Divers luttes

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: Divers luttes

Messagede bipbip » 29 Oct 2018, 20:37

À Beauvais, les salariés de Froneri se mobilisent pour sauver leurs emplois

Le 10 octobre, les 317 salariés de l'usine Froneri de Beauvais ont appris que le site allait fermer en mars 2019, et ce malgré une bonne santé économique. Ce 27 octobre, les employés de cette usine, qui fabrique des glaces pour Nestlé, ont essayé de sensibiliser la population à leur situation.

Devant l'usine Nestlé-Froneri de Beauvais, des croix ont été plantées pour signer la mise à mort de l'établissement. Le 10 octobre, les 317 salariés ont appris, sans moindre signe avant coureur, la fermeture du site lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. Ici, c'est la surprise : l'usine beauvaisienne, qui fabrique des glaces pour Nestlé, se porte bien et le groupe Nestlé y réalise 2,5 milliards de chiffre d'affaires.

"Avec tout l'argent qu'ils se sont fait, c'est inadmissible de fermer l'usine. On a travaillé les samedis, travaillé jusqu'à 22 heures, pour montrer que l'usine fonctionnait. Et arrivés là... on nous apprend qu'elle va fermer."

... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... xQGxhFDPNw
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Divers luttes

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 23:12

Beauvais : les salariés de Froneri mettent la pression sur Nestlé France

Une centaine de salariés s’est rendue au siège social de Nestlé France à Noisiel pour manifester contre la fermeture de leur usine.

Ce mardi matin, deux bus sont partis de Beauvais pour rejoindre le siège de Nestlé France, à Noisiel (Seine-et-Marne). A bord, une centaine de salariés de Froneri (ex-Nestlé), déterminés à mettre la pression sur leur ancien employeur alors que le site oisien doit fermer le 1er mars 2019, avec à la clé 317 suppressions de postes.

... http://www.leparisien.fr/oise-60/beauva ... 931670.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Divers luttes

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 23:49

Itron – Reims : grève contre les licenciements

Les ouvriers d’Itron à Reims ont commencé jeudi 18 octobre une grève qui a duré une semaine. Les grévistes voulaient protester contre la fermeture de leur usine et la suppression de 125 emplois annoncée en juin dernier.

Le groupe multinational Itron, spécialisé dans la production de compteurs (eau et énergie), n’en est pas à son coup d’essai puisque l’an dernier un plan de suppression de 800 emplois avait été imposé par la direction, avec notamment la fermeture de l’usine d’Haguenau et la suppression de 68 emplois. Ces destructions d’emplois avaient permis de faire flamber le cours de l’action, qui avait doublé.

Itron ne connaît aucune difficulté financière et fait des centaines de millions d’euros de bénéfices mais avance le prétexte de coûts de production trop élevés et la nécessité de renforcer la profitabilité. Les choses sont claires ! Pour augmenter leurs profits, les patrons d’Itron ferment l’usine de Reims, pour mieux aller exploiter des travailleurs en Pologne. Ce sont des méthodes de rapaces, prêts à s’enrichir aux dépens des travailleurs, qu’ils soient français, polonais ou d’autres nationalités.

Pour beaucoup d’ouvriers, Itron avait préparé son mauvais coup depuis des mois, car la direction leur avait demandé de former des intérimaires, afin de continuer à produire en cas de grève.

Le carnet de commandes est plein à craquer jusqu’à la fermeture prévue mi-2020. Et, juste avant la grève, une centaine d’intérimaires étaient encore présents sur le site. Les ouvriers ont donc décidé de bloquer totalement celui-ci. En ne laissant ni entrer ni sortir des camions, ils veulent faire pression sur le groupe pour obtenir des primes supra-légales en matière de licenciement, ainsi que leur reclassement. D’autant plus qu’ils ne croient pas trop à la perspective d’un éventuel repreneur qui, comme c’est le cas bien souvent, pourrait fermer la boutique quelque temps après.

La rapacité des actionnaires n’a pas de limites autres que celles que peuvent leur mettre les travailleurs, en leur imposant d’assumer les frais de leurs décisions.


https://journal.lutte-ouvriere.org/2018 ... 14597.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Divers luttes

Messagede bipbip » 27 Déc 2018, 16:30

Blanchisserie Kalhyge - Colmar
Mobilisés contre les « salaires misérables »..

Les mesures annoncées par Macron pour calmer le mouvement des gilets jaunes sont bidons, les travailleurs de la blanchisserie Kalhyge de Colmar sont bien placés pour le savoir. Ils ont fait grève pendant 6 jours pour obtenir un 13ème mois ou "au moins la prime Macron", comme ils disaient. Cette "prime exceptionnelle", même défiscalisée et distribuée au bon vouloir des patrons, c'en était encore trop pour les patrons du groupe NEHS, propriétaire des blanchisseries et filiale des mutuelles MNH dont le chiffre d'affaire dépasse le milliard d'euros.

Des patrons qui ont très bien compris où le gouvernement voulait en venir : éviter avec ses mesures d'enfumage que les capitalistes ne passent à la caisse.

Leur lutte a quand-même permis aux travailleurs de Kalhyge d'obtenir deux jours de congé de plus, ainsi qu'une prime de 50€ mensuels. Comme le disaient des grévistes, la grève, "il n'y a plus que ça qui marche, c'est comme les gilets jaunes (...)". C'est on ne peut plus clair


https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 15903.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités