Un quinquennat Macron-MEDEF

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 22:33

Exemplaires, de leurs privilèges

Après Benalla, l’affaire Kohler : la « moralisation » avec Macron

Alors que l’affaire Benalla est loin d’être close avec son lot de copinages et de barbouzeries, les conflits d’intérêts menaçant le n°2 de la campagne LREM, Alexis Kohler, pourraient approfondir la crise politique que traverse Macron.

Le macronisme s’était notamment construit sur les ruines supposées de « l’ancien-monde », celui des Filloneries, des conflits d’intérêts et de la corruption qui avait permis à Macron de ratisser une bonne partie de l’électorat de droite. Jouant ainsi la carte de la moralisation politicienne et de l’exemplarité, Macron peine à masquer ce qui crevait déjà les yeux : les grands privilèges de la caste politicienne, entremêlés de très près et protégeant ceux du patronat.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Apre ... vec-Macron
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 13:37

Y'a plein de rencontres secrètes à L’Élysée. Macron et ses amis, dont Moudenc, préparent en catimini la fusion départements/métropoles tout tranquillement.
A nous de leur poser des problèmes

Image

https://www.facebook.com/sudct31/photos ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 19:17

« Chez PSA, on passe de la théorie Macron à la pratique »

Alors que le groupe automobile affiche des résultats en forte hausse, la CGT dénonce la mise sous pression des salariés, la casse des acquis sociaux et l’explosion de la précarité, le tout permis par l’application soigneuse des dispositifs des ordonnances travail.

PSA a enregistré, en un an, une augmentation de son chiffre d’affaires de 40 % et vu bondir ses profits de 18 %. Quel est le coût social d’une telle croissance ?

Jean-Pierre Mercier Cela s’est fait sur le dos de tous les salariés du groupe, quelle que soit leur catégorie professionnelle. Carlos Tavares (le PDG de PSA – NDLR) a supprimé plus de 25 000 emplois en CDI ces dernières années, tout en augmentant la production en France de 800 000 à 1,1 million de véhicules. Résultat, la précarité des salariés a explosé. Sur les chaînes de montage, l’entreprise enregistre aujourd’hui un taux record de près de 10 000 intérimaires pour un effectif total d’ouvriers de production de 28 000 CDI. C’est du jamais-vu. À cela s’ajoutent toutes les attaques sur l’ensemble des droits des salariés, avec deux accords de compétitivité imposés, synonymes de salaires bloqués, de primes rabotées, voire supprimées, et une flexibilité des horaires inédite. Le nombre d’heures supplémentaires flambe et, dans certaines usines, les directions en sont même à faire travailler pendant les pauses. Tout cela s’accompagne d’une politique antisyndicale exacerbée. Une répression qui se mène sur le terrain disciplinaire, avec des demandes de sanctions et de licenciements, et, depuis peu, également sur le terrain judiciaire, notamment contre la CGT des sites de Poissy et Mulhouse. L’objectif est d’instiller de la peur chez les salariés. Mais, pour l’instant, ça ne fonctionne pas. Les salariés ne sont pas prêts à se laisser faire.

Ruptures conventionnelles collectives, accords de compétitivité, CDI intérimaires, PSA utilise toute la panoplie des reculs sociaux permis par les ordonnances travail…

Jean-Pierre Mercier PSA est l’avant-garde du Medef. Il déblaye le terrain. Sur le site de Vesoul, Carlos Tavares a décidé de faire sauter le verrou des 35 heures. La mesure, effective au 1er septembre, touche près de 3 000 salariés. Elle fait suite à un accord de la honte que seule la CGT n’a pas signé. Les salariés à Vesoul vont donc devoir travailler 37,45 heures par semaine, payées 36. Et si, pour l’instant, le CDI de chantier n’est pas encore à l’ordre du jour, le CDI intérimaire est en augmentation. La direction de PSA est en bonne place dans les attaques que mène le patronat de la métallurgie contre la convention collective. Avec Peugeot, on passe de la théorie Macron à la pratique.

... https://www.humanite.fr/jean-pierre-mer ... que-659113
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 16 Aoû 2018, 20:12

Les indemnités maladie doivent être remises à plat, dit Philippe

Le Premier ministre Edouard Philippe a fait savoir aux organisations patronales qu'il voulait revoir le fonctionnement des indemnités journalières versées en cas d'arrêt maladie, a-t-on appris jeudi auprès des représentants des entreprises.
Répondant à un courrier que le Medef, la CPME et l'U2P lui avaient adressé pour lui faire part de leurs inquiétudes sur les conséquences pour les employeurs, Edouard Philippe a confirmé que le sujet serait à l'ordre du jour des bilatérales de la rentrée qui doivent balayer les thèmes sociaux de l'automne.

... https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... 2b089b8334
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités