Initiatives contre repression et violences policières

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 16:36

Soirée débat et projection autour du racisme d’Etat et des violences policières

La veille de la Marche du 17 mars contre le racisme d’État et les violences policières, le Centre Social Autogéré d’Ivry « Vaydom » accueillera une projection du film « Les coups de leurs privilèges » (56 min, réalisé par Sabrina Thawra), suivi d’un état des lieux des violences d’État en présence d’organisateur-ices de la manifestation et de familles de victimes et collectifs engagés contre les violences policières.

Vendredi 16 mars à 19h30

Projection du film « les coups de leurs privilèges »
un film sur la résistance des familles et des proches, ainsi que sur l’histoire des luttes de l’immigration depuis les années 1960, en présence de la réalisatrice (sous réserve)

Film documentaire (56 min)
Réalisation : Sabrina Thawra

Wissam El-Yamni est décédé suite à une interpellation le 1er janvier2012 à Clermont-Ferrand, Morad Touat est décédé le 5 avril 2014 à Marseille suite a une interpellation le 1er avril 2014.

Ces familles s’organisent avec dignité et courage pour faire la vérité sur les décès de leurs proches. Elles ne sont pas les seules dans ce cas précis. Chaque année, entre 10 et 15 personnes non-armées meurent pendant ou suite à une interpellation par les forces de l’ordre.

Les différents groupes organisés historiquement autour de la lutte contre les crimes et les violences policières nous démontrent la continuité de cette situation depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui. La résistance des proches de victimes et leur soutien offrent des perspectives d’organisations.

suivi de

Débat en présence d’organisateur-ices de la Marche du 17 mars 2018 contre le racisme d’État et les violences policières et d’invité-es investi-es dans la lutte contre les violences policières
• Ramata Dieng et le collectif Vies Volées, Assa Traoré, Assemblée des blessés, Coordination Antirépression, Désarmons-les !, anciens militants du MIB...)

État des lieux des violences policières et présentation de la marche, suivi d’un discussion libre autour des enjeux des luttes contre les violences d’État

VENDREDI 16 MARS 2018 à 19h30
CENTRE SOCIAL AUTOGERE "VAYDOM"
37 RUE MARCEAU, 94200 IVRY SUR SEINE
Metro 7 "Pierre et Marie Curie" / Tram 3A "Maryse Bastié" / Bus 132 "Rue des Jardins"

https://paris-luttes.info/soiree-debat- ... utour-9694
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 30 Mar 2018, 21:16

Justice pour tous 2 - Journée de rencontres et de solidarité

Paris samedi 31 mars 2018
à 14h, CNT, Confédération Nationale du Travail, 33 rue des Vignoles

Deuxième journée de rencontre et de solidarité des acteurs des luttes contre les violences policières ainsi que de réflexion sur les actions à mener, les stratégies à suivre ou à écarter, les alliances à nouer. Paris, 31 mars à 14h00 à la CNT.

Image

Le 08 avril 2017, la première édition de Justice pour tous voyait se rencontrer des comités vérité et justice et des proches de victimes de violences policières ou de personnes incarcérées suite à des révoltes contre ces violences.
Il était notamment question de tirer des leçons en termes d’organisation face à la police et au système judiciaire en prenant notamment l’exemple des frères Kamara, condamnés en 2011 à 12 et 15 ans de prison pour "tentative d’homicide" contre des policiers. Ils ont payé le prix d’une vengeance d’État qui s’est déchaînée après les révoltes de 2007 à Villiers-le-Bel.

Quelques semaines avant cette première journée de rencontres, on apprenait la mise en examen de Bagui Traoré pour "tentative d’assassinat", lui aussi contre des policiers. Bagui Traoré se battait depuis le 19 juillet 2016 pour rétablir la vérité et obtenir la justice pour son frère Adama Traoré, tué par des gendarmes. Un an plus tard, Bagui Traoré est toujours incarcéré, ainsi que plusieurs de ses frères, tout comme de nombreux soutiens du comité Justice pour Adama.

La répression quotidienne qui visait la famille Kraiker à Pantin a elle aussi continué.

Quant à la famille de Lamine Dieng, leurs 10 années de lutte se sont soldées par un non-lieu définitivement confirmé en juin 2017.

Plusieurs morts sont venus endeuiller cette année 2017, ainsi que le début de l’année 2018. L’intensification de la répression judiciaire contre certains comités, l’acharnement contre la famille Traoré, mais aussi l’impression de stagnation, d’impuissance ou d’isolement que peuvent ressentir certaines familles et certains comités rendent indispensable de poser la question de l’organisation, des méthodes employées, des stratégies suivies.

Ces questions, les comités et les familles actuellement en lutte pour la vérité et la justice se les posent évidemment mais sont parfois contraintes par l’urgence, par les difficultés qu’on sème sur leur chemin et auxquelles elles doivent apporter une réponse rapide.

Ces questions d’organisation et de stratégie ont été débattues et pratiquées depuis des dizaines d’années par des comités vérité et justice, des coordinations de familles et des mouvements.

Cette mémoire des luttes, cette mémoire des combats gagnés ou perdus, des tactiques les plus concrètes aux stratégies les plus globales, des combats contre la double peine à ceux contre les crimes racistes et sécuritaires, cette mémoire diffuse, cette histoire souvent mal connue peut servir les combats actuels.

Si cette deuxième « journée de rencontres et de solidarité » peut modestement servir à mettre en discussion des acteurs de ces luttes passées et les acteurs des luttes actuelles, sur les actions à mener, les stratégies à suivre ou à écarter, les alliances à nouer, elle aura joué son rôle.

Ouverture des portes : 14h
15 h / Discussion : Transmettre les mémoires des luttes pour renforcer les combats actuels pour la vérité et la justice

19h30 / Concert
Kaiman Lanimal
Fik’s Niavo et Templar
Saknes
Hartigan et Mani Deïz

Restauration, buvette, tables de presse et d’information
Prix libre - Tous les bénéfices seront reversés à des familles

https://www.facebook.com/events/2107363932871100/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 21 Avr 2018, 12:20

Mais que fait la police ? Ca crève l’écran

Le CROC (Contre la Répression : Organisation Collective) vous invite à une soirée projection et discussion sur les violences policières et judiciaires le 21 avril. RDV dès 19h à la Pétroleuse (163 cours Caffarelli), espace de lutte pour l’autonomie à Caen.

Le 22 mars, de violentes interventions policières ont eu lieues au Château de Caen après la manif : humiliations, menaces de morts, éclats de grenades et tir de flashball pour les interpellé-e-s et personnes présentes. Jusqu’à une dizaine ont été blessées, dont une avec 6 jours d’ITT.

Une violence choquante mais pas nouvelle pour qui vit en quartier périphérique, pour qui participe à des mouvements de contestation sociale ou pour qui n’a pas les bons papiers au sein des frontières françaises. Les exemples sont trop nombreux pour que ça reste de l’ordre de la bavure, de l’exception.

En ce mois d’avril mouvementé, on vous invite à partager un moment convivial autour d’une projection, qui sera suivie d’une discussion et d’un apéro-bouffe vegan à prix libre. L’idée est d’échanger autour des différentes expériences de répression de chacun-e (mouvement Loi travail, dans les quartiers, facs, lycées, squats, etc.), de l’évolution actuelle des stratégies policières et judiciaires, de comment on peut s’organiser face à cela, et/ou d’autres sujets en fonction des personnes présentes.

Au plaisir de s’y rencontrer,
Le CROC

Tel : 06.17.09.49.35
Mail : caenantirep@riseup.net
Site : antirepcaen.wordpress.com


https://a-louest.info/Mais-que-fait-la- ... -ecran-380
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 10 Mai 2018, 16:16

Rassemblement vendredi 11 mai 17h pour Isamïl Deh, tué par la police nationale le 30 avril

Il était sans-papiers. Interdit de travailler, il vendait des bibelots aux touristes pour survivre. Il est mort à l’hôpital le mardi 1er mai.

Selon des témoignages recueillis par des proches un policier l’a fait tomber alors qu’il tentait d’échapper à une intervention au Château de Versailles le lundi 30 avril. Il a ensuite été frappé au sol par des policiers puis été emmené à l’hôpital où il est décédé le lendemain.

A l’initiative des collectifs de sans-papiers et des comités de familles victimes des violences policières, les collectifs et associations réunis dans la Marche des solidarités apportent tout leur soutien à la famille de Isamaïl Bokar Deh et lui expriment leurs condoléances.

Alors que les versions officielles propagent la thèse d’un accident, nous réclamons vérité et justice pour Isamïl Bokar Deh. Nous dénonçons les crimes commis par la police, l’organisation de l’impunité policière et la politique raciste et criminelle de chasse aux sans-papiers et migrantEs.

La mort d’Isamïl Bokar Deh nous révolte et rappelle à tous et toutes que cette politique tue, aux frontières comme dans nos quartiers.

Nous appelons à un rassemblement ce vendredi 11 mai à 17H00 au métro St Philippe du Roule (ligne 9) proche du ministère de l’intérieur pour mettre un terme à la politique raciste et criminelle du pouvoir et exiger la démission de Gérard Collomb.

Les collectifs de sans-papiers se rassembleront à 15H30, place de la République, pour un départ collectif.

Cette initiative est à l’appel des collectifs de sans papiers, du Collectif pour l’Avenir des Foyers (COPAF) et des organisateurs de la Marche des solidarités (Vies volées, Assemblée des blessés, Coordination antirep, Désarmons-les...)

https://paris-luttes.info/rassemblement ... -17h-10196
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 26 Mai 2018, 14:13

En soutien en Maxime. Appel à rejoindre ganté de rouge la manif du 26 mai, à Nantes et partout en France.

En soutien en Maxime. Appel à rejoindre ganté de rouge la manif du 26 mai, à Nantes et partout en France.

Mardi 22 mai, Maxime s’est fait arracher la main droite par une grenade en défendant la zad de Notre-Dame-des-Landes. Il fuyait une charge policière non loin du hameau détruit de la chateigne. Cette mutilation a eu lieu dans le cadre d’une opération militaire qui dure désormais depuis un mois et demi. Dès le 9 avril, les gendarmes ont fait un usage quotidien de cette arme nommée dans leur jargon GLI-F4. Elle contient 25 grammes de TNT, on peut voir un peu partout les cratères noirs qu’elle a creusés dans la terre du bocage. Il était évident qu’elle causerait des blessés, et des blessés graves. Des dizaines de personnes en ont senti les éclats dans leur chair en quelques semaines. Des pieds ont été broyés, des peaux lacérées. Aujourd’hui c’est une main qu’elles ont déchiquetée.

Ces armes n’ont d’autre but que de terroriser les manifestants en faisant peser sur eux le risque des blessures qu’elles entraînent. Cette peur là, nous sommes nombreux ici à l’avoir ressentie. Des explosions en rafale qui vous étourdissent et vous rendent sourds de longues minutes, hébétés dans les gaz. L’angoisse d’être aveuglés et donc incapables de les voir arriver, ne sachant où fuir, nous la connaissons bien désormais. C’est la technique qu’ils ont appliqué chaque jour : d’abord les gaz puis une pluie de grenades. Paniqués dans les nuages en entendant autour d’eux une explosion répétée, en recevant la terre qu’elles soulevaient sans savoir s’il s’agissait d’éclats, ou tout simplement en tombant blessés ? A propos de Maxime, d’un groupe aggressif, mais la même chose s’est produite lors du pique-nique pacifique initié par les cheveux blancs le 11 avril. La même chose s’est produite avec des tracteurs. Tous les jours. Il les ont envoyées à plusieurs centaines de mètres grâce à des fusils lanceurs à longue portée, sans voir où ni sur qui elles atterrissaient. Il les ont fait cracher à la tourelle de leurs blindés en tirs tendus. Qu’on ne nous dise pas qu’elles ont une visée autre qu’offensive.

Qu’on ne nous dise pas non plus que la mutilation de Maxime est une bavure ou un accident. La préfète peut ravaler ses regrets hypocrites. Cette amputation est la menace toujours contenue dans la pratique du maintien de l’ordre, la condition de son efficacité sur la population. C’est afin de camoufler cette évidence que le récit des autorités transforme systématiquement ceux qui en sont victimes en responsables. On nous dit en l’occurence que Maxime armait son bras pour lancer la grenade sur les forces de l’ordre. Ce serait donc sa faute si sa main a été amputée par l’explosion d’une arme de guerre lancée sur quelques manifestants par un des 1600 gendarmes présents ce jour-là. Comme si l’un d’entre nous pouvait sciemment concevoir l’idée d’attraper une grenade dégoupillée contenant du TNT...L’acte de ce jeune homme a consisté à se saisir de ce qu’il croyait être une grenade lacrymogène pour la lancer loin des autres manifestants afin qu’ils aient le passage libre pour fuir les gendarmes sans étouffer dans les gaz. Un geste d’attention que des dizaines d’opposants ont accompli ces dernières semaines. Un geste pour prendre soin de celles et ceux qui nous entourent. Une marque de solidarité qui a transformé son avenir et que nous n’oublierons pas. Nous appellerons donc dans l’immédiat à rejoindre la manifestation de samedi 26 mai à nantes et partout en France, armés de notre colère, de nous y retrouver et d’y arborer un gant rouge.

Des habitant.e.s de la zad.

RDV à la manif à Nantes, 14h30 au miroir d’eau et aussi devant le CHU à la fin de la manif pour exprimer notre soutient à Maxime


https://zad.nadir.org/spip.php?article5902
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 08 Juin 2018, 17:43

Journée de réflexion et d'échanges sur les violences policières

Paris samedi 9 juin 2018
à partir de 9h, Annexe Varlin de la Bourse du travail
(annexe Charlot / Temple), Salle Eugène Henaff, 29 boulevard du Temple, ou 85 rue Charlot

Le constat dressé par de nombreuses associations et collectifs concernant les violences commises en France par les forces de l'ordre, que ce soit durant un contrôle de police, lors d'une garde à vue, dans le cadre d'opérations de maintien de l'ordre au cours de manifestations ou sur les zones à défendre, nous confirme que le recours à la force dans certaines situations, et contre certaines personnes, se révèle être disproportionné et constituant une violence policière illégale.

Les victimes de ces violences policières sont bien souvent « ciblées » : elles sont exercées à l'encontre des migrant.e.s, des personnes racisées, des militant.e.s.

Cette violence est-elle isolée et propre au comportement individuel de ces certains policiers, ou est-elle systémique et pourquoi ? Quelle est la frontière entre la légitimité de l'usage de la force et l'illégalité du recours à cette force ?

Le SAF souhaite porter ce sujet à la discussion, faisant suite à l'atelier du congrès de novembre 2017 qui a initié un travail de réflexion avec des militant.e.s et avocat.e.s, en partageant l'expérience de chacun.e, en analysant différentes situations concrètes et en essayant de construire une défense collective pour répondre à cette situation.

Cette journée de réflexion et d'échanges proposée par le SAF sur les violences policières, est ouverte à toutes et tous.
Programme
MATINÉE

(Merci de penser à émarger la feuille de présence)

9 h 30 : Présentation de la journée - Laurence ROQUES, présidente du SAF

♦ PREMIÈRE TABLE-RONDE - Le maintien de l'ordre, gestion des foules
Modératrice : Claire Dujardin

10 h - 11 h 30

Doctrine du "Maintien de l'Ordre" et suite de Sivens, Claire DUJARDIN (avocate au barreau de Toulouse)
Retour d'expériences sur la gestion des foules en manifestation et dans les ZAD Hervé Kempf (rédacteur en chef de Reporterre)
Répression et pénalisation des mouvements sociaux Eric BEYNEL (Sud Solidaires)
Retour de terrain, usage des armes, NDDL (militant.e réseau antirep)

11 h 30- 12 h 30 : Questions débats

12 h 30 - 14 h 00 : Pause déjeuner
APRÈS-MIDI

(Merci de penser à émarger la feuille de présence)

14 h 00 - 16 h 00

SECONDE TABLE-RONDE - Les violences policières
dans les quartiers et à l'encontre des minorités Modérateur : Slim BEN ACHOUR

Contrôle au facies et violences policières Slim Ben Achour, avocat au barreau de Paris.
Dossier de violences policières, quelle stratégie judiciaire ? Maxime CESSIEU, avocat au barreau de Paris
Police, questions sensibles, Jeremy GAUTHIER, sociologue
Violences faites aux réfugiés (militant.e Col de l'Echelle)

16h00/17h : Débats

17h30
♦ Sociologie et histoire des violences policières
Geoffroy de LAGASNERIE

18 h : fin du colloque

https://solidaires.org/Paris-Journee-de ... policieres
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 08 Juin 2018, 18:01

Ali Ziri : on n’oublie pas !

Samedi 9 juin à Argenteuil commémoration du 9 ème anniversaire de la mort d’Ali Ziri dans les mains de la police.

Samedi 9 juin 2018 a 17h rassemblement devant l’Hôtel de Ville d’Argenteuil pour un hommage sur le lieu de l’interpellation à l’angle du Bd Jeanne d’Arc et de la rue Georges Antoine Belin.

Le 11 juin 2009, Monsieur Ali Ziri décédait suite à son interpellation par la Police Nationale lors d’un contrôle routier.
7 années de combat judiciaire ont abouti en février 2016 à un non-lieu définitif pour les policiers. La famille a alors déposé en juin 2016 une requête devant la cour européenne des droits de l’homme, dont nous attendons qu’elle condamne la France.

Au cours de ces années de procédures judiciaires, la famille et le collectif ont reçu le soutien de nombreux citoyens, de collectifs de soutien aux victimes de violences policières, et celui d’organisations qui défendent les droits humains. Amnesty International, l’Action Chrétienne contre la Torture (ACAT) entre autres, toutes deux réclament un système d’enquête indépendant pour les plaintes contre les agents de la force publique, ainsi que l’interdiction des techniques d’immobilisation létales –pliage et plaquage ventral – causes d’asphyxies mortelles.

Halte aux violences et a l’impunité policières !

https://paris-luttes.info/ali-ziri-on-n ... -pas-10444
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 12 Juin 2018, 20:27

4ème Ronde des libertés
Contre les violences policières et judiciaires
en soutien aux interpellé-e-s du Lycée Arago et du 22 mai

Paris mercredi 13 juin 2018
à 19h, Lycée Arago, 4 Place de la Nation

Le comité #Arago22Mai invite lycéen-ne-s, étudiant-e-s, parents, enseignant-e-s, citoyen-ne-s, après les rassemblements de soutien des 23, 30 Mai et 6 juin, à un nouveau rassemblement en forme de ronde des libertés, pour une déambulation circulaire autour du Lycée Arago - avec pancartes et banderoles (lunettes de piscine et bonnets de bain de rigueur).

Pour demander l'abandon de toutes les poursuites ;
Pour demander le respect du droit d'expression politique et syndical des lycéen-e-s et étudiant-e-s ;
Pour demander que cessent les interventions policières dans les établissements scolaires ;

Le rendez-vous est fixé à 19h devant le lycée, ronde de 19h à 20h

https://paris.demosphere.eu/rv/63010
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 20 Juin 2018, 23:15

En 40 ans, 478 morts à la suite d’interventions policières : une base de données inédite en France
En quarante ans,
478 morts
à la suite d’interventions policières
Une base de données de BastaMag, compilée et analysée par Ivan du Roy et Ludo Simbille.
... https://bastamag.net/webdocs/police/

Base de données
Pourquoi une base de données sur les violences policières létales : notre méthodologie
Comment et pourquoi avoir comptabilisé le nombre de personnes décédées des suites d’une intervention policière ? Quelles sont nos sources ? Comment faire la différence entre un recours à la force létale légitime de la part des policiers d’une intervention mortelle qui fait polémique ? Voici les réponses à plusieurs questions que vous pourriez vous poser sur notre base de données.
... https://www.bastamag.net/Pourquoi-une-b ... ales-notre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 24 Juin 2018, 17:18

Coordination contre la répression et les violences policières

Pour rappel

Comme chaque mardi depuis avril 2016, nous nous réunissons à la Bourse du travail à 18h. Notre réunion hebdomadaire a pour objectif de renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences dans les quartiers et les manifs

Paris, prochaine réunion mardi 26 juin 2018
à 18h, Bourse du Travail de Paris, 3 rue du château d’eau

https://paris.demosphere.eu/rv/62407
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 17:59

Appel à mobilisation et à soutien pour le Procès de Moha

Paris lundi 2 juillet 2018
à 9h, Cité judiciaire de Paris, 30e chambre, 29-45 Avenue de la Porte de Clichy

Moha cofondateur du collectif Le paria poursuivi pour avoir été tabassé, gazé et insulté par des policier.

Lundi 5 mars 2018, Moha, co-fondateur et co-président du collectif Le paria, est violemment interpellé par les flics, gazé aux lacrymo, tabassé, placé en garde-à-vue, et de nouveau tabassé dans le commissariat du 4e. Il est relâché au bout de deux jours, sous le coup d'une convocation au tribunal. Autrement dit, il risque une peine de prison pour le seul fait d'avoir été victime d'une agression policière. Récidive, dit la convocation du procureur, menaçante : et pour cause… Moha, comme tant d'autres, est constamment harcelé par les forces de sécurité en tout genre. Ce sont en réalité elles qui récidivent, en toute impunité. Accédez au récit complet http://leparia.fr/moha-poursuivi-ete-ta ... policiers/

Le paria mobilise les soutiens pour faire de ce procès le procès exemplaire des contrôles au faciès, des violences policières et de la répression contre les classes populaires

Le procès de Moha aura lieu le 2 juillet 2018 à 9h00 au nouveau Tribunal de Paris, 30e chambre
Parvis du tribunal, Paris 17e - M° Porte de Clichy

Il sera défendu par Me Henri Braun, avocat au barreau de Paris

Notre stratégie est d'inverser le procès pour qu'il soit celui des policiers qui ont tabassé, gazé et insulté Moha, mais aussi de poser par ce biais la question du rôle du tribunal lui-même : a-t-il pour finalité la justice, ou bien n'est-il qu'un simple instrument d'oppression et de racisation des classes populaires ?

Venez soutenir moha au tribunal le 2 juillet
dons en ligne ici https://www.helloasso.com/associations/ ... s/1/widget

Aidez-nous à financer les frais de justice (Chaque convocation coûte 100 € de frais d'huissier)

Merci de votre soutien « Ouvrir sa gueule, déballer la merde, se rebiffer »


https://paris.demosphere.eu/rv/63088
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 22:00

Lettre ouverte à Hervé Gerbi, avocat de personnes mutilées par des tirs de police

Dans notre combat contre les violences policières, nous sommes régulièrement amené-es à nous adapter aux choix politique et de défense des familles de victimes de violences policières. Parfois, ces choix ne nous conviennent pas, mais nous restons néanmoins solidaires des premier-es concerné-es. Pourtant, le refus d’aborder les questions politiques qui fâchent participe de l’impunité des forces de l’ordre, de l’isolement des victimes et de l’incapacité à construire ensemble un rapport de force cohérent face aux violences d’État. Par conséquent, en tant que collectif impliqué dans ces combats, nous avons décidé de briser le silence et d’adresser publiquement nos griefs aux personnes qui nous fragilisent. (Désarmons-les !)

... https://paris-luttes.info/lettre-ouvert ... erbi-10537
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 05 Juil 2018, 21:49

Soirée contre les répressions policières

Le samedi 7 juillet 2018 au relais montagnard de Bonac-Irazein en Ariège

Rendez-vous à 17h30 le samedi 7 juillet au relais montagnard de Bonac-Irazein en Ariège pour discuter de la création d’une caisse de solidarité et de sa gestion suivie d’un repas à partir de 19h et du concert du rappeur Cerna à 20h30

En août dernier, nous avons été plusieurs à nous positionner contre un contrôle policier au faciès. Certains d’entre nous ont été arrêtés, placés en garde-à-vue et ont été inculpés pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique, outrage et rébellion. Malgré les versions discordantes des policiers, le procès n’a bien sûr pas été en notre faveur.

Pendant toute la durée de cette procédure nous avons réalisé l’importance d’être soutenus, autant humainement que matériellement, pour ne pas tomber dans la résignation face à la répression.

Cette soirée sera donc l’occasion pour toutes et tous de partager des expériences, de créer du lien sur cette question éminemment politique et de réfléchir à la mise en place d’une caisse de soutien contre les répressions policières. Nous espérons également pouvoir récolter une partie de la somme qui nous permettrait de rebondir et d’alimenter cette caisse.

RENDEZ-VOUS À 17H30 LE SAMEDI 7 JUILLET AU RELAIS MONTAGNARD DE BONAC-IRAZEIN EN ARIEGE POUR DISCUTER CRÉATION DE LA CAISSE, de sa gestion, etc. (rien n’est encore décidé !). La discussion est suivie d’un repas à partir de 19H et du concert du rappeur Cerna, venu en soutien à la caisse.

Ouvert à toutes et tous.

17H30 : discussion autour de la caisse anti-répression DÈS 19H REPAS -KEBAB DU BIROS CONCERT - CERNA (HIP-HOP) EN BÉNÉFICE DE LA CAISSE ANTI REP

Au Relais Montagnard, Bonac-Irazein
http://relais-montagnard.org/fr/horaire ... c-irazein/

Image

https://iaata.info/Soiree-contre-les-re ... -2697.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 09 Juil 2018, 20:12

Rassemblement en hommage à Aboubacar

Mercredi 11 juillet à 18h30, Porte d’Aix à Marseille

Mardi 3 juillet au soir, un jeune homme est mort. Aboubacar, 22 ans, a été abattu par un CRS au Breil, au nord de Nantes. La police tue au Breil. Ce n’est pas un "évènement à déplorer". C’est un meurtre.
Nous reproduisons ci-dessous deux articles parus sur le sujet.

https://mars-infos.org/nantes-la-police-tue-3253
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 14 Juil 2018, 14:26

Sur la Zad, la gendarmerie réprime un rassemblement contre les crimes policiers

Les gendarmes mobiles sont intervenus jeudi 12 juillet, vers 18 heures, sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes. À hauteur du carrefour de la Saulce, le long de la RD 81, une trentaine de personnes manifestaient contre les violences policières. Ils ont brandi une pancarte « 2 morts en 5 jours, à qui le tour », en référence à la mort d’Aboubakar Fofana, tué par un CRS dans le quartier du Breil à Nantes mardi 3 juillet, et à la mort d’une autre personne, à Vic-sur-Aisne.

Des banderoles ont été installées le long de la route. La préfecture indique que les gendarmes sont intervenus pour « rétablir l’entière circulation sur cet axe », et ont alors fait usage de gaz lacrymogène « après sommation ». Trois personnes ont alors été interpellées.

Un habitant de la Zad et militant contre les violences policière, raconte une toute autre version à notre micro. Selon lui, les banderoles « ne bloquaient pas la route » quand les gendarmes sont intervenu.



https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 12339.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité