Contre les OGM, infos, luttes et initiatives

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: moratoire sur les OGM ?

Messagede Pïérô » 26 Mai 2012, 00:46

Communiqué des Faucheurs Volontaires d’OGM

L’assemblée générale du Collectif des Faucheurs Volontaires, réunie à Saints-en-Puisaye (89) les 17, 18 et 19 mai réaffirme son opposition totale aux OGM végétaux ou animaux, qu’ils soient importés, issus de la transgénèse, de la mutagénèse ou d’autres manipulations génétiques.

Les Faucheurs Volontaires maintiennent leur vigilance et leur mobilisation.

Ils prennent acte de la décision du Conseil d’Etat de refuser la suspension du moratoire sur la mise en culture du maïs Mon 810. Ils attendent du nouveau gouvernement et des futurs députés qu’ils appliquent des mesures définitives pour éradiquer la présence des OGM dans les champs et dans les assiettes conformément à la volonté de la population.

Les Faucheurs Volontaires dénoncent les dérives de la recherche vers des techniques productivistes et d’appropriation du vivant au bénéfice de l’industrie semencière.

Ils exigent que la recherche publique soit réorientée vers une recherche partagée avec les paysans et les citoyens pour l’amélioration des techniques agronomiques respectueuses des hommes, de l’environnement et de la biodiversité cultivée et sauvage.

Les Faucheurs Volontaires d’OGM
http://www.monde-solidaire.org/spip/spi ... rticle5869
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Du riz OGM testé sur des enfants en Chine ?

Messagede altersocial » 13 Sep 2012, 16:20

OGM : du "riz doré" aurait été testé sur des enfants chinois

L’agence de presse officielle chinoise Xinhua a indiqué que les autorités du pays enquêtaient pour déterminer si, oui ou non, des enfants chinois avaient été nourris avec du riz OGM. Ceux-ci auraient servi de cobayes à des expériences menées par des chercheurs chinois et américains.

C'est une sérieuse affaire que révèle l'agence chinoise de presse Xinhua alors que les effets des Organismes génétiquement modifiés (OGM) sont encore sujets à un vif débat. Celle-ci indique en effet que le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies aurait suspendu un chercheur pour son implication dans un projet visant à nourrir des enfants avec du riz transgénique. Ces derniers auraient servi de cobayes à des expériences menées par des chercheurs chinois et américains. Mais ce sont en fait des plaintes de l’ONG Greenpeace qui auraient alerté les autorités chinoises et ce dès 2008.

Dans celles-ci, l'organisation expliquait qu'elle avait eu connaissance de recherches actuellement menées sur un riz, qualifié de 'riz doré', qui avait été donné à des enfants. Plus précisément, selon un communiqué de Greenpeace, le riz modifié génétiquement aurait servi à nourrir 24 enfants de six à huit ans en 2008 aux cours d'expériences conduites dans la province du Hunan et visant notamment à réduire des carences en vitamine A. En effet, ce riz transgénique de couleur jaune à orangé a été créé par des chercheurs suisses et allemands dans le but de produire de la vitamine A à partir de bêta-carotène dont il est enrichi. Aussi, certaines estiment qu'il pourrait permettre de réduire la mortalité infantile en traitant les carences en vitamine A, très fréquentes chez les enfants dans certains pays d'Asie.

Suite aux plaintes de l'ONG, le ministère de l'Agriculture chinois avait alors à l'époque indiqué avoir fait le nécessaire pour que les recherches soient arrêtées. Mais de nouveaux travaux récemment publiés auraient révélé que ceci n'a pas été respecté. Selon l’ONG, les chercheurs américains impliqués sont affiliés à un centre de recherche sur la nutrition basé à l'université de Tufts à Boston. "Il est incroyablement perturbant de penser qu'un organisme de recherche américain a utilisé des enfants chinois comme cobayes pour de la nourriture génétiquement modifiée", s’est ainsi indigné l'organisation qui va même plus loin en exposant le problème du "riz doré".

Des risques environnementaux et sanitaires, selon l'ONG

"Greenpeace estime que le 'riz doré' est une manière irresponsable et dangereuse de résoudre les déficiences en vitamine A (VAD). Le 'riz doré' ne s'adresse pas aux causes sous-jacentes des VAD, qui sont principalement la pauvreté et le manque d'accès à une nourriture variée. Parce qu'il encourage une alimentation basée sur un seul aliment de base au lieu d'une augmentation de l'accès à des légumes riches en vitamines, le 'riz doré' , pourrait, s'il est introduit à grande échelle, exacerbé la malnutrition et au bout du compte compromettre la sécurité alimentaire", explique l'ONG dans un communiqué publié sur son site.

De son côté, le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies a nié avoir donné son autorisation ou participé aux tests, selon Xinhua. De même, la parution d'un article sur ces recherches dans la revue American Journal of Clinical Nutrition, n'aurait pas été soumise à l'approbation du ministère chinois de la Santé, a-t-elle ajouté. "Le 'riz doré' est encore un mythe et pire encore, il apporte avec lui tous les risques environnementaux et sanitaires associés à la culture d'OGM. Dépenser encore plus de temps et d'argent sur le développement "du 'riz doré' n'est pas seulement irresponsable d'un point de vue environnemental mais fait aussi du tort à toute l'humanité", commente Daniel Ocampo, militant de Greenpeace Southern Asia.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Environnement

Messagede ivo » 19 Sep 2012, 08:24

Le maïs OGM, "toxique pour les rats", dangereux pour l'homme?
fr info
Selon les travaux d'une équipe de chercheurs français publiés ce mercredi matin par le Nouvel Observateur, le maïs génétiquement modifié se révèle extrêmement dangereux, même à faible dose. Ainsi après un an d'alimentation avec ce maïs, les groupes de rats ont été touchés par une multitude de pathologies lourdes, dont des tumeurs. Et ce deux à trois fois plus que les groupes nourris avec du maïs non OGM.

Les résultats de cette étude menée par l'équipe de Gilles-Eric Seralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen, seront publiés cet après-midi par la revue américaine Food and Chemical Toxiycology.

Deux cents rats de laboratoire ont été sélectionnés et étudiés pendant deux ans jusqu'en 2011.

"Après moins d'un an de menus différenciés au maïs OGM, c'était une hécatombe parmi nos rats dont je n'avais pas imaginé l'ampleur" raconte le professeur Serafini dans le Nouvel Observateur.

Une expérimentation qu'il détaille dans un livre qui va être publié la semaine prochaine. Et ce qu'il écrit est particulièrement inquiétant : "A partir du quatrième mois, la palpation hebdomadaire des rats permet de repérer chez deux mâles des grosseurs abdominales énormes. Elles dépassent vite 25% du poids du corps. Alors pour des raisons éthiques, liées à la souffrance qu'induisent ces tumeurs, on doit euthanasier les animaux atteints."

Et il estime que cet effet toxique pour le rat donne à penser qu'il pourrait y avoir danger pour l'homme.


"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout
fr info
Les OGM sont-ils toxiques ? Des "poisons" répond le nouvel Observateur en dévoilant une étude de chercheurs français aux conclusions dévastatrices pour les multinationales, et par ricochet pour les agences sanitaires qui ont autorisé la mise sur le marché de leurs produits OGM.

Image

Ce matin, un gros plan, on va prendre le temps de feuilleter en détail une grande enquête, des révélations sur les OGM avec une étude qui a de quoi faire frémir le consommateur...

Et on va jouer à se faire peur ce matin, parce que ces OGM, ils sont déjà dans nos assiettes, même plus ou moins clandestinement, même à faible dose.

Sont-ils ou pas toxiques, le débat n'est pas tranché, pourtant il y a urgence, ça nous concerne tous. Alors une équipe de chercheurs français a tenté de sortir enfin du flou scientifique.

Pendant deux ans, deux cents rats ont été nourris au maïs transgénique et suivis jour après jour en laboratoire : une expérience menée dans le plus grand secret. Les résultats seront publiés aujourd'hui par une très sérieuse revue spécialisée américaine, des résultats dévoilés dès ce matin dans le nouvel Observateur.

Et ces résultats sont dévastateurs...

"Oui, les OGM sont des poisons !", c'est la Une du nouvel Observateur. Guillaume Malaurie dans le nouvel Obs parle d'une bombe à fragmentation pour les grands laboratoires, bombe scientifique, sanitaire, politique et industrielle qui va pulvériser une vérité officielle : l'innocuité du maïs génétiquement modifié. Selon cette enquête, même à faible dose, l'OGM étudié, parfois traité au pesticide, parfois non, se révèle pour les rats lourdement toxique et même souvent mortel.

Si c'était un médicament, le nouvel Observateur précise que cet OGM devrait être immédiatement suspendu dans l'attente de nouvelles enquêtes. Car cet OGM est tellement toxique d'après cette étude qu'il pourrait passer pour de la mort-aux-rats, et cet OGM c'est le même qu'on retrouve dans nos assiettes, dans la viande, les oeufs ou le lait.

Pour en arriver là, il y a donc cette étude, elle a été menée dans la quasi-clandestinité. Un vrai thriller scientifique : tout a commencé en 2006 comme dans une série à suspense. Les chercheurs craignaient les pressions des multinationales comme Monsanto. Ils ont choisi dès le départ de travailler en secret. Ils allaient jusqu'à crypter leurs mails comme des espions, avec interdiction de parler de leur travail au téléphone.

Ensuite il a fallu récupérer des semences d'un maïs transgénique, sans passer par le labo, ce qui n'a pas été le plus facile.
Bilan : après moins d'un an de menus au maïs OGM, une hécatombe parmi les rats, décimés notamment par des tumeurs cancéreuses.

Et les photos des rats malades publiées dans le nouvel Observateur ont de quoi vous couper l'appétit...

Image

Oui, car ces rats, encore une fois, ils ont mangé ce qu'on veut nous faire manger. Des photos de rats étouffés par des tumeurs géantes, ces photos, elles vont faire le tour du monde, on va les voir à la télé et dès la fin du mois au cinéma dans le film "Tous cobayes ?" adapté du livre du chercheur qui a dirigé cette étude, le professeur Gilles-Eric Séralini.

Pour le nouvel Observateur, qui prévoit une nouvelle guerre meurtrière entre pro et anti-OGM, c'est un événement : l'ère du doute s'achève pour les OGM vec cette étude, et c'est le temps de la vérité qui commence.

Dernière précision dans le nouvel Observateur, une accusation à peine voilée en direction des laboratoires qui fabriquent des OGM mais aussi en direction des agences de santé publique, à nouveau mises en cause...

Et du thriller scientifique du début, on termine avec un très mauvais roman dans les coulisses du lobbying industriel, pharmaceutique, peut-être politique : on apprend que les cancers et les autres maladies touchant les rats apparaissent juste après trois mois d'expérience. Trois mois, c'est justement la durée des études commandées par les industriels eux-même et qui concluent invariablement que les OGM sont sans danger.

Le professeur Séralini se demande si c'est vraiment un hasard. Du coup il pose une autre question encore plus lourde de sous-entendus : est-ce que certains membres des commissions qui ont autorisé la mise sur le marché des OGM se seraient opposés à des tests de plus de trois mois parce qu'ils savaient, parce qu'ils savaient que les résultats seraient complètement différents et beaucoup plus inquiétants sur des études d'un ou deux ans ?

Mais ça va encore plus loin : le professeur Séralini ajoute dans le nouvel Obs que pour lui le plus grand scandale dans cette affaire, celui dont il ne se remet pas, c'est le manque de vigilance des agences sanitaires, "manque de vigilance" pour dire les choses aimablement. Il se demande moins aimablement s'il faut parler d'inconscience, de négligence, de lâcheté, ou pire de collusion criminelle des agences sanitaires ou de leurs experts avec le monde industriel.

"Criminelle", le mot est lâché, et justement, dans un livre sur les OGM à paraître aujourd'hui, dont les extraits sont aussi dans ce passionnant et très inquiétant dossier du nouvel Obs, Corinne Lepage accuse les multinationales d'avoir asservi les Etats, Corinne Lepage qui veut mettre les pouvoirs publics français et européens devant leurs responsabilités judiciaire et pénale.


>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons !
Image
http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-s ... isons.html
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
ivo
 
Messages: 2808
Enregistré le: 02 Nov 2011, 11:11

Re: Environnement

Messagede ivo » 20 Sep 2012, 08:21

Qu'est-ce que le maïs NK603, soupçonné de toxicité ?
Où peut-on trouver le NK603 en Europe ?

Le maïs NK603 a été autorisé à la mise sur le marché, via les importations, par la Commission, le 19 juillet 2004, après un avis favorable de l'EFSA datant de novembre 2003. Il est autorisé pour l'alimentation animale, ainsi que pour la fabrication de produits alimentaires pour l'homme, comme la farine ou la semoule de maïs.

Ces ingrédients peuvent donc potentiellement se retrouver dans les céréales, les biscuits apéritifs, la chapelure, les plats cuisinés, les sauces, les crèmes desserts, les potages ou encore les pâtisseries. Ce maïs transgénique peut par ailleurs être utilisé dans des additifs alimentaires, comme l'amidon oxydé (E1404), les phosphates d'amidon (E1410, E1412 à E1414) ou le sorbitol (E420). Mais il est impossible d'être sûr de la présence de ce maïs, dans la mesure où la réglementation européenne n'impose pas un affichage signalant la présence d'OGM pour des produits contenant moins de 0,9 % d'organismes génétiquement modifiés.

>>>
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... picks=true
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
ivo
 
Messages: 2808
Enregistré le: 02 Nov 2011, 11:11

Re: Environnement

Messagede ivo » 21 Sep 2012, 08:20

Corinne Lepage dit-elle vrai sur les OGM ?
fr info
L'ancienne ministre de l'Environnement affirme qu'au delà de la culture des OGM (interdite en France), c'est leur importation et leur consommation qui est frappante. Vrai ou faux ? Réponse ici.

Vrai

Les OMG sont là et se diffusent en Europe, même si leur culture sur le vieux continent est limitée. (En France elle est interdite).
Maïs, soja ou colza génétiquement modifiés sont importés en masse en Europe en provenance du continent américain.
Pour le soja par exemple, la Confédération paysanne estime que 90% du soja importé en France est transgénique. Greenpeace l'évalue aux deux tiers.


Greenpeace affirme par ailleurs que 80% des animaux d'élevages en France reçoivent une alimentation qui contient des OGM.
Car l'Union européenne autorise l'importation de 44 OGM, dont 26 variétés de maïs, 8 de coton, 7 de soja, 3 de colza, une sorte pomme de terre et une variété de betterave.


Dans nos assiettes

Ces OGM importés, utilisés pour l'alimentation des animaux, se retrouvent logiquement dans la chaine alimentaire et atterrissent dans nos assiettes. Ils sont aussi utilisés pour la fabrication de produits alimentaires pour l'homme : dans la farine ou la semoule de maïs, l'huile de soja ou de colza. Ces ingrédients peuvent être présents dans les corn flakes du petit déjeuner, les biscuits apéritif, la chapelure, les plats cuisinés, beaucoup de sauces, la charcuterie, les crèmes desserts, les potages, les pâtisseries.
Les aliments contenant des OGM doivent être signalés sur leurs étiquettes. Mais on peut tout à fait manger des OGM sans le savoir puisque l'étiquetage n'est pas obligatoire pour les produits qui contiennent moins de 0,9 % d'ingrédients génétiquement modifiés.


Bruxelles critiquée

Alors, pourquoi, l'Union européenne permet elle la diffusion des OGM ? Parce qu'elle estime que les études menées ont démontré jusqu'à maintenant que les OGM autorisés étaient inoffensifs. Les militants anti OGM ne sont pas du tout d'accord et contestent les études approuvées par l'Agence Européenne de Sécurité des Aliments.
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
ivo
 
Messages: 2808
Enregistré le: 02 Nov 2011, 11:11

Re: Environnement

Messagede ivo » 21 Sep 2012, 09:18

aller c'est parti pour la polémique ...
c'est pas la faute des ogm mais de champignons ... entre autres ..


OGM : "Le protocole d'étude de M. Séralini présente des lacunes rédhibitoires"
Pour Gérard Pascal, ancien toxicologue spécialiste des OGM à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), aujourd'hui consultant pour des entreprises agroalimentaires, cette étude, qui suggère des effets délétères sur le rat liés à la consommation de maïs NK603 (tumeurs mammaires, troubles hépatiques et rénaux, espérance de vie réduite) présente de "très sérieuses lacunes, qui invalident ses résultats".

>>>
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... picks=true
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
ivo
 
Messages: 2808
Enregistré le: 02 Nov 2011, 11:11

Re: Environnement

Messagede ivo » 25 Sep 2012, 11:28

et donc go pour la polémique ...


L'auteur de l'étude controversée sur les OGM veut rendre publiques toutes les informations
fr info
Depuis qu'il a publié l'étude sur la toxicité du maïs OGM NK 603, son auteur Gilles-Eric Séralini, est en proie à de nombreuses critiques, notamment sur l'origine des rats. Le professeur propose de mettre à disposition les données brutes qui ont servi à son étude.

Le professeur Gilles-Eric Séralini et son équipe ont travaillé pendant deux ans sur l'étude "In Vivo" et ont conclu que les rats nourris avec du maïs OGM NK 603 souffraient, à terme, de tumeurs mammaires et de problèmes au niveau des reins et du foie.

Les détracteurs de l'étude estiment que l'expérience n'a pas portée sur un nombre significatif de rats et que l'espèce choisie serait très sensible aux tumeurs. Sur l'origine des rats, Gilles-Eric Séralini se défend : "c'est la même souche de rat sur laquelle a travaillé Monsanto pour avoir ses autorisations [de commercialiser]". Et pour que tout le monde en soit vraiment conscient, Gilles-Eric Séralini veut rendre l'étude publique : "Je suis à la disposition des autorités pour mettre sur un site public les données brutes de mon étude et pour qu'on en fasse de même avec les données brutes qui ont servi à l'autorisation de ces produits".

"Il y a sans doute déjà des effets significatifs qui ont été vus et qui ont été négligés" (Séralini)

Le Professeur Gilles-Eric Séralini estime qu'il est attaqué pas des lobbies favorables aux industriels. Il demande la transparence de tous sur ce sujet (lui et les industriels) : "Si j'ai raison, outre le fait que des têtes tomberont peut-être parmi les experts, il y a quand même la remise en cause des tests qui ont permis l'autorisation des produits, donc je crois qu'il en va d'un problème de santé publique et que la moindre des transparences dans cette affaire c'est de ne pas admettre que depuis 50 ans, les données qui servent à évaluer, sur des rats, par les industriels, soient tenus secrètes".

commentaire
ce serait pas trop tôt d'avoir des études indépendantes des grands cartels industriels pour ce qui concerne la bouffe... et les produits pharmaceutiques... et finalement, tout ce qu'on nous fait gober... je trouve dommage (c'est peu dire) qu'on casse du sucre sur le dos de quelqu'un qui a fait une étude et propose ses données brutes aux consommateurs, alors que monsanto se garde bien de publier le détail...
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
ivo
 
Messages: 2808
Enregistré le: 02 Nov 2011, 11:11

Monsanto : une étude OGM bidonnée!

Messagede altersocial » 19 Oct 2012, 20:14

OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée par les autorités sanitaires

La recherche scientifique menée par Gilles-Eric Séralini sur un OGM de Monsanto a été violemment critiquée dans sa méthodologie. Mais qu’en est-il des tests menés par les firmes elles-mêmes ? Un rapport montre les dissimulations et extrapolations bien peu scientifiques qui accompagnent l’évaluation du seul OGM autorisé à la culture en Europe, le Mon810. Des extrapolations reprises à leur compte sans vérification par les autorités sanitaires européennes.

Avant d’être commercialisés, les OGM sont-ils vraiment évalués avec la plus grande rigueur scientifique, comme leurs promoteurs le prétendent ? Toute entreprise sollicitant une autorisation de mise sur le marché de son OGM doit produire une évaluation censée démontrée que sa semence transgénique est inoffensive. Ces analyses sont réalisées par des laboratoires que les entreprises de biotechnologie rémunèrent directement.

Les autorités sanitaires qui étudient ensuite le dossier, comme l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA [1]), ne disposent ni de temps ni de crédits pour pratiquer leurs propres analyses. Elles se contentent donc de lire le dossier de l’entreprise et la littérature scientifique sur le sujet. D’un côté, la firme est juge et partie. De l’autre, des instances d’évaluation placent dans cette firme une confiance quasi absolue.

Que doivent évaluer les experts ? Que l’OGM ne diffère pas d’une semence non transgénique dont l’utilisation commerciale a déjà été jugée sans risque. La firme va donc chercher à démontrer « l’équivalence en substance » : comparer les composants d’une plante transgénique (nutriments, protéines, glucides...) avec des plantes conventionnelles. Si les écarts enregistrés correspondent à des écarts connus entre variétés de la même espèce, la plante transgénique est considérée comme étant équivalente en substance, donc a priori inoffensive. L’évaluation se fait en deux étapes : une analyse comparative pour identifier des différences avec la plante non modifiée génétiquement, et une évaluation des impacts nutritionnels, sanitaires et environnementaux de ces différences.

Le Mon810 « aussi sûr » qu’un grain de maïs conventionnel ?

Concernant son maïs Mon810, Monsanto a affirmé en 2007 : « Comme il a été démontré dans ce dossier de renouvellement d’autorisation, Mon810 est équivalent à un maïs conventionnel à l’exception de sa protection contre certains papillons parasites ». Son OGM serait donc comparable à un banal grain de maïs « naturel ». Une affirmation « d’équivalence » que les autorités sanitaires européennes reprennent à leur compte : « Le maïs Mon810 est aussi sûr que ses équivalents conventionnels au regard de ses effets potentiels », conclut l’EFSA en 2009. Une conclusion pour le moins hâtive...

Problème : sur quels éléments démontrés scientifiquement repose cette affirmation ? Lorsque l’on teste la toxicité d’un produit, on extrait deux échantillons de rats d’une certaine lignée, et on regarde s’il est statistiquement raisonnable de penser que l’échantillon « essai » a été modifié par l’OGM par rapport à l’échantillon « témoin ». « Si quelque chose est vu (ici, une différence), cela existe. Si ce n’est pas vu, cela ne veut pas dire que ça n’existe pas, mais juste que, dans les conditions de l’expérience, on ne l’a pas vu », explique le biologiste Frédéric Jacquemart, président d’Inf’Ogm, une veille citoyenne d’information sur les OGM. Une absence de preuve n’est pas une preuve d’absence.

Des extrapolations pas très scientifiques

Affirmer que « le maïs Mon810 est aussi sûr que ses équivalents conventionnels » est donc une extrapolation sans preuves irréfutables. D’autant qu’aucun test d’équivalence n’a en fait été réalisé ! Un tel test nécessite des protocoles assez lourds à mettre en œuvre, avec un nombre de cobayes élevés, pour prouver l’innocuité du produit. Si le test ne s’appuie que sur un faible nombre de cobayes (des rats en l’occurrence), il s’agit en fait d’un test « de différence », visant à établir que sur tel ou tel aspect, l’OGM ne semble pas produire des effets différents qu’une banale graine. Mais cela ne prouve pas l’innocuité de l’OGM.

Alors que le Mon810 est aujourd’hui cultivé en Europe, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a reconnu que 80 % des effets constatés lors des tests n’étaient pas significatifs ! Affirmer que le Mon810 est « aussi sûr » que les autres maïs est donc, au mieux, une extrapolation sans fondements, au pire, mensonger. Aucun effet toxique ne peut en fait être exclu. Cette extrapolation des résultats, qui rend un OGM équivalent à une autre semence, est sévèrement jugée par le biologiste Frédéric Jacquemart : « Lorsque deux populations sont comparées, les tests statistiques ne peuvent faire qu’une chose : réfuter, au risque statistique choisi près, une hypothèse ». On peut donc réfuter un risque précis, mais en aucun cas affirmer une absence totale de risques.

Dissimulations et conclusions hâtives

Dans son rapport intitulé « Expertise des OGM, l’évaluation tourne le dos à la science », l’association Inf’Ogm a ainsi pris le parti d’éplucher le dossier du Mon810. L’association dénonce une série considérable de dissimulations scientifiques dans l’étude de ce maïs insecticide. A commencer par l’entorse à une règle de base en méthodologie scientifique : trier les données pour les présenter de manière « avantageuse » plutôt que de les soumettre telles quelles.

Dans le dossier de sa demande d’autorisation du Mon810, Monsanto fournit toute une littérature scientifique analysant différentes variétés et cultures de maïs (dont des analyses souvent anciennes, remontant avant 1982, dont la méthodologie est aujourd’hui dépassée). Si Monsanto ne constate pas de différence significative avec son OGM cultivé aujourd’hui, la firme estime que tout va bien. En revanche, lorsque des différences sont observées, elles sont présentées comme « non biologiquement significatives » ou « sans valeur informative » ! La comparaison n’est utilisée que lorsqu’elle sert les intérêts de Monsanto et permet de conclure à une composition similaire entre un maïs OGM et une plante témoin non génétiquement modifiée.

Quand « similaire » devient « identique »

« En se basant sur ces données, nous avons conclu que les grains du Mon810 et ceux du contrôle sont de composition similaires et sont représentatifs des grains de maïs actuellement sur le marché », assure la firme. Par dérive sémantique « similaire » devient ensuite « de composition équivalente », puis... « identique » ! Finalement, « on peut conclure que le Mon810 est aussi sain et nutritif que le maïs conventionnel »... Une conclusion qui excède de toute évidence la portée des données. « Si l’on ne prend en compte que les données qui soutiennent la conclusion souhaitée et qu’on néglige les autres, on aboutira fatalement à ce que l’on a envie de montrer », rappelle Inf’OGM. Si cette pratique est scientifiquement irrecevable, Monsanto semble particulièrement adepte de cet exercice.

« Tout cela est validé par l’[EFSA] sans que cela ne fasse tousser personne », déplore Frédéric Jacquemart. Malgré des extrapolations non étayées, une faiblesse des tests, un tri des données, les conclusions de Monsanto quant à l’innocuité de son maïs Mon810 ont été reprises par des experts qualifiés d’agences officielles, censées être « neutres », comme l’Agence européenne de sécurité des aliments. Les recommandations de cette Agence concernant les méthodes statistiques à utiliser sont pourtant très claires, et parfaitement contradictoires avec les pratiques des firmes dépositaires d’un dossier de demande d’autorisation d’OGM. Le panel OGM de l’EFSA indique notamment que les deux tests, de différence et d’équivalence, doivent être faits. Elle met également en garde contre l’usage de données prises hors de l’expérience elle-même.

Conflits d’intérêts

Comment expliquer le laxisme de l’EFSA sur le dossier Mon810 ? Frédéric Jacquemart y voit une « parfaite mauvaise foi ». Cette Agence, censée être un organisme de contrôle indépendant, a été décriée ces derniers mois après la révélation de plusieurs conflits d’intérêt au sein de la structure. Un rapport de la Cour des Comptes publié le 11 octobre épingle l’EFSA pour sa mauvaise gestion des conflits d’intérêts.

Deux ans plus tôt, l’Observatoire européen des entreprises (CEO) avait déjà apporté les preuves de liens entre plusieurs membres du conseil d’administration de l’EFSA et l’Institut international des sciences de la vie (ILSI, International Life Science Institute), financé par l’industrie agro-alimentaire (lire un précédent article). La présidente de l’EFSA avait été contrainte de démissionner de l’ILSI où elle siégeait comme membre du Conseil des Directeurs.

Cette affaire a révélé la manière dont l’industrie des biotechnologies est parvenue à influencer les décisions de l’agence européenne en plaçant dans ses instances décisionnelles des personnalités scientifiques qui reprennent ses analyses et partagent ses objectifs. C’est pourtant sur la base des avis de l’EFSA que la Commission européenne prend les décisions d’autoriser ou non les OGM...

Expertises : deux poids, deux mesures

Les autres dossiers de demande d’autorisation d’OGM ne vaudraient en général pas mieux. Deux dossiers en cours d’instruction (la pomme de terre Modena et le maïs MIR604) [2] en vue d’autorisations dans l’UE ont fait l’objet d’avis plus que sévères par le Haut Commissariat aux Biotechnologies, souligne Inf’Ogm. Au même moment, l’étude du Professeur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs transgénique NK603 et du Round up était jugée non valable scientifiquement par l’EFSA.

« Alors que l’EFSA vient de réagir dans un délai ridiculement court à la dernière étude de G.-E. Séralini, en prétendant qu’elle n’avait aucune portée, cette agence ferait mieux de faire son travail sérieusement et de s’assurer que les dossiers de demande d’autorisation d’OGM sont réalisés avec la meilleure rigueur scientifique possible », juge François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « L’EFSA n’est manifestement qu’une des instances qui fonctionnent comme des chambres d’enregistrement destinées à rassurer le public, au sujet des OGM, mais non à en assurer la sécurité », conclut le rapport d’Inf’Ogm.

Les critiques formulées à l’encontre du protocole de Gilles-Eric Séralini pourraient concerner les protocoles de l’ensemble des dossiers déposés par les entreprises de biotechnologie pour obtenir les autorisations commerciales de leurs plantes génétiquement modifiées (PGM). Inf’OGM avait remis en 2011 au ministère de l’environnement une pétition pour demander la révision de l’évaluation de l’ensemble des PGM, autorisées et en cours d’autorisation. Une demande restée sans réponse à ce jour, du moins pour les 46 OGM autorisés en Europe.

Notes

[1] European Food Safety Authority

[2] La pomme de terre Modena est enrichie en amylopectine (constituant de l’amidon), le maïs MIR604 produit un insecticide contre les chrysomèles.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: contre les OGM, luttes et initiatives

Messagede altersocial » 20 Fév 2013, 13:10

Attention à la montée du prix de la patate !

Montreuil, le 19 février 2013 - Le 12 février dernier, le tribunal de Termonde (Belgique) a rendu son verdict concernant une action non-violente menée par le mouvement Field Liberation visant à dénoncer la culture de pomme de terre transgénique.

Image

Va-t-on désormais criminaliser toute action non-violente et citoyenne qui dérangerait l’ordre public et les intérêts de certains lobbies ? Est-il devenu dangereux d’exprimer publiquement son opposition aux OGM ? Pour le mouvement Field Liberation (la libération des champs), organisateurs de l’action "Le grand échange", c’est la liberté d’expression que la justice belge a choisi d’attaquer en condamnant 11 de leurs militants. La condamnation à 6 mois de prison ferme pour la chercheuse Barbara Van Dick, pour avoir parlé à un journaliste, en est un exemple saisissant.

Aussi, les Amis de la Terre France souhaitent manifester tout leur soutien aux militants condamnés. Comme le rappelle la Fondation Science Citoyenne : « Trois experts du Conseil de biosécurité belge avaient donné un avis négatif pour ledit essai faisant valoir les risques environnementaux induits. En août 2012, le tribunal de Gand avait par ailleurs jugé que l’autorisation de l’essai était illégale suite au manque de motivations de la part des ministres compétents pour n’avoir pas tenu compte des oppositions publiques, ni des avis quoique minoritaires des experts du Conseil de biosécurité́. »

L’action de Field Liberation visait une pomme de terre OGM pourvue d’une résistance au mildiou, résistance aussi naturellement présente dans plusieurs variétés non OGM qui si elles sont cultivées répondent mieux au besoin des agriculteurs tout en favorisant la biodiversité. En réalité, la pomme de terre transgénique présente un intérêt pour BASF qui a besoin de pouvoir déposer un brevet sur cette variété afin de s’approprier le marché. Et c’est pour dénoncer cette nouvelle mainmise des multinationales sur le vivant qu’a eu lieu « Le grand échange » le 29 Mai 2011 à Wetteren, au cours duquel les soit-disant « terroristes » avaient remplacé les pomme de terre OGM par les plantes naturellement résistantes.

En condamnant les prévenus, la justice a surtout refusé de faire face aux vraies questions que ces cultures posent à savoir :
- le brevetage du vivant et l’appauvrissement de la diversité biologique ; - l’impact économique et social lié au monopole des multinationales. Alors que les sommes requises laissent à penser au combien la valeur de la patate est en train de changer, les Amis de la Terre France souhaitent que lors de l’appel, le débat puisse porter sur le principe de précaution, et sur la souveraineté alimentaire que les OGM rendent impossible.

Contact presse : Caroline Prak – 06 86 41 53 43 / 01 48 51 18 96
[1] Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://fieldliberation.wordpress.com/

Voir quelques photos d’Alter Tierra en ligne ici : http://www.flickr.com//photos/91623...
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: contre les OGM, luttes et initiatives

Messagede bipbip » 14 Juil 2013, 00:18

Rencontres internationales des mouvements contre les OGM
Du vendredi 19 juillet au dimanche 21 juillet

Image


Le Collectif des Faucheurs Volontaires est né lors du rassemblement du Larzac en 2003. Après une décennie de résistance en France, qui a suscité le débat public sur les OGM et freiné leur développement, le collectif fêtera ses 10 ans les 20 et 21 juillet à Bouzy-la-Forêt (Loiret, France). Afin de fédérer nos luttes, le Collectif invite TOUS les résistants d'Europe et d'ailleurs à se rencontrer et échanger sur la situation dans leur pays, sur leurs actions menées, et à construire ensemble une opposition commune et internationale.


Vendredi 19 juillet

• A partir de 14h : accueil des participants sur le site, dans le centre du village.
• 15h : jeux « faux »rains
• 17h30 : Le lavomatic autonome - Des méninges au service du ménage - Entreprise Delalesse de et avec Laurent Fradin et Delphine Levêque - Fabrika Pulsion
• 20h30 : CONCERT à
MeLL : Chanson décoiffée - Un rock à mèche folle


Samedi 20 juillet

• 9h Le collectif des faucheurs volontaires : historique du mouvement depuis sa création jusqu'à aujourd'hui.
Avec Christine Thelen, Jean-Baptiste Libouban, intervention de José Bové par vidéo
• 10h30 Présentation juridique de la défense des faucheurs.
Avec les avocats des faucheurs : Marie-Christine Etelin, Nicolas Gallon, Jérôme Bouquet-Elkaïm, Guillaume Tumerelle, intervention de François Roux par vidéo
• 13h30 Les OGM en Europe : état des lieux et législation.
Avec Arnaud Apoteker (chargé de mission sur les OGM au Parlement européen, France)
• 14h30 Les OGM dans l'alimentation humaine et animale.
Avec Barbara Van Dyck et Steven Desanghere (Field Liberation Movement, Belgique), Anton Luccioni (militant, Pays-Bas), un représentant de Stop OGM Pacifique (Nouvelle-Calédonie), René Louail (Confédération paysanne, France)
• 16h30 Les conséquences sociales, économiques, environnementales des cultures OGM.
Avec Darci Frigo (Mouvement des Sans Terre, Brésil), Sreedevi Lakshmi Kutty (Coalition for a GM-free India, Inde), Juan-Felipe Carasco (SALVIA, Espagne), Josie Riffaud (Via Campésina, France)
• 18h30 La contamination inévitable.
Avec Mariam Mayet (African Centre for Biosafety, Afrique du Sud), Juan-Felipe Carasco (SALVIA, Espagne), Luigi d'Andrea (Stop OGM, Suisse), Arnaud Apoteker (chargé de mission sur les OGM au Parlement européen, France)
• 21h CONCERT
La fantasque bande à Lucien (punk baltringue/rock paysan)
Les glandeurs de Gergolie (rock manouche débrayé)


Dimanche 21 juillet

• 9h Le blé OGM.
Avec Luca Colombo (Fondation Italienne pour la Recherche en Agriculture Biologique et Biodynamique, Italie), Christophe Noisette (Inf'OGM, France), Liz Walker et Gérald Miles (Take the Flour Back, Royaume-Uni)
• 10h45 Les semences paysannes face aux semences OGM.
Avec Lamine Biaye (Association sénégalaise des Producteurs de Semences Paysannes, Sénégal), René Segbenou (Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain, Bénin), Catherine Marielle (Grupo de Estudios Ambientales AC, Mexique), Guy Kastler (Réseau Semences Paysannes, France)
• 13h30 Pérenniser ces rencontres (ateliers). Des ateliers en parallèle pour permettre de concrétiser, valoriser l'intensité de ces échanges et de se projeter dans l'avenir.
• 15h30 Restitution des ateliers.
• 16h30 Clôture. Déclaration commune suite à ces rencontres.


Où ?
Bouzy-la-Forêt (45460), dans le Loiret (France), dans le centre du village. Un fléchage alentour « 10 ans FV » vous guidera vers le lieu.

Accès en train
Le réseau Ulys assure des liaisons à partir des gares d'Orléans et Montargis et vers Bellegarde. Une navette Bellegarde-Bouzy-la-Forêt sera assurée sur demande uniquement, contacter par mél ou téléphone, coordonnées dessous.
• Horaires gare d'Orléans-Bellegarde : 6h10-8h-12h30-16h30-17h15-18h30-19h
• Horaires gare de Montargis-Bellegarde : 6h10-6h50-7h25-12h30-16h05-18h35

Quotidien
• Un terrain de camping est à disposition sur le site.
• Tous les repas, bio et locaux, sont prévus sur place.

(L'Altertour 2013 fera étape à Bouzy-la-Forêt lors de ces 2 journées. http://www.altertour.net)

Contact : 10ansfv@laposte.net - 06.42.94.91.79 (+33 6.42.94.91.79)

http://danactu-resistance.over-blog.com ... re-les-ogm
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre les OGM, luttes et initiatives

Messagede Pïérô » 12 Oct 2013, 10:24

Dans le cadre de la journée mondiale de lutte contre la faim, marche mondiale contre Monsanto

Nouvelle marche mondiale contre Monsanto le 12 octobre 2013 dans toute la France !

Le 12 octobre 2013, pour la seconde fois de l’année, des citoyens du monde entier marcheront contre Monsanto (&co) - la multinationale de l’agrobusiness, des organismes génétiquement modifiés et de leurs pesticides associés. Déjà le 25 mai dernier dans 52 pays, plus de 2 millions de personnes manifestaient leur volonté d’une agriculture plus saine, respectueuse des paysans, garantissant notre santé et celle de nos enfants.

Alors que partout dans le monde les peuples indignés font trembler les gouvernements, mobilisons-nous pour refuser le diktat de quelques multinationales qui marchandisent nos vies et la nature. Nous, citoyens, réclamons la fin des monopoles sur nos aliments, refusons les OGM et la pollution de nos sols, et plus encore désirons apporter notre soutien aux porteurs d’alternatives, à la fois solidaires, responsables et écologiques.

Ce samedi 12 octobre, le Combat Monsanto et le collectif citoyen les Engraineurs invitent tous ceux qui souhaitent entrer dans cet esprit de résistance mondiale à se joindre à la marche à Paris et localement dans toute la France et Dom (Strasbourg, Marseille, Réunion...)

Plus d’informations Combat Monsanto en partenariat avec http://www.collectif-lesengraineurs.com et sur les réseaux https://www.facebook.com/events et twit #MaM

http://www.combat-monsanto.org/

Paris de 12h30 à 17h
Place de la Bataille de Stalingrad, 75019 Paris - Métro : Jaurès / Stalingrad

Lyon
L’événement débu­tera par un grand pique-nique bio, alter­na­tif et festif à partir de 12h au parc de Parilly à Bron. Nous serons sur la pelouse entre la piste de 400m et le bd de la Jeunesse. A 14h nous nous diri­ge­rons vers le siège de Monsanto pour s’y ras­sem­bler et lais­ser quel­ques sou­ve­nirs paci­fi­ques de notre pas­sage.
http://rebellyon.info/?Marche-contre-Monsanto

> Strasbourg : Rendez vous à 14h00 place Kleber, animations, expo et marche jusqu’à 18h00. https://www.facebook.com/events/376235485831488/ ?fref=ts.
> Brest : Rassemblement à 14h00 sur la Place de la liberté https://www.facebook.com/events/390806834374236/.
> Marseille : Rassemblement à 14h00 sur le Vieux Port – Quai de la Fraternité (face à l’église St Férréol) https://www.facebook.com/events/1410030789208915/
> Clermont-Ferrand : Pique nique partagé, stands d’information, distribution gratuite de graines bio à partir de 12h00 place de jaude. https://www.facebook.com/events/332708230207551/
> Montpellier : Départ du jardin du Peyrou à 14h00 - arrivée place de la comédie autour de la fontaine pour un sitting à 17h00. Invitation du groupe à se déguiser en zombies ! https://www.facebook.com/events/184463078404562/ ?fref=ts
> Lille : rassemblement place Richebé à 14h https://www.facebook.com/events/437614466355138/
> Toulouse : Rendez-vous à 12h00 pour un pique-nique, avec prise de parole,au métro Jean Jaurès. Une marche sur l’hypercentre est prévue ensuite, jusqu’à la préfecture, avec banderoles pancartes et distribution de tracts. https://www.facebook.com/events/640881675932047/
> Lyon : L’événement débutera par un grand pique-nique bio, alternatif et festif à partir de 12h au parc de Parilly à Bron. Nous serons sur la pelouse entre la piste de 400m et le bd de la Jeunesse. A 14h nous nous dirigerons vers le siège de Monsanto pour s’y rassembler et exprimer notre indignation ! https://www.facebook.com/events/622012521183716
> Tours : Rendez vous à 14h00 Place du Général Leclerc https://www.facebook.com/events/581301111927855
> La Réunion : Accueil dès 8h00 sur le marché forain de St Pierre, puis marche à 11h00, après-midi débat/forum et enfin, apéro festif coucher de soleil front de mer de saint pierre… https://www.facebook.com/events/163342313862303/
> Bruxelles, La Bourse ou Place St Catherine selon autorisation https://www.facebook.com/events/1411093459104208/ ?fref=ts

http://www.collectif-lesengraineurs.com/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: moratoire sur les OGM ?

Messagede Pïérô » 16 Nov 2013, 14:43

Un nouveau maïs OGM bientôt autorisé à la culture en Europe ?

par Sophie Chapelle 4 novembre 2013

Un nouveau maïs OGM pourrait-il bientôt être autorisé à la culture en Europe ? Un arrêt [1] de la Cour de justice de l’Union européenne oblige la Commission à rouvrir le dossier du TC1507, un maïs développé par le semencier américain Pioneer Hi-Bred. La première demande d’autorisation de mise en culture de ce maïs transgénique remonte... à juillet 2001 ! Après un avis positif de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) délivré en 2005, la Commission européenne a présenté en 2009 une proposition d’autorisation du TC1507 à un collège d’experts des États membres. Mais ceux-ci n’ont pas réussi à se mettre d’accord, à cause de la dangerosité supposée de l’OGM. La Commission devait dès lors soumettre la proposition au Conseil des ministres de l’Union européenne. Ce qu’elle n’a jamais fait. Pioneer a donc décidé de porter plainte devant la Cour européenne de justice en avril 2010. Trois ans plus tard, le 26 septembre, la firme obtient gain de cause : la Cour juge ce « retard injustifié » et enjoint à la Commission de poursuivre la procédure.

Humains et abeilles affectés ?

Or, ce maïs OGM pourrait poser plusieurs problèmes environnementaux. Quatre organisations européennes – Greenpeace, Les Amis de la terre, Ifoam et EuroCoop – interpellent dans une lettre ouverte le président de la Commission sur les risques qu’engendrerait l’autorisation du maïs TC1507. Ce dernier produit un insecticide qui cible un papillon, la pyrale du maïs. Il est aussi rendu tolérant à une famille d’herbicides dont le principe actif est le glufosinate d’ammonium, un reprotoxique (pouvant provoquer la stérilité chez l’être humain) supposé. Les organisations rappellent que ces deux aspects doivent être soumis à une évaluation des risques. « Or, l’EFSA n’a pas encore procédé à l’évaluation requise liée au caractère de tolérance aux herbicides, en violation flagrante des dispositions légales de l’UE », soulignent-elles.

L’évaluation du risque n’a pour l’instant porté que sur l’insecticide produit par ce maïs. L’Agence a mis en évidence un certain nombre d’impacts de cette toxine sur des organismes non ciblés comme les papillons et les mites, rappellent les organisations. L’EFSA « reconnaît également le manque de données scientifiques concluantes sur les autres pollinisateurs tels que les abeilles qui pourraient être affectées négativement par la toxine libérée par les cultures génétiquement modifiées ». Les organisations signataires demandent à la Commission de rejeter cette décision et viennent de lancer une cyberaction.

Faire jouer la clause de sauvegarde

Le collège des commissaires européens va soumettre le 6 novembre prochain la question de l’autorisation de culture du TC1507 au conseil des ministres de l’environnement, qui se réunira le 13 décembre. Une majorité qualifiée est nécessaire pour rejeter ou approuver la demande d’autorisation de culture. Faute d’accord, la Commission sera obligée d’autoriser la culture sous peine de condamnation pour manquement par la Cour européenne [2]. Les États membres auront alors la possibilité de faire jouer une clause de sauvegarde pour interdire l’OGM sur leur territoire, comme ce fut le cas en France pour le maïs Mon810 de Monsanto.

D’autres entreprises de biotechnologies pourraient-elles être tentées de multiplier ce type de recours ? « Une telle mise sous pression pourrait amener la Commission à ne plus avoir de temps pour discuter avec les entreprises des conséquences d’avis de l’EFSA soulignant des risques potentiels, relève Eric Meunier de l’association Inf’OGM. Logiquement, cela pourrait amener la Commission européenne à proposer de rejeter les autorisations en prenant acte de risques constatés par l’EFSA ! » A ce jour, seul Pioneer a porté plainte. Dix-huit OGM, dont onze maïs ainsi que des variétés de coton, de soja, de betterave et de colza, attendent une autorisation de mise en culture.


Notes

[1] Pioneer Hi-Bred International, Inc. contre Commission européenne (Affaire T-164/10), arrêt du Tribunal (septième chambre) du 26 septembre 2013

[2] La procédure a été modifiée récemment pour supprimer cette obligation imposée à la Commission européenne, mais la demande d’autorisation de Pionner est antérieure à cette réforme, et c’est donc l’ancienne procédure qui s’applique.

http://www.bastamag.net/article3480.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: contre les OGM, luttes et initiatives

Messagede Pïérô » 17 Jan 2014, 01:06

Appel à mobilisation nationale contre les OGM les 18 et 19 janvier
http://agriculture.greenpeace.fr/ogm-le ... -la-menace

J'espère que l'appel est un peu plus large, car cela risque d'être du domaine confidentiel s'il ne s'agit que de Greenpeace.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: contre les OGM, luttes et initiatives

Messagede Pïérô » 18 Jan 2014, 16:10

Les Faucheurs Volontaires ont envahi hier le site de Monsanto à Trébes. Ils réclament une prolongation du moratoire contre les plantations de Maïs OGM.

Maïs OGM : des militants occupent une usine de Monsanto

par Sophie Chapelle 17 janvier 2014

Une centaine de faucheurs volontaires occupent depuis 15h30 ce 17 janvier l’usine du groupe Monsanto à Trèbes (Languedoc-Roussillon). Selon les informations recueillies, une partie des militants sont sur les grues, d’autres se sont enchainés sur les toits. « Nous ne sortirons que lorsque le gouvernement nous aura assuré d’un nouveau moratoire sur le maïs OGM Mon810 », a déclaré Pascal Pavie, joint au téléphone par Basta !.

Le Conseil d’Etat a invalidé le 1er août dernier l’interdiction française de ce maïs, estimant que la France « n’avait pas apporté la preuve de l’urgence et d’une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l’environnement », rappelle l’association Inf’Ogm. Le lendemain de cette décision, les ministres de l’Agriculture et de l’Environnement s’étaient engagés à « maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM, afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l’apiculture », d’ici aux prochains semis. Mais « la saison des semis de maïs commence dans deux mois et aucun nouveau moratoire n’a été pris, poursuit Pascal Pavie. Nous craignons que les commandes de semences ne soient passées et que l’on nous mette devant le fait accompli. »

Le lieu choisi pour cette action est symbolique : Monsanto est le fabricant du maïs Mon810, et l’usine de Trèbes est l’un des plus grands sites d’Europe de production et de conditionnement des semences de maïs et de colza. Sur place, des faucheurs volontaires, des désobéissants, des militants de la Confédération paysanne et de la fédération Nature et progrès, assurent être prêts à passer la nuit sur place, sans violence, jusqu’à obtenir du gouvernement l’assurance d’un nouveau moratoire.



A lire, le dossier de Bastamag sur le maïs OGM Mon810 : http://www.bastamag.net/spip.php?page=r ... che=Mon810

voir aussi sur :
http://www.ladepeche.fr/article/2014/01 ... heurs.html
et
http://languedoc-roussillon.france3.fr/ ... 97305.html
et
http://www.midilibre.fr/2014/01/17/treb ... 809543.php
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: contre les OGM, luttes et initiatives

Messagede Pïérô » 19 Jan 2014, 19:14

Les anti-OGM ont été délogés par les gendarmes mobiles durant la nuit. Pas d'interpellations, pas de blessé-e.
http://www.midilibre.fr/2014/01/18/les- ... #reactions
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités