progs TV

Re: progs TV

Messagede bipbip » 18 Jan 2014, 14:23

Il est sur Youtube

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede Pïérô » 09 Oct 2014, 13:31

L’économie décolle sur ARTE

Du 7 octobre au 4 novembre, ARTE explore toutes les facettes de l’économie moderne : mainmise du capitalisme financier sur la production, évolution des modèles économiques, blanchiment d’argent, alternatives à la croissance…

... http://www.arte.tv/sites/fr/temps-forts ... -sur-arte/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: progs TV

Messagede bipbip » 31 Mai 2015, 11:38

Le pape et la mafia, un film de Jesus Garces Lambert, sur Arte

Le pape et la mafia
Réalisation: Jesus Garces Lambert

mardi 02 juin à 20h50 (85 min)
Rediffusion vendredi 05.06 à 8h55
Rediffusion samedi 06.06 à 11h20

L'excommunication prononcée par la pape François il y a un an peut-elle mettre fin à la collusion entre l'Église et la mafia italienne ? Le spécialiste anglais de la mafia John Dickie enquête sur les liens complexes unissant depuis des décennies en Italie les hommes d'Église et les "hommes d'honneur".

Chercheur et journaliste, le spécialiste anglais de la mafia John Dickie enquête sur les liens complexes unissant depuis des décennies en Italie les hommes d'Église et les "hommes d'honneur". En juin 2014, quand le pape François excommunie solennellement, devant des milliers de personnes rassemblées à Reggio di Calabria, tous ceux qui œuvrent pour la mafia, il s'agit d'une rupture majeure. Jusque-là, en Italie, entre l'Église catholique et les membres d'organisations criminelles qui ont toujours affiché leur attachement à la foi, le compromis, voire la collaboration, avait majoritairement prévalu. L'excommunication papale n'a pas empêché une procession religieuse villageoise, deux semaines plus tard, qui rendait ostensiblement hommage à un boss de la N'Drangheta, la mafia calabraise…

Terres mafieuses

Retraçant soixante ans de l'histoire méconnue qui lie l'Église et la mafia, entre collusion et résistances, John Dickie explore les terres mafieuses de l'Italie à la rencontre de témoins de tous bords (prêtres, repentis, policiers, spécialistes du Vatican…). Il montre ainsi que, comme au sein de la Démocratie chrétienne, nombre de représentants de l'Église, du haut en bas de la hiérarchie, ont tacitement cédé à la garantie de pouvoir et d'aide financière offerte par les organisations criminelles. Il rappelle quelques-uns des scandales retentissants qui ont émaillé l'histoire récente, dont la faillite de Banco Ambrosiano, en 1982, qui avait éclaboussé la banque du Vatican. Il évoque aussi les attentats à la bombe lancés en 1993 contre des églises de Rome, en réponse à la condamnation publique de la mafia par Jean-Paul II, et tente d'évaluer les possibles conséquences de l'excommunication prononcée par François.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede Pïérô » 02 Juin 2015, 00:25

Turquie : chronique d’une révolte

mardi 02 juin à 23h50 (58 min)

À l'occasion des élections législatives en Turquie, le 7 juin 2015, ARTE revient sur les événements qui ont secoué Istanbul en 2013, faisant vaciller le gouvernement Erdogan. Deux documentaristes sont retournées sur les lieux de la révolte et ont retrouvé certains des protagonistes qu'elles avaient filmées.

Été 2013, des milliers de personnes manifestent dans la métropole ottomane. Elles s'opposent à la disparition d'un des rares espaces verts d'Istanbul, le parc Gezi. Celui-ci doit laisser place à un espace piéton et à un centre commercial. Parmi les protestataires, on compte de nombreux jeunes, qui s'opposent à un régime qui tend vers l'autoritarisme. La répression sera féroce. L’année suivante, le Premier ministre Erdogan sera élu président de la République. Comme son propre parti domine le Parlement, il concentre aujourd’hui tous les pouvoirs.

L'heure des bilans

Que sont devenus les contestataires du parc Gezi ? En 2013, les deux documentaristes germano-turques Biene Pilavci et Ayla Gottschlich avaient filmé le mouvement protestataire. Elles sont retournées sur les lieux de la révolte et ont retrouvé certains de ses protagonistes. Journalistes, militants anticapitalistes, riverains, ils ont en commun de ne plus supporter un système qui grignote leurs libertés. Un regard pertinent sur la nouvelle génération turque, ses craintes et ses espoirs, doublé d’un hommage à son courage et à son désir de liberté.

http://www.arte.tv/guide/fr/052425-000/ ... ne-revolte
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: progs TV

Messagede bipbip » 30 Aoû 2015, 02:20

Arte :
Mainmise sur les villes

Mardi 1er septembre à 22h

Où en est la démocratie urbaine ? De Paris à Istanbul en passant par Berlin ou Copenhague, ce film interroge la manière dont se construit la ville et la place qu'y occupent les citoyens

Ces dernières années, partout en Europe, des milliers d'habitants sont descendus dans la rue pour remettre en cause la représentation politique, mais aussi défendre le droit à l'espace urbain. L'hyperurbanisation à coup de bulldozer et les expropriations massives imposées par les autorités publiques stambouliotes expliquent en partie la révolte de la place Taksim. Plus près de nous, l'installation d'un Ikea dans le centre-ville de Hambourg ou la construction d'un gigantesque centre commercial, portée par Auchan pour le projet du Grand Paris, arrangent les pouvoirs publics, qui n'ont plus les moyens d'investir dans l'espace urbain. Ces exemples charrient leur lot d'interrogations sur l'état de la démocratie urbaine aujourd'hui : comment la ville se transforme-t-elle et quelle place y occupent les citoyens ? Les habitants ont-ils leur mot à dire face aux technocrates, politiques, urbanistes et promoteurs qui façonnent les métropoles ? Les pouvoirs publics sont-ils toujours garants d'une ville ouverte et accessible ?

Contre-pouvoir
De Berlin à Copenhague en passant par Londres ou Toulouse, un voyage émaillé de rencontres avec des experts (la chercheuse Anna Minton, les architectes-urbanistes Jan Gehl et Frédéric Bonnet, le philosophe Thierry Paquot…). Ils décryptent les rapports de force à l'œuvre et s'interrogent sur la constitution de contre-pouvoirs.

Rediffusion : mercredi 16.09 à 1h55
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 13 Mar 2016, 17:21

« Nous, ouvriers » une série télévisée à voir
Sur France 3 à partir du lundi 14 mars

A vos postes de télévision sur France 3 lundi 14, 21 et 28 mars 2016 après le journal de soir 3 à 23h30. Vu l’horaire prévoyez, si nécessaire, des enregistrements de ces émissions !

La présentation des émissions
On les croyait disparus ! Pourtant ils sont 7 millions et ils témoignent ! On a peine à l’imaginer, ils sont pourtant des millions. Des millions de corps qui se plient, de mains qui ‘activent, de sueur, de cambouis, e gestes chaque jour mille fois répétés. Ils sont là et pourtant invisibles. Car ces hommes et ces femmes ont disparu de notre champ visuel. Il faut des fermetures d’usines et des vies qui s’écroulent pour que l’on redécouvre, étonné, leur existence. Cette fresque historique en 3 volets, de 1946 à nos jours, revient sur les révolutions, les frustrations, les victoires et les échecs qui ont changé radicalement le visage du travailleur en France.

Une trilogie documentaire :
– Episode 1 : Nos mains ont construit la France
– Episode 2 : Nos rêves ont faconné la société
– Episode 3 : Nos coeurs battent encore
Un film de Claire Feinstein et Gilles Perez
Produit par 13 productions pour France 3 et Histoire

Il n’est pas si fréquent que la télévision donne la parole à des ouvriers. Parmi les ouvriers interrogés et filmés des ancien(ne)s militant(e)s de PSA Sochaux, Aulnay et Poissy, et de Renault Billancourt.

http://www.anti-k.org/2016/03/13/nous-o ... televisee/

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede Pïérô » 09 Mai 2016, 18:40

Federica Montseny, l'indomptable, un documentaire à voir sur France 3, le lundi 9 mai vers 23h30

Rediffusion sur France 3 Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et diffusion sur Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes le vendredi 3 juin à 8h50.

Synopsis

Federica Montseny, l’indomptable (sur Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées). Portrait de cette écrivaine et dirigeante anarchiste. Elle fut la première femme en Europe à avoir occupé un poste de ministre en 1936, durant la Seconde République espagnole

http://www.programme-tv.net/programme/p ... e-en-docs/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: progs TV

Messagede bipbip » 29 Juin 2016, 14:46

Voir : La série « Trepalium »

Les six épisodes de la série Trepalium – produite en 2015 et diffusée sur Arte en février – nous projettent dans un futur proche, au cœur d’une agglomération qui n’est jamais nommée et située, et qui pourrait être partout dans les pays capitalistes avancés. La population est séparée en deux par un mur lourdement gardé. D’un côté, la « Zone », ou survivent les 80 % de chômeurs et chômeuses, de l’autre, la « Ville » ou habitent les 20 % d’actifs et d’actives et où trônent les sièges des multinationales.

Un groupe révolutionnaire clandestin de la Zone, « les activistes », réussit à faire pression sur le gouvernement et à le contraindre à l’emploi de 10 000 « travailleurs solidaires » recrutés dans la Zone. Cette mesure crée une interface dans une société séparés pendant trente ans par le mur et par deux réalités diamétralement opposées, . Le scénario met en scène une Zonarde, Izia, mère célibataire combative, qui veut réunir de l’argent pour partir avec son fils dans le « Sud, ou il y a du travail pour tous », employée solidaire chez un actif, Ruben, père d’une enfant « mutique » prêt à tout pour obtenir une promotion au sein de la multinationale Aquaville.

Au fil des épisodes, le système d’apartheid social symbolisé autant que matérialisé par le mur de séparation se détaille. C’est l’approfondissement du capitalisme qui a exigé pour les dominants le recours au mur. Mais le déclassement est une épée de Damoclès pour celles et ceux qui vivent en ville, monde lisse et uniforme, émaillé de gadgets technologiques, où l’on vit en permanence sous la peur du licenciement, et de l’expulsion dans la Zone qui en résulte, où l’on se plie à l’autodiscipline de vie sévère d’une société ou le travail est vide de sens, où le management d’entreprise extrême fait loi, et où dès leur jeune âge les enfants sont socialisé-e-s dans le seul but de devenir des actifs performants ; de l’autre côté du mur, le rêve de l’emploi, et de l’accès à la ville est puissant pour les Zonards, que la volonté de survie réduit aux comportements les plus individualistes pour trouver de l’eau ou de quoi manger, où le rêve de l’exil, de la migration clandestine dans un Sud fantasmé où l’on peut travailler… mais les passeurs exigent beaucoup d’argent et cet horizon lui aussi est muré.

On perçoit la société de contrôle que nous dépeint Trepalium également du côté du pouvoir. Maintenir les apparences et maintenir l’ordre social sont les deux plus lourds impératifs du gouvernement, objectifs réalisés à grand renfort de communication et par la force. Mais l’alternance entre les postures politiciennes suffira-t-elle pour colmater les fissures ­d’une société qui ploient sous d’aussi lourdes contradictions ?

Cette série accessible offre une vision incarnée et scénarisée de notre critique du lisse cauchemar capitaliste et des contre-utopies ravageuses portées par ses élites. De ce point de vue, elle ne peut qu’être bien accueillie par celles et ceux qui luttent aujourd’hui contre le capitalisme et son monde, bien qu’en symétrique on puisse regretter, en tant que communistes libertaires, que les résistances présentées dans cette fiction soient relativement lisses elles aussi, ce dont vous vous ferez une idée en allant jusqu’à l’épisode final.

Étienne (Grenoble)

• Trepalium, de Antarès Bassis, et Sophie Hiet, 2015, 6 x 52 min.

http://www.alternativelibertaire.org/?V ... -Trepalium
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 18 Juil 2016, 10:39

France 3 Lundi 18 Juillet 23h10

Federica Montseny, l'indomptable

Résumé

Ecrivain et anarchiste, Federica Montseny est, en 1936, la première femme à occuper un poste de ministre en Espagne. En charge de la santé et de la sécurité sociale, elle tente d'améliorer la situation des femmes seules, des enfants et milite pour une éducation laïque pour tous. Elle est aussi à l'initiative de la première loi en faveur de l'avortement. En 1939, la chute de la République espagnole la pousse à l'exil. Arrêtée par la police de Vichy, elle est placée en liberté surveillée pendant toute la guerre. Elle se fixe alors à Toulouse où elle poursuit son travail, convaincue que la culture peut changer le monde.

Rediffusion vendredi 29 Juillet à 02h50

http://www.france3.fr/emission/federica ... ndomptable
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 23 Juil 2016, 23:28

Sport : le revers de la médaille

Arte
mardi 26 juillet à 20h55 (91 min)

Rediffusion jeudi 28.07 à 9h25

Comment le culte et le marché de la performance sportive condamnent les athlètes de haut niveau à une escalade néfaste, avec des dommages souvent irréversibles pour leur santé. Une enquête exceptionnelle sur une réalité occultée.

Incarnation de l'effort, de l'excellence et de la réussite, les athlètes de haut niveau sont devenus des icônes modernes. À l'échelle mondiale, les compétitions qu'ils disputent constituent le plus fédérateur des spectacles. Pesant désormais 3 % du commerce mondial, à l'égal des secteurs du textile ou de l'automobile, le sport de haut niveau est en effet entré, depuis trois décennies, dans l'ère du marché. Conséquences fréquentes : recours au dopage presque systématique, surmédicalisation constante, accélération des rythmes d'entraînement, réduction des temps de récupération ou de repos après blessure, obsession du record... Dans la course vers toujours plus de médailles et toujours plus de spectacle, combien de temps encore la performance à tout prix passera-t-elle avant la santé des athlètes ? Car quand vient l'heure de quitter le terrain et de disparaître des écrans, beaucoup se retrouvent victimes de pathologies lourdes, qu'ils doivent affronter seuls.

Modernes gladiateurs

Xavier Deleu et Yonathan Kellerman ont recueilli les témoignages exceptionnels et courageux d'athlètes qui ont accepté de parler ouvertement des maux que taisent la plupart de leurs pairs. Car ce qu'ils ont enduré ou endurent encore, tant physiquement que moralement, est le lot de très nombreux sportifs : dépression, séquelles du dopage et de la surmédicalisation, maladies professionnelles apparues récemment dans plusieurs disciplines... Des thèmes tabous que les fédérations sportives et les médias rechignent à évoquer, pour préserver l'image lisse de la grande fête du sport. Laurent Brochard, ancien champion cycliste qui peine à rebondir, Kyle Turley, footballeur américain atteint comme des milliers d'autres d'une maladie neuro-dégénérative, Jutta Gottschalk, ex-nageuse est-allemande dopée qui a donné naissance à une fille infirme, ou Maurizio Vasino, footballeur qui perd peu à peu l'usage de ses membres, apparaissent ici comme autant de gladiateurs modernes, victimes du "sport système". La sprinteuse Christine Arron, les footballeurs Jean-Pierre Papin et Gennaro Gattuso, et le coureur britannique Colin Jackson, qui s'en sont mieux sortis, dévoilent avec une égale sincérité ce qu'est le quotidien d'un grand athlète d'aujourd'hui.


http://www.arte.tv/guide/fr/049873-000- ... tails-crew
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 20 Aoû 2016, 14:56

En replay avant de passer à la TV ce soir....
Arte
Les femmes en Arabie saoudite
Une révolution silencieuse

samedi 20 août à 20h00 (44 min)

Dans le royaume ultraconservateur d'Arabie saoudite, corseté par la charia et les traditions, les femmes peuvent difficilement s'extraire du carcan qui leur est imposé. Pourtant, une révolution silencieuse semble être en marche... Portrait de Saoudiennes courageuses qui se battent pour faire évoluer la situation des femmes dans leur pays.

http://www.arte.tv/guide/fr/063634-000- ... e-saoudite
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 03 Sep 2016, 16:48

Samedi 10 septembre 2016, Arte à 2h40

No Future !
La déferlante punk


Londres, 1977. Sur King's Road, à 25 ans, on passe pour ringard. Sous l'influence de groupes américains comme les Ramones, des gamins de 15-16 ans fardés, les cheveux teints et/ou taillés en crête, y écument les disquaires et les friperies, traînent, provoquent, s'amusent. Dans une Angleterre en pleine dépression économique, ceux qu'on appelle les punks crachent leur dégoût d'un monde sans horizon et vomissent sur les hippies qui squattent l'industrie musicale. Armés d'un ampli, d'une basse ou d'une polycopieuse (pour les amateurs de fanzines), ils prennent leur destin en main. Ils s'intronisent musiciens, et, partout où on les autorise à jouer, sèment la pagaille devant un public déchaîné qui leur bondit joyeusement dessus. Sans arrêt des groupes se montent, parfois juste le temps d'un concert. D'autres émergent durablement, comme les Sex Pistols ou les Clash.

Pogo et dada

La vague punk ne tarde pas à déferler sur le reste de l'Europe, à Berlin, Düsseldorf, Zurich et Paris où, dans un style plus dandy, surgissent les groupes Starshooter, Stinky Toy ou Asphalt Jungle. Elle gagne aussi la mode, le graphisme et la bande dessinée, faisant éclore une esthétique au dadaïsme trash, dont l'influence perdure.

Parti à Londres en 1977, Alain Maneval, auteur et narrateur de ce film, a vécu fiévreusement les deux années qu'a duré le punk rock, avant que ce mouvement ne succombe aux excès en tout genre et à la récupération commerciale. Son expérience sert de fil rouge au documentaire. Des coups d'éclat de Sid Vicious aux tenues outrageuses de Siouxsie, de nombreux rescapés du punk racontent l'esprit, les rencontres et événements marquants de ces années-là : le critique rock Patrick Eudeline, ancien d'Asphalt Jungle, Henry Padovani, ex-Police, Glen Matlock, qui fut bassiste des Sex Pistols, Topper Headon des Clash, la chanteuse Elli Medeiros, ex-Stinky Toy, Kent, etc. Le montage, nerveux, colle à la rage et à l'extravagance déployées sur scène. De nombreuses images d'archives, souvent issues de collections personnelles, émaillent le film. Tournées dans une basse résolution raccord avec l'esthétique d'alors, et peuplées de visages blafards et moqueurs, de silhouettes débraillées, voire dénudées, hurlant et pogotant, ces séquences nous plongent dans l'ambiance débridée de l'époque.

http://www.arte.tv/guide/fr/051895-000-A/no-future
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 20 Sep 2016, 11:17

Nucléaire : des lendemains rayonnants ?

Sur Arte le mardi 20 septembre à 20h55

20.55 Thorium, la face gâchée du nucléaire
documentaire de Myriam Tonelotto
(2014, 1h30mn)
Une énergie nucléaire sans danger ni déchets, à en croire ses partisans, c’est la promesse, longtemps sabotée par les lobbies de l’énergie et de la défense, qu’offre le thorium.

22.45 Océans poubelles
documentaire de Thomas Reutter et Manfred Ladwig
(2013, 52mn) - (rediffusion du 23/4/2013)
Près des côtes européennes reposent plus de 100.000 tonnes de déchets radioactifs, jetés à la mer, puis oubliés.

23.40 La Supplication
documentaire de Pol Cruchten d’après le livre éponyme de Svetlana Alexievitch (2015, 1h23mn)
Grand prix, festival du film d’environnement 2016
Une transposition inspirée et poignante du livre écrit par Svetlana Alexievitch à partir des récits de victimes de la catastrophe de Tchernobyl.

L’accident de la centrale soviétique Lénine, survenu il y a plus de trente ans, le 26 avril 1986, à Tchernobyl, en Ukraine, a été classé au niveau 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires, comme Fukushima en 2011. Il a fallu dix-huit jours pour éteindre le cœur du réacteur en fusion. Après les pompiers dépêchés sur le site, quelque deux cent quarante mille ouvriers « liquidateurs » venus de toute l’URSS ont travaillé sans protection adéquate à la décontamination des terrains. Des dizaines de milliers en sont morts, ou sont restés gravement handicapés.

Les voix que l’on entend ici sont plurielles. Une femme pleure à jamais son époux, emporté par un cancer atroce. Un garçonnet leucémique se demande s’il va vivre, et comment. Un ancien responsable de la filière nucléaire soviétique est hanté par le « crime » commis par sa hiérarchie, qu’il a appelée en vain à protéger la population. D’autres ont perdu une petite fille, un père, ou élèvent un enfant gravement handicapé... C’est à partir de leurs témoignages et de dizaines d’autres, recueillis dix ans après la catastrophe, que l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015, a composé une bouleversante méditation sur la souffrance, la dignité, la résistance humaines.

Dans les paysages, urbains et bucoliques, qui entourent la centrale à l’arrêt, filmés dans la pleine lumière de l’été, le cinéaste Pol Cruchten fait résonner la beauté et l’universalité de leurs mots, grâce au concours de très nombreux acteurs, professionnels ou non, que l’on n’entend qu’en voix off. La paix intemporelle des images adoucit et amplifie à la fois la douleur de ce récit polyphonique, en une puissante évocation non seulement de la tragédie intime et collective que représente Tchernobyl, mais aussi de notre lien à la nature, de la peur ou de la foi en l’avenir, de la croyance et de l’amour.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 10 Oct 2016, 10:43

A voir sur Arte : OGM mensonges et vérités mardi 11 octobre

AU PROGRAMME :

20.55 OGM, MENSONGES ET VÉRITÉS
INÉDIT

22.35 DÉBAT

22.50 LES NOUVEAUX GUERRIERS DES CHAMPS
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: progs TV

Messagede bipbip » 22 Oct 2016, 15:48

La tragédie des Brigades Internationales

Arte
Diffusion :
mardi 25 octobre à 20h50
lundi 7 novembre à 09h25

À travers de poignantes archives, Patrick Rotman retrace l'histoire des trente-cinq mille volontaires venus du monde entier combattre le franquisme dans la guerre civile espagnole.

Pendant la guerre d'Espagne (1936-1939), des volontaires affluent du monde entier pour défendre la jeune République, menacée par le putsch de Franco, lui-même soutenu d'emblée par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste. Ouvriers parisiens, tchèques et britanniques, dockers new-yorkais, mineurs polonais ou anglais, militants antifascistes allemands et italiens... : en tout, quelque trente-cinq mille hommes, venus d'une cinquantaine de pays, vont combattre, souvent en première ligne et sans aucune formation, dans des batailles de plus en plus désespérées. Ils répondent à l'appel lancé sous l'égide de Moscou par l'Internationale communiste, alors que les démocraties occidentales ont décidé de ne pas intervenir. Ils ont entendu aussi les plaidoyers d'André Malraux et de George Orwell, engagés dès la première heure, l'écrivain français à la tête d'une escadrille aérienne, l'Anglais au sein du Poum (Parti ouvrier unifié marxiste, antistalinien) . Ils ont peut-être vu aussi les clichés incroyables qu'un couple de jeunes photographes, Gerta Pohorylle et Endre Friedmann, alias Gerda Taro et Robert Capa, expédient jour après jour du front. Comme eux, les écrivains Ernest Hemingway, John Dos Passos, Gustave Regler ou le documentariste Joris Ivens vont aussi contribuer à exalter la résistance héroïque du peuple espagnol, face à une armée franquiste bien supérieure en nombre et surarmée, qui multiplie les massacres au fil de ses victoires. À leurs côtés, le correspondant de la Pravda, Mikhaïl Koltsov, informe aussi le NKVD...

Entre deux feux

Dès 1937, les Soviétiques, affirmant leur emprise sur le camp républicain, agissent en effet en Espagne comme à domicile, arrêtant, torturant, exécutant tous ceux qui s'opposent au stalinisme. Les militants anarchistes et libertaires, parmi lesquels figurent nombre de brigadistes, se retrouvent pris ainsi entre deux feux totalitaires. Restituant à la fois destins individuels et complexité historique, Patrick Rotman retrace ces trois années d'un combat perdu, dont les faits d'armes continuent de nourrir, aujourd'hui encore, le romantisme révolutionnaire. Un récit intense et détaillé, porté par de poignantes archives, dont nombre des images magnifiques de Robert Capa et de Gerda Taro, qui mourra avant la défaite finale, à 27 ans, écrasée accidentellement par un char républicain. "Quand je pense à la quantité de gens extraordinaires que j'ai connus et qui sont morts dans cette guerre, avait-elle écrit peu de temps auparavant, j'ai le sentiment absurde que ce n'est vraiment pas juste d'être encore en vie."

http://www.arte.tv/guide/fr/058378-000- ... country=FR
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33973
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Radio-TV-audio

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité