Irak

Re: Irak

Messagede bipbip » 18 Juil 2016, 11:58

Irak : Cinq syndicats s’unissent dans une coalition

Ce 17 juillet, cinq organisations syndicales (dont nos camarades de la Fédération des Syndicats et Conseils Ouvriers d’Irak) ont décidé lors d’une conférence tenue à Bagdad de s’unir au sein d’une coalition ouverte à d’autres syndicats indépendants sous le mot d’ordre « la force de la classe ouvrière c’est son unité et son organisation ».

https://communismeouvrier.wordpress.com ... coalition/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Irak

Messagede Lila » 11 Déc 2016, 21:08

Irak : une jeune femme à vélo brave les tabous à Bagdad

Pour faire entendre la voix des femmes, une jeune Irakienne circule à vélo dans les rues de Bagdad.

La petite reine de Bagdad. Au mépris des tabous, une jeune Irakienne de 25 ans s'est promenée ce lundi à vélo dans le centre de Bagdad, accompagnée de dizaines de jeunes, pour promouvoir les droits de la femme dans un pays pétri de traditions. «Assez de la peur : les femmes devraient faire valoir leurs droits et s'en servir, car nous sommes la société», a déclaré Marina Jaber en expliquant sa démarche, applaudie par de nombreux passants.

à lire : http://www.leparisien.fr/laparisienne/s ... 416688.php
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Irak

Messagede bipbip » 09 Fév 2017, 17:43

Irak. Les Yézidies victimes de sévices en captivité aux mains de l’EI sont négligées par la communauté internationale

Des femmes, des jeunes filles et des fillettes yézidies ayant été réduites en esclavage, violées, frappées et soumises à d’autres actes de torture par le groupe armé se faisant appeler État islamique (EI) ne bénéficient pas d’un soutien adéquat de la part de la communauté internationale, a déclaré Amnesty International lundi 10 octobre.

Lors d’une mission dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien en août 2016, des délégués de l’organisation ont recueilli les propos de 18 femmes et jeunes filles qui avaient été enlevées par l’EI. Soit ces femmes et jeunes filles s’étaient échappées, soit elles avaient été libérées après le paiement d’une rançon par leur famille. Plusieurs d’entre elles ont très sérieusement envisagé le suicide, ou ont des sœurs ou des filles qui se sont donné la mort après avoir subi de terribles abus en captivité. La souffrance des victimes est exacerbée par leurs misérables conditions de vie actuelles, leur peine pour leurs proches tués par l’EI et leurs craintes pour ceux qui restent en captivité.

« L’horreur subie par ces femmes et jeunes filles yézidies aux mains de l’EI donne un éclairage nouveau sur les crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par ce groupe. De nombreuses femmes et jeunes filles ont été violées, frappées ou soumises à d’autres actes de torture de manière répétée, et continuent à souffrir du traumatisme causé par ce qu’elles ont traversé », a déclaré Lynn Maalouf, directrice adjointe pour les recherches au bureau régional d’Amnesty International à Beyrouth.

« Ces témoignages soulignent la nécessité absolue d’un soutien international accru, afin d’aider ces personnes à faire face aux traumatismes physiques et psychologiques à long terme causés par les sévices qu’elles ont subis et dont elles ont été témoins. »

... https://www.amnesty.org/fr/latest/news/ ... community/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Irak

Messagede Lila » 02 Juil 2017, 17:28

"Ils faisaient ce qu'ils voulaient de moi" : en Irak, les femmes yézidies racontent leur calvaire sous le joug des jihadistes

Pendant les trois années d'occupation du groupe Etat islamique dans la plaine de la Ninive, en Irak, de nombreuses femmes ont servi d'esclaves sexuelles. franceinfo a recueilli leurs témoignages.

à lire : http://www.francetvinfo.fr/monde/proche ... 58061.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Irak

Messagede Lila » 13 Déc 2017, 21:57

Offensive contre les femmes en Irak

L’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003 a abouti à la montée en puissance de forces confessionnelles et à une offensive contre les droits des femmes. Ces derniers mois se dessinent des tentatives de réforme du Code du statut personnel, véritable régression par rapport aux acquis de la révolution de juillet 1958.

Le 1er novembre 2017, une réforme législative remettant radicalement en cause les droits des femmes a été présentée au Parlement irakien. Elle consiste en une série d’amendements apportés au Code du statut personnel (loi n° 188 de 1959) régissant les droits des femmes en matière de mariage, de divorce, d’héritage, etc. Cette proposition est révélatrice du contexte actuel, marqué par la montée en puissance de forces sociales et religieuses conservatrices et par une instabilité politique majeure. Elle représente une rupture avec le Code du statut personnel (CSP) irakien adopté en 1959 qui repose sur les jurisprudences religieuses sunnite et chiite. Le Code tel qu’il existe s’applique à tous les musulmans, sunnites et chiites, et permet donc les unions interconfessionnelles.

Les amendements proposés introduisent la possibilité de codes confessionnels tels que la « loi Jaafari »(1) dominante chez les chiites d’Irak, dans laquelle le mariage d’une jeune fille est permis dès qu’elle a atteint 9 ans, considéré comme âge de la maturité. Ainsi, il s’agirait d’une remise en question fondamentale de l’âge légal du mariage, fixé à 18 ans pour les deux sexes.

Cette réforme ouvre la possibilité d’un affaiblissement de l’autorité du juge désigné par l’État au profit des tribunaux religieux. Depuis 2003, l’approche transconfessionnelle et non religieuse des droits personnels est déjà affaiblie par les forces sociales et politiques qui régissent le pays. L’Irak est depuis l’invasion américaine dirigé par des partis islamistes chiites conservateurs, et la rue irakienne est dominée par des milices confessionnelles conservatrices qui s’imposent par la violence.

la suite : http://orientxxi.info/magazine/offensiv ... -irak,2146
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Irak

Messagede bipbip » 14 Juil 2018, 22:02

6ème jour d'un soulèvement social en Irak, contre la déliquescence des services publics, le chômage, la corruption, la faim

Les manifestations s'étendent dans le sud de l'Irak

Des Irakiens ont de nouveau manifesté vendredi à Bassora, au sixième jour d'une contestation sociale qui s'est étendue à d'autres provinces du sud de l'Irak, un pays miné par la corruption et des années de violences.

Les protestations contre le chômage et la vétusté des services publics, principalement l'électricité, ont été exacerbées par la mort d'un manifestant dimanche à Bassora, au premier jour des manifestations dans ce chef-lieu de la province du même nom, riche en pétrole.

... https://actu.orange.fr/monde/les-manife ... 4a79b.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Irak

Messagede bipbip » 16 Juil 2018, 16:57

Irak : deux morts dans des mouvements de contestation sociale
La progression du mouvement de contestation sociale a poussé les autorités à décréter un couvre-feu à Bassora.
Deux personnes ont été tuées dans le sud de l’Irak dans la nuit de vendredi à samedi 14 juillet, au cours d’un mouvement de contestation sociale qui gagne du terrain, poussant les autorités à décréter un couvre-feu à Bassora.
Les circonstances n’ont pas été clairement établies. « Il y a eu des tirs à l’aveugle », a indiqué le porte-parole des services de secours provinciaux, Ahmad al-Kanani. Ces décès portent à trois le nombre de morts depuis le début du mouvement de contestation sociale, au cours duquel des dizaines de personnes, notamment des membres des forces de sécurité, ont été blessées.
Face aux manifestations qui menacent de s’étendre à d’autres régions du pays, le pemier ministre Haider al-Abadi a annoncé samedi soir l’allocation de fonds et promis des investissements pour la province de Bassora, où il s’était rendu la veille et avait déjà fait des promesses et des annonces.
Les manifestants dénoncent la déliquescence des services publics ainsi qu’un chômage endémique, et crient leur colère contre l’incurie des autorités dans cette région pourtant riche en pétrole.
La grogne s’étend
... https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html

La fronde sociale prend de l'ampleur en Irak, al-Abadi débloque 3 milliards
La contestation sociale qui a débuté il y a une semaine s'est amplifiée ce week-end. Deux personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi. Plusieurs rassemblements ont été dispersés dimanche à Bassorah dans le sud mais aussi à Najaf et Kerbala, les affrontement ont fait des dizaines de blessés. Les Irakiens protestent contre le chômage et le délabrement des services publics. Le gouvernement a pris des mesures d'urgences.
A Bassorah, où la contestation a éclaté il y a une semaine, de nombreuses manifestations ont eu lieu ce week-end, les manifestants ont pris d'assaut un bâtiment officiel, et ont tenté d'entrer dans les installations pétrolières d'Al Zoubeir.
Mais le mouvement a gagné d'autres régions, il touche même désormais la capitale, Bagdad. Le Premier ministre irakien a durci le ton ce week-end et pris des mesures sécuritaires : il a placé les forces de sécurité en alerte maximum mais leur a interdit de tirer à balles réelles sur les manifestants. A Bassorah, désormais sous couvre-feu, l'armée a été déployée autour des installations pétrolières. L'internet a été coupé. Les Irakiens protestent contre la pauvreté, le délabrement des infrastructures publiques du pays et la corruption de l'administration.
... http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180716 ... -milliards
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Irak

Messagede bipbip » 01 Aoû 2018, 23:35

Des nouvelles des manifestations à Bagdad et dans le sud de l’Irak : ça continue !

Ce court article traite des derniers développements de la situation sociale explosive qui a cours actuellement en Irak.

Les manifestations à Bagdad et dans le sud de l’Irak continuent !

Par Zaher Baher
Irak – Souleymanieh
24/07/2018

Les manifestations à Bagdad et dans le sud de l’Irak continuent et sont désormais rentrées dans leur 3ème semaine. Jusque là, les manifestant-e-s sont parvenu-e-s à protéger leur indépendance et aucun des partis politiques ni des gouvernements régionaux n’ont été capables de les canaliser ou de les contrôler.

Alors même que certains médias, notamment Al-Jazeera, essaient de porter le discrédit sur les protestataires en les décrivant comme des groupes et des agents des USA. Cela dit, le gouvernement irakien, dans une certaine mesure, reconnaît la légitimité des revendications des manifestant-e-s. Le Premier Ministre irakien, Hadier al-Abadi, s’est déclaré favorable à dépenser 3 millions de dollars US pour satisfaire quelques-unes des revendications du peuple.

En fait, il ne fait aucun doute que les USA, l’Iran, et d’autres Etats voisins sont actuellement à la manœuvre pour tenter de domestiquer la protestation, étant donné qu’ils souhaitent intervenir en Irak et s’assurer que le pays reste en position de faiblesse afin de mieux pouvoir le contrôler pour leur propre intérêt. Cependant, ils savent aussi pertinemment que la chute du gouvernement irakien sous la pression des manifestations de masse, des protestations populaires et d’un soulèvement n’est pas dans leur intérêt. Le « Printemps Arabe » leur a donné à ce sujet une bonne leçon.

Il est absolument évident que les revendications du peuple sont légitimes. Le peuple n’a que trop souffert, depuis trop longtemps et n’a maintenant plus d’autre choix que de forcer le gouvernement, par un (des) soulèvement(s), de satisfaire une partie de ses revendications.

Les manifestations ont commencé le 8 juillet 2018, quand les autorités iraniennes ont coupé l’électricité à Basra quand les températures avoisinaient les 50°c. Les manifestations sont devenues de plus en plus grandes et se [sont étendues jusqu’à Bagdad et plusieurs autres villes au sud de l’Irak].

Dimanche 22 juillet, pour la troisième fois, des milliers de manifestant-e-s se sont réuni-e-s place Tahrir [Place de la Libération, NdT] et se sont affronté-e-s avec les policiers et les forces de sécurité irakiennes lourdement armées. Selon le rapport du vendredi 20 juillet de la Commission des Droits Humains, 14 manifestant-e-s ont été tué-e-s, 729 blessé-e-s et 757 autres ont été arrêté-e-s.

En outre, le même dimanche, les protestataires sont parvenu-e-s à occuper un champ pétrolifère à Nasiryah. Selon le quotidien politique Almada, les manifestant-e-s ont séquestré 75 travailleuses-eurs et cadres qui travaillaient sur le champ en question. Les revendications des manifestant-e-s comprennent l’accès à l’eau potable, l’augmentation des salaires et l’emploi de 270 travailleuses et travailleurs supplémentaires. Bien que les autorités prétendent qu’il n’y a pas eu de séquestration par les manifestant-e-s, il a été confirmé par ailleurs que le champ pétrolifère a bien été occupé et que des négociation entre les autorités et les protestataires avaient cours.

En vérité, il est difficile de savoir si les manifestant-e-s seront en mesure d’imposer la satisfaction de toutes leurs revendications ou pas. Mais nous savons d’ors et déjà qu’elles et ils ont discrédité les politiciens, les partis politiques et le gouvernement. A mon sens, la lutte populaire a nettement progressé et a désormais laissé derrière elle la guerre entre fractions religieuses. Les gens qui luttent ont commencé à réaliser que peu importe qui les gouverne, la situation reste sensiblement la même. La seule différence, peut-être, entre les différents gouvernants, c’est la façon d’exploiter, d’imposer ses lois et de voler le peuple.

Traduction : Gio (Coordination des Groupes Anarchistes)


https://www.anarkismo.net/article/31084
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Irak

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 18:05

3 août à Sinjar, Irak, plaies ouvertes et fosses communes

Il y a quatre ans la communauté yézidie fut prise pour cible au Sinjar, par la barbarie de l’État islamique qui déferlait sur le nord de l’Irak. En quelques jours, cinq à six mille personnes sont massacrés, des milliers de femmes et d’adolescentes sont réduites en esclavage, les enfants sont enlevés pour être convertis et endoctrinés. Selon l’historiographie yézidie, il s’agit du 74ème massacre commis contre eux. Comme le fait remarquer un survivant, le prochain sera mémoriel, c’est l’oubli.

En août 2014, à Hurdeh, comme dans les autres villes et villages de la région du Sinjar, la rumeur enfle depuis plusieurs jours. Les pick-up et autres véhicules surmontés de l’étendard noir du califat autoproclamé quelques semaines plus tôt ne seraient qu’à quelques encablures des monts Sinjar. Inquiète, la population cherche des informations auprès des autorités locales et des peshmergas du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK), fidèles à la dynastie Barzani. La région est alors sous le contrôle du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK), en pleine déroute face à l’ascension de l’État islamique dans le nord de l’Irak. Mossoul est tombée en quelques heures, il y a deux mois, Tal Afar, située à une cinquantaine de kilomètre plus à l’est, n’a pas plus résisté et Erbil est menacée. C’est dire si les craintes de la communauté yézidie de Hurdeh, dont la moitié de la population est arabe, sont fondées. Mais les peshmergas leur répètent à plusieurs reprises que les bruits qui courent ne sont pas fondés…

Pourtant les menaces sont désormais audibles et portent un visage, celui du voisin arabe. Selon Tarêq Haidêr Qesîm, prospère commerçant de Hurdeh, “les Arabes du village nous ont fait savoir avant même que l’on parte que désormais, nos biens leurs appartenaient. Dans notre famille comme dans d’autres, les jeunes sont restés avec quelques armes pour défendre le village”. La majorité des Yézidis quitte cependant Hurdeh pour se réfugier dans les montagnes du Sinjar que l’on aperçoit en regardant vers le sud. D’autres familles font confiance aux peshmergas, qui se montrent rassurants.
Le 3 août pourtant, les militaires kurdes du PDK quittent le village à neuf heures du matin, sans explications. Une heure et demie plus tard, la petite bourgade posée au milieu de la plaine est totalement encerclée par les miliciens extrémistes de l’État islamique. Ils appellent ceux qui en possèdent à déposer les armes, affirment qu’aucun mal ne leur sera fait. Peu ou pas de coups de feu, les jihadistes investissent sans peine le village. Quelques villageois parviennent à s’enfuir, tandis que 370 habitants sont raflés et rassemblés dans une grande maison. Les femmes et les adolescentes sont séparées de leurs familles et rapidement envoyées à Tal Afar d’où elles iront à Mossoul et Rakka, vendues sur les marchés aux esclaves, négation de la condition humaine venue d’un autre temps. 55 personnes, principalement des hommes, sont exécutés et ensevelis dans sept fosses communes à proximité du village, au bord de la route. Une fois vidées de leurs occupants, les maisons sont pillées, du sol au plafond. À la fin de la journée, tout est terminé. Hurdeh n’est plus qu’une ombre.

... http://www.kedistan.net/2018/08/06/3-ao ... njar-irak/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité