Un quinquennat Macron-MEDEF

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 14 Sep 2018, 00:18

Victoire minable pour Richard Ferrand

Jolie performance pour Richard Ferrand, et par ricochet, pour Macron : alors que le protégé du président était appuyé par l’Elysée, par Matignon et par tout l’appareil de LREM, il a été élu au perchoir de l’Assemblée Nationale sans faire carton-plein de voix. Une soixantaine de députés En Marche a fait défection et n’a pas voté pour lui, sans compter ceux du MoDem qui l’ont snobé… Un autre coup dur pour la Macronie en cette rentrée politique 2018 qui n’en finit pas de tanguer.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Vict ... rd-Ferrand
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 15 Sep 2018, 20:42

Le fabuleux destin de la Macronie

Un véritable non-événement : Richard Ferrand, petit baron de Macron, a sans surprise été élu au « perchoir », c’est-à-dire à la présidence de l’Assemblée nationale. Au-delà de ses déclarations s’excusant « de ne pas être une dame », ce mâle dominant veut se poser en homme du « renouveau ». « Incarner le renouveau, ça ne se décrète pas, ça ne s’autoproclame pas, ça se conçoit, ça se crée, ça se fabrique. Et vous savez combien avec vous j’ai pris ma part à son avènement »…

Sans doute que le député du Finistère, passé (assez logiquement) du hollandisme au macronisme, fait allusion à son parcours d’élu, commencé il y a deux décennies comme conseiller général, puis conseiller régional, puis député, etc. L’itinéraire d’un enfant gâté, digne représentant d’un personnel de la 5e République dont on n’a que trop soupé.

Ou alors Ferrand, en matière de « renouveau », a-t-il en tête l’affaire des Mutuelles de Bretagne (MDB), des mutuelles dont il était directeur général... et qu’en tant que vice-président du conseil départemental du Finistère, il a largement subventionnées au profit de son épouse de l’époque (1,66 million d’euros), puis de sa nouvelle compagne (près de 200 000 euros)…

À moins qu’il s’agisse de rappeler qu’en véritable héraut de ce nouveau monde politique dont le président-Jupiter se fait le chantre quotidien, Ferrand, une fois élu député en juin 2012, a tout de même conservé un poste de chargé de mission aux MDB (rémunéré entre 1 200 et 1 500 euros par mois selon les sources), et embauché comme assistant parlementaire le compagnon de son ex-adjointe à la direction des MDB, puis son propre fils. Collusion, clientélisme, népotisme… n’en jetez plus !

Sur le fond, après l’arrivée du désormais ministre de Rugy lors de la vacance de monsieur Hulot, l’élection de Ferrand à la tête d’une instance fondamentale pour le fonctionnement bien huilé des institutions de la 5e République, est une nouvelle illustration du fait que le macronisme connaît déjà une usure prématurée. En recherche d’oxygène, ce petit monde est bien à la peine pour faire émerger de nouvelles têtes pas encore totalement cramées par cette première année d’exercice du pouvoir. Le socle social, déjà étroit, du président directeur général, se rétrécit toujours plus. Si ceux d’en haut n’en peuvent plus, il va falloir en profiter…

Manu Bichindaritz


https://npa2009.org/actualite/politique ... a-macronie
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 15 Sep 2018, 23:32

Suppression du RSA : Avec le plan pauvreté, pour obtenir une aide, il faudra travailler !

Ce jeudi 13 septembre, le gouvernement présentait son plan pauvreté, censé représenter le « tournant social » de Macron. Et en guise de tournant, il ne s'agit ni plus ni moins que d'une attaque supplémentaire contre les plus précaires, saupoudrée de miettes.

Initialement prévu durant l’été, le « plan pauvreté » d’Emmanuel Macron , qui verra l’État investir 8 milliards d’euros sur quatre ans, a été présenté, ce jeudi 13 septembre. Devant marquer un « tournant social » du quinquennat, et démontrer que Jupiter n’était pas un « président de droite », c’est pourtant une nouvelle attaque contre les plus précaires qui est à l’ordre du jour.

C’est autour du revenu universel d’activité, mesure surprise de la réforme, que la polémique s’articule. Rappelant le leitmotiv de Benoît Hamon lors de la présidentielle – l’ex-candidat a d’ailleurs accusé Macron de le « singer » - l’emballage du nom est pourtant trompeur, et c’est fait pour. En effet, ce revenu universel d’activité n’a rien... d’universel justement. Concrètement, il faudra, pour en être bénéficiaire, signer un contrat d’engagement, avec obligation de s’engager dans un parcours d’insertion, se situer en dessous d’un certain seuil de revenu et, surtout, toutes celles et ceux qui auront refusé deux emplois « raisonnables » en seront privés ! Dans les faits, cette soit disant réforme anti-pauvreté n’est rien d’autre qu’une façade, le but étant de contraindre les bénéficiaires de ce « revenu universel d’activité » à choisir entre deux options : Accepter un boulot, même précaire, ou crever !

Car ce n’est pas tout ! Le revenu universel d’activité se présente comme étant la fusion du plus grand nombre de prestations possible . Exit, par exemple, le revenu de solidarité active (RSA), qui fournit déjà un minimum bien maigre pour survivre. D’autres aides vitale sont comprise dans le package, comme les APL et la prime d’activité. Pire, ce système de fusion des aides sociales, déjà mis en pratique en Grande Bretagne, a débouché outre-Manche sur une réduction des revenus des plus précaires. Si Macron a affirmé que ce ne serait pas le cas avec ce plan pauvreté, nous sommes en droit d’émettre de sérieuses réserves.

Si quelques mesures, telle que la cantine à 1€ ou la création de crèches dans des quartiers jugés « prioritaires », sont également dans le texte, le fameux plan pauvreté n’est rien d’autre qu’une attaque supplémentaire contre les plus précaires. Une réforme, déjà largement épinglée dans la presse comme sur les réseaux sociaux, qui peine à arracher l’étiquette qui colle, et va tellement bien, à Macron : Celle du « président des riches ».


http://www.revolutionpermanente.fr/Supp ... travailler
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 17 Sep 2018, 12:01

A gauche comme à droite, la classe politique juge « insuffisantes » les mesures du « plan pauvreté »
Emmanuel Macron a dévoilé son plan pour lutter contre la pauvreté, d’un montant de 8 milliards d’euros sur quatre ans.
Après le dévoilement par Emmanuel Macron du — très attendu — « plan pauvreté », d’un montant de 8 milliards d’euros sur quatre ans, les réactions se multiplient au sein de la classe politique.
... https://www.lemonde.fr/politique/articl ... 23448.html

Plan pauvreté : « On retrouve chez Macron cette tendance à demander beaucoup à ceux qui ont peu »
Pour le sociologue Nicolas Duvoux, les « mesures originales » annoncées risquent d’être « annulées par la politique générale » de ce gouvernement.
Emmanuel Macron appelle « toutes les forces de la nation » à se mobiliser pour éradiquer la grande pauvreté « en une génération », et présente un plan qui ambitionne de « refonder l’Etat providence ». Cette « stratégie nationale » de lutte contre la pauvreté, présentée jeudi 13 septembre, comprend notamment des mesures de prévention de la précarité en faveur des plus jeunes, mais aussi l’instauration d’un « revenu universel d’activité » et un renforcement des dispositifs d’accompagnement au retour à l’emploi.
Professeur de sociologie à l’université Paris-VIII, membre de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale et auteur des Inégalités sociales (PUF, 2017), Nicolas Duvoux estime que « les choix économiques et politiques pris par Emmanuel Macron risquent de réduire, voire d’annuler la portée » de son plan pauvreté, qui comprend pourtant des « mesures originales ».
... https://www.lemonde.fr/societe/article/ ... _3224.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 18 Sep 2018, 03:49

La pauvreté du Plan

Si certaines des mesures annoncées ce matin par le Président de la République seront appréciées par les associations et les professionnels, il n'en reste pas moins que la Plan pauvreté est l'expression d'une conception bien particulière, néo-libérale, de la pauvreté. Dont cette insistance sur les "inégalités de destin" pour atténuer les inégalités de fait.

Cela fait des siècles, et plus encore, que les penseurs ont ratiociné à propos de la pauvreté. Ils ont cherché à la définir, à l'expliquer, à la justifier, à en percevoir diverses : pauvreté choisie, pauvreté subie, pauvreté sanctifiée. Depuis la "crise" (années 80), on a évoqué les "nouveaux pauvres", façon de dire qu'il y en avait davantage et donc, que des non-pauvres l'étaient devenus. Mais on a continué, comme jadis, à dissocier les bons pauvres et les mauvais pauvres. Il va de soi que c'est ce que Nicolas Sarkozy visait avec ses diatribes sur l'assistanat, relayées aujourd'hui par Laurent Wauquiez. Il s'agit finalement de procéder comme pour le vagabond mendiant d'autrefois : glorifier sa misère (image du Christ) et le vouer aux gémonies. Commisération et exclusion, dans le même paquet cadeau : peut-être moins pour le danger que représente le pauvre mais pour l'efficacité du discours politique auprès des ouailles beaucoup plus prêtes à vilipender son voisin de palier (dont ils ont trop peur de subir un jour le même sort) que le nabab qui se prélasse dans son paradis fiscal.

... https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup ... te-du-plan
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 19 Sep 2018, 08:58

Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane

Le chef de l’État a dévoilé jeudi 13 septembre le contenu de son plan pauvreté. Plus de 8 milliards d’euros sur quatre ans y sont consacrés. L’accent mis sur la jeunesse pour éviter la reproduction de la pauvreté n’efface pas, ni ne contrebalance, la politique délibérément libérale de l’exécutif.

... https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-c ... e-09152191
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 20 Sep 2018, 14:45

Macron présente son plan santé : cure de soins ou cure d’austérité ?
C’est aujourd’hui qu’Agnès Buzyn, ministre de la santé, et Macron en personne présentaient leur Plan Santé, autrement nommé, « Ma santé 2022, un engagement collectif ». 54 mesures qui, au-delà de la poudre aux yeux, ne sont pas si engageantes que ça.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Macr ... -austerite

Hôpital. Un plan santé qui entérine l’austérité pour le service public
Rallonge budgétaire au compte-gouttes, rapprochement public-privé, soins d’urgence confiés aux médecins de ville… Le plan présenté hier ne répond à aucune des revendications exprimées par un personnel soignant à bout de souffle.
... https://www.humanite.fr/hopital-un-plan ... lic-660920
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 21 Sep 2018, 00:40

Revenu universel d’activité, un nom scandaleux, un projet dangereux

Le Président Macron a présenté le 12 septembre dernier dans le cadre d’un plan de lutte contre la pauvreté, la mise en place d’un « revenu universel d’activité ». Henri Sterdyniak, membre du collectif d'animation des économistes atterrés, souligne notamment que le projet annoncé n’est en rien un revenu universel (versé à tous, sans aucune condition), ni même un revenu minimum garanti.

Le 12 septembre 2018, Emmanuel Macron a annoncé, dans le cadre d’un plan de lutte contre la pauvreté, la mise en place d’un « revenu universel d’activité », soit une allocation unique sous conditions de ressources et d’activité (emploi, recherche d’emploi ou effort d’insertion)

Le nom est en lui-même une usurpation scandaleuse. L’objectif est de dévoyer les espoirs que les partisans d’un vrai revenu universel avaient pu susciter chez certains[1]. Le projet annoncé n’est en rien un revenu universel (versé à tous, sans aucune condition), ni même un revenu minimum garanti.

L’expression de revenu universel d’activité est un oxymore, un mensonge d’État. Par définition, un revenu universel ne doit pas dépendre de l’activité. Les minimas sociaux bénéficient essentiellement à des personnes qui, pour une raison ou une autre (âge, handicap, santé, contrainte familiale, absence d’emplois disponibles), ne peuvent pas travailler. On ne peut renoncer à leur objectif de solidarité[2] sous prétexte d’inciter à l’emploi. Le revenu minimum d’activité, celui qui doit être garanti à toute personne qui travaille, existe déjà, c’est le SMIC.

Dans le plan présenté le 12 septembre, il est proclamé que ce prétendu revenu universel d’activité (RUA) fusionnera le revenu de solidarité active (RSA), la prime d’activité (PA), les allocations logement (APL). C’est oublier que beaucoup de personnes touchent les allocations logement sans bénéficier du RSA ou de la PA. C’est le cas des retraités, des handicapés, des chômeurs et des étudiants.

Le projet oublie le minimum vieillesse (ASPA), l’allocation adulte handicapé (AAH) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI). Il semble acté qu’il permettra de supprimer l’allocation l’ASS (l’allocation spécifique de solidarité, qui permet tout de même aux chômeurs de longue durée de continuer à valider des droits à retraite).

La fusion des minimas sociaux est un mythe dangereux. Sous prétexte de simplification, elle aboutirait à mélanger des populations très différentes : des personnes âgées sans ou avec peu de ressources, les handicapés, des chômeurs de longue durée ayant des difficultés à retrouver un emploi, des personnes hors emplois, des travailleurs précaires ou à bas salaires, des femmes isolées avec des enfants en bas âge. Ces personnes ont actuellement des minimas sociaux de montants différents. Elles ont surtout des besoins de suivis très différents : on ne peut imposer des conditions d’activité aux personnes âgées, aux handicapés, etc.

... https://blogs.mediapart.fr/les-economis ... -dangereux
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité