kanaky en luttes

kanaky en luttes

Messagede leo » 31 Juil 2009, 11:02

solidarité kanaky
NOUVELLE-CALEDONIE
Des heurts pendant la visite de Kouchner à Nouméa


Des affrontements ont opposé policiers et membres du syndicat USTKE, vendredi à Nouméa, alors que se tenait le sommet France-Océanie en présence des ministres Bernard Kouchner (Affaires étrangères) et Marie-Luce Penchard (Outre-mer). Au cours des heurts, trois gendarmes, un policier et deux pompiers ont été légèrement blessés par des jets de pierre.

Depuis le début de la visite de Marie-Luce Penchard, l'USTKE (indépendantiste) multiplie les manifestations et les blocages d'entreprises pour protester contre l'incarcération fin juin de son président, Gérard Jodar, et de cinq adhérents après un coup de force à l'aérodrome domestique. Vendredi, à la périphérie de Nouméa, les manifestants ont bloqué plusieurs entreprises dans les zones industrielles de Ducos et de Numbo et dressé des barrages, parfois enflammés, sur les routes.

En outre, les employés d'une société de poutres métalliques, appartenant au président du Medef local, ont été brièvement séquestrés par des manifestants, qui ont incendié le portail d'accès. Environ 250 gendarmes et policiers sont intervenus, tirant des grenades lacrymogènes, auxquels ont répondu des jets de pierre et de billes d'acier, selon un porte-parole du haut-commissariat. Ce dernier a déclaré que les syndicalistes, au nombre d'une centaine, ont été rejoints par des jeunes des cités avoisinantes.

Les syndicats patronaux ont condamné «la prise en otage» de l'économie par l'USTKE.
La centrale syndicale, proche de l'extrême-gauche et de la CGT, a justifié son action par l'enlisement d'un conflit à la compagnie Aircal et par «la criminalisation de l'action syndicale».
Le Parisien (31/08)



Rappelons que l’USTKE est en pointe dans les mobilisations sociales et que cela lui vaut la répression : Gérard Jodar son président, a été condamné le 29 juin dernier à 1 an de prison ferme pour l’occupation de l’aéroport (5 autres militants ont été condamnés à d’autres peines de prison). Ils ont été incarcérés immédiatement.
C’est ça la justice de classe et coloniale !

Il y a une pétition en ligne ici :

http://solidaritekanaky.org/spip.php?article222
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

kanaky

Messagede Johan » 05 Aoû 2009, 16:55

Nouvelle-Calédonie: Trois jours d'affrontements entre policiers et syndicalistes

De nouveaux affrontements ont opposé vendredi à Nouméa policiers et membres du syndicat USTKE, alors que se tenait le sommet France-Océanie en présence de Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères. Trois gendarmes, un policier et deux pompiers ont été légèrement blessés. Le syndicat USTKE (indépendantiste) multiplie les manifestations et les blocages d'entreprises afin de protester contre l'incarcération fin juin de son président, Gérard Jodar, et de cinq adhérents après l'occupation de l'aérodrome.

Vendredi, les manifestants ont bloqué plusieurs entreprises dans les zones industrielles de la périphérie de Nouméa et dressé des barrages, parfois enflammés, sur les routes. Les affrontements ont repris dimanche et lundi, faisant au moins 28 blessés.

Ce mercredi, 4 manifestants et 2 policiers ont été blessés par des tirs de chevrotines et de billes d'acier lors de nouveaux troubles à la périphérie de Nouméa.

Image
ImageImage
Image
Image
Image
Johan
 

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede FRED » 05 Aoû 2009, 21:24

Houé je remarque que pendent que les ouvrier se prenne des coups de matraque, et qu'il paye les connerie du capitalisme et des banque, c'est même banquier distribuent des bonus en se félicitent d'une reprise qui a était possible que en virent des ouvrier.
Les flic s'occupe de réprimé partout les affamé, affamé par qui sinon c'est par c'est même banquier.
* « Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
FRED
 
Messages: 308
Enregistré le: 15 Juin 2008, 18:05
Localisation: Paris

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede Alayn » 05 Aoû 2009, 21:42

Bonsoir ! Oui, Johan ! J'ai un copain anar qui est à Nouméa et qui a écrit quelques trucs sur la situation: je vais essayer prochainement de le retranscrire ici.

Salutations Anarchistes !
Alayn
 

Re: Kanaky : visité de Kouchner, affrontements à Nouméa

Messagede Johan » 05 Aoû 2009, 23:36

Arf', j'avais pas vu ton topic, du coup j'en ai ouvert un quasi identique dans actualité, ici.


Edit Admin : topics fusionnés :wink:
Johan
 

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede chaperon rouge » 06 Aoû 2009, 00:24

C'est bien des tanks qu'on voit dans les rues? :shock: Quelqu'un aurait un texte qui m'expliquerait bien où en est rendu le conflit?
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2008, 23:13

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede Vilaine bureaucrate » 06 Aoû 2009, 02:11

Je ne crois pas qu'on puisse réduire cela a des affrontements avec le police (meme si cela n'est pas en soi qqchose d'ininteressant, il se passe aussi autre chose).
Durcissement des affrontements en Nouvelle-Calédonie

Mercredi 5 août un palier a été franchi, en Nouvelle-Calédonie, dans les heurts entre le syndicat USTKE (Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités) et les forces de l'ordre. Les gendarmes dépêchés à la tribu de Saint-Louis, à la périphérie de Nouméa, pour dégager des barrages de pneus enflammés dressés par des jeunes et des adhérents de l'USTKE, ont essuyé des tirs. L'un d'entre eux a été touché à la cuisse par une charge de chevrotine. Le bilan de ces affrontements, en fin d'après midi heure locale, faisait état de deux gendarmes et quatre manifestants blessés et de treize arrestations.

Depuis plus d'une semaine, un climat de tensions règne en Nouvelle-Calédonie. En grève générale, pour protester contre l'enlisement d'un conflit à la compagnie aérienne domestique Aircal, le syndicat USTKE organise chaque jour des barrages routiers et des blocages d'entreprises, levés par les forces de l'ordre à coups de grenades lacrymogènes, auxquelles répondent jets de pierre et de projectiles. Ces heurts font resurgir le spectre des violences qu'a connues cet archipel dans les années 1980*, semant l'inquiétude dans la population.

Deuxième syndicat du territoire, l'USTKE est coutumier des opérations coups de poing et des interminables conflits. Fin juin, son président Gérard Jodar a été condamné à un an de prison ferme, avec mandat de dépôt, pour "entrave à la circulation d'un aéronef", alors que les militants avaient envahi l'aérodrome de Magenta dans le cadre du conflit à Aircal. Son embastillement est apparu comme le point d'orgue d'une politique de "retour à l'autorité de l'Etat", lancée en 2007 après l'élection de Nicolas Sarkozy. "Un de mes premiers chantiers est d'améliorer le dialogue social (...) et si besoin est, de faire preuve de fermeté", avait dès son arrivée en novembre 2007, prévenu le haut-commissaire de la République, Yves Dassonville.

Son prédécesseur Michel Mathieu avait démissionné à l'issue d'une visite de l'ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Christian Estrosi. Les deux hommes s'étaient vertement querellés, le ministre reprochant au haut-fonctionnaire son "laxisme et sa passivité" alors que l'USTKE émaillait sa visite de manifestations bruyantes.

"On n'est plus du tout dans le syndicalisme, on est dans la pure violence, dans un comportement de voyous (...). Il n'est pas tolérable que l'on mette le feu à la Nouvelle-Calédonie", affirme M. Dassonville. Soutenue par José Bové et le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, l'USTKE dénonce pour sa part "la répression policière sans limite" de ses actions. "L'USTKE est aujourd'hui devenu un abcès qui gangrène l'ensemble des relations sociales. Un abcès, ça se traite. Il faut l'enlever avec un bistouri" a déclaré pour sa part le député UMP Pierre Frogier.


La suite sur le site du Monde. :arrow: l'article est mauvais mais apporte quand meme qq infos.
Modifié en dernier par Vilaine bureaucrate le 06 Aoû 2009, 02:23, modifié 3 fois.
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 13:45

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede Vilaine bureaucrate » 06 Aoû 2009, 02:18

Un protocole d'accord a été signé en Nouvelle-Calédonie
AP | 06.08.2009 | 02:11
Un protocole d'accord a été signé dans la nuit de mercredi à jeudi entre le syndicat indépendantiste calédonien USTKE et la compagnie aérienne locale Aircal, a-t-on appris auprès du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Cet accord a débouché sur la levée des blocages dès jeudi matin.

Les discussions se sont poursuivies jusqu'à 3-4 heures du matin dans la nuit de mercredi à jeudi entre le syndicat USTKE et le président du conseil d'administration de la compagnie Aircal, Nidoish Naisseline. Les deux parties ont fini par signer un protocole d'accord pour mettre fin au conflit qui les oppose depuis mars dernier et qui est monté en puissance depuis la semaine dernière.

Le président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie Philippe Gomès a participé activement à l'ouverture des discussions entre l'USTKE et Aircal. "Il (Philippe Gomès) est resté à Nouméa parce que la situation sociale l'exigeait et pour ouvrir le dialogue. Et ça s’est accéléré dans les dernières quarante-huit heures", a-t-on appris auprès du gouvernement. Philippe Gomès devait se rendre à Cairns en Australie pour participer au Forum du Pacifique.

Selon Radio Nouvelle-Calédonie, le protocole d'accord prévoit le non-paiement des jours de grève des syndicalistes USTKE, le respect du service public pour le désenclavement des îles Loyauté et le respect des autorités coutumières kanak.

Les blocages ont été levés dès jeudi matin.

Par ailleurs, à Paris, le collectif Solidarité Kanaky appelle à un rassemblement jeudi à 13h devant le ministère des DOM-TOM, "pour dénoncer les violences policières et judiciaires contre l'USTKE" selon le communiqué. AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20090806.FAP7483/un_protocole_daccord_a_ete_signe_en_nouvellecaledonie.html
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 13:45

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede Vilaine bureaucrate » 06 Aoû 2009, 02:37

SOLIDARITÉ KANAKY À PARIS

SOLIDARITE AVEC LES MILITANTS DE L'USTKE !

Le COLLECTIF SOLIDARITÉ KANAKY appelle à :

UN RASSEMBLEMENT JEUDI 6 AOUT à 13h DEVANT LE MINISTERE DES DOM-TOM,

27 rue Oudinot, Paris 7e

pour dénoncer les violences policières et judiciaires contre l'USTKE
pour dénoncer la criminalisation de l'USTKE.

et demander :

l'arrêt immédiat de la répression policière
le règlement du conflit aircal par la signature du protocole d'accord
l'arrêt des poursuites judiciaires contre les syndicalistes de l'USTKE


http://www.ustke.org/Union Syndicale des Travailleurs Kanaks et des Exploités

L'article 4, chapitre 1: explique leur lien avec la CGT.
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 13:45

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede Nico37 » 12 Aoû 2009, 15:19

26.000 personnes défilent à Nouméa contre les violences
il y a 5 heures 28 min

De nombreux commerces et entreprises ont fermé leur porte pour permettre au personnel de participer à la manifestation organisée par un collectif citoyen jusqu'ici inconnu.

Les manifestants, qui portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "paix, dialogue, respect", étaient au nombre d'environ 26.000, soit un dixième de la population du territoire du Pacifique Sud, a précisé la police à Reuters.

Samuel Ribot, du journal Les Nouvelles Calédoniennes, a indiqué qu'il s'agissait de la plus grande manifestation organisée en Nouvelle-Calédonie depuis les années 1980.

Elle fait suite à de violents affrontements la semaine passée entre l'USTKE (Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités) et les forces de l'ordre lors d'interventions pour démanteler de nombreux barrages mis en place par le syndicat indépendantiste.

Celui-ci protestait contre l'enlisement du conflit social à Aircal et pour réclamer la libération de son dirigeant, Gérard Jodar, et d'autres militants emprisonnés fin juin à la suite d'incidents liés à ce conflit qui a éclaté en mars.

Les affrontements, qui ont fait plusieurs blessés, dont un par balle dans les rangs des forces de l'ordre, ont pris fin après la signature jeudi dernier d'un protocole d'accord à Aircal.

Un collectif pour la libération de Gérard Jodar a appelé à une journée de mobilisation le 22 août, trois jours avant la procès en appel du leader syndicaliste.

Michael Perry et Cécile Lefort, version française Yann Le Guernigou, édité par Gérard Bon
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede leo » 19 Aoû 2009, 11:11

Interview de Gérard Jodar, président de l'USTKE, depuis la prison "Camp Est"

C’est un véritable document que publie Libération : un entretien avec Gérard Jodar, président du syndicat indépendantiste de Nouvelle-Calédonie, l’USTKE (Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités). Condamné à un an de prison ferme, fin juin, pour entrave à la circulation d’un avion, il est l’un des très rares syndicalistes à être emprisonnés en France – le juge d’application des peines du tribunal de grande instance de Nouméa vient d’ailleurs, ce lundi, de rejeter la demande d’aménagement de peine formulée par les avocats du président de l’USTKE.

Gérard Jodar explique les conditions de sa détention ainsi que la situation sur le Caillou. Ses proches lui ont fait parvenir les questions que nous lui avons posées par écrit.

D’abord, comment allez-vous ?

Je vais très bien car je suis soutenu par beaucoup de militants, par un collectif et par ma famille. Je suis au Camp Est, seule prison du pays, et cette expérience est très enrichissante. Les constats que je fais sont terribles. D’abord, 97 % des détenus sont des jeunes Kanaks. La prison, prévue pour 190 détenus, en compte 417. Nous sommes cinq ou six dans les cellules crasseuses de 11 m2. Nous avons droit à une demi-heure de promenade le matin et l’après-midi dans une petite cour. Il n’y a aucune structure de formation en interne pour permettre la réinsertion de tous ces jeunes détenus. Nous n’avons droit qu’à deux visites d’une demi-heure par semaine. La nourriture est loin de correspondre aux besoins et aux normes. Quand je pense que la France est le pays des droits de l’homme… Bravo ! Il faut qu’une mission parlementaire vienne faire un constat et atteste de ce que je dis. Du côté du personnel pénitentiaire, les choses ne sont pas mieux : sous-effectifs, mauvaises conditions de travail, les gardiens sont découragés. Nous sommes toujours dans une colonie et pas très loin de l’époque du bagne.

Que vous reproche-t-on ?

Nous sommes victimes de l’acharnement de l’Etat au travers de l’action des forces de l’ordre et du parquet de Nouméa. Cela fait deux fois depuis début 2008 que nous sommes chargés par plusieurs centaines de policiers et gardes mobiles, alors que nos mobilisations, dans le cadre de grèves générales licites, étaient pacifiques. Dans le dernier conflit, celui d’Aircal [une compagnie aérienne locale, ndlr], lors de l’assaut violent des forces de l’ordre, nous avons été contraints de nous réfugier à vingt-huit dans deux avions dont les portes étaient ouvertes pour nous protéger et attendre la fin des affrontements. Nous sommes tous passés devant le tribunal, et pour des faits strictement identiques, les condamnations vont de l’amende à douze mois ferme pour le responsable de notre fédération BTP et moi-même, en passant par la prison avec sursis. Ces décisions sont totalement discriminatoires, voire surréalistes. Il n’y a eu aucune instruction malgré la requête de nos avocats, et ce fut un procès exclusivement à charge.

En vous maintenant en détention, ne fait-on pas de vous un symbole de la résistance aux autorités et au patronat calédoniens ?

Etre un symbole ne fait pas partie de mes ambitions. Je veux être et rester avant tout un militant qui se bat pour plus de justice sociale, pour une juste et effective répartition des richesses, pour le rééquilibrage en faveur du peuple kanak, pour la construction d’un pays multiculturel dans le cadre d’une communauté de destin. Malheureusement, ici, il vaut mieux tenir un discours politicien que faire preuve de sincérité et d’honnêteté intellectuelle. Le patronat, en grande partie, n’aime pas l’USTKE car notre syndicat n’hésite pas à se mobiliser et dénonce la répartition aberrante des richesses. Un quart de la population est en dessous du seuil de pauvreté et une autre partie de cette population vit dans l’opulence et le luxe.

Pour le haut-commissaire de la République, Yves Dassonville, «Aircal est un prétexte. Ce qui est fondamentalement recherché par l’USTKE, c’est de créer de la tension». Que pensez-vous de cette affirmation ?

Dans notre pays, il faut que certains arrêtent de fantasmer. Depuis la prison, j’ai entendu tout et n’importe quoi sur ce conflit. Si, comme nous l’avions souhaité, les négociations avaient débuté dès le départ de la grève, et non plusieurs mois après, le conflit aurait été réglé de suite, et rien de ce qui s’est produit n’aurait eu lieu. Mais comme je vous l’ai dit, il ne faut jamais occulter le fait que nous sommes un syndicat indépendantiste et que l’Etat, le patronat et la droite locale ne rêvent que d’une chose, voir l’USTKE disparaître. Là encore, il faut qu’ils arrêtent tous de fantasmer.

José Bové accuse Yves Dassonville «de jeter de l’huile sur le feu». Partagez-vous cette analyse ? Pensez-vous qu’il doive rester en fonction ?

En trente ans, je n’ai jamais vu un haut-commissaire donner des instructions aussi brutales et tenir un discours aussi radical sous prétexte de maintenir l’ordre public. Nous ne sommes pas dans un pays de voyous, comme il se plaît à nous traiter. Il n’a pas su tenir compte de la culture du pays et c’est grave. Il est effectivement préférable qu’il soit muté ailleurs et que quelqu’un de plus diplomate prenne sa place.

Alors que le conflit s’envenime, on constate une mobilisation des jeunes aux côtés de l’USTKE. Comment expliquez-vous ce front commun ?

Je voudrais avant tout dénoncer les propos du haut-commissaire qui a déclaré que l’USTKE enrôlait et armait la jeunesse afin de l’utiliser contre l’Etat et déstabiliser le pays. Encore une déclaration qui illustre bien sa méconnaissance de la réalité. Je voudrais aussi dire que je condamne le saccage et le pillage des commerces ou d’installations publiques. J’ai la chance de fréquenter beaucoup de jeunes : ils ne croient plus à la politique d’aujourd’hui, n’ont plus confiance dans les institutions et n’ont aucun débouché professionnel. Lorsqu’on n’a plus d’espoir dans l’avenir, voire plus d’avenir, eh bien on réagit par réflexe ! On voit des syndicalistes se faire taper dessus par les forces de l’ordre, on entend des discours radicaux tenus à leur encontre, qu’est-ce que se disent alors les jeunes ? Battons-nous à leurs côtés, peut-être que cela créera une prise de conscience qui pourrait apporter un changement des comportements en notre faveur. La jeunesse est l’avenir du pays, ne pas la prendre en compte, c’est ruiner tous les espoirs de vivre un jour dans un pays où chacun aura sa place.

Qu’attendez-vous aujourd’hui du gouvernement et de Marie-Luce Penchard, la secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer ?

Le gouvernement français se doit de respecter intégralement les dispositions de l’accord de Nouméa de 1998. Ces accords doivent conduire à une vraie décolonisation, et il est donc fondamental que la sincérité prévale dans cette démarche. Si le peuple kanak et les citoyens du pays se sentent trahis, leurs réactions seront fortes. Marie-Luce Penchard est venue pour la première fois chez nous et elle n’a pas pris la mesure des choses. Elle est restée dans le superficiel aux côtés de ses collègues de la droite locale. C’est dommage.

Le Medef local accuse votre organisation de prendre en otage l’économie calédonienne…

Le Medef local, qui vient d’ailleurs de se diviser, n’a qu’une démarche, celle d’accentuer les profits pour une minorité sous l’habillage du développement économique. De nombreux patrons gagnent beaucoup d’argent chez nous mais placent cet argent ailleurs. Le Medef local est fondamentalement anti-indépendantiste et n’arrête pas de nous dire qu’ici, c’est la France. Alors pourquoi le salaire minimum est-il plus bas chez nous, pourquoi les avantages sociaux sont-ils inférieurs ? Lorsqu’on pose la question à certains patrons, ils nous répondent : “Estimez-vous heureux qu’on vous donne du travail !”

Quels sont les liens entre l’USTKE, la CGT et le NPA d’Olivier Besancenot ?

Des liens forts, fraternels, qui doivent renforcer notre détermination à faire changer les choses. Lors de la dernière campagne électorale, nous avons choisi pour slogan “Un autre monde est en marche” parce que nous avons la chance d’être des hommes de terrain et que les constats que nous faisons jour après jour sont écœurants. L’argent se concentre sur une minorité alors qu’une majorité vit de plus en plus mal. La plupart des discours politiques sont trompeurs, et dans un petit pays comme le nôtre, ils sont téléguidés par le patronat.

Qu’est-ce qui a changé depuis les accords de Matignon de 1988 ?

L’USTKE a été la seule organisation syndicale à avoir signé les accords Matignon-Oudinot par la plume de son président fondateur, Louis Kotra Uregei. Ces accords ont été dans un premier temps un “cessez-le-feu” qui mettait un terme aux événements de 1984-1988. Ces accords, suivis par ceux de Nouméa, doivent, pour nous, conduire à la reconquête de la souveraineté. Cette souveraineté devrait nous permettre de gérer notre pays en toute responsabilité. Choisir notre système de développement social, économique, de santé, d’enseignement. Décider de nos relations internationales. Les accords doivent donc s’inscrire dans cette démarche afin que nous construisions ensemble ce pays multiculturel pour lequel nous nous battons. Mais avec un préalable très important, celui de restituer au peuple kanak sa place légitime de peuple autochtone, seul peuple colonisé, au centre du nouveau pays. Malheureusement, beaucoup trop de gens encore font croire que l’indépendance, c’est la pauvreté, l’anarchie, l’exclusion de ceux qui ne veulent qu’une chose, que surtout rien ne change, car ils vivent richement et égoïstement. Il faut aussi dire que les donneurs de leçon n’arrêtent pas de parler de démocratie et de liberté dans un pays où il n’y a qu’une chaîne de télévision, appartenant à l’Etat, un seul quotidien et cinq stations de radio. Dans ces conditions, comment pouvez-vous imaginer qu’il y ait une réelle liberté de parole ? Alors bien évidemment, les responsables politiques de droite en profitent pour diffuser un discours systématiquement basé sur “heureusement que nous sommes français, sinon !!!” J’ai déjà demandé des débats publics portant sur notre approche de l’indépendance avec des élus de droite sur le plateau télé de RFO ou sur les ondes radio. Pour l’instant, on nous rétorque que personne ne veut s’abaisser à dialoguer avec nous sur ce thème. Je voudrais aussi dire que nous sommes indépendantistes mais pas antifrançais, et cet amalgame, encore trop utilisé, est indigne.

Les récents troubles sont-ils dus à la grosse vague d’immigration métropolitaine que la Nouvelle-Calédonie connaît depuis dix ans ?

Effectivement, depuis que la paix civile est revenue dans le pays, nous assistons à une vague de plus en plus importante d’immigration en provenance de France. Le peuple kanak et ceux qui ont été reconnus comme victimes de l’histoire vont devenir minoritaires si rien n’est fait. Nous avons demandé qu’un texte soit voté pour protéger l’emploi en faveur de cette population. Un texte a bien été préparé, mais il ne répond pas assez fortement à nos aspirations. Quand on connaît la crise économique que traverse la France et la facilité avec laquelle ceux qui débarquent arrivent à trouver du travail au détriment de ceux qui sont citoyens du pays, on ne peut qu’être choqué. Vous savez, dans les tribus ou les quartiers populaires et les squats de Nouméa, la capitale est appelée “Ville Blanche” parce qu’il n’y a plus que des Européens. Il faut stopper cette immigration qui n’a comme but que la mer, le soleil et le fric.

Comment voyez-vous la situation dans le pays ?

Si toutes les compétences régaliennes sont bien transférées avant le référendum de 2014, si les discours de la peur cessent, si la volonté de construire un pays prospère dans le cadre d’une réelle communauté de destin par le rééquilibrage est effectivement mise en œuvre, tous les espoirs sont permis. Dans le cas contraire, faute d’émancipation par la réparation des dommages dus à la colonisation, l’espoir sera alors vain.


http://www.liberation.fr/politiques/010 ... ne-colonie
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede leo » 19 Aoû 2009, 12:04

Les suites de l'interview : Gérard Jodar privé des visites de sa famille !

A deux jours d'une marche appelée par l'USTKE pour (entre autre) demander sa libération, il y a comme un air de provocation, d'autant que les médias locaux de la droite caldoche et anti-indépendantiste font monter la tension en dramatisant le moindre incident (caillassage, pneus enflammés...)

Le leader de l’USTKE interdit de visite en prison


19 Août 2009 Par Estelle Tabeaud

L’interview de Gérard Jodar accordée à Libération est visiblement mal passée auprès de l’administration pénitentiaire.
La femme du président du syndicat indépendantiste USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanaks et Exploités) s’est vue interdire l’entrée au parloir aujourd’hui. Elle n’a désormais, ainsi que ses enfants plus le droit de visites.

La nouvelle lui aurait été annoncée par un gardien : ce dernier lui aurait fait comprendre qu’il s’agissait d’une réponse à la publication de l’article dans le journal Libération où Gérard Jodar décrit ses mauvaises conditions de détentions et commente les derniers événements violents en Nouvelle Calédonie.

Alors que la décision semble avoir été prise à Paris, l’avocate du leader syndical Me Cécile Moresco, a demandé des explications au ministère de la justice. L’interdiction du droit de visite à la famille serait illégale et constituerait un « abus de pouvoir » selon cette dernière.

Reste à savoir si le rôle exercé par la femme de Gérard Jodar ne déroge pas à la loi. Selon Frédéric Degreslan, avocat en Nouvelle Calédonie, aucun document adressé à un prisonnier ne peut entrer et sortir d’un milieu carcéral sans avoir été validé par la censure. Or cela pourrait ne pas avoir été le cas.
Gérard Jodar, qui s’est vu refuser son aménagement de peine lundi, purge actuellement trois mois de prison ferme pour des violences en janvier 2008 lors d’un conflit avec la société de transport Carsud.
Il attend son jugement en appel le 25 août prochain, mais cette fois pour sa condamnation à un an ferme pour entrave à la circulation d’un aéronef survenu lors d’un autre conflit social avec la compagnie aérienne locale Air Cal.
Si depuis un accord a été signé entre les deux partis, le syndicat indépendantiste réclame toujours la libération de son chef. Ce dernier a d’ailleurs obtenu le soutien de personnalités de gauche comme Olivier Besancenot, Noël Mamère ou son ami José Bové.

Samedi une marche pacifique est prévue par le collectif de défense des droits et des libertés. Mais le rendez-vous risque d’être placé sous le signe d’une tension palpable depuis quelques temps sur le caillou.
Après les violents affrontements entre les forces de l’ordre et des sympathisants du syndicat au début du mois faisant 27 blessés chez les mobiles, il reste un foyer de résistance. A la tribu de Saint-Louis, une partie de la jeunesse qui se radicalise, a monté des barrages et mis le feu à des pneus en début de semaine. Lors d’échauffourées avec les gendarmes, une femme a reçu une pierre à la tempe alors qu’elle conduisait et a été hospitalisée. Parmi les jeunes interpellés, cinq dont deux mineurs doivent passer en comparution immédiate.
L’équilibre reste donc fragile sur ce territoire ultra marin qui vient tout juste de célébrer les 10 ans de l’accord de Nouméa.

http://www.mediapart.fr/club/blog/estel ... -en-prison
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

Re: Kanaky : visité de Kouchner, affrontements à Nouméa

Messagede Pïérô » 20 Aoû 2009, 10:14

Appel à un rassemblement à Paris lundi 24 août



Le 25 août 2009 aura lieu en Nouvelle-Calédonie le procès en appel des militants de l’USTKE condamnés à un an de prison ferme et emprisonnés depuis le 29 juin. Ces condamnations sont injustifiables et marquent la dérive de la justice française dans cette colonie.

Au moment où se déroulera ce procès à Nouméa, le collectif Solidarité Kanaky appelle à un rassemblement à Paris lundi 24 août à 17h devant le Palais de Justice de Paris (île de la Cité)

• Pour protester contre la criminalisation de l’action syndicale dont fait l’objet l’USTKE

• Pour réclamer la libération immédiate des syndicalistes et le libre exercice du droit syndical en Kanaky



http://www.solidaritekanaky.org/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Nouvelle-Calédonie: affrontements avec la police

Messagede Pïérô » 20 Aoû 2009, 11:05

suite à cette interview, il vient d'être privé de parloir.

dans libération : http://www.liberation.fr/societe/010158 ... de-parloir

L’article de notre quotidien, où le président de l’Union syndicale des travailleurs kanaks et exploités (USTKE) déclare : « nous sommes toujours dans une colonie et pas très loin de l’époque du bagne », a été repris en une de la presse locale. Ce qui a fait grand bruit dans cet archipel du Pacifique.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

solidarité kanaky

Messagede berneri » 11 Sep 2009, 11:13

des representants du syndicats USTKE sont passés hier à tours et ont fait part de leur besoin de solidarité face à la double represion anti-syndicale et coloniale. Ce fut un moment d'information et d'échanges intéressant et émouvant.

la solidarité s'organise pour une action sur tours
il y aura une manif à paris lundi et ils seront à la fête de l'huma ce we

http://www.solidaritekanaky.org
Fichiers joints
affiche-500.jpg
affiche-500.jpg (40.9 Kio) Vu 3124 fois
berneri
 

Suivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité