Révolte populaire, gilets jaunes

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 06 Déc 2018, 01:28

Saint-Nazaire. Gilets jaunes et rouges inventent des passerelles
Reportage. Malgré la méfiance, au cœur des assemblées générales, les gilets jaunes et les militants CGT de la zone portuaire ne s’ignorent plus. Rond-point de l’Aire-Bleue, 7h30. Les sourires se lisent sur les visages fatigués des gilets jaunes. Les camions entrent au ralenti sur le port industriel de Saint-Nazaire. Pas plus de trente par heure. L’opération de ce mardi est un succès. Pourtant, la veille, les mines étaient grises, après l’échec du blocage du port et du dépôt pétrolier. «Problème de coordination», «éparpillement», «mobilisation numériquement faible», ils n’ont tenu que quatre heures, avant que les CRS ne viennent les déloger. Réunis en assemblée générale dans l’ancien bâtiment de Pôle emploi transformé en QG et rebaptisé «Maison du peuple», les gilets jaunes font le point, à l’aube de leur troisième semaine de mobilisation. «J’avais vu le message, je suis allé chercher le bois pour le feu, mais quand je suis arrivé à 7 heures, personne. Puis j’ai appris que c’était finalement à 4 heures», raconte Jean-Claude. Résultat, «nous étions quinze au dépôt et une vingtaine au port», ajoute un autre gilet jaune. «En voulant aller à la raff (la raffinerie Total – Réd.), au port, on a un peu merdé aujourd’hui», résume son camarade de lutte. «Il faut qu’on s’organise», avoue Morgane, qui coordonne les actions.
... https://alencontre.org/europe/france/sa ... elles.html

« Bloquer PSA, c’est se faire massacrer. Voilà le monde dans lequel nous vivons »
Mulhouse. Gilets Jaunes et gilets rouges ont bloqué plastic Omnium, fournisseur de PSA
Mardi 4 décembre au soir, gilets jaunes et une délégation de gilets rouges de la CGT sont intervenus pour bloquer le site de Plastic Omnium, fournisseur de pot d’échappement du géant PSA. Le sous-traitant emploie des jeunes payés une misère et précaire à 1100 euros par mois. Une exploitation incroyable pour alimenter les profits du géant de l’automobile dont les bénéfices ont explosé ces dernières années.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Mulh ... eur-de-PSA

Décembre : le mouvement des gilets jaunes est à un tournant !
Scènes d’émeutes à Paris, affrontements avec la police à Tours, Toulouse, Marseille ou encore Avignon, préfecture en feu au Puy-en-Velay, des images impressionnantes tournent en boucle sur les chaînes d’information. Dans le même temps, le mouvement des gilets jaunes ne faiblit pas et se lance dans une structuration hésitante. Des « messagers » à la légitimité parfois contestée ont été nommés et une première liste de revendications à forte tonalité sociale émerge.
... https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-c ... t-12022698

Gilets jaunes acte IV : le comité Adama et l’Intergare appellent à une assemblée générale !
Après le cortège commun samedi dernier du collectif des cheminots de l’Intergare et du Comité Adama aux côtés de jeunes et d’étudiants, les deux collectifs appellent désormais à une assemblée générale pour s’organiser et préparer le quatrième acte !
Anasse Kazib, cheminot du collectif de l’Intergare et Assa Traoré du comité Vérité pour Adama ont ainsi publié une vidéo pour inviter toutes les personnes souhaitant discuter et préparer l’acte IV à s’y joindre. Un exemple de convergence exemplaire dans un moment où l’aspiration au tous ensemble se fait de plus en plus ressentir et où de nombreux secteurs rentrent dans la bataille au côté des gilets jaunes. Mais cette échéance, tout comme l’était le cortège du 24 novembre est aussi la démonstration de la nécessité qu’il y a à ce que le mouvement ouvrier s’unisse au mouvement contre la répression policière et contre toutes les formes d’oppression !
Alors rendez-vous jeudi 6 décembre à 19h à la Bourse du travail de Saint-Denis !
http://www.revolutionpermanente.fr/Gile ... e-generale

Communiqué de presse du Collectif National pour les Droits des Femmes
Beaucoup de femmes parmi les Gilets Jaunes :

« Pognon de dingue » pour les aides sociales, « je traverse la rue et je vous en trouve » (du travail), « les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien » : voilà la communication toute particulière d’Emmanuel Macron, Président de la République. La morgue, le mépris de classe, l’ironie mordante, dans les paroles mais aussi dans les actes : détricotage du code du travail, suppression de l’ISF, matraquage des retraité-e-s avec l’augmentation de la CSG, aucune progression du SMIC, etc.

Tout cela se paye un jour et nous y sommes : les Gilets Jaunes envahissent les rues, bloquent les ronds points, les autoroutes, se défient de tout le monde et ne se font pas rouler dans la farine par les belles paroles ronflantes du gouvernement. L’annonce de l’augmentation du gasoil a mis le feu aux poudres. Le gouvernement, qui ne voulait rien céder jusqu’aujourd’hui, se pare dans une pseudo vertu écologique. Celle là même qui a fait que Nicolas Hulot a quitté le gouvernement....

C’est une véritable révolte sociale qui se déroule à l’heure actuelle. L’extrême droite et la droite extrême essaient de se positionner en leaders de ce mouvement, sans grand succès pour l’instant. Méfiance évidemment, ces gens ont le vent en poupe en Europe.
Nous condamnons aussi fermement toute parole ou acte sexiste, raciste, lesbo-homophobe, anti immigré. Les immigré.e.s ne sont pas la cause des inégalités et de l’injustice fiscale.

Sur les barrages, dans les manifestations, dans les médias, les femmes sont très présentes. La précarité, les fins de mois difficiles, les temps partiels, les horaires atypiques, les inégalités salariales, les violences : elles connaissent. Ce sont elles qui souffrent le plus de la disparition des services publics : un hopital, une maternité, une classe d’école, qui ferment, une association de lutte contre les violences qui ne peut embaucher faute de moyens et elles devront encore plus jongler pour accoucher, pour se soigner ou soigner les autres, pour emmener les enfants à l’école, pour parler des dommages qu’elles ont subis .

Les revendications des femmes sont importantes pour le succés de ce mouvement. L’égalité salariale est une mesure qui devrait s’imposer. De la même façon que la lutte contre les temps partiels imposés qui privent les femmes de l’autonomie financière dont elles ont besoin. Les horaires atypiques érodent les volontés de travailler les plus farouches. Le Contrat à Durée Indéterminée devrait être la norme, pour les femmes comme pour les hommes. Une pension minimum égale au Smic mensuel pour toutes et tous est indispensable.
Face au casse tête que représente la garde des enfants, un service public de la petite enfance s’impose. De même pour les personnes en situation de dépendance que les femmes prennent en charge aussi.

Répondre positivement à ces revendications est ce qu’on attend d’une politique gouvernementale en faveur d’une grande cause nationale et c’est une urgence sociale. C’est aussi essentiel pour réellement changer la vie de toutes et tous !


http://www.collectifdroitsdesfemmes.org ... article505

Macron annule la hausse des taxes sur le carburant mais s'oppose à tout retour de l'ISF
Alors qu'un moratoire de six mois a été annoncé mardi par Édouard Philippe, Emmanuel Macron a finalement décidé mercredi d'annuler pour toute l'année 2019 l’augmentation des taxes sur le carburant, a confirmé l'Élysée à France 24.
... https://www.france24.com/fr/20181205-gi ... ron-france

Annonces gouvernementales : Cours Macron, cours !

Il aura fallu trois semaines au gouvernement pour sortir de son chapeau des « suspensions » de mises en place de nouvelles taxes suite à la mobilisation des gilets jaunes. Et que dire de ces suspensions sinon que les taxes qu’elles concernent s’appliqueront quand même, mais plus tard... Ce gouvernement croit-il réellement que cela va calmer la colère des centaines de milliers de personnes qui mettent en avant l’injustice sociale à laquelle elles sont confrontées ?

Un moratoire de six mois, le temps de consulter sur les territoires la future mise en application des taxes prévues. Gel, pendant l’hiver, des futures hausses d’électricité et de gaz prévues au premier semestre 2019. Un gel pendant l’hiver, c’est de l’humour climatique ? Le renoncement provisoire aux nouvelles modalités de contrôle technique des voitures. La mise en place d’un débat sur la fiscalité, avec des concertations locales, pendant quelques mois, histoire de bien noyer le poisson et de se gagner un délai. Et le retour de l’ISF ? ben non. Et la hausse des salaires ? ben rien. Et celles des pensions, des minima sociaux ? toujours rien... Dans le même temps les député.es En marche votaient lundi quelques dizaines de milliards de plus pour les entreprises. Ce gouvernement dispose d’un stock inépuisable de poudres de perlimpinpin... Edouard Philippe annonce ainsi aux député.es qu’il est hors de question de laisser filer la dette publique, alors que dans le même temps, l’Elysée dépense 500 000 € en rénovation de rideaux et moquettes !

Répondre ainsi aux attentes exprimées sur le niveau de vie, après des années d’austérité pour la majeure partie de la population, de destruction des services publics et donc de leur accès, de retard pris en matière de transition écologique revient à nier la colère exprimée ces dernières semaines comme ces dernières années. Cette colère demande la justice sociale, comme élément fondamental. Elle dit l’impossibilité de souffrir plus longtemps des privations imposées par l’avidité des plus riches. Qui peut croire que ce gouvernement s’en sortira en bottant ainsi en touche aussi grossièrement ?

Pour notre Union, le mouvement syndical doit agir pour faire grandir le rapport de force, avec toutes celles et tous ceux qui luttent, sur des revendications communes : pour des mesures de justice fiscale, pour augmenter le SMIC, les salaires et minima sociaux, en renonçant à la CSG pour les retraité.es, en développant des services publics au plus près des personnes et des emplois climatiques, en taxant le transport maritime et aérien, en revenant sur la réforme des lycées, la sélection pour les étranger.es et la hausse des frais d’inscription à l’entrée de l’université, le service universel, en renonçant à la réforme de l’assurance chômage, et celle des retraites dont tout le monde comprend bien qu’elle est un leurre d’égalité...

La période doit privilégier la convergence des mobilisations sur des bases de justice sociale. Pour faire plier ce gouvernement et changer les politiques mises en oeuvre, il s’agit de construire rapidement une journée de grève générale.


https://solidaires.org/Annonces-gouvern ... cron-cours

Macron et Philippe en appelle à « l’union sacrée » contre les gilets jaunes
Annulation de la hausse de la taxe du carburant pour 2019, consultation locale dans les prochains mois, les quelques « miettes » lâchées ne suffiront pas à apaiser la mobilisation des gilets jaunes et leur préparation de l’Acte IV. Et le gouvernement le sait. Sa nouvelle carte ? Assurer que « c’est la République qui est attaquée ». Et que les oppositions syndicales et politiques doivent se plier.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Macr ... ets-jaunes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 08 Déc 2018, 12:36

Nouvelles de l’arrière de la manif’ - la récupération peut-elle être éthique ?
Récit d’une ballade dans Paris avec la Fanfare Invisible et les gilets jaunes le 1er décembre, et quelques réflexions qui en découlent.
... https://paris-luttes.info/nouvelles-de- ... anif-11184

Non, la France n’a pas perdu sa Constitution
Une rumeur farfelue, mais évoquée par des militants « gilets jaunes », prétend que notre pays n’a plus de loi fondamentale depuis fin 2016.
« Tout le gouvernement est illégal car la France n’a plus de Constitution. » La rumeur, postulant que notre pays serait devenu, dans le plus grand secret, une dictature, circule depuis quelques mois sur les réseaux sociaux, et connaît une nouvelle vie au sein du mouvement des « gilets jaunes », dont certains distribuaient des tracts à ce sujet en Normandie, selon le récit d’un journaliste. On trouve également sur YouTube plusieurs vidéos affichant plus de deux cent mille partages et qui énoncent la même théorie.
... https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html

« Gilets jaunes » : « Constitution disparue » et complotisme débridé sur les réseaux sociaux
Derrière une théorie très partagée par les « gilets jaunes », qui postule que la Constitution a disparu depuis un an, se trouve Serge Petitdemange, septuagénaire youtubeur aux accents conspirationnistes.
... https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html

Eric Drouet et Maxime Nicolle EN PLEIN DELIRE COMPLOTISTE D EXTREME DROITE
Quand 2 leaders gilets jaunes, Eric Drouet et Maxime Nicolle, déjà amateurs de théories complotistes, relaient hier soir dans leur Facebook live une grossière fake news d'extrême droite sur le pacte de l'ONU.



"Chaos total", "remplacement des peuples" : trois questions sur le pacte de Marrakech, qui affole certains "gilets jaunes"
Le pacte de l'ONU sur les migrations, non-contraignant, doit être soumis à approbation lundi 10 et mardi 11 décembre à Marrakech (Maroc). Il est décrié par plusieurs "gilets jaunes", dont certains appellent au blocage pour empêcher sa ratification.
... https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... r=CS2-765-[twitter]-


COMMENT LES GILETS JAUNES RINGARDISENT LES SYNDICATS
Anasse Kazib travaille à la SNCF et est syndiqué chez Sud Rail. Au début plutôt méfiant, il a fini par rejoindre avec enthousiasme le mouvement des Gilets Jaunes. Il en parle avec Théophile Kouamouo.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 08 Déc 2018, 12:53

« Notre syndicat peut agir de façon indépendante », la CGT Lafarge appelle à manifester avec les gilets jaunes
Si la direction de la CGT continuer de tourner le dos aux gilets jaunes, la base entend bien imposer une convergence : la CGT Lafarge appelle ainsi à « rejoindre les “gilets jaunes” dans toutes les manifestations prévues en France samedi 8 décembre. »
... http://www.revolutionpermanente.fr/Notr ... les-gilets

La CGT Services Publics de Paris appelle aussi à converger avec les gilets jaunes ce samedi
Face au silence du bureau confédérale et de Philippe Martinez, une deuxième fédération CGT appelle à rejoindre les gilets jaunes dès ce samedi : la CGT services publics parisiens appellent ses adhérents à aller manifester pour exiger justice sociale, des recrutements dans la fonction publique, et le dégel du point d'indice pour la qualité des services publics.
... http://www.revolutionpermanente.fr/La-C ... -ce-samedi

Un syndicat de sapeurs-pompiers appelle à rejoindre les Gilets jaunes
Le syndicat autonome SPP/Pats de l’Isère a appelé les sapeurs-pompiers professionnels à participer au mouvement des Gilets jaunes lors de la prochaine journée d’action prévue samedi, a indiqué au Dauphiné Libéré l’un de ses représentants, Frédéric Bologna. «Cela correspond à une très forte demande des sapeurs-pompiers professionnels et nous y souscrivons. Mais pour être en phase avec le mouvement des Gilets jaunes, nous appelons à manifester sans bannière syndicale, quoiqu’en tenue », ajoute ce délégué syndical.
... https://www.ledauphine.com/isere-sud/20 ... UqB89FicCI

Confédération paysanne
Lettre ouverte à nos concitoyen-ne-s, avec ou sans gilet jaune

Nous paysannes et paysans de la Confédération paysanne défendons, dans le respect profond de la diversité de nos territoires et productions, l’urgence d’une justice sociale et environnementale au travers du projet d’agriculture paysanne. Et ce, au-delà des réflexes corporatistes. Certaines des revendications portées par le mouvement social des gilets jaunes trouvent un écho particulier pour les ruraux et les citoyens que nous sommes

Nous partageons pleinement les revendications sur le pouvoir d'achat et une juste répartition des richesses qui s'expriment partout dans le pays. Au quotidien, nous subissons l'inégal partage de la valeur produite dans les filières, confisquée par l'industrie agro-alimentaire et la grande distribution. Le revenu des paysans reste donc dramatiquement baset les écarts se creusent encore. La Confédération paysanne combat depuis toujours la mise en concurrence effrénée portée par les différents accords de libre-échange qui ruinent les solidarités collectives, entravent la transformation de notre modèle agricole et environnemental et empêchent le déploiement d'une alimentation de qualité accessible à toutes et tous.

L'accès à une alimentation de qualité n'est pas le seul sujet de convergence avec les préoccupations exprimées dans la rue depuis trois semaines. Les paysannes et paysans que nous sommes, vivons aussi, au quotidien, la désertification rurale et le désengagement orchestré des services publics : maternités, écoles, transports en commun, hôpitaux, agences postales... Désengagements qui rendent dépendant du « tout voiture ». La précarisation des petites communes rurales où nous vivons va à rebours des nécessités environnementales que le gouvernement prétend porter en signant des accords internationaux, qu'il s'empresse ensuite de mettre sous le tapis. La COP24 en est le triste reflet ! Ce double discours, les paysannes et paysans qui s'engagent ou souhaitent s'engager dans la transition de leur système de production en sont aussi victimes.

Aujourd'hui, le mépris du gouvernement génère de la violence et le rejet des acteurs de la démocratie représentative. Cela nous inquiète. Nous avons toujours défendu des politiques publiques fortes, pour accompagner la transition agricole et environnementale qu'exige l'urgence sociale et climatique. Jamais nous n'avons cru aux mesures coercitives qui stigmatisent, sans aucune assise structurante.

Depuis sa création, la Confédération paysanne s'inscrit résolument dans la société. Pour nous, il ne peut donc y avoir de solutions dans le repli sur soi mais dans la solidarité. Des Confédérations paysannes départementales ont rejoint ou vont rejoindre le mouvement des gilets jaunes. Ces points de convergence ne demandent qu'à grandir, au gré des rencontres et des débats sur nos territoires.

Le Secrétariat national de la Confédération paysanne

http://www.confederationpaysanne.fr/act ... UfAOkSG2oQ

Le syndicat Sud Rail appelle à laisser les gilets jaunes voyager gratuitement ce samedi
Les gilets jaunes reçoivent le soutien du 3e syndicat ferroviaire. Le syndicat de cheminots appelle aussi à manifester avec les gilets jaunes samedi 8 décembre partout en France.
Le syndicat SUD-Rail a déposé un préavis de grève reconductible pour le samedi 8 décembre. Il appelle à manifester samedi avec les "gilets jaunes" dans toute la France, le syndicat ferroviaire appelant aussi les cheminots à laisser les "gilets jaunes" voyager "gratuitement" dans les trains.
"Donnons la possibilité à l'ensemble des "gilets jaunes" de pouvoir emprunter gratuitement le réseau ferroviaire national qui est la propriété du peuple", écrit SUD-Rail dans son communiqué national. Le syndicat veut permettre aux gilets jaunes de pouvoir se rassembler et manifester, à Paris ou dans les régions.
... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... ceegw36pQU

Communiqué du groupe Un Autre Futur de la CGA: Gilets jaunes la convergence des luttes et la grève c’est possible!
Gilets jaunes, à Montpellier et ailleurs :
Face aux enfumages des politiques, la convergence des luttes et la grève, c’est possible maintenant !


Le gouvernement espérait passer en force et poursuivre son programme de démolition des acquis sociaux. C’est raté !

Le mouvement de colère entamé depuis plus de 3 semaines par les gilets jaunes ne faiblit pas, au contraire, il semble agréger d’autres pans de la société qui pourraient converger vers un mouvement social d’ampleur : lycéen-ne-es et étudiant-e-s, chômeurs et chômeuses, travailleurs et travailleuses syndiqué-e-s ou non, voir des fédérations syndicales entières (énergie, routiers), marche pour le climat…

Face à cela, l’État tente d’utiliser deux stratégies :

– La première est celle de la répression : 17 000 grenades lancées le week-end dernier, peines très lourdes prononcées à l’encontre de manifestants, appel des forces de l’ordre pour la mise en place de l’État d’urgence qui interdirait le droit à la manifestation !

– La deuxième est celle des « annonces », quelques misérables miettes – une vague consultation et l’abandon des taxes sur les carburants (sans rétablissement de l’ISF !) – sensées venir à bout de la colère.

Depuis une semaine, les fausses solutions politiques fleurissent de toute part : construction de la 6ème république, retour à la proportionnelle, grenelle des taxations, dissolution de l’Assemblée, etc. Tout cela n’accouchera d’aucun changement significatif.

Il y a aussi les fachos qui parcourent les lieux de blocage et de rassemblement. Ils n’y apportent que des discours de haine, racistes et xénophobes qui divisent ceux et celles qui ont les mêmes intérêts. N’oublions pas que ce sont les mêmes qui défendent un État fort et répressif dont les représentants seraient tout autant déconnectés de la base.

Quant aux politiciens, ils seront toujours du côté du pouvoir en place, ce ne sont pas les urnes qui ont permis d’avancer dans les luttes sociales mais la capacité des peuples à s’organiser pour tenter de rompre avec le système capitaliste.

Généralisons la colère, amplifions la paralysie économique, ancrons la contestation sur le terrain de classe en poussant à la grève sur nos lieux de travail.

Maintenant que la dynamique collective existe, que les gens discutent et veulent finalement se réapproprier leur vie – et pour une partie d’entre eux, sans avoir de représentant-e-s autoproclamé-e-s –, peut-être qu’il est temps de s’auto-organiser, de se coordonner davantage encore, en prenant des décisions collectives démocratiques à la base dans des vrais lieux et pas dissimulé-e-s derrière un écran d’ordinateur.

Pour un réel changement, l’élection de représentant-e-s qui finissent toujours par ne représenter qu’eux/elles-mêmes n’est pas une alternative. Par contre, assemblées générales, mandatement d’individus sur une tâche précise et limitée dans le temps avec obligation de rendre des comptes sont autant d’outils de la démocratie directe, permettant à tous et toutes de participer activement à la lutte et de la faire aboutir.

http://unautrefutur.org/gilets-jaunes-a ... j-tMoWJeeo
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 08 Déc 2018, 13:05

La honte !!

Déclaration des organisations syndicales CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA, et FSU

Les organisations syndicales CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA, et FSU se sont retrouvées ce jeudi 6 Décembre pour échanger sur l’actualité sociale.

Elles rappellent que, depuis des mois, face aux inégalités sociales et territoriales, elles ont réclamé des politiques publiques permettant de la justice sociale. Elles rappellent aussi que, depuis des mois, elles ont appelé le gouvernement à les écouter à travers un véritable dialogue social.

Aujourd’hui, dans un climat très dégradé, la mobilisation des gilets jaunes a permis l’expression d’une colère légitime. Le gouvernement, avec beaucoup de retard, a enfin ouvert les portes du dialogue.

Nos organisations s’y engageront, chacune avec ses propres revendications et propositions, en commun chaque fois que cela sera possible. Les sujets du pouvoir d’achat, des salaires, du logement, des transports, de la présence et de l’accessibilité des services publics, de la fiscalité doivent trouver enfin des débouchés concrets, créant les conditions sociales d’une transition écologique efficace parce que juste.

Le dialogue et l’écoute doivent retrouver leur place dans notre pays. C’est pourquoi nos organisations dénoncent toutes formes de violence dans l’expression des revendications.

La CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l’UNSA, la FSU appellent le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations. Cela suppose qu’elles soient larges, ouvertes et transparentes, au niveau national comme dans les territoires.

https://www.cfdt.fr/portail/presse/comm ... rv1_631623


Union syndicale Solidaires
Pour la justice sociale et l’urgence climatique - Soyons partout le 8 décembre

Macron et son gouvernement mènent une politique antisociale depuis son arrivée au pouvoir qui met dos à dos justice sociale et transition écologique. Il a ainsi crée les conditions de la révolte sociale. Il y répond par la violence d’état qui a entrainée des centaines de blessé.e.s et des morts.

La révolte sociale des gilets jaunes et les mobilisations climat, entamées en septembre, ont une origine commune : le système capitaliste, basé sur la recherche d’une croissance infinie au profit de quelques uns par l’exploitation à la fois des travailleurs-euses et des ressources naturelles. Avec la financiarisation de l’économie, ce système a donné les pleins pouvoirs à une minorité de privilégié-es et Macron en est un servile serviteur. Les mesures annoncées ne sont pas à la hauteur des enjeux et des exigences des gilets jaunes. Mais elles montrent les faiblesses du pouvoir face à une mobilisation déterminée et massivement soutenue par la population.

Des mesures claires et immédiates sont nécessaires pour répondent aux besoins sociaux et aux nécessités écologiques qui ne peuvent attendre.

Pour une autre répartition des richesses, l’augmentation des salaires est incontournable. Solidaires revendique un salaire minimum à 1700€ net ainsi que le relèvement des minima sociaux, une augmentation immédiate de 400€ pour tous-tes, aucun revenu en-dessous du seuil de pauvreté et le retrait de la hausse de la CSG sur les retraites.
Pour la justice fiscale, la baisse des taxes sur les carburants, l’abandon de la flat taxe et le rétablissement de l’ISF qui profitent au plus riches, l’abandon des mesures sur les CICE qui ne sert pas l’emploi mais remplissent les poches des actionnaires (plus de 60 Mds€ reversés depuis son lancement en 2014), la taxation du transport aérien et maritime jusque-là exonéré à 100%
Pour l’urgence climatique, faire du financement de la rénovation des logements une priorité notamment pour le logement social.

Les citoyennes et les citoyens, les associations, les syndicats, convaincus de la nécessité d’une transformation sociale et écologique de la société doivent s’allier aujourd’hui. C’est la première condition pour élargir le rapport de force et imposer au pouvoir en place cette transformation radicale basée sur la justice sociale et écologique.

Nous avons besoin d’une transformation en profondeur de la société, l’Union syndicale Solidaires revendique :

Une réforme fiscale tournée vers l’intérêt général ayant pour objectif le financement de la transformation sociale et écologique. Pour cela l’argent ne manque pas : l’évasion et la fraude fiscale, 60 à 100Mds€ par an ; l’abandon de l’ISF et de la flat tax, 4mMds € chacun ; CICE, 21 Mds€ en 2018 et voté pour 2019, 40Mds€ au profit des entreprises et reverser majoritairement aux actionnaires au détriment de l’emploi…
Le renforcement et le développement de transports collectifs urbains, péri-urbains et ruraux qui privilégient le ferroviaire.
Une nouvelle organisation des services publics, basée sur la proximité qui leur permet de remplir leurs missions aux services de la population dans les territoires ruraux comme dans les quartiers populaires.
Une politique publique d’aménagement du territoire axée sur le développement d’emplois locaux non délocalisables en particulier dans les secteurs du commerce de proximité, du tissu industriel local et de l’agriculture paysanne.
Pour l’égalité des droits pour toutes et tous au travail et dans la société en général.
Pour de vraies mesures contre les discriminations, aucun.e travailleur.euse n’est illégal.e.
Une baisse significative du temps de travail qui participer à la résorption du chômage et à libérer du temps libre pour le vivre ensemble et la participation à l’organisation collective de la transformation de la société.

Le 8 décembre, dans plus de 140 villes sonnera l’alarme climatique au moment où se déroule la CoP 24 en Pologne.

L’Union syndicale Solidaires appelle à participer massivement et porter :
- l’exigence de justice sociale et écologique
- la nécessité de faire converger alarme climatique et alarme sociale.

L’Union syndicale Solidaires appelle, dans les entreprises et les administrations, à élargir le rapport de force engagé par les mobilisations des gilets jaunes, marquées en particulier par les blocages économiques.

Pour cela, Solidaires appelle à la grève dès le 8 décembre dans le secteur privé, a déposé un préavis de grève à partir du 10 décembre dans le public et met à disposition son outil syndical partout où cela sera utile.


https://solidaires.org/Pour-la-justice- ... 8-decembre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede Pïérô » 08 Déc 2018, 20:47

Tours et 37

Au moins 8000, sans doute autour de 10000, pas de flic sur le trajet et manifestation sans problèmes.
vidéo sur une rue qui n’est pas un grand axe, ça passe pendant 10 minutes :
https://www.facebook.com/jer.sparo.902/ ... k4NzgwNjQ/
Ce sont les GJ qui ont piloté la rencontre avec manif climat au centre ville (environ 700 personnes). Vidéo https://www.facebook.com/antoine.santer ... 212731578/

A partir de 17h la préfecture a décidé qu’il fallait rentrer à la maison, et à nouveau Tours sous les gazs et les grenades.

Des discussions autour de la question de la grève comme un prolongement indispensable, qu’il faut lancer sans les syndicats. On était forts aussi de dire que par contre Solidaires appelait, et que ce n’est pas un syndicat comme les autres.
Ce nombre inespéré de personnes nous laisse penser que tout le monde est en train de se dire que c’est maintenant qu’il faut y aller, et que sinon on sera foutu pour longtemps.
On participe à organiser une grande AG dans les jours qui viennent (recherche de salle, etc...)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede abel chemoul » 09 Déc 2018, 18:32

tours: une sardine bouche l'accès à la place Jean Jaures....

2000 pas 8000 ... grotesque de gonfler les chiffres comme ça, ça mettrait cette manif au niveau des plus hautes depuis 10 ans.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 678
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede JPD » 10 Déc 2018, 09:18

Projet4.pdf
(112.39 Kio) Téléchargé 33 fois
tract - copie.pdf
(68.35 Kio) Téléchargé 31 fois
Tracts distribués à Poitiers
JPD
 
Messages: 334
Enregistré le: 30 Avr 2009, 04:20

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede Pïérô » 10 Déc 2018, 13:12

abel chemoul a écrit:tours: une sardine bouche l'accès à la place Jean Jaures....

2000 pas 8000 ... grotesque de gonfler les chiffres comme ça, ça mettrait cette manif au niveau des plus hautes depuis 10 ans.

C'est une évaluation de plusieurs personnes (fiables et habituées à ce type d'évaluation) au niveau avenue André Malraux quand la manif a repris rue nationale, et qu’il restait encore du monde rue Lavoisier, bref au milieu de l'avenue on ne voyait pas les bouts, ni devant ni derrière. 2000, c’est ce que dit le journal la NR, tu n’es pas loin du nombre annoncé par la préfecture. Tu n’y étais pas vraisemblablement. Il y avait moins de 2000 au départ, puis on était vers 4000 ou plus aux Halles, puis il y en avait beaucoup place Jean Jaures, le nombre a augmenté peu à peu, et 8000 c'est sur, autour de 10000 c'est ce qui s'est dit. Alors effectivement on a pas vu cela depuis la lutte contre la réforme des retraites de 2010.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede digger » 10 Déc 2018, 16:58

tours: une sardine bouche l'accès à la place Jean Jaures.

Un signe de plus du réchauffement climatique et de la montée des océans. :peur:
digger
 
Messages: 2068
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede abel chemoul » 10 Déc 2018, 17:06

Pïérô a écrit:Tu n’y étais pas vraisemblablement.

si et je t'ai serré la main pour te dire bonjour place Jean Jaures... j'ai aussi vu la manif de la passerelle des Tanneurs, à d'autres points, etc, ça n'a rien à voir avec l'ampleur de 2010.
Pour rappel, en 2010, 10 000 personnes, tu remplis tout l'espace de la rue des Tanneurs entre ponts Wilson et Napoléon, les 2 ponts inclus; là tu remplis la moitié de la rue des Tanneurs, seule, soit 1/4 de manif en "linéaire". Faut pas te laisser emporter par les joies du mouvement populaire!

il faudra aussi se poser la question de la sociologie de ces manifs. A taille de département comparable, La Sarthe est bien plus mobilisée que la Touraine, bien plus en phase avec les revendications initiales (département rural, petite classe moyenne), et il y a eu seulement 1000 manifestants au Mans alors que traditionnellement c'est l'inverse, les manifs sociales sont plus massives au Mans, ancienne ville rouge. Vu la composition d'une partie de la manif tourangelle, on peut se demander si c'est encore une manif Gilets jaunes ou une manif de gauche de protestation globale contre Macron.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 678
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede Fred1 » 10 Déc 2018, 23:06

Pardon de vous interompre chevalier et Laspalès dans le sketch. Tu passe par bonville pour allez aux sole mure à bovin toi? En bref on à poser un préavis de grève pour vendredi. Pour ma part sans être syndiquer, se qui étonnera pas. C'est un mouvements bon? :oops sur les retour que j'ai eu sur la manif de Paris samedi, énormément de blaisser comme quoi, les média qui donne des leçons aux répression du Venezuela, alors que en France les autorités valent pas mieux. :violon:
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 132
Enregistré le: 14 Déc 2015, 16:04

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 11 Déc 2018, 15:32

#GILETSJAUNES 8 décembre, le tour de France
https://lundi.am/GILETSJAUNES-8-decembr ... -de-France

Les Gilets jaunes à Paris : « On ne cédera pas à la peur ! »
Samedi 8 décembre, l’acte 4 des Gilets jaunes s’est heurté à un dispositif policier d’une ampleur inédite. A Paris, toute la journée, barrages, fouilles, charges des gendarmes ont entravé les manifestations. Gilets jaunes, étudiants, et collectifs des quartiers populaires sont pourtant parvenus à marcher ensemble, dans un nuage de lacrymos.
Paris, reportage
... https://reporterre.net/Les-Gilets-jaune ... -a-la-peur

France-débat. «Le salaire, la dignité, la démocratie»
Par Vincent Présumey et deux récits
https://alencontre.org/europe/france/fr ... ratie.html

Les Gilets jaunes sur le site trébéen de Monsanto
Nouvelle action ce lundi matin des Gilets jaunes. Un groupe d'une trentaine de manifestants de «Carcassonne se réveille» s'est rassemblé dès 5 heures pour bloquer l'accès de l'usine Monsanto de Trèbes aux camions. En début de matinée, une vingtaine de poids-lourds avaient ainsi dû faire demi-tour.
... https://www.ladepeche.fr/article/2018/1 ... santo.html

Police. « Il y a la volonté que les collègues se lâchent »
Le mouvement des gilets jaunes ébranle les forces de police. Certains fonctionnaires, comme Martin, CRS, ont décidé de se mettre en arrêt maladie pour ne plus se sentir du mauvais côté de la barricade.
... https://www.humanite.fr/il-y-la-volonte ... ugOARFb9Ik

"Gilets jaunes", à l'étranger on manifeste aussi
Le mouvement des "gilets jaunes" a essaimé en Wallonie, dans le sud francophone de la Belgique, et jusqu'aux Pays-Bas où les manifestations se sont déroulées ce samedi.
... https://www.franceinter.fr/monde/gilets ... este-aussi

Qu’est-ce que le référendum d’initiative citoyenne demandé par des « gilets jaunes » ?
La consultation du peuple fait partie des revendications largement partagées sur Facebook et reprises par plusieurs responsables politiques.
De la baisse des taxes sur les carburants à la démission d’Emmanuel Macron, en passant par le refus du pacte sur les migrations, les revendications sont variées parmi les « gilets jaunes », et reflètent la diversité du mouvement. Mais une proposition semble avoir la faveur de nombreux groupes : le référendum d’initiative populaire ou citoyenne, présenté comme la solution pour redonner la parole au peuple.
... https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... ErAtZllsVA

LÉGITIME COLÈRE !

L’actualité sociale est marquée par la révolte de nombreux habitants rassemblés sur l’étincelle des augmentations de taxes qui, face au blocage de la situation, expriment très souvent leur refus d’injustices et d’abandons organisés par le modèle dominant.
On ferme les services publics de proximité, dont les urgences et les SMUR, les maternités, les services de chirurgie, les labos…, on réduit les transports publics (suppressions de lignes ferroviaires, de guichets, du fret, des trains de nuit…) et donc on pousse les habitants à utiliser encore plus les voitures : risques accrus, perte de temps, coûts économiques et écologiques… et en plus ils paient de plus en plus de contraventions et de taxes…
Nos comités partagent la révolte contre l’étranglement des territoires par les intérêts financiers, les politiques de concentration et le démantèlement des services publics, créant de l’injustice, abandonnant des millions d’habitants qui perdent les moyens d’accéder rapidement aux services de soins et médecins.
De plus, ces restructurations et concentrations affectent les coûts financiers et environnementaux des transports de toutes sortes : secours, ambulances, hélicoptères, déplacements des familles…
Les exonérations des cotisations patronales fragilisent la Sécurité Sociale. Le choix des augmentations de taxes, au lieu des prélèvements fiscaux indexés sur les richesses, aboutit à l’appauvrissement d’une grande majorité.
Le mouvement des « gilets jaunes » porte en fait principalement sur le niveau de vie, les bas salaires… Beaucoup d’entre eux, par exemple, ne peuvent plus se payer de complémentaire santé.
Nos comités demandent :
– Le maintien des hôpitaux, maternités et EHPAD publics et les moyens de leur fonctionnement
– Le maintien d’un bon réseau de transports publics à faible coût
– La redistribution des 14 milliards d’excédents de la Sécurité Sociale en 2018 pour les hôpitaux, maternités, EHPAD publics, pour la politique familiales et les retraites.
– La prise en charge de la santé à 100% par la Sécurité Sociale, de la prévention à la perte d’autonomie en passant par le soin.

http://coordination-defense-sante.org/2 ... nationale/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 11 Déc 2018, 16:38

« Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes »
Un collectif de chercheurs présente, dans une tribune au « Monde », les premiers résultats d’une étude détaillée qui s’appuie sur 166 questionnaires distribués sur des ronds-points et lors de manifestations.
... https://www.lemonde.fr/idees/article/20 ... _3232.html

Les Gilets Jaunes de St Nazaire et leur Maison du Peuple [Reportage Vidéo]

Depuis que les gilets jaunes ont fait irruption le 17 novembre, il y a les grands samedi à la capitale et les blocages de la semaine en province, les rond-points occuppés, les autoroutes libérées de leurs péages. À Saint Nazaire, c’est le port autonome que les gilets jaunes bloquent quasi quotidiennement, les quelques rond-points d’accès sont désormais habités nuit et jour.
La particularité de ce qu’il se passe à St Nazaire, c’est qu’ils ont désormais un espace d’organisation et de vie qui leur permet de se coordonner et d’imaginer la suite, une Maison du Peuple.
Nous avons reçu un récit d’un lecteur de lundimatin qui nous raconte deux jours passés sur place ainsi qu’une vidéo dans laquelle les nazairiens prennent le temps d’expliquer comment ils ont pris leur lieu, comment ils s’organisent pour les blocages, et aussi ce qui les tient et qui leur permet d’affirmer qu’ils iront jusqu’au bout.



https://lundi.am/Les-Gilets-Jaunes-de-S ... -du-Peuple

Sur les ronds-points, les Gilets jaunes refont la démocratie
Comment les Gilets jaunes vivent-ils le quotidien de leur lutte ? Comment s’organisent-ils ? Comment décident-ils ? Reportages en Meuse et dans l’Hérault.
Commercy (Meuse) et Montpellier (Hérault), reportages
... https://reporterre.net/Sur-les-ronds-po ... democratie

Les Gilets jaunes et les éléments pré-révolutionnaires de la situation
Depuis le 17 novembre la situation française a changé de façon abrupte. A l’origine de cela, l’irruption spontanée, comme rarement on avait pu le voir auparavant, d’une frange considérable des masses.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Les- ... -situation

Les «gilets jaunes»: un soulèvement populaire contre l’acte II de l’offensive néolibérale
Par Alain Bihr
De nombreux observateurs du mouvement des « gilets jaunes » se sont étonnés de voir ces derniers concentrer leurs critiques et leurs revendications sur le gouvernement, en ciblant en particulier sa politique fiscale et plus largement sa gestion des finances publiques, en omettant de s’en prendre au patronat qui porte, bien évidemment, une lourde responsabilité dans la dégradation de leur pouvoir d’achat et, plus largement, de leurs conditions d’existence dont ils se plaignent. Certains, notamment au sein des organisations syndicales, ont même tiré argument de cette omission et de cette incohérence pour dénoncer le mouvement comme typiquement «poujadiste», «consumériste» ou «citoyenniste», remettre en question sa nature de classe et refuser par conséquent de le rejoindre et de le soutenir. Pour répondre à ces critiques, un petit détour théorique s’impose.
... http://alencontre.org/europe/france/les ... erale.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede bipbip » 11 Déc 2018, 17:15

Hausse du SMIC… l’arnaque de Macron

Lors de son intervention télévisée hier soir le Président de la République a annoncé que « le salaire d’un salarié au SMIC augmentera au total de 100 euros par mois, sans qu’il en coûte un euro de plus à l’employeur ».

Cette formulation volontairement trompeuse qui pourrait laissé croire que le montant du SMIC mensuel net allait être revalorisé de 100 euros à partir du 1er janvier 2019 cache une réalité toute autre.

Le SMIC en tant que tel ne bénéficiera d’aucun « coup de pouce » - il sera uniquement revalorisé du montant de la hausse légale automatique déjà prévue (1,8%, soit 20€ environ) - et c’est un resserrement du calendrier de hausse de la prime d’activité (mesure déjà prévue avant les mobilisations actuelles) qui permettra d’atteindre le montant de 100€ annoncé. La prime d’activité est une prestation sociale financée par tous les contribuables (coût zéro pour les entreprises) et elle ne sera revalorisée que de 0,3% en 2019 et 2020...

Rappelons que contrairement aux augmentations de salaire, les montants de ce type de prime, non soumise aux cotisations sociales, ne sont pas pris en compte dans le calcul du niveau de retraite.

Comme sur d’autres aspects que le SMIC, les seules « réponses » de Macron à la souffrance sociale se limitent donc à de la poudre aux yeux et à des miettes.

Constat sans surprise qui confirme si besoin était qu’il faut amplifier et faire converger les mobilisations actuelles pour la justice sociale et fiscale. C’est à quoi notre Union syndicale s’emploie en soutenant les mobilisations de la jeunesse, en appelant à faire du vendredi 14 décembre une journée de grève interprofessionnelle et à rejoindre le samedi 15 décembre les mobilisations des Gilets Jaunes.

https://solidaires.org/Hausse-du-SMIC-l ... -de-Macron


Le Président parle, la colère et les revendications des retraité.e.s restent

Image

https://solidaires.org/Le-President-par ... -s-restent
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

Messagede Pïérô » 11 Déc 2018, 21:05

Lettre à celles et ceux « qui ne sont rien », depuis le Chiapas rebelle

« Ami.e.s gilets jaunes, vous avez déjà écrit une page glorieuse de l’histoire de votre pays »

Que depuis le Chiapas, au Mexique, le soulèvement qui a lieu actuellement en France puisse recevoir un soutien enthousiaste, ne saurait pas nous étonner.

Depuis 1994, les insurgés chiapanèques, des femmes et des hommes indiens tiennent tête à l’État mexicain, à son armée, ses polices et son oligarchie véreuse. Depuis 25 ans cette expérience d’autonomie politique, d’auto-organisation populaire qui rayonne sur le monde nous apprend que se soulever est le préambule au surgissement d’autres mondes de solidarité, de coopération, d’entraide et de rapports harmonieux avec la nature. Le refus du règne de l’économie et des pièges de la représentation politique. Tout cela pourrait résonner avec les nouvelles luttes qui surgissent de façon explosive en France.

Voilà ce que le soulèvement en cours a déjà démontré : celles et ceux qui ne sont rien ont su réaffirmer leur dignité et, par la même occasion, leur liberté et leur intelligence collective. Et surtout, ils savent désormais – nous savons désormais que nous préférons n’être rien aux yeux d’un Macron plutôt que de réussir dans son monde cynique et hors-sol. Voilà bien ce qui pourrait arriver de plus merveilleux : que plus personne ne veuille réussir dans ce monde-là et, par la même occasion, que plus personne ne veuille de ce monde-là.

On l’entend partout ces jours-ci : c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Et là où beaucoup s’affligeaient de ne voir que le marécage stagnant d’une majorité dite silencieuse et passive ont surgi mille torrents impétueux et imprévisibles, qui sortent de leur cours, ouvrent des voies inimaginables il y a un mois encore, renversent tout sur leur passage et, malgré quelques dévoiements initiaux, démontrent une maturité et une intelligence collective impressionnantes. C’est la force du peuple lorsqu’il se soulève, lorsqu’il reprend sa liberté. C’est une force extraordinaire et ce n’est pas pour rien que l’on invoque tant 1789, mais aussi 1793 et les sans-culottes. Ami.e.s gilets jaunes, vous avez déjà écrit une page glorieuse de l’histoire de notre pays. Et vous avez déjà démentis tous les pronostics d’une sociologie compassée sur le conformisme et l’aliénation du grand nombre.

Mais qu’est-ce donc que ce « peuple » qui, d’un coup, se réveille et se met à exister ? Rarement comme aujourd’hui le mot aura paru aussi juste, même à ceux d’entre nous qui pourraient le juger périmé, parce qu’il a trop souvent servi à capturer la souveraineté au profit du Pouvoir d’en-haut, et qu’il peut aujourd’hui faire le jeu des populismes de droite ou de gauche. Quoi qu’il en soit, dans le moment que nous vivons, c’est Macron lui-même qui a redonné au peuple à la fois son existence et sa plus juste définition. Le peuple qui se soulève aujourd’hui et qui est bien décidé à ne plus s’en laisser compter, c’est toutes celles et tous ceux qui, dans l’esprit dérangé des élites qui prétendent nous gouverner, ne sont rien. Cette arrogance et ce mépris de classe, on l’a dit mille fois déjà, sont l’une des raisons les plus fortes pour lesquelles Macron, hier adulé par certains, est aujourd’hui si profondément haï.

Voilà ce que le soulèvement en cours a déjà démontré : celles et ceux qui ne sont rien ont su réaffirmer leur dignité et, par la même occasion, leur liberté et leur intelligence collective. Et surtout, ils savent désormais – nous savons désormais que nous préférons n’être rien aux yeux d’un Macron plutôt que de réussir dans son monde cynique et hors-sol. Voilà bien ce qui pourrait arriver de plus merveilleux : que plus personne ne veuille réussir dans ce monde-là et, par la même occasion, que plus personne ne veuille de ce monde-là. Ce monde où, pour que quelques uns réussissent, il faut que des millions ne soient rien, rien que des populations à gérer, des surplus qu’on balade au gré des indices économiques, des déchets que l’on jette après les avoir pressé jusqu’à la moelle. Ce monde où la folie de l’Économie toute-puissante et l’exigence de profit sans limite aboutissent à un productivisme compulsif et dévastateur, c’est celui qui – il faut le dire aussi – nous conduit vers des hausses des températures continentales de 4 à 6 degrés, avec des effets absolument terribles dont les signes actuels du dérèglement climatique, pour sérieux qu’ils soient déjà, ne sauraient nous donner une idée juste et que nos enfants et petits-enfants auront à subir. Si ce n’est pas là l’urgence qui nous soulève aujourd’hui, c’est celle qui nous soulèvera demain si le mouvement actuel échoue à changer profondément les choses.

Parmi les autres détonateurs du soulèvement en cours, il y a l’injustice, fiscale d’abord et désormais plus largement sociale, qui est ressentie comme intolérable. Bien sûr, l’accentuation vertigineuse des inégalités résulte des politiques néolibérales menées depuis des décennies, mais jusque-là on avait toléré, accepté. Maintenant, non. Trop c’est trop. Et quand on commence à ne plus accepter l’inacceptable, on ne peut pas s’arrêter à mi-chemin... Mais, ici, il faut ajouter la chose suivante : Macron, notre pauvre Ju-par-terre, il fait juste son job. Il veut juste être le premier de la classe dans un système où les Etats sont subordonnés aux marchés financiers et où la seule façon pour un gouvernement de s’en sortir un peu moins mal que ses voisins est d’attirer davantage de capitaux. Alors, il faut faire le tapin, racoler en montrant ses plus beaux avantages fiscaux, balancer aux orties toutes les protections sociales, promettre aux investisseurs la main d’œuvre la plus consentante et le meilleur profit possible. C’est ce qui explique les cadeaux faits aux plus riches et aux grandes entreprises (bien plus que la fameuse théorie du ruissellement qui prend l’eau de toutes parts). La politique de Macron, et qu’un autre mènerait à sa place, est donc l’effet d’un système-monde dominé par la force de l’argent, l’exigence de rentabilité et de performance et la logique productiviste qui en découle. Ce que nous devons abattre va au-delà du petit Macron, tout cul par terre qu’il soit. Qu’il parte ne sera qu’un (très bon) début.

La puissance du soulèvement actuel tient également au refus de la représentation dont il a fait preuve jusqu’à présent. A son refus d’être représenté. A son refus de toute récupération politicienne. A sa conscience que la démocratie représentative est devenue une farce, qui consiste à choisir soi-même ceux qui vous trompent et vous méprisent, à se faire déposséder d’une capacité individuelle et collective dont on découvre maintenant qu’on peut la reprendre. Maintenir cette attitude avec fermeté, face à toutes les manœuvres déjà en cours, sera un rude défi. Mais pour l’heure, les appels à une démocratie véritable se multiplient : en clair, le pouvoir au peuple, pour le peuple, par le peuple. Les initiatives fleurissent partout : appel à former des comités populaires, avec leurs assemblées régulières, à construire des maisons du peuple sur les places publiques pour débattre mais surtout pour s’organiser concrètement. On parle de destitution. On parle de sécession. On parle de communes libres. On souligne qu’il ne faudra surtout pas, une fois Macron parti, le remplacer par un autre, puisqu’il s’agit de reprendre en main, par nous-mêmes, l’organisation de nos vies. On parle de s’inspirer de la cité athénienne, de la Commune de Paris, du Chiapas et du Rojava.

Et c’est pourquoi j’écris cette lettre, depuis le Chiapas. Parce qu’ici, au sud du Mexique, la rébellion fleurit depuis 25 ans. Il y a 25 ans, le 1er janvier 1994, les indiens mayas zapatistes, ceux qui n’étaient rien, les plus petits, les invisibles de toujours, ceux qui ont dû se couvrir le visage pour qu’on les voit enfin, se sont soulevés au cri de « YA BASTA ! ». « Ça suffit ! » aux politiques néolibérales et au Traité de Libre Commerce d’Amérique du Nord qui entrait en vigueur ce jour-là ; « ça suffit » au pouvoir tyrannique qui s’imposait au peuple depuis 70 ans ; « ça suffit » à cinq siècles de racisme, de mépris et d’oppression coloniale. Pendant un temps, les zapatistes ont négocié avec le gouvernement mexicain et ont même obtenu la signature d’un accord en 1996 ; mais les gouvernements successifs ne l’ont jamais mis en pratique. Alors, les zapatistes ont décidé de mettre en œuvre par eux-mêmes leur aspiration à l’autonomie, qui n’est pas du tout une manière de se séparer d’un pays qui est le leur, mais une sécession par rapport à une certaine forme d’organisation politique et institutionnelle. Ce qu’ils ont mis en place, c’est précisément un véritable gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Un auto-gouvernement des gens ordinaires, impliquant une dé-spécialisation de la politique. Ils ont formés leurs propres instances de gouvernement et leur assemblées, au niveau des communes libres mais aussi au niveau des régions. Leurs propres instances de justice qui résolvent les problèmes par la médiation. Leurs propres écoles et leurs propres centres de soin, dont ils ont entièrement repensé le mode de fonctionnement.

Et ils le font non pas pour répondre aux nécessités d’un système national et mondial fondé sur le profit et le pouvoir de quelques-uns. Ils ne cherchent pas à être performants. Ils ne cherchent pas à être compétitifs. Ils ne cherchent pas à réussir dans le monde des technocrates et des gestionnaires de tous poils. Ils veulent seulement que toutes et tous puissent vivre modestement mais dignement. Que tous et toutes soient non seulement écouté.e.s mais participent activement à l’organisation de la vie collective. Ils veulent seulement que le monde fou de l’Économie ne laisse pas à leurs enfants et aux nôtres un monde dévasté et invivable ; et, pour cela, ils se préparent à résister à la tourmente qui s’approche.

Alors, oui, il est démontré, au Chiapas, mais aussi ailleurs et dans bien des pages de l’histoire de France que le peuple qui se soulève peut reprendre son destin en main. Il n’a pas besoin des hommes politiques ni des institutions représentatives qui ne font rien d’autres que le déposséder de sa puissance. Il peut s’organiser par lui-même, former des communes libres, déterminer à nouveau frais la manière dont il entend vivre, car il est acquis qu’on ne veut plus vivre comme on l’a fait durant tant d’années. L’exercice de cette liberté n’a rien d’aisé, mais ce que je peux dire, depuis le Chiapas, c’est qu’il donne aux rebelles un formidable sentiment de fierté, fait éprouver la force de la dignité retrouvée et la joie qui s’attache à la découverte de ce que permet la puissance collective.

Justice. Vie digne pour tous et toutes. Pouvoir du peuple. Cela suppose de ne plus se laisser berner par la farce de la démocratie représentative – ni même par les promesses peut-être à venir d’une nouvelle constituante – et de ne plus consentir à reproduire un monde dominé par l’exigence productiviste et consumériste de l’Économie.

Vive la digne rage de celles et ceux qui ne sont rien !

Dehors les Macrons et autres apprentis-jupiter !

Mort au système inique, destructeur et inhumain qu’ils servent !

Vive la puissance du peuple qui se soulève et s’organise par lui-même et pour lui-même !

San Cristobal de Las Casas, décembre 2018

An 25 du soulèvement zapatiste

An 1 du soulèvement des gilets jaunes et des colères de multiples couleurs

Jérôme Baschet (historien)

Jérôme Baschet, historien proche de l ‘expérience zapatiste, nous a fait parvenir depuis San Cristobal de Las Casas cette réflexion sur les évènements en cours dans cette autre province du monde qu’est l’Hexagone.


http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1942


Les intermittents et précaires n’appellent pas au calme

Réunis ce lundi 10 décembre 2018 en assemblée générale au Théâtre de la Colline, les intermittents, chômeurs, précaires assemblés à l’appel de la CGT spectacle ont choisi de déborder le cadre syndical et d’accélérer le mouvement pour lancer un appel à se joindre immédiatement au mouvement de révolte et de blocage en cours dans le pays.

Communiqué de l’A.G. de la Colline du 10 décembre 2018
À l’unanimité l’Assemblée Générale des intermittent.e.s, intérimaires, chômeur.se.s, précaires, professionnel.le.s du spectacle et de l’audiovisuel permanents ou non, réunie le lundi 10 décembre 2018 au Théâtre de La Colline à Paris, se réjouit du mouvement des Gilets Jaunes de son ampleur et de sa détermination.

C’est avec ces Gilets Jaunes [1] que nous devons porter nos revendications sur l’assurance chômage, ainsi que nos autres revendications.

Nous appelons à ce que ces mobilisations et blocages se poursuivent dans la grève générale, sans laquelle nous ne gagnerons pas.

Nous appelons les confédérations syndicales à la construire dès maintenant.

La Cip-idf rappelle pour sa part :

• que nous sommes têtus, comme le sont les faits : six chômeurs sur dix ne sont pas indemnisés. Nous n’envisageons donc aucun retour au calme tant qu’une exigence de base ne sera pas satisfaite : nous exigeons une véritable indemnisation du temps chômé ; chaque jour chômé doit être un jour indemnisé [2].

• que nous intégrons le mouvement des gilets jaunes pour davantage de justice sociale et fiscale, en étant décidés à combattre toute tentative de faire porter une quelconque responsabilité de la situation actuelle aux demandeurs d’asile et autres migrants ou à leurs descendants.

L’appel à la grève est essentiel, mais pour ne pas rester lettre morte, il doit s’accompagner d’actes : Rdv ce soir mardi 11 décembre pour l’ag interluttes « comment bloquer Paris et la banlieue » à 19h30, salle Croizat, bourse du travail, 3 rue du Château d’Eau, métro République.

Notes :

[1] Ou plutôt et comme eux ! Tout en réaffirmant que nous luttons pour la liberté de circulation et d’installation de tout(es) - note de la Cip.

[2] En exonérant de hausse de la CSG les retraités qui perçoivent moins de 2000 euros on admet que ce niveau de revenu est un minimum incompressible. On le constate à nouveau, l’exigence que chaque jour chômé soit indemnisé et le soit a minima au niveau du SMIC JOUR ne se heurte pas au manque de richesse mais à l’orientation politique à laquelle cette société est assujettie. Voir Contre-propositions pour une réforme de l’assurance-chômage des salariés intermittents http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=1257.


http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=9038
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité