Grèves et conflits du travail en France : un état des lieux

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 27 Sep 2016, 08:02

Déjà deux fois plus de grèves et luttes qu’à la rentrée 2015

Avec 100 grèves et luttes mesurées au 23 septembre 2016, on obtient le double de l’an passé à la même époque. Ce qui confirme le haut niveau de luttes déjà mesuré à la rentrée au tout début septembre et donne une idée du climat social. L’an passé, avec une montée progressive du nombre de luttes, ce n’était qu’en décembre 2015 que ce niveau avait été atteint pour ensuite parvenir à 130 grèves et luttes par jour fin février, début mars 2016.

... http://www.anti-k.org/2016/09/26/avec-1 ... -oZPGea21t
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 23 Jan 2017, 12:11

France: 115 grèves et luttes par jour en moyenne, double de l’an passé

115 GREVES ET LUTTES PAR JOUR EN MOYENNE EN FRANCE RECENSEES DANS LA PRESSE DURANT LA SEMAINE DU LUNDI 16 JANVIER AU VENDREDI 20 JANVIER 2017 (soit le double que l’an passé à la même période).

Si l’on prend ce chiffre pour en faire une moyenne annuelle sur environ 260 jours ouvrables (pour des semaines de 5 jours) on arrive à un total d’environ 30 000 grèves et luttes. Ce qui est déjà important. Mais dans une étude, le CNRS estimait que seulement 20% des grèves était publiées par la presse. Si l’on prend cette estimation, on arrive donc à une moyenne de 575 grèves et luttes par jour la semaine du 16 au 20 janvier et un total avec le même mode de calcul de 150 000 grèves et luttes par an.

Ce qui est considérable.

Bien évidemment ce calcul est très approximatif mais il suffit pour donner un ordre d’idée de l’importance actuelle de la conflictualité sociale en France. On est très loin par exemple de ce que vient de publier le Figaro qui trouve seulement 800 grèves au total pour toute l’année 2016 et de tout ce que disent en général les grands médias comme les hommes politiques.

Le chiffre de 150 000 n’est encore une fois qu’une approximation très imprécise. Cependant on peut très légitimement penser qu’il y a en fait beaucoup plus de luttes si l’on prend en compte que ce recensement ne se fait pas sur la totalité de la presse quotidienne mais sur les grands quotidiens régionaux, si on prend en compte aussi que les semaines du 23 au 27 janvier et du 30 janvier au 3 février s’annoncent encore plus conflictuelles au vu de ce qui est déjà annoncé et que ce niveau pourrait bien s’élever au moins jusqu’en mars et si enfin on rajoute ce qui n’est recensé nulle part, à savoir les multiples actions invisibles de résistance quotidienne à l’exploitation personnelles et collectives des salariés ; débrayages, grèves du zèle, boycotts, délégations, réunions voire même une partie des maladies qui sont aussi un moyens de se défendre pour certains.

... http://www.anti-k.org/2017/01/22/115-gr ... en-france/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 31 Jan 2017, 09:23

Une semaine de conflits à un niveau historiquement élevé

UN VASTE MOUVEMENT DE GREVES INVISIBLES

150 CONFLITS DU TRAVAIL PAR JOUR EN MOYENNE EN FRANCE RECENSES DANS LA PRESSE DURANT LA SEMAINE DU LUNDI 23 JANVIER AU VENDREDI 27 JANVIER 2017 (contre 133 l’an passé à la même époque du 25.01.2016 au 29.01.2016 et 115 conflits du travail la semaine précédente, du lundi 16 au vendredi 20 janvier 2017).

C’est un niveau historiquement élevé et même très élevé.

Du point de vue de la tendance, il y a une progression importante de la conflictualité sociale cette semaine par rapport à la semaine précédente et par rapport à la période équivalente l’an passé qui avait pourtant connu un pic à ce moment avec la forte mobilisation nationale du 26 janvier. Or, comme les semaines à venir s’annoncent autant sinon plus conflictuelles au vu de ce qui est déjà annoncé, avec en plus les NAO qui suscitent pas mal de luttes, le niveau moyen pourrait bien s’élever au moins jusqu’en mars. Il faut rappeler que l’an passé, c’est dans une ambiance conflictuelle où fin janvier, début février, mais surtout fin février-début mars, le nombre moyen de conflits était de 130 par jour, que s’était déclenché le mouvement général contre la loi travail le 9 mars.

Si l’on prend le chiffre de 150 conflits par jour pour en faire une moyenne annuelle sur environ 260 jours ouvrables (pour des semaines de 5 jours) on arrive à un total d’environ 39 000 luttes.

... http://www.anti-k.org/2017/01/29/une-se ... ent-eleve/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 05 Fév 2017, 16:47

UN VASTE MOUVEMENT DE GREVES INVISIBLES

243 CONFLITS DU TRAVAIL PAR JOUR EN MOYENNE EN FRANCE RECENSES DANS LA PRESSE DURANT LA SEMAINE DU LUNDI 30 JANVIER AU VENDREDI 3 FEVRIER 2017 (contre 131 l'an passé à la même époque du lundi 1.02.2016 au vendredi 5.02.2016 et 150 et 115 les deux semaines précédentes en 2017, du lundi 23 au vendredi 27 janvier et du lundi 16 au vendredi 20 janvier 2017). C'est un niveau historiquement très élevé.
NOTE DE CONJONCTURE

Du point de vue de la tendance, il y a encore une progression importante de la conflictualité sociale cette semaine par rapport aux deux semaines précédentes qui était déjà élevée et par rapport à la période équivalente l'an passé qui avait pourtant connu un pic à ce moment avec la forte mobilisation nationale du 4 février autour des Goodyear.

Les semaines à venir s'annoncent encore d'un niveau conflictuel élevé avec en plus les NAO qui suscitent pas mal de luttes, même si ça n'atteindra certainement pas le niveau de cette semaine avec trois journées nationales d'action bien suivies, le 31 janvier avec EDF, le 1er février les Atsem et le 2 février la SNCF.
Le niveau moyen devrait rester élevé jusqu'en mars où il atteindra certainement un nouveau pic avec les journées nationales d'action des 6, 7 et 8 mars.

Il faut rappeler que l'an passé, c'est dans une ambiance conflictuelle semblable, mais de niveau moindre où, fin janvier, début février, mais surtout fin février-début mars, le nombre moyen de conflits était de 130 par jour, que s'était déclenché le mouvement général contre la loi travail le 9 mars.
Si l'on prend le chiffre de 243 conflits par jour de cette semaine pour en faire une moyenne annuelle sur environ 260 jours ouvrables (pour des semaines de 5 jours) on arrive à un total d'environ 63 180 luttes.
Ce qui est déjà important.

Mais dans une étude, le CNRS estimait qu'entre seulement 20 et 50% des grèves étaient publiées par la presse. Si l'on prend cette estimation, on arrive donc à une moyenne de 486 à 1215 conflits du travail par jour la semaine du 30 janvier au 3 février et un total projeté sur l'année avec le même mode de calcul de 126 260 à 315 900 conflits par an.
Ce qui est considérable.
Bien évidemment, ce calcul est très approximatif et n'a rien de scientifique.
Il permet cependant de donner un ordre d'idée de l'importance actuelle de la conflictualité sociale en France. Et cela nous met très loin de ce qu'a publié en ce début d'année le Figaro – et derrière lui, toute la presse - qui recense seulement 800 grèves au total pour toute l'année 2016. Ce chiffre du Figaro comme les statistiques du ministère du travail qui vont dans le même sens, n'ont qu'une valeur de propagande pour tenter de démontrer que les gens ne se battent pas et qu'il ne sert à rien de le faire ; il alimente donc tout ce que disent en général les grands médias comme les hommes politiques.
Les chiffres que nous donnons ont la signification exactement inverse : les gens se battent, résistent en nombre, sont très nombreux à ne pas se laisser faire, ne baissent pas les bras et, bien souvent, gagnent.
Ces chiffres ne sont encore une fois que des approximations très imprécises. Cependant, ils sont certainement bien plus proches de la réalité que ceux donnés non seulement par les grands médias mais aussi ceux donnés par le ministère du travail. Celui-ci, rappelons-le, fonde ses statistiques sur les déclarations de grèves des patrons eux-mêmes (en oubliant au passage la fonction publique). Ce qui est aussi peu fiable que de demander à un dictateur de quantifier la torture dans son pays.

On peut très légitimement penser qu'il y a en fait beaucoup plus de luttes que ce que nous mesurons ici. En effet, d'une part notre recensement ne se fait pas sur la totalité de la presse quotidienne mais seulement sur les grands quotidiens régionaux en ligne et d'autre part nous ne recensons pas les multiples actions invisibles de résistance à l'exploitation quotidienne des salariés, personnelles et collectives ; débrayages, grèves du zèle, boycotts, délégations, réunions voire même une partie des maladies qui sont aussi un moyen de se défendre pour certains.

https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 27511696:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 19 Fév 2017, 16:03

OU VA LE VASTE MOUVEMENT ACTUEL DE GREVES INVISIBLES QUI S'AMPLIFIE REGULIEREMENT ?

SEMAINE DU LUNDI 13 FEVRIER AU VENDREDI 17 FEVRIER : 195 CONFLITS DU TRAVAIL PAR JOUR EN MOYENNE CONTRE 176, 245, 150 ET 115 LES SEMAINES PRECEDENTES

C'est un niveau historiquement très élevé et qui progresse toujours régulièrement. Les deux semaines avec 245 et 150 conflits, il y avait des journées nationales d'action qui gonflent les chiffes, alors que les chiffres de 195 et 176 pour les deux dernières semaines s'est fait sans journée nationale d'action. C'est un record sur les 5 années précédentes depuis que nous essayons de mesurer la conflictualité sociale
NOTE DE CONJONCTURE
Cette progression régulière du nombre de conflits à un niveau très élevé fait que l'écart grandit entre la représentation politique ou électorale à mille lieux des préoccupations populaires et cette colère sociale qui n'est représentée par personne.
Cette colère sociale pourrait donc rapidement chercher et trouver une expression publique. L'élimination du jeu électoral de Hollande, Sarkozy, Valls et maintenant peut-être Fillon, les scandales à répétition autour des politiciens et les « émeutes » des jeunes de quartier de ces derniers jours autour du viol de Théo par la police, sont certainement les premières manifestations indirectes de cette colère.
La conflictualité sociale va probablement encore augmenter en mars avec déjà de nombreuses journées nationales d'action prévues ce mois et notamment les 6, 7 et 8 mars.
On pourrait donc avoir des élections présidentielles et législatives fortement perturbées. Le fait qu'un certain nombre de militants syndicalistes autour des Goodyear appelle à manifester le 22 avril pour que la rue impose son programme la veille du premier tour, dans le cadre d'un « premier tour social », illustre la perte d'emprise du jeu électoral et des partis traditionnels sur les classes populaires. Jusqu'à présent, cette perte d'influence se traduisait par l'abstention ouvrière. C'est peut-être en train de changer ; l'action autour des Goodyear pourrait bien bousculer tout cela et faire que les classes populaires et leurs militants passent de l'abstention électorale et du dégoût à la participation active dans la rue et à l'espoir. Ce qui serait un changement considérable.

LES LUTTES
C'est dans le secteur de l'éducation nationale suivi de celui de la santé et maintenant de l'énergie que l'on compte le plus de conflits pour les dernières semaines.
Education Nationale
La lutte des Atsem et la « carte scolaire » (avec son cortège de fermetures de classes et diminutions d'heures) a contribué ces trois dernières semaines à faire monter le chiffre de luttes dans l'éducation nationale malgré les vacances de février. C'est traditionnel chaque année. Mais il est bien possible – bien que nous ne l'ayons pas mesuré – que cette année soit en train de battre aussi des records.
Santé
Le secteur de la santé en est pour ces trois premières semaines de février à 113 établissements de santé touché par un conflit du travail. C'est-à-dire plus que pour l'ensemble du mois de décembre (78) et pas loin du record de janvier avec 144 établissements touchés.
Energie
A EDF, depuis le 17 janvier il y a eu 7 journées nationales d'action pour les salaires et la défense des acquis sociaux, qui ont été toutes très suivies. C'est maintenant une journée d'action tournante par semaine que suivent les agents de EDF, Engie, Enedis, Grdf..., les « mardi de la colère ». Menant jusque là leurs luttes de manière isolée, ils ont décidé de s'associer à la journée de la santé du 7 mars, qui s'est par ailleurs élargie entre temps à une bonne parie de la fonction publique
Public-privé
Nous notions la semaine passée que dans l'ensemble, c'était surtout la fonction publique qui était en lutte, en prévoyant cependant une montée des luttes dans le privé contre l'application de la loi travail mais surtout autour des salaires ;
C'est ce qui en train de se passer. Et ce qui est notable, c'est qu'au delà des débrayages symboliques traditionnels autour des NAO, on assiste à l'émergence d'un certain nombre de luttes longues sur les salaires. Il est encore trop tôt pour dire si les luttes longues et victorieuses sur les salaires ces derniers temps dans le secteur des Grands Hôtels, des cliniques privées ou du nettoyage sont en train de s'étendre à des secteurs plus larges dans le transport, la métallurgie, la chimie... On verra ; mais si c'était le cas, ce serait aussi un changement important, car on passerait de luttes dans des secteurs aux salaires très bas, ce qui au fond n'était que du rattrapage et des secteurs aux salaires plus élevés, ce qui traduirait que les salariés lassés de l'étalage des bénéfices et dividendes énormes et en même temps du blocage des salaires, veulent un autre partage des richesses. Ce serait un changement d'état d'esprit qui pourrait rejoindre alors celui que nous notions plus haut de ras-le-bol devient général mais aussi de reprise d'un espoir de transformation sociale.
SIGNIFICATION ET UTILISATION DES CHIFFRES
Pour revenir aux chiffres et si l'on prend le chiffre de 195 conflits par jour de cette dernière semaine pour en faire une moyenne annuelle sur environ 260 jours ouvrables (pour des semaines de 5 jours) on arrive à un total d'environ 50 700 luttes.
Ce qui est déjà important.
Mais dans une étude, le CNRS estimait qu'entre seulement 20 et 50% des grèves étaient publiées par la presse. Si l'on prend cette estimation, on arrive donc à un total projeté sur l'année avec le même mode de calcul de 390 à 975 conflits par jour et de 101 400 à 253 500 conflits par an.
Ce qui est considérable.
Bien évidemment, ce calcul est très approximatif et n'a rien de scientifique.
Il permet cependant de donner un ordre d'idée de l'importance actuelle de la conflictualité sociale en France et de ces évolutions. Et cela nous met très loin de ce qu'a publié en ce début d'année le Figaro – et derrière lui, toute la presse - qui recense seulement 800 grèves au total pour toute l'année 2016. Ce chiffre du Figaro comme les statistiques du ministère du travail qui vont dans le même sens, n'ont qu'une valeur de propagande pour tenter de démontrer que les gens ne se battent pas et qu'il ne sert à rien de le faire ; il alimente donc tout ce que disent en général les grands médias comme les hommes politiques.
Les chiffres que nous donnons ont la signification exactement inverse : les gens se battent, résistent en nombre, sont très nombreux à ne pas se laisser faire, ne baissent pas les bras et, bien souvent, gagnent.
Ces chiffres ne sont encore une fois que des approximations très imprécises. Cependant, ils sont certainement bien plus proches de la réalité que ceux donnés non seulement par les grands médias mais aussi ceux donnés par le ministère du travail. Celui-ci, rappelons-le, fonde ses statistiques sur les déclarations de grèves des patrons eux-mêmes (en oubliant au passage la fonction publique). Ce qui est aussi peu fiable que de demander à un dictateur de quantifier la torture dans son pays.
On peut très légitimement penser qu'il y a en fait beaucoup plus de luttes que ce que nous mesurons ici. En effet, d'une part notre recensement ne se fait pas sur la totalité de la presse quotidienne mais seulement sur les grands quotidiens régionaux en ligne et d'autre part nous ne recensons pas les multiples actions invisibles de résistance à l'exploitation quotidienne des salariés, personnelles et collectives ; débrayages, grèves du zèle, boycotts, délégations, réunions voire même une partie des maladies qui sont aussi un moyen de se défendre pour certains.


Liste : https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 06898118:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 06 Mar 2017, 17:04

Ou va le vaste mouvement actuel des grèves invisibles ?

OU VA LE VASTE MOUVEMENT ACTUEL DE GREVES INVISIBLES ?

SEMAINE DU LUNDI 27 FEVRIER AU VENDREDI 3 MARS: 161 CONFLITS DU TRAVAIL PAR JOUR EN MOYENNE CONTRE 135, 195, 176, 245, 150 ET 115 LES SEMAINES PRECEDENTES

C’est un niveau historiquement très élevé de luttes qui se maintient depuis maintenant 7 semaines. C’est un record par l’amplitude et la durée depuis que nous essayons de mesurer la conflictualité sociale sur les 5 années précédentes

... http://www.anti-k.org/2017/03/04/va-vas ... nvisibles/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 18 Mar 2017, 22:08

Journées de grèves sur les deux derniers mois

PLUS D'UN MILLION DE JOURNEES DE GREVE SUR LES DEUX DERNIERS MOIS

UNIFIONS NOS LUTTES

La colère mais aussi les luttes sont très, très nombreuses tous ces derniers mois et atteignent même des niveaux historiques en tous cas pour toutes ces dernières années, mais dispersées, isolées, elles ne se voient guère et pèsent peu.
Pas mal de ces grèves gagnent, mais pas au niveau de ce qu'elles pourraient si elles étaient unifiées. Mais surtout, émiettées, elles ne sont pas en situation de créer le rapport de force suffisant pour faire reculer les attaques générales et unifiées, elles, du gouvernement et du patronat qui imposent les pires des reculs
Face à ça, il y a beaucoup de journées d'action syndicales mais aussi émiettées, par catégories professionnelles, par régions et si elles sont nationales, trop espacées pour qu'elles puissent être efficaces.
Par exemple à EDF, les salariés qui demandent des augmentations de salaires doivent en être à plus de dix journées d'action depuis le début de l'année ; les Atsem et personnels des écoles multiplient également les journées et en plus y rajoutent des journées mais souvent par ville ; les postiers auront eu trois journées en mars mais une fois les plate-formes de tri de la Poste, une fois les services bancaires postaux... ; on compte près de 500 hôpitaux, cliniques, Ehpad et autres services qui ont été en lutte depuis le début de l'année mais il n'a été proposé comme seule unification de ces luttes, qu'une seul journée d'action nationale le 7 mars qui suivait celle... du 8 novembre 2016. Elles ont été toutes deux très suivies, mais très espacées, elles n'ont aucune efficacité. Les agents territoriaux accumulent également les journées de grève mais par ville et pas au même moment. Il en va de même des enseignants, des pompiers, des agents d'Air France ou l'aéronautique, etc...
Et la situation est malheureusement partie pour durer.
En mars, il y a presqu'une journée d'action de grève par jour mais par catégorie, région, syndicat... ce qui donne ou renforce le sentiment d'impuissance ou en tous cas ne donne pas lieu à la prise de conscience que beaucoup de salariés luttent, que nous sommes une force réelle et importante, suffisante même pour faire reculer patronat et gouvernement. Les journées du 14 juin 2016 et encore celle du 15 septembre contre la loi travail avaient montré qu'il était possible de rassembler les salariés qui ne baissent pas la tête et donner cette conscience d'être une force. Mais il n'y a pas eu de suite...
Alors il y a la colère, les luttes, les grévistes et les militants disponibles pour se rassembler, aller vers l'unification des luttes car beaucoup le comprennent et le souhaitent. Il manque juste la volonté politique de faire que ce million de journées individuelles de grève ne se disperse pas comme l'eau dans le sable mais devienne une force unifiée qui fasse rendre gorge au gouvernement et au patronat. On sait ce qu'il reste à faire : le 22 avril peut être un début.

Comment avons-nous obtenu ce chiffre de plus de 1 million
On compte à partir de ce que donne la presse, pour la semaine du lundi 13 mars au vendredi 17 mars, 269 conflits du travail par jour en moyenne et 632, 161, 135, 195, 176, 245, 150 et 115 les semaines précédentes soit une moyenne de 230 conflits par jour sur les deux derniers mois, du 15 janvier au 17 mars.
Pour faire le calcul nous avons estimé une moyenne de 50 grévistes par conflit, ce qui n'est pas exagéré, et même bien au contraire. Il y a certes de nombreuses petites entreprises mais par exemple dans le conflit du Crédit Agricole, il y a eu 700 grévistes et dans ceux de l'EDF ce sont plusieurs milliers, voire dizaines de milliers, etc, etc... ce qui fait que cette estimation est certainement très en dessous de la réalité.
On obtient avec cette estimation 586 500 journées individuelles non travaillées pour la période concernée (pour 6 jours ouvrés par semaine). Et si on prend les calculs du CNRS estimant que la presse ne donne au plus que 50% des conflits réels (et certainement beaucoup moins en vérité), on arrive à 1 173 000 journées individuelles non travaillées au moins pour cette période.


Semaine du lundi 13 mars au vendredi 17 mars
https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 25717096:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 15 Avr 2017, 20:40

DES LUTTES, DES LUTTES, ENCORE DES LUTTES...
423 PAR JOUR EN MOYENNE LA SEMAINE DU LUNDI 3 AVRIL AU VENDREDI 7 AVRIL

https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 04538678:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 16 Avr 2017, 19:08

TOUJOURS AUTANT DE LUTTES...
430 EN MOYENNE PAR JOUR LA SEMAINE DU LUNDI 10 AVRIL AU VENDREDI 14 AVRIL (contre 423 la semaine passée)
LA FORTE ACCELERATION DES LUTTES A PARTIR DES 19-21 MARS (liée à la grève générale en Guyane... mais pas seulement) SE CONFIRME...
MAIS TOUJOURS PAS DE POLITIQUE VISANT A FAIRE DE CES LUTTES DISPERSEES UNE FORCE IRRESISTIBLE, A L'EXCEPTION DE CELLE DU "PREMIER TOUR SOCIAL" QUI VISE A RASSEMBLER TOUS CEUX QUI TRAVAILLENT A LA CONVERGENCE DES LUTTES LE 22 AVRIL 14 H PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARIS
TOUS ENSEMBLE TOUS ENSEMBLE !

... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 64350972:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 30 Avr 2017, 20:11

UNE VAGUE DE GREVES DE GRANDE AMPLEUR
480 GREVES PAR JOUR EN MOYENNE DU LUNDI 17 AVRIL AU VENDREDI 21 AVRIL (contre 430 et 423 les semaines précédentes).
La grève générale en Guyane y est pour beaucoup mais pas seulement. On enregistre un pic de grèves de 536 grèves le 18 avril et 547 grèves le 20 avril avec de nombreuses grèves chez les éboueurs, à la Poste, dans les hôpitaux... La tendance se confirme pour les semaines qui suivent avec notamment un démarrage de luttes début mai dans les centres d'appels.
... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 97040072:0


PRES DE 2 MILLIONS ET DEMI DE JOURNEES DE GREVE SUR LES TROIS DERNIERS MOIS
UNIFIONS NOS LUTTES

La colère mais aussi les luttes sont très, très nombreuses depuis le début de l'année et atteignent même des niveaux historiques. Cependant, dispersées, isolées, elles ne se voient guère et pèsent peu.
Pourtant, pas mal de ces grèves gagnent, mais pas au niveau de ce qu'elles pourraient si elles étaient unifiées. Et surtout, émiettées, elles ne sont pas en situation de créer le rapport de force suffisant pour faire reculer les attaques générales et unifiées du gouvernement et du patronat qui imposent les pires des reculs
Face à ça, il y a de très nombreuses journées d'action syndicales mais elles-mêmes aussi dispersées, par catégories professionnelles, par régions et si elles sont nationales, trop espacées pour qu'elles puissent être efficaces.
Par exemple à EDF, les salariés qui demandent 200 euros d'augmentations de salaires ont fait quais une journée d'action par semaine – très suivies – depuis le début de l'année ; les cheminots des TER multiplient les journées mais région ; on compte plus de 700 hôpitaux, cliniques, Ehpad et autres services qui ont été en lutte depuis le début de l'année mais il n'a été proposé comme seule unification de ces luttes, qu'une seul journée d'action nationale le 7 mars qui suivait celle... du 8 novembre 2016. Les agents territoriaux accumulent également les journées de grève mais par ville et pas au même moment. Il en va de même des éboueurs, des pompiers, des agents d'Air France ou l'aéronautique, etc... ce qui renforce le sentiment d'impuissance, ne permet pas la prise de conscience que beaucoup de salariés luttent, que nous sommes une force suffisante pour faire reculer patronat et gouvernement.
Les journées du 14 juin 2016 et encore celle du 15 septembre contre la loi travail avaient montré qu'il était possible de rassembler les salariés qui ne baissent pas la tête et donner cette conscience d'être une force. Mais il n'y a pas eu de suite...
Alors il y a la colère, les luttes, les grévistes et les militants disponibles pour se rassembler, aller vers l'unification des luttes car beaucoup le comprennent et le souhaitent. Il manque juste la volonté politique de faire que ces 2 million et demi de journées individuelles de grève deviennent une force unifiée qui fasse rendre gorge au gouvernement et au patronat. On sait ce qu'il reste à faire : la manifestation du 1er tour social le 22 avril à Paris a été un début, celle du Front social le 8 mai à Paris un second pas vers la construction d'un nouveau mai 68, d'un nouveau juin 36.

Comment avons-nous obtenu ce chiffre de près de 2 millions et demi
On compte à partir de ce que donne la presse, pour la semaine du lundi 17 avril au vendredi 21 avril, 480 conflits du travail par jour en moyenne et 430, 423, 460, 207, 632, 161, 135, 195, 176, 245, 150 et 115 les semaines précédentes soit une moyenne de 290 conflits par jour sur les trois derniers mois, du 15 janvier au 21 avril.
Pour faire le calcul nous avons estimé une moyenne de 50 grévistes par conflit, ce qui n'est pas exagéré, et même bien au contraire. Il y a certes de nombreuses petites entreprises de 7 ou 8 salariés, mais par exemple dans le conflit à EDF ce sont des dizaines de milliers de salariés qui chaque semaine ont été en grève (la CGT donne une participation souvent de 50% pour une effectif de près de 150 000) ; quand il y a eu grève au Crédit Agricole, on a compté plus de 700 grévistes, etc... ce qui fait que cette estimation est certainement très en dessous de la réalité.
On obtient avec cette estimation 1 218 000 journées individuelles non travaillées pour la période concernée (pour 6 jours ouvrés par semaine). Et si on prend les calculs du CNRS estimant que la presse ne publie guère plus de 50% des conflits réels (et certainement beaucoup moins en vérité avec les débrayages, les actions diverses internes aux entreprises), on arrive à 2 436 000 journées individuelles non travaillées pour cette période du 15 janvier au 21 avril. C'est bien sûr un calcul très approximatif mais qui donne une idée de la conflictualité social beaucoup plus proche de la réalité que les 600 conflits que le Figaro croit avoir mesuré pour toute l'année 2016 et derrière lui tous les hommes politiques qui essaient de convaincre que les salariés ne se battent pas, qu'il n'est pas possible de se battre et que tout le monde accepte...

... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 83695410:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 04 Juin 2017, 12:06

LE NOMBRE DE GREVES CONTINUE A AUGMENTER, LENTEMENT MAIS SUREMENT

240 GREVES PAR JOUR EN MOYENNE DU LUNDI 22 MAI AU VENDREDI 2 JUIN...
... ET DES RECORDS A PREVOIR EN JUIN !!

Après une très légère baisse du nombre de grèves due au pic pendant la grève générale en Guyane, le nombre de grèves a recommencer sa progression, lentement mai surement.
Avec les nombreuses journées d'actions prévues en juin, il est à prévoir un record du nombre de journées de grèves pour ce mois.

... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 68931778:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 11 Juil 2017, 08:22

ENCORE PLUS DE GREVES !
MAIS ENCORE PLUS DE DISPERSION !

Malgré le début de l'été, on a compté 276 grèves par jour en moyenne sur les 3 semaines du 19 juin au 7 juillet. C'est -à-dire encore plus que d'habitude (à l'exception de la quinzaine passée, 299 grèves par jour, due à une situation particulière mais guère représentative).

Les appels à la lutte de la CGT (et souvent aussi de Solidaires) du 19 au 30 juin ont multiplié les grèves mais ont encore plus considérablement augmenté leur dispersion... avec des appels à des luttes tournantes notamment à la SNCF, dans l'Education, chez les territoriaux... Ainsi, ce mouvement pourtant important de luttes n'a donné à ses acteurs ni conscience de leur nombre, ni de leur combativité, ni de leur force. Alors que c'est justement cette conscience qu'il fallait construire pour être en mesure de préparer efficacement le 12 septembre et sa suite face à Macron et sa destruction programmé du code du travail et des conquis sociaux.

... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 70404271:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 06 Jan 2018, 17:06

712, c'est le nombre de grèves référencés en 2017

Image

https://t.co/008XEzng2W



Un vaste mouvement de grèves, mais invisible !

Jacques Chastaing d'Info'Com-CGT anime pour le syndicat la page Luttesinvisibles. Il revient sur le recensement des luttes dont on ne parle pas ou peu. Point d'étape intéressant.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 19:05

JOURNÉES D'ACTIONS SYNDICALES ET MOBILISATIONS SOCIALES PRÉVUES A LA RENTRÉE
STOP A L’ÉMIETTEMENT !
"TOUS ENSEMBLE, TOUS ENSEMBLE"

Grève illimitée des postiers du 92 depuis le 26 mars…
Grève illimitée des agents de l'hôpital Pinel depuis le 14 juin
Grève illimitée des agents du service de stérilisation du CHU Nancy depuis le 18 juin
Grève illimitée Fromagerie Coutances depuis le 28.08
Grève illimitée IME Val de Saône depuis le 29.08

29.08 Journée d'action Solidaires, CGT irdf, 78, 91, 75 "Bloquons le Medef"
29.08 Journée d'action solidarité avec Isa et Fred CGT CHU Lille
30.08 Manif 350 enseignants de Seaska
01.09 Grève éboueurs de Cognac
01.09 5ème samedi de grève au centre de tri postal de Muret (31)
02.09 Reprise de la grève des médiathèques de Nantes commencée le 18 mars, interrompue durant les vacances
03.09 Rassemblement salariés Mc Do Marseille
03.09 Chatellerault Rassemblement contre l'hyper Commerce
03.09 Grève illimitée des territoriaux FO des lycées
03.09 Grève de 3 au 14.09 des lycées agricoles dans 17 régions sur 18
03.09 Manifestation de paysans contre Macron pour "l'accueillir" à Laval
03.09 Manifestation associations d'handicapés contre l'article 18 de la loi Elan
03.09/10.09 Mobilisation Bure
03.09 Nombreux établissements scolaires, lycées, collèges, écoles en grève à la rentrée
04.09 Rassemblement contre la répression à Castorama
04.09 Rassemblement Unef Tacle à Université Nanterre ParcourSup
05.09 Grève Bibliothécaires de St Etienne contre la fin du prêt enseignant
06.09 Journée d'action solidarité répression avec Isa et Fred CHU Lille
06.09 Journée d'action contre la répression à Enedis Aix en Provence
06.09 Grève agents territoriaux des collèges de la Drôme
06.09 Rassemblement CGT retraités contre la réforme des retraites Montreuil
06.09 Rassemblement Ste Anne des agents des hôpitaux psy à l'appel de Ste Anne, Rouvray, Janet, Pinel
07.09 Manifestation pour la scolarisation des enfants isolés
07.09 Réunion intersyndicale Air France pour décider la date d'une action
08.09 Manifestation contre le GCO Strasbourg. Zad du Moulin
11.09 Grève chauffeurs de bus de Chalons
15.09 Grève/manifestation pour sauver la maternité du Blanc Indre
18.09 Journée d'action à la Poste dans le 92 voire ailleurs à l'appel des postiers du 92
18.09 Grève nationale des cheminots envisagée par CGT et SUD
20.09 Grève à l'appel de l'UD CGT dans les Bouches du Rhône
22.09 Grève et manifestation régionale à l'appel de l'intersyndicale Ford Blanquefort
27.09 Journée d'action nationale de la CGT Commerce
29.09.30.09 Mobilisation NDDL
03.10 Journée d'action nationale de la CGT Santé
09.10 Journée d'action nationale interpro de la CGT, Solidaires, FO, UNEF, UNL

https://www.facebook.com/luttesinvisibles/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Grèves et conflits du travail en France : un état des li

Messagede bipbip » 15 Sep 2018, 11:55

Continental Air France Goodyear : quand la base se rebelle

Bande-annonce du documentaire de Julie Navarre et Jean-Philippe Navarre diffusé dans Une Histoire particulière sur France Culture les 15 et 16 septembre 2018 à 13h30

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités