son outil de travail, débarrassé de la tyrannie du patron. Jusqu’à réinventer son organisation, comme l’ont fait les camarades de Scop-ti et d’ailleurs.
• C’est dans la lutte, le blocage, que les étudiant-e-s avec leurs AG ouvertes et leurs cours substitutifs, jettent les premières bases d’une université autogérée et émancipatrice, ouverte à toutes et tous.
• C’est dans la lutte, l’occupation, que les militant-e-s de la ZAD de Notre Dame des Landes construisent sur un territoire un autre rapport à la terre et à la vie en société.

Nous savons ce que nous voulons bien mieux que tous les hommes providentiels. Nous savons dans quelles conditions nous voulons vivre et vieillir, travailler, apprendre.

Si nous nous mettons en lutte, si nous travaillons à nous fédérer, nous pouvons bâtir une autre société.

Une société dans laquelle la solidarité serait logique et la concurrence absurde, dans laquelle l’école rendrait plus intelligent-e et plus libre, dans laquelle travailler serait intéressant et utile, dans laquelle l’arrivée d’un-e étranger-ère serait une bonne nouvelle.
Une société dans laquelle les soignant-e-s et malades ne seraient pas maltraité-e-s, les travailleur-ses autogéreraient leur entreprise et les usager-ères leurs services, dans laquelle on serait pas défini par la couleur de sa peau, son genre ou sa sexualité, dans laquelle la planète ne serait ni une poubelle ni un magot dont tirer profit. Une société dans laquelle quelques-uns ne se goinfreraient pas sur le dos de tou-te-s les autres, un chef n’aurait pas raison pour tou-te-s les autres.

Nous n’avons pas besoin de l’État, du capitalisme, ni du pouvoir quel qu’il soit. Ce sont eux qui ont besoin de nous pour continuer à prospérer sur notre dos.

Coordination des Groupes Anarchistes et Alternative Libertaire


https://rebellyon.info/Sortons-de-l-imp ... iste-19113
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 02 Mai 2018, 14:42

ce mercredi 2 mai 2018

Présentation de Concertina, journal du traitement médiatique du bidonville de Calais

Présentation de Concertina, journal du traitement médiatique de la « jungle » de Calais de 2015 à 2017 et projection de Regarde ailleurs, docu sur l’après bidonville à 18h. Suivi d’une discussion autour du recueil et du film en présence de camarades soudanais et de Calais + cantine à l’Amicale, 31 rue Sébastien Gryphe.

La publication de ce recueil est l’occasion de revenir sur une opération de destruction de grande ampleur. Un recul qui pourra peut-être nous éclairer au moment où, simultanément, le gouvernement expulse la ZAD à grands renforts de grenades et de blindés et fait adopter une loi sur l’immigration qui permet d’enfermer des enfants en centre de rétention.

Mercredi 2 mai à 18h. La présentation du journal autoédité sera complétée de la projection d’un film sur la fin et l’après jungle. Des camarades soudanais, anciens habitants du camp et de Calais seront présents pour discuter autour de Concertina et du docu.
Une soirée de soutien sera organisée le samedi 5 mai à partir de 21h.

EDITO
Nous vivons actuellement dans un monde où les êtres humains en tant que tels ont cessés d’exister depuis longtemps déjà ; puisque la société a découvert que la discrimination était la grande arme sociale au moyen de laquelle on peut tuer les hommes sans effusion de sang, puisque les passeports ou les certificats de naissance et même parfois les déclarations d’impôts ne sont plus des documents officiels, mais des critères de distinctions sociales."
Hannah Arendt, "Nous autres réfugiés" in La Tradition cachée, Christian Bourgeois, 1987.

Le jeudi 8 mars 2018, dans le XIXe arrondissement, Karim est mort aux portes du centre « humanitaire » sous contrat d’Emmaüs Solidarité. Ses espoirs de dignité liquidés sur un trottoir parisien. Foulé au pied par la ville comme un encombrant sans visage, son corps gisant sous des couvertures trempées a été laissé plusieurs heures sous la pluie, avant d’être enlevé par la police. De la même manière, ce qui ne manquera pas de frapper le lecteur de ce recueil sur le bidonville de Calais, c’est la façon dont on a discuté et disposé des « migrants » comme de biens meubles. Leur présence sur le territoire calaisien était un problème public, leurs corps des objets passifs et leurs voix inaudibles dans le récit de la « crise des migrants ».

Le travail qui suit est un journal non-exhaustif du traitement politique et médiatique des exilés de la jungle, le temps de sa brève existence. À peine plus d’un an, de l’été 2015 à novembre 2016, soit des premières annonces de la création d’un camp et des incitations de la mairie à s’installer sur la lande, jusqu’à son nettoyage manu militari. Une opération de grande ampleur, menée sous les caméras de plusieurs centaines de journalistes badgés et baladés par l’agent de communication de la préfecture. La violence de l’expulsion provient bien sûr du déploiement policier et des incendies qui ont permis de boucler l’affaire en quelques jours mais aussi et de façon moins évidente, de l’hégémonie d’une fiction médiatique qui a rendu muettes dix mille personnes en errance autour d’un brasier. Ce recueil regroupe quelques perles sordides et des textes d’origines diverses qui abordent parfois le même événement depuis des perspectives différentes, collectés au fil du temps, comme autant d’archives du décalage entre les journaux et la réalité vécue. Les articles ne sont ni corrigés (seules quelques notes ont été ajoutées pour faciliter la compréhension et des liens supprimés pour alléger le passage à la forme papier), ni commentés. Nous espérons que le lecteur saura en tirer quelques enseignements. Les relire aujourd’hui permet de reconstituer l’articulation du discours dominant, ponctué de quelques éléments dissonants pour y déceler les permanences, les tours de manches éculés, et garder en mémoire cette histoire pour éclairer la situation actuelle et son air de déjà-vu.

Depuis près de vingt ans, la seule donnée qui varie sur le littoral est l’ampleur du phénomène et de la répression qui l’accompagne. C’est à la fin des années 90 que l’attitude des autorités a évolué d’une relative indifférence vers une politique répressive de plus en plus équipée. En 1997, une quarantaine de Rroms d’ex-Tchécoslovaquie dorment pendant deux mois dans le Terminal du port de Calais. La même année, le centre de rétention administrative (CRA) est inauguré et peu à peu la ville est quadrillée de grilles et de barbelés, de CRS et de caméras. À peine deux ans plus tard, ils sont quelques centaines, principalement albanais du Kosovo, à dormir dans le Terminal, un premier hangar est ouvert à Sangatte. Depuis lors, la frontière n’a cessé de s’étendre. Ce n’est pas une ligne géographique, ni un poste de frontière mais une réalité politique et sociale tissée d’un maillage à la fois serré et libéral qui permet de mettre chacun à sa place. Aussi bien vécue sur le quai de la gare et à la piscine municipale (interdite sans justificatif de domicile et carte d’identité), qu’au passage du poste de sécurité du port ; comme disait un ami « la frontière, c’est partout où on me demande mes papiers ». Donc un maillage serré, de par ses doubles grilles à concertina, ses trente kilomètres de barrières, les 570 caméras d’Eurotunnel, les clôtures de parkings électrifiées, les maîtres-chiens, les capteurs de battements cardiaques, le détecteur de CO2, et les milliers de policiers mobilisés.

Mais malgré tout libéral, car les marchandises et les touristes circulent avec une fluidité innocente et la génération des étudiants Erasmus ne doit s’apercevoir de rien. La liaison doit être rapide, le seuil imperceptible, l’interface ténue. On comprend mieux alors l’instrumentalisation de la nature pour créer des effets de délimitation, c’est-à-dire fabriquer des frontières naturelles artificielles. D’abord, avec les terrains inondés et les fossés remplis d’eau autour du site Eurotunnel – ou les douves de la citadelle britannique, puis le mur végétalisé (quelques branches de lierres grimpant péniblement) et un enclos autour du bois Dubrulle pour le protéger des espèces nuisibles [sic]. Jusqu’ici rien de très subtil mais l’idée était là, en germe pour le grand projet de reconversion de la lande, le terrain boueux de la grande jungle. Ce sol pétri de plastique brûlé et de grenades lacrymogènes est sur le point d’être transformé en « zone paysagère d’exception », coincée derrière la rocade et une usine de traitement chimique, à quelques encablures du port pour l’Angleterre. Des buttes sableuses et une zone humide vont être créées sur les ruines du bidonville, sillonnées par un platelage de bois jusqu’au toit du blockhaus, qui sera converti en belvédère face à la mer. Un terrain savamment accidenté et parsemé de modules devra permettre de dissuader d’investir l’espace. Agréable et rafraîchissant pour qui y est le bienvenu, hostile à ceux qui n’y ont pas leur place. Voilà comment l’alibi de la nature adoucit la frontière et procède d’une violence plus diffuse qu’une clôture. Elle opère tel un euphémisme ; d’apparence légère, elle tient à distance sans barrer l’espace. Les ruines sont encore fumantes que le camp et ses habitants ont déjà disparu des esprits, enfouis sous un projet d’avenir, vert et pédagogique. La botte secrète qui mettra tout le monde d’accord à l’heure où le gouvernement renonce à détruire une autre zone humide, s’il en est, à Notre-Dame-des-Landes. Le greenwashing nettoie aussi la misère.

La mobilisation de la nature s’ajoute à un arsenal de technologies sécuritaires. Ensemble elles densifient une frontière de plus en plus vaste dont la fonction est de trier les éléments autorisés et non-autorisés et de remettre chacun à sa place. La nature et les barbelés participent d’un décor censé retarder les indésirables, les agents de la frontière interviennent pour chasser ceux qui réussissent à s’infiltrer. Leur mission consiste à faire entrer la frontière dans les chairs et dans les têtes. Quoiqu’on dise de leurs conditions de travail, la réussite des opérations tient plus qu’à toute autre chose à leur incapacité à questionner les ordres. Le refus de juger qui caractérise les bons fonctionnaires, si bien analysé par Arendt lors du procès d’Eichman, fait d’eux les meilleurs relais de l’ordre établi. Au besoin, la biométrie et les technologies de surveillance rétablissent l’image d’une perméabilité contrôlée, en identifiant et détectant les individus qui échappent à la vigilance des autorités. À cet égard, Olivier Razac parle dans son Histoire politique du barbelé de « réparer les erreurs du temps réel et rattraper celui qu’on aurait jamais dû laisser entrer ».
Au bout du compte, la frontière rend invisible. Elle fait disparaître les hommes derrière des murs et les relègue au fond des marges. On voudrait les gommer comme on a rasé la jungle, les effacer comme un vilain détail. La frontière tue brutalement ou à petit feu. Quand on scrute jusqu’aux battements de cœur, quand on traque le plus mince filet de souffle, c’est que le moindre signe vital est un affront à l’ennemi, et s’obstiner à vivre est un acte de résistance. La victoire tient à persévérer dans son être, se maintenir en mouvement, essayer et ne jamais se rendre. Poursuivre la route inexorablement. Derrière ces lignes et ces discours rapportés, il y a des hommes et des femmes en exil, des destins qui refusent de se soumettre et des morts silencieuses. C’est à eux qu’est dédié ce recueil.


Présentation de Concertina - projection Regarde ailleurs : 18h
Cantine : 20h
A l’Amicale, 31 rue Sébastion Gryphe.

https://rebellyon.info/Presentation-de- ... l-du-19101
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 11 Mai 2018, 01:15

Samedi 12 mai 2018

Soutien à la Marche du Retour, stop aux crimes Israeliens

Le collectif 69 de soutien au peuple palestinien appelle les citoyens à se mobiliser et à porter ensemble les couleurs de la Palestine.
Manifestation de soutien à la Palestine le samedi 12 mai à 15h, place Bellecour à Lyon, pour dire stop à cet enchaînement perpétuel de violences et que s’applique le droit dû aux palestiniennes et palestiniens.

Image

Depuis plusieurs semaines les palestiniennes et palestiniens se mobilisent en organisant des marches du retour. Ils protestent pacifiquement contre les conditions de vie inhumaines à Gaza et réclament le droit au retour. Rappelons que le retour est un droit consacré dès 1948, par la résolution 194 de l’ONU.

Des dizaines de manifestantes et de manifestants pacifiques sont tués de sang froid par les soldats israéliens, des milliers sont blessés, même les journalistes sont ciblés.

L’année 2018, marque aussi un triste anniversaire, La Nakba (la catastrophe). Ainsi cela fera 70 ans le 15 mai que plus de 700 000 palestiniens ont été chassés et leurs villages détruits.

Depuis la création de l’État d’Israël le droit des palestiniennes et palestiniens est constamment nié. Nettoyage ethnique, crimes, colonisation, apartheid... font partie de l’histoire constante du peuple palestinien.

- Le Monde doit dire stop à cet enchaînement perpétuel de violences.

- Le Monde doit appliquer le droit dû aux palestiniennes et palestiniens.

C’est pourquoi nous appelons les citoyens à se mobiliser et porter ensemble les couleurs de la Palestine.

MANIFESTATION PALESTINE SAMEDI 12 MAI à 15h
PLACE BELLECOUR LYON

Collectif 69 de soutien au peuple palestinien


https://rebellyon.info/Soutien-a-la-Mar ... -aux-19111
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 02 Juin 2018, 14:52

du 2 juin au 8 juillet 2018

Festival antipatriarcal

La commission antipatriarcale de la Coordination des Groupes Anarchistes avec le Planning Familial, les Méduses, 2MSG et le Réseau des Femmes Afrodescendantes organisent un festival antipatriarcale à la Plume Noire du 2 juin au 8 juillet.
Festival antipatriarcal du 2 juin au 8 juillet

La CGA Lyon, Super Féministe (Planning Familial), Le Réseau des femmes Afrodescendantes, Les Méduses, Migrations, Minorités Sexuelles et de Genre - 2MSG vous invitent à un mois et demi de projections de films suivis de discussions ouvertes et débats sur les multiples luttes anti-patriarcales !
Chaque semaine : 1 film, 1 débat = 1 thématique.
Les personnes concernées sont prioritaires dans la parole.

Tous ces évènements à l’exception du stage d’auto-défense sont ouverts à tous*tes.
Ce festival est l’occasion d’échanger et de partager nos expériences de lutte, c’est pourquoi les comportements discriminatoires et oppressifs (sexisme, homophobie, lesbophobie, biphobie, transphobie, virilisme, racisme, mépris de classe, grossophobie, putophobie et validisme) ne sont pas tolérés.

Contre la domination patriarcale !
Pour l’émancipation de toutes et tous !


Image
Image

Programme : https://rebellyon.info/article19305-19305
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 04 Juin 2018, 20:27

Mardi 5 juin 2018

Rassemblement contre la venue de Netanyahou en France

La « saison croisée France-Israël » doit être inaugurée à Paris le 5 juin par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, conjointement avec le président de la République Emmanuel Macron. Rendez-vous à Lyon le mardi 5 juin à 18h sur les quais du Rhône.

Les crimes de guerre commis récemment par Israël sont d’une extrême gravité et la tentative de les blanchir par cette « saison croisée » est d’une indécence absolue.

Un rapport de l’OMS indique que 117 Palestiniens ont été tués dont 7 enfants âgés entre 14 et 16 ans. Le nombre de blessés s’élève à 13.190 parmi lesquels 1.136 enfants. 3.630 blessés l’ont été par des balles réelles parmi lesquels 332 sont dans un état critique

Cet événement serait en contradiction totale avec le signal clair et le ferme avertissement qu’il faut adresser à Israël.

C’est l’impunité d’Israël qui autorise à tuer les Palestiniens comme elle tue toute humanité de la part du pouvoir israélien : il est urgent d’y mettre fin, et d’appliquer des sanctions contre l’État d’Israël et particulièrement la Suspension de l’Accord d’Association UE/Israël.

Comme partout en France, nous appelons à se rassembler à Lyon le :

Mardi 5 juin à 18h quais du Rhône
(Quai Augagneur près du pont de la Guillotière)

Collectif 69 de soutien au peuple palestinien

https://rebellyon.info/RASSEMBLEMENT-co ... e-de-19303
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lyon et Rhône (69)

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 13:01

Jeudi 14 juin 2018

Discussion avec un volontaire communiste libertaire au sein du YPG

Image

Conférence, projection et débat sur le Kurdistan, avec comme invité Arthur Aberlin, camarade communiste libertaire revenu des YPG ainsi que deux de ses camarades révolutionnaires !

Depuis 2014, son rôle de rempart face aux atrocités djihadistes au Moyen-Orient a placé la gauche kurde sous les feux de la rampe.

Ce que l’on sait moins, c’est que dans les zones qu’elle contrôle, et notamment au Kurdistan syrien (Rojava) elle a favorisé l’essor d’une contre-société sur des bases féministes, sociales, démocratiques et, d’une certaine façon, laïques.

Pour cette raison, elle fait peur aux tyrans de la région  : les régimes turc, iranien ou syrien.
Cette situation inédite appelle un soutien de toutes et tous les révolutionnaires et anticolonialistes sincères.

Un soutien acritique  ? Nullement car, comme tout processus révolutionnaire, celui-ci court des risques : une dérive autoritaire est toujours possible, de même qu’une instrumentalisation par des puissances étrangères (États-Unis, Russie, France...).

C’est de tout cela que nous voulons parler.

PROGRAMME :

- Projection du film de Chris den Hond et Mireille Court, « Rojava, une utopie au cœur du chaos syrien » (45 minutes) ;

- Présentation du livre « Kurdistan Autogestion Révolution », éd. AL, mars 2018 ;

- Intervention d’Arthur Aberlin, militant communiste libertaire français engagé dans les YPG en 2017.

- Intervention de deux autres militants révolutionnaires engagés entre 2016 et 2018.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux à cette soirée ! Rendez vous à la Maison de la Mésopotamie (11 rue Mazagran 69007 Lyon) le Jeudi 14 Juin à partir de 19h !

https://rebellyon.info/Un-volontaire-co ... e-au-19284
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité