Des patrons dans la toute puissance


Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 19:53

"Le capitalisme poussé à son cynisme extrême" : de futurs ex-salariés de Castorama et de Brico Dépôt appelés à former leurs successeurs polonais

Le groupe Kingfisher a annoncé, mercredi, que les salariés de ses enseignes Castorama et Brico Dépôt, qui vont être licenciés, devaient former les employés polonais qui prendront la suite. Le syndicat FO dénonce "le cynisme" de la proposition.

... https://www.francetvinfo.fr/economie/em ... 33664.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 10 Mar 2018, 23:37

VIDEO. "Chasse aux syndicalistes" en entreprise : un salarié et un DRH témoignent

Cet ingénieur bien noté pendant des années a vu sa note chuter brutalement, avant d’être licencié. En cause, selon lui, son intention affichée de s'engager auprès d'un syndicat. Licencier des salariés qui s'apprêtent à se syndiquer, une pratique courante, selon un DRH qui témoigne pour "Envoyé spécial". Extrait.

... https://www.francetvinfo.fr/economie/em ... 46608.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 16:40

Tuto licenciement

Comment « bien » licencier : un ancien DRH se confie sur Envoyé Spécial

Comment licencier des milliers de personnes sans faire de vagues, sans ternir la réputation des entreprises, en permettant le maximum d’économies sur la misère des gens ? Comment pratiquer des licenciements abusifs sans qu’il n’y ait de suite ? Le 8 mars, France 2 diffusait une émission d’Envoyé Spécial autour de Didier Bille, ancien directeur des ressources humaines (DRH) de plusieurs multinationales. Les patrons et leurs agents d’exécution savent s’y prendre.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Comm ... ye-Special
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 20 Mar 2018, 16:09

Centre dappel Free à Colombes : Vendus comme du bétail

Les salariés de Mobipel, et leurs collègues, protestaient contre la vente de leur centre devant le siège social dIliad. Suite à lannonce de Free que le centre allait être cédé au groupe Comdata, les employés se sentent humiliés et trahis.

Une manifestation pour résumer six ans de lutte. Pour demander dêtre traités dignement. Cest là tout lenjeu de la mobilisation des salariés de Mobipel, ce centre dappel filiale du groupe Iliad (Free). Ils étaient une centaine devant le Free Center de Paris (VIIIe) ,mais nétaient pas seuls : à lappel des syndicats Sud et CFDT, des salariés dautres centres sont venus en soutien. Et aussi parce que lon est tous concernés, signale Sophie*. Aujourdhui cest eux, et si demain nous étions les prochains ? Le 6 mars, lopérateur télécoms a annoncé céder son centre dappel de Colombes à Comdata, spécialiste italien des call-centers. Pourtant, Free garde ses quatre autres centres en France. Difficile de ne pas voir le lien avec le nombre anormalement élevé de licenciements pour faute qui a fait chuter les effectifs de ce centre sur lequel Politis a écrit à plusieurs reprises.

On est vendus comme du bétail , sindignent Clarisse et Farah. Comme les autres grévistes, les deux femmes portent un tee-shirt noir sur lequel on peut lire Je suis Mobipel . Cela fait des mois que lon se doutait quil se passait quelque chose. On pensait à une fusion mais pas à cette cession, relate, écoeurée, Clarisse. On la appris au début du mois. Ils nous ont affirmé que cétait fait. Alors aujourdhui, le mot dordre est de montrer à Comdata ce quil a acheté. Sil pouvait se rétracter, ça nous arrangerait , sourient les deux femmes. Depuis lannonce de la cession, on assure le travail minimum : on prend entre quinze et vingt appels par jour, on multiplie les pauses administratives… , témoigne Hafida. La jeune femme affirme, mail à lappui, avoir reçu des rappels au code de la part des managers et des menaces de sanctions.

... https://www.politis.fr/articles/2018/03 ... ail-38530/, http://francetime.org/colombes/2018/03/ ... ail-2.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 20:53

Les zones d'ombre de Carlos Ghosn, le très redouté patron de l'Alliance Renault-Nissan

Vision stratégique exceptionnelle, culte de la personnalité, rémunération record et méfiance maladive : Carlos Ghosn, patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, est à 64 ans le patron le mieux payé de France.

Après plus de 12 ans à la tête du groupe Renault puis de l’Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn dirige 120 000 salariés et 38 usines à travers le monde, pour plus de 10 millions de voitures vendues chaque année. En février 2018 le gouvernement français (présent à 15 % au capital du constructeur automobile) a autorisé sa reconduction pour quatre années supplémentaires, soit jusqu’en 2022. Encore lui faut-il obtenir le feu vert de l’assemblée des actionnaires le 15 juin 2018. Comment cet homme de 64 ans aux méthodes implacables et à la rémunération record est-il parvenu à obtenir et conserver la confiance du groupe et de l’État durant toutes ces années ?

Un salaire record, âprement négocié avec l’État

Pour pouvoir être reconduit à la tête de Renault, Carlos Ghosn a dû négocier ferme durant de longs mois avec l’État français, quitte à tenir tête à l’exécutif et passer outre l’avis des actionnaires. En jeu, son salaire : plus de 7 millions d’euros en 2016. L’État exige une baisse significative de sa rémunération pour autoriser la prolongation de son mandat. En avril 2016, l’assemblée générale des actionnaires de Renault vote contre le montant du salaire de Carlos Ghosn.

Mais, fort du soutien de son conseil d’administration, le PDG passe en force, provoquant la colère d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie. « Quand des gouvernances sont défaillantes parce qu’elles pensent que tout est permis et qu’il n’y a plus de comportement en responsabilité et en éthique, on est obligé de réouvrir des sujets comme celui de la loi », menace-t-il sur la chaîne LCP, promettant de légiférer si Carlos Ghosn ne diminue pas son salaire. Officiellement, Carlos Ghosn accepte finalement une baisse de 30%. « J’ai dit très clairement à M. Ghosn que nous ne pouvions pas voter pour un dirigeant qui avait des rémunérations aussi élevées », explique Bruno Le Maire, successeur d’Emmanuel Macron à Bercy, sur CNews, qui s’attribue le mérite de cette baisse.

Une baisse de rémunération en trompe-l’œil

Mais qu’en est-il vraiment de cette baisse de salaire ? En ce qui concerne la partie française de son salaire, en tant que patron de Renault – car le PDG est aussi à la tête des constructeurs automobiles japonais Nissan et Mitsubishi – il s’agit plutôt d’une baisse de 20% et non de 30%. Mais quand on regarde en détail, cette baisse apparente dissimule bien autre chose : en effet, Carlos Ghosn a accumulé au fil des ans des centaines de milliers d’actions de Renault, ce qui lui permet de considérablement gonfler son revenu en réalisant ses stock-options.

« Le cours de l’action Renault a beaucoup augmenté ces dernières années, explique Loïc Dessaint, analyste dans une société de conseil en investissement. Le 16 décembre 2017, Carlos Ghosn a dégagé une plus-value de 6 millions d’euros sur l’exercice de stock-options. En 2020, il pourra même bénéficier de 8 millions supplémentaires s’il revend les 100 000 actions gratuites obtenues en 2016. » Une rémunération en stock-options qui s’ajoute donc à son salaire de PDG. Cette addition de revenus lui permet de gagner environ 15 millions d’euros en 2017, une jolie somme comparée aux autres patrons du CAC 40 qui ne touchent en moyenne « que » cinq millions d’euros.

... https://www.francetvinfo.fr/economie/en ... 92722.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 21 Avr 2018, 16:37

Patron voyou. 430 salariés mis sur le carreau par SMS

Évry, les agents de sécurité de l’entreprise Bodyguard ont appris la liquidation de leur entreprise par un simple message envoyé sur leur téléphone portable. Ils n’ont depuis aucune nouvelle.

Les agents de sécurité de l’entreprise Bodyguard n’ont plus ni salaire, ni employeur. C’est par SMS qu’ils l’ont appris, il y a trois jours. « Par jugement du 16 avril, le tribunal de commerce a ouvert une procédure de liquidation judiciaire sans poursuite d’activité, dans ces conditions nous vous demandons de cesser toute activité à compter de 19 heures. Les salaires seront payés par l’AGS. Signé la Direction ». La direction en question est celle de l’entreprise de sécurité, au nom prometteur de Bodyguard, installée à Évry (Essonne) depuis une vingtaine d’années. Quand Lamamra a pris connaissance de ce SMS, peu avant de prendre son poste, ce même jour en fin de journée, il n’y a d’abord pas cru. Des appels téléphoniques à quelques collègues, agents de sécurité comme lui, l’ont vite convaincu qu’il ne s’agissait pas d’une plaisanterie. Ce jeudi, devant le siège de l’entreprise, où se sont retrouvés une quarantaine d’agents de sécurité, à l’appel de la CGT, il témoigne de son anxiété. « On n’a plus de statut. On ne sait plus si on est salarié, licencié, ou chômeur. » À cet instant, c’est la réalité de son banquier qui lui éclate au visage « À la banque on me dit qu’un SMS n’est pas valable. Il faut un courrier officiel de l’entreprise pour justifier mon découvert et ne pas avoir trop d’ennuis. » Comme les 430 salariés de Bodyguard, Lamamra, attend toujours son salaire du mois de mars. Son compte bancaire affiche un découvert de 1 200 euros. « C’est le chaos complet, confie un agent un peu plus âgé que les autres. Personne ne nous parle, ni le patron, ni le syndicat majoritaire, la CFTC, ni le mandataire. »

... https://www.humanite.fr/patron-voyou-43 ... sms-654150
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 30 Avr 2018, 16:44

Enquête
Inégalités, climat, lobbying : pour un vrai « bilan annuel » des grandes entreprises françaises

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la comm’ du CAC40, l’Observatoire des multinationales publiera bientôt son propre « bilan annuel » des grandes entreprises françaises. Cette publication est le résultat du travail d’enquête mené tout au long de l’année par l’équipe des sept journalistes de l’Observatoire des multinationales et de Basta !. Il y sera question de climat, de conditions de travail, de lobbying, d’inégalités, de privatisation ou de droits humains. Bref de tout ce que les grandes entreprises françaises font mais ne disent pas.

... https://www.bastamag.net/Inegalites-cli ... ntreprises
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 11 Mai 2018, 06:51

Oligopoly : comment une poignée de grandes entreprises peuvent soumettre des secteurs entiers à leur loi

Du commerce alimentaire aux médias, en passant par l’eau, l’électricité ou les services bancaires, la plupart des secteurs de l’économie sont désormais dominés par une poignée de grandes entreprises multinationales. Ces nouveaux oligopoles sont souvent en mesure d’imposer leurs intérêts face aux autres acteurs économiques, aux consommateurs... mais aussi aux pouvoirs publics. Ce qui explique, entre autres, que l’« ouverture à la concurrence » se traduise rarement par des baisses de prix, contrairement à ce qui nous est promis aujourd’hui une nouvelle fois à propos de la SNCF.

... http://multinationales.org/Oligopoly-co ... mettre-des
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 31 Mai 2018, 21:32

À Toulouse, des salariés roumains non payés depuis deux mois et bloqués en France

Reportage Sud Radio. Plusieurs ouvriers roumains embauchés sur un chantier de construction à Toulouse n’ont pas été payés depuis deux mois, leur entreprise étant aujourd’hui en liquidation judiciaire. Face à cette situation, la solidarité ouvrière s’organise.

Thelio et ses collègues sont arrivés en France en juin 2017 et ont signé des contrats de chantier d’une société de climatisation basée à Albertville (Savoie). Embauchés sur un chantier de construction à Toulouse par cette société, sous-traitante d’une filiale d’Engie, ils n’ont plus été payés depuis deux mois et viennent d’apprendre que leur entreprise est en liquidation judiciaire depuis deux semaines. Sans ressources suffisantes pour rentrer en Roumanie, ils bénéficient aujourd’hui de la solidarité ouvrière pour continuer de vivre à Toulouse.

Pour Emmanuel Lopez, délégué CGT-construction en Haute-Garonne, cette situation n’est pas si étonnante que ça. "Ils travaillaient 48 heures par semaine, alors que sur leur bulletin salaire, ils étaient censés être à 151,67 heures. Pas d’heures supplémentaires payées, pas d’indemnités de déplacement. En 2017, la construction à Toulouse pesait 800 millions d’euros. Les patrons se sont tirés une balle dans le pied tout simplement parce qu’ils ne forment plus. Ils sont donc obligés soit de faire appel à des travailleurs détachés, soit d’embaucher des travailleurs directement par une boîte française", explique-t-il sur Sud Radio.

... https://www.sudradio.fr/faits-divers/to ... -en-france
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 11 Juin 2018, 07:01

U logistique Mulhouse : Le patron fait intervenir les CRS contre les travailleurs en grève

80 salariés sur 200 sont en grève chez U log Frais (le secteur de produits frais de la centrale d’achat U-logistique Mulhouse, alimentant près de 200 magasins dans l’Est de la France) et bloquaient la circulation des marchandises, avec un piquet de grève jour et nuit depuis le mardi 29 mai.

Une lutte pour l’amélioration des conditions de travail et les salaires dans un secteur qui fait des milliards de profits

Les salariés ont entamé une grève pour lutter contre une réorganisation des équipes de travail qui va se solder par une aggravation de leurs conditions de travail et l’acceptation de la « polyvalence » sur des postes différents. Ils se battent aussi pour que cessent les pressions et le harcèlement contre les salariés qui sont sur l’ancien système de primes de production, ainsi que pour le versement des 20 % d’intéressement local.
Les CRS interviennent contre les grévistes , les méthodes crapuleuses des patrons pour casser la grève

La direction a fait intervenir vendredi 01 juin les CRS pour débloquer le site, en ayant fait constater par huissier au préalable. L’huissier n’ayant pas réussi à intimider les salariés du piquet de grève et devant la détermination des salariés, le patron a envoyé les forces de répressions pour débloquer la circulation des marchandises. Mais cette opération d’intimidation n’a pas enrayé la détermination des grévistes à continuer leur lutte contre la réorganisation et le moral reste au beau fixe. Le piquet et les tentes sont installés pour continuer le combat.
Pour qui a vu le film « En Guerre », avec Vincent Lindon, le déblocage de U-log Mulhouse ressemble en détails à la scène du déblocage de « Perrin Industrie ». C’est que la fiction est peut-être plus vraie qu’on ne le croit, et que les méthodes patronales pour briser les grèves se suivent et se ressemblent.

... https://www.anti-k.org/2018/06/03/u-log ... -en-greve/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 12 Juin 2018, 20:17

Yves Rocher : licenciement de 120 salariés de sa filiale turque pour affiliation à un syndicat

Manifestations, recours juridiques et piquets devant l’usine rythment depuis près de trois semaines le quotidien des 120 ouvrières et ouvriers licenciés de l’entreprise Kozan Kozmétik Sanayi en Turquie. Travaillant pour l’enseigne Flormar, détenue par le groupe Rocher depuis 2012, ils et elles se battent pour leur réintégration, la reconnaissance de leurs droits de se syndiquer et appellent au boycott des produits Yves Rocher.

... https://rapportsdeforce.fr/linternation ... t-06051941
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 17 Juin 2018, 00:35

Comment Airbnb veut faire plier Paris, Barcelone et Berlin

Face à l’expansion brutale des locations touristiques, qui rendent indisponibles des milliers de logements pour les habitants, les métropoles européennes comme Berlin, Paris ou Barcelone mettent en place des réglementations de plus en plus strictes, ciblant en particulier Airbnb. Non contente de contester ces règles en justice et de refuser toute coopération, la firme américaine s’est tournée vers la Commission européenne pour qu’elle empêche les élus parisiens, berlinois ou barcelonais de réguler le secteur.

... http://multinationales.org/Comment-Airb ... -et-Berlin
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 28 Juin 2018, 18:41

SFR : Un salarié licencié pour avoir refusé de faire une photocopie à la soeur du patron

« Vous savez qui je suis ? Je suis la sœur du patron et j’ai le pouvoir vous faire perdre votre emploi » Employé chez SFR, Steevi M s’est vue licencié pour avoir refusé de photocopier des documents personnels de la « sœur du patron ». Un exemple de plus de l’impunité patronale qui peut licencier n’importe qui sans aucun prétexte.

... http://www.revolutionpermanente.fr/SFR- ... -du-patron
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 28 Juin 2018, 20:19

Chez Tipiak, la prime du PDG reste en travers de la gorge des salariés

Plusieurs centaines de salariés du groupe agroalimentaire ont débrayé lundi matin pour s’offusquer du versement d’une prime de 540.000 euros à leur patron. Un montant qui ne passe pas alors que la société a enregistré des résultats en demi-teinte en 2017.

Serait-ce la goutte d’eau qui fait déborder la semoule ? Chez Tipiak, la colère gronde parmi les salariés de l’entreprise agroalimentaire connue pour ses produits céréaliers (couscous, quinoa…) et plats préparés (taboulé, galettes bretonnes…). Lundi matin, une partie des 600 salariés des usines de Saint-Herblain, Malville et Ponchâteau (en Loire-Atlantique) ont débrayé durant deux heures à l'appel de leurs syndicats. La raison de leur courroux ? La prime exceptionnelle de 540.000 euros à Hubert Grouès, son PDG, attribuée le 14 juin par le conseil d'administration du groupe lors de l'assemblée générale. Un montant qui reste en travers de la gorge des employés de Tipiak qui ont du se contenter, de leur côté, “de 160 euros d'intéressement et zéro euros de participation”, selon Christopher Baranger, délégué CGT. “La direction nous explique chaque année qu'il faut se serrer la ceinture. Elle pourrait avoir une certaine décence, on n'est pas chez Carrefour” a déploré le responsable syndical dans les colonnes du quotidien régional Presse Océan.

... https://www.capital.fr/entreprises-marc ... ssion=true
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités