Dijon, Espace autogéré des tanneries

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 15:49

Mercredi 14 mars 2018

Conférence-débat « Pourquoi et comment lutter contre l’agression publicitaire ? »

Conférence débat avec Khaled Gaiji, porte parole de l’association « Résistance à l’Agression Publicitaire ».
à 19h30 salle R03 maison des associations, 3 rue des Corroyeurs, Dijon

R.A.P (« Résistance à l’Agression Publicitaire ») : L’association a pour objet principal de lutter contre les effets négatifs, directs et indirects, des activités publicitaires sur l’environnement et les citoyens.
En dénonçant les procédés publicitaires destinés à la mise en condition de la personne, elle se propose de combattre les nuisances qui en résultent pour l’environnement (gaspillage des ressources, pollution paysagère et du cadre de vie, déchets, bruit…) et la société (développement de la surconsommation, inégalités, obésité, violence…).

Soirée organisée par Les Amis de la Terre Côte-d’Or

Vous avez envie de créer un groupe R.A.P à Dijon ? Venez !

https://reporterre.net/Conference-debat ... icitaire-a
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 17:04

Comme chaque mois, les Tanneries nous livre un édito avec le programme du mois d’avril. Ce mois-ci, il y est question de leur déménagement, de l’urbanisation de Dijon et de la semaine de résistance des Lentillères.

Les Tanneries ont définitivement déménagé en juillet 2015. Nous quittions alors le boulevard de Chicago et la friche des anciens abattoirs pour une nouvelle friche, celle de la rue des Ateliers.

Les Tanneries 1 c’était boulevard de Chicago, clin d’œil à la ville des USA qui centralisait l’abattage industriel. Aujourd’hui c’est un écoquartier qui surgit à leur place. Et ça va vite : 6 grues dressées, du béton qui pousse à toute vitesse, des camions livrant de la terre végétale pour les futurs espaces verts… L’Écocité Jardin des Maraîchers, voilà un nom qui fait rire, puisqu’on l’implante là où il n’y avait que d’immenses hangars faits de béton et d’amiante. On connaît bien les lieux : on y a passé 17 ans dans ces Tanneries.

Allez vous balader, vous verrez là-bas un florilège de constructions… en béton. Allez-y maintenant car bientôt ce béton aura disparu derrière des artifices plus « verts ». Parce que le terme écoquartier est une pure création marketing, tout droit sorti du crâne des politiques, des urbanistes, des architectes, de tous ces experts en prescription et proposition fumeuse, parfaits militants de l’économie totalitaire.

Les Tanneries 2, c’est dans le quartier des Ateliers. C’est une bonne grosse friche industrielle. Pêle-mêle des hangars laissés à l’abandon, une vieille casse automobile, des cabanes style bidonville, le « village » Rrom, le Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) pour les exilé.es de Calais et le Centre d’Accueil et Demandeurs d’Asile (CADA).

Ici on est bien loin des écoquartiers avec des bâtiments industriels réhabilités : une ancienne usine qui se transforme en Espace autogéré, le foyer décrépi des cheminots transformé en CADA. Sur les dalles en béton, c’est des bungalows qui y poussent. Des bungalows pour les Rroms et des bungalows pour les exilé.es de Calais.

La mairie relègue aux mêmes endroits les indésirables : voilà comment sont recyclés ces terrains industriels. Pour ne pas dire un alignement de bungalows, on appelle ça un « village ». Et tous ces « villages » sont invisibles, cachés derrière des hauts murs. Seules les paraboles qui en dépassent nous font comprendre que des gens vivent ici.

L’aménagement des villes fût de tout temps une affaire de ségrégation. D’un côté le centre-ville (centre commercial à ciel ouvert, dixit le maire) les quartiers touristiques, de fêtes et les pavillons ; de l’autre les banlieues et les indésirables… Mais face à cela une autre ville se pense et s’invente.

Depuis 8 ans, le Quartier Libre des Lentillères est installé sur les dernières terres maraîchères de la ville. Elle sont aujourd’hui cultivées et habitées par une centaine de personnes, sorte d’oasis de feu face au désert de la métropole.

Venez alors participer du 19 au 29 avril à l’assaut de la métropole dijonnaise par le Quartier Libre des Lentillères ! Nous vi- vrons une semaine d’offensivités joyeuses, pour réaffirmer que l’énième écoquartier (tant prisé par la mairie de Dijon, car celui incarnant tous les espoirs du développement durable) n’aura pas lieu !

Séminaire sur la critique de la métropole, chantiers, concerts, discussions entre divers territoires occupés, déambulation à vélo et manif le 28/04…

QUE VIVE LE QUARTIER LIBRE DES LENTILLÈRES !



Image

https://dijoncter.info/?avril-096
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 18 Avr 2018, 09:08

Semaine de la Résistance [avril ’18]

La semaine de la résistance aura lieu du 19 au 29 avril

[img]http://lentilleres.potager.org/uploads/2018/03/flyer-résistance-730x1024.jpg[/img]

[img]http://lentilleres.potager.org/uploads/2018/03/flyer-résistance2-730x1024.jpg[/img]

https://lentilleres.potager.org/semaine ... -avril-18/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 02 Mai 2018, 13:15

Du 4 au 6 Mai 2018

Festival du livre et des cultures libres

3 jours de discussions, d’expositions, d’ateliers et de spectacles aux Tanneries, pour redécouvrir l’histoire partisane et écrasée de Mai 68.

Image

Comme ça n’a pu vous échapper, on sera en plein anniversaire des 50 ans de mai 68. Nous avons un temps hésité à nous mettre en grève de commémoration, écoeuré⋅es par les tentatives de réappropriation et de lifting libéral. Mais il y a pourtant un fil historique qui court de mai 68 jusqu’à nos luttes et nous avons décidé d’explorer cette histoire souterraine, de nous saisir de l’occasion pour faire écho aux mémoires vivantes, protéiformes et subversives de l’« esprit de mai ». Il s’agit de penser comment celui-ci résonne encore aujourd’hui dans nos têtes, dans nos vies et dans nos mouvements.

Qu’autant de politiciens, journalistes et autres spécialistes se répandent en indécentes célébrations officielles à propos d’un mouvement marqué par son hostilité vis-à-vis de leur autorité est aussi surprenant que lourd de sens. La machinerie mise en place pour tenter de rendre inoffensive une des révoltes les plus puissantes de ces 50 dernières années est armée de grosses ficelles. Celle-ci aura été d’abord réprimée, avec plusieurs morts et des milliers de personnes arrêtées ; puis ridiculisée en étant décrite comme une crise d’adolescence d’une génération gâtée par les 30 glorieuses ; pour finalement être en partie intégrée jusqu’à être considérée, ces dernières années, comme un symbole du “déclin moral” de notre époque par les réactionnaires de tous poils. L’intitulé même de “mai 68” est symbolique et paradoxal alors qu’au cours du mois de juin plus de 9 millions de personnes poursuivaient la plus grande grève générale et sauvage qu’a connu ce pays. Circonscrire ces “événements” dans le temps en leur fixant un début et une fin, c’est une tentative de refermer les possibles qui se sont ouverts. C‘est nier que les tensions qui ont explosé à ce moment-là dépassent le contexte de mai 68 et nous traversent encore aujourd’hui.

Au-delà du soulèvement ouvrier et étudiant, ce qui nourrit nos imaginaires c’est également le “renversement de perspective” dû à l’irruption des mouvements de libération des femmes, des homosexuel⋅les, des jeunes, des marges mais aussi de la parole, des esprits, des corps et des désirs. Ces bouleversements plus intimes mais tout aussi politiques ont alimenté des critiques et pratiques subversives contre l‘aliénation ou la normalité qui font plus que jamais écho dans notre époque.

Loin d‘en faire une icône, il s’agit pour nous de retrouver les traces, de penser ensemble les pistes qu’ont ouvert cet “esprit de mai”. Comme le dit Kristin Ross, mai 68 “ne peut être considéré indépendamment de la mémoire et de l’oubli collectifs qui l‘entoure”. Ces tentatives de renvoyer au musée nos révoltes mettent en lumière l’enjeu de la transmission. Comment communiquer nos expériences, écrire notre propre histoire ? Comment propager nos rages et partager nos imaginaires ? Quelle stratégie pour que les moments de bouleversement social comme “mai 68” ne soient pas un événement mais une lame de fond, qui imprègne à la racine réflexions et pratiques ? Fort⋅es de l’élan que nous inspire ce moment, nous vous invitons à venir partager toutes ces questions et à participer au festival du livre et des cultures libres les 4, 5 et 6 mai 2018 à l’espace autogéré des Tanneries à Dijon.

Parce qu’aujourd’hui comme hier, nous rassemble l’énergie de faire valser le vieux monde et ses mots d’ordre.

Le collectif d’organisation du festival du livre et des cultures libres.

Programme complet et infos :
https://festivaldulivre.tanneries.org/



VENDREDI 4 MAI – Soirée d’ouverture
Dès 18h, apéro & pizzas

SPECTACLE : régulièrement, Lectures (z)électroniques.

CONCERT : 20h, Alchôrale, chansons révolutionnaires.

CONCERT : 21h, Dominique Grange chanteuse active dans les mouvements des années 68 vient partager une partie de son répertoire de chanson de l’époque et des plus récentes accompagnée de Jacques Tardi et Accordzéâm.


SAMEDI 5 MAI
Ouverture à 13h.

En plus des nombreux stands d’éditeurs et de distros, venez participer aux différents ateliers, ou encore assister aux différents spectacles qui se grefferont aux activités de la journée !

DISCUSSION : 14h, Panorama des “années 68” présenté par Michelle Zancarini-Fournel.

DISCUSSION : 16h, Présentation de Race d’Ep ! Un siècle d’images de l’homosexualité de Guy Hocquenghem.

PROJECTION : 16h, les 18 Fugitives (2014).

DISCUSSION : 18h, l’Art populaire de mai 68 par Jil Daniel.

SPECTACLE : 20h, Gueuloir avec des textes de Virginie Despentes par le collectif 7′.

THÉÂTRE : 21h, Le Dehors de toutes choses par la compagnie de la Chambre Noire.

DANCEFLOOR : 22h30, Distro Party (musique tous styles provenant des bacs des distros présentes sur le festival).


DIMANCHE 6 MAI
Ouverture à 11h.

En plus des nombreux stands d’éditeurs et de distros, venez participer aux différents ateliers, ou encore assister aux différents spectacles qui se grefferont aux activités de la journée !

DISCUSSION : 11h, Transmission et luttes féministes par Isabelle Cambourakis.

DISCUSSION : 14h, Mon MLF par Marie-Jo Bonnet.

DISCUSSION : 16h, L’information libre à l’heure des réseaux sociaux.

DISCUSSION : 17h30, Symposium de revues subversives et ravissantes.

CONCERT : 19h, Maggy Bolle.

https://dijoncter.info/?festival-du-liv ... es-les-177
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 01 Juin 2018, 00:12

Vendredi 1er juin 2018

Marche solidaire de Vintimille à Douvres - étape Dijon

Marche solidaire, de Vintimille à Douvres, 60 étapes, 1 400 km, pour l’accueil des migrants, contre le blocage des frontières, contre le délit de solidarité. Une étape aura lieu à Dijon le 1er juin.

• Accueil à Dijon le vendredi 1er juin : 3 points de rencontre •

- Départ de l’étape à 8h50 de la gare de Nuits Saint Georges,
- Arrivée à Chenôve chemin du Bas du Clos vers 16h30, étape à Chenôve
- Accueil à Dijon à 18h place Wilson avec animation musicale et artistique (tous les talents sont invités à s’exprimer), casse-croute, informations des marcheurs et sur l’actualité des actions pour et avec les migrants en Côte d’Or.

Toutes celles et ceux qui se sentent solidaires ou intéressés à débattre, à rencontrer les marcheurs sont invités à se joindre aux différents moments de leur choix.

Une marche solidaire de plus de deux mois…L’Auberge des Migrants, avec La Roya Citoyenne, Défends ta Citoyenneté (D.T.C.) et de très nombreux citoyens, associations, ONG, collectifs, organise une longue marche, du 30 avril au 8 juillet 2018… de Vintimille et la Roya à Calais et Douvres... La Marche joindra la frontière franco-italienne à la frontière franco-britannique, deux frontières bloquées, l’une pour tenter d’empêcher les migrants d’entrer, l’autre pour les empêcher de sortir !

…pour l’accueil des migrants … La Marche Solidaire vise à demander un véritable accueil des migrants. Le gouvernement actuel les refoule à la frontière, les laisse dans la rue, les décourage de rester, en détruisant les abris, refuse d’examiner la demande d’asile des « dublinés », rejette de nombreux mineurs isolés en leur déniant leur minorité, expulse, y compris vers des pays en guerre et des dictatures. À travers la future Loi Immigrations et Asile, l’État s’apprête à aggraver la situation des migrants et à favoriser leur expulsion.

… contre le blocage des frontières… La Marche vise à protester contre le blocage des deux frontières, blocage inefficace, inhumain et coûteux, qui oblige les migrants à prendre des risques énormes et enrichit les passeurs. Les migrants arrivant dans l’Union Européenne doivent pouvoir demander la protection de l’État européen de leur choix.

…contre le délit de solidarité… La Marche Solidaire s’élève contre le délit de solidarité : au lieu d’encourager les citoyens à accueillir, à aider les migrants à s’abriter, à se nourrir, à se poser pour envisager leur avenir, l’état arrête, inculpe, condamne ces citoyens.

…pour collecter des fonds et susciter des donations en nature pour aider les migrants… La Marche solidaire permettra de mettre en valeur les actions menées dans 60 villes-étapes, de collecter des fonds, de susciter des collectes de matériel, au bénéfice des actions à Calais et Grande-Synthe, dans la vallée de la Roya et dans d’autres localités.

… de façon colorée, gaie et ouverte… La Marche sera l’occasion de rencontres, d’échanges. Rassemblements, cortèges, repas, concerts, animations diverses, seront mis sur pied, dans un esprit festif, coloré, joyeux et ouvert au dialogue.

… 60 étapes, toutes organisées avec l’aide de relais locaux, toutes différentes … 30 à 50 marcheurs parcourrent chaque étape. Les marcheurs invitent les citoyens solidaires à les rejoindre à l’entrée des villes-étapes. Le cortège se rendra dans un ou des lieux symboliques.


Accueil organisé par : Collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants : ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière / AFRANE Bourgogne / AGIRabcd 21 / Amis de la Confédération Paysanne / Amnesty International Dijon / Association des Paralysés de France / ATTAC 21 / ATMF Dijon / CFDT 21 / CGT 21 / Club Unesco Dijon / CCFD Terre Solidaire / CLCV / CNT 21 / Collectif du lycée d’accueil inter-national du Castel / Confédération Paysanne / CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan / FCPE / FSU 21 / LVN personnalistes et citoyens / Ligue des Droits de l’Homme / MAN / Mouvement de la Paix / MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 / SAF / SNES FSU / SOS Refoulement / SOS racisme / Solidaires / Solidarité afghane / Sud santé sociaux / UJFP / UNEF / Tends la Main / Urgence Solidaire Collectif soutien asile nord 21 / Amnesty international / CCFD Terre solidaire / Emmaüs Planay / Ligue des droits de l’Homme, sections de Châtillon sur Seine et Montbard Auxois / MJC André Malraux / RESF / Secours catholique / Représentants des enseignants du collège Pasteur de Montbard Associés : Ligue de l’Enseignement / AIDES

https://dijoncter.info/?marche-solidair ... -dijon-277
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 13:08

Vendredi 15 juin 2018

Réunion publique à propos du Rojava (Kurdistan syrien)

Un volontaire communiste libertaire au sein des YPG raconte.
Intervention (sous réserve) de deux autres militants révolutionnaires engagés entre 2016 et 2018.

À 19H, le vendredi 15 juin, à l’Espace Autogéré des Tanneries (37, rue des Ateliers Dijon)

Image

Depuis 2014, son rôle de rempart face aux atrocités djihadistes au Moyen-Orient a placé la gauche kurde sous les feux de la rampe.
Ce que l’on sait moins, c’est que dans les zones qu’elle contrôle, et notamment au Kurdistan syrien (Rojava), elle a favorisé l’essor d’une contre-société sur des bases féministes, sociales, démocratiques et, d’une certaine façon, laïques.
Pour cette raison, elle fait peur aux tyrans de la région  : les régimes turc, iranien ou syrien.

Cette situation inédite appelle un soutien de toutes et tous les révolutionnaires et anticolonialistes sincères.

Un soutien acritique  ? Nullement car, comme tout processus révolutionnaire, celui-ci court des risques : une dérive autoritaire est toujours possible, de même qu’une instrumentalisation par des puissances étrangères (États-Unis, Russie, France...).

C’est de tout cela que nous voulons parler.

Collectif Alternative Libertaire Dijon

https://dijoncter.info/?reunion-publiqu ... syrien-292
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dijon, Espace autogéré des tanneries

Messagede bipbip » 18 Juin 2018, 08:35

Lundi 18 juin 2018

Soirée ZAD NddL au cinéma Eldorado

Analyse, discussion et perspectives d’actions autour des expulsions sur la zad de Notre Dame des Landes

Au programme, des films, des récits, une expo photos et des discussions.
Et aussi, des pizzas à prix libre et des desserts si vous voulez en amener...

Image

https://dijoncter.info/?soiree-zad-nddl ... dorado-344
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités