Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Flo » 02 Juil 2012, 18:11

Smic, un coup de pouce comme une griffure !
27 juin 2012

2 % d’augmentation du Smic, cela représente 21,50 euros par mois. A peine l’équivalent d’une baguette par jour, un coup de pouce de 0,6 %, (l’inflation représentant 1, 4 %), qui ressemble à un coup de pied. Signe fort de l’insuffisance de cette augmentation s’il était besoin, le Medef se déclare satisfait du niveau de cette hausse. Et voilà, moins de deux mois après les présidentielles, un peu plus d’un mois après les législatives qui donnaient la majorité absolue à François Hollande et à Jean-Marc Ayraut, le coup de pouce tant espéré car véritable nécessité et tellement annoncé est bien loin des attentes et des besoins. Alors oui, il y a une crise, mais en réalité elle est permanente car elle est le mode de fonctionnement et de régulation d’un système. Alors oui, il y a déficit, qui n’est rien d’autre que le produit direct d’une économie sauvage. Comment se fait-il que l’économie soit devenue aussi dictatoriale, que la démocratie, les choix et les aspirations des peuples ne pèsent rien face à ce qui nous est en permanence présenté comme une loi d’airain ? Comment peut-on accepter d’être soumis aux marchés, aux taux d’intérêts, aux dettes, aux banques, aux agences, aux financiers, aux actionnaires, aux boursicoteurs et aux spéculateurs ? Pourquoi ne pas dire ça suffit, notre état de développement nous permet aujourd’hui de toutes et tous vivre décemment, alors ouste le diktat de la finance et enfin tout mettre en place et en œuvre pour faire place à l’humain d’abord !

Et puis quand on a à gérer les « grandes » affaires d’un Etat, d’une Europe, d’un Monde, le quotidien et les urgences de millions de femmes et d’hommes ne sont pas grand-chose. C’est ça le message que reçoivent, aujourd’hui, les smicards et les trimards. Pourtant de l’argent il y en a et beaucoup, il suffit de décider de le prendre là où il se trouve : sur les comptes des actionnaires, dans les paradis fiscaux, entre les lignes des magouilles de comptes et de résultats arrangés. 0, 6 % pour les smicards, alors les chômeurs, les allocataires du RSA, vous pourrez repasser pour espérer autre chose que la survie et les multiples urgences du quotidien. Attention de ne pas continuer à nourrir le désespoir car un jour ou l’autre l’addition est présentée, le Front National pourrait atteindre des scores encore plus importants que ceux d’aujourd’hui. Et ça risque de faire mal. On a besoin de courage politique, pas de larmes de crocodile, de déclarations, d’annonces, de promesses, de fatalité.

Villejuif le 27 juin 2012 Philippe Villechalane Porte parole de l’Apeis.

http://www.apeis.org/Smic-un-coup-de-po ... e-une.html
"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 27 Mai 2012, 23:43

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Flo » 02 Juil 2012, 20:38

Débat récent organisé par le Mouvement national des chômeurs et précaires :

"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 27 Mai 2012, 23:43

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Flo » 12 Juil 2012, 14:20

Manifestation des associations de chômeurs à propos de la récente conférence "sociale"

"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 27 Mai 2012, 23:43

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Flo » 15 Juil 2012, 15:11

Changer maintenant !
lundi 9 juillet 2012, par AC ! Gironde

ABROGATION DU PLAN STRATEGIQUE 2012-2015 A PÔLE EMPLOI :

- Si le gouvernement nouvellement élu ne fait rien, ce plan sera la stricte application de la politique d’austérité pensée et voulue par Nicolas Sarkozy, battu le 6 mai 2012. D’ailleurs ce plan dont les logiques déshumanisent pôle emploi met en valeur un suivi 100% WEB pour les Demandeurs d’emploi volontaires. Pôle Emploi pourrait contrôler les intéressés sur leurs recherches d’emploi en vérifiant régulièrement les connections sur son site internet au travers des espaces personnels. Aujourd’hui, la principale conséquence de ces suivis dématérialisés, c’est que l’on ne peut pas être assurés que personne ne sera radié pour ne pas avoir reçu un e-mail ou un SMS alors que ce n’est d’ailleurs pas un motif de radiation légal.

- Il faut dénoncer aussi l’abandon pur et simple du suivi mensuel personnalisé, remplacé par 3 suivis à la carte en fonction des capacités du demandeur à retrouver un emploi, ce qui rompt totalement avec le principe de l’égalité républicaine. Nous aurons donc, au choix, un accompagnement Renforcé, ou Guidé, ou Appuyé et suivi.

- De plus la mise en place de ce plan stratégique valide le rôle de dénonciateur du conseiller de Pôle Emploi, qui sera chargé de nous balancer auprès d’une commission préfectorale sur le contrôle de la recherche d’emploi . La relation de confiance qui doit s’établir entre un conseiller et un demandeur d’emploi sera alors rompue.

- Nous voulons un véritable service public de l’emploi, avec du personnel qualifié et suffisamment nombreux pour assumer de vrais suivis où les logiques humaines soient respectées.

CE QU’IL FAUT CHANGER TOUT DE SUITE :

- Arrêter immédiatement les radiations, le « suivi mensuel personnalisé » et « l’ offre raisonnable d’emploi » qui, en l’absence d’offres d’emplois et de formations en nombre et en qualité suffisants, n’ont aucune autre utilité que de contraindre les usagers à « pointer » sans résultat concret... Au risque pour eux, s’ils ne pointent pas, de se voir sucrer leurs allocations.

- Arrêter immédiatement la sous-traitance de l’accompagnement des demandeurs d’emploi par des cabinets et des institutions privés : l’argent public ne doit pas se retrouver dans la poche des actionnaires (d’Ingeus par exemple), et Pôle Emploi doit disposer des moyens financiers et en personnel pour assurer le suivi de la recherche d’emploi et de la formation de tous les demandeurs d’emploi.

IL FAUT RELEVER TOUS LES MINIMA SOCIAUX , parce qu’ils ne permettent pas de vivre décemment.

IL FAUT INSTAURER LA CONTINUITÉ DES DROITS SOCIAUX TOUT AU LONG DE LA VIE PROFESSIONNELLE en garantissant la continuité du revenu dès le premier de jour en cas de chômage (ou pour les primo-demandeurs), ainsi que la garantie d’une formation choisie et, donc, la refonte totale de l’indemnisation du chômage.
Nous ne demandons pas la lune !

Nous voulons vivre, tout simplement !

http://www.ac-chomage.org/spip.php?article1974

"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 27 Mai 2012, 23:43

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Flo » 19 Juil 2012, 12:33

POUR UNE FEUILLE DE ROUTE SOCIALE CONTRE LA PRECARITE, LE CHOMAGE ET LA MISERE

lundi 16 juillet 2012, par AC ! Gironde

Bordeaux le 09 juillet 2012

Monsieur Michel Sapin,

Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Hôtel de Rothelin-Charolais

101 rue de Grenelle 75007 Paris
Monsieur le ministre,

Les collectifs AC !, qui se sont réunis en coordination estivale les 7 et le 8 juillet 2012 à Paris ont décidé de vous interpeller au moyen d’une lettre ouverte. Nous pensons que la lutte contre le chômage, la précarité et la défense des droits des chômeurs et des précaires doit être un objectif réel pour atteindre une société juste, équitable, solidaire et tolérante qui impulse un réel changement dans la vie concrète de nos concitoyens. Nous souhaitons, Monsieur le ministre, vous remercier de nous avoir reçus le 5 juillet 2012, dans le cadre d’un pré-échange avant la conférence sociale de ces 9 et 10 juillet 2012. Rencontre que votre prédécesseur n’a jamais organisée pendant les 5 dernières années.

Depuis dix huit ans AC ! est un réseau qui a un niveau d’expertise important dans le domaine des droits sociaux, de l’emploi et du chômage. A partir de notre activité quotidienne et des luttes sociales que nous avons menées, AC ! a été reconnu par des organismes comme Pôle-Emploi ou l’Unedic, des élus locaux, des partenaires sociaux, des experts ….etc.

Avec 9,6% de chômeurs en France (dernier chiffre au sens du BIT pour le mois de mai 2012) c’est une situation installée de pauvreté catastrophique que vivent nos concitoyens. Et cela malheureusement va encore perdurer puisqu’il y a en perspective, dans les mois à venir, 70 000 licenciements qui sont annoncés par les différents acteurs de la vie économique de notre pays pour 2012. Qu’il soit bien entendu que dans cette situation AC !, revendique avant toute chose un emploi pour tous, en CDI, correctement rémunéré ou à défaut un revenu garanti avec ou sans emploi pour tous.

Votre prédécesseur, Monsieur Xavier Bertrand, sous les directives de Monsieur Sarkozy avait pour objectif, afin d’occulter la réalité de la pauvreté, la lutte contre les chômeurs et non contre les causes du chômage, au moyen de la stigmatisation, de la mise en accusation et du contrôle permanent. L’utilisation continuelle de ces idées populistes de droite extrême et d’extrême droite ayant pour conséquence de condamner à la rue et parfois à la mort des centaines de milliers des plus fragiles d’entre nous.

Concernant Pôle emploi, vos prédécesseurs avaient prévu d’augmenter la pression sur les chômeurs au moyen du contrôle, de la répression, de la sanction, du fichage, du traçage et de la radiation afin de faire baisser les chiffres du chômage artificiellement. C’est pourquoi ces principes se retrouvent parfaitement déclinés dans la convention tripartite signée en novembre 2011 et totalement déployés par le plan stratégique de Pôle emploi. En effet ce plan ne reprend-t-il pas l’expérimentation d’un corps de contrôleurs de la recherche d’emploi avec des conséquences graves, voire dramatiques, pour les demandeurs d’emploi (suppression du revenu de remplacement pour vivre, radiation et expulsion de leur logement).

Par ailleurs, Pôle emploi radie actuellement 500 000 Chômeurs par an, ce qui est une sacrée variable d’ajustement des chiffres mensuels. Et pour cacher cette dégradation du marché du travail alors même que les agents de pôle emploi dédiés à la recherche des offres d’emploi font choux-blancs, il est envisagé d’ouvrir le site de pôle emploi à des sites privés tels que Monster et Keljob. Ceci ouvrira la voie aux annonces virtuelles.

Il n’est alors pas étonnant d’apprendre que le plan stratégique déploie aussi un accompagnement différencié. Il met en place un accompagnement 100% web de façon à ce que les demandeurs d’emploi restent chez eux. En effet les conseillers à l’emploi étant débordés, ils ne peuvent plus recevoir les personnes. Doit on rappeler, ici, que ce sont les principes républicains d’égalité de traitement qui sont remis en cause mais aussi dans une large mesure la notion de service public. D’ailleurs vos prédécesseurs n’avaient-ils pas la volonté de privatisation totale de pôle emploi ? Vous l’avez compris, Monsieur le ministre, nous pensons que ce plan stratégique doit être modifié en profondeur et que de toutes façons son volet contrôle doit être purement et simplement supprimé.

Mais le plan stratégique n’est qu’une partie du piège dans lequel l’UMP avait décidé de faire tomber les plus pauvres. Notre devoir, en effet, est de vous signaler que fin avril 2012, Monsieur Sarkozy a signé le décret 2012-294. Jusqu’au bout, l’UMP se sera acharnée sur les plus fragiles. Ce décret n°2012-294 renforce les procédures d’orientation, de suspension et de radiation applicables aux allocataires du RSA. Ce décret durcit les modalités de suspension du RSA en privant une personne pendant 1 à 3 mois de 80 % de son revenu et le condamne à vivre donc avec 82 euros par mois (soit 20% du RSA). Et si le foyer est composé de plus d’une personne, la réduction sera plafonnée à 50% du montant dû au bénéficiaire au titre du dernier mois du trimestre de référence. Ici on a planifié aussi le fait « d’affamer les enfants ». Enfin, ce décret précise que la décision de radiation ne peut intervenir qu’au terme de la procédure graduée de suspension. La graduation dans la bêtise a ses limites. Comment un être humain peut-il vivre sans ressources ? L’UMP avait la volonté de désocialiser complétement les plus pauvres en ne leur offrant comme avenir que la rue et la mort. Monsieur le ministre est-il nécessaire de vous dire que ce décret est anticonstitutionnel. En effet il est dit dans la constitution que : « Tout être humain qui en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence ». C’est un droit, Monsieur le ministre que vos prédécesseurs voulaient supprimer. Pire en radiant non pas 2% de demandeurs d’emploi mais 8% ceux-ci avait pensé supprimer l’accès à ce revenu de remplacement à toute personne radiée de Pôle emploi. AC ! a prévenu dés le 7 mai 2012 les élus de gauche dans certains départements et a envoyé une lettre aux députés socialistes élus dés le 18 juin 2012 pour demander l’abrogation immédiate de ce décret. A ce stade aucune réponse ne nous a été faite.

Le 6 mai 2012 le peuple s’est exprimé et a voté pour plus de social, d’égalité, de justice et de solidarité. Or Les pauvres sont les seuls à continuer à subir les politiques antisociales injustes de l’ancien régime UMP. Quand, Monsieur le ministre, le changement attendu se mettra-t-il en place ? Monsieur le ministre, Nous attendons de votre majorité qu’elle cesse la mise en application de la politique initiée par le gouvernent Sarkozy contre les chômeurs, les pauvres et les misérables.

AC ! a bien évidemment d’autres revendications à vous présenter et c’est pourquoi nous vous demandons de nous recevoir individuellement afin que l’on puisse développer celles-ci avec vous. Nous aimerions, aussi, vous proposer d’organiser des rencontres régulières avec les organisations de chômeurs et de précaires.

Enfin, nous tenons à vous demander de rétablir la dispense de recherche d’emploi à 55 ans car les seniors et surtout les femmes ont d’énormes difficultés à retrouver un emploi. Et par voie de conséquence de rétablir l’Allocation Équivalent Retraite telle qu’elle existait avant les « reformes » de Nicolas Sarkozy. Celui-ci avait créé, à la place l’allocation transitoire de solidarité (ATS) moins avantageuse financièrement et qui réduit le nombre de bénéficiaires.

Voici, Monsieur le ministre l’ensemble des revendications d’AC ! afin d’améliorer le sort des précaires, des demandeurs d’emploi et des pauvres :

1°) ÉGALITE : - Répartition des richesses entre tous

2°) TRAVAIL :

- Réduction du temps de travail pour tous à 32 heures par semaine
- Suppression de toutes les formes de précarisation du travail et notamment de tous les contrats précaires.....
- Suppression de toutes les formes de discriminations visant les stagiaires

3°) CHOMAGE :

- Abrogation de la loi droits et devoirs des Demandeurs d’Emploi et de l’ORE et en tous cas la suppression de toutes mesures coercitives d’acceptation d’emploi au rabais préconisés par le principe de « l’Offre Raisonnable d’Emploi »

4°) DROITS SOCIAUX :

- Il faut instaurer la continuité des droits sociaux tout au long de la vie professionnelle en garantissant la continuité du revenu ou d’allocation dés le premier jour de chômage et en exigeant la suppression définitive du statut de fins de droits. .

- Garantir aussi le droit à l’eau, le gaz et l’électricité pour tous

5°) ALLOCATION :

- Maintien de la non dégressivité de l’allocation de retour à l’emploi (ARE). - Retour à l’Allocation en Faveur des Demandeurs d’emploi en Formation (AFDEF) qui est aujourd’hui remplacée par la R2F moins facile d’accès pour les DE

- Revalorisation de l’allocation temporaire d’attente ATA actuellement à 11,01€ par jour pour une personne seule
- Revalorisation de l’allocation de solidarité spécifique ASS actuellement à 15,63€ par jour

- Revalorisation de l’allocation de solidarité spécifique majorée ASSM actuellement à 22,44€ par jour.

- Revalorisation de l’allocation logement

6°) REVENU :

- Création d’un revenu garanti avec ou sans travail à hauteur du SMIC.

- Retour à des minima sociaux garantis permettant une vie décente à tous qui ne soient pas en dessous du seuil de pauvreté qui est fixé à 900 euros et sans baisse de l’allocation logement.

- Assurer l’individualisation des droits. Nous demandons le respect de l’article 11 du préambule de la constitution sur cette aspect, notamment en ce qui concerne le RSA et l’ASS.

- Arrêt immédiat du Service de Travail Obligatoire de 7 heures pour les RSA car dans un pays démocratique personne ne doit être obligé de travailler.

- Revalorisation sensible du Revenu de Solidarité Active (RSA).

- Création immédiate d’un vrai revenu pour les moins de 25 ans

7°) FORMATION

- Retour à l’Allocation en Faveur des Demandeurs d’emploi en Formation (AFDEF) qui est aujourd’hui remplacée par la R2F moins facile d’accès pour les DE

- Possibilité d’accéder à une formation qualifiante tout au long de la vie professionnelle

8°) PÔLE EMPLOI :

- Arrêt de l’obligation de présenter une carte d’identité valide pour s’inscrire à Pôle emploi : si la carte d’identité ou le passeport n’est plus à jour, Pôle emploi refuse le dossier d’inscription, retardant d’autant le versement de maigres allocations. Plus grave, pôle emploi dépasse, ici, les pouvoirs de Police et transforme le conseiller à l’emploi en véritable agent des forces de l’ordre. La volonté de contrôle et de répression est alors là bien affirmée dès le premier contact. Pire, la carte d’identité du demandeur d’emploi sera passée sous une lampe à UV pour vérifier si elle n’est pas falsifiée. Après vérification, certains sans papiers ont été dénoncés par Pôle emploi à la préfecture. Le rôle de Pôle emploi est-il de contrôler les papiers d’identité comme le fait la Police ?

- Arrêt immédiat de l’utilisation du fichage : avec le fichier AUDE, c’est 4,7 millions de personnes qui sont fichés par Pôle emploi. Tous les éléments personnels et le suivi mensuel du demandeur d’emploi sont archivés dans ce fichier. La préfecture peut consulter ce fichier sans autorisation du DE et pôle emploi peut le vendre au secteur privé (affaire Malakoff-Médéric). De plus, les agences intérim sous-traitantes de pôle emploi peuvent également y accéder et cela toujours sans autorisation du demandeur d’emploi.

- Suppression du rôle de dénonciation du conseiller : depuis 2009 et la création de Pôle emploi nous savions que le conseiller référent avait la possibilité de dénoncer le demandeur d’emploi à la commission de contrôle de la recherche d’emploi. Dans les faits cela ne se pratiquait pas. Or, la convention tripartite récemment signée par l’Etat, Pôle emploi et l’Unedic, qui formule la mise en place du plan stratégique 2012-2015 à Pôle emploi, officialise le rôle de dénonciateur du conseiller. Nous estimons qu’un conseiller doit se situer dans une relation d’aide et de confiance et non dans le contrôle et la dénonciation.

- Suppression de la commission de contrôle de la recherche d’emploi : après avoir été dénoncé par son conseiller, le demandeur se retrouvera devant la commission de contrôle de la recherche d’emploi. Elle est composée de quatre représentants (Pôle emploi, préfecture, patronat, et un syndicat) dont un seul pourra prendre la défense du demandeur d’emploi. De ce fait cette commission instruira toujours à charge. Les principes même d’une justice équitable sont ici clairement bafoués.

- Respect de l’espace personnel par Pôle emploi : les moyens pour Pôle emploi de contrôler un demandeur d’emploi sont multiples mais il y en a un qui est plus pratique que tous les autres, c’est le traçage des connexions au travers de l’espace personnel inclus dans le site internet de Pôle emploi. Tracé à son insu le demandeur d’emploi pourra être radié si Pôle emploi estime seul que ses recherches d’emploi sont insuffisantes ou inadaptées. Il est inacceptable que Pôle emploi soit à fois juge et parti et qu’il se permette de violer un espace personnel défini comme privé puisque nécessitant un code d’accès.

- Arrêt de la dématérialisation des relations : à pôle emploi, il y a la volonté de gérer à distance la relation avec le demandeur d’emploi afin de dépersonnaliser et déshumaniser. Cela se traduit par des convocations dématérialisées envoyées sur l’espace personnel et par email, ce qui augmente la possibilité de radiation du DE si son système informatique est en panne ou à un problème. Les relations avec le conseiller sont souvent gérées par SMS, téléphone ou visio-guichets. Si un demandeur d’emploi a un problème, il utilisera le 3949. Avec cette mise à distance, Pôle emploi cherche à robotiser la relation et à gommer tous les sentiments humains d’entraide qui naissent naturellement de la connaissance réciproque entre demandeur d’emploi et un conseiller.

- Arrêt du changement de conseiller non souhaité par le DE : avec la libéralisation intégrale de la vie humaine et la précarisation de la vie professionnelle, les valeurs de solidarité sont en recul constant. Pôle emploi impose souvent un changement de conseiller personnel aux demandeurs d’emploi. C’est une fois de plus le signe d’une volonté de rompre avec la notion de relation humaine dans l’accompagnement. Un conseiller doit se contenter d’appliquer des objectifs définis à l’avance (placer les DE sur les emplois en tension aux conditions déplorables ou le radier) sans construire de véritables échanges avec les personnes qu’il reçoit. Changer de conseiller, c’est donc être exposé plus facilement à la radiation et c’est détruire la relation de confiance qui doit s’installer entre un DE et un conseiller.

- Arrêt du déploiement de l’Entretien Individuel et Diagnostic (EID) : ce sigle barbare est le nouvel entretien de pôle emploi qui permet de gérer l’indemnisation et d’actualiser le Plan Personnel d’accès à l’Emploi. La polyvalence des tâches ainsi mixées, indemnisation et placement, dans un « métier unique », remet totalement en cause des années de professionnalisme dans chacun des deux métiers. L’entretien sera mené tambour battant pendant 50 minutes top chrono. Il est évident que le conseiller de Pôle Emploi n’aura pas le temps de tout faire et que la vérification des pièces et l’instruction de l’indemnisation feront passer au second plan la validation du projet professionnel. Au final, l’EID est une machine infernale qui par son caractère globalisant augmentera les risques d’erreurs dans le traitement des dossiers.

- Arrêt immédiat des radiations administratives qui ne sont là que pour faire baisser artificiellement les chiffres du chômage. Actuellement 500 000 radiations par an sont effectuées par Pôle emploi. Radié, le demandeur d’emploi n’a plus de revenus pendant deux mois, et plus longtemps si c’est une décision des commissions de contrôle de la recherche d’emploi. Les conséquences sont graves pour les personnes qui les subissent. Sans ressources, elles finissent souvent à la rue, souvent détruites.

- Arrêt immédiat de l’utilisation de l’évaluation en milieu de travail (EMT) : Un des moyens dont pôle emploi se sert pour placer les demandeurs d’emploi est l’Évaluation en Milieu de Travail. Ils sont placés en situation de travail pour être évalués chez un employeur pendant huit jours sans rémunération. Par contre l’employeur, lui, chargé de l’évaluation recevra 2 euros de l’heure. Cette forme de travail gratuit est inacceptable.

- Revenir sur la loi Borloo qui a détruit le monopole du placement de Pôle emploi.

- Arrêt immédiat du recours par pôle emploi aux OPP (Opérateurs privées de placement). L’argent public ne doit pas se retrouver dans les poches de sous-traitants privés. Pôle emploi doit disposer de moyens financiers et en personnel suffisants pour son fonctionnement.

- Suppression du volet contrôle de la convention tripartite signé en novembre 2011 et de même suppression de l’expérimentation sur la création d’un corps de contrôleurs à Pôle emploi. Pôle emploi sur ces questions ne peut être juge et parti car c’est anticonstitutionnel.

- Remettre au cœur de la question le rôle de pôle emploi à savoir que Pôle emploi doit être au service des DE et non les contrôler. Il doit recevoir les demandes d’indemnisation, aider au placement, écouter, entendre, comprendre, informer, conseiller, proposer, orienter, accompagner et recenser les offres d’emploi.

- Retour à une vraie relation d’aide : arrêt de la violence institutionnelle de la part de Pôle emploi contre les chômeurs (suspicion, infantilisation, contrôle, sanction, répression, radiation). et ré-humanisation de Pôle emploi par la relation d’aide. Limiter le recours à la dématérialisation qui est souvent une cause supplémentaire de radiation pour les chômeurs.

- Limiter le volet suivi sur son aspect déshumanisé : « suivi 100% Web ».

- Maintenir les pôles emploi en centres villes et organiser une bonne accessibilité ailleurs.

- Les comités de liaison ne doivent pas être une chambre d’enregistrement et de présentation des mesures fixées par Pôle emploi mais un lieu réel de co-construction et de coproduction. Les propositions des organisations de chômeurs doivent être respectées et mises en œuvre par Pôle emploi.

- Présence des organisations de chômeurs au CA de Pôle emploi et partout où se décide le sort des chômeurs.

9°) UNEDIC :

- UNEDIC : veiller au maintien du non dégressivité des droits ARE lors de la nouvelle négociation de la convention UNEDIC (Fin 2013)

- Ouverture de droits à l’indemnisation dès le premier jour travaillé pour tous quel que soit l’employeur public ou privé. Pour cela les fonds Unedic doivent être utilisés exclusivement pour l’indemnisation

- Une augmentation des cotisations patronales et une majoration de cotisation pour tous recours aux contrats précaires et à temps partiel imposé.

- Le droit de siéger à l’Unedic pour les organisations de chômeurs.

10°) LOGEMENT :

- Un logement pour tous

- Application de la loi de réquisition des logements vides de 1945. Il n’est absolument pas tolérable que des personnes meurent dans la rue tous les hivers dans ce pays alors que de nombreux logements sont vacants.

11°) RETRAITE :

- Retraite à 60 ans pour toutes et tous et une retraite, quelles que soient les annuités, et cotisations, au niveau du SMIC. Les années de chômage et de « RMI- RSA » doivent compter à part entière.

- Création d’une retraite à la carte pour les personnes handicapées

Les demandeurs d’emploi soutenus par notre association ont pu résister pendant cinq ans à la volonté de les détruire du pouvoir UMP mené par un président qui n’était pas celui de tous les Français mais seulement celui des riches (banquiers, financiers, patrons du CAC 40, Medef....) Cette résistance s’est exprimée largement pour le changement le 6 mai 2012. Notre association nationale « les amis d’AC » n’a absolument pas reçu un centime de subvention de la part du pouvoir l’UMP. Nous vous demandons donc maintenant que le changement politique est effectif, une subvention annuelle pour notre fonctionnement national et bien évidemment nous permettre d’obtenir un local national pour notre association.

Veuillez agréer Monsieur le Ministre du Travail Notre haute considération

Joëlle Moreau Membre de la Coordination Nationale d’AC !
Contact AC ! Tel : 05 56 81 88 91 Port : 06 67 58 16 79 Email :ac.gironde@free.fr Email contact national : contact@ac-chomage.or

http://www.ac-chomage.org/spip.php?article1975

g
"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 27 Mai 2012, 23:43

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Flo » 02 Aoû 2012, 20:45

Hausse du prix du gaz : appel au boycott
communiqué d’AC ! Nord Pas-de-Calais


jeudi 2 août 2012, par AC ! Nord Pas de Calais

AC ! demande aux usagers de refuser ce racket organisé et appelle au boycott de cette augmentation.

En période de crise, avec tous les plans sociaux annoncés et l’aggravation de la grande précarité, avec de plus en plus de personnes et de familles survivant avec des ressources en dessous du seuil de pauvreté, cette augmentation de 2 % est insupportable et inadmissible. Alors que Gaz de France a fait 40 milliards de bénéfices en 2011.

Trop c’est trop, la coupe est pleine

AC ! appelle toutes les personnes concernées à refuser cette augmentation par une initiative collective avec le soutien de notre association en bloquant ces 2% sur un compte bancaire tant que le gouvernement n’aura pas augmenté les revenus et les minimas sociaux de 10% (SMIC, minimum vieillesse, AAH, RSA…).

AC ! invite toutes les personnes intéressées par cette initiative à nous contacter d’urgence au 06/22/16/42/28.

AC ! invite, en outre, toutes les personnes à demander par courrier à Monsieur Hollande, Président de la République une augmentation immédiate et conséquente de tous les revenus et des minimas sociaux. Ce courrier est dispensé d’affranchissement et il est à transmettre au Palais de l’Elysée 55, rue du Faubourg Saint Honoré 75007 Paris.

Serge HAVET Président d’AC ! Nord Pas-de-Calais

http://www.ac-chomage.org/spip.php?article1977

"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 27 Mai 2012, 23:43

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede bipbip » 04 Avr 2014, 10:53

Communiqué de presse collectif
VALLS et le défi de l'assurance chômage

Un des premiers défis auxquels le nouveau gouvernement sera confronté sera l'agrément ou non de la convention définissant les droits à l'assurance chômage pour deux ans à compter du 1er juillet prochain.

Un accord a été conclu la nuit du samedi 22 mars par le patronat et trois organisations syndicales dans des conditions indignes. Ce texte prévoit de nouvelles réductions des droits des chômeurs et des précaires, actuels ou à venir, et notamment des intérimaires et des intermittent-es, alors que moins de la moitié des inscrit-es à Pôle-emploi est indemnisée par l'assurance chômage. Il ne prévoit aucun financement nouveau. Il s'agirait seulement de faire des économies sur les droits alors qu'il est plus qu'urgent d'investir dans la justice sociale.

Le nouveau gouvernement, s'il a bien entendu le message, doit refuser l'agrément du texte d'accord sur l'assurance chômage, décider les mesures d'urgence permettant la juste indemnisation de tou-tes les chômeurs et précaires et convoquer très prochainement une table ronde réunissant toutes les parties concernées pour remettre à plat le dispositif d'application du droit constitutionnel à des moyens convenables d'existence.

Les organisations membres de notre collectif appellent au renforcement de la mobilisation

Ni régression, ni statu quo : des droits nouveaux !


mercredi 02 avril 2014

AC !, APEIS, MNCP, CIP-IdF, Recours Radiations, Solidaires Sud Emploi, Sud Culture Solidaires, FSU/SNU Pôle Emploi

http://mncp.fr/Accueil/Nos-communiques/ ... omage.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Pïérô » 04 Mai 2014, 10:41

Les 26 et 27 avril, 20 régions se sont réunies pour constituer la Coordination nationale des précaires, chômeurs, intermittents, et intérimaires

Communiqué

Communiqué de la Coordination nationale des précaires, chômeurs, intermittents et intérimaires

Depuis plusieurs semaines, dans toute la France, des collectifs luttent contre l’agrément de l’accord des nouvelles règles d’assurance chômage du 22 mars 2014.

Les 26 et 27 avril, 20 régions se sont réunies pour constituer la Coordination nationale des précaires, chômeurs, intermittents, et intérimaires [1].

Toutes les mesures de précarisation que prévoient ces accords entrent dans le cadre d’une casse générale de la protection sociale : pacte de responsabilité, attaque de la Sécurité sociale et du code du travail…

Nous signalons que le MEDEF a prévu dans ce texte le cadre nécessaire (article 13) pour se passer de tout contrôle du gouvernement.

Monsieur Rebsamen, ministre du Travail, si vous agréez cet accord, vous ne servirez plus à rien !

Force de proposition,

la Coordination nationale propose un système juste et solidaire de l’assurance chômage.

La Coordination nationale lance dès aujourd’hui une étude sur le financement de la protection sociale.

Force de colère,

la Coordination nationale affirme que nos actions ne connaîtront aucune pause.

La Coordination nationale rappelle que Franck Halimi, metteur en scène dijonnais, est en grève de la faim depuis 49 jours.

La Coordination nationale appelle les précaires, chômeur-se-s, intérimaires intermittent-e-s, retraité-e-s, salarié-e-s du public et du privé, avec ou sans papiers, à se joindre à la mobilisation.

La Coordination nationale réunie en Assemblée générale appelle à la grève le samedi 17 mai 2014.

Ne vous y trompez pas, ceci est une déclaration de guerre.

A la Belle étoile à Saint-Denis, le 27 avril 2014.

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6993
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Pïérô » 16 Mai 2015, 10:07

Une Zone d'Affirmation du Droit à la Dignité dans le Tarn

Le 30 mai, Solidarité Chômage Tarn se déclare Zone d'Affirmation du Droit à la Dignité (ZAD2) lors d'une Assemblée Généreuse à laquelle vous êtes toutes et tous conviés.

ALERTE !

Dans un territoire où il y avait des lumières, des droits de l'homme, la république, la démocratie, la liberté, l'égalité, la fraternité... on déplore aujourd'hui la disparition imminente de nombreuses valeurs humaines et droits fondamentaux.

On parle du chômage, pas des chômeurs. On parle de pauvreté, pas des travailleurs pauvres. On parle de chiffres, pas d'humains.

On ne parle pas de tous ceux qui sont radiés (effacés) pour la moindre broutille, (un demi-million de personnes par an), ceux qui perdent 2 mois d'allocation pour une absence à convocation, ceux qui sont contrôlés, fliqués, humiliés par un système cynique et déshumanisé.

On préfère ignorer ceux qui luttent pour survivre avec des minima sociaux indignes, ceux qui sont insultés parce qu'ils « profitent » du RSA (570 €, moins de la moitié du seuil de pauvreté !)

Ceux qui subissent le mépris social, médiatique et institutionnel,

Pour eux, pour nous tous, l'association Solidarité-Chômage-Tarn se déclare ZAD2 : Zone d'Affirmation du Droit à la Dignité.

ASSEMBLEE GENEREUSE de la ZAD2 samedi 30 mai 2015 à partir de 11 h à Castres, salle n°2 du Parc des Expositions.



Au programme : Échanges, buffet, concerts… http://chomtarn.wix.com/chom-tarn
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede bipbip » 28 Sep 2015, 09:59

Paris , mercredi 30 septembre 2015

Projection, discussion

En marche contre le chômage et la précarité

A l'occasion de la parution aux Editions Syllepse du recueil des interventions tenues lors de la journée du 13 décembre 2014, soirée d'échanges
• 18 h - « On Marche etc... Journal de la marche des chômeurs » (53mn) film réalisé en 1994 par Mogniss Abdallah avec l'équipe de l'Agence IM'média et plusieurs marcheurs.
• 19 h - Pot et discussions

Centre international de culture populaire (CICP), 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e


Image


En marche contre le chômage et la précarité - Septembre 2015 Paris Edition Syllepse

« Qui sème la misère, récolte la colère… »

Il y a vingt ans, les Marches contre le chômage, la précarité et les exclusions sillonnaient toute la France. Chômeurs, chômeuses, précaires, sans domicile, salarié-e-s, se retrouvaient ensemble dans une action unitaire qui rassemblait la plupart des associations de lutte contre le chômage et de nombreux syndicalistes : les Marches d'AGIR ENSEMBLE CONTRE LE CHOMAGE !

Exigence d'un droit au revenu et d'une réduction du temps de travail à 32 heures sans perte de salaire, transports gratuits, unité entre les salariés et les chômeurs, occupations d'ANPE, réquisitions de richesses, marches européennes contre le chômage… Des formes de lutte, de revendications, des perspectives nouvelles ont alors émergé, qui restent toujours d'actualité.

Une journée de témoignages et de réflexion s'est tenue le 13 décembre 2014, au sujet de cette aventure humaine qui ouvrait un cycle de luttes où chômeuses, chômeurs et précaires se sont affirmé-e-s au côté des salarié-e-s, comme les actrices et les acteurs de leur émancipation.

Pour éradiquer la misère, pour abolir le chômage, il est urgent d'inventer des perspectives novatrices ! Pour les 20 ans des marches d'AC ! il ne s'agit pas de souffler des bougies, mais d'allumer des flambeaux !

Liste des intervenant- es, par ordre d'intervention :
Nelly (SUD-PTT) et Christine (SNU Pôle-emploi FSU), co-fondatrices d'AC ! Hauts-de-Seine
Marc Moreau, Collectif AC ! Paris Nord-Ouest
Christophe Aguiton, militant altermondialiste, co-fondateur d'AC !
Patrice Spadoni, Canal-marches, co-fondateur d'AC !
Alain Véronèse, AC ! Paris- Sud
Catherine Lebrun, SUD Pôle emploi et Solidaires
Philippe Sabater, SNU Pôle-emploi FSU
Thierry, AC !, Loire
Odile, Collectif national pour les droits des femmes et AC ! Paris 19-20
Patrick Rozenblatt, Professeur de sociologie
Morad, co-fondateur d'AC !
Farid Zeroulou, Canal-Marches
Jean-Guy Dufour, militant altermondialiste et co-fondateur d'AC !
Albert, militant associatif sur le chômage
Serge Havet, Collectif AC ! Nord-Pas de Calais
Pierrette, PS et AC ! Aubervilliers
Gérard Gourguechon, Solidaires Finances publiques (SNUI)
Valérie Cohen, sociologue
Jean-Baptiste Eyraud, DAL
Catherine, AC ! Paris Nord
Jean-Pierre, militant libertaire, AC ! Paris
Jean-Claude Amara, Droits devant
Coordination : Aurélie Grantchamp

http://www.ac-chomage.org/spip.php?article2166
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Pïérô » 24 Oct 2015, 11:52

Forum contre la précarité des 24-25 octobre 2015

"Chômeurs, précaires, intermittents : Un revenu et des droits pour exister !"
Le mouvement des chômeurs de la fin des années 1990 fut l’occasion d’affirmer des revendications afin de répondre aux urgences sociales liées au chômage. Nous faisons aujourd’hui le constat d’une aggravation sans précédent du chômage et de la précarité en France.Il paraît donc indispensable d’effectuer un nouvel état des lieux du chômage et du service fourni par Pôle-Emploi.

FORUM : "CHOMEURS, PRÉCAIRES, INTERMITTENTS :
UN REVENU ET DES DROITS POUR EXISTER !"
Les 24-25 octobre 2015 à Paris et à Saint-Denis

A l’initiative d’AC ! (Agir ensemble contre le chômage), avec le soutien et la participation de : Mouvement national des chômeurs et des précaires (MNCP), Association pour l’emploi, l’information et la solidarité (APEIS), Coordination des intermittents et précaires (CIP), Réseau salariat, Actu-chômage, Recours radiations, Syndicats SUD-Pôle emploi et SNU-FSU Pôle emploi, Collectif national pour les droits des femmes, Fondation Copernic

Le mouvement des chômeurs de la fin des années 1990 fut l’occasion d’affirmer des revendications afin de répondre aux urgences sociales liées au chômage (baisse du temps de travail, nécessité d’un droit au revenu, transports gratuits). Depuis lors, nous avons assisté au durcissement des conditions d’accès aux indemnités de chômage, à la dégradation des conditions d’accueil des demandeurs d’emploi, à l’extension des contrôles et des menaces de radiations. Il paraît donc indispensable d’effectuer un nouvel état des lieux du chômage et du service fourni par Pôle-Emploi.

Nous faisons aujourd’hui le constat d’une aggravation sans précédent du chômage et de la précarité en France (avec 6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi), d’une discontinuité croissante de l’emploi, et en même temps d’une large diversification des situations, qui entraîne un éparpillement des forces. Plusieurs millions de personnes passent ainsi chaque année par Pôle emploi, et connaissent, de façon récurrente, des périodes de chômage, de petits boulots, de contrats précaires ou en CDI – les conditions de licenciement ayant été considérablement assouplies, même pour ce dernier. De nombreuses personnes qui tentent de créer leur propre activité ou de survivre avec une petite entreprise, se retrouvent dans la pauvreté. Les femmes sont les plus concernées à la fois par le travail informel, les contrats précaires, de courte durée et à faible volume horaire, donc à faible salaire.

Face à cette réalité d’un monde du travail éclaté, le régime d’indemnisation du chômage apparaît de plus en plus inadapté et menacé, alors que moins d’un chômeur sur 2 est indemnisé. De nombreuses luttes de travailleur-se-s précaires se sont développées (intermittents, intérimaires, salariés de la sous-traitance, postiers, contractuels et vacataires du secteur public) avec des objectifs revendicatifs qui peuvent sembler très différents, mais qui font ressurgir la nécessité de droits sociaux communs à tous, par-delà la diversité des situations.

Les associations de chômeurs et de précaires avaient élaboré et signé en 2008-09, une plate-forme revendicative commune - Plate-forme pour une garantie de revenu et la continuité des droits. Nous avons assisté depuis 20 ans à une évolution du mouvement des chômeurs et des précaires, et à un développement de réflexions et de propositions en vue d’instaurer un modèle d’indemnisation du chômage alternatif, voire un nouveau statut du salarié ou du producteur (salaire socialisé, revenu de base inconditionnel).

Nous souhaitons engager à nouveau une confrontation autour de ces différentes propositions, afin d’avancer dans la construction d’une position commune sur ces questions, et en prévision de la négociation d’une nouvelle convention UNEDIC en 2016. Alors que les richesses créées et la productivité du travail n’ont jamais été aussi élevées, il est indispensable de mener une lutte offensive, afin d’obtenir la reconnaissance de droits sociaux permettant des conditions de vie décentes pour toutes et tous.


PROGRAMME DU FORUM

Samedi 24 octobre : Salle Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, Paris 2e (Métro : Sentier)

13 H 30 Accueil des participants

14 H Introduction par AC !

14H 30 Table ronde n°1 : Pour un nouveau statut du salarié ou du producteur
Intervenants : Mathieu Grégoire (sociologue), Christine Jakse (Réseau salariat), Marc Slyper (CGT-spectacle), Catherine Lebrun, (Solidaires), Alain Véronèse (sociologue, AC !), Samuel Churin, CIP

16H Débat

17 H Pause et spectacle

18 H Table ronde n °2 : Indemnisation du chômage, minima sociaux, fonctionnement de Pôle emploi. Les enjeux et les propositions face aux prochaines échéances
Interventions de : AC !, MNCP, APEIS, CIP, SUD-Pôle emploi, SNU-FSU Pôle emploi, FSU

19 H 30 Débat

21 H Clôture


Dimanche 25 octobre : Bourse du travail de Saint-Denis, 9-11 rue Génin, Métro Porte de Paris (ligne 13)

9H 30 Ateliers thématiques
- Luttes et revendications des travailleuse-r-s précaires
- Élaboration d’un texte d’appel à mobilisation et de propositions d’action
- Revenu garanti ou bien salaire socialisé ?
- Accès aux droits : logement, santé, transports, formation
- Contre les dérives à Pôle emploi, exiger un vrai service public de l’emploi

13 H Pause déjeuner

14H 30 Assemblée pleinière

16 H 30 Clôture

Inscriptions : Dans le cas où vous souhaitez déjeuner sur place le dimanche à midi, une inscription est nécessaire. S’inscrire à l’adresse suivante : contact@ac-chomage.org

Pour plus d’informations et documents préparatoires, voir : http://www.ac-chomage.org

Agir ensemble contre le chômage (AC !) : 21 ter rue Voltaire, 75 011 Paris, contact@ac-chomage.org

https://paris-luttes.info/forum-contre- ... es-24-3862
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Béatrice » 26 Oct 2015, 17:57

mardi 27 octobre 2015 à MARSEILLE à 9h à l'appel du Comité Chômeurs CGT 13
3 Place Sadi-Carnot 13002

LA TAXE D’HABITATION : un impôt particulièrement injuste ! • Mobilisons-nous pour son exonération !

Rassemblement devant le Centre des finances publiques

Communiqué du Comité Chômeurs CGT 13 :

Tout comme la TVA, que vous vivez sous le seuil de pauvreté ou que vous soyez millionnaire vous payer la même chose !!

La taxe professionnelle (TP) a été supprimée et remplacée par la Contribution économique territoriale (CET). Cette suppression a provoqué des pertes de recettes importantes pour beaucoup de collectivités. La réforme s’est traduite dès 2011 par une économie pour les entreprises de 7,5 milliards d’euros financée en grande partie par les ménages. Les grandes gagnantes de la réforme sont les entreprises capitalistes.

Cette situation est évidement scandaleusement injuste. Des immeubles de banlieue très dégradés aujourd’hui, mais modernes dans les années 1970 ont une base d’imposition plus élevée que des immeubles bourgeois de quartiers réhabilités dans des centres-villes. Alors bien-sur, il faut lancer une grande révision des valeurs locatives. Mais il faut le faire avec prudence afin de ne pas faire d’avantage peser la fiscalité locale sur les ménages. La bulle spéculative immobilière pourrait, en effet, conduire à une explosion des valeurs locatives et donc mécaniquement des taxes d’habitation et foncières. Cette révision doit être menée par les services du cadastre ; de l’État, qui seuls ont l’expérience et les compétences requises pour mener à bien cette mission. Mais pour ce faire, il faut créer des emplois publics et non le contraire !

Et les revenus dans tout ça ?


Certains vous diront que les revenus sont pris en compte dans le calcul de la taxe d’habitation. Parlons en ! Tout d’abord, il est très rare de bénéficier d’une exonération totale. Pour cela, il faut remplir des conditions d’age ou « d’infirmité » notamment et surtout avoir des revenus proches du néant.Par exemple, du strict point de vue légal, si vous êtes étudiant et que vous travaillez quelques heures au fast-food pour 400 euros par mois, ne comptez pas sur une exonération de votre taxe d’habitation !

Ensuite, il existe un plafonnement de la taxe d’habitation en fonction des revenus, là aussi il ne concerne que des personnes ayant de très faibles revenus et comme l’État doit reverser le manque à gagner aux collectivités locales, un mécanisme a été mis en place pour limiter chaque année un peu plus les effets de ce plafonnement. On peut donc affirmer que les revenus n’interviennent quasiment pas dans ce calcul de la taxe de votre habitation. Même sous le seuil de pauvreté on n’est pas exonéré ! Dans certaines conditions (personnes âgées de plus de 60 ans, veuf ou veuve, invalides...), il est possible d’être exonéré de taxe d’habitation. Mais surtout, elle est réservée à des personnes à des personnes ayant des revenus extrêmement faibles. Par exemple un couple de retraités percevant chacun une pension mensuelle de 750 euros est jugé trop riche pour pouvoir en bénéficier !

C’est pourquoi nous devons nous mobiliser et exiger l’exonération total de la taxe d’habitation et de la redevance TV pour toute les personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté.
Nous vous donnons rendez-vous
pour un RASSEMBLEMENT
devant le centre des impôts !
Mardi 27 octobre 2015 à 9 h



Documents à télécharger et à remplir :

http://www.millebabords.org/IMG/pdf/th_ ... e_type.pdf

Lettre type : http://www.millebabords.org/IMG/pdf/cgt ... v_char.pdf

Revenus et charges

P.-S.

Contact
: Tel 04 91 08 99 06 / Email : comite.chomeur.cgt13 chez orange.fr
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede bipbip » 11 Juin 2016, 17:52

Le droit des salarié-es à l’assurance chômage attaqué par le patronat

Communiqué AC ! - APEIS - MNCP - CGT-Chômeurs - RECOURS RADIATION – US Interim CGT - US-SOLIDAIRES – SNU TEFI POLE EMPLOI FSU – SUD-EMPLOI

Réduire le montant des allocations, les durées garanties d’indemnisation, la durée maximale d’indemnisation de 2 ans à 17 mois, passer de quatre à six mois la durée minimum d’emploi pour ouvrir des droits,, restructurer le statut senior, rendre dégressive les allocations des chômeurs-euses soi-disant démotivé-es dans leur recherche d’emploi, limiter l’accès des chômeurs à la formation,... voilà ce que propose le patronat. Ces amputations de droits seraient encore plus sévères pour les salariés les plus précaires, des secteurs publics ou privés. Ils veulent ainsi faire porter sur les salariés 800 millions d’euros d’économies de l’assurance chômage, annoncées par le gouvernement à la commission européenne.
Ce jour, nous ignorons la stratégie des employeurs : proroger d’un an la convention en cours, refiler le sale boulot au gouvernement ou une fois de plus remettre en cause les droits des salarié-es.
Les propositions du patronat du privé doivent être rejetées en bloc. La priorité doit être l’indemnisation de toutes les formes de chômage et de précarité par la garantie d’un revenu individuel ayant pour référence au minimum le SMIC mensuel et la continuité des droits sociaux, à une juste répartition des richesses.
Nous appelons les chômeurs et précaires intermittents, intérimaires, vacataires... à renforcer les mobilisations contre la loi travail, particulièrement le mardi 14 juin, et tous les salarié-es à rejoindre jeudi 16 juin les initiatives pour l’indemnisation juste de toutes les formes de chômage et la précarité et la continuité des droits sociaux.
Un emploi, c’est un droit ! un revenu, c’est un dû !

Revalorisation immédiate des revenus de tous les précaires !

Garantie d’un revenu décent pour tous !

Libre choix de son emploi et de sa formation !

Paris Ile de France : rendez-vous jeudi 16 juin à 14h face au MEDEF 55, avenue Bosquet M° Ecole militaire

https://www.solidaires.org/Le-droit-des ... e-patronat
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede Blackwater » 19 Juin 2016, 17:35

La page de Précaires Solidaires Isère ! https://www.facebook.com/PrecairesSolidairesGrenoble/

A "liker" et partager pour celleux qui ont Facebook !
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 328
Enregistré le: 18 Mar 2012, 12:57
Localisation: Ardèche, Loire, Isère

Re: Les mouvements de chômeurs-euses et précaires

Messagede bipbip » 09 Fév 2017, 15:11

Montpellier vendredi 10 février 2017

Présentation-débat autour du livre "Chômage, précarité, halte aux idées reçues"

à 18h, Bar le Dôme, 2 Avenue Georges Clemenceau, Montpellier

Le mouvement national des chômeurs et précaires publie un ouvrage pour déconstruire les clichés et présenter des solutions au fléau du chômage. Une présentation-débat autour du livre est proposée avec des représentants du MNCP et d'associations partenaires.

https://herault.demosphere.eu/rv/6564
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité