Luttes secteur santé public-privé

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 18 Oct 2018, 17:06

La maternité de Longjumeau en grève illimitée

Le personnel dénonce la suppression de postes au sein du pôle mère enfant du centre hospitalier. Les négociations menées auprès de la direction sont jugées insuffisantes.

« La direction parle d’argent, nous de qualité de soins », se désole Philippe Larquier, représentant du syndicat sud santé sociaux de l’Essonne. Après les infirmiers anesthésistes et de bloc opératoire en début d’année, infirmières, sages-femmes, auxiliaires de puériculture, aides-soignants ont tenu le piquet de grève ce mercredi devant le centre hospitalier de Longjumeau. Ils dénoncent la suppression de postes, touchant cinq personnes, au sein du pôle femme enfant de l’hôpital.

... http://www.leparisien.fr/essonne-91/la- ... 921413.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 21 Oct 2018, 18:38

Journée de mobilisation au CHRU de Nancy

Lundi 22 octobre 2018 à 10h le directeur de l’Agence Régionale de Santé (ARS) rencontrera les députés et sénateurs de Meurthe-et-Moselle pour aborder la situation de l’hôpital. Les syndicats appellent à la mobilisation pour faire pression.

Ils dénoncent le chantage du gouvernement qui exige entre 400 et 600 suppressions de postes en échange des 520 millions d’euros, déjà budgétés par l’Agence Régionale de Santé pour regrouper tous les services du CHRU sur le plateau de Brabois. Cette journée marquera la suite du mouvement commencé le 10 septembre dernier.

Mais, bien qu’appelant tous à se réunir devant l’ARS dès 9h30, les syndicats sont malheureusement une nouvelle fois divisés. D’un coté la CGT, FO et la CFTC ont déposé un préavis de grève afin de permettre à l’ensemble des agent·e·s hospitalier·e·s de venir.

De l’autre, la CFDT et l’UNSA qui se désolidarisent de cette initiative et préfèrent inviter les politiques, tous horizons confondus, tant que ceux-ci disent vouloir défendre le CHRU. Quand on sait qu’élection après élection, les élu·e·s de gauche comme de droite ont travaillé à détruire le service public, et que ces mêmes élu·e·s sont invité·e·s à l’intérieur des locaux de l’ARS au moment du rassemblement, on peut se demander quelle est la cohérence de ces deux syndicats.

Notons également que tout ceci prend place alors que les inspecteurs de l’IGAS (Inspection Générale Interministérielle du secteur Social) arpentent les couloirs du CHRU pour savoir si celui-ci est "sauvable" avec ses 400M€ de dette et son deficit de 290 millions d’euros. Ils rendront leur rapport à la fin du mois de novembre et le gouvernement prendra une décision au mois de février 2019.

Patient·e·s comme agent·e·s, nous ne sommes pas responsables de cette situation ! Rendons-nous tou·te·s devant l’ARS, 3, Boulevard Joffre à Nancy, lundi 22 octobre pour montrer à l’Etat et aux élu·e·s notre détermination !

https://manif-est.info/Journee-de-mobil ... y-776.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 22 Oct 2018, 18:30

Nancy suite

L’ARS redécorée par les agents du CHRU

Lundi 22 octobre 2018 à 10h le directeur de l’Agence Régionale de Santé (ARS) rencontrera les députés et sénateurs de Meurthe-et-Moselle pour aborder la situation de l’hôpital. Une centaine de personnes s’est réunie devant l’ARS pour réclamer de l’argent et des emplois afin de pouvoir faire fonctionner correctement le CHRU de Nancy.

... https://manif-est.info/Une-centaines-de ... s-783.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 23 Oct 2018, 16:51

Saint-Herblain Santé Atlantique : la grève des soignants prend fin

Après neuf jours de grève et une nouvelle mobilisation vendredi (photo), les soignants de la Polyclinique de l'Atlantique, de l'Institut de la main et de la clinique Saint-Augustin (Santé Atlantique Elsan) ont décidé d'arrêter la grève samedi 20 octobre au matin, au moment de la relève de la nuit. "Une majorité de nos revendications ont été concédées", expliquait, hier soir, l'intersyndicale CFDT/Sud, "mais sur les effectifs et les conditions de travail, rien n'est pérenne (...) Nous resterons vigilants sur l'avenir et notre slogan reste : un bien être au travail = le bien-être des patients"

... https://www.presseocean.fr/actualite/sa ... hkueVxG0iA
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 26 Oct 2018, 19:49

Saint-Brieuc. 9e jour de grève des assistants de régulation du Samu
Les agents de l’hôpital Yves-Le-Foll, à Saint-Brieuc, réclament des postes supplémentaires. Leur pétition a recueilli 2 600 signatures.
« Assistant de régulation du Samu 22 en grève ». Depuis le 15 octobre, une banderole est accrochée à la grille de l’hôpital Yves-Le-Foll, à Saint-Brieuc. Devant l’entrée principale, les agents de l’hôpital en grève font signer des pétitions aux visiteurs. « La population nous soutient. Notre pétition a reçu 2 600 signatures » explique une gréviste.
Ils réclament des postes supplémentaires (un la nuit et deux le jour), afin de répondre aux appels des malades dans des délais convenables. « L’effectif des ARM est insuffisant pour permettre à l’équipe de travailler dans des conditions acceptables et d’offrir une prise en charge de qualité pour la population », explique Régis Pineau, ARM et délégué de la CGT, qui accompagne ce mouvement de grève.
... https://www.ouest-france.fr/bretagne/sa ... nT9ieqY8OA

Urgences à Besançon : la grève va se poursuivre
Le mouvement au service des urgences du CHRU va se poursuivre. Si la direction a fait 63 propositions « à moyen et long terme », les personnels sont déçus par l’absence de réponses dans l’immédiat pour les effectifs.
... https://www.estrepublicain.fr/edition-d ... hGNK2msWyY
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede Pïérô » 28 Oct 2018, 13:44

Grève dans les cliniques ELSAN

Communiqué de Presse SUD Santé Sociaux Loire-Atlantique Grève dans les cliniques ELSAN

Depuis le 11 octobre 2018, soit 7 jours, une grande partie du personnel soignant de Santé Atlantique (polyclinique Nantes atlantique et clinique Saint-Augustin et Institut de la main) est en grève. Le syndicat SUD santé sociaux 44 soutient matériellement et juridiquement cette lutte plus que légitime.

Certes, les conditions d’accueil des patient-e-s sont impactées par le conflit. Mais justement, la première revendication des salarié-e-s est de soigner, accueillir, accompagner les patient-e-s dans la dignité et le respect des personnes.

La logique de rentabilité du groupe ELSAN, fond de gestion propriétaire de ces cliniques, nuit au bien collectif. Faire du profit sur la santé au détriment de la qualité des soins met en danger autant les patient-e-s que les soignant-e-s. La nouvelle organisation des services des cliniques du groupe préfère investir dans l’immobilier et la communication, au lieu de se concentrer sur l’essentiel : organisation correspondant aux besoins, personnels formés et placés vers leurs compétences propres, renfort d’emplois pérennes.

Dès le 2e jour de grève, le préfet à la demande de la Direction a ordonné la réquisition des salariés grévistes dans le cadre d’un service minimum, au nom de « la continuité du service public de santé ». Cette décision inadmissible est une atteinte au droit de grève des salariés du secteur privé. On est « service public de santé » quand ça arrange, pour écraser les salariés en grève et on faits des profits dès le lendemain.

Pendant ce temps, les salarié-es (infirmières, aides-soignantes, administratifs, etc…) poursuivent la grève, pour défendre les soins et leurs conditions de travail… l’un ne va pas sans l’autre. Si le Groupe ELSAN souhaite que le travail reprenne, la balle est dans son camp : plus d’emplois, mieux répartis et une remise à plat de l’organisation du travail.

Les grévistes aiment leurs métiers, souvent pénibles, mais fait avec l’implication de servir sans compter. Avec cette restructuration faite à la hache, la coupe est pleine !

Vous pouvez les soutenir sur l’adresse suivante :
https://www.leetchi.com/c/solidarite-pe ... atlantique

SUD santé sociaux 44 et SOLIDAIRES 44 militent pour l’accès aux soins et à la santé pour toutes et tous, de façon équitable, et qui permet aux soignant-e-s de travailler dignement, dans le respect du droit et de la préservation de la santé de toutes et tous, elles et eux y compris !


http://www.sudsantesociaux.org/visitez- ... o-qui.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22085
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 29 Oct 2018, 21:20

Deux agents hospitaliers de Vierzon entament une grève de la faim

Deux agents de l'hôpital de Vierzon ont décidé d'entamer une grève de la faim dimanche soir, soutenus par l’intersyndicale de l’établissement, en grève depuis le 11 juin dernier.

Deux agents hospitaliers de Vierzon ont décidé d'entamer une grève de la faim dimanche soir, soutenus par l’intersyndicale de l’établissement, en grève depuis le 11 juin dernier. « Ce n’est pas un geste de désespoir, mais une initiative de deux citoyens pour défendre leur hôpital », expliquent Pierre Macsay et Olivier.

À l’issue de la réunion des syndicats avec la directrice de l’Agence régionale de santé (ARS), Anne Bouygard, mercredi 24 octobre à Orléans (Loiret), l’ARS n’a pas pris l’engagement attendu par l'intersyndicale de « maintenir l’ensemble des services dans leur totalité, leurs capacités et dans leurs fonctions actuelles ». Elle l’a confirmé dans un courrier adressé aux syndicats vendredi dernier.

Les deux agents hospitaliers, dont l’un est membre de l’intersyndicale, ont donc décidé d’organiser cette grève de la faim. Les deux hommes se sont installés dans le camp gaulois au cœur de l’hôpital.

... https://www.leberry.fr/vierzon/sante/20 ... 9x2pKDOPWo
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 01 Nov 2018, 16:12

La lutte paie !


Samu 22. Les assistants de régulation médicale ont obtenu gain de cause

Depuis le 15 octobre, les Assistants de régulation médicale (ARM) du Samu 22 de l’hôpital Yves-Le Foll de Saint-Brieuc étaient en grève pour obtenir du personnel supplémentaire. Depuis plusieurs mois, ils dénonçaient, avec le syndicat CGT, des délais de prise en charge des appels 15 de plus en plus longs et une dégradation de leurs conditions de travail. Après plusieurs rencontres avec la direction, celle-ci a décidé d’accorder de façon pérenne la création d’un troisième poste de nuit, ainsi que le dégel de poste de jour.

... https://www.letelegramme.fr/cotes-darmo ... KDX8K6HcwA
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 22:02

Vierzon, la lutte paie !

l'ars a donné des garanties aux grévistes de la faim qui ont levé leur grève hier soir. L'intersyndicale reste vigilante de la suite la lutte n'est pas finie.
https://twitter.com/SVierzon

Santé. « La mobilisation a permis d’empêcher l’amputation »
L’hôpital de Vierzon (Cher) gardera sa maternité, sa pédiatrie et son service de chirurgie. L’agence régionale de santé a accepté qu’il poursuive ses activités.
Enfin des bonnes nouvelles. À l’issue d’un an de mobilisation de la population et des élus de Vierzon (Cher), de quatre mois et demi de grève du personnel et de l’amorce d’une grève de la faim de deux soignants, l’agence régionale de santé (ARS) a finalement consenti au maintien de la maternité, du service pédiatrique et de la chirurgie conventionnelle dont elle demandait la fermeture en raison de difficultés de recrutement de médecins. « Cela nous redonne confiance. Nous savons que nous pouvons faire bouger les choses. Nous avons réussi à empêcher l’amputation de notre hôpital, désormais nous allons parler de modernisation », commente l’un des ex-grévistes de la faim.
... https://www.humanite.fr/sante-la-mobili ... ion-663075
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 18 Nov 2018, 19:07

Grève des infirmières - pour défendre un système de santé de qualité

mardi 20 novembre 2018

Face aux grands défis du vieillissement de la population et de l'explosion des maladies chroniques auxquels est confronté notre système de santé, les infirmiers, toutes modalités d'exercice confondues, attendaient de la stratégie de transformation du système de santé des mesures structurelles susceptibles d'y répondre. La présentation du Plan Santé 2022 par le Président de la république, le 18 septembre dernier, a balayé tous leurs espoirs. En effet, la vision médico-centrée de ce plan ne donne aucun moyen aux infirmiers pourtant en première ligne pour relever ces défis. Face à ce mépris, considéré comme une incohérence pour le patient et notre système de santé, 13 organisations représentatives de la profession appellent à une mobilisation générale le mardi 20 novembre prochain. Unis derrière des revendications communes, les infirmiers rappelleront énergiquement à nos décideurs qu'il n'y aura pas de transformation du système de santé sans reconnaissance et valorisation équitable des acteurs de première ligne.
Des compétences sous exploitées

La raréfaction de la ressource médicale à l'hôpital et la désertification médicale en ville auraient dû conduire le gouvernement à privilégier une meilleure reconnaissance des compétences des 660 000 infirmiers. En réactualisant le décret d'actes et d'exercice de 2002. Que dire devant les réticences du ministère de la santé à réaliser la réingénierie du diplôme des infirmiers de bloc opératoire diplômés d'état (IBODE) et des infirmiers puériculteurs diplômés d'état (IPDE) qui traîne depuis 2009. Reconnue par l'attribution d'un grade master, l'expertise avancée des infirmiers anesthésistes n'a toujours pas abouti à l'attribution d'une reconnaissance et d'un exercice professionnel à la hauteur de leurs compétences notamment dans le cadre du virage ambulatoire, du pré- hospitalier et de la prise en charge de la douleur.

Au lieu de cela, la création de 4000 "assistants médicaux" apparaît à la profession infirmière comme une véritable provocation : un métier dont Emmanuel Macron a précisé lui-même qu'elle pourrait effectuer des actes médicaux simples (donc bien au-delà de la prise des constantes) ? La profession infirmière doit-elle accepter comme solde de tout compte la création des infirmières en pratiques avancées (IPA) dont les prérogatives promises ont été rognées par le corps médical quand parallèlement le gouvernement s'emploie à servir sur un plateau aux médecins généralistes des "secrétaires sanitarisées" payées par la collectivité ?

La raréfaction de la ressource médicale à l'hôpital et la désertification médicale en ville auraient dû conduire le gouvernement à privilégier une meilleure reconnaissance des compétences des 660 000 infirmiers.
Des réponses inadaptées

En 2018, avec un Objectif National des Dépenses d'Assurance Maladie (ONDAM) à 2,3%, l'hôpital a dû économiser 960 millions d'euros. Quelles économies supplémentaires seront demandées en 2019 avec un ONDAM à 2,5% ? Les 4000 "assistants médicaux", qui pourraient être des aides-soignants, coûteront 200 millions/an à la collectivité. Il aurait été plus cohérent de consacrer cet argent à créer des postes en EHPAD, lieu où les conditions de travail sont exécrables, plutôt que de présenter également cette mesure comme une possible évolution de carrière, pour ces professionnelles, dont un nombre infime profitera. L'objectif affiché pour ce nouveau métier est de gagner du temps médical, c'est-à-dire réduire encore le temps passé avec le patient, ce qui va à l'encontre du besoin d'écoute de nos citoyens.
Une cohérence équivoque

La diminution des durées moyennes de séjours à l'hôpital prônée par nos tutelles et voulue dans le cadre du "virage ambulatoire" devrait amener les décideurs à mettre en adéquation la nomenclature des actes infirmiers remboursés par l'assurance maladie avec les objectifs de ce "virage ambulatoire" et leurs réelles compétences. Bien que les infirmières libérales soient les dernières professionnelles de santé à se déplacer quotidiennement au domicile de leurs patients, qu'elles opèrent un maillage complet du territoire, leurs négociations conventionnelles avec l'assurance maladie se heurtent à des fins de non recevoir sur la valorisation de mesures qui sont pourtant essentielles à la réussite de ce "virage ambulatoire". (observance thérapeutique, chimiothérapie orale, consultations de suivi, bilan de soins infirmiers...). Où est la cohérence ?

Les 13 organisations représentatives de la profession demandent l'intégration de la profession dans un processus d'universitarisation allant de la licence au doctorat
Une constante : le manque de considération pour les piliers du système de santé

Depuis plusieurs années, s'il est une constante dans notre pays, c'est le manque total de considération pour les infirmiers qui se traduit souvent par une absence criante de concertation en amont de l'élaboration de ces plans.

les organisations signataires demandent instamment au gouvernement de prévoir dans le PLFSS des mesures qui ne répondent pas aux seules préoccupations des médecins mais également des infirmiers qui sont des acteurs incontournables du premier recours dans notre système de santé
face à la dégradation des conditions d'exercice des soignants, les organisations signataires demandent instamment au gouvernement l'attribution de fonds permettant aux établissements de soins la mise en place d'effectifs proportionnels aux charges de travail (charge de travail incluant la fonction tutorale/ encadrement), le remplacement de l'absentéisme ainsi que la gestion des postes aménagés ;
comme en 2016, elles demandent l'intégration de la profession dans un processus d'universitarisation allant de la licence au doctorat ;
elles demandent une reprise concrète de la réingénierie des spécialités afin d'apporter aux usagers du système la qualité des soins qu'ils sont en droit d'attendre ;
dans un contexte de désertification médicale, les organisations signataires demandent instamment au gouvernement d'accorder aux 120 000 infirmières libérales, les moyens et prérogatives nécessaires pour absorber un virage ambulatoire à la hauteur des ambitions affichées. Elles réclament l'inscription dans le champ conventionnel de mesures qui sont de nature à combattre l'engorgement des services d'urgences et qui favorisent le maintien à domicile des patients, conditions essentielles à la reprise de négociations conventionnelles sereines.

C'est dans ce contexte que nous appelons toutes les infirmiers de France, quels que soient leur modalité d'exercice, leur cadre de travail, toutes les organisations professionnelles et associations infirmières ainsi que les usagers à se mobiliser le 20 novembre 2018 pour défendre un système de santé de qualité, et soutenir la place essentielle des infirmières dans la stratégie de transformation du système de santé.

AFIDTN, ANPDE, CNI, Convergence Infirmière, FNI, ONSIL, SNIA, SNIBO, SNICS, SNIES-Unsa Education, SNIIL, SNPI CFE-CGC, Unaibode


Image

carte mobilisation https://paris.demosphere.net/rv/64931
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 27 Nov 2018, 18:41

Mouvement de grève victorieux dans un hôpital du Val d’Oise

Les grèves se poursuivent dans les hôpitaux psychiatriques, en proie aux restrictions budgétaires. Et certains de ces mouvement sociaux arrivent à obtenir les moyens nécessaires à la bonne prise en charge des patients. C’est ce qui s’est produit à l’hôpital psychiatrique Roger-Prévot de Moisselles (Val d’Oise). Le 6 novembre, les soignants de l’hôpital lançaient une grève, au moment de la visite de la Haute autorité de santé (HAS). En cause, comme à l’hôpital psychiatrique d’Amiens – où les soignants ont mené une grève de plusieurs mois –, comme pour celui de Rouen – 18 jours de grève de la faim avant l’été – ou du Havre : le manque de moyens humains.

A l’occasion de cette visite officielle, la « parole s’est libérée sur l’indignité des soins et de l’accueil, devant les experts, dont l’un d’entre eux a dit "qu’il n’était pas là pour nous écouter"... », raconte à Basta ! l’un des psychiatres de l’hôpital. La grève n’en a pas moins eu des effets. « Au terme de plusieurs assemblées générales, syndiqués et non syndiqués ont obtenu de la direction et de l’Agence régionale de santé la création de six postes d’infirmiers, de trois postes d’ouvriers techniques et l’ouverture de deux équipes d’hospitalisation à domicile en plus des moyens existants. Une victoire qui nous a surpris et ravi », se réjouit le praticien.

... https://www.bastamag.net/Mouvement-de-g ... Val-d-Oise
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 24 Déc 2018, 00:59

St Priest : les salarié·es de l’hôpital privé de l’Est Lyonnais en grève

Conditions de travail dégradées, salaires trop bas, manque de personnel, surcharge de tâches administratives figurent parmi les motifs de grogne des salariés de l’hôpital privé de l’Est Lyonnais. Soutenus par le syndicat CGT, plusieurs dizaines de salariés étaient rassemblés dès 6h devant les portes de l’établissement de Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon. Ils sont entre 30 et 40 à être en grève ce lundi 17 décembre. Ils réclament notamment des hausses de salaire ou encore le maintien des effectifs. Le mouvement a été reconduit pour la journée du 18 décembre, avec un risque de perturbations dans les blocs opératoires.

... https://rebellyon.info/St-Priest-les-sa ... ital-19977
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 27 Déc 2018, 16:22

Fin de la grève du Samu en Seine-Saint-Denis après la signature d'un protocole d'accord et le recrutement de 10,3 postes supplémentaires

L’AP-HP annonce également l'ouverture sur concours de 35 postes d'assistant régulateurs médicaux dés 2019.

La grève des personnels non-médicaux du Samu de Seine-Saint-Denis est terminée, annonce l'AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) lundi 24 décembre dans un communiqué transmis à franceinfo. Un protocole d’accord a été signé sur les propositions faites par la direction de l’AP-HP dans le cadre d’un financement complémentaire accordé par l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France (ARS). "La grève est levée ce lundi 24 décembre", se félicite l'AP-HP, qui "a fait de nouvelles propositions représentant le recrutement de 10,3 postes supplémentaires". Ces postes supplémentaires "vont être lancés immédiatement sans attendre. On espère que dans quelques semaines ils pourront rejoindre les équipes du Samu de Seine-Saint-Denis", a confirmé a franceinfo le directeur général de l’Agence régionale de santé d'Ile-de-France, Aurélien Rousseau.

... https://www.francetvinfo.fr/sante/hopit ... 15283.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes secteur santé public-privé

Messagede bipbip » 03 Jan 2019, 02:38

Le service néonatologie du CHU de Toulouse entame l’année par une grève illimitée

Pour combattre la casse des services publics, puéricultrices et auxiliaires de puériculture du service de néonatologie de l’Hôpital des enfants (CHU Toulouse) sont en grève depuis ce mardi 1er janvier 2019.

Depuis ce mardi 1er janvier 2019, le personnel soignant de néonatologie de l’Hôpital des enfants (CHU Toulouse) est en grève. D’abord « quelques heures par jour, puis des journées entières s’il le faut », tel que le souligne une infirmière. Les travailleurs tirent la sonnette d’alarme sur les dégradations des conditions des soignants et des usagers et pointent du doigt la baisse constante des effectifs et des moyens, alors même que les usagers sont de plus en plus nombreux. Depuis déjà quelques années les gouvernements successifs organisent la casse des services publics et cela se fait ressentir de plus en plus au niveau de la charge de travail pour les soignants de tous les services confondus.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Le-s ... -illimitee
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité