Résistance et luttes femmes dans le monde

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede bipbip » 18 Juil 2014, 11:41

Mardi 22 juillet à Nancy

Le collectif Debout vous invite à un
Apéro-discussion sur les luttes des femmes et des féministes au Brésil
avec Nathalie Lebon (Anthropologue)
à partir de 18h30 au CCAN, 69 rue Mon Désert à Nancy.

Image

Collectif Debout! http://www.collectif-debout.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32062
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 20 Juil 2014, 18:59

Emission Nasawiyat

Image

Elles sont étudiantes, ouvrières, architectes, poètes, journalistes, agricultrices...Certaines ont fait la révolution, d'autres l'ont vécu par procuration. Toutes dégagent une énergie époustouflante et n'ont plus peur. Jeunes activistes féministes ou simples résistantes du quotidien dans des pays où les islamistes sont ou ont été au
pouvoir, elles se battent pour l'égalité des sexes, indispensable à l'instauration de réelles démocraties. Au delà des changements juridiques, elles réclament des changements sociaux, culturels tout en réinventant un militantisme féministe longtemps étouffé par des régimes autoritaires et dictatoriaux. Portraits de ces combattantes qui mènent une deuxième révolution, dans les recoins les plus intimes de leurs sociétés.

1ère étape, Tunisie : retrouver le terrain 29 minutes
Après la révolution, Ghofrane, 25 ans, décide de s’engager auprès des femmes de sa région agricole du Kef, au Nord ouest du pays. Déçue par les associations féministes rendues élitistes par le régime de Ben Ali, elle crée son association « Femmes et Citoyenneté » pour aider les femmes rurales à défendre leurs droits.

2ème étape, Tunisie : faire sa révolution 29 minutes
Amal, 27 ans, se bat pour vivre libre. Dans des poèmes brûlants, elle remet en cause la sociétéconservatrice tunisienne en parlant de virginité, du rapport au père, de religion, de sexe et derévolution. En publiant régulièrement ses textes sur Facebook, elle espère inspirer d'autres jeunesfemmes. Invitée : Amal, de Tunisie

à suivre et écouter : http://www.franceculture.fr/emission-nasawiyat
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 12 Aoû 2014, 18:15

3ème étape, Egypte : reprendre la rue 29 minutes
Avec ses tenues moulantes et sa passion pour le tango, Zeinab vit à la marge de la sociétéégyptienne. Elle participe pourtant à son changement. Au Caire, elle organise des cours de selfdéfensepour les femmes victimes de harcèlement. Elle souhaite aussi travailler sur l'éducation desplus jeunes pour les inciter à transformer en profondeur le regard que la société égyptienne porte ...
à écouter : http://www.franceculture.fr/emission-na ... 2014-07-26

4ème étape, Maroc : comment militer ? 29 minutes
Jihane, 23 ans est la plus jeune membre de l'« Association Démocratique des Femmes du Maroc ».Il y a quatre ans, elle retirait son voile et décidait de militer au sein d'associations pour «grignoter »des droits, petit à petit, aux pouvoirs en place.Betty, 38 ans croit en la désobéissance civile. Figure de la subversion au Maroc, elle déclencherégulièrement les passions avec ses actions ...
à écouter : http://www.franceculture.fr/emission-na ... 2014-08-02

5ème étape, Maroc : témoigner 29 minutes
Fedwa, médecin de formation, a lancé fin 2011 le webzine collaboratif féministe « Quandisha ". Pour que des femmes de tous horizons, de tous âges, croyantes ou pas, voilées ou non, y témoignent de leurs conditions de femmes marocaines. Quandisha est vite devenue une communauté soudée de femmes qui s'entraident au quotidien. Fedwa nous fait rencontrer l'un d'elle: Fatima, institutrice et ...
à écouter : http://www.franceculture.fr/emission-na ... 2014-08-09
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 20 Aoû 2014, 17:56

6ème étape, Tunisie: se révolter
Monia et Sonia, 30 ans, sont ouvrières dans l'usine Lattelec, filiale d'une entreprise française de câblages aéronautiques travaillant pour Airbus et Dassault. Dans la foulée de la Révolution, elles créent un syndicat pour défendre les droits des 400 ouvrières victimes notamment de harcèlement moral et sexuel. Elles se battent, obtiennent des avancées sociales et parviennent à faire réintégrer plusieurs ouvrières licenciées suite aux grèves... Mais elles, restent sur le carreau. Monia et Sonia sont actuellement en grève de la faim. Elle réclament leur réintégration.
L'histoire de Monia et Sonia pourrait se retrouver dans un des poèmes de la jeune slameuse Sham's, qui lit ses textes engagés dans les rues de Tunis. Elle y parle notamment des femmes, de la classe ouvrière et de la Révolution. »
à écouter : http://www.franceculture.fr/emission-na ... 2014-08-16
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 24 Aoû 2014, 18:12

7ème étape, Algérie: renaître
Il y a quelques années, Irane, 35 ans abandonne son métier de journaliste, fatiguée de se voir refuser les sujets traitant des véritables problématiques auxquelles sont confrontées les algériennes. Aujourd'hui, elle raconte avec finesse, humour et émotion son expérience et sa vie de jeune femme en résistance dans un livre qu'elle espère publier bientôt.
Elle participe depuis quelques mois à la formation d'un collectif féministe à Alger qui s'interroge encore sur la manière de faire renaitre un mouvement ravagé par dix ans de terrorisme. Si toutes rêvent de voir un jour disparaître le très discriminant code de la famille algérien, elles veulent aussi agir plus concrètement, sur leurs difficultés quotidiennes lourdes, et n'attendent plus rien du pouvoir.

à écouter : http://www.franceculture.fr/emission-na ... 2014-08-23
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 02 Sep 2014, 18:53

8ème étape, Algérie: résister
A 23 ans, Atiqa est une combattante. Malgré les nombreux obstacles à surmonter, elle se démène pour créer une communauté de jeunes féministes en Algérie, passant tout son temps au téléphone avec ses amies militantes des quatre coins du pays. Atiqa raconte son engagement de tous les jours et les risques qu'elle prend pour aider tous les mois des femmes à avorter illégalement.
Elle nous emmène à la rencontre d'un collectif de jeunes féministes dans une des villes les plus conservatrices du pays ». Pour elles, s'assoir entre jeunes femmes, à la terrasse d'un café, sur la petite place du centre ville, est déjà une résistance.

à écouter : http://www.franceculture.fr/emission-na ... 14-08-30-0
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 06 Sep 2014, 19:01

Des militantes féministes menacées à Bagdad

Alors qu’à Mossoul, les milices fanatiques de l’Etat Islamique sèment la terreur, à Bagdad on assiste au renforcement de milices réactionnaires chiites. Soupçonnée d’avoir commis le massacre de 31 personnes dans le quartier de Zayouna, la milice Asaib Ahl al Haq menace désormais directement nos camarades de l’Organisation pour la Liberté des Femmes en Irak (OLFI).

Créée en 2003, l’Organisation pour la Liberté des Femmes en Irak lutte pour les droits des femmes et assure une protection dans des foyers pour celles qui fuient les violences machistes et en particulier les crimes d’honneur. Selon Dalal Jumaa, une militante de l’OLFI à Bagdad, l’organisation a permis de sauver 200 jeunes femmes depuis sa création.

L’OLFI apporte aussi soutien et refuge à de jeunes hommes homosexuels. Haidar, un des jeunes hommes protégés par l’OLFI, a été agressé et battu par des réactionnaires religieux en 2012, et a vu son ami Saif se faire tuer.

Militer pour l’égalité entre les femmes et les hommes, protéger des femmes victimes de violences conjugales ou menacées de crimes "d’honneur", soutenir de jeunes hommes coupables de pas aimer "« a bonne personne », tout cela est inacceptable pour les milices religieuses réactionnaires.

Dimanche 20 juillet, la police a appelé l’OLFI, indiquant qu’ils avaient appris que l’organisation protégerait des jeunes filles en fuite et des gays. Puis, surtout, que la police avait reçu des menaces de la part de la milice Asaib Ahl al Haq à l’encontre de l’OLFI. Selon le policier, "on ne peut pas arrêter Asaib Ahl al Haq, ils savent que vous protégez des jeunes filles et des gays, si vous ne quittez pas Bagdad, ils vous tueront". Dans les jours suivants, d’autres menaces, directes, ont été proférées à l’encontre des militantes de l’OLFI.

Depuis 2003, malgré l’occupation, la guerre sectaire et les violences des terroristes religieux, l’OLFI lutte pour les droits des femmes. Récemment, l’OLFI a ouvert un refuge à Kerbala pour des veuves et leurs enfants fuyant la zone contrôlées par l’Etat Islamique. Nos camarades de l’OLFI continueront, malgré les menaces, leur lutte courageuse pour la liberté et l’égalité en Irak. En ces heures sombres pour la population irakienne, elles ont, plus que jamais, besoin de toute notre solidarité.

Le site de l’organisation pour la liberté des femmes en Irak : http://www.owfi.info/



http://www.solidariteirak.org/spip.php?article864
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 04 Oct 2014, 16:09

Femmes en lutte en France et dans le monde

Lutte dans les hôtels Park Hyatt
La lutte a commencé le 19 septembre. Les femmes de chambre, gouvernantes et valets de deux hôtels de la chaîne Park Hyatt décrètent la grève illimitée à l’appel de la CGT. Leurs revendications sont multiples : hausse des salaires, mise en place d’un treizième mois, diminution des cadences, titularisations des postes.
Lors de l’écriture de cet article, la technique alliant grève et manifestations a fonctionné. La direction de l’hôtel Park Hyatt Vendôme a plié sur de nombreux points : hausse des salaires, transfert des temps partiels en temps plein, réduction des cadences et participation de l’entreprise à la mutuelle à hauteur de 60 %. Il est sûr que ces hôtels cinq étoiles ne souhaitent pas avoir une image négative de peur de perdre leur clientèle.
Pourtant, cette victoire reste partielle. La direction de l’hôtel de la Madeleine reste sur ses positions. Et surtout, la direction de l’hôtel de la place Vendôme n’a pas plié sur la titularisation des postes.
Car au-delà des conditions de travail déplorables – heures supplémentaires non réglées, journée de travail de douze heures –, le problème de fond reste la sous-traitance. Dans ces hôtels de luxe situés place Vendôme et place de la Madeleine, on dénombre environ 130 vacataires, en grande majorité des femmes. En sous-traitant les « petites mains de l’hostellerie », les directions se déchargent ainsi des problèmes liés à la pénibilité du travail. Mais il s’assure surtout de la division des salariés en cassant la solidarité entre les employés de l’hôtel. Il s’agit de « diviser pour mieux régner ».
Sans renier l’existence d’une première victoire pour les femmes de chambre, il est sûr que la lutte est à poursuivre.


L’avortement d’une loi non née
Ça y est, c’est officiel : le projet de loi anti-IVG du gouvernement espagnol est définitivement enterré. Son concepteur, le ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardón, a démissionné et annoncé son retrait de la vie politique.
Le señor Gallardón qui s’était donné comme mission la « défense des non-nés » a finalement dû céder devant l’opposition des associations de femmes, des syndicats, des organisations de gauche et révolutionnaires, et même… d’une partie de son propre camp. Bon débarras, mais reste un point : les mineures ne pourront désormais avorter qu’avec l’accord de leurs parents.
Mais pourquoi retirer un projet de loi presque sûr d’être adopté du fait de la majorité absolue du gouvernement aux Cortes (équivalent de notre Parlement) ? Peut-être la proximité des prochaines élections camarades. En 2015 aura lieu le renouvellement des Cortes. La proposition de loi ayant provoqué un tollé général auprès des Espagnols, l’actuelle majorité ne veut pas prendre le risque de perdre un pouvoir déjà chancelant du fait de sa politique antisociale depuis 2011.
Le combat est donc à poursuivre, autant pour les femmes mineures que pour la destruction du système patriarcal.


Kurdistan : hotline contre les violences
19 juin 2014. Nadya Riyad Ehmed, une fille de 18 ans de Amûde, dans le canton de Cizîrê, s’est suicidée après avoir été mariée de force par son père.
En réponse à cette mort, des membres des Forces féminines de sécurité publique à Rojava ont lancé une assistance téléphonique pour aider les femmes confrontées aux violences, leur but étant d’empêcher que de tels événements puissent se reproduire.
La création de cette hotline s’est accompagnée d’une déclaration soulignant que les faits ne seront pas ignorés. D’autre part, la déclaration se veut comme une menace envers tout homme commettant des violences envers les femmes : « Nous adressons un avertissement aux hommes qui ne se départiraient pas de l’usage de la violence à l’encontre de nos camarades femmes à Rojava, qui construisent un modèle de vie démocratique, écologique et émancipateur pour les femmes. Les violences faites aux femmes entachent la réputation de Rojava et nuisent à notre positionnement en faveur d’une vie démocratique. Nous n’hésiterons pas à introduire les législations nécessaires pour prévenir les violences contre les femmes de Rojava qui par leur révolution sont un exemple pour le monde entier. »
À la fin de la déclaration, six numéros de téléphone que les femmes peuvent appeler en cas de violence… La révolution au Kurdistan aussi par les femmes du prolétariat.

Bertille Samie

Groupe Salvador-Seguí de la Fédération anarchiste


http://salvador-segui.blogspot.fr/2014/ ... ns-le.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Anat Zuria

Messagede marsel » 05 Oct 2014, 14:18

Anat Zuria est une réalisatrice de documentaires israélienne.
Deux documentaires sous-titrés en français sont visibles sur le net.

Tehora (Pureté)

2002

Selon les lois qui régissent la vie de toute épouse juive orthodoxe, aucun contact charnel ne lui est permis jusqu'à deux semaines après la fin de son cycle. Des rites de purification minutieux lui sont aussi prescrits. Il lui est interdit d'en parler en public. Malgré le tabou, une cinéaste courageuse est parvenue pour la première fois à documenter, avec tendresse, l'oppression que représente ce code pour la vie du couple. Un film couronné par le FIPA d'Or 2003 à Biarritz.

La Tehora, l'ensemble des règles anciennes qui régissent minutieusement les rites de la purification féminine, est au cœur de la vie des familles juives orthodoxes. Selon les lois, une femme ne peut avoir aucun contact corporel avec son époux pendant une période allant jusqu'à deux semaines après la fin de son cycle. Avant la reprise des relations intimes, la femme doit se purifier dans le mikveh : dans une pièce équipée d'un bassin, une femme est chargée de vérifier « la pureté » d'autres femmes. Parler de ce sujet en public est proscrit. Pourtant, dans le royaume secret que constitue le mikveh, une femme courageuse a réuni plusieurs témoignages inédits sur les codes juifs orthodoxes qui fixent le cadre de l'intimité des couples dès la nuit de noces. Natalia raconte, par exemple, qu'après plusieurs années de mariage, elle ne supportait plus les contraintes de ces séparations, le lit mobile qu'elle déplaçait pendant les périodes où elle était « impure » pour éviter tout contact malencontreux avec son époux. Elle a finalement rejeté ce code et condamné son mariage. Katy et Arie forment un couple très uni. Leurs convictions religieuses les accompagnent tous les jours dans l'accomplissement des rituels du couple. S'ils renoncent aux relations sexuelles à certaines périodes, ils ne peuvent vivre sans marques d'affection physique, gestes de réconfort et de tendresse pour affronter le quotidien.

A travers les récits de ces femmes, mais aussi de leurs époux, convaincus d'avoir fait le bon choix malgré les difficultés et les frustrations et les doutes parfois, émergent peu à peu des interrogations profondes sur les sentiments entourant ce code du silence.

source


http://www.dailymotion.com/video/xa4de3 ... te-te_news
http://www.dailymotion.com/video/xa4d1m ... te-te_news
http://www.dailymotion.com/video/xa4col ... te-te_news

Condamnées au mariage

2004

Une épouse juive est la propriété de son mari. L'époux l'acquiert par le mariage, et lui seul peut lui accorder le divorce.

La loi rabbinique permet à un mari ayant refusé le divorce à son épouse, de vivre avec une autre femme et de lui faire des enfants. Par contre, une femme mariée, dont le mari a refusé le divorce, ne peut pas, elle, retrouver sa liberté. Elle demeure « condamnée au mariage »…


La réalisatrice Anat Zuria (« Purity », rediffusé dans la foulée de ce documentaire) nous dévoile le contrôle total qu'exercent les tribunaux rabbiniques sur l'institution du mariage en Israël. Une épouse est la propriété de son mari. Sa femme lui appartient. Il est le seul à pouvoir décider des termes de son mariage.

Bien que la polygamie soit prohibée par la législation civile, la loi rabbinique n'interdit pas à un homme, encore marié, de vivre avec une autre femme et de fonder une famille avec elle. L'inverse n'est absolument pas toléré, évidemment.

Pour la première fois, un film met en lumière le système du divorce sous l'égide de la loi juive. En Israël, l'Eglise n'est pas encore séparée de l'Etat. De ce fait, le mariage et le divorce sont encore soumis à des règles archaïques et fondamentalistes. Celles qu'impose la loi juive orthodoxe.

Ce film poignant nous permet de partager le destin de plusieurs femmes confrontées à cette forme de « divorce à l'israélienne ». Une femme donne la parole à ces femmes. Des milliers d'entre elles attendent, pendant des années, le bon vouloir de leurs époux et ne peuvent pas refaire leur vie, en attendant. Anat Zuria a réussi à filmer l'un de ces tribunaux « religieux » et suit deux femmes dans leur combat pour la liberté. Elles sont assistées par une équipe d'a vocats, des religieux, pourtant très engagés pour faire valoir la reconnaissance de droits fondamentaux… en Occident.

source


http://www.dailymotion.com/video/x5o2yf ... e-1-3_news
http://www.dailymotion.com/video/x5o2cz ... e-2-3_news
http://www.dailymotion.com/video/x5o1yw ... e-3-3_news
marsel
 
Messages: 27
Enregistré le: 27 Sep 2014, 00:05

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 16 Oct 2014, 18:23

Indonésie : appel à soutenir la réalisation d’un film « Pour briser le silence de la violence sexuelle, des ouvrières parlent »

En Indonésie, des ouvrières ont créé une radio appelée Marsinah FM dans la zone industrielle, KBN Cakung. C’est la plus grande zone textile à Jakarta qui exporte des vêtements pour l’Europe et les Etats Unis (GAP, Zara, H&M, Adidas, Kohls, Esprit, etc…). 80 000 ouvriers dont plus de 90% sont des femmes Elles sont confrontées à plusieurs sortes de violence : devoir se battre pour faire respecter leurs droits au salaire minimum, au congé maternité, à la sécurité sociale, au paiement des heures supplémentaires, à la violence sexuelle sur leur lieu de travail,… Beaucoup de ces femmes ont été impliquées dans la création d’un syndicat. Elles sont actives au boulot, dans le syndicat, dans les tâches domestiques et doivent faire face à l’intimidation de leur patron.

Ces femmes veulent briser le silence de la violence sexuelle sur leur lieu de travail et veulent encourager les victimes à parler. Elles ont le projet de réaliser un film. Elles sont besoin d’un soutien financier et de donations comme par exemple de l’équipement vidéo.

Détails et liens : http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article33224



Samedi 18 octobre, Paris

Réunion « Femmes et politique au Maghreb »

Réunion d'informations et de réflexion sur les récentes luttes des femmes dans les trois pays
du Maghreb – plus précisément, depuis les soulèvements dans les pays du monde arabe.
Il s'agira d'évoquer les mouvements de femmes, leurs actions, leur investissement dans
l'arène politique et ses effets sur leur situation, la place des mouvements féministes dans les
luttes sociales et politiques : autrement dit, comment la demande de changement de l’ordre
patriarcal s’inscrit-elle dans les luttes politiques ?

Ouverture : objectifs du débat et présentation des intervenant-es et de leurs associations
: Éclairages sur la situation politique au Maghreb : Tahar Zaïd, ACDA ; Où en est le féminisme
en Algérie ? : Sanhadja Akrouf , APEL-Égalité.
Rôle des femmes dans les mouvements sociaux et politiques et revendications des féministes
au Maroc : Fatima Har, Ailes Femmes du Maroc ; Les femmes dans le processus
révolutionnaire en Tunisie , Rania Mahdjoub, Unies vers Elles ; Discriminations subies par les
femmes maghrébines du fait de leur statut personnel par Fouzia Hamhami
Synthèse des interventions et des débats : Ferdaous, une voix en enfer de Nawal Saadaoui,
lecture par Saadia Maani, comédienne

18 octobre 2014de, 14h à 18h, Maison des Associations du 12°, 181 Avenue Daumesnil, métro :
Daumesnil
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Pïérô » 24 Oct 2014, 09:51

Émission de radio sur la situation en Syrie et à Kobane par l’émission lilloise Zapzalap. Il s’agit d’un éclairage sur la situation sociale, le féminisme kurde et le patriarcat de Daesh...
http://zapzalap.wordpress.com/2014/10/2 ... cidentale/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21822
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 25 Oct 2014, 18:34

Tou(te)s ensemble pour soutenir les femmes et les jeunes filles du Salvador

Des militant(e)s du monde entier se sont réuni(e)s le 25 septembre pour une action de solidarité au moment où Amnesty International effectuait le lancement de son nouveau rapport sur l’impact de l’interdiction totale de l’avortement au Salvador.

« Il y a un dicton au Salvador, a déclaré Vicky Knox, co-directrice du Réseau des Femmes d’Amérique centrale (CAWN), selon lequel "les riches avortent, les pauvres saignent ».

Le ton était donné. Toutes les personnes en présence ont immédiatement compris le profond désavantage qu’il y a à être pauvre au Salvador lorsqu’on est une femme ou une jeune fille devant prendre une décision concernant sa sexualité ou le fait d’avoir des enfants.

Au Salvador, l’avortement est interdit en toutes circonstances. Peu importe que l’on se retrouve enceinte à la suite d’un viol, que la grossesse représente un risque pour la vie de la mère ou que le fœtus n’ait aucune chance de survivre : dans ce pays l’avortement est un crime quel que soit le cas.

Cette injustice, ce scandale, voilà ce qui nous a amené(e)s au siège international d’Amnesty à Londres ce soir-là. Qu’il s’agisse d’employé(e)s d’Amnesty, comme moi-même, ou de militantes du CAWN ou de My Belly is Mine (mon ventre m’appartient), nous étions là pour témoigner notre solidarité aux milliers de femmes et de jeunes filles du Salvador qui sont privées du droit de contrôler leur vie et leur destin par une loi qui n’a pas sa place dans le monde moderne.

Lorsque Vicky et Guadalupe Marengo, d’Amnesty International, ont parlé des histoires déchirantes des « 17 » – 17 femmes qui ont été emprisonnées pour avoir avorté ou fait une fausse couche et commis d’autres « infractions » en relation avec leur grossesse – l’impact insidieux de l’interdiction nous est apparu encore plus clairement.

Beaucoup de ces cas sont inclus dans le rapport d’Amnesty intitulé Salvador. À deux doigts de la mort. La violence contre les femmes et l’interdiction de l’avortement au Salvador.

Peine de 40 ans d’emprisonnement pour une fausse couche


http://www.amnesty.be/doc/s-informer/ac ... r-soutenir
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Pïérô » 31 Oct 2014, 03:20

Création en France d’un collectif de solidarité féministe avec Kobanê

LE COLLECTIF DE SOLIDARITÉ FÉMINISTE AVEC LES COMBATTANTES DE KOBANÊ

Nous sommes un collectif de solidarité féministe avec Kobanê, récemment créé, pour organiser une mobilisation féministe en France, en soutien à Kobanê et pour visibiliser la dimension féministe du projet social à Rojava qui est aujourd’hui menacée.

Nous vous convions à une conférence de presse pour annoncer le départ, le 6 novembre, d’une délégation féministe à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Il s’agit d’apporter sur place son soutien aux groupes de femmes et aux actions qu’elles mènent dans les camps de réfugié-e-s et dans les institutions politiques locales. Et, au retour, la délégation féministe pour Kobanê rédigera un rapport sur la situation des femmes dans cette région.

L’organisation politique de Rojava est un combat féministe :
• présence des femmes à tous les échelons politiques et dans les unités multi-ethniques et multiconfessionnelles de défenses du peuple (YPG) comme combattantes
• création de maison des femmes, d’assemblées populaires et d’académies pour les femmes
• création des unités non-mixtes de défense des femmes (YPJ) pour s’organiser contre les violences masculines, et aujourd’hui pour défendre la population contre les attaques de Daesh.

Les combattantes de Rojava sont engagées pour un projet social qui remet en cause le patriarcat et l’État-nation, qui défend l’auto-détermination des peuples et l’émancipation des femmes.

Aujourd’hui, elles doivent se défendre contre :
les attaques de Daesh, dont la montée en puissance a été rendue possible par les politiques des États-Unis, de l’Europe, des Monarchies du Golfe et de la Turquie, qui ont contribué à les armer,
et contre les régimes répressifs de la Turquie et de la Syrie.

Nous dénonçons :
• le soutien du gouvernement Hollande au projet de la zone tampon défendue par la Turquie, qui est récusée par les combattant-e-s de Rojava comme une nouvelle tentative d’occupation
• le refus de l’État français d’ouvrir les dossiers concernant l’assassinat de trois militantes Kurdes commis en plein Paris, en janvier 2013, au su et au vu des services de renseignements français

Nous soutenons les combattant-e-s de Rojava :
• dans leur refus d’une intervention des armées impérialistes par voies terrestre, qui, quels que soient leurs noms (« lutte contre la barbarie » ; « mission civilisatrice » ; « défense des femmes ») ne propagent que la guerre et la misère pour les peuples et les femmes, comme en Irak, en Afghanistan, en Palestine, en Centrafrique ...
• dans leur demande de l’envoie d’armes sans condition

CFSK
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article33387
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21822
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Béatrice » 02 Nov 2014, 22:01

Le collectif organisera une conférence de presse pour annoncer le départ, le 6 novembre, d’une délégation féministe à la frontière entre la Turquie et la Syrie.
La conférence aura lieu le 5 novembre à 11h au Planning Familial de Paris, situé au 10 rue Vivienne, 75002 Paris.

http://actukurde.fr/actualites/704/un-c ... ojava.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Résistance et luttes femmes dans le monde

Messagede Lila » 09 Nov 2014, 18:49

Femmes de Barcelone

La protestation féministe massive complètement ignorée par le monde anglo-saxon
http://mic.com/articles/102420/the-mass ... ly-ignored

Si la saga Gamergate en cours et le souvenir décevant, la semaine dernière d’héritage et de viol de Bill Cosby sont décourageants pour les féministes américaines, elles devraient jeter un œil de l’autre coté de l’Atlantique pour apercevoir une lueur d’espoir.

Mercredi dernier, une grève féministe massive a paralysé les rues de Barcelone, avec des milliers de femmes et leurs alliés, arrêtant le trafic et les métros, taguant des slogans féministes partout sur les murs de la ville et occupant les bureaux de puissantes institutions politiques et économiques.

Quelle grève féministe massive, dites-vous? Peut-être que vous n’avez pas entendu parler des milliers de féministes espagnoles de Barcelone parce qu’aucune des principales sources de Nouvelles en langue anglaise n’en a parlé !

Selon le site de « Vaga De Totes », l’Espagne a connu de nombreuses grèves générales liées au travail au cours des dernières années, mais rarement liées aux problèmes des femmes. La liste des problèmes mis à l’écart, selon le site, comprend (à peu près traduit du catalan) « la maternité obligatoire, » la violence contre les femmes, « les réformes du travail qui approfondissent les inégalités déjà subie par les femmes » et les coupes à l’aide sociale et aux services publics qui «augmentent les heures les femmes se consacrant aux soins aux personnes »

On peut s’informer sur la grève de trois jours des étudiants espagnols qui a également eu lieu cette semaine, mais vous n’avez surement pas lu que mercredi, « Vaga De Totes » (« Grève de toutes ») a réuni plus de 600 groupes féministes et communautaires différents après une mobilisation d’une année qui a abouti à une émeute avec prise de contrôle de Barcelone.

Le contexte : des manifestations ont été organisées dans toute l’Espagne pendant des semaines enréaction à la crise économique actuelle du pays. Le chômage des jeunes est un problème récurrent:pour les moins de 25 ans, il est théoriquement de 50%, et la récolte actuelle de jeunes diplômés,considérée comme la meilleure que le pays ait jamais eu, fait face au plus grande taux de chômage enEurope. « Une génération entière est sacrifiée dans des pays comme l’Espagne, » a déclaré LudovicSubran, économiste en chef chez l’assureur Euler Hermes, au Bloomberg News. « Cela a un impact réel sur la productivité à long terme. »

A Barcelone, les Catalans se préparent à voter le 9 novembre pour évaluer le soutien du public à la sécession. Une des plaintes commune des catalans est que leur région robuste, qui a toujours eu lePIB le plus élevé en Espagne, soutien économiquement le reste du pays. Dans le cas des manifestations de mercredi, il semble que les femmes catalanes sont fatiguées de soutenir tout le monde sans rien obtenir en retour. Les manifestations: Dolo Pulido, membre de la coalition organisatrice « Vaga De Totes », dit au nouveau site d’information catalane « Directa » que le thème de la grève était «Les femmes font avancer le Monde, ensemble, nous allons l’arrêter », mais que la grève était bien plus qu’un arrêt detravail.

« Cela répond à des analyses féministes qui critiquent le fait que le monde est organisé de façon patriarcale, et que les femmes assument ce qu’il faut pour le changer », a déclaré Pulido à Directa.

Une vidéo récente de la manifestation montre des centaines de femmes marchant à travers Barcelone vers le « Cercle d’Economia », think tank espagnol qui regroupe les puissances économiques et qui s’oppose à l’indépendance de la Catalogne. Là, les féministes ont accroché une banderole qui disait:

« Muerte al Patriarcado, Huelga de Cuidados. »

L’expression signifie à peu près «Mort au patriarcat, grève des soins »

Selon Directa, les manifestantes occupant le Cercle d’Economia ont lu un manifeste dénonçant le rôle de « ce cercle des puissants dans la perpétuation d’un système de marché dévastateur qui porte atteinte à la justice sociale et l’égalité des sexes. »

Les manifestantes ont également dénoncé les déclarations faites par Monica Oriol, le leader du groupe« Cercle des entrepreneurs », qui a dit au début Octobre qu’elle préférait embaucher des femmes de plus de 45 ou moins de 25 ans afin d’éviter «le problème» de la grossesse dans les affaires.

En soirée, la manifestation de rue avait amassé des milliers de personnes. La plupart étaient des jeunes femmes, mais tous les genres et tous les âges sont apparus dans les photos qui circulent surTwitter.

À 18 heures, le Pujades Stop (« Stop aux hausses») une action de maintien des portes ouvertes dans les métros, dans trois stations différentes, pour protester contre la hausse des tarifs dans les transports publics.

A 7h30, le blocus féministes avaient arrêté le trafic en quatre points de la ville: La Avenida Meridiana, la Gran Via, la Avenida Diagonal, et el Paralel. En marchant vers la Gran Via, la militante féministe Laura Lozano dit au « El Diario » que de nombreuses femmes ne peuvent pas participer aux grèves parce qu’elles combinent « plusieursemplois très mal payés » pour survivre.

«Nous sommes celles qui subissent les effets de la crise », a déclaré Lozano El Diario.

« Les coupes dans les soins de santé et d’éducation nous affectent beaucoup plus, parce que ce sont les femmes qui prennent en soin les personnes à charge, qu’ils soient petits ou grands. »

« Vaga De Totes » dit qu’ils organiseront une grève des femmes encore plus grande au printemps de2015.

Peut-être que, d’ici là, la presse internationale aura appris à se soucier des masses de femmes qui défilent dans les rues.


http://dndf.org/?p=13810
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2157
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités