Éditions libertaires

Re: Éditions libertaires

Messagede bipbip » 01 Sep 2017, 19:43

« Les Égorgeurs » de Benoist Rey

Image

Benoist Rey, Les égorgeurs, 2017 (ré-édition)

Ce livre a été publié en 1961 aux éditions de minuit, en pleine guerre d’Algérie. Il fût aussitôt interdit et saisi.

Il a survécu à 50 ans de silences et de mensonges. Réédite en 1999 par les éditions libertaires, il a permis d’en savoir plus sur cette sale guerre.

Cette nouvelle édition, identique à l’originale, reste un témoignage marquant dans l’histoire coloniale française.

Grand prix NI DIEU NI MAÎTRE 1999

ISBN : 978-2-919568-22-2

Prix : 10 €

http://editions-libertaires.org/?p=1189



« Diony coop : Des coopératives alimentaires autogérées dans le 9-3. Apprendre en faisant » de Jean-Claude Richard

Image

Jean-Claude Richard, Diony coop : Des coopératives alimentaires autogérées dans le 9-3. Apprendre en faisant, 2017

Les coopératives alimentaires de consommation DIONY-COOP s’incrivent dans une démarche économique et politique.

Il s’agit tout d’abord de donner aux habitants de St-Denis la possibilité d’acheter des produits bio et du commerce équitable à des prix raisonnables. Pour ce faire le millier de références qui est en rayons dans nos coopératives est revendu au prix d’achat sans aucune marge ajoutée.

Il s’agit aussi d’expérimenter des pratiques issues de l’éducation populaire et d’une approche libertaire de l’organisation et des rapports humains.

Dans nos coopératives, l’accent est mis sur la responsabilité individuelle. Chacun peut prendre des responsabilités et les assumer au profit du collectif. Il n’y a pas d’espace de pouvoir puisqu’il n’y a pas de structure juridique active avec des Présidents, bureau, commission, assemblée générale et autres, enfin tout ce qui permet au nom de la « responsabilité collective » de déléguer ses responsabilités et à certains d’exprimer leur volonté de pouvoir.

ISBN : 978 2 919568 88 8

79 pages – 4,5 €

http://editions-libertaires.org/?p=1192
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Éditions libertaires

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 17:21

« Face à la guerre » de Pierre Sommermeyer

Image

Pierre Sommermeyer, Face à la guerre, 2017

Il faudra bien s’appesantir sur ces termes : la religion, le terrorisme, les bombardements, les jeunes de banlieue, l’armement, la « génération Bataclan », Daech, la Chine, la Russie, les Kurdes, les Turcs, les réfugiés, Bachar al-Assad, l’Irak, la Syrie sans oublier les États-Unis.

Il y a aussi les murs, les états d’urgence, l’islamophobie, Israël, le millénarisme, la bulle hors guerre, le cocon européen et bien d’autres. Nous vivons dans un monde qui bouge sans cesse, où l’information va et vient ; ce qui semblait vrai hier peut se révéler demain incomplet ou même faux. Mais il nous faut continuer à réfléchir à partir des faits connus et de notre compréhension libertaire du monde…

Pierre Sommermeyer naît en 1942 de parents émigrés allemands antinazis. Ouvrier menuisier, militant anarchiste et non-violent, collabore à plusieurs publications dont Le Monde libertaire et Réfractions…

« Aujourd’hui, résister, c’est aussi penser ! »

.ISBN : 978-2-919568-94-9
ISSN : 2498-2679 (Collection Désobéissances libertaires)
51 pages

https://editions-libertaires.org/?p=1216
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Éditions libertaires

Messagede bipbip » 22 Déc 2017, 21:46

« Pas normale » de Tit’ Soso

Image

Ce pamphlet aurait dû, aurait pu s’appeler « Famille, je vous hais ! », mais n’est-ce pas banal, n’est-ce pas le sentiment que ressentent nombre d’adolescent. e. s ?

Les événement subis dans la petite enfance forgent la suie, entraînent la révolte et le refus… d’où des « Pas normale » d’une mère chef de famille, dans la tradition et la revendication sociale : ne pas être au bas de l’échelle.

Avoir une fille qu’on ne comprend pas, qui pose des questions auxquelles on ne sait répondre que « Parce que ! », c’est dur aussi. Mais chacun. e de son côté, hein !

Ici, c’est celui de l’adolescence.

45 pages – 8 €
ISBN : 978-2-919568-90-1 ISSN : 2553-4823

https://editions-libertaires.org/?p=1227



« L’imposture de la modernité » de Jean-Pierre Tertrais

Image

Jean-Pierre Tertrais : L’imposture de la modernité : Le « progrès » pour qui ? Du paysan… au paysan, 2017

Parce qu’elle a combattu avec un succès apparent le dogmatisme religieux, la superstition et l’ignorance, certains ont cru en la toute-puissance de la Raison. Dans l’élan, la science deviendra peu à peu un moyen d’administrer la société, au bénéfice des « experts ».

D »autres (artisans, ouvriers, paysans) ont tenté de s’opposer à l’accélération du temps, à la marche forcée du « progrès », aux promesses du productivisme qui ne seront pas tenues, et à l’effacement du sensible qui les accompagne ; ils ont été « neutralisés » non seulement par la coalition des pouvoirs (politique, économique, financier, militaire), mais aussi par beaucoup d’intellectuels ou de syndicalistes. Appât du profit, ivresse du pouvoir, fascination de l’objet, colonisation de l’imaginaire, règne du quantitatif… il fallait qu’adviennent, d’abord la société industrielle, ensuite la société de consommation de masse.

Le processus d’hominisation apparaît aujourd’hui comme une coupure avec la nature qui s’aggrave au fil du temps, et qui semble avoir évacué toute notion de limites. Ce grand plongeon dans la démesure se manifeste désormais par la marchandisation du vivant, un impact écologique désastreux, une extrême dépendance aux énergies fossiles, l’envahissement de la machine dans la vie quotidienne… et une civilisation qui ressemble fort à la barbarie qu’elle prétend avoir vaincue. Si l’émancipation de l’homme demeure le but à atteindre, la tâche à accomplir est propre à décourager.

Les générations futures ont-elles demandé qu’on leur construise autant de cimetières ?

ISBN : 978-2-919568-89-5
115 pages – 13 €

https://editions-libertaires.org/?p=1252



« Au cœur du rêve : été et automne 1936 » de Rubén Uceda

Image

La BD des débuts de la guerre d’Espagne : Au cœur du rêve : été et automne 1936, Rubén Uceda, Michel Matly (trad.), 2017

Durruti, Cipriano Mera, Antoine Gimenez, Garcia Oliver, Simone Weil, Soledad Estorach, Casilda la milicienne, Félix Likiniano…

Les personnages de Au cœur du rêve sont des cœurs révolutionnaires, des cœurs libertaires.

Tout au long de l’été et de l’automne 1936, ces cœurs, hommes et femmes, ont avancé par une faille inconnue de l’histoire qui aurait bien pu changer le monde. Traversés par des conflits entre les idées et les nécessités guerrières, par des euphories électriques des victoires et le cru désespoir des défaites, les cœurs de cette histoire sont les signes d’une formidable dignité, de la passion pour la liberté et la justice, du désir irréductible de construire un nouveau monde.

ISBN : 978-2-919568-95-6
218 pages illustrées en noir et blanc – Format 19 x 26 cm – 25 €

https://editions-libertaires.org/?p=1258
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Éditions libertaires

Messagede bipbip » 15 Fév 2018, 20:02

« Civils, irréductiblement ! » de Jo Rutebesc

Image

Civils, irréductiblement : Service civil et refus de servir. 1664-1969, Jo Rutebesc, 2018

La première loi sur l’objection de conscience fut votée le 22 décembre 1963.
C’était l’aboutissement d’une longue grève de la faim de Louis Lecoin et, en 1964, les objecteurs furent regroupés à Brignoles, dans le Var, au sein de la Protection civile pour lutter contre les feux de forêt. Mais rien n’était réellement prévu pour occuper ces jeunes, sinon qu’on tenta de leur imposer une discipline militaire et l’obligation de travailler pour la Défense nationale. Devant le refus de certains, les CRS les embarquèrent et les enfermèrent dans une caserne. Un jeûne de quinze jours s’en¬suivit…
Par la suite, les objecteurs purent choisir leurs affectations (Affaires culturelles, bidonvilles, hôpitaux, animations rurales, etc.) et continuer à demeurer civils et à être responsables de leurs actes avec la possibilité de discuter les consignes, etc.
Volontaires pour un service civil dans un premier temps, l’action s’orienta pour certains vers un refus total de servir…
Cette lutte se situe dans la continuation d’un autre refus : celui de participer à la guerre d’Algérie, marqué par une pratique de désobéissance civile et d’action directe non-violente.
Cette aventure est connue par les « Lettres» et «Courriers» ronéotés que les objecteurs envoyèrent à leurs amis et que nous publions ici.
Le 28 mai 1997 est annoncée la «professionnalisation» des armées; en 2002, la conscription prend fin.Temporairement?
Eric Gava

ISBN : 978-2-919568-96-3
396 pages – 20 €

http://editions-libertaires.org/?p=1281



« Exarcheia la noire : Au cœur de la Grèce qui résiste » de Maud et Yannis Youlountas

Image

Nouvelle édition mise à jour et augmentée.

Paris a son Quartier Latin, mémoire de mai 1968.

Athènes a Exarcheia, où s’écrit, en ce moment même, l’Histoire.

Nouveau bastion de la révolte et des utopies, au crépuscule

d’une Europe qui s’enfonce dans la tyrannie économique.

Rempart fraternel contre le retour du nazisme qui rôde

partout ailleurs en Grèce. Berceau du slogan

« Ne vivons plus comme des esclaves ».

Plus qu’un quartier désormais. Un mythe.

ISBN : 2-978-919568-43-7

http://editions-libertaires.org/?p=623
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Éditions libertaires

Messagede bipbip » 18 Aoû 2018, 17:34

« Antonin Artaud, l’anarchiste courroucé » de Ilios Chailly

Image

Ilios Chailly nous propose ici une approche brute, poétique, parfois grossière, drôle, crue, maladroite, mais sincère de l’œuvre d’Artaud.

Artaud ? Une sacrée gueule, une sacrée bâche, un sacré coup de marteau ! Un anar ? Ce n’est pas le genre de mec que l’on puisse mettre dans une case. Cependant comme il s’est permis de foutre à Héliogabale l’étiquette d’anarchiste couronné, l’auteur se permet de le baptiser « Anarchiste courroucé » !

Artaud nous a quittés un matin de mars 1948… mais comment l’oublier ?

Ilios Chailly a grandi dans une île aux maisons troglodytes dans les Cyclades. Ses parents, voyageurs baroudeurs, bossent l’été, pour se barrer l’hiver. Sac à dos et leur môme dans les bras, ils s’aventurent en Turquie, au Sri Lanka, en Inde, en Malaisie, en Indonésie, aux Philippines et en Australie. À l’âge de 19 ans, Ilios quitte sa grotte et s’installe à Paris. En tant qu’acteur il fait pas mal de trucs sympas. Il incarne Ulysse, Créon, Praxagora, Orgon, Leonardo, etc. Seul sur scène, il interprète Les Carnets du sous-sol de Dostoïevski et un monologue sur la vie et l’œuvre d’Artaud. En 2010, il publie du Artaud dans le magazine littéraire Planodion et soutient quelques mois plus tard une thèse de doctorat sur sa révolte à la Sorbonne.

ISBN : 978-2-91956892-5
156 pages – photos en noir et blanc – 15 €

AVANT MÔMO

Octobre 2016. Les Éditions libertaires recevaient mon manuscrit de 480 pages, Pour en finir avec le jugement d’Artaud.
Trois mois plus tard, j’obtenais cette réponse : « Bonjour Ilios, nous avons étudié la possibilité d’éditer ton livre sur Artaud et, finalement, nous avons pris une décision négative […]

À la lecture, il nous semble que ce texte est plutôt destiné à des spécialistes et/ou des fans d’Artaud (donc des connaisseurs), et non pour le tout-venant ! Donc tel que se présente ton texte, nous ne sommes pas partants. » Réponse franche et claire !
Il fallait que je me rende à l’évidence. Moi qui souhaitais « que ce livre puisse être lu aussi bien par un spécialiste d’Artaud que par quelqu’un qui n’a jamais rien lu de sa vie », j’avais complètement raté mon coup.
Mais la porte n’était pas complètement fermée : « Peut- être serait-il envisageable d’en faire un texte beaucoup plus court, sortant ce qui est le plus flagrant du personnage ? 100 pages plutôt que 400 ou 450 ? »
Sans trop réfléchir, je répondis : « Pas de problème, je comprends. Ce livre a sa propre logique donc je ne le modifierai pas. Mais si vous êtes toujours partants je pourrais en écrire un autre plus petit, plus simple, plus direct et beaucoup plus contestataire. Bref un petit livre sur Artaud écrit pour vous et dans l’esprit des Éditions libertaires. » Et voilà comment ce petit bouquin fut imaginé.
Et après ? Comment faire ? Une version plus courte ? Un autre livre ? On verra. Prenons notre temps et faisons ce qu’il nous plaît.

Érudit ? On s’en fout ! L’important, c’est que le style, la structure et le parti pris soient complètement différents ! Un livre simple, efficace, complémentaire. C’est ça !
Parlons d’autre chose ! Tentons d’être différent, non pas seulement dans la forme mais aussi le fond. Si dans mon gros bouquin, j’essaie d’en finir avec son jugement et mon jugement sur lui ; ici il faut que j’en finisse une bonne fois pour toutes avec lui ― à la quête de nouveaux horizons ― plus sommaires ― afin de continuer à vivre sans prise de tête et sans mots-maux.
Donc ici… Peu de précautions ! Peu d’analyse ! Pas d’art-peinture-théâtre ! Pas de corps sans organes ! Pas de gnosticisme ! Pas de pitris et pas d’Artaud-Shiva !
Vous voulez en savoir plus sur ART-hur Rimb-AUD, son double Kha-Kha, le grand Tout-Tout, la théorie des analogies et correspondances, sa cruauté crépusculaire, les Dieux Principes, la canne de Saint-Patrick et ses dimensions, un dé-lire sur les Nouvelles révélations de l’être, rencontrer Pinocchio le Mômo fans de Patrick Schindler, vous êtes curieux de découvrir sa magnifique préface ? Lisez Pour en finir avec le jugement d’Artaud ! Étudiants en quête de rigueur et de citations d’Artaud bien annotées, lisez ma thèse : Vers une révolution de l’esprit ou La notion de révolte chez Artaud. Non, ne la lisez pas ! Vous êtes jeunes, lisez tout Artaud ― merde !
Amis chercheurs, soyons clairs. Juste pour une question de rythme, je balancerai parfois du Artaud sans le citer. Je n’ai pas la prétention de rivaliser avec ses biographes. J’ai fait ce choix et je l’assume. Si j’arrive à ne pas trop vous faire chier, eh bien, dans ce cas j’aurais gagné mon pari. Sinon… c’est la vie.
Je remercie Les Éditions libertaires (Solange et Jean-Marc) et je dédie ce travail à ma fille, à Patrick et à Nathalie.
Bon, finie la parlotte, commençons par le début !…

ILIOS

http://editions-libertaires.org/?p=1299



« Le boycott, moyen de lutte multiforme : de Lysistrada au BDS » de André Bernard

Image

L’idée et la pratique du boycott traversent l’Histoire sous diverses dénominations : mise à l’index, embargo, quarantaine, proscription, abstention, etc. L’Irlande de 1880 retient le terme de « boycott ». L’Inde de Gandhi, les États-Unis de Luther King, l’Afrique du Sud de Mandela vont nous accoutumer à cette pratique.
Aujourd’hui, c’est le BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) qui déferle à travers le monde ; dirigé contre le gouvernement israélien, il a pour but, à l’initiative de 170 ONG palestiniennes, de mettre fin à l’occupation et à la colonisation de la Palestine, au blocus de Gaza, de faire reconnaître le droit fondamental des citoyens palestiniens d’Israël à une égalité totale, de faire appliquer le droit des réfugiés palestiniens à revenir dans leurs foyers.
En France, cette pratique n’est pas formellement interdite par la loi. Cependant, l’appel au boycott peut tomber sous ses coups s’il est considéré « comme un acte discriminatoire ou une entrave à la liberté économique » pour un motif interdit par la loi, en l’occurrence « l’appartenance à une nation » ; les accusations d’« incitation à la haine raciale et à l’antisémitisme » sont également portées contre des militants, et ce individuellement.
Mais on ne réussit pas un boycott seul ; son succès dépend de son articulation avec le collectif. Cependant, les producteurs ne possédant plus la force de pression d’autrefois, un contre- pouvoir de la société civile fondé avant tout sur les consommateurs et les usagers peut-il apparaître ? Ce contre-pouvoir s’appuierait sur l’ensemble des citoyens organisés de façon horizontale, antibureaucratique et antihiérarchique.
Si le capitalisme peut licencier sans trop de souci les producteurs, grévistes ou non, les multinationales ne peuvent pas licencier les consommateurs…

ISBN : 978-2-919568-99-4
ISSN : 2498-2679
75 pages illustrées – 8 €

http://editions-libertaires.org/?p=1326



«Non-violence dans la révolution syrienne »

Image

« Ahmed Zaino, architecte de 27 ans, se rappelle avec beaucoup de plaisir la fois où un ami et lui ont déversé dans les rues de Damas des balles de ping-pong orange sur lesquelles était écrit Hurriyah ! (Liberté) et comment les hommes en uniforme, portant des fusils, couraient après ces balles qui rebondissaient afin de les ramasser. “Si tu ne veux pas parler avec des armes, tu dois utiliser un autre langage”, ajoute-t-il. »
« Quelque chose se passe en Syrie, loin des projecteurs des médias. »
C’est le cri qui ressort des multiples témoignages que nous publions ici. Nous avons l’habitude de n’entendre que l’écho du fracas des armes qui meurtrissent la Syrie au-delà de l’imaginable.
Pourtant, « les énergies libérées par la révolution ont abouti à l’émergence de centaines de campagnes et d’organisations civiles, ainsi qu’à l’épanouissement d’une culture longtemps réprimée, tant dans les arts que dans le débat critique », souligne Leila Al Shami dans ce livre. Mais « la plupart de ces initiatives manquent, d’un soutien et d’une solidarité provenant de l’extérieur de la Syrie, dont ils ont besoin pour continuer », poursuit-elle.

Recueil de textes publiés initialement en arabe ou en anglais sur Internet, traduits pour la première fois en français, ce livre veut mettre en lumière ce versant si peu éclairé de la révolution et de la résistance syrienne, cette action civile et sans armes aux mille visages qui ne cesse de se réinventer depuis 2011.
Textes présentés par Guillaume Gamblin et Pierre Sommermeyer.

ISBN : 978-2-919568-98-7
ISBN : 2498-2679
116 pages illustrées en couleur – 9 €

http://editions-libertaires.org/?p=1330
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Éditions libertaires

Messagede bipbip » 18 Aoû 2018, 17:39

« Le fanatisme, maladie incurable des religions » de Justhom

Image

Après un attentat islamique, il faut endurer des commentaires du genre « Ça n’a rien à voir avec l’islam qui est une religion de paix ». Ah bon? Imagine-t-on, pour évoquer les massacres de la Saint-Barthélemy, des historiens expliquer que ça n’a rien à voir avec le catholicisme ? Et on doit aussi endurer l’union sacrée des obscurantistes, curés, pasteurs, imams, rabbins, lamas et autres gourous, tous unis pour exalter les valeurs bénéfiques de la spiritualité et de la croyance ! Derrière cet œcuménisme se cache une lutte pour le partage du marché de la croyance. La violence des islamistes fait de l’islam un repoussoir: pain bénit pour l’Église qui essaie de se refaire une virginité ! Et elle ne manque jamais de rappeler les préceptes non-violents des évangiles, son adhésion aux droits de l’homme (pour la femme, par contre…).

Bref, on frise le négationnisme : l’Inquisition ? Connais pas ! C’est cette double imposture que Justhom dénonce dans son ouvrage. Celle qui veut qu’on mette une croix [sic] sur toutes les infamies de l’histoire sanglante du christianisme. Et celle qui veut nous faire croire que les Églises ont changé. Non, elles se sont juste adaptées et attendent leur heure pour reprendre la main sur les consciences.

Si Justhom s’attaque surtout au christianisme, il rappelle que toutes les religions sont à rejeter. Avec elles, pas d’émancipation possible et, osons le dire, point de salut ! Pour les anticléricaux confirmés, une excellente piqûre de rappel. Et les plus novices seront vite révoltés par les abominations cléricales. En prime, La Peste religieuse de Johann Most, ce qui ne gâche rien. À mettre donc, entre toutes les mains et particulièrement celles des croyants !

Eric Gava

SBN : 978-2-919568-97-0
152 pages – 13 €

http://editions-libertaires.org/?p=1358



Œuvres complètes de Gaston Couté en souscription

Image

Les Éditions libertaires rééditent les œuvres complètes de Gaston Couté avec de nombreux inédits et de nouvelles annexes. Cet ouvrage sous coffret cartonné proposera le plus large corpus actuellement possible des œuvres du poète-chansonnier, poèmes, textes plus « politiques », théâtre, inédits variés, accompagnés de deux cahiers couleur de 16 pages dont l’un contient les dessins de Gaston Couté. S’y ajoute le disque d’un spectacle conçu notamment autour du virulent antimilitarisme de l’auteur, avec son livret.

Descriptif et modalités de souscription : http://editions-libertaires.org/?page_id=1423

http://editions-libertaires.org/?p=1430



Diony coop : Des coopératives alimentaires autogérées dans le 9-3. Apprendre en faisant, 2017 de Jean-Claude Richard

Image

Nouvelle édition augmentée

Les coopératives alimentaires de consommation DIONY-COOP s’incrivent dans une démarche économique et politique.

Il s’agit tout d’abord de donner aux habitants de St-Denis la possibilité d’acheter des produits bio et du commerce équitable à des prix raisonnables. Pour ce faire le millier de références qui est en rayons dans nos coopératives est revendu au prix d’achat sans aucune marge ajoutée.

Il s’agit aussi d’expérimenter des pratiques issues de l’éducation populaire et d’une approche libertaire de l’organisation et des rapports humains.

Dans nos coopératives, l’accent est mis sur la responsabilité individuelle. Chacun peut prendre des responsabilités et les assumer au profit du collectif. Il n’y a pas d’espace de pouvoir puisqu’il n’y a pas de structure juridique active avec des Présidents, bureau, commission, assemblée générale et autres, enfin tout ce qui permet au nom de la « responsabilité collective » de déléguer ses responsabilités et à certains d’exprimer leur volonté de pouvoir.

ISBN :
114 pages – 9 €

http://editions-libertaires.org/?p=1459
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Editions, livres et textes, salons/fêtes du livre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité