Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede altersocial » 07 Juin 2014, 09:35

... ou plutôt exactement : apologie de la violence sexuelle :

un website grand public français qui fait l'apologie d'un détraqué qui filme sous les jupes des femmes, une personnalité frontiste qui soutient le viol conjugal, un humoriste qui véhicule la culture du viol à travers une vidéo ...
Dans le monde comme ici la parole raciste, homophobe, antisémite, sexiste s'est libérée. Un topic pour ne pas banaliser, pour faire circuler l'info, pour faire réagir et riposter. :rambo:

Indignation en Inde : un député qualifie le viol de "parfois légitime"

"Le viol est un crime social qui dépend des hommes et des femmes. Parfois c'est légitime, parfois c'est injuste". La déclaration signée Babulal Gaur, un député indien, membre du parti du Premier ministre, ravive la polémique sur les viols à répétition dans un pays encore sous le choc d'une nouvelle affaire sordide survenue la semaine dernière. Dans la nuit du 27 au 28 mai, alors qu'elles se rendaient dans un champ pour faire leurs besoins, deux cousines de 14 et 15 ans, des "intouchables", ont été violées et pendues à un arbre dans un petit village de l'État de l'Uttar Pradesh, dans le nord de l'Inde. L'enquête suit actuellement son cours. Jusqu'à présent, cinq hommes ont été arrêtés pour le viol en réunion et le meurtre des adolescentes.

Les propos du député Gaur ont été largement repris par les médias indiens et ont suscité l'indignation dans tout le pays. Les responsables de son parti ont immédiatement indiqué que cette déclaration n'engageait que son auteur et ne reflétait pas leurs opinions. Mais le Premier ministre, tout juste élu, n'a toujours pas pris position ni même réagi au double meurtre des jeunes filles.


Des victimes issues des castes inférieures

"Le nouveau gouvernement indien doit prendre des mesures immédiates et de grande envergure pour protéger le droit des femmes dalits (intouchables) et mettre un terme à l'impunité pour les crimes dont elles sont victimes", a souligné Divya Iyer, chercheuse pour Amnesty International dans un communiqué de l'ONG. "Bien qu'il existe des garanties constitutionnelles et des lois spéciales, ces femmes sont victimes dans tout le pays de discriminations et de violences. (...) On sait que des membres de castes dominantes utilisent la violence sexuelle contre ces femmes et ces filles pour sanctionner, humilier, ou affirmer leur pouvoir", a-t-elle ajouté.

Le viol collectif d'une étudiante morte des suites de ses blessures en décembre 2012 avait conduit le gouvernement à voter une nouvelle loi prévoyant jusqu'à la peine de mort pour les auteurs de viol. Mais la situation des femmes issues des basses castes ne semble pas s'améliorer. Namrata Daniel, militante au sein de la campagne nationale pour les droits de l'homme des intouchables, avait pointé du doigt le manque d'intérêt pour cette cause dans Le Monde : "Dans le mouvement féministe, on ne prête pas suffisamment attention aux problèmes des femmes intouchables. (...) La caste, la classe et le genre doivent être abordés ensemble", avait-elle expliqué.
Pauvreté et manque de sanitaires

D'après le bureau national de décompte des crimes, les viols en Inde ont décuplé ces quarante dernières années. De 1971 à 2012, le nombre de cas est passé d'environ 2 500 à 25 000. Le Guardian analyse cette recrudescence de violence comme une conséquence de la marginalisation de toute une partie de la société. L'État de l'Uttar Pradesh où s'est produit le drame est un des plus pauvres de l'Inde, où plus de 60 millions de personnes vivent avec moins d'un dollar par jour.

Toute une génération perdue de jeunes hommes peu éduqués, souvent au chômage, font partie des gangs qui violent les femmes, rappelle la journaliste Kishwar Desai. "La loi contre le viol passée l'an dernier n'est pas suffisante (...), affirme-t-elle. Il faut trouver des solutions économiques pour intégrer ces jeunes hommes frustrés dans la société, leur assurer une éducation et leur offrir du travail."

Les ONG soutiennent aussi que l'augmentation du nombre de WC dans les zones rurales permettrait de lutter contre ces agressions. "Le manque d'installations sanitaires dans toute l'Inde représente une véritable menace pour la sécurité des femmes et des filles forcées à aller se soulager dans la nature", constate Amnesty International dans un communiqué du 31 mai. Près de 620 millions d'Indiens n'ont pas accès à des sanitaires d'après l'Unicef.


Stand up and fight! :rambo:
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 28 Mar 2015, 20:49

La mobilisation des féministes permet l’annulation d’un concert du groupe « VIOL »

Grâce à la mobilisation de féministes et autres, le concert à la Mécanique Ondulatoire, d’un groupe nommé VIOL avec des paroles faisant l’apologie du viol, a pu être annulé par ce Bar/Concerts qui le recevait. Tout de même curieux que cet établissement n’ait pas cherché à en savoir plus, rien qu’avec le nom du groupe, VIOL. Logiquement, qui dit concert, dit répète avant, ou au minimum, le groupe envoie une maquette des titres produits. Dommage qu’il ait fallu taper du poing sur la table pour lui faire prendre conscience de l’ignominie de cette programmation. Leur réponse : « Nous regrettons que la programmation du vendredi 27 Mars ait heurté certain-e-s personnes »… !

Maintenant, il faut dissoudre ce groupe et rééduquer ses membres !


Extrait de la « chanson » « Viol » par VIOL :

Petite bourge endimanchée,
Tu contournes les rues mal famées.
Préparée pour ton blaireau de copain,
Prépare-toi à encaisser mon gourdin !

Dans la rue tu m’as provoqué ;
Petite pute à souliers !
Tu pensais te faire sauter par ton mec,
Mais dans une poubelle je vais te prendre à sec !

Viens, connasse !
Ici, dans ta face !
Ouvre-toi, putain !
Le viol, mon instinct !

Comme c’est bon de te violer,
Toi qui ne m’étais pas destinée.
Tu chiales, affalée dans mon sperme !
C’est ta faute, alors tu la fermes !


C’est un vent de colère qui a soufflé ce mercredi matin sur les réseaux sociaux. La raison ? La programmation par une salle parisienne d’un groupe de musique appelé « VIOL », fin mars. Le bar La Mécanique ondulatoire, dans le 11e arrondissement, avait prévu d’accueillir ce groupe dont la chanson phare est un appel à l’agression sexuelle et au viol. Les paroles très violentes et explicites ont choqué les internautes féministes. L’ association Les efFRONTé-e-s a exprimé un profond écœurement face aux paroles très crues d’un des morceaux du groupe. Elle a déclaré dans un communiqué : « Sous couvert d’un style trash et prétendument anticonformiste », il s’agit d’un « un appel sans ambiguïté à ce crime sexiste ». Le blog « Les Martiennes » a appelé au rassemblement devant le bar pour protester « contre l’apologie du viol ». L’association « Osez le féminisme » a, elle, soutenu le mouvement sur Twitter. Et de nombreux internautes ont manifesté leur incompréhension en interpellant le gouvernement et les responsables de la salle.

Le bar annule sa programmation

Devant cette levée de bouclier, le bar a finalement décidé d’annuler les concerts prévus ce soir-là. « La Mécanique ondulatoire est un bar antiraciste, antifasciste, pro LGBT, pro libertaire et pro féministe. (…) Nous regrettons que la programmation du vendredi 27 mars ait heurté certain-e-s personnes et nous vous demandons d’accepter nos excuses. C’est pourquoi, les organisateurs et nous-mêmes avons décidé d’annuler les concerts », peut-on lire sur le compte Facebook de La Mécanique ondulatoire.


https://sanscompromisfeministeprogressi ... oupe-viol/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 04 Oct 2015, 16:56

Agression sexuelle ? Circulez, c’est de l’humour

En plateau, un comique embrasse de force sur la bouche la journaliste qui l’interviewe. Pour la presse italienne, tout est normal…

Double consternation, face à la scène et à son traitement journalistique. C’était le 30 septembre sur TG Puglia, une chaîne régionale italienne.
Un comique sur le déclin, Gene Gnocchi, se met soudain à déclarer sa flamme à la journaliste qui l’interviewe, Maria Grazia Lombardi : « Je dois absolument t’embrasser car tu es merveilleuse… tu m’as fait perdre la tête ».
Et, ni une ni deux, il se lève « pour rouler un patin hors catégorie à la jeune femme », comme le commente Courrier International.



la suite : http://www.lesnouvellesnews.fr/agressio ... ez-humour/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 25 Oct 2015, 20:31

France 2 : quand "Toute une histoire" donne la parole à des invités "misogynes" et "homophobes"

POLEMIQUE – L’émission de France 2 "Toute une histoire" a diffusé ce mercredi le témoignage de deux militants jugés "misogynes" et "homophobes", sur le thème du droit de la garde des pères.

(...)

Si elle se présente comme une banque de données et "d’informations sur le droit des pères"sur Facebook, l’association "SVP Papa" diffuse des arguments qui font grincer des dents et dont certains jugent qu’ils sont à la fois anti-avortement, misogynes et homophobes. C’est-à-dire que Yann Vasseur ne mâche pas ses mots quand il s’agit de dénigrer les "putes de jaf" (comprendre Juges aux affaires familiales), et autres "mères malveillantes" qui selon lui, obtiennent systématiquement la garde des enfants lors de conflits conjugaux.

La suite : http://www.metronews.fr/info/france-2-q ... nm0UdgGcc/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 08 Nov 2015, 20:03

Le couillard de la semaine

Le dérapage sexiste de l'entraîneur de Valenciennes contre une arbitre de L2

"Concernant le penalty non sifflé, il était bien là mais l'arbitre ne l'a pas vu, elle faisait du patinage avant peut-être. Quand on est une femme et qu'on arbitre un sport d'hommes, c'est compliqué," a lâché Le Frapper quelques minutes après le coup de sifflet final. "Il ne faut pas qu'on se trompe de métier. Nous, c'est notre métier le football, c'est un sport engagé." La déclaration du coach de VAFC a forcément fait grand bruit dans le monde du football souvent réputé comme étant misogyne et macho, et ce ne sont pas ses mots qui contrediront cette thèse.

à lire : http://www.metronews.fr/sport/le-derapa ... nG2Ox6L7M/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 24 Nov 2015, 10:22

À Lyon, une pièce de théâtre inspirée de Machiavel se transforme en spectacle sexiste, homophobe et pro-viol.
Théâtre : Le Prince du sexisme

À Lyon, une pièce de théâtre inspirée de Machiavel se transforme en spectacle sexiste, homophobe et pro-viol.

Une mise en scène théâtrale du Prince, de Machiavel ? Cela semble intéressant : Le Prince est à la base un essai politique extrêmement connu sur l’exercice du pouvoir, paru en 1532. Nous nous rendons à la représentation vendredi soir, pour voir l’adaptation de Laurent Gutmann, le metteur en scène. En fait de théâtre, on assistera plutôt à des scènes misogynes et homophobes, extrêmement dérangeantes. La salle d’une capacité de 500 personnes est presque pleine. On y retrouve principalement des vieux couples de bourgeois blancs, un groupe de lycéens et lycéennes et quelques familles. Rien que de très normal pour le quartier bobo de la Croix-Rousse. Trois personnages, Myriam, Max et Rémi, entrent en scène pour suivre un stage devant les aider à devenir et à se comporter en prince, autrement dit pour apprendre à prendre le pouvoir et à le garder ; stage mené par Machiavel et sa secrétaire Karine.

Sexisme, homophobie et mépris de classe

Les cinq personnages sont tous très stéréotypés : Machiavel est un patron qui maltraite sa secrétaire Karine, Max est le personnage rustre et mal dégrossi, Rémi est le premier de la classe et Myriam quant à elle incarne la potiche en jupe qui ne comprend rien à rien.

Au vu de la composition de la pièce, on commence à soupirer : encore une fois les personnages féminins sont des personnages insignifiants et en totale adéquation avec les normes de beauté actuelles, mais passons... Les choses commencent à devenir vraiment gênantes quand Max pelote les fesses de Myriam, puis que Rémi lui enlève sa jupe, soi-disant parce qu’elle ne correspondait pas à la tenue d’une femme de pouvoir. Elle restera dans cette tenue jusqu’à ce que Max lui hurle qu’elle a « un gros cul », ce qui la décide à se rhabiller.

Si l’on peut légitimement trouver tout cela plus que dérangeant, c’est dans la suite du spectacle que l’on entre dans le vif du sujet. Lors d’un nouvel exercice, les trois stagiaires vont s’essayer à calmer le peuple en colère (le peuple étant le public). Pour ce faire, Karine brandit des pancartes où sont écrits des slogans que nous sommes censés répéter, tels que : « Une seule solution, la manifestation », « Casse-toi pauvre con » ou encore « Serre les fesses, on arrive à toute vitesse ». D’une part, la participation populaire est réduite à une masse de personnes ânonnant bêtement des phrases qu’on lui ordonne de répéter, révélant un clair mépris de classe et une méconnaissance de ce qu’est réellement un mouvement social tel qu’une manif. D’autre part, certains slogans, comme le dernier cité, moquent certaines pratiques sexuelles considérées comme inférieures vis-à-vis d’une norme sociétale, à savoir la sodomie, et de ce fait ont un caractère clairement homophobe.

Spectacle « participatif »... ou agression ?

L’escalade sexiste et homophobe continue lorsque Rémi s’essaye à son tour à l’exercice du peuple en colère à calmer. Sa solution à lui est dans un premier temps de sortir son téléphone et de prendre en photo le public en déclarant : « J’espère que vous êtes venus avec votre femme, parce que je vais poster ça sur Internet. » Puis voyant que cela n’a aucun effet, il monte dans les gradins, saisit une spectatrice (en réalité complice dans la salle) par le bras en la traitant de « connasse », la fait descendre de force au bas des gradins, la plaque contre la scène, et fait mine de la violer par sodomie en baissant son pantalon. Sous couvert d’humour, une femme est donc agressée devant 500 personnes, rendues par la même occasion complices... Qu’est ce qu’on se marre !

Sur cette lancée, le spectacle se termine sur un commentaire de Machiavel qui déclare que la foule est semblable à une femme, il vaut mieux la soumettre violemment afin d’obtenir son obéissance. Le petit retournement de situation où Karine assomme Machiavel et prend le pouvoir ne suffira pas à nous faire oublier l’heure et demie de spectacle sexiste, homophobe et pro-viol.

Durant la semaine de représentation, une diff de tracts a été mise en place tous les soirs jusqu’à la fin du spectacle pour dénoncer les choix de mise en scène faits par Gutmann et de programmation de la direction du théâtre. Au théâtre comme ailleurs, le sexisme et la culture pro-viol n’ont pas leur place !

Myriam (AL Lyon)

http://alternativelibertaire.org/?Theat ... du-sexisme
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 10 Jan 2016, 21:08

Pour cet archevêque, les violences conjugales sont provoquées par les femmes

Encore un qui aurait mieux fait de se taire ! Mépris des femmes battues.

Au cours d’un sermon, Braulio Rodriguez l’archevêque de Tolède (centre de l’Espagne), a affirmé que la majorité des violences conjugales étaient imputables aux comportements d’épouses « désobéissantes » et qui refusent d’accéder aux « demandes » des maris.

En grand expert de la vie en couple, l’homme d’église ne s’est pas arrêté là et a précisé que le machisme était aussi souvent provoqué par les demandes de séparation faites par les femmes.

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... es-femmes/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 17 Jan 2016, 19:21

Quand un Youtubeur star joue avec des agressions sexuelles

Squeezie, un des Youtubeurs les plus influents de France, participe-t-il à la culture du viol ? Dans une récente vidéo, il teste en toute insouciance un jeu qui consiste à frotter son pénis contre des étudiantes en mini-jupe.

à lire : http://www.lesnouvellesnews.fr/squeezie ... sexuelles/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 03 Fév 2016, 02:27

A quel point le cinéma est-il sexiste ? On a les chiffres

Le site Polygraph a passé 4 000 films au test de Bechdel, qui permet de déterminer si une oeuvre est sexiste. Résultat ? Euh... déprimant.

... http://www.telerama.fr/cinema/a-quel-po ... 137562.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 14 Fév 2016, 19:37

Projection sexiste et attachement traumatique

Je souhaite ici voues parler d’un classique de l’aliénation des femmes aux hommes :
* la projection sexiste : la projection sur les femmes des sentiments (interdits) que noues provoquent les hommes par leur violence : mépris, nausée, dégoût, rejet, méfiance, peur, haine, etc.. Cette projection est la source majeure de division des femmes, elle est organisée par les hommes (voir aussi http://www.feministes-radicales.org/201 ... e-couteau/ )
* Son mouvement complémentaire est l’attachement traumatique : la projection sur les hommes des souffrances (niées) et des bienfaits (tus, accaparés) issus des femmes. Parmi les souffrances féminines projetées sur les hommes et qui suscitent la pitié au lieu du rejet, il y a l’impuissance, l’impossibilité de trouver sa place chez soi (un lieu à soie) ou dans le monde (être légitime), la naïveté, le risque d’être volée, exploitée ou humiliée, le risque de ne pas être entendue, de voir sa parole niée, en un mot, les risques d’être « castrée » … Parmi les bienfaits qui viennent des femmes mais qui sont projetées sur les hommes et qui provoquent l’amour au lieu de la colère, il y a l’amour, la protection, le courage jusqu’au sacrifice, l’inventivité et l’intelligence singulière, la raison à toute épreuve et la grandeur d’âme, les richesses matérielle et spirituelle.

Prenons trois exemples vécus en une semaine prise au hasard, absolument exemplaires d’une monotonie patriarcale terrifiante.

Une femme se plaint de son copain : il se renferme dans le garage, vient pour mettre les pieds sous la table, il attend qu’elle rentre pour lui faire gérer les problèmes avec les enfants, il se décharge de tout sur elle. Elle comprend : il a eu des deuils il y a trois ans, son père et son frère morts, et puis, elle-même, elle est dure à vivre, elle a son caractère, il a dû mal à trouver sa place, car elle fait tout à sa place … Par contre, elle ne supporte pas sa belle-mère, la mère de Monsieur. Cette femme qui rapporte à manger au couple et gâte les enfants. Bon d’accord elle est seule, elle cuisine des plats qu’on ne peut pas cuisiner pour une personne seule, alors elle offre les restes, ça peut être gentil … mais bon, qu’est-ce qu’elle croit ? que Madame ne sait pas cuisiner ?

Une femme victime d’extrêmes violences conjugales (torture mentale, simulacre de meurtre et tentatives, coups, viols, etc.) a deux enfants, une fille de 4 ans et un fils de 15 ans. Depuis la mise à l’abri de Madame, la fille de 4 ans a des « crises » impressionnantes, elle hurle, se fait mal, et parfois, elle profère des menaces contre sa mère. La mère a l’impression de voir le père : elle a son regard et sa violence verbale. Et puis, elle a « du caractère », elle refuse tout, elle est autoritaire, elle ne la laisse pas tranquille la nuit, la suit partout la journée … Madame pense que « elle est comme lui », comme l’homme qui a failli la tuer. Le frère, lui, ne fait pas de crise. Bon, il « se bagarre » avec sa sœur, il « peut » lui faire mal – mais en même temps, elle le cherche sans cesse, elle lui prend ses affaires pour les mettre dans sa chambre quand il n’est pas là – et il lui est arrivé d’insulter Madame. Il est en pleine crise d’adolescence, et il ne comprend pas que Madame soit « restée » aussi longtemps avec Monsieur.

Une femme aime une autre femme. Elles sortent d’une soirée entre amies. Oubliant un instant qu’elles sont dans un espace public hostile, pour la première fois de leur relation, elles se tiennent par la taille. Moins de 20 mètres plus loin, un homme pose un regard inquisiteur, et les suit du regard, jusqu’à tourner la tête … les deux femmes se lâchent immédiatement et sans concertation, elles n’ont aucun mouvement brusque, comme pour ne pas « provoquer » une escalade. Peu après, l’une d’elle dit à l’autre : « Tu as raison de te protéger, l’espace public est aux hommes, une femme n’est qu’une ombre ou une cible ». L’autre lui répond qu’elle est dogmatique, qu’on ne peut pas généraliser.

*
Je voues invite, dans les commentaires, à me dire ce que voues en pensez, que peut-on voir, et comment on peut l’expliquer.
Je précise quelques éléments :
- en des années, je n’ai jamais entendu de mère me dire, sans nuance, que leur fils est comme leur père, quelle que soit la violence et l’âge de ce fils, alors que l’amalgame est très fréquent concernant les filles, quels que soit leur âge et l’évidence de leur souffrance.
- la fille de 4 ans est chez le père un week end sur deux depuis la mise en sécurité de Madame et le jugement JAF qui a suivi … le frère est assez grand (et c’est un garçon, donc il est entendu) pour décider de ne pas y aller.
- la belle-mère du premier exemple, étant la mère de Monsieur, a aussi eu deux deuils.

Dans quelques jours je récolterai vos réponses et voues donnerai aussi mon analyse.
merci.


http://www.feministes-radicales.org/201 ... aumatique/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 28 Fév 2016, 18:05

Une nouvelle forme de violence contre les femmes se répand sur le Web

La haine contre les femmes n’est pas un phénomène marginal. En octobre 2015, l’ONU a publié un rapport qui démontre 73 % des femmes internautes dans le monde ont expérimenté une cyberviolence sexo-spécifique : sextorsion, harcèlement, slut-shaming, fat-shaming, (« haro sur les salopes », « sur les grosses »), etc.

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... ur-le-web/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 06 Mar 2016, 20:16

Un journaliste du "Figaro" évoque la "tyrannie" des femmes au bureau : c'est à vomir

Quentin Périnel est un journaliste du “Figaro”, qui a donné son opinion sur les relations entre femmes dans le cadre du travail. Pour lui, la présence d’un homme au bureau est salvatrice car sinon les femmes se crêpent le chignon. Caroline Parlanti n’en revient pas.

à lire : http://leplus.nouvelobs.com/contributio ... vomir.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 08 Mai 2016, 19:00

PHOTOS. Sexisme des politiques : 10 phrases de trop
http://actualites.nouvelobs.com/galerie ... obinsource
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 12 Juin 2016, 18:57

L'Euro 2016, c'est aussi la fête du sexisme

Bienvenue dans un monde où les femmes sont forcément des coconnes qui ne pigent rien aux règles du foot, supposément délaissées par leurs mecs pendant un mois.

à lire : http://www.slate.fr/story/119329/euro-2016-fete-sexisme
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Béatrice » 08 Sep 2016, 20:12

Après l'agression d'une femme pour avoir été seins nus en Charente le 25 août dernier, une famille qui faisait du roller avec deux adolescents, s'est faite violemment agressée pour le port de short par les deux jeunes femmes car jugés trop courts !

http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 79951.html

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-di ... 7784626123
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Suivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité