Mouvements sociaux, mouvement ouvrier aux États-Unis

Re: Mouvements sociaux, mouvement ouvrier aux États-Unis

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 22:16

Le mouvement ouvrier aux Etats Unis 1867-1967 – Guerin Daniel

Image

Engagement anticolonialiste

Lors d’un voyage en Indochine, en 1930, où il découvrit la réalité coloniale, il profita de la traversée pour dévorer un nombre impressionnant de textes politiques allant de Proudhon à Marx en passant par Sorel. Il s’engagea dès ces années dans la lutte contre le colonialisme (Indochine, Liban…).

Daniel Guérin rompit avec le milieu bourgeois, s’installa à Belleville (quartier ouvrier de l’est de Paris), devint correcteur et commença à militer dans les années 1930 avec les syndicalistes révolutionnaires de la revue La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte.

Le marxisme-libertaire

Guérin, qui à son retour des États-Unis étudia les œuvres complètes de Bakounine, s’éloigna peu à peu du marxisme orthodoxe durant la guerre pour se rapprocher de l’anarchisme. Il tenta de concilier ces deux tendances en envisageant la formation d’un courant marxiste libertaire : à partir de 1959 et de la publication de Jeunesse du socialisme libertaire, il chercha une voie nouvelle dans une synthèse de l’anarchisme et du marxisme. Il plaida pour concilier le meilleur de ces deux systèmes de pensée et publie Pour un marxisme libertaire puis À la recherche d’un communisme libertaire. Il écrivit par exemple dans Pour un marxisme libertaire : « La double faillite du réformisme et du stalinisme nous fait un devoir urgent de réconcilier la démocratie prolétarienne et le socialisme, la liberté et la révolution ». Il adhéra cependant au PSU, sans y militer, et en resta membre jusqu’en 1969. Dans une réunion publique à Marseille en 1969 il déclara parlant du PSOP que c’était « une sorte de PSU ».

Il demeura un acteur de la vie politique, notamment engagé dans le soutien à la révolution algérienne.

Guérin lutta également beaucoup pour la difficile intégration par le mouvement ouvrier de la question homosexuelle.

En 1969/1970 il participe à la constitution du Mouvement Communiste Libertaire (MCL), qui tente de regrouper plusieurs groupes dont ceux originaires des Cahiers de Mai, un rassemblement de militants de l’ancienne Fédération communiste libertaire (FCL) autour de Georges Fontenis (ancien secrétaire de la Fédération Anarchiste) et qui publiera le journal Guerre de Classes. Le MCL sera rejoint par un groupe issu d’une scission au sein de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) et deviendra ultérieurement l’« Organisation Communiste Libertaire » avant de disparaître (le sigle sera repris plus tard par une autre organisation à laquelle Daniel n’a pas appartenu).

Il rejoindra temporairement ensuite l’ORA, puis, de 1979 à sa mort en 1988, il fut militant de l’Union des travailleurs communistes libertaires, organisation dont est héritière l’actuelle Alternative libertaire.

PDF : https://jugurtha.noblogs.org/files/2018 ... ropped.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mouvements sociaux, mouvement ouvrier aux États-Unis

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 20:30

Une histoire de l’auto-défense populaire

Pour combattre la violence sociale, les opprimés peuvent organiser leur auto-défense. Les femmes et les minorités participent à une résistance populaire.

Face à la répression, l’auto-défense collective devient un enjeu important. Les violences policières réactivent cette dimension. Les Black Panthers restent l’exemple le plus emblématique de cette pratique d’auto-défense face à la police et l’Etat. Mais il existe toute une généalogie de la défense face aux oppresseurs, des esclaves jusqu’aux femmes. La philosophe Elsa Dorlin retrace une archéologie de cette pratique dans le livre Se défendre. Une philosophie de la violence.

... http://www.zones-subversives.com/2018/0 ... laire.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mouvements sociaux, mouvement ouvrier aux États-Unis

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 20:45

Charles Denby, ouvrier afro-américain

Les témoignages d’inconnus participent à l’histoire des luttes sociales. Ils permettent également réfléchir à la société actuelle et aux enjeux qui traversent les mouvements sociaux. Charles Denby est né en 1907 aux Etats-Unis. C’est un métayer noir qui grandit dans une plantation de coton. Il devient ensuite ouvrier à Detroit. Il joue un rôle actif dans une grève sauvage. Entre 1943 et 1951, s’ouvre une période d’apprentissage syndical et politique. Il est confronté aux multiples formes de racisme, à l’usine comme dans les groupes politiques.

La trajectoire de Charles Denby rejoint celle de nombreux prolétaires noirs. Mais il se politise dans les luttes ouvrières. Il se rapproche des trotskistes et du Socialist workers Party (SWP). Mais il rejoint surtout la tendance Johnson-Forest qui valorise les grèves sauvages contre les bureaucraties syndicales. Ce courant est animé par l’intellectuel antillais C.L.R James. Il insiste sur le potentiel révolutionnaire du prolétariat noir. Il défend également la lutte autonome des Noirs contre le racisme qui traverse également les organisations syndicales.

En 1951, la tendance Johnson-Forest est exclue du SWP. Elle développe alors sa propre activité centrée sur l’enquête ouvrière. Cette démarche, inspirée du groupe Socialisme ou barbarie de Cornélius Castoriadis, permet de s’appuyer sur les expériences des prolétaires. Ce qui incite Charles Denby à écrire son propre témoignage de prolétaire noir avec le livre Cœur indigné.

... http://www.zones-subversives.com/2018/0 ... icain.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités