Parcoursup

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 31 Juil 2018, 17:31

Parcoursup : avant la trêve estivale, un quart des candidats n’est pas encore fixé

Depuis la mi-juillet, la situation des futurs étudiants évolue lentement sur la plate-forme d’admission dans l’enseignement supérieur, malgré les tentatives du ministère de remettre de l’huile dans les rouages.

La situation des candidats à l’enseignement supérieur demeure relativement figée, à la veille de la trêve estivale, alors que les dernières universités ferment leurs portes. Sur les 812 000 lycéens et étudiants en réorientation inscrits sur la nouvelle plate-forme d’admission Parcoursup, 58 % d’entre eux, soit 470 000 jeunes, ont définitivement validé leur orientation, selon les indicateurs en date du 27 juillet.

Un quart des candidats n’est en revanche pas encore fixé sur sa formation pour la rentrée. 123 800 ont reçu une proposition mais maintenu d’autres vœux en attente et 71 200 n’ont encore obtenu aucune réponse favorable.

Le ministère de l’enseignement supérieur a beau avoir changé sa méthode d’affichage dans le tableau de bord publié quotidiennement sur la plate-forme, les chiffres sont têtus. Parmi ceux qui n’ont reçu aucune proposition, 53 700 apparaissent désormais comme des « inactifs », définis comme des « candidats qui sont contactés par les équipes de Parcoursup pour identifier leurs souhaits pour la rentrée » mais qui n’ont pas répondu à ces sollicitations. Cette nouvelle dénomination a été introduite le 23 juillet sur le tableau de bord de Parcoursup, alors que la colonne des jeunes « sans-places » refusait désespérément de diminuer.

... https://mobile.lemonde.fr/campus/articl ... 01467.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 01 Aoû 2018, 23:16

L’État camoufle les recalés de Parcoursup

En remplissant les universités et en changeant l’apparence de la plateforme, le gouvernement espère cacher les faillites d’un système qui laisse des milliers de jeunes sans avenir.

Sauver les apparences, au moins. Cela semble être le credo de l’exécutif au sujet de Parcoursup. Pour camoufler le nombre de lycéens encore en attente d’une affectation dans le supérieur, le gouvernement a eu l’idée d’avoir recours au « surbooking » dans les universités. Lundi, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche leur a demandé d’accepter 10 % d’étudiants de plus que le nombre de places dont elles disposent effectivement. Cette technique va permettre d’effacer des listes d’attente les laissés-pour-compte de Parcoursup, pourtant plus nombreux que ceux de la plateforme APB l’année dernière à la même date.

Très controversée, la nouvelle plateforme d’attribution universitaire laisse en effet de nombreux jeunes sans avenir scolaire. Hier, seulement 56 % des lycéens étaient inscrits définitivement dans une filière. Les autres : ceux qui n’ont pas de proposition ou qui n’en ont accepté aucune. Le cabinet de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, se justifie en affirmant qu’il y a « 10 % de défections en septembre », et qu’une aide financière sera accordée aux filières si elles se retrouvaient surchargées. Cependant, le problème ne relève pas du manque de moyens, mais bien du manque de places dans les amphithéâtres. Pour Louis Boyard, président de l’Union nationale lycéenne (UNL), le problème n’est pas financier mais bien humain : « Est-ce que les lycéens veulent vraiment de ces places ? Le gouvernement, bon technocrate, veut seulement faire rentrer des chiffres dans des chiffres. Mais l’éducation doit servir à l’émancipation des lycéennes et lycéens. »

« Avec Parcoursup, la déscolarisation est un fait »

... https://www.humanite.fr/education-letat ... sup-658545
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 08 Aoû 2018, 20:17

Parcoursup : les universités s'inquiètent

Les présidents d'université sont inquiets : de nombreux élèves en attente de leur premier vœu gardent un plan B, bloquant l'accès à d'autres étudiants. L'organisation s'annonce difficile pour la rentrée.

À un mois de la rentrée, certains lycéens n'ont toujours pas choisi de formation sur Parcoursup. À l'origine, Léa, bachelière en juin dernier, avait choisi quatre formations et en conserve toujours deux car elle est sur liste d'attente pour son premier choix. Elle garde un plan B, au cas où. Mais par son indécision, Mathilde empêche l'attribution d'une place à au moins un autre élève. Au mardi 7 août, 480 356 étudiants ont définitivement validé leur choix, plus de 111 000 gardent des vœux en réserve. Les établissements supérieurs sont alors dans le flou, pris en tenaille entre sur remplissage et sous remplissage afin d'optimiser leur effectif.

... https://www.francetvinfo.fr/societe/edu ... 86381.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 17:16

Parcoursup : l’interminable attente des laissés-pour-compte

En ce début août, un peu moins de 70 000 candidats sont en attente d’une place dans l’enseignement supérieur. Si le ministère assure que le procédé se déroule à merveille, les bacheliers encore dans l’expectative trouvent le temps long et doivent échafauder des stratégies pour ne pas se retrouver démunis à la rentrée. Quitte à accepter une affectation par défaut.

... http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8385
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 22:12

Parcoursup : la machine est grippée

La nouvelle procédure d’admission dans le supérieur tourne au ralenti. À un mois de la rentrée, plus d’un candidat sur cinq ignore toujours où il étudiera.

Que se passe-t-il quand, à un carrefour, toutes les voitures veulent tourner sur une voie où se trouve déjà un véhicule ? Il y a un bouchon. C’est un peu la situation dans laquelle se trouvent en ce moment des dizaines de milliers de bacheliers, bloqués sur Parcoursup, la plateforme d’orientation post-bac qui mène à l’enseignement supérieur.

... http://www.leparisien.fr/societe/parcou ... 847820.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 13:11

Parcoursup: les candidats sans affectation obligés de renoncer à leurs plans de logement

La ministre de l'Enseignement supérieur a beau afficher un optimisme sans faille, pour les 66.661 bacheliers - à la date du mercredi 8 août - attendant une affection via le nouveau système Parcoursup, l'angoisse grandit. Au sentiment d'être laissé pour compte s'ajoute la déception de devoir parfois renoncer à des solutions de logement chèrement acquises. Les demandes de logements sociaux auprès du Crous se compliquent au fur et à mesure que l'incertitude perdure.

Libération rappelait dans un article fin mai que les demandes pour obtenir une place en logement étudiant devaient être déposées au plus tard le 31 mai. Mais un responsable du Cnous (qui coordonne le Crous) rassurait en indiquant que s'ouvrait "à partir du 3 juillet une période complémentaire pour les logements encore disponibles". Mais avec quelle chance de succès? Sollicité ce 9 août, le Cnous ne nous a pas répondu.

... https://www.bfmtv.com/societe/parcoursu ... 02933.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 16 Aoû 2018, 18:41

Parcoursup: le gouvernement a-t-il faussé le décompte?

Ils ne seraient plus que 16 100 étudiants à rechercher une place pour la rentrée. Contre 90 000 il y a peu. Explications.

A deux semaines seulement de la rentrée, 16 100 candidats seraient toujours à la recherche d'une affectation, contre près de 60 000 à la même période l'an dernier. Un bond impressionnant, survenu entre le 22 et le 23 juillet dernier, lorsque le nombre de personnes en recherche d'affectation dans l'enseignement supérieur est subitement passé de près de 90 000 à 18 390. Comment en est-on arrivé à une amélioration si soudaine du dispositif Parcoursup ?

Invitée au micro de RTL lundi matin, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a détaillé ces chiffres. "Il y a 16 000 jeunes qui sont en recherche active et 50 000 que nous cherchons à contacter et qui pour le moment ne répondent pas à nos sollicitations." Depuis le 23 juillet, ces derniers sont donc isolés des autres dans le tableau de bord présentant, chaque jour, les statistiques de la plateforme. Cette distinction explique le bond opéré, mais elle ne permet pas de savoir qui sont exactement ces "candidats inactifs". Il ne s'agit ni des jeunes accompagnés par les commissions rectorales mises en place, ni de ceux ayant formulé de nouveaux voeux lors de l'ouverture de la procédure complémentaire le 26 juin dernier, ni encore de ceux ayant quitté la procédure. Qui sont-ils alors ?
Vraiment inactifs ?

"On les considère comme inactifs puisqu'on sait que les jeunes peuvent avoir d'autres projets, s'être inscrits et ne plus être en recherche active", a tenté d'expliquer la ministre Frédérique Vidal à l'antenne de RTL. Mais pour Guillaume Ouattara, étudiant-ingénieur à l'UTC de Compiègne, qui a décrypté l'algorithme de la plateforme, cette division entre candidats actifs et inactifs ne tient pas. "Pour être considéré comme actif, il faut avoir formulé des voeux lors de la procédure complémentaire ou avoir pris contact avec la commission rectorale. Or, certains ne savent même pas qu'ils peuvent contacter leur rectorat. Ou n'ont pas non plus trouvé de formations qui leur convenaient en procédure complémentaire. Pourtant, ils se connectent chaque jour pour voir si la situation a évolué."

... https://www.lexpress.fr/education/parco ... 30832.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 15:04

Parcoursup : les chiffres incomplets de la ministre Frédérique Vidal
Elle évoque 15 000 candidats « qui sont accompagnés », mais le nombre de jeunes sans affectation définie est bien supérieur.
A moins de deux semaines de la rentrée dans plusieurs filières, la ministre de l’enseignement supérieur a tenté, mercredi 22 août, de déminer les critiques sur Parcoursup, le nouveau système d’orientation des bacheliers. Frédérique Vidal a expliqué sur France Inter que « si Parcoursup fonctionne plus lentement dans cette dernière phase, c’est parce qu’on accompagne et qu’on aide les jeunes sans affectation, contrairement à l’année dernière ».
« 15 000 candidats [dont 9 000 bacheliers] sont accompagnés par les commissions et 591 000 savent où ils seront à la rentrée », a-t-elle tenté de rassurer, en citant les chiffres publiés quotidiennement par le ministère. Mais ces données occultent plusieurs dysfonctionnements du système.
... https://www.lemonde.fr/bac-lycee/articl ... 01499.html

Parcoursup : Seulement 60% de jeunes inscrits définitivement
A quelques semaines de la rentrée universitaire, seulement 60% des candidats à l’entrée dans le supérieur ont accepté une offre de Parcoursup. Ce nombre globalement stagne, il est même en légère diminution ces jours derniers. Car le seul mouvement notable c’est la hausse des candidats qui quittent Parcoursup.
Ils sont maintenant 161 247 soit 20%, ce qui est sans précédent. Ce nombre grimpe rapidement : depuis le 16 aout plus de 2000 jeunes ont quitté la plateforme soit en tournant le dos à leur rêve d’études supérieures soit en allant dans le privé. Un nombre équivalent de jeunes (20% aussi) est toujours en attente sur la plateforme.
Si on ne connait pas le résultat final de Parcoursup, on sait déjà que le gouvernement a réussi à réduire le taux d’entrée dans le supérieur. C’était peut -être le vrai objectif de Parcoursup…
https://www.anti-k.org/2018/08/21/parco ... itivement/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 22:47

Parcoursup : le gouvernement au pied du mur à l’approche de la rentrée

Après un été rythmé par les polémiques autour de la lenteur du nouveau système, les prochaines semaines vont être cruciales pour trouver une place à tous les candidats.

Le mois de trêve estivale n’aura pas permis un déblocage d’ampleur de Parcoursup. Et pas non plus apporté de bonne nouvelle au gouvernement. Rien n’a bougé, ou presque.

Alors que la rentrée universitaire approche à grands pas, l’attente se prolonge pour des dizaines de milliers de jeunes, pas encore fixés sur l’établissement qu’ils rejoindront pour leurs études, trois mois après l’ouverture de la nouvelle procédure d’admission dans l’enseignement supérieur.

Système trop lent, grippé, bloqué… Les questions qui fâchent ont été posées à Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, mercredi 22 août, sur France Inter, où elle faisait sa rentrée. Sans relâche, elle a écarté les critiques récurrentes portées sur la plate-forme. « Si Parcoursup fonctionne plus lentement, c’est justement parce qu’on accompagne et qu’on aide les jeunes sans affectation, contrairement à l’an dernier », a-t-elle défendu. Tout en affirmant n’avoir « pas d’inquiétude particulière » : plus de 591 000 jeunes ­savent où ils seront à la rentrée, a-t-elle répété.

La ministre devait enchaîner avec le conseil des ministres, puis une réunion avec les recteurs… Le gouvernement est désormais au pied du mur, il faut que la « machine » passe à la vitesse supérieure. L’enjeu est de taille pour l’ancienne présidente d’université qui s’est fait connaître en dénonçant, à l’été 2017, l’immense « gâchis » d’APB (admission post-bac), le précédent système, et en menant, tambour battant en moins d’un an, la réforme de loi orientation et réussite des étudiants avec la mise en place de Parcoursup.

Engorgement prolongé

... https://www.lemonde.fr/societe/article/ ... _3224.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 25 Aoû 2018, 13:06

Image

https://www.facebook.com/UNLnational/ph ... =3&theater


Parcoursup : la Fage s'interroge sur "l'implication des rectorats", pour la plupart fermés cet été

"La plateforme ne remplit pas ses objectifs d'aller plus vite que ce qui se passait l'an dernier avec APB", constate la vice-présidente du syndicat étudiant.

Plus de 15 000 bacheliers n'ont toujours aucune proposition de formation pour cette année. La rentrée universitaire approche, mais Parcoursup, le système d'attribution des places dans l'enseignement supérieur, ralentit. En cause notamment : les bacheliers qui ont obtenu une ou plusieurs propositions de formations et qui bloquent le système. À ce jour, près de 100 000 élèves hésitent et ne se résignent pas à accepter les propositions qui leur ont été faites, attendant désespérément une meilleure formation.

Invitée de franceinfo mercredi 22 août, Orlane François, vice-présidente de la Fage (Fédération des associations générales étudiantes) chargée des affaires académiques, reconnaît que la "non-hiérarchisation apporte un point positif, avec un plus grand choix aux étudiants, mais entraîne des conséquences assez négatives". La Fage tient à souligner le "côté immergé de l'iceberg" de Parcoursup : "l'accompagnement et l'orientation" effectués "sur les campus les lycées". Orlane François pointe les difficultés de fonctionnement des commissions menées par les rectorats et souligne qu'ils étaient "fermés pour la plupart" cet été. Pour elle, cela pose la question de leur "implication".

... https://www.francetvinfo.fr/societe/edu ... 06649.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 25 Aoû 2018, 19:46

158 000 bacheliers encore dans l’attente : Vidal tente de justifier l’injustifiable

A quelques jours de la rentrée universitaire, Parcoursup demeure engorgé, et près de 158 000 bacheliers ne savent toujours pas où ils étudieront l’année prochaine. Une situation catastrophique que le ministère de l’Enseignement supérieur tente de masquer à tout prix…
158 000 bacheliers encore dans l’attente

La rentrée universitaire approche, mais des milliers de bacheliers ne savent toujours pas où ils étudieront l’an prochain. Les premières conséquences de Parcoursup sont sans appel : au 22 août, près de 158 000 bacheliers étaient toujours dans l’incertitude. Plus de 95 600 ont en effet accepté une proposition, mais sont toujours en attente pour d’autres vœux, 15 500 n’ont toujours reçu aucune proposition d’affectation, alors que 47 000 bacheliers sont considérés « inactifs » sur la plateforme, une dénomination particulièrement floue dans laquelle de nombreux candidats ont été placés bien qu’ils se connectent quotidiennement sur le site.

A titre de comparaison, mi-août 2017, APB n’avait pas encore affecté 6 010 bacheliers. Cette catastrophe était évidemment prévisible et avait été anticipée par les milliers d’étudiants qui ont bloqué et occupé leurs universités au printemps dernier.

Renforcement de l’élitisme scolaire : les écoles privées se frottent les mains

Et le nombre de lycéens sur le carreau ne s’arrête pas là. En effet, d’après les chiffres officiels du gouvernement, 163 000 des inscrits sur la plateforme, soit 20%, ont quitté la procédure. Parmi eux, 90 000 ont raté leur bac, mais restent 73 000 lycéens qui ont disparu de Parcoursup. Alors que l’algorithme de Parcoursup donnait déjà avantage aux bacheliers les plus aisés, ceux qui n’ont pas eu de réponse se redirigent vers des écoles privées et contournent la procédure d’admission, un pas de plus vers le renforcement de l’élitisme scolaire et la logique de ségrégation sociale. Quant aux autres qui ont disparu de la plateforme, il est clair que beaucoup ont dû se décourager de l’enseignement supérieur. En effet, trouver un appartement et un emploi pour les étudiants étant obligés de se salarier pour pouvoir continuer à étudier, à deux semaines de la rentrée et alors qu’on ne sait même pas dans quelle ville on sera affecté relève de l’impossible.

... http://www.revolutionpermanente.fr/158- ... ustifiable
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 28 Aoû 2018, 16:50

Parcoursup met 158 000 jeunes au supplice

62 000 étudiants sans affectation, 96 000 qui ne savent toujours pas où ils seront à la rentrée : voilà les vrais chiffres de Parcoursup, à deux semaines de la fin de la procédure.

Quand on n’a pas envie de compter, on peut toujours compter… sur sa capacité à jouer sur les mots. C’est apparemment un exercice qu’affectionne Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur. Elle s’y est livrée avec gourmandise hier matin sur France Inter. Interrogée sur le nombre d’étudiants encore en attente sur la plateforme Parcoursup, dont la phase principale se termine le 5 septembre, elle a martelé deux chiffres. Ils seraient « plus de 591 000 à savoir où ils seront à la rentrée », tandis qu’« un peu moins de 15 000 candidats » seraient toujours en attente d’une réponse, ces derniers étant bien entendu « accompagnés par les commissions » académiques d’accès à l’enseignement supérieur (CAAES), créées à cet effet.

Or, ces chiffres répétés comme des mantras par la ministre sont faux. Il suffit pour le vérifier de consulter le site officiel de Parcoursup.

... https://www.humanite.fr/education-parco ... ice-659613
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede Pïérô » 31 Aoû 2018, 12:03

Parcoursup : «J’ai passé l'été dans l’attente, dans un stress constant »

Depuis le début de l’année, «Libération» donne la parole à ceux qui sont en première ligne dans l’application de cette réforme. Aujourd’hui, Eloy, 21 ans, un étudiant en réorientation qui attend toujours désespérément une place dans une formation.

Aujourd’hui, Eloy, 21 ans, un étudiant strasbourgeois en réorientation, toujours en attente d’une place dans une formation

«Nous sommes le 29 août, la rentrée dans le BTS Design de mode, textile et environnement pour lequel je suis en attente organise sa rentrée dans une à deux semaines grand maximum. Et je n’ai toujours aucune réponse positive. Après une année en fac d’art à Strasbourg et un BTS MUC (Management des unités commerciales) que j’ai obtenu, je suis passé par Parcoursup pour me réorienter. Je pensais que ça allait être révolutionnaire, que si on propose un nouveau système c’est pour simplifier les choses et permettre d’améliorer certains axes. Finalement, avec mon expérience et les retours que j’ai de mes amis, ça cause plus de problèmes qu’autre chose.

«Il y a quelques semaines, j’ai tout de même été accepté dans deux licences de langue. Des vœux de secours. Je pensais que je n’avais que trois jours pour valider ou refuser ces vœux. Je viens seulement d’apprendre qu’il était possible d’en valider un tout en gardant mes vœux en attente. Je les avais donc refusés dans l’espoir d’être pris là où je souhaite. Désormais, je n’ai plus rien. Bien que je sois dans les dix premiers de la liste d’attente pour le BTS mode, l’espoir s’évapore peu à peu car ça n’avance plus depuis une semaine. L’ancien système d’APB, avec la hiérarchisation des vœux par préférence et le "oui mais" était beaucoup plus compréhensible. Surtout qu’en tant qu’étudiant, on n’a pas eu le même accompagnement sur Parcoursup que les élèves de terminale. On doit se débrouiller seul et avec le stress, les délais très courts à respecter ça n’aide pas.

... http://www.liberation.fr/france/2018/08 ... nt_1675446
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 15:24

Que répondre aux « desperate candidates » de Parcoursup ?

« Comment ce nouveau système est-il parvenu, en si peu de temps, à faire regretter l’ancien APB ? », se demande le sociologue Jules Donzelot. « Le droit de choisir sa filière suppose la garantie d’une place n’importe où, pour permettre le libre choix d’une place quelque part ».

Point de vue. Source d’angoisse pour les uns et d’autosatisfaction pour les autres, ressource inespérée pour la presse en période estivale, la plate-forme Parcoursup a fourni le feuilleton de l’été ! Mis en scène quotidiennement, dramatisé à souhait, le show des « desperate candidates » n’en exprime pas moins une réalité qui appelle urgemment à être questionnée.

Comment ce nouveau système est-il parvenu en si peu de temps à faire regretter l’ancien ? Y va-t-il d’un défaut à la marge de Parcoursup, ou bien d’un problème structurel de gestion de l’accès aux études supérieures ? Peut-on envisager de « corriger le tir » en s’inspirant de ce qui se pratique à l’étranger en termes de démocratisation du supérieur ?

... https://www.lemonde.fr/campus/article/2 ... 01467.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Parcoursup

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 20:25

Parcoursup : une machine à broyer les étudiant-e-s

À quelques jours de la rentrée universitaire, seulement 60% des candidat-e-s à l’entrée dans le supérieur ont accepté de façon définitive une offre de Parcoursup. Les inscriptions en BTS et classes préparatoires s’achèvent aujourd’hui, modifiant le calendrier initial en cours de route.

Les candidat-e-s qui quittent Parcoursup sont chaque jour plus nombreus.e.s, ils et elles sont aujourd’hui 170 250.

Voici ce que l’on peut affirmer. Pour le reste, les chiffres donnés quotidiennement par le ministère n’offrent aucune transparence et suscitent de nombreuses interrogations. Ils ne sont pas suffisamment précis pour permettre une analyse de la procédure et le choix de leur présentation semble vouloir masquer la réalité :
sur les 170 250 ayant quitté la plateforme, combien d’élèves n’ont pas obtenu leur bac ? Où vont les autres ? Dans le privé ? Abandonnent-ils et elles, découragé-e-s, la poursuite d’études dans le supérieur ?
Qui sont les 44 239 « inactifs » ? Subissent-ils les effets pervers de la machine à broyer de Parcoursup qui fait abstraction de leur existence. Parmi eux, combien sont-ils à avoir reçu au moins une proposition qui ne soit pas “En Attente” ou “Non”. Ne sont-ils pas tout simplement en train d’espérer que leur place en liste d’attente leur permette enfin de pouvoir accepter une proposition ? Ils sont qualifiés d’“inactifs” par le ministère, alors qu’ils étaient considérés comme “en attente” avant le 22 juillet.
Ils et elles sont donc 13 036+ 44 239 = 57 275 candidat-e-s à n’avoir toujours pas reçu de proposition d’affectation.
Sur les 584 523 ayant accepté une proposition, seul-e-s 502 899 l’ont définitivement acceptée et 81 624 l’ont acceptée mais attendent d’autres vœux.
Comment ces 142 653 jeunes vont-ils/elles pouvoir s’organiser pour trouver un logement ? Combien seront-ils/elles sans affectation en septembre ?
La lenteur de ce dispositif bloque aussi bien les étudiant-e-s que les établissements d’enseignement supérieur :
- Les étudiant-e-s sont pour beaucoup sans réelles perspectives claires et se retrouvent bloqué-e-s dans leur recherche de logement.
- Les établissements sont paralysés dans leur fonctionnement puisqu’ils ignorent le nombre d’étudiant-e-s qu’ils accueilleront à la rentrée.On ne connaît pas le résultat final de Parcoursup mais on sait déjà que le gouvernement a réussi à mettre en place la sélection à l’université en réduisant le taux d’entrée dans le supérieur. Au lieu d’investir sur l’avenir, le gouvernement choisit de réduire le nombre d’étudiant-e-s et de faire quelques économies en sacrifiant la jeunesse.
SUD éducation partage les craintes et soutient l’enquête lancée par le défenseur des droits sur de possibles discriminations engendrées par Parcoursup.

SUD éducation revendique :
- une transparence sur le fonctionnement des algorithmes de sélection utilisés par Parcoursup
- une communication sur les modalités de sélection des établissements
- une communication sur les chiffres actuels d’affectation et de non-affectation des ancien-nes lycéen.ne.s dans chaque académie
- la fin de la sélection à l’Université et la possibilité pour les bachielier-e-s d’accéder à la formation supérieure de leur choix
- un plan d’urgence pour l’enseignement supérieur et la recherche, financé à hauteur de 3 milliards d’euros par an sur dix ans, permettant la construction d’établissements et l’embauche de personnels titulaires, à hauteur de 5 000 créations de postes par an.

Fédération SUD éducation


https://www.sudeducation.org/Parcoursup ... t-e-s.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité