Infos monde carcéral

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 02 Aoû 2018, 16:56

Triste record dans les prisons françaises

Le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record au 1er juillet 2018, avec 70.710 personnes incarcérées, selon les chiffres du ministère de la Justice. Parmi les conséquences de cette situation, 105 établissements ou quartiers pénitentiaires connaissent une sur-occupation supérieure à 120%, et 50 dépassent même les 150%. Le ministère note "des records consécutifs depuis quatre mois sur le nombre de personnes détenues", qu’il juge "très préoccupants". En avril, les établissements pénitentiaires avaient franchi la barre symbolique des 70.000 détenus, et ce nombre avait atteint 70.633 lors du mois de mai. Un effectif de détenus qui évolue continuellement, alors même que la délinquance reste stable. Pourquoi ? Cette augmentation constante s’explique par plusieurs facteurs : "On a une explosion du recours à la détention provisoire, qui représente un tiers des détenus. On a aussi une stagnation, voire une chute des aménagements de peine avec un durcissement des politiques pénales, une aggravation d’un certain nombre de peines qui fait que moins de gens sortent de prison. Enfin, les peines sont de plus en plus longues et les magistrats choisissent systématiquement le recours à la prison". Évidemment, expliqué comme ça !

https://monde-libertaire.fr/?article=Tr ... francaises
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 04 Aoû 2018, 15:50

« Mon codétenu est mort dans mes bras »

Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, avril 2018. Kevin* meurt subitement dans sa cellule, dans les bras de Kilian*, son codétenu. Récemment libéré, Kilian raconte la dégradation rapide de l’état de son ami, le mépris des surveillants face à la gravité de la situation, mais aussi la pauvreté de sa propre prise en charge après le décès.

... https://oip.org/temoignage/mon-codetenu ... -mes-bras/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 07 Aoû 2018, 08:16

70 710 personnes incarcérées, 53 prisons en surpopulation extrême, 1 667 matelas au sol

Selon le dernier chiffre officiel, 70 710 personnes sont incarcérées en France. Outre ses conséquences en termes de surpopulation et de dégradation des conditions de détention, ce record historique rappelle que les pouvoirs publics et les juges privilégient toujours l’enfermement à toute autre réponse pénale.

... https://oip.org/communique/70-710-perso ... as-au-sol/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 10 Aoû 2018, 12:05

Prison. Suicides en série à Fleury-Mérogis

Le 7 août, le décès d’un détenu dans la maison d’arrêt la plus grande d’Europe était le douzième depuis janvier. En cause : surpopulation et déficit d’accompagnement.

La découverte macabre a réveillé le personnel pénitentiaire de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis ce mardi 7 août. Un homme de 48 ans, incarcéré en détention provisoire pour viol, a été retrouvé pendu dans sa cellule. Identifié comme fragile psychologiquement, il bénéficiait pourtant des mesures antisuicides mises en place par la maison d’arrêt. C’est la douzième mort de l’année, dont dix suicides, pour la plus grande prison d’Europe. Un record qui surpasse les onze morts de l’an dernier sur l’ensemble des établissements pénitentiaires de la région parisienne.

... https://www.humanite.fr/prison-suicides ... gis-659106
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 16:32

Surpopulation carcérale: le respect de la loi de 1875 n'est pas pour demain
L’encellulement individuel, voté depuis 1875, n’est pas pour demain. La loi a 143 ans. Le dernier moratoire de 5 ans repoussant ce droit à l’encellulement individuel date de 2014. Il prendra fin le 24 décembre 2019, et ce ne sont pas de nouvelles « places de prison » qui vont régler le problème.
Toutes les nouvelles prisons construites, en particulier concernant les maisons d’arrêt, annoncent des capacités d’accueil supérieures au nombre de cellules. Mais les pouvoirs publics ne communiquent évidemment que sur les « places de prison ». L'enfumage dans ce domaine comme dans d'autres reste la règle.
... https://blogs.mediapart.fr/emile-gabrie ... our-demain

Suicide en détention : l'administration botte en touche
Onze suicides en sept mois à Fleury-Mérogis, et plutôt que de s'interroger sur les raisons profondes du malaise, l'administration botte en touche avec des mesurettes qui n'ont rien de nouveau et qui ont démontré leur inefficacité voire leur nocivité. Explications :
... https://blogs.mediapart.fr/emile-gabrie ... -en-touche
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 22:14

Prisons françaises : un système à bout de souffle

Confrontée à une vague de suicides à Fleury-Mérogis, l’administration pénitentiaire française pourrait bien devoir reconsidérer les faiblesses de son système. Pour en parler, Julie Gacon reçoit François Bès, coordinateur du pôle enquête de l’Observatoire international des prisons (OIP).

... https://www.franceculture.fr/emissions/ ... tor=EPR-2-[LaLettre10082018]
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 13:19

Prisons françaises : détruire plutôt qu’instruire

Un article du Monde publié le 1er juin relatait qu’un détenu, Michel Cardon, avait été « oublié » en prison par le Parquet de Lille. Entré en 1977, il n’a été libéré « en conditionnelle » que le 1erjuin dernier. Les expertises relèvent « une dégradation importante des fonctions cognitives du détenu ». Ce que nous montre ce fait divers, ce n’est pas tellement l’incompétence de la justice que la mauvaise fonction qu’on lui a assignée et qui fut historiquement légitimée. Il convient de remettre à nouveau la fonction disciplinaire en question : veut-on punir les détenus pour soulager les familles ou veut-on éduquer un individu qui n’a pas su se comporter en société ? Pour l’instant, la prison a toujours préféré la première option.

La destruction du corps du prisonnier

Historiquement [2], commettre un crime en société, c’est insulter directement le roi. En effet, commettre un acte en désaccord avec les lois que le roi a données au pays, c’était être en désaccord avec le roi. Donc la punition qui frappait le prisonnier, par la torture notamment, était une manière symbolique pour le roi de marquer le prisonnier de son pouvoir et de lui rappeler à qui il devait obéir. Enfin, l’enfermement, ce n’est pas seulement la privation de liberté, c’est aussi une façon d’éloigner le prisonnier de la société.

Entre le XVIIIe et le premier XXe siècle, la punition s’est rationalisée en terreur, de façon bien plus efficace, bien plus rapide et économique en moyens. En ce sens, l’invention de la guillotine est une innovation technologique considérable qui économise du temps, de la souffrance, et de l’argent. Viennent ensuite la chaise électrique et l’injection létale, jusqu’à l’abolition de la peine de mort en 1981 par la loi Badinter. Quel rôle la prison remplit-elle depuis quarante ans ? Puisqu’on n’élimine plus les prisonniers les plus dangereux, qui ne méritent donc plus de vivre en société, l’univers pénitentiaire aurait-il changé de fonction ?

Le mirage d’une prison éducative

Aujourd’hui, dans les prisons, des cours sont dispensés pour apprendre à lire et à écrire. Il y a notamment un suivi psychologique et médical des détenus, et à leur sortie, des organisations de réinsertion s’occupent d’eux. Serait-on donc passé d’une prison disciplinaire à une prison éducative ?

Si l’on souhaite une prison qui éduque ses détenus, les moyens assignés à cette fonction sont loin d’être efficaces. Le taux d’occupation des prisons françaises est de 119% [3]. Cela signifie qu’on a plus de prisonniers que de places dans nos prisons. Par exemple, 1 648 détenus dorment sur un matelas à même le sol ou dans des lits superposés, alors même que le principe d’encellulement individuel était réaffirmé par la loi pénitentiaire de 2009 [4].

Entendue au sens large comme la recondamnation d’une même personne pour des crimes ou délits qui peuvent être différents, la récidive concerne 61% des individus dans les cinq années qui suivent leur sortie de prison [5]. Ce chiffre énorme montre une prison française qui produit du crime et du délit plus qu’elle ne le réduit. Il y a, de fait, un problème avec la justice française. Les détenus qui n’ont pas fait de prison ferme récidivent eux en moyenne deux fois moins que ceux emprisonnés fermement [6].

La prison française produit des « bons délinquants »

En France, depuis que la torture et la peine de mort sont interdites, la prison s’est assignée une autre fonction que disciplinaire, elle est devenue un moyen pour les plaignants d’obtenir réparation et vengeance. En effet, qu’est-ce que la simple mort à côté d’un enfermement à perpétuité ? Comme nous l’avons vu, elle ne remplit aucune fonction éducatrice, puisque la récidive n’est pas fréquente mais banale.

Ce que la lecture de Foucault nous apprend, c’est que les prisons produisent de « bons délinquants », en ceci qu’ils créent toute une économie de la délinquance : les « bons délinquants » sont multirécidivistes et apolitiques. Ils créent, à leur manière, de la richesse parce qu’ils emploient du personnel pénitentiaire, carcéral, judiciaire… et montrent un exemple à ne pas suivre. Économiquement profitable, cette prison française est également politiquement neutre.

Le cas de Michel Cardon est probablement rare et isolé, mais là n’est pas le sujet. Il ne témoigne non pas de l’incapacité de la justice française qui oublie ses détenus — la plupart du temps, lorsqu’il s’agit d’écrouer, elle écroue très bien. Non, c’est la façon dont la prison française abîme le corps de ses citoyens qui est choquante, alors qu’elle devrait en éduquer l’esprit.


[1] Les informations historiques proviennent de Michel Foucault, Surveiller et punir, Tel Gallimard, Paris, 1975

[2] cf. http://www.europe1.fr/societe/la-surpop ... es-2816041

[3] cf. article 716 du Code pénal

[4] 61% des personnes condamnées à une peine de prison ferme sont recondamnées à une peine de prison ferme dans les cinq ans, cf. http://www.justice.gouv.fr/include_htm/ ... quette.pdf, p. 5

[5] Ibid.


http://lvsl.fr/prison-detruire-plus-qu-instruire
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Infos monde carcéral

Messagede bipbip » 15 Aoû 2018, 17:57

La prison par les prisonniers: les détenus prennent la plume

Le dedans qui parle au dehors, dans un numéro écrit entièrement par des personnes détenues, pour le grand public. Afin de décrire de l’intérieur, par ceux qui la vivent, la réalité carcérale.

C’est le projet que nous défendons dans ce dossier, à l’occasion du 100e Dedans Dehors : note d'intention de l'Observatoire international des prisons-section française.
La prison par les prisonniers, 1/22.

Pas loin d’un demi-siècle après la création du Groupe d’information sur les prisons, qui s’était donné pour mission de « faire savoir ce qu’est la prison » par la voix des premiers concernés, force est de constater que la prison reste marquée, aujourd’hui encore, par une extrême opacité. Et qu’exprimer publiquement ses idées demeure, pour les prisonniers, un acte transgressif. Un beau projet donc que ce numéro exceptionnel – dans une démarche, il faut le souligner, dont l’OIP ne revendique ni la primeur, ni l’exclusivité.1

Les personnes détenues voient en effet leur liberté individuelle entravée. En l’état actuel des textes, « la sortie des écrits faits par un détenu en vue de leur publication ou de leur divulgation sous quelque forme que ce soit » nécessite l’autorisation des services pénitentiaires, « tout manuscrit produit en détention » pouvant en outre « être retenu pour des raisons d’ordre »2. Aussi, envoyer un texte à des fins de publication sans l’accord de l’administration pénitentiaire revient à enfreindre un interdit. Et expose à des sanctions. C’est pourtant ce qu’ont fait l’ensemble des personnes détenues qui ont répondu à notre appel à contribution pour la rédaction de ce numéro (lire ci-dessous). Une cinquantaine : c’est plus que nous n’aurions espéré !

... https://blogs.mediapart.fr/observatoire ... rennent-la
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités