Initiatives contre repression et violences policières

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 07 Sep 2017, 17:45

Dimanche 10 septembre 2017 à Bar-le-Duc (55)

Rassemblement contre les violences policières et pour l’interdiction des grenades assourdissantes

à 14h devant la gendarmerie de Bar-le-Duc.

Suite à la manifestation du 15 août à Bure qui a fait de nombreux blessés graves parmi les manifestants, un rassemblement est organisé à Bar-Le-Duc, dans la Meuse, ce dimanche 10 septembre à 14h, afin de soutenir Robin, réclamer l’interdiction des grenades dites "assourdissantes", et dénoncer la violence des forces de l’ordre, qui mutilent en toute impunité.

30 personnes ont été blessées, dont trois personnes grièvement blessées, dont Robin, qui a été hospitalisé car une grenade a explosé sur son pied. Son pied a été perforé par la grenade, laissant un cratère de 10 cm par 13 sur une profondeur de 2 à 3 cm (voir l’article des médics de Bure, avec la photo). Il s’agit d’une blessure très grave, causée par une arme de guerre qui est présentée comme étant "non-létale".

Le 15 aout 2017, des centaines de manifestants ont convergé à Bure dans le but de s’opposer au projet de poubelle nucléaire de l’état français. Vent debout contre cette farce mortifère, ils venaient affirmer, jeunes et vieux, agriculteurs et étudiants, enfants et grands parents, leur opposition déterminée. La gendarmerie mobile décidera de les empêcher de manifester sur le chemin prévu. Ils décident donc de rejoindre leur but à travers champs. Leur objectif était de rejoindre le site archéologique néolithique d’importance majeure mis à jour sur l’emprise du projet, afin de dénoncer sa minimisation par la mafia nucléaire.

Au bout de plusieurs heures de marche, la gendarmerie mobile décide de nouveau de freiner la progression des manifestants. Pour ce faire, et tandis que ceux-ci ne représentaient en rien un danger pour eux ou une quelquonque infrastructure, ils tireront au milieu des champs et de la foule des dizaines de grenades assourdissantes qui feront de nombreux blessés, et ce pendant que les gens refluaient. Ces tirs de grenades ont été effectués par des fusils lanceurs de grenades, à des dizaines de mètres de leurs cibles. L’une d’entre elle a touché Robin au pied, lui causant encore actuellement d’atroces douleurs et un futur à jamais modifié. Malgré cela, il ne perd pas espoir et encourage tous les hommes et femmes, en lutte maintenant ou plus tard, à ne pas céder à la fatalité policière et à la peur et à continuer de lutter sur tous les fronts, contre le nucléaire et contre le monde qui va avec.

La grenade aurait pu le tuer, lui ou un autre, si elle avait explosé près de sa tête, comme cela a été le cas pour Rémi Fraisse, mort à Sivens d’une grenade offensive, explosant dans son dos, interdite depuis. Une grenade offensive comportait 100g de TNT. La GLI F4, la grenade assourdissante qui a touché Robin et tant d’autres en contient 25g. Quel différence y a t-il, à en juger par les blessures profondes et irréversibles infligées ? Aucune, cela dépend juste de l’endroit où tombe la grenade.

Malgré cette tragique actualité, et tous les mutilés et morts provoqués par les armes de la police, Macron et sa clique viennent de commander pour 22 millions de grenades lacrymogènes et explosives en tout genre, disant "commander l’arsenal nécessaire pour 4 ans de maintien de l’ordre". Cette annonce, à quelques jour du coup d’envoi d’un nouveau mouvement social d’ampleur contre la casse des acquis sociaux, de la part d’un gouvernement qui sabre les budgets sociaux et accompagne les plus riches, et mutile ses opposants à peine 2 mois après avoir été élu, a un goût amer et dégueulasse.

Afin de ne pas laisser Robin et les autres mutilés seuls face à l’injustice,

Afin de montrer que malgré les armes et les abus des forces de l’ordre, nous serons toujours là, solidaires et determinés à poursuivre nos luttes,

Afin d’exiger l’interdiction de ces grenades semeuses de mort,

Retrouvons-nous ce dimanche 10 septembre à 14h devant la gendarmerie de Bar-le-Duc.

Soyons nombreux, emmenons des pancartes et des banderoles, retrouvons-nous pour soutenir Robin et les autres.

Rien ne nous arrêtera.


https://manif-est.info/Rassemblement-co ... s-304.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 25 Sep 2017, 11:33

Bruxelles mercredi 27 septembre 2017

Non aux violences policières : Soutien au Procès de Benjamin

Stop Répression

12h30, Palais de Justice, Place Poelaert, Bruxelles

Lors de la nuit du nouvel an, vers 3h20 du matin, alors que la soirée commençait à toucher à sa fin, Benjamin a été agressé par des policiers. Lui et deux amis s'amusaient avec des pétards dans la rue. Deux policiers (sur les quatre) leur ont confisqué le sac contenant les pétards, au motif qu'un arrêté du bourgmestre les interdit pour la nuit du Nouvel An.
Benjamin qui ne contestait pas l'interdiction leur a simplement demandé de récupérer le sac pour retourner dans la fête privée de laquelle ils venaient. Les policiers ont refusé. Benjamin a insisté et c'est à ce moment-là qu'un policier l'a pris au cou sans raison. Son collègue, le plus jeune l'a accompagné en lui donnant des coups de pied au niveau du ventre et des côtes. Les deux policiers avaient également sortis leur matraque. L'ami de Benjamin qui souhaitait filmer la scène en a été empêché par une autre policière restée plus loin.

Benjamin leur a ensuite demandé leurs numéros de matricule. Comme seule réponse, le plus jeune l'a aspergé de sa bombe-spray lacrymogène en pleine figure. Lorsque Benjamin leur a dit qu'il allait porter plainte au « comité P », les deux policiers (alors en train de s'en aller) se sont mis à courir vers lui, à toute vitesse, agressifs. Benjamin apeuré, a tenté de fuir mais les policiers l'ont rattrapé, saisi par la capuche de sa veste, mis au sol puis frappé à coups de pieds dans l'abdomen, dans le dos, les côtes et le ventre mais surtout donné des coups de matraques dans ses jambes. Tout ça sans relâche pendant plusieurs minutes.

Ses deux amis n'ont pas pu lui venir en aide, car les deux policières les maintenaient violemment à distance.Incapable de se défendre, Benjamin a été forcé de leur dire qu'il ne porterait pas plainte car c'était leur condition pour qu'ils arrêtent de le tabasser.

Dès le lendemain, Benjamin a porté plainte et les policiers ont été identifiés. Benjamin a opté pour la médiatisation de l'affaire au maximum. Ce qui a eu comme conséquence que les quatre policiers (deux hommes et deux femmes donc), ont rédigé deux rapports des faits… contradictoires (a révélé le Comité P) ! Les témoignages des faits de ses amis, et également celui d'un inconnu passant dans la rue, eux, concordent sur l'ensemble des points centraux. Ainsi, deux d'entre elleux sont poursuivis et le procès aura lieu ce mercredi 27 septembre 2017 !

Nous appelons à nous rassembler massivement ce mercredi 27 septembre à 12h30 devant le Palais de Justice de Bruxelles afin de soutenir Benjamin et s'opposer fermement à l'impunité de la police qui accumule les abus et la violence sans jamais être inquiétée. Police partout, justice nulle part !
Notre force et notre détermination se montreront dans le nombre !

Nous appelons également toute organisation, association, collectif,.. à signer cet appel (via FB ou mail stop.repression.be@gmail.com), à participer et à mobiliser !

Premiers signataires :
Campagne Stop Répression
JOC Bruxelles
Jeunes anticapitalistes (JAC)
LCR / SAP
Occupy Brussels Belgium
Indignez-Vous.be
Nuit Debout BXL
Observatoire des Libertés Sociales de Belgique
Comité des parents contre les violences policières à Molenbeek

https://bxl.demosphere.eu/rv/12623
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 02 Oct 2017, 11:01

L’union sud Loire CGT porte plainte après la manif du 21 septembre

Le syndicat dénonce les conditions dans lesquelles deux militants ont été interpellés, à l’issue de la manifestation du 21 septembre à Nantes.

Jeudi 21 septembre, deuxième mobilisation contre la réforme du Code du travail. Les manifestants avaient été empêchés par les forces de l’ordre de se rendre jusqu’à la permanence de François de Rugy. Ils avaient alors érigé un mur, au rond-point de la rue Gaston Veil, face au CHU, que les policiers ont ensuite détruit.

La manifestation se terminait, quand des policiers de la brigade anticriminalité ont interpellé deux hommes, soupçonnés d’avoir lancé des projectiles contre les fonctionnaires.

L’interpellation a eu lieu dans le camion de l’union locale du sud Loire qui s’apprêtait à partir. Le conducteur du véhicule à qui les policiers ont voulu prendre les clefs et son passager de 86 ans ont été blessés. Ils ont eu respectivement, 2 et 7 jours d’ITT.

L’union locale a réagi en portant plainte pour violences. Les deux militants eux seront jugés le 14 décembre au tribunal correctionnel de Nantes. La CGT appelle déjà à une mobilisation.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la- ... re-5280359
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 25 Oct 2017, 22:22

Mobilisation contre les violences policières en banlieue le 28 Octobre

Une grande mobilisation à venir : rendez-vous le 28 Octobre à 14h devant le TGI de Bobigny à l’initiative de la page Facebook Justice pour Théo

Le samedi 28 octobre 2017 à 14H00 à Bobigny, nous réclamerons Justice, nous dirons STOP aux brutalités, humiliations, provocations, viols et assassinats commis par certains policiers peu scrupuleux.

Nous demanderons Justice pour Théo, et Justice pour tous car nous sommes désormais tous concernés par ce fléau.

Face à la multiplication des crimes et délits et pour que tout cela cesse, soyons solidaires et refusons de rester sans réaction.

Que vous veniez de Paris ou d’ailleurs, c’est ensemble que nous dirons stop à l’injustice et l’impunité des coupables de bavures, d’assassinats, de viols.
Il est temps que cela change.

Justice pour Théo
Justice pour tous

https://paris-luttes.info/mobilisation- ... ences-8787
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21593
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 30 Oct 2017, 13:12

"Ce n’est pas parce que j’ai pardonné que vous devez pardonner"

Samedi 28 octobre se tenait le rassemblement contre les violences policières en banlieue à Bobigny. Compte-rendu de ce rendez-vous.

Le rassemblement était prévu à 15h devant le tribunal de Bobigny à l’appel du collectif Justice pour Théo. C’était la première fois que la famille de Théo et lui-même s’exprimaient à un rassemblement.

... https://paris-luttes.info/ce-n-est-pas- ... -j-ai-8954
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 31 Oct 2017, 09:53

Bilan de la semaine anti-rep et appel à soutien au TGI de Paris ce mardi 31 octobre à 13h

Bilan de la répression de la semaine, entre autres les arrestations violentes suite à la manif en hommage à Rémi Fraisse

Cette semaine, nous avons déploré plusieurs interpellations très violentes à la suite du rassemblement en hommage à Rémi Fraisse.

Pour le détail des circonstances de ces interpellations, lire le compte-rendu de la soirée par La Meute : https://paris-luttes.info/a-paris-le-ra ... -remi-8942

Six personnes ont été relâchées dans l’immédiat mais neuf autres ont été placées en garde-à-vue dans le commissariat du 20e arrondissement. Parmi elles, une jeune femme a été blessée à la tête et un jeune homme a été victime d’un malaise et d’un traumatisme crânien. Conduit-e-s à l’hôpital Tenon, les médecins n’ont pas jugé leur état contraire à un placement en garde-à-vue consécutif. Nous trouvons cette décision aberrante et la dénonçons.

Vendredi soir, une mobilisation des familles et camarades a eu lieu devant le commissariat pour demander leur libération.

Les neuf interpellé-e-s ont subi quarante huit de garde-à-vue avant d’être déféré-e-s devant un juge des libertés et de la détention qui a prononcé leur remise en liberté malgré une demande de détention provisoire par le Parquet. Iels ont pu sortir dimanche soir avec une convocation pour un procès le 7 février à 9h dans la 29e chambre pour violences envers dépositaires de l’autorité publique et groupement en vue de commettre des actes délictueux. Cette remise en liberté est assortie d’un contrôle judiciaire leur interdisant de prendre contact entre elles et eux.

Outre la violence lors de l’interpellation, nous voyons depuis septembre cette systématisation des demandes de mises en détention totalement injustifiables qui témoigne d’une volonté gouvernementale d’enfermer les contestataires, volonté en partie guidée par la pression du corps policier et de ses représentants syndicaux d’extrême-droite.

Nous dénonçons cet acharnement policier et judiciaire contre nos camarades ainsi que les couvertures politiques et médiatiques qui assimilent les mobilisations sociales et l’ultra-gauche en particulier à du terrorisme potentiel. Nous voyons encore une fois que ces tentatives d’intimidation ciblent particulièrement la jeunesse.

Face à la répression, restons uni-e-s, soyons solidaires !

Nous ne déplorons - à notre connaissance- aucune interpellation ou violence policière lors du rassemblement pour Théo à Bobigny samedi dernier.

Notre camarade Christophe passera en procès ce mardi 31 octobre à 13h en chambre 24.2. Christophe a été interpellé violemment en début d’année lors d’une soirée entre camarades au bord du canal Saint-Martin. Pour couvrir leur propre violence, les policiers le chargent d’outrage, rébellion et violences à leur encontre. Soyons nombreuses et nombreux à le soutenir lors de l’audience.

Nous faisons toujours appel à la solidarité financière pour nous aider à continuer :

tinyurl.com/stoprep2


https://paris-luttes.info/bilan-de-la-s ... ep-et-8962
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21593
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 14:06

Rennes samedi 2 décembre 2017

Commémoration de la mort de Babacar

RDV A 14h place de la République

Le collectif Justice et Vérité pour Babacar organise, le 2 décembre prochain à Rennes, la troisième commémoration de la mort de Babacar, tué par la Police. Les proches de Babacar réclament justice et vérité au sujet de sa mort, l'enjeu de cette marche est de les soutenir et de les aider à rendre leur lutte visible.

Image

#JusticeEtVéritéPourBabacarGueye

STOP AUX VIOLENCES ET AUX CRIMES POLICIERS

3 décembre 2015 : 4h du matin dans un immeuble de Maurepas à Rennes. Une crise d’angoisse, un appel aux secours. 8 policiers arrivent dont 4 agents de la BAC, armés d’un taser, de deux matraques téléscopiques et d’armes létales. En quelques minutes, Babacar Gueye, en pleine crise d’angoisse se mutile avec un couteau, et meurt sous les balles d’un agent de la BAC. 5 au total. Cela fait 2 ans. 2 ans que ceux qui connaissaient Babacar et qui l’aimaient ont rejoint le douloureux combat des familles de victimes de crimes policiers. Babacar Gueye avait 27 ans et la vie devant lui.

Ceux qui le connaissaient se souviennent de son sourire, de son rire, de sa sensibilité, de sa bonté, de son amour de l’autre.
Ils savent que si Babacar est mort, c’est parce qu’il était noir, et ils se posent la question : si tout cela s’était passé dans un quartier riche comme le Thabor et non dans un des quartiers les plus pauvres de la France hexagonale, que se serait-il passé ?
Ils savent que cette société, où la police tue chaque année 10 à 15 de nos jeunes noirs, arabes et autres non-blancs, ils n’en veulent pas.
Ils savent que personne ne mérite de mourir sous les balles de la police.
Personne.
Ils savent que trop de frères, fils, pères, maris, oncles, neveux, cousins, amis partent trop tôt sans que justice soit faite.
Ils savent qu’aujourd’hui, tout le monde est concerné, car c’est le problème de la société toute entière.

Aujourd’hui, la famille et les amis de Babacar ne lâchent rien. Après 15 longs mois d’attente et la négligence de l’ancien avocat, une enquête a été ouverte en mars dernier.

En occupant la rue ensemble, montrons notre soutien à sa soeur Awa, à toute la famille Gueye et aux proches de Babacar.

FACE A LA MORT NOUS SOMMES IMPUISSANTS.

FACE A L’INJUSTICE NOUS SOMMES DÉTERMINÉS

VENEZ MARCHER LE 2 DÉCEMBRE POUR BABACAR

RDV A 14h place de la République

ON N’OUBLIE PAS ON NE PARDONNE PAS


https://nantes.indymedia.org/events/38997
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 12 Déc 2017, 12:52

Rencontres Anti-rép’

Grenoble mercredi 13 décembre 2017
à 14h, 106 rue des Alliès

Ahwahnee vous invite à venir le mercredi 13 décembre pour une rencontre autour de l’anti-répression, après cet automne intense en face à face avec les forces de l’ordre, il serait bon de commencer l’hiver ensemble.

Nous réunir en cette date nous donne envie de prendre ça un peu à la légère, une journée de rencontre donc, ou on peut dialoguer,apprendre et se soutenir, créer des liens et se renforcer, une soirée ou on y fait la fête, ou on mange et danse ensemble.

Parce qu’on ne peut pas nous enlever ça.

PRIX LIBRE en soutien tu t’imagines bien !

Programme (peut changer)

- 14H : ouverture des portes
- 14H30 : projection « Police sur le fil » (52min, France 5, 2017), suivie d’une discussion autour de la légitimation de la violence policière par les médias, ce documentaire, produit par une chaîne publique, rassemble les témoignages « d’hommes de terrain » qui lutent contre « les délinquants », les « casseurs » et les « terroristes ».
- 16H : rencontre avec un avocat sympathisant. Autour du thème de l’illégalité de certaine pratiques judiciaires et de nos moyens pour riposter de manière « légale ».
- 18H (tombée de la nuit : piñata
- 19H : projection "police en detresse" (48min, youtube, 2015). À quelques heures de la région parisienne,80 hectares dédiée au bien être de ces policiers qui ont craqué… tout ça offert par l’argent publique… venez rigoler un peu !

Pendant toute la journée des braseros en veux tu en voila,des brochures si on en a, des émissions de radios qui tournent en boucle dans un coin canapé si t’aime pas les braseros…

- 20H : Pizzas (et oui ! cuite au four et vegan)
- 21H : Concert :
• Double Impact (rap, Rhône Alpes).
• Mise en bière (punk, Grenoble).

- 23H-01H00 : BOOM ultra violence avec tes tubes ACAB préféré. Ramène ta playlist, c’est DJ mp3 !

https://grenoble.indymedia.org/2017-12- ... -12-au-106
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 12 Jan 2018, 12:32

Lille, Marche Blanche " Vérité-Justice " pour Sélom et Matisse !

samedi 13 janvier 2018
à 15h, Place Degeyter (métro Fives)

Une Marche Blanche pour réclamer la vérité et la justice pour nos enfants Sélom et Matisse décédés dans le tragique accident du TER dans la nuit du 15 décembre.

Image

https://www.facebook.com/lecrimelille/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21593
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 15 Jan 2018, 23:45

Flics hors de l’école : appel à manifester en soutien aux élèves du collège-lycée Bergson

Appel à manifester des syndicats CNT, CGT et SUD en soutien aux collégien.ne.s et lycéen.ne.s mobilisé.e.s - RV jeudi 18 janvier 2018 à 18h devant le lycée Bergson (27 rue Pailleron, Paris 19e)

Image

2016, pendant le mouvement contre la loi Travail, des policiers frappent des élèves devant le lycée Bergson. Le 24 mars notamment, A. reçoit un coup de poing. Un des policiers auteur de ces violences a été condamné depuis et un autre doit comparaître le 30 mars 2018.

Ce 24 mars 2016, les lycéen.ne.s sont victimes de nombreux coups et certains subissent des gardes à vue violentes et humiliantes.

Ainsi S. est frappé, perd connaissance et les pompiers doivent le ré-animer. Il est arrêté puis mis en garde à vue. S. est mineur au moment des faits.
Trois éléments de loi essentiels à la Protection des Mineurs ne vont pas être respectés :
• Il est gardé à vue pendant 48h sans qu’aucun responsable légal ne soit prévenu de sa détention.
• Ses auditions ne sont pas filmées.
• Il est relâché, seul, alors qu’il aurait dû être remis à un responsable légal à sa sortie du commissariat.

Et pourtant c’est quand même lui qui a été convoqué par la justice et reconnu coupable un an et demi plus tard, le 27 novembre 2017. Condamné à 3 mois de prison avec sursis, 18 mois de mise à l’épreuve et 1 500 € d’amende !

La justice condamne, les violences policières continuent.

Mardi 10 octobre 2017, une journée de grève et de mobilisation est appelée dans la fonction publique contre la loi Travail XXL. La grève est très suivie dans l’Éducation Nationale. Dans la matinée, de nombreux lycées parisiens sont bloqués par les élèves.

Devant le lycée Bergson, quelques poubelles prennent feu. La police intervient et arrête plusieurs collégiens et lycéens. Certains sortent après un contrôle d’identité, mais d’autres sont placés en garde-à-vue.

Au moins un élève de 13 ans et deux lycéens restent jusqu’à 48 heures en garde-à-vue. Ces deux derniers ont été déférés au tribunal et ont comparu devant un juge pour mineurs le jeudi 12 octobre. Certain.e.s, relâchés après contrôle d’identité, ont témoigné d’insultes racistes et homophobes, d’humiliations et de menaces à caractère sexuel de la part des policiers à l’intérieur du commissariat.

Nous dénonçons ces interpellations, les violences policières et les intimidations et humiliations à l’égard des jeunes mobilisé.e.s., des pratiques qui sont quotidiennes dans ce quartier comme dans tous les quartiers populaires.
Nous dénonçons aussi la complicité de l’administration du lycée qui filme les élèves, collabore éhontément avec la police et organise la double peine en convoquant des conseils de discipline qui votent l’exclusion des élèves « avec sursis ». Un langage emprunté aux tribunaux.

A Bergson, comme au lycée Suger à St Denis, au lycée Léonard de Vinci à Levallois-Perret, la liste est longue des établissements qui collaborent avec la police et oublient leurs missions de protection en livrant les jeunes à la police. Plus récemment à Cachan, le 23 novembre dernier, une lycéenne a perdu un œil lors d’une manifestation devant son établissement suite à un tir de flash ball par la police. Déjà en 2010, à Montreuil, devant le lycée Jean Jaurès mobilisé contre la réforme des retraites, un autre jeune avait été mutilé après un tir de flash ball.

Pourtant nous savons que dans d’autres établissements, des équipes éducatives s’assurent que la police n’interviendra pas lors des blocages.

Nous dénonçons les récentes interventions de police dans les universités pour déloger une occupation ou empêcher des réunions : jeudi 7 décembre, pour la troisième fois en deux semaines, la police a expulsé de l’Université Lille 3 les étudiant-es et personnels qui tenaient une conférence. À Paris 8 le même jour, police et gendarmerie sont venus faire du recrutement au sein même de l’université lors d’un forum de l’emploi.

Face aux violences, aux provocations, aux humiliations, visant à faire taire la jeunesse très présente et déterminée lors du mouvement contre la loi Travail, nous appelons tou-te.s les acteurs.trices du mouvement social à venir manifester pour dénoncer la répression policière, judiciaire et administrative*.

A l’appel des organisations syndicales CGT Éduc’action Paris, CNT STE 75 et Sud Education Paris
RENDEZ-VOUS
jeudi 18 janvier 2018 à 18h devant le lycée Bergson au 27 rue Edouard Pailleron (métro Laumière, Bolivar ou Jaurès) pour aller en direction du commissariat du 19e arrondissement rue Erik Satie

La Coordination contre la répression et les violences policières
stoprepression(AT)riseup.net

https://paris-luttes.info/flics-hors-de ... pel-a-9290
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 25 Jan 2018, 21:10

Lyon
Procès des slogans en manifestation : mobilisation pour un membre de la famille de Mehdi convoqué au tribunal vendredi 26 janvier

Rassemblement et conférence de presse devant le TGI de Lyon (67 Rue Servient, 69003) le 26 janvier à partir de 14h puis repas de soutien au comtié à l’Atelier des Cannulars (91 rue Montesquieu, 69007) à partir de 19h30.

« Tout le monde déteste la police », « La police assassine, la justice acquitte », « Justice pour Adama, justice pour Mehdi ». L. est aujourd’hui poursuivie pour « outrage à la police nationale » pour avoir lancé, à plusieurs reprises, ces trois slogans au cours d’une manifestation à la mémoire de son beau-frère, décédé lors d’une course poursuite avec la police fin 2016.

... https://rebellyon.info/Proces-des-sloga ... tion-18615
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 28 Jan 2018, 14:25

Lyon suite
Victoire dans le procès des slogans en manifestation pour un membre de la famille de Mehdi
Relaxe
... https://rebellyon.info/Victoire-des-slo ... tion-18615
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 31 Jan 2018, 01:27

Mobilisation du Comité Vérité pour Yacine mercredi 31 janvier 13h devant le tribunal de Bobigny

Suite de la mobilisation du comité pour Yacine afin d’exiger le droit à une justice et à la vérité après la mort du jeune Yacine le 14 septembre à Aulnay, appel à rassemblement devant le tribunal de Bobigny pour demander la démission de la procureure qui a tenté d’étouffer l’affaire à de nombreuses reprises.

Communiqué du Comité Vérité pour Yacine

" Nous demandons la demission de la procureure de Bobigny

Nous avons récemment eu accès, par le biais de notre avocat, au dossier complet concernant l’affaire du décès de notre frère, dossier contenant le rapport d’enquête, la galerie photo et les rapports d’autopsie. Nous avons ainsi pu constater plusieurs manquements dont a fait preuve la Procureure de la République de Bobigny. En effet, le parquet nous a déclaré le 15 septembre 2017, le lendemain du drame, que la mort de Yacine est d’origine toxique, se basant sur l’autopsie pratiquée le matin même. Or ce jour-là aucun résultat toxicologique n’avait encore été donné par les toxicologues. En outre, l’autopsie elle-même ne montrait pas une cause toxique au décès. Ainsi l’information qui nous a été donnée dans les heures qui suivent le décès n’avait pour base aucun fondement médical péremptoire. Par ailleurs, la Procureure de Bobigny a fait de la rétention d’informations en ne communiquant au juge d’instruction les documentations d’ordre médical qu’après un délai anormalement long : elle a mis près de quatre semaines à transmettre des informations nécessaires à la poursuite de l’enquête. Enfin, la Procureure de Bobigny a, de manière totalement volontaire, omis de communiquer concernant les 37 lésions constatées par le médecin de l’Unité Médico Judiciaire le matin du décès, là où le corps a été retrouvé. Elle n’a cessé d’alléguer que notre frère était seul au moment du drame, malgré le nombre faramineux de lésions objectivées. Entre omission, rétention et mensonges, la Procureure n’a fait que de montrer son inaptitude et son impéritie.

Ainsi, nous demandons à être reçus par Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, afin de réclamer la démission immédiate de la Procureure de la République de Bobigny.

Soutenez nous en signant cette pétition afin que la Procureure réponde de ses actes !
Pour signer, le lien se trouve ici : https://www.change.org/p/d%C3%A9mission ... de-bobigny

P.-S.
Plus d’informations sur la page Facebook du Comité : https://www.facebook.com/veritepouryacine/


https://paris-luttes.info/mobilisation- ... -pour-9451
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 21 Fév 2018, 18:47

Lyon
Procès en appel de la garde à vue à ciel ouvert en 2010 à Bellecour. Rassemblement le jeudi 22 février

Le collectif du 21 octobre a porté plainte contre la garde à vue à ciel ouvert sur la place Bellecour pendant le mouvement social contre la réforme des retraites de 2010. L’instruction a prononcé un non-lieu. Le Collectif a fait appel de cette décision de non-lieu et pendant que la chambre examine notre demande. Le collectif organise un rassemblement devant le tribunal des 24 colonnes à St Jean le 22 février 2018 à partir de 10h.

Rappel : le 21 octobre 2010, que s’est-il passé ?

En pleine mobilisation sur les retraites, des centaines de manifestantEs, empêchéEs de manifester, ont été séquestréEs, humiliéEs et contrôléEs au faciès pendant des heures par des forces de police en nombre disproportionné. En bref, une garde à vue de 700 personnes pendant plus de 7 heures sans justification dans des conditions choquantes. Rappelons qu’ une personne en garde à vue, a le droit de voir immédiatement un avocat, un médecin, d’aller aux WC et de savoir ce qu’on lui reproche !

Face à cette situation choquante, dès le lendemain, individus et organisations se sont réunis pour dénoncer cette violation des droits fondamentaux, ces méthodes policières, en solidarité avec les victimes de cette séquestration et de cette discrimination au faciès. Le collectif du 21 octobre était né, composé de 40 organisations politiques, associatives et syndicales ainsi que des personnes.

Plainte collective : où en sommes-nous en 2018 ?

Le collectif (16 plaignantEs individuelLEs et 19 organisations) défendu par Me Sayn, a déposé plainte devant le procureur de la République en janvier 2011, puis s’est constitué partie civile en juillet 2011.Il accuse les services de la sécurité publique :
• de détention arbitraire, de violation des libertés individuelles droit d’aller et venir, droit de manifester,
• d’avoir mis en place un mécanisme discriminatoire au facies d’exfiltration,
• d’avoir décidé ce dispositif hors de cadres légaux sur décisions politiques (Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur à l’époque
était à Lyon la veille) et sans aucune consultation de magistratEs.

Après des tentatives de délocalisation l’affaire a été instruite à Lyon par deux juges d’instruction. Cela a permis des investigations, des demandes d’actes et l’audition par le juge des organisations membres du Collectif, de la police, des différents responsables de la gestion de l’ordre public dont le DDSP (Directeur Départemental de la Sécurité Publique) qui assume toute la responsabilité de l’opération, en reconnaissant le côté attentatoire aux libertés mais en arguant sur le risque d’insurrection. Après 7 ans d’instruction, aucun élément au dossier ne permet de dire que cette mesure aurait été proportionnée aux risques évoqués.
Un non-lieu a été prononcé en 2017. L’ensemble des personnes individuelles et organisations plaignantes ont fait appel de cette ordonnance. L’appel sera jugé le 22 février à 11h à la cour d’appel de Lyon.

Le collectif appelle à un rassemblement devant le tribunal des 24 colonnes à St Jean
Le jeudi 22 février 2018 à partir de 10 H

La liberté de manifester est un enjeu individuel et collectif fondamental : nous n’acceptons pas cette politique de répression des mouvements sociaux, ni cette stratégie d’enfermement préventif de manifestantEs qui tend à se renouveler. Le collectif appelle à un rassemblement pour soutenir son action : les responsables de ce dispositif répondront de leurs décisions devant des juges. Si l’appel n’est pas entendu, après 7 ans de procédure, le collectif toujours mobilisé s’adressera à la Cour Européenne des Droits
de l’Homme.

Syndicats (FSU, SAF, UD – CGT69, Solidaires69, UNEF, UNL), associations (ATTAC, FCPE, LDH, MRAP 69, Planning Familial 69, SOS Racisme Rhône), organisations politiques (les Alternatifs, COVRA, Gauche alter Lyon, Gauche Unitaire, NPA69, PCF69, PG69).

https://rebellyon.info/Proces-en-appel- ... ciel-18716
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 14:17

Projection débat « Les coups de leurs priviléges »

Montreuil (93) samedi 3 mars 2018
à 19h30, Jardin d'Alice - Montreuil, 19 rue de Garibaldi

Dans le cadre de la semaine anticoloniale, la projection du Film "Les Coups de Leurs Privilèges" aura lieu le samedi 03 mars 2018 au Jardin d'Alice 19 rue Garibaldi 93100 Montreuil à 19h30.

Elle sera suivie d'un débat qui recherchera comment tous ensemble faire de la Marche du 17/03/2018 un tremplin pour un mouvement populaire dans nos Quartiers Populaire contre toutes les formes de violences étatiques , réinventer l'auto organisation, seul garantie pour mener nos objectifs d'auto défense ....

Le film nous plongera dans les luttes des familles qui sans relâchent réclament une vérité et justice pour leur fils/frères morts entre les mains des gardiens de la "paix"/force de l'ordre ET nous offrira un rétro projecteur des luttes de l'immigration des années 1960 à nos jours ! Ramata Dieng initiatrice de Vies Volées sera présente au débat ainsi que d'autres militantEs de ces luttes avec un Hommage particulier à un ami Patrice Barrat journaliste militant des droits humains qui vient de nous quitter , lui qui aurait aimé préparer cette projection pour construire des ponts entre les gens/mouvements !
https://lescoupsdeleursprivileges.com/


Image

Les coups de leurs priviléges

Film documentaire (55 min) - Réalisation : Va te faire intégrer production

Wissam El-Yamni est décédé suite à une interpellation le 1er janvier2012 à Clermont-Ferrand, Morad Touat est décédé le 5 avril 2014 à Marseille suite a une interpellation le 1er avril 2014.

Ces familles s'organisent avec dignité et courage pour faire la vérité sur les décès de leurs proches. Elles ne sont les seules dans ce cas précis. Chaque année, entre 10 et 15 personnes non-armées meurent pendant ou suite à une interpellation par les forces de l'ordre.

La France est le pays de l'union européenne le plus condamné en termes de crimes et de violence policières. Les différents groupes organisés historiquement autour de la lutte contre les crimes et les violences policières nous démontrent la continuité de cette situation depuis les années 60 jusqu'à aujourd'hui.Le courage et la dignité exemplaires des proches de victimes et leur soutien nous donnent espoir dans un contexte de plus en plus sécuritaire.

https://www.facebook.com/events/426684827769710/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29717
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités