Mobilisation défendre service public SNCF

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 22:46

L’AG inter-gares de Paris : un pas en avant dans le débordement du cadre de l’intersyndicale,

un pas en avant dans la construction d’une grève victorieuse…

... https://www.anti-k.org/2018/04/26/lag-i ... syndicale/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 30 Avr 2018, 18:24

La grève des cheminots et cheminotes: une vue et un examen de «l’intérieur»

Le gouvernement français a lancé une attaque d’ampleur envers les cheminots et les cheminotes, mais aussi plus globalement contre le service public ferroviaire. Des milliers de kilomètres de lignes ferroviaires, dites «non rentables», sont menacées; l’entreprise publique SNCF sera transformée en Société anonyme, la «dette ferroviaire» demeure; le transport public de voyageurs va être ouvert au secteur privé comme cela est déjà le cas pour le transport de marchandises; ce qu’il reste de Fret SNCF sera filialisé… Pour le personnel de la SNCF, c’est la fin du Statut; celui-ci définissait les «droits et devoirs» des cheminots et cheminotes. Plus avantageux que les règles communes applicables en France sur certains points, il comprend aussi des dispositions plus contraignantes, notamment pour ce qui est de la flexibilité des conditions de travail, compte tenu du caractère permanent du service public ferroviaire (365 jours sur 365, 24 heures sur 24). Mais le Statut, ce sont aussi des règles collectives en matière de rémunération et progression salariale durant la carrière, l’impossibilité de licenciement dit économique, un droit syndical construit au fil de l’histoire, et le régime particulier de retraite – déjà fortement remis en cause depuis 2007.

A la SNCF, la grève a débuté le 3 avril. Mais les fédérations CGT, UNSA et CFDT ont imposé un calendrier de 36 journées de grève d’ici au 30 juin; sous la forme de 18 grèves de 2 jours. Leur refus d’un mouvement reconductible, défendu par SUD-Rail [Solidaires] et FO, a créé une situation peu propice à la construction du mouvement dynamique, porté par la base, qu’il faudrait. Le présent texte ne se veut nullement de bilan: le mouvement est en cours, il faut y participer, le soutenir… et mener le débat pour le rendre plus efficace.

Auto-organisation, démocratie dans la lutte, assemblées générales: un recul de plus de 30 ans!

Ainsi, les fédérations UNSA et CFDT pouvaient se donner l’image de syndicats combatifs, mais à peu de frais; quelques journées de grève, avant de s’en sortir à la moindre occasion[1]? Ainsi, la fédération CGT peut en finir avec la pratique des assemblées générales où ce sont les grévistes qui décident réellement de leur grève; c’était un acquis depuis plus de 30 ans à la SNCF (la plus longue grève de son histoire, 1986/1987[2]) que bien des bureaucrates syndicaux n’ont eu de cesse de combattre. Certes, pour la forme, les assemblées générales demeurent; mais il n’y a plus rien à y discuter. Du coup, ce sont au mieux des meetings syndicaux, au pire des rassemblements de délégué·e·s. Dès avant la réunion interfédérale du 15 mars qui a mis en avant ce calendrier de grèves de 48 heures, le danger était perceptible. Il a été ignoré, ou à tout le moins minoré, par nombre de militants et militantes sincères et combatifs, et cela se paie depuis.

Plus d’un tiers du personnel de la SNCF doit remplir une «déclaration individuelle d’intention (DII)» de faire grève, 48 heures avant, en précisant sur quel préavis. Inévitablement, la référence la plus commune était l’unitaire (CGT/UNSA/CFDT), de 48 heures, non reconductible. A partir de là, agents de conduite, contrôleurs, aiguilleurs et autres personnels ayant déposé ainsi leur DII ne pouvaient poursuivre la grève, sauf à se trouver en situation irrégulière[3]. Pour les autres, la publicité faite sur le calendrier s’étalant du 3 avril au 30 juin a poussé à choisir ses dates de grève parmi les 36 proposées. Puisque tout le monde a le programme des grèves jusqu’au 30 juin, pourquoi participer aux assemblées générales?

La campagne menée pendant des semaines sur le thème «trouvons une forme d’action qui ne coûte pas cher aux grévistes[4]» a pesé; d’autant plus que la plupart du temps, la bataille idéologique pour contrer cela n’a pas été menée, au nom de l’unité qu’il ne fallait pas fragiliser. Pour le même motif, il n’y a pas eu de débat réel, parmi la masse des cheminots et des cheminotes, sur la forme de l’action. Le calendrier des 18 grèves de 48 heures s’est imposé comme l’évidence de départ.

Là était le piège. Car une fois les affaires lancées ainsi, il était quasiment certain qu’on arriverait à la situation connue depuis début avril: des grèves successives qui occupent l’espace médiatique, mais un nombre de grévistes qui n’est pas à la hauteur de ce qu’il faudrait, et surtout l’impossibilité de créer une dynamique d’auto-organisation, de prise en main de la grève par les grévistes. Ce dernier élément est déterminant: non seulement, par rapport aux pratiques syndicales défendues et mises en œuvre, mais aussi pour l’efficacité de la lutte.

... https://alencontre.org/europe/france/fr ... rieur.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 30 Avr 2018, 23:27

« Rendez l'argent des privatisations ! », les cheminots en colère s'invitent place de la Bourse

Des dizaines de grévistes de la SNCF se sont rassemblés devant le palais Brongniart pour dénoncer la transformation du groupe en société anonyme. Une action symbolique alors que la grève pourrait se poursuivre au delà du mois de juin.

... https://www.humanite.fr/rendez-largent- ... rse-654298
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 14:13

SNCF : les syndicats annoncent un « rassemblement le 3 mai » à Paris et en régions
L’intersyndicale veut « mettre la pression sur le gouvernement », avant d’être reçue par le Premier ministre quatre jours après.
... https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 22635.html

Bataille du rail. La CFDT prête à abandonner le mouvement de grève à la SNCF ?
UNE TRAHISON DE PLUS ?
Invitée de France Info, Véronique Descacq, secrétaire générale adjointe de la CFDT, a annoncé les conditions pour un retrait de la fédération syndicale du mouvement du rail. Une preuve en bonne et due forme que l’unité des cheminots passe par une prise en charge collective, par la base, du mouvement.
... https://www.anti-k.org/2018/05/02/batai ... a-la-sncf/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 20:36

sm 26

Grève : une cagnotte en soutien aux cheminots a déjà levé un million d'euros

Cette cagnotte a été initiée le 23 mars par le sociologue Jean-Marc Salmon "pour pallier aux retenus de salaires".

Un million d'euros ont été levés en un mois. Les organisateurs de la cagnotte pour soutenir les cheminots en grève ont remis un chèque symbolique géant de 975 000 euros aux organisations syndicales, jeudi 3 mai, lors de la manifestation organisée devant l'École militaire à Paris.

Cette cagnotte a été initiée le 23 mars par le sociologue Jean-Marc Salmon "pour pallier aux retenus de salaires". "Votre grève soulève de grands espoirs dans le pays", a-t-il assuré, jeudi, au micro face aux manifestants qui l'ont applaudi. La cagnotte est prolongée jusqu'au 7 juin, a-t-il indiqué.

... https://www.francetvinfo.fr/economie/gr ... 35451.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 06 Mai 2018, 17:19

Sncf. « La concertation, ça veut dire “cause toujours !” »
Plusieurs centaines de cheminots se sont rassemblés jeudi pour montrer que la mobilisation ne faiblit pas, en cette septième période de grève et avant les rencontres, lundi, avec le premier ministre.
«Nous nous sommes réunis près de Matignon pour peser dans le rapport de forces avant la réunion du 7 mai, avec le premier ministre. D’où le monde et la présence d’une bonne sono, ça aide à se faire entendre », plaisante Laurent Brun, secrétaire général de la CGT cheminots.
... https://www.humanite.fr/sncf-la-concert ... urs-654853

Envahissement du siège des républicains en marche : Castaner veut porter plainte
Près d’une centaine de cheminots en lutte contre la réforme de la SNCF ont pénétré ce vendredi dans les locaux du mouvement LREM à Paris, munis de drapeaux et pancartes des confédérations syndicales Sud et CGT, ont scandé pendant plusieurs minutes des slogans à l’encontre du Président de la république et ses réformes. Pour ensuite partir volontairement à l’arrivée des CRS.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Enva ... er-plainte

Paris-Nord ne se laisse pas faire !
Fichage des grévistes : la SNCF recule après que les cheminots aient envahi les bureaux de la direction régionale
À l'Assemblée Générale des grévistes de Paris-Nord jeudi matin, les cheminots ont appris l'existence d'un mail interne demandant aux cadres de répertorier les agents actifs sur les réseaux sociaux. En plein période de grève, cette opération de fichage des salariés n'allait pas rester lettre morte pour les cheminots, qui ont donc décidé de manifester dans la gare du Nord, puis de se rendre dans les bureaux de la direction régionale afin de demander l’annulation de cette missive, forçant la SNCF à reculer.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Fich ... eaux-de-la


Appel de l'AG intergare des cheminots

La grève tient bon ! Dans bien des chantiers difficile de trouver un cheminot qui n’a pas participé à au moins une journée de grève depuis le début du mouvement. Les taux de grévistes sont encore forts quoiqu’en disent le gouvernement et les médias. Pour bon nombre d’entre nous, c’est tout simplement du jamais vu.

Pour le retrait du pacte ferroviaire et pour le retrait des négociations

Nous, cheminotes et cheminots venus des AG de Paris Nord, Paris Est, Saint Lazare, Austerlitz, Chatillon, Mantes-la-Jolie, Juvisy, du Landy, du Bourget, Amiens, Laon, Tergnier, réunis à 210 en Rencontre Inter-gare le 03 mai à Gare du Nord, réaffirmons que nous luttons pour le retrait du pacte ferroviaire. Nous refusons de négocier les conditions dans lesquelles la SNCF serait privatisée, le personnel transféré et le statut supprimé. Nous ne pouvons que rejeter en bloc cette attaque. Nous n’attendons donc rien de la rencontre du 7 mai avec Édouard Philippe : il déclare qu’il ne négociera pas le fond de la réforme, alors rappelons-lui que nous sommes tout aussi déterminés à ne pas discuter le fond de la réforme mais à lui faire retirer. Le 7 mai soyons nombreux en grève et au rassemblement à 10H30 place Vauban. Une action en soutien à la grève des cheminots est également prévue le lundi 07 à 13h, Gare Montparnasse.

La grève tient bon ! Dans bien des chantiers difficile de trouver un cheminot qui n’a pas participé à au moins une journée de grève depuis le début du mouvement. Les taux de grévistes sont encore forts quoiqu’en disent le gouvernement et les médias. Pour bon nombre d’entre nous, c’est tout simplement du jamais vu. Les dizaines de milliers de cheminots grévistes sont le problème politique numéro un pour Macron et son gouvernement. Nous sommes la force qui peut mettre un stop à leur politique anti-ouvrière.

Mais pour gagner notre lutte, il nous faut une grève active, qui entraîne le maximum de cheminots dans le mouvement, en AG, sur les piquets, dans les tournées et aux manifestations. Il nous faut une grève démocratique, où les grévistes syndiqués ou non syndiqués décident au jour le jour de tous les aspects de leur lutte, de ses rythmes, de ses revendications, des actions. Pour cela nous appelons tous les grévistes à participer aux assemblées générales et à en faire des lieux où tout est discuté ensemble.

C’est ce type de lutte, déterminée, dynamique, où les grévistes sont militants de la grève tous les jours, qui est le plus à même d’entraîner avec nous d’autres secteurs du monde du travail. Fonction publique, hospitaliers, retraités, entreprises privées, cheminots, étudiants, lycéens, pas une catégorie n’échappe aux attaques du gouvernement. C’est tous ensemble qu’il faut lutter pour le faire reculer.

Dans nos gares et nos chantiers, les assemblées générales de grévistes sont souveraines, elles doivent être les seuls lieux de prise de décisions collectives pour la conduite du mouvement. Mais il est également nécessaire de commencer à se coordonner entre grévistes des différentes gares, ensemble nous serons plus forts. Nous appelons tous les grévistes qui le souhaitent à se réunir à Gare du Nord à l’occasion de la prochaine rencontre inter-gare qui se tiendra le mercredi 09 mai à 15h.


https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/ ... -cheminots
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 07 Mai 2018, 00:29

Rassemblement national - cheminots

lundi 7 mai 2018

Image

« Le 7 mai, tous à Paris ! »

Le Premier Ministre affirme que le contenu du projet de loi a été enrichi et est bon pour les cheminots et les usagers ! !

C'est totalement faux !

Le gouvernement a tenté de rassurer les cheminots sur le caractère public de l'entreprise, mais lors des débats à l'Assemblée Nationale, la majorité présidentielle a annulé le caractère « incessible » des actions des futures Sociétés Anonymes...

Flagrant délit de mensonge !

La ministre et les sbires du gouvernement se précipitent pour déclarer que les cheminots transférés garderont le bénéfice du statut, alors qu'au-delà des dispositions prévues par le droit commun, donc 15 mois maximum, rien de spécifique n'est prévu, le gouvernement renvoyant ces dispositions à un hypothétique accord avec les patrons qu'ils ne veulent pas !

Le maintien des facilités de circulation et de l'accès à la médecine de soins spécialisée UNIQUEMENT, seront renvoyés à un accord de branche S'IL Y A ACCORD DE BRANCHE après le vote de la loi.

Statut perdu pour les nouveaux embauchés... et remis en cause pour ceux qui restent !!!

La ministre a annoncé que le décret garantissant le statut sera abrogé et que ses garanties écrites dans la loi feront l'objet de négociations dans le cadre d'un accord d'entreprise. La direction a déjà annoncé qu'elle souhaitait, dans le cadre de ces négociations, remettre en cause plusieurs chapitres du statut !

La direction ne se cache même pas pour le futur projet stratégique, elle veut refonder :
• Le déroulement de carrière tel qu'il est prévu au statut, en affirmant vouloir mettre fin au système des notations.
• Le dictionnaire des métiers (avec une forte polyvalence),
• Les examens qui seraient supprimés pour faire place à la sélection.
• La rémunération telle qu'elle est aujourd'hui encadrée, en «privilégiant» encore plus l'individualisation et le mérite.
• renégocier nos facilités de circulation
• Les comités sociaux et économiques sont en cours de négociation, avec une dégradation de la représentativité syndicale
• La fin des accords locaux....

La convention collective en cours de négociation, brade un siècle de progrès social et de sécurité ferroviaire.

Maintenant ils souhaitent que nous allions négocier avec les patrons ce qu'ils veulent bien nous laisser ! La CCN doit être à minima au même niveau que le GRH 2000 (ex RH077). Les cheminots de la SNCF représentent plus de 95% des salariés de la branche, ce sont par conséquent leurs conditions de travail qui doivent s'appliquer à tous et non l'inverse. Une douce utopie ? C'est pourtant exactement ce qui s'est passé dans le secteur de l'Energie lors de la mise en place d'une convention collective.

Le 07 mai a Matignon le 1er ministre reçoit les fédérations syndicales .

On ne negociera pas des accompagnements , tant que le « pacte ferroviaire » ne sera pas retire !!


https://solidaires.org/Mobilisation-ref ... al-a-Paris
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 08 Mai 2018, 20:54

Les cheminots en cortège violemment réprimés et gazés à la gare Montparnasse
1000 cheminots, accompagnés de soutien se sont rendus en cortège de la place Vauban pour exprimer leur volonté du retrait du pacte ferroviaire. Ils ont été accueillis par les matraques et les gaz lacrymogènes des CRS.
Dans un contexte où le gouvernement accueille les syndicats cette pour discuter de la réforme ferroviaire après plus d’un mois de grève. Plusieurs milliers de cheminots se sont réunis place Vauban pour exprimer leur volonté de retrait du pacte ferroviaire sans négociation. Un mot d’ordre qui prend d’autant plus de sens quand on sait que les "négociations" sont au mieux une mascarade puisque le gouvernement a annoncé son intention de ne céder sur aucun point de la réforme.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Dern ... ntparnasse

[Vidéo] Leur grève, ce sont les cheminots qui en parlent le mieux
À l’occasion de la huitième séquence de deux jours de grève, mardi 8 et mercredi 9 mai, retour sur la journée précédente et la manifestation du 3 mai, déclinée en région. Ce jour-là, les cheminots ont réussi une petite démonstration de force avant la rencontre prévue le 7 mai avec le Premier ministre. Reportage vidéo de Greg Auz.
... https://rapportsdeforce.fr/classes-en-l ... x-05081861


Paris : les forces de l'ordre repoussent les cheminots de Montparnasse

Après s’être rassemblés sur la place Vauban, les cheminots SUD Rail et FO ont convergé vers la gare Montparnasse pour y rejoindre les étudiants. Ils ont pu s’enfoncer de quelques mètres dans la gare avant d’en être sortis par les forces de l’ordre à coups de matraques et de lacrymogène. Après des prises de parole ils ont entamé un « tour des gares » en se rendant à la gare de l’Est et à la gare du Nord.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 08 Mai 2018, 21:54

SNCF : Qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ?

Depuis la remise du rapport Spinetta en février et la confirmation que le gouvernement reprenait à son compte l’essentiel de ses préconisations, la colère gronde à la SNCF. Une majorité de cheminotes et cheminots ont participé aux grèves et actions de ces dernières semaines. Pourtant, le rapport de force engagé n’est pas suffisant. Pour quelle raison ?

Alors qu’une large majorité de salarié.es s’est mobilisée à plusieurs reprises, notamment le 22 mars, puis les 3 et 4 avril, la grève qui se poursuit à la SNCF s’installe dans des modalités nettement insuffisantes pour envisager de gagner  !

Pourtant, malgré le matraquage médiatique, les signes de soutien des usagers du ferroviaire sont nombreux, les salarié.es de nombreux secteurs professionnels misent sur la confiance que pourrait redonner aux travailleuses et travailleurs le conflit des cheminot.es  !

Une grève « innovante » ?

Depuis le 3 avril, la plupart des assemblées générales de grévistes ont fait le choix de suivre les modalités décidées par les fédérations CGT, UNSA et CFDT de faire grève deux jours sur cinq. Cela s’explique notamment par tout un travail de préparation de ce mouvement très frileux, sur le thème de la «  grève qui ne doit pas coûter cher aux grévistes  », mais aussi par un discours inaudible des fédérations SUD-Rail et FO qui auraient pu être davantage offensives pour défendre d’autres modalités  ! Par ailleurs, les grévistes soumis à déclaration préalable (une des nombreuses restriction au droit de grève que la SNCF impose désormais à plus d’un.e cheminot.e sur trois de se déclarer gréviste 48 heures à l’avance) doivent faire leur choix à l’avance sur le préavis de grève qu’ils comptent suivre, ce qui dépossède un peu plus les AG de leur capacité à décider de leur mouvement  ! Toutes les fédérations syndicales ont appelé à « durcir le mouvement » alors que Macron et Pepy font quotidiennement dans la surenchère  : suppression pure et simple du régime spécial de retraite en 2019, filialisation de l’activité fret et de la gestion des gares, dénonciation de tous les accords locaux favorables aux salarié.es, dérogation à l’accord sur le temps de travail partout où c’est possible d’ici cet été, casse des déroulements de carrière qui devaient prendre en compte l’ancienneté…

Un vrai recul dans l’auto-organisation

Mais plutôt que de «  durcir la grève  » en annonçant une reconductible, la CGT cheminots a menacé de poursuivre la grève deux jours sur cinq au-delà du mois de juin  ! Pourtant, de nombreuses équipes syndicales, y compris à la CGT, sont conscientes que cette stratégie ne permettra pas de gagner. Car elle ne permet pas un rapport de force suffisant et a un impact limité sur l’économie. C’est une grève épuisante pour toutes les équipes syndicales qui doivent remobiliser les grévistes chaque semaine sans bénéficier de la dynamique ni des AG quotidiennes ni d’une grève reconductible.

Surtout, cette modalité de grève dépossède totalement les grévistes de leur mouvement. Qui mieux que les grévistes eux-mêmes peut décider des revendications à porter et de la reconduction de la grève  ?

Confier les clés de la mobilisation aux seules fédérations syndicales alors que la plupart d’entre elles ne cherchent qu’une petite avancée de la part du gouvernement pour obtenir une sortie honorable du conflit serait inacceptable. Dès lors, la seule solution est de renforcer la présence dans des assemblées générales dynamiques où chaque gréviste peut s’exprimer et faire des propositions. Des AG où peuvent également intervenir des délégué.es d’autres secteurs mobilisés pour créer des convergences réelles sur des territoires. Ce renforcement de la participation des grévistes est essentiel car c’est ce qui permettra à la grève de tenir et de déborder. Or, pour l’instant dans de nombreuses assemblées générales, trop peu d’initiatives sont prises et les grévistes se contentent de suivre les modalités définies par les fédérations CGT, UNSA et CFDT. Encore une fois, les grévistes qui ont fait le choix de s’inscrire dans le préavis de deux jours sur cinq, ne voient que peu d’intérêt à participer à des AG où tout est déjà décidé à leur place…

C’est donc une situation inédite à laquelle nous sommes confrontés, où les assemblées générales de grévistes ne cherchent pas à s’émanciper des mots d’ordre ni des modes d’actions des fédérations syndicales et nous ne pouvons nous résigner à un tel recul de l’auto-organisation des salarié.es. «  Durcir le mouvement  » et «  faire converger les luttes  », si ce sont des mots d’ordre justes, doivent correspondre à des réalités.

La grève interprofessionnelle du 19 avril a permis de mobiliser des salarié.es de nombreux secteurs mais quelles perspectives de luttes au-delà de cette journée d’action dans l’énergie, à la RATP, dans la fonction publique hospitalière ou la finance publique  ?

Relancer la mobilisation pour gagner

Quelles actions communes à développer avec les étudiant.es mobilisés et les équipes syndicales de nombreux secteurs qui cherchent l’étincelle pour faire exploser la colère sociale qui couve  ? Multiplions les initiatives pour déborder des cadres qui nous sont imposés et redonner la confiance aux travailleuses et travailleurs pour reprendre leurs affaires en main !

Mathieu (AL Saint-Denis)


http://www.alternativelibertaire.org/?S ... tre-le-feu


E. Philippe décide de renforcer la grève !

Image

https://solidaires.org/E-Philippe-decid ... r-la-greve
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 10 Mai 2018, 16:50

Grève à la SNCF : voici comment sera redistribué le million d'euros recueilli par la cagnotte en ligne
Les quatre syndicats représentatifs ont monté une association afin de gérer les dossiers des cheminots grévistes, à la manière d'un guichet unique, et leur verser à chacun de l'argent. Au final, plusieurs dizaines de milliers de cheminots vont en bénéficier.
La cagnotte en ligne en faveur des cheminots grévistes compte déjà plus d'un million d'euros. Lancée par le sociologue Jean-Marc Salmon et une trentaine d'intellectuels sur la plateforme Leetchi, et toujours activée, elle doit permettre de compenser le manque à gagner salarial lors des jours chômés pour les agents de la SNCF. Reste maintenant à gérer la redistribution de cet argent de manière efficace. A cet effet, quatre syndicats représentatifs ont fondé l'association Solidarité cheminots grévistes 2018, afin de gérer au mieux les opérations.
... https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 41275.html


Après 720 km de marche, les 3 cheminots ariégeois arrivent à Paris et remportent leur défi

Au terme de 720 Km de marche, les 3 cheminots partis le 9 avril de Pamiers dans l’Ariège sont arrivés ce mardi à Paris, entourés de soutiens les ayant accompagnés sur les derniers kilomètres, dont une délégation de salariés de GM&S. Plus de 150 cheminots les ont accueillis en héros, même si pour ces grévistes hors norme, le défi remporté n’est qu’une étape dans la bataille contre la réforme ferroviaire, qu’ils entendent bien mener à son terme. Flora Carpentier mardi 8 mai

Sébastien Phalippou, Régis Rousse, et leur collègue retraité Patrick Viac s’étaient lancé un défi audacieux pour sensibiliser la population française sur l’importance de faire barrage contre la réforme ferroviaire : traverser la France, à raison de 35 km par jour, depuis l’Ariège jusqu’à l’Elysée. Le pari est réussi puisque les 3 protagonistes de cette initiative baptisée « marche ou grève » ont été reçus ce mardi par deux conseillers d’Emmanuel Macron, et ont pu faire part de leur opposition à « la réforme ferroviaire, à la fermeture des petites lignes et à l’ouverture à la concurrence ». Mais bien plus que cet acte symbolique, ils ont surtout témoigné de l’immense solidarité qui les avaient entourés tout au long de ce mois de marche, dans les différentes étapes de leur parcours, démontrant que la lutte des cheminots était largement soutenue.

Leur émotion était perceptible ce mardi, quand malgré la cinquantaine de policiers casqués venus encadrer leur arrivée dans la capitale, ils évoquaient la colère des travailleurs rencontrés du long de ces 720 kilomètres. Ainsi, ils ont fait de La Souterraine une étape de leur parcours, où ils ont solidarisé avec les 157 salariés de GM&S sur le carreau depuis 8 mois, qui leur ont rendu la pareille en les accompagnant à l’Elysée. Mais ils ont également trouvé sur leur chemin un fort mécontentement contre la casse du service public, dans le domaine de la santé, concernant les retraites, les APL, et contre toutes les attaques menées par le gouvernement contre ceux d’en bas. Ainsi, l’aboutissement de leur marche n’est certainement pas l’aboutissement de la lutte, mais bien un encouragement à poursuivre le combat contre Macron, son pacte ferroviaire et son monde de réformes contre les travailleurs.


https://www.anti-k.org/2018/05/10/apres ... leur-defi/

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 10 Mai 2018, 19:17

Une interfédérale pour ça ?

Au lieu d'appeler, enfin, à une grève reconductible placée sous la responsabilité des grévistes, les fédérations réunies le 9 mai ont décidé :

• de confirmer le calendrier des grèves carrées à répétition, qui empêche toute dynamique offensive ;
• de ne toujours pas appeler à la grève le 22 mai avec les fonctionnaires ;
• d'organiser un referendum, comme si au bout d'un mois et demi de grève il y avait besoin de légitimer notre mouvement ! Du 14 au 21 mai, pendant une semaine, ils veulent nous occuper à organiser “une votation” : mais c'est la grève qu'il faut organiser !

Le bilan n'est pas glorieux. Heureusement, ici ou là, des collectifs militants SUD-Rail, CGT ou FO tentent d'autres choses. Mais des tentatives éparses ne suffisent pas. Il faut un changement de braquet, un mouvement fort et déterminé nationalement. Prenons nos affaires en mains, ne laissons pas pourrir la situation !

Plus d’un mois après le début de la grève, un référendum …

Au bout de 2 mois, une pétition ?

Sur proposition de la CGT, les fédérations syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT ont décidé l’organisation d’un référendum pour savoir si les cheminots et les cheminotes soutiennent ou pas le projet de casse du service public ferroviaire décidé par Macron et son gouvernement.

C’est grotesque. Il y a quelques mois encore, nous nous mobilisions contre les ordonnances Macron, qui contenaient justement ces projets de référendums, et nous opposions à ces « consultations » la démocratie ouvrière et la dynamique collective des salarié.es, au quotidien et dans les luttes.

A Air France, le PDG a été désavoué par le referendum qu'il avait lui-même mis en place (et que seules CFDT et CGC soutenait), et il a démissionné. Cela a démontré que les salarié.es ne cédaient pas au chantage patronal. A la SNCF, nous ne sommes pas du tout dans la même situation : après tant de jours de grève, nous n’aurions nous-mêmes à opposer au gouvernement qu’un scrutin qui va prendre beaucoup de temps et d’énergie à organiser… et qui ne permettra aucunement de faire monter d’un cran le rapport de force ?

La consigne interfédérale insiste sur l'importance d'aller voir les non grévistes : nous sommes d'accord, mais pour qu'ils et elles se mettent en grève ; pas pour qu'ils et elles se donnent bonne conscience en votant ! Qui peut croire que Macron, Philippe et Borne et leurs député.es reculeront grâce à ce référendum ?

Alors oui, évidemment, les cheminots et cheminotes doivent pouvoir s’exprimer, mais pas à travers ce type de scrutin, mais bien dans des AG véritablement décisionnaires sur la conduite du mouvement ! Et décider, à la base, des moyens à mettre en œuvre pour faire reculer le gouvernement !


http://leraildechaine.org/post/173761561975/une-interfédérale-pour-ça
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede Pïérô » 11 Mai 2018, 21:25

L’émission de Demain Le Grand Soir du 9 mai 2018 avec SUD Rail sur la grève à la SNCF
http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1869
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 12 Mai 2018, 22:48

Appel des cheminots de l’Inter-Gares du 9 mai

L'Inter-Gares a réuni une centaine de cheminots ce mercredi 9 mai à Gare du Nord. La réunion a échangé sur la situation de la grève, les négociations, les actions du 7 mai, la répression, et puis aussi les perspectives, le 14, le 15, journée dans la santé, et aussi et surtout le 22, journée de la fonction publique.

Il faut savoir que la rencontre inter-gares s'est déroulée dans une gare qui était militarisée, avec des CRS tout le long des quais qui étaient explicitement placés sur le chemin qui mène à l'endroit où se font les AG et où annoncé l'inter-gare. Il faut savoir qu'il y avait des CRS et des RG partout postés dans la gare, clairement pour intimider et dissuader les grévistes de manifester dans la gare, après l'action de lundi proposée par l'inter-gares.

APPEL DES CHEMINOTS DE L'INTER-GARES

Ce mercredi 9 mai, plus d’une centaine de cheminots se sont à nouveau réunis en Rencontre inter-gares de la Région Parisienne à Paris Nord. Étaient présents des cheminots de Paris Nord, le Bourget, le Landy, Saint Lazare, Austerlitz, Chatillon, Mantes-la-Jolie, Paris Est et Paris Sud Est. Des cheminots de Lille et les marcheurs de l’Ariège étaient également présents et ont pris la parole !

Ce 7 mai, particulièrement marquant de répression policière à l'égard des cheminots et de pseudo-négociations, le gouvernement a encore fait preuve d'entêtement et d'arrogance. Le rassemblement et actions de lundi ont permis aux centaines de cheminots mobilisés pour le retrait du pacte de montrer leur détermination.

​​La grève tient bon, encore aujourd'hui au 17ème jour du calendrier. L'écrasante majorité des collègues a fait au moins un jour de grève, et une minorité est déjà en reconductible. Depuis des semaines, les cheminots se sont déjà largement prononcé contre le pacte ferroviaire, en posant le sac ! ​

Pendant ce temps, Edouard Philippe refusait toute négociation et proposait un calendrier de négociations de la convention collective nationale (CCN) ferroviaire en discussion depuis la réforme de 2016. La partie déjà écrite de cette convention (temps de travail) marque un recul considérable pour nos conditions de vie par rapport à la situation actuelle.

​L​e gouvernement ne compte pas céder quoi que ce soit s’il n’est pas contraint de le faire. Le 14 mai, journée sans cheminots, a été annoncé comme un moment fort du mouvement​ et nous sommes convaincus que les cheminots vont s'en saisir pour montrer leur détermination. Il faut que l’on soit massivement en grève et dans les Assemblées Générales pour décider de la suite. Nous appelons à une manifestation au départ à 13h30 de Gare de l’Est jusqu’à Saint Lazare pour rendre visible cette journée de mobilisation massive. Nous savons néanmoins qu’il faudra bien plus qu’une journée avec des forts taux de grève pour faire plier le gouvernement. ​Nous appelons l'interfédérale à soumettre aux grévistes un plan pour réellement durcir la grève.

Nous voulons également remercier tous les travailleurs et les étudiants qui soutiennent notre combat, ​à travers leur présence, leur soutien financier, etc. Nous estimons aussi que l'appui que tous les travailleurs apportent aujourd'hui doit pouvoir trouver une issue par la grève et la lutte tous ensemble face au gouvernement. Nous nous adressons donc à toutes les Confédérations Syndicales, pour appeler les travailleurs du public comme du privé à​ la​ grève contre les attaques de Macron.

Le 22 mai​ prochain est une date de grève et mobilisation dans la Fonction Publique. Nous serons en grève et dans la rue à leurs côtés! ​Nous voulons profiter de cette journée ​pour appeler les cheminots des différentes régions à monter à Paris pour constituer un grand cortège cheminot, à l’image de ceux du 22 mars, au sein de la manifestation de la Fonction Publique, ainsi que pour participer à une Rencontre Inter-gares qui accueillerait des délégations de toute la France à 11h à Paris Nord pour faire le point sur notre mouvement. Nous invitons les organisations syndicales à appuyer ces initiatives. Soyons forts et déterminés, Macron n'est pas invincible! Prenons notre mouvement en main et construisons tous ensemble le rapport de forces ​pour faire reculer le gouvernement!
La prochaine rencontre inter-gares aura lieu le lundi 14 mai à 16h (après la manifestation) à Saint Lazare.


https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 8218010985
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 13 Mai 2018, 00:28

Lyon
Pique-nique de soutien aux cheminot.es en lutte le lundi 14 mai
Afin d’échanger sur les différentes luttes en cours et apporter notre soutien aux cheminot-e-s en grève depuis début avril, barbecue dont les bénéfices seront reversés aux cheminot-e-s.
Des personnes en lutte des différents secteurs pique-nique de soutien aux cheminot.es en lutte lelundi 14 mai 2018, 12h place de la nation à Vaulx-en-Velin. Cheminot-e-s, étudiant-e-s, infirmier-e-s, réfugié-e-s, seront présent-e-s et assureront une prise de parole.
... https://rebellyon.info/Pique-nique-de-s ... s-en-19171

Besançon
Grève des cheminots et péage gratuit
Les cheminots seront lundi 14 mai à Valentin pour laisser passer gratuitement les automobilistes de 8 h à 9 h. « Le mouvement se radicalise, nous allons multiplier les actions fortes », promet Nicolas Oudet, de Sud-rail.
... https://www.estrepublicain.fr/edition-d ... ge-gratuit
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 13 Mai 2018, 21:08

SNCF. L’UNSA et la CFDT se félicitent des « négociations » : mais de qui se moque-t-on ?
A la sortie des bureaux de ministère, l’UNSA et la CFDT se sont félicitées des « négociations ». Des déclarations scandaleuses alors que le plan de la grève « perlée » montre toutes ses limites et que le gouvernement se montre inflexible.
« On travaille à sortir proprement du conflit avec des garanties à la sortie », la déclaration de Roger Dillenseger à la sortie du bureau d’Elisabeth Borne ne laisse aucun doute sur les intentions de l’UNSA Cheminots : trouver le premier prétexte possible pour trahir la mobilisation cheminote. On ne connait pas encore les amendements proposés par la CFDT et l’UNSA qui pourrait être acceptés sur le texte présenté fin mai au Sénat, mais on sait d’ores et déjà que les concessions ne pourrait être que très marginales, tant le gouvernement s’est montré intransigeant sur les questions essentielles. Une inflexibilité telle qu’il n’est pas sûr que cela suffise pour faire accepter un accord de sortie de grève.
... http://www.revolutionpermanente.fr/SNCF ... moque-t-on

Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain
La « bataille du rail » a commencé le 3 avril dernier, en réponse à l’offensive gouvernementale visant à libéraliser et ouvrir à la concurrence les services de transport ferroviaire — conformément aux exigences répétées de l’Union européenne. Les médias libéraux n’ont pas manqué de chanter en chœur : une réforme « inéluctable », pour Le Monde ; Le Parisien a raillé le « tabou du sacro-saint statut des cheminots » ; Le Point a dénoncé les « chantages » des grévistes et les « syndicats très peu représentatifs et ultra-marxistes dont les ambitions dépassent de très loin les intérêts du service public » ; Le Figaro a pointé du doigt une lutte « d’arrière-garde et profondément égoïste »… Retrouvons plutôt Laura D., cheminote au Bourget et syndicaliste SUD Rail, dans un café : elle nous raconte ce combat collectif et appelle à l’union de toutes les forces, publiques et privées, hostiles à la dégradation des services publics : « Qu’on tape tous d’une même main, pour l’ensemble, et pour faire plier le gouvernement sur tous les fronts ! »
... https://www.revue-ballast.fr/pas-de-tra ... it-demain/

SNCF : La grève par épisode n’y suffit pas...
Comme nous l’avions prédit, seule une grève reconductible pouvait construire une dynamique assez forte faire reculer Macron.
Alors quand les fédérations se réunissent après plus d’un mois de grève pour sortir une simple votation, il y a de quoi s’arracher les cheveux.
La grève par épisode, nombreux voulaient en tester l’efficacité. La question n’est pas de disputer qui avait raison ou tort. Ce qui est fait est fait. Et après tout si ça avait suffit pour gagner nous aurions accepter de bon coeur de reconnaitre notre erreur.
Mais devant l’intransigeance du gouvernement, il est grand temps de passer à la vitesse supérieure.
La grève reconductible, les AG massives de grévistes pour décider des suites, des actions quotidiennes pour aider à la convergence des luttes, c’est maintenant ou jamais.
Les cheminots grévistes ont déjà beaucoup donné, rien ne serait pire que d’avoir fait tous ces efforts sans aller au bout de l’affrontement.
Que chacun prenne ses responsabilités car l’heure est grave.
http://www.communisteslibertairescgt.or ... t-pas.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités