l’hôtellerie en luttes

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 21 Juin 2017, 07:46

Paris mercredi 21 juin 2017

Repas solidaires pour les grévistes du Campanile Tour Eiffel

à 19h, UL CGT 15e, 98 rue de Lourmel, Paris 15e

En grève illimitée depuis le vendredi 16 mai 2017, les salariés du Campanile Tour Eiffel, continuent leur mouvement.

Alors que Louvre Hotels Group se présente comme un « modèle de dialogue social », son objectif depuis un an est clair : casser l'équipe du Campanile Tour Eiffel pour éviter que la détermination sans faille des salariés à avoir des conditions de travail décentes ne s'étende à d'autres hôtels.

Mais, comme l'an dernier, Louvre Hotels Group n'a pas pris la mesure du mécontentement des salariés.

Avec leur syndicat CGT HPE, les salariés revendiquent :
• 100% du 13ème mois de salaire dès 2017 et non en 2020. Après avoir obtenu 75% du 13ème mois lors de la grève de 2016, la direction qui a été contrainte de généraliser le 13ème mois à toutes ses filiales sur 4 ans, a voulu punir nos camarades en reculant à 2020 les 100%.
• le refus de la modulation du temps de travail pour les temps partiels.
• l'augmentation du temps de travail des femmes de chambres (internalisées grâce à la grève de 2016) de 25 à 30 heures par semaine, au lieu de privilégier de nouvelles embauches avec des contrats précaires.
• l'arrêt des pressions permanentes sur les femmes de chambres à qui on demande de dépointer puis de retourner travailler (digne de la sous-traitance !).
• la mise en place d'une prime d'ancienneté, d'une prime de nuit de 25 € par nuit travaillée, d'une prime d'habillage de 230 € par an comme dans les 4 hôtels de l'ancien pôle luxe
• l'arrêt des pressions, du mauvais traitement et du harcèlement contre les syndiqués CGT qui ont mené la grève victorieuse de l'an dernier : Alors que notre collègue veilleur de nuit, syndiqué CGT, demande depuis longtemps, pour des raisons de santé, à travailler en journée, la direction qui a créé un poste de jour a préféré embaucher une personne externe à l'hôtel pour ne pas satisfaire la demande de notre camarade. Depuis un an la sous-directrice (syndiquée CGT) est mise à l'écart ; l'accès au bureau de la directrice et à la boite manager lui sont interdits ! On lui refuse tout échange constructif. Un autre élu CGT subit des pressions permanentes.


Image

https://paris.demosphere.eu/rv/55869
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 28 Juin 2017, 07:58

Paris mercredi 28 juin 2017

Soirée débat avec les salarié-e-s de l’hôtel Campanile en grève depuis 6 semaines

Dans une ambiance conviviale pour le partage et les échanges des luttes et pour contribuer à la caisse de grève, venez nombreux nous retrouver !! Le combat continue...

Mercredi 28 juin à 19h, à la Salle du patronage laïc du XV, 61 rue Violet, métro La Motte-Piquet Grenelle (ligne 6, 8, 10)

Elles et ils revendiquent toujours :
• Le passage d’un de leur collègue en poste de jour pour raison de santé
• 100% du 13e mois dès 2017 au lieu de 2020
• Refus de la modulation pour les temps partiel
• Augmentation des contrats de travail des femmes de chambre de 25h à 30h semaine
• Arrêt des pressions permanentes sur les femmes de chambre et sur un élu syndical
• Arrêt de la mise à l’écart de la sous-directrice
• Mise en place d’une prime d’ancienneté
• Prime de nuit de 25€ par nuit travaillée
• Prime d’habillage de 230€ par an
• Réalisation des entretriens d’activité pour le personnel de nuit

http://paris-luttes.info/soiree-debat-a ... e-e-s-8414


Appel des grévistes de l’hôtel Campanile au sujet de la mise en ligne de leur caisse de grève :

Cher-e-s Camarades et Cher-e-s ami-e-s,

La caisse en ligne de solidarité avec les grévistes de Campanile Tour Eiffel en grève depuis le 16 mai 2017 est désormais disponible ! N’hésitez pas à participer,et à la diffuser partout ou vous pouvez ! Chaque centime compte pour la lutte ! Tout-e salarié-e- qui lutte pour améliorer ses conditions de travail, et pour faire face aux attaques multiples des patrons se bat aussi pour l’ensemble de sa classe des travailleurs-ses ! Une attaque contre un -e salarié -e, une branche, un secteur, un établissement, une entreprise est une attaque contre l’ensemble du monde du travail ! Ne laissons pas les camarades isolé-e s ! Donnons à la convergence des luttes et à la solidarité une réalité concrète, avec des actions concrètes ! Rejoignons les actions ! Soutenons la caisse de grève soutenons les camarades en lutte ! Luttons car seule la lutte paie !

Lien vers la caisse de grève : https://www.lepotcommun.fr/pot/zhgg0fw8


Bonjour les camarades,

Comme vous le savez, les salarié-e-s de l’hôtel Campanile Tour Eiffel sont en grève depuis le 16 mai :

L’augmentation du temps de travail des femmes de chambres (internalisées grâce à la grève de 2016) de 25 à 30 heures par semaine, au lieu de privilégier les embauches en contrats précaires.

100% du 13ème mois de salaire dès 2017 et non en 2020. Après avoir obtenu 75% du 13ème mois lors de la grève de 2016, la direction qui a été contrainte de généraliser ce 13ème mois à l’ensemble des filiales sur 4 ans, a voulu pénaliser nos camarades en reculant à 2020 les 100%

Refus de la modulation du temps de travail pour les temps partiels.

Arrêt des pressions permanentes sur les femmes de chambres à qui on demande de dépointer puis de retourner travailler (digne de la sous-traitance !).

Mise en place d’une prime d’ancienneté, d’une prime de nuit de 25 € par nuit travaillée, d’une prime d’habillage de 230 € par an comme dans les 4 hôtels de l’ancien pôle luxe

Arrêt des pressions, du mauvais traitement et du harcèlement contre les syndiqués CGT qui ont mené la grève victorieuse l’an dernier :

Alors que notre collègue veilleur de nuit, syndiqué CGT, demande depuis la dernière grève, pour des raisons de santé, à travailler en journée, la direction, qui a créé un poste de jour, a préféré embaucher une personne externe à l’hôtel pour ne pas satisfaire la demande de notre camarade

Depuis un an (la fin de la grève) la sous-directrice (syndiquée CGT) est mise à l’écart ; l’accès au bureau de la directrice et à la boite manager lui sont interdits. On lui refuse tout échange constructif. Un autre élu CGT subit des pressions permanentes.

La lutte dans le monde du travail est dure à mener. Comme vous en avez toutes et tous certainement fait l’expérience, les patrons jouent souvent la montre pour fragiliser les travailleurs-ses et pour les dissuader de continuer leur combat. Face à ça la solidarité de classe s’impose ! Nous vous appelons donc à :

Nous rejoindre dans la rue et dans les actions que nous menons (rassemblements devant les différents hôtels de la marque, manifestations, etc…etc…)

Soutenir la caisse de grève que les salarié-e-s ont mise en place ! la caisse de grève est une nécessité, c’est un outil important pour construire le bras de fer face au patron et tenir bon !
Tout-e salarié-e- qui lutte pour améliorer ses conditions de travail, et pour faire face aux attaques multiples des patrons se bat aussi pour l’ensemble de sa classe des travailleurs-ses ! Une attaque contre un -e salarié -e, une branche, un secteur, un établissement, une entreprise est une attaque contre l’ensemble du monde du travail ! Ne laissons pas les camarades isolé-e s ! Donnons à la convergence des luttes et à la solidarité une réalité concrète, avec des actions concrètes !

Rejoignons les actions ! Soutenons la caisse de grève (CGT-HPE, 78 rue Henri Barbusse 92110 CLICHY) soutenons les camarades en lutte ! Luttons car seule la lutte paie !

Le Bureau du syndicat CGT-HPE

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 13:56

Après 43 jours de grève, victoire pour les salariés de l’hôtel Campanile Tour Eiffel !

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 30 Juin 2017, 11:29

Grève des femmes de chambre sous-traitées de l’Adagio Vieux-Port - à partir du 29 juin !

Les femmes de chambre de l’hôtel Adaggio Vieux-Port (Marseille 2°), employées par le sous-traitant PLD, ont décidé de se mettre en grève à compter du 29 juin, avec le soutien de leur syndicat CNT Solidarité Ouvrière.

Par une précédente grève en novembre 2015 (contre ONET), la section syndicale avait déjà obtenu des avancées, notamment la prise en compte de toutes les heures travaillées, la hausse des mensualités ou des embauches en CDI. Il s’agit aujourd’hui de gagner des améliorations salariales alors que les négociations ouvertes avec l’employeur n’ont pas permises de satisfaire les revendications des personnels.

Les grévistes revendiquent : augmentation des qualifications dans la grille des salaires conventionnelle ; prime de panier à 4€ ; mise en place d’un treizième mois.

Frotter, frotter ? Faut payer !

Alors que l’industrie du tourisme est en plein essor à Marseille, les salaires de misère ne sont pas une fatalité ! D’autant plus que dans le cas d’Adagio, l’entreprise génère plusieurs millions de chiffre d’affaire et est copropriété de 2 poids lourds du secteur (Accor et Pierre & Vacances). Le donneur d’ordre doit prendre ses responsabilités et doit payer décemment l’ensemble des travailleurs-euses qui font tourner son entreprise, sans se cacher derrière le sous-traitant !

Aujourd’hui comme lors des précédents conflits ayant touchés depuis un an le secteur hôtelier marseillais, les « petites mains » de la sous-traitance, se révoltent et disent non à l’exploitation et au mépris !

La CNT Solidarité Ouvrière appelle à venir soutenir les grévistes, tous les jours à partir de 08h45 devant l’Aparthotel Adagio Marseille Vieux Port au 30 Rue Jean Trinquet, 13002 Marseille (Tram Sadi Carnot).

http://www.cnt-so.org/Greve-des-femmes-de-chambre-sous
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 03 Juil 2017, 11:08

Soutenez la grève des femmes de chambre de l’Adagio Vieux-Port (Marseille)

Les femmes de chambre de l’hôtel Adaggio Vieux-Port (Marseille 2°), employées par le sous-traitant PLD, sont en grève depuis le 29 juin, avec le soutien de leur syndicat CNT Solidarité Ouvrière.

Les grévistes revendiquent : augmentation des qualifications dans la grille des salaires conventionnelle ; prime de panier à 4€ ; mise en place d’un treizième mois.

Pour soutenir la lutte :

- Participez à la caisse de grève en ligne Toutes les contributions permettront de tenir sur la durée !

- Venez sur le piquet de grève, chaque matin à partir de 08h45 devant l’Aparthotel Adagio Marseille Vieux Port au 30 Rue Jean Trinquet, 13002 Marseille (Tram Sadi Carnot).

http://www.cnt-so.org/Soutenez-la-greve-des-femmes-de
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 09 Juil 2017, 01:06

Accord gagnant pour les grévistes de l’Hôtel Adagio Vieux-Port (Marseille 2°), au sixième jour de lutte !

Les femmes de chambre de l’hôtel Adagio Vieux-port, en grève depuis le 29 juin, viennent d’obtenir, mardi 04 juillet, un accord avec leur employeur, le sous-traitant PLD, actant de belles avancées salariales. Le travail va reprendre sur le site, demain, mercredi 05 juillet.

... http://www.cnt-so.org/Accord-gagnant-pour-les-grevistes
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 30 Sep 2017, 17:48

Paris lundi 2 octobre 2017

Rassemblement de soutien et de solidarité
« Non au licenciement de Bilal ! »


Mercredi 27 septembre 2017, une centaine de syndiqués CGT, dont des femmes de chambres d'ACQUA et des salarié-e-s de l'hôtel du Collectionneur en grève depuis 7h, ont répondu présent-es à l'appel de la CGT et ont rejoint le rassemblement organisé à 12h devant l'hôtel en solidarité avec notre camarade Bilal COULIBALY, agressé une semaine plus tôt par un sbire de la société Acqua à qui il demandait d'arrêter de menacer les femmes de chambre qui avaient adhéré massivement à la CGT-HPE.

Des camarades de différentes sections hôtelières, de la fédération CGT du commerce et des services, de l'Union du commerce CGT de Paris, de l'Union départementale CGT de Paris, et de l'union locale CGT du 8ème arrondissement étaient présents au rassemblement devant cet hôtel de luxe situé au cœur du 8ème arrondissement de Paris.

Musique, tamtam, banderole, drapeaux rouges de la CGT et aussi prises de paroles des grévistes et des camarades venus en soutien ont fait l'ambiance dans ce rassemblement.

La CGT a fait une belle démonstration de force car quand on touche à un syndiqué de La CGT, ce sont non seulement ses camarades de section qui se mobilisent, ses collègues de travail, mais aussi d'autres camarades de toutes les structures de La CGT !

Non au licenciement de Bilal !

« Non au licenciement de Bilal » était le mot d'ordre scandé par l'ensemble des camarades présent-e-s !

Car en effet, Bilal n'est pas seul. ACQUA, champion du travail dissimulé et de la corruption des délégués de la propreté, ainsi que l'hôtel Le COLLECTIONNEUR doivent comprendre que leurs méthodes d'intimidation ne marchent pas, et que désormais c'est à l'ensemble des salarié-e-s et des camarades de la CGT qu'ils vont devoir faire face !

Devant des manifestants particulièrement combatifs, le COLLECTIONNEUR a reçu une délégation de la CGT. Ne pouvant fuir ses responsabilités de donneur d'ordres, l'hôtel s'est engagé à lancer une enquête du CHSCT dès jeudi matin pour rétablir les faits et trouver une solution.

De son coté, ACQUA fait toujours la sourde oreille à la demande de la CGT d'annuler la procédure de licenciement. Bilal est donc convoqué à un entretien préalable à licenciement ce 2 octobre, et il est toujours en mise à pied. C'est scandaleux !

Non aux ordonnances Macron !

En fait, ce que ne supportent pas les directions d'ACQUA et de l'hôtel COLLECTIONNEUR c'est que Bilal, salarié de la sous-traitance, ait été élu délégué du personnel CGT au sein de l'hôtel COLLECTIONNEUR comme la loi le permet.

C'est la raison majeure de ce coup tordu monté par ACQUA.

Reconstituer la communauté de travail mise en charpie par le recours à la sous-traitance est un outil que La CGT a toujours promu et utilisé (voir guide juridique sur notre site http://www.cgt-hpe.fr à la rubrique « Vos droits »). Cela a permis, au sein de l'hôtel COLLECTIONNEUR comme dans de nombreux autres hôtels, de créer des synergies de luttes et d'en finir avec la pratique favorite du patronat « diviser pour mieux régner ».

Et, comme par hasard ( ??? ), il se trouve que dans les ordonnances MACRON un petit article passé inaperçu, l'article 2314-23 futur du Code du travail, dispose :

« Pour les salariés mis à disposition qui remplissent les conditions mentionnées au 2° de l'article L. 1111-2, la condition de présence dans l'entreprise utilisatrice est de douze mois continus pour y être électeur. Les salariés mis à disposition ne sont pas éligibles dans l'entreprise utilisatrice. »

Ainsi cette vieille revendication patronale, reprise dans l'ordonnance n°2, ne permettrait plus aux salariés du sous-traitant de la propreté d'être éligibles aux élections du « Conseil Social et Economique » du donneur d'ordres (CSE qui, pour rappel, ferait disparaitre les DP, les CE et les CHSCT).

Cette disposition anti-constitutionnelle sera bien évidemment combattue comme tout le contenu des ordonnances par la lutte, et, si elle n'est pas abrogée, sera combattue devant les tribunaux par notre syndicat à nouveau (ce n'est pas la première tentative du gouvernement) qui rappellera une fois de plus le 8ème alinéa du préambule de la constitution :

« Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises. »
• Parce que la discrimination syndicale est une honte et doit être combattue fermement,
• Parce que tous les salariés ont le droit de choisir leurs représentants

l'UL CGT du 8ème arrt de Paris et notre syndicat CGT-HPE appellent à un nouveau rassemblement devant l'hôtel COLLECTIONNEUR (51-57 rue de Courcelles 8ème métro Monceau ou St Philippe du Roule)
Lundi 2 octobre 2017 à 12h
• NON au licenciement de BILAL !
• NON aux ordonnances MACRON !


https://paris.demosphere.eu/rv/57176
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 21 Déc 2017, 20:27

Accord gagnant pour les femmes de chambre sous-traitées d’Azur propreté à Vitrolles (13)

Suite à une mobilisation en deux temps, avec leur syndicat CNT-Solidarité Ouvrière, les femmes de chambre sous-traités de deux établissements hôteliers de Vitrolles, ont vu l’essentiel de leurs revendications satisfaites.

En effet, après deux débrayages, le 10 novembre et le 01 décembre sur les hôtels de la franchise Zappa à Vitrolles (Kyriad Marseille Provence Aéroport et Golden Tulip Marseille Airport), un accord a été trouvé avec l’employeur, le sous-traitant Azur Propreté. Un protocole de fin de conflit a été acté mardi soir entre l’entreprise et les grévistes avec le syndicat, puis ratifié ce jour.

Ce protocole gagnant apporte satisfaction aux principales revendications des grévistes notamment sur le plan du respect des salarié-e-s et de leurs droits comme sur le plan des rémunérations. Il acte : paiement à l’heure et pas la chambre ; encadrement de la charge de travail ; deux jours de repos fixes et plannings fixés une semaine à l’avance ; respect de la vie privée des salarié-e-s ; engagement d’amélioration dans les relations avec le service de ressources humaines sur les questions administratives ; augmentation des qualifications dans la grille salariale ; création d’une prime de panier à 4€ net/jour ; mise en place progressive d’un « 13° mois » sur 3 ans à partir de 2018 ; une « prime de Noël 2017 » sous forme de chèques cadeaux.

Cette nouvelle victoire s’ajoute à celles déjà obtenues dans la sous-traitance hôtelière, avec une succession de grèves gagnantes à Marseille depuis 2 ans.

Dans le contexte de régression généralisée pour les salarié-e-s, l’organisation syndicale à la base et les luttes locales offensives sont bien un élément de réponse à la casse du droit du travail. Les gouvernements ont imposé les lois du MEDEF et c’est aussi boîte par boîte que nous ferons avancer nos droits.

Nous appelons les travailleurs et travailleuses a rejoindre leur syndicat de combat, seule la lutte paie !

http://www.cnt-so.org/13/spip.php?article249
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Lila » 03 Juin 2018, 20:56

Grève des femmes de chambre d'un hôtel 5 étoiles

Les femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de l'hôtel "Renaissance Trocadéro" à Paris ont entamé une grève ce samedi. Ces 18 salariés en sous-traitance dénoncent leurs conditions de travail et leurs rémunérations.

Dans cet hôtel de luxe qui appartient au groupe américain Mariott, une femme de chambre en sous-traitance doit faire 13 chambres en 7 heures de temps. Ce qui est "presque impossible" selon les salariés. Si la femme de chambre n'a pas fait les 13 chambres, elle reste, sans être payée d'avantage. Rachelle Tchicaya est agent d'entretien : "Aussi longtemps que vous n'avez pas fini vos chambres, vous ne pouvez pas rentrez chez vous, il n'y pas d'heures supplémentaires en fait". Ces femmes de chambres demandent donc à être payé à l'heure et non pas à la chambre, exactement comme les femmes de ménage de l'hôtel qui sont d'ailleurs mieux payées. "Elles gagnent 1500 euros, contre 1200 pour nous. En plus, c'est nous qui faisons tout mais la paye ne suit pas".

On ne donne pas un statut équivalent aux salariés de la sous-traitance qu'aux salariés en interne, qui font pourtant, exactement le même boulot" - CGT

la suite : https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1527350827
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2208
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 18 Sep 2018, 07:48

2 ans après, les femmes de chambre d’Appart’City Marseille Euromed, de nouveau en grève contre les exploiteurs de la sous-traitance !



Les femmes de chambre de l’Appart City Euromed, avec leur syndicat CNT-SO, déclenchent une grève reconductible depuis le vendredi 14/09 pour mettre fin aux multiples abus des entreprises sous-traitantes et pour le respect des acquis obtenus par la lutte.

Depuis la grève victorieuse de 2016, ayant acté de fortes avancées sociales pour les femmes de chambre, les sous-traitants se succèdent, le chantier ne semblant plus assez rentable pour ces exploiteurs. Le prestataire actuel, YLK Nettoyage, est ainsi le quatrième en deux ans.

A chaque reprise, c’est le même problème : non respect du droit du travail et des accords précédents... Les salariées sont habituées à ce combat permanent avec le syndicat pour faire respecter les droits et acquis.… Mais aujourd’hui avec YLK le fond est atteint. Ce prestataire ne respecte même pas ses obligations légales et conventionnelles de base : salaires impayés ou en retard, absence d’avenant au contrat de travail après la reprise…

Pour mettre fin à ces abus répétés, les salariées sont déterminées et interpellent directement le donneur d’ordre : il est temps de mettre fin à la mal-traitance/sous-traitance dans votre établissement !
PS :

RDV devant l’Appart’City Euromed, 118-120 Rue de Ruffi, 13002 (Tram terminus Arenc ou métro National).
- Dimanche 16/09 : piquet de grève à partir de 09h30
- Lundi 17/09 : piquet de grève à partir de 09h
- Mardi 18/09 : piquet de grève et déjeuner collectif à partir de 09h


http://www.cnt-so.org/2-ans-apres-les-femmes-de-chambre
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 14 Oct 2018, 15:51

Grand hôtel, petit personnel

Alors que la Fashion Week bat son plein à Paris, les employés de quatre établissements de grand luxe défilent devant l’Hôtel de Vendôme, rue de la Paix. Un rassemblement festif en apparence, qui dénonce pourtant les conditions de travail dégradées des salariés de l’hôtellerie.

"Frottez, frottez, il faut payer". Depuis le 25 septembre, les slogans contestataires retentissent devant la grande porte de l'hôtel Park Hyatt Vendôme à Paris. Les femmes de chambre, réceptionnistes et voituriers de trois palaces parisiens y sont réunis pour protester contre leurs conditions de travail.

"Le directeur de restauration m'a attrapé par le bras. Il m'a cassé le poignet. "

Tous les salariés ne sont pas dans la rue pour les mêmes raisons. Il y a ceux qui réclament une augmentation de leur salaire, ceux qui sont sous-traitants depuis dix ans et souhaiteraient être intégrés au personnel de l'hôtel et enfin ceux qui seront purement et simplement licenciés à cause de travaux à venir et devraient être remplacés par une équipe totalement renouvelée.

"Il y a des clients qui font leurs besoins dans la baignoire."

Les salariés racontent plus généralement leur conditions de travail dans ces hôtels de luxe. Et tout ce qui peut arriver quand "le client est roi".

Émission à écouter : https://www.franceculture.fr/emissions/ ... -personnel
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 14 Nov 2018, 21:58

Hôtel Marriott Prado Vélodrome, les femmes de chambre en grève pour des salaires dignes !

Les femmes de chambre, sous-traitées par STN Groupe à l’hôtel Marseille Marriott Prado Vélodrome, avec leur syndicat CNT-SO, sont en grève reconductible depuis le lundi 12/11/2018.

Les travailleuses de ce quatre étoiles, propriété du groupe Mariott International, revendiquent des rémunérations dignes :

Augmentations des qualifications dans la grille des salaires (passage à AQS2A)
13e mois
Augmentation de la majoration pour le travail du dimanche (50% au lieu des 20 % conventionnels)
Respect des plannings contractuels et paiement des heures complémentaires

Le groupe Mariott International, un des leaders mondial de l’hôtellerie c’est plus de 20 milliards de chiffre d’affaire en 2017 ! Sans ses « petites mains », ces hôtels de luxe ne tourneraient pas et ne pourraient pas générer les profits confisqués par les actionnaires !

Cette lutte n’est pas isolée. Elle fait écho à la grève pour l’internalisation, depuis le 25 septembre, des salarié-e-s sous-traité-e-s par STN Groupe de l’hôtel Park Hyatt à Paris ou encore à la grève de 8000 travailleurs-euses du groupe Marriott, aux USA depuis un mois, pour de meilleurs salaires et une amélioration des
conditions de travail.
Il est temps pour le groupe Marriott et ses sous-traitants comme STN, de partager les richesses générées par les travailleurs-euses !

Soutenez la grève en participant à la caisse de grève en ligne
https://www.lepotcommun.fr/pot/mcvvrkn0

Piquet de grève, tous les matins, à partir de 09h devant l’hôtel Marriott Marseille Prado Velodrome 4 Allée Marcel Leclerc, 13008 Marseille (Métro rond-point du Prado).


http://www.cnt-so.org/Hotel-Marriott-Pr ... odrome-les
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede Pïérô » 17 Nov 2018, 22:03

Sous traitance hôtelière en lutte, Holiday Inn Paris-Clichy

Les femmes de chambre de l’hôtel Marriott Prado Vélodrome, avec le soutien de leur syndicat CNT-SO, étaient en grève depuis le 12 novembre pour obtenir des avancées salariales. Après 4 jours d’un joyeux tintamarre mené par le piquet de grève, la direction régionale du sous-traitant du nettoyage, STN Groupe, a dû concéder la signature d’un accord de fin de conflit.

... http://www.cnt-so.org/Accord-gagnant-po ... mmes-de728
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 30 Nov 2018, 20:31

Hôtel Adagio Marseille Vieux-port, salariées en grève contre la mal(sous)-traitance et la répression !

Les femmes de chambre, sous-traitées par PLD à l’hôtel Adagio Vieux-port, avec leur syndicat CNT-SO, déclenchent à partir du jeudi 29/11/2018, leur troisième mouvement de grève depuis fin 2015 !

Comme toujours dans la sous-traitance hôtelière, c’est un véritable système de mal-traitance organisé des salarié-e-s qui est mis en place avec un management brutal et autoritaire de l’encadrement. Aujourd’hui, PLD tente de licencier notre camarade Claudia, alors qu’elle est enceinte, pour des motifs totalement bidons montés de toute pièce par la gouvernante du site !

Ces pratiques autoritaires banalisées dans le secteur, visent à imposer un nivellement par le bas des droits sociaux des salarié-e-s voulu par le patronat de l’hôtellerie ! A l’Adagio, il s’agit de casser une équipe syndicale active qui revendique et a obtenu des acquis lors des conflits précédents.

Avec cette grève, l’équipe syndicale CNT-SO, démontrera que notre slogan « un coup contre l’un-e d’entre nous est un coup contre toute-s » ne sont pas des mots creux. Il s’agira aussi de garantir et d’améliorer les droits des salarié-e-s du site !
Les travailleuses en grève revendiquent :

annulation de la procédure disciplinaire contre Mme FERNANDES MARQUES, enceinte
changement de l’encadrement autoritaire sur le site
l’augmentation des mensualisations contractuelles
l’augmentation des majorations pour le travail le dimanche
respect des jours de repos contractuels

Contre l’exploitation et le mépris seule la lutte paie !
Piquet de grève, le matin, à partir de 09h devant l’hôtel Adagio Vieux-port, 30 Rue Jean Trinquet, 13002 Marseille (Tram T2 ou T3 - République Dame) .

Soutenez financièrement la lutte avec la Caisse de grève en ligne
https://www.lepotcommun.fr/pot/mcvvrkn0


http://www.millebabords.org/spip.php?article32422
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’hôtellerie en luttes

Messagede bipbip » 05 Déc 2018, 17:59

Victoire des salarié-e-s sous-traité-e-s de l’Holiday Inn St-Charles et de l’Adagio Vieux-port : la lutte et la solidarité ont encore payé !

Quelques semaines après leurs collègues du Mariott Vélodrome, c’est au tour des salarié-e-s sous-traité-e-s des hôtels Adagio Vieux-port et Holiday Inn Saint-Charles de conclure victorieusement un mouvement de grève !

Jusqu’au bout le camp patronal aura voulu séparer le cas des deux établissements mais c’est en restant soudé que la victoire a été possible ! Après de longues négociations, un accord de fin de conflit conjoint aux deux sites, a été acté avec le sous-traitant PLD.

Ce protocole permet de revenir sur la tentative de licenciement de notre camarade Claudia et garanti la hausse des rémunérations ainsi que de nouvelles avancées contractuelles. Il acte :

L’annulation de la procédure disciplinaire contre Mme FERNANDES MARQUES et sa réintégration avec rappel de salaires
Adagio : augmentation de mensualisations contractuelles, respect des repos contractuels, rémunération de la pause déjeuné
Holiday Inn : prime de panier doublée et mise en place progressive du 13ème mois, prime d’expérience, mise en place d’un système de pointage pour rémunérer effectivement toutes les heures travaillées et comptabiliser les heures complémentaires
Paiement de la moitié des jours de grève

Ces avancées sont particulièrement importantes à l’Holiday Inn qui n’avait pas encore connu de conflit et se remet ainsi au niveau des avancées déjà obtenues ailleurs notamment à l’Adagio. Un « baptême du feu » particulièrement efficace pour notre toute nouvelle équipe syndicale qui démontre l’importance de l’organisation collective !

Alors qu’un mouvement de colère généralisé s’exprime en France contre les galères de la vie chère et les inégalités, les grèves seront aussi le moyen d’aller chercher les richesses confisquées par les entreprises et leurs actionnaires. Il est temps que les richesses générées par les travailleurs-euses leur reviennent !
Lutter contre les galères de la vie chère et les salaires de misère c’est aussi dans la grève que ça se passe !

P.-S.
CNT-SO Nettoyage PACA


http://www.millebabords.org/spip.php?article32447
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité