Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Journées internationales de formation 2013 (camp d'été CSR)

Messagede Pti'Mat » 10 Mar 2013, 19:48

Journées internationales de formations et de débats organisées par des syndicalistes révolutionnaires de France (CSR) et du Royaume-unis les 15, 16 et 17 juillet 2013.

Notre courant conçoit l’activité révolutionnaire comme une pratique quotidienne de construction de la perspective socialiste. C’est dans cet esprit que nous organisons annuellement un camp d’été ouvert aux sympathisant-e-s.
Des militant-e-s de différents pays sont invité-e-s, donnant son caractère international à ces journées.
En effet, nos réflexions et débats doivent sortir du cadre national de chacun-e pour envisager la stratégie révolutionnaire à un niveau international.
L’objectif : débattre, collectiviser, diffuser nos expériences de luttes et nos réflexions stratégiques, se former. Par la gestion collective, l’entraide mais aussi les loisirs et la sociabilité : donner vie à nos valeurs de classe.
Ce camp SR c’est aussi un moment pour nous détendre, sortir de l’activisme et se regonfler en vue des combats de classe à mener de plus en plus révolutionnaires à mesure que les capitalistes nous font subir la crise de leurs profits ! Plus que jamais nous devons resserrer les liens fraternels pour pouvoir se serrer les coudes dans les mois et les années à venir.

LES THÈMES DES JOURNÉES DE FORMATION

► 15 juillet : Le salaire socialisé et notre projet socialiste : faire le point sur les revendications actuelles du mouvement syndical, les travaux en cours qui existent sur cette question et confronter nos perspectives communistes d’abolition du salariat face à ces expériences anticapitalistes réelles.

► 16 juillet : Réunions des participants par branches professionnelles : Infos, campagnes syndicales en cours et à venir, mise en place du syndicalisme d’industrie et coordinations des militants par delà les frontières nationales ou organisationnelles. Pour reconstruire le syndicalisme par une de ses pratiques de classe : le syndicalisme d’industrie.

► 17 juillet : Etude de la situation révolutionnaire d’un pays si une délégation de ce pays peut venir. Si ce n’est pas possible, le thème sera :
Comment créer et organiser une section syndicale : la loi de 2008 a complètement chamboulé les règles. Nous constatons très souvent les carences du mouvement syndical qui perd progressivement ses savoirs faire et nous contraint chaque jour à perdre du temps à réinventer les bases. La priorité des syndicalistes révolutionnaires aujourd’hui c’est de travailler à la syndicalisation. Faisons le point sur les méthodes et tirons un bilan des implications réelles de cette loi issue de négociations avec la CGT !

Pour plus d'informations, contacter le secrétariat des CSR.
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Pti'Mat » 05 Juin 2013, 16:00

Questions de logique

► Qu’est-ce qui a fait l’intérêt des Services Publics ?
Une nationalisation dirigée par des technocrates ou… le contrôle ouvrier imposé par des syndicats puissants ?!

► Qu’est-ce qui a fait la force de la Sécurité Sociale en France ?
Sa Tutelle « publique » ou… le salaire socialisé défendu par des confédérations syndicales de classe ?!

► Qu’est-ce qui a fait l’unité des travailleurs-euses ?
Des partis de gauche qui nous divisent pour des questions d’interprétation ou… les syndicats dont l’adhésion est l’intérêt commun de se défendre et de défendre ses collègues ?!

► Qu’est-ce qui a fait la force de la sociabilité des prolétaires entre eux ?
Des associations financées par les collectivités territoriales ou… l’investissement des militant-e-s syndicalistes dans des organisations ouvrières d’entraide ?!

► Qu’est-ce qui a fait la force du peuple travailleur ?
Des partis gérant une multitude d’institutions bourgeoises ou… des confédérations syndicales autrefois organisées à partir des syndicats d’industrie et des Unions Locales ?!

► Qui a permis les grandes victoires et obtenu les acquis sociaux des travailleurs-euses dans notre société ?
Des campagnes électorales ou… les luttes interprofessionnelles lancées par les organisations syndicales ?!

Les plus nombreux c’est nous !

Alors qu’au quotidien, nous nous efforçons d’agir, de nous défendre, de défendre les droits et les intérêts de tou-te-s les travailleurs-euses quelques soient leurs idées, leurs croyances, leurs origines, leurs orientations sexuelles… nous, syndicalistes, nous refusons de croire qu’être acteurs de la société c’est simplement mettre un bulletin de vote dans l’urne tous les 5 ans. L’énergie et la vitalité de la société c’est nous qui la créons, par notre travail, notre implication, notre activité associative d’entraide.

Cette société « démocratique » est aux mains des partis politiques, dont les deux dominants en France sont l’UMP et le PS. L’UMP représente 300.000 adhérents, le PS en représente 180.000… A côté de ça, la confédération syndicale CGT représente à elle seule 700.000 personnes, soit largement plus que les deux partis dominants réunis. L’addition des 5 confédérations syndicales de classe CGT, FO, FSU, SUD, CNT, avec leurs organismes de sociabilité, d’entraide, de culture et de loisirs représente près de 1.700.000 personnes, alors que l’addition de tous les partis politiques réunis ne dépasse pas les 1 million d’adhérents et de militants… Ce sont pourtant ces partis qui, majoritaires au gouvernement, régissent les lois, contrôlent les institutions et nous mènent droit dans le mur. Ils sont dits « représentatifs », décisionnaires en politique, influencent l’économie, nous maintiennent dans cette crise qui n’est pas la nôtre, sont responsables du chaos dans les consciences, font empirer notre situation… et pourtant ils sont minoritaires !

Notre constat est donc le suivant : le syndicalisme de lutte est ce qu’il y a de plus majoritaire et représentatif dans l’investissement associatif social en France, mais ce constat est également vérifiable et applicable dans les autres pays. Si tout ce qui existe dans la société est le produit du travail des hommes et des femmes (production et services), alors la gestion de la société devrait revenir logiquement aux syndicats, organisations naturelles des travailleurs-euses.

Réformismes, avant-gardes, politiciens... nous ont mené dans l’impasse.
L’émancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux-mêmes !

« Le syndicat, aujourd’hui groupement de résistance, sera, dans l’avenir, le groupe de production et de répartition, base de réorganisation sociale. » (Charte d’Amiens, 1906).
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Kzimir » 05 Juin 2013, 16:42

En général j'aime bien ce qu'écrivent les CSR, mais là c'est plutôt simpliste. Déjà le côté à double choix parfois biaisé : Par exemple les acquis sociaux n'ont pas toujours été obtenus dans des luttes lancées par les syndicats, cf. 68 et les accords de Grenelle. Par exemple "la force du peuple travailleur" c'est plus un slogan qu'autre chose. De plus les syndicats aujourd'hui ne sont pas vraiment un outil d'unification des travailleurs, ils devraient, mais ce n'est pas la réalité du syndicalisme aujourd'hui.
Et sur la fin du tract le truc de faire le poids d'une structure à son nombre d'adhérents c'est fortement biaisé : A la limite encore plus de personne paient un denier à l'Eglise catholique, ça n'en fait pas un organisme qui devrait contrôler les institutions. La force des partis et des organisations politiques ne dépend pas de leur nombre d'adhérents.
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 17:15

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Pti'Mat » 06 Juin 2013, 13:28

C'est simpliste parce que c'est un tract A5.
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Pti'Mat » 09 Juin 2013, 12:22

Comment vaincre le fascisme ?

Le jeudi 6 juin, un militant syndicaliste, investi dans la lutte antifasciste, est mort suite à l'agression ultra violente d'un groupe de fascistes, les JNR.
Avant même le décès de notre camarade, certains politiciens et médias s'exprimaient en faveur de la dissolution de toutes les "organisations extrémistes".
Cet amalgame est d'autant plus inadmissible que ce discours avait pour cible l'Action Antifasciste, organisation dans laquelle militait Clément MERIC. Cette manoeuvre consistait donc à faire d'une victime de la violence fasciste, un responsable de cette même violence.

Antifascisme de terrain ou de salon ?

Comment expliquer un tel délire? Faut-il y voir la mauvaise conscience de beaux-parleurs, déstabilisés par leur propre passivité face au développement de l'extrême droite en France et ailleurs?
Ce délire verbal peut-il se comprendre par l'absence de culture politique de ceux qui la propagent ?
Car comment ignorer que le fascisme a été vaincu par la violence physique. Cela a été vrai en France en 1925, en 1944 mais aussi en 1961-62 face au développement de l'OAS.
On propose aux antifascistes de baisser les mains pour laisser agir l'Etat républicain.
C'est oublier que c'est ce même Etat républicain qui s'est agenouillé face à la Révolution Nationale de Pétain en 1940.
Ce ne sont ni les partis républicains ni les médias institutionnels qui ont impulsé la lutte antifasciste dans la Résistance. L'impulsion est venue de groupes d'individus qualifiés alors « d'extrémistes ».

C'est aussi oublier que les organisations fascistes revendiquent depuis toujours la violence physique comme un axe central de leur intervention politique.
Alors comment ne pas comprendre que la lutte antifasciste s'inscrit forcement, tôt ou tard, sur le terrain de la confrontation physique ?
Ceux qui ne veulent pas comprendre cet élément objectif démontrent leur absence de réflexion et d'implication dans l'antifascisme concret, loin des débats de salon.
Depuis des mois, les agressions se multiplient que cela soit contre des homosexuels, des travailleurs immigrés, des militants mais aussi contre des locaux syndicaux.
Quelle a été la réaction de l'Etat républicain qui est supposé faire respecter les libertés démocratiques ?
L'appartenance politique de ces agresseurs est connue; ce sont des organisations qui se revendiquent ouvertement des régimes fascistes et pétainistes; ces régimes qui ont envoyé des enfants dans les camps de la mort.

Alors que faut-il de plus pour les interdire?
La passivité de l'Etat républicain nous démontre à nouveau que les organisations ouvrières doivent agir directement et sur le terrain. Notre courant syndical, présent depuis toujours dans les luttes contre l'extrême droite (affaire Dreyfus, 1924-1925, 1934-1936, 1940-1945), continuera à agir malgré les menaces de dissolution proférées par certains courants politiques.
Nous appelons les travailleurs à rejoindre les organisations syndicales afin de combattre le développement de l'extrême droite dans les entreprises et dans les quartiers. Les avancées de nos ennemis s’expliquent par nos reculs. Alors réinvestissons en masse la lutte sociale.

Le combat syndical et antifasciste de Clément continuera et triomphera !
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Pti'Mat » 04 Aoû 2013, 18:07

Syndicaliste ! N°43 - Juillet 2013

Au sommaire:


ÉDITORIAL

REVENDICATIF
• Sécu et complémentaire santé
• Luttes sur l'emploi
• L'association Réseau Salariat

VIE SYNDICALE
• 50e congrès de la CGT
• Congrès de l’UD-CGT des Vosges
• Réponse de SUD SOLIDAIRES
• CCN de la CGT de mai 2013

INTERNATIONAL
• Tunisie
• Uruguay


http://syndicaliste.phpnet.org/spip.php?article523

Reprendre confiance dans nos outils révolutionnaires.


L’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, signé par les patrons et les confédérations CFDT, CFTC et CGC, puis transformé en loi, constitue une défaite du prolétariat et des confédérations non signataires.

Ses effets vont vite se faire sentir dans le secteur privé ; son objectif visant, par des moyens directs ou indirects, à une nouvelle baisse de la part des salaires dans les richesses créées par le prolétariat. À moyen terme il s’agit de briser ce qui reste des droits collectifs et du principe de faveur.

Cette défaite historique, et qui plus est sans que nos organisations n’aient réellement lutté, est de très mauvais augure pour la prochaine contre-réforme sur les retraites. Comment on est-on arrivé là ?

Rien ne sert de se lamenter sur un président de la République qui aurait trahi « les espoirs du peuple de gauche » du 6 mai 2012. François Hollande et sa majorité font leur boulot, et le font plutôt bien : la défense des intérêts fondamentaux de la bourgeoisie.

Les faits, qui dans une situation économique de crise historique pour le capital pouvaient laisser penser qu’il n’existait aucune autre alternative que l’affrontement radical avec les capitalistes, ont rapidement été oubliés.

La direction de la CGT, par son appel à voter « Contre Sarkozy » est directement responsable de cette "déception" ou de cette "rage" contre des "espoirs trahis" aussi minces furent-ils.

Comment s’étonner alors d’une démobilisation de la classe ouvrière face à l’ANI ? Les lettres ouvertes du nouveau secrétaire général n’en sont alors que plus dérisoires. Nous ne sommes pas surpris de ce manque évident de confiance de la bureaucratie confédérale de la CGT dans l’outil de classe du prolétariat qu’est le syndicalisme confédéré pour s’attaquer véritablement au capitalisme. Mais la fraction plus militante de la classe ouvrière organisée s’oriente vers la même déception et la même démoralisation si elle persiste à reporter ses espoirs en dehors du syndicalisme de classe.

La marche citoyenne du 5 mai 2013 reproduit le même schéma que celui de la direction de la CGT : le changement de politique économique et sociale, le changement de société ne pourraient provenir que d’un changement de dirigeants politiques.

Et ce n’est pas l’appel à une 6ème République, après la convocation d’une Assemblée Constituante qui y changera grand chose. L’avènement de la 4ème République en 1945 s’est fait dans un rapport de forces bien plus favorable pour notre classe. Mais sans s’attaquer à la propriété capitaliste, sans gestion syndicale des moyens de production, sans affrontement contre l’Etat bourgeois avec l’objectif de le détruire, c’est bien le retour d’un patronat de combat auquel on assista, même après ses cinq années de franche collaboration avec le nazisme.

Comment en sommes nous arrivés là, disions nous ? L’ANI transposé en loi, sans réaction, est le symptôme de la décomposition du syndicalisme de classe. Les équipes syndicales qui défendent un syndicalisme anticapitaliste, de masse, démocratique, doivent regarder en face lucidement leurs propres responsabilités. Les CSR mènent ce travail dans lequel ils s’incluent pleinement. Nous répétons inlassablement notre constat. La préparation de l’offensive du prolétariat pour balayer le capitalisme, pour porter une issue socialiste à cette société décomposée et déprimante, se prépare à partir d’une analyse des fondements de nos faiblesses.

Reconstruire nos outils que sont les unions locales et les syndicats d’industrie pour combattre le corporatisme. Nous unir par des actes concrets à partir des organisations dans lesquelles nous militons pour préparer la réunification du syndicalisme du combat anticapitaliste.

Sortir des perspectives strictement nationales en portant nos efforts dans la construction d’une stratégie internationale. Cela ne sera possible que si dans chaque confédération des tendances syndicales de classe construites sur ces simples bases apparaissent rapidement, et cela au-delà des frontières.

Alors les débats sur les programmes et les revendications pourront sortir de leurs bulles actuelles et atteindre des fractions de plus en plus larges du prolétariat.

Car la confiance dans nos outils révolutionnaires que sont nos organisations syndicales aura été reconstruite d’en bas.
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Pti'Mat » 30 Avr 2014, 11:44

Les CSR seront présents aux 3 évènements suivants: Salon du livre libertaire à Paris, Foire à l'Autogestion à Toulouse et Foire à l'Autogestion à Paris/Montreuil. Viens nous rencontrer !


Salon du livre libertaire
http://syndicaliste.phpnet.org/spip.php?article532



Foire à l'Autogestion de Toulouse
pdf et programme sur notre site: http://syndicaliste.phpnet.org/spip.php?article535



Foire à l'Autogestion Paris/Montreuil
http://syndicaliste.phpnet.org/spip.php?article536
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Pti'Mat » 20 Juil 2014, 10:02

Syndicaliste N°45

Les élections n’amèneront pas le changement... mais peut-être le fascisme. Le changement, c’est en se syndiquant !

Alors qu’au quotidien, nous nous efforçons d’agir, de nous défendre, de défendre les droits et les intérêts des collègues, de tou-te-s les travailleurs-euses quelles que soient leurs idées, leurs croyances, leurs origines, leurs orientations sexuelles… nous, syndicalistes, nous refusons de croire qu’être acteurs de la société c’est simplement mettre un bulletin de vote dans l’urne lorsque des élections se présentent. L’énergie et la vitalité de la société c’est nous qui les créons, par notre travail, notre implication, notre activité associative et militante. Il existe plusieurs formes de démocraties (monarchie parlementaire, démocratie parlementaire, démocratie participative, bicamérisme,...) et aucune n’a jusqu’à présent rempli son rôle de « pouvoir pour le peuple, par le peuple », à part l’idée lointaine d’une démocratie directe. Toutes les formes de démocratie à notre époque moderne ont contribué à asseoir le pouvoir absolu de la bourgeoisie sur la société. Pourtant, la bourgeoisie n’a pas d’idée sociale, on le constate tous les jours. Le caractère social des actes n’apparaît plus depuis bien trop longtemps, il n’y a plus de cité humaine et, aucun principe, aucune valeur, aucun idéal ne vient plus tirer les individus hors du cercle étroit et de la vision égoïste qu’est le vote. Le système bourgeois ne crée pas, ne transforme pas... il ne fait que conserver. Il est donc l’exact contraire de notre culture du travail et de notre esprit de producteur. Le pouvoir politique en démocratie est conquis au terme de joutes verbales et d’idées. Celui qui est issu des grandes écoles, qui manie l’art de la promesse bien ficelée, qui a une « bonne tête », du charisme et de l’influence, est celui qui est le plus apte à l’emporter sur ses rivaux. Ainsi, la démocratie actuelle est le système des démagogues et des charlatans, mais surtout des réseaux d’influence. Les résultats des élections municipales de 2014 démontrent à nouveau ce qui nous apparaît comme une évidence depuis plus d’un siècle, à savoir que le système démocratique parlementaire actuel, avec son seul choix de « l’alternance », est un système médiocre, faible et stérile. La représentation démocratique est basée sur des idéologies et des philosophies véhiculées par des organisations politiques. Nos vies sont donc dictées par l’idéalisme, immergées dans les idées et leurs interprétations. Ce qu’endurent les travailleurs-euses et chômeurs-euses, prolétaires au quotidien est pourtant bien réel, avec l’accumulation des difficultés, des angoisses, des questionnements. Et cette dure réalité s’exprime une nouvelle fois, à juste titre, par une abstention massive (près de la moitié de la population votante) qui signe la faillite de ce système dit démocratique et représentatif du peuple.

Les élections municipales de 2014 marquent l’implantation bien réelle de l’extrême-droite dans le paysage politique. Il y a pourtant eu déjà des exemples dans l’histoire : le fascisme mussolinien arrive au pouvoir en Italie démocratiquement par les législatives de 1924 (grâce à une alliance allant jusqu’au centre droit) ; le nazisme allemand est porté au pouvoir par les élections démocratiques et l’accession d’Hitler à la Chancellerie en 1930. Malgré cela, il semblerait que l’extrême droite européenne, aujourd’hui, se refasse une santé... grâce encore aux élections et à leur médiatisation. Cette implantation de l’extrême-droite montre également que le mouvement antifasciste (avec ses stratégies actuelles), radical comme modéré, qu’il soit lié aux organisations et mouvements politiques de gauche et d’extrême-gauche, ou à de petites organisations autonomes d’inspiration libertaire et révolutionnaire, est à la traine, n’a aucune réponse adéquate face au phénomène, et n’a dorénavant aucune chance de faire le poids. Tout comme la gauche est en perte de vitesse et l’extrême-gauche en chute libre.

Il est donc temps de faire table rase en matière d’organisation et de revenir aux fondamentaux. Il y a près d’un siècle, la conception de s’organiser en parti politique se substitua à celle de s’organiser syndicalement. Les idées se substituèrent aux pratiques ; les interprétations se substituèrent à la réalité ; les divisions se subtituèrent à l’unité. Et pourtant le mouvement syndical, unifiant avec peine les divers courants d’idées des travailleurs-euses, a gagné quelques victoires : 1920, journée des 8h ; 1936, congés payés et conventions collectives ; 1945, sécurité sociale. Dorénavant, le changement c’est en se syndiquant ! Réinvestissons massivement nos syndicats et passons à l’offensive !

http://syndicaliste.phpnet.org/spip.php?article542
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

http://www.syndicaliste.fr/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 260
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 16:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede berneri » 19 Déc 2014, 14:42

Le CSR reste silencieux face à la crise à la CGT?

pourquoi?
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede SchwàrzLucks » 20 Déc 2014, 01:24

Parce qu'on fait primer le débat interne sur la précipitation.
SchwàrzLucks
 
Messages: 406
Enregistré le: 18 Oct 2010, 22:39

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede berneri » 20 Déc 2014, 12:29

Vous ête plus prompts à intervenir et prendre position dans d'autres situations! Là ça vous rend inaudible!
Votre prise de position interviendra après la bataille? ou alors c'est une stratégie "on ne se mouille pas comme ça"?
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede mimosa rouge » 26 Déc 2014, 05:33

En vrai on est tellement en avance qu on avait déjà tout dit en 2013... :lol: http://syndicaliste.phpnet.org/spip.php?article512
mimosa rouge
 
Messages: 472
Enregistré le: 10 Sep 2011, 19:13

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Durruti » 26 Déc 2014, 19:53

Comment est-on tombé aussi bas ? Tout simplement parce que nous avons abandonné cette culture du travail


C'est clair que ça c'est révolutionnaire. Que ça explique tout. La culture du travail n'étant absolument pas au centre des régimes les plus autoritaires...

Tombé-es aussi bas, y'a 1 siècle. La collaboration de classe, qui continue.
Durruti
 
Messages: 55
Enregistré le: 10 Juil 2010, 20:26

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede SchwàrzLucks » 26 Déc 2014, 23:59

Culture du travail, ça veut dire que c'est aux travailleurs de décider, en opposition aux capitalistes. "L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux-mêmes". Si ça c'est totalitaire...
Pour rappel, on parle de "Confédération Générale du Travail", de "Confédération Nationale du Travail" ou encore de "Bourses du Travail". Du coup je vois mal le rapport avec la collaboration de classes...
SchwàrzLucks
 
Messages: 406
Enregistré le: 18 Oct 2010, 22:39

Re: Le CSR, Courant Syndicaliste Révolutionnaire

Messagede Durruti » 27 Déc 2014, 00:43

La culture du travail pour moi n'est pas pour moi l'émancipation des travailleurs-euses... on parle de culture du travail, pas de classe. Et dire ça en 1898 peut-être, mais là on est en 2014.

CGT, CNT... Oui sauf que c'était dans un contexte ouvriériste, il faut prendre du recul je pense.

Pour la collaboration de classe, je voulais dire que c'est ça qui a tué la CGT (et ça ne fait que s'empirer depuis), c'est certainement pas l'abandon de l'ouvriérisme (qui peut d'ailleurs très bien se marier avec la collaboration de classe)
Durruti
 
Messages: 55
Enregistré le: 10 Juil 2010, 20:26

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : bipbip et 1 invité