SOLIDAIRES / SUDs

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Pïérô » 29 Juil 2010, 20:35

ARTHUR a écrit:La professionalisation du syndicalisme, la non rotation des mandats, la permanence des permanents sont sûrement des questions que vous vous posez aussi, non ?

et oui !
çà fait court mais...
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 29 Juil 2010, 20:40

là où j'aurais été tout seul en étant à la CNT


L'idée selon laquelle on serait obligatoirement seul si l'on voulait créer une section syndicale CNT, me surprendra toujours.
Comme dans toutes les sections syndicales qui se créent, à la CNT comme ailleurs, on rassemble les camarades près à lutter.

C'est au titre de l'efficacité dans ce domaine

A ce titre, tout militant qui adhère autre part qu'au syndicat majoritaire, portant l'identité historique de la classe ouvrière, va à l'encontre de l'efficacité.
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Pïérô » 29 Juil 2010, 21:01

bon, je trouve que çà va mieux pour discuter là comme çà.
Je ne généralise pas comme tu le fais, c'est çà qui me pose problème et qui pose problème si l'on veut échanger et pas jouer au ping-pong. Je n'oppose pas les syndicats, relis. Et je parle de complémentarité, ou je la souhaite du moins, et pas de concurence.
juste,
ARTHUR a écrit:portant l'identité historique de la classe ouvrière

tu pourrais développer ?
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 29 Juil 2010, 22:26

Tu conviendra, en toute amitié j'espère, que nos conceptions différentes du syndicalisme, ne peuvent nous mettre d'accord.
Je ne crois pas à la complémentarité des organisations politiques ni à celle des organisations syndicales, encore moins à celle des unes avec les autres.
Ce qui ne s'oppose pas, dans certaines conditions, à l'unité syndicale à la base que nous cherchons à construire. On sait tous que des situations particulières font que l'on puisse être dans une organisation syndicale ou une autre. Je n'ai d'ostracisme avec quiconque et c'est d'abord le travail syndical de base, dans la totalité de son champs d'action, et pas seulement dans le plus ou moins de radicalité des revendications salariales, qui doit être regardé.
Une fois qu'on a dit cela il reste cependant qu'on adhère aussi à une organisation fédérale et nationale et qu'a ce titre il faut bien, à un moment, pouvoir gérer un certains nombre de contradictions avant qu'elles ne deviennent des compromissions.
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Pïérô » 30 Juil 2010, 09:01

oui, c'est aussi le pendant de tout forme d'organisation collective qui se place sur un terrain revendicatif. Et d'ailleurs je pense que le syndicat quel qu'il soit ne pourra dépasser ce type de limites qui fait que pour moi ce n'est pas forcément un organisme révolutionnaire en soi. J'ai des griefs, et ne suis pas le seul chez les militant-es libertaires, par rapport à l'union syndicale Solidaires au niveau fédéral, et notamment par rapport aux choix faits en ce moment. Dans mon coin Solidaires est encore sortie à la première réunion de l'intersyndicale départementale pour le 7 septembre, sur les questions de grève et surtout de retrait du projet de réforme des retraites qui n'est pas ce que réclament les autres, et je me retrouve là dedans. Je pense que dans la CNT il y en a aussi qui ne s'y retrouve pas complètement, il y a une diversité, des désaccords, dans une moindre mesure mais qui persistent. Un syndicat ce n'est pas une organisation politique composée de clones, mais un espace confronté à tous les problèmes que justement les libertaires ont raison de soulever, et c'est bien aussi là que l'on apporte du contenu et du sens. Si le syndicat ne doit être qu'un espace rouge et noir, j'ai déjà trouvé, ce n'est pas un espace syndical, je ne suis pas satisfait de tout mais cet espace me satisfait, l'espace syndical pour moi doit pouvoir combiner, au dela du mouvement anar et communiste-libertaire, nombre et contenus politiques. Et je pense que ce type d'expérience peut être mené dans différents espaces syndicaux dans lesquels je range aussi la CNT...
Tu n'as pas répondu à ma question. :wink:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 30 Juil 2010, 09:28

ARTHUR a écrit:portant l'identité historique de la classe ouvrière

tu pourrais développer ?


J'évoquais de façon ironique les camarades qui pensent qu'il faut être à la CGT et pas ailleurs.
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Rocky_Balboa » 30 Juil 2010, 14:50

ARTHUR a écrit:C'est peut être une des raisons qui leur a fait quitter la CNT-f ou à défaut de formation ils ont pu s'aiguiser les dents pour aller chercher ensuite dans un syndicalisme plus "joufflu" mais plus sage, de quoi exercer leurs talents voir même les faire rémunérer ...
Je ne suis pas sur que l'opportunisme soit une valeur anarchiste, et tout état de cause le fonctionnariat syndical n'est pas une pratique autogestionnaire.


Houla camarade tu n'y es point du tout :)

Les camarades ex-cénétistes dont je parle et qui aujourd'hui sont des animateurs à SUD-PTT, SUD-Culture ou dans les unions locales Solidaires de Saint-Denis et de Montreuil sont des gens qui, pour ce que je les connais, ou pour ce que j'en entends d'autres syndicalistes, sont des gens qui se posent des questions sur leur militantisme, et plutôt clean et respectés pour le travail qu'ils font. Ce ne sont pas exactement des "bureaucrates" pour reprendre un terme un brin galvaudé, ce sont des militants, ça fait une belle différence...
Rocky_Balboa
 

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 30 Juil 2010, 17:15

Sans vouloir vraiment polémiquer, car la "mobilité syndicale" demeure un exercice auquel certains s'adonnent avec bonheur, tu sais sans doute que la CNT-f est une toute petite organisation, même en région parisienne, et que donc les départs de certains camarades et leurs destinations sont connues.
Certains des camarades que tu évoques ont me semble-t-il déjà des postes de permanents ou des décharges conséquentes. De là à considérer que le fonctionnariat syndical mène à la bureaucratie, chacun de nous a évidemment sa propre échelle de valeur.
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Freakers » 01 Aoû 2010, 20:46

Les camarades en question sont passé à la CNT car ils ne se retrouvaient plus dans Solidaires d'une part et qu'ils avaient, il faut bien l'avouer, une proximité idéologique avec notre organisation d'autre part.

Cependant, Barcelone ne s'est pas faîte en un jour et nous espérons bel et bien parvenir à y faire quelque chose (dans la SNCF hein... :lol: ).

Par ailleurs je confirme le post d'Arthur ci-dessus concernant le passage de certains à Sud et la vision que nous ASSR organisés au sein d'une Confédération ASSR pouvons en avoir...
Freakers
 
Messages: 135
Enregistré le: 17 Mai 2010, 21:12

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Pïérô » 02 Aoû 2010, 00:45

Freakers a écrit:ils avaient, il faut bien l'avouer, une proximité idéologique avec notre organisation d'autre part.

Alors je vais faire chier un peu, mais je ne sais pas ce qu'est une "proximité idéologique" avec un syndicat quel qu'il soit. Par contre je n'ai pas l'impression qu'il n'y ait pas de proximité politique entres anarchistes révolutionnaires, communistes-libertaires, et même au delà. Je ne parlerais donc pas là d'idéologie, d'autant que ce terme est à mon avis très mal employé, mais de stratègie, voire même de choix tactique selon les contextes. Et pour moi il y a des choix qui ne s'opposent pas. Je pourrais fanfaronner en parlant de l'exemple Tourangeaux où il n'y a plus de CNT parce la dernière génération CNT-f des années fin 90-début 2000, même la première génération CNT-AIT post-scission, aujourd'hui contribuent à développer des SUDs voire à porter une partie de l'interpro Solidaires 37, mais on s'en fout, l'important ce n'est pas de construire des espaces "idéologiques" qui existent déjà en terme d'organisations politiques, Alternative Libertaire 37 et le réseau libertaire constitué étant ce qu'on pourrait appeller dans ce domaine un espace politique rouge et noir recompositionnel, mais bien de construire à la fois du nombre et de l'articulation avec un projet de transformation sociale, un projet révolutionnaire. Qu'il y aient des camarades qui y arrivent par le biais aussi de la CNT tant mieux. La question pour moi étant d'avantage comment on peut peser dans les luttes et sur les évènements, dans le domaine syndical ou de l'organisation collective qui peut passer aussi par un domaine extra syndical et de comités ou espaces de luttes réunissant syndiqué-es et non syndiqué-es, et dans le domaine politique spécifique avec le renforcement de l'organisation politique noire et rouge.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 02 Aoû 2010, 08:27

Je pourrais fanfaronner en parlant de l'exemple Tourangeaux où il n'y a plus de CNT parce la dernière génération CNT-f des années fin 90-début 2000, même la première génération CNT-AIT post-scission, aujourd'hui contribuent à développer des SUDs voire à porter une partie de l'interpro Solidaires 37, mais on s'en fout

Au contraire, hors fanfaronnades bien entendu, savoir pourquoi la CNT de Tours, par deux fois s'est auto-dissoute est une analyse qui doit être faite. J'ai plusieurs pistes que je te soumets.
- La composition de la CNT ? mi-étudiante, mi salariés fonctionnaires ou a statut ? principalement constituée d'anarchio-syndicalistes évoluant dans un milieu politique restreint commun à beaucoup de villes en régions ? Importance idéologique d' AL à Tours ? Militants syndicalistes passés à la CNT après avoir participé a des minorités syndicales CFDT ou CGT ?
Toutes ces questions portent toutes ou en partie de l'explication de la disparition de la CNT à Tours.
Tout autant qu'à mon sens le positionnement stratégique de la fédération PTT de la CNT qui a conduit à sa presque disparition.
Je souhaite bien évidemment que les camarades cheminots qui nous rejoignent permettent avec nos camarades des routes et de la logistique la reconstruction d'une fédé transport, englobant porquoi pas aussi les différents types de messageries. Car c'est par le Privé que la CNT se reconstruira, loin d'un syndicalisme d'intégration, qui s'il fait encore le gros des cortèges syndicaux, porte en lui la fin du syndicalisme de lutte de classe.

Fraternelles Salutations Syndicalistes
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede Nico37 » 02 Aoû 2010, 22:50

Factuellement la CNT dite Vignoles était effectivement composé d'étudiants et de salariés à statut et n'a jamais débordé le milieu militant tout en étant assez peu idéologique pourtant. Par ailleurs très peu de matériel local était réalisé et un micro noyau portait les activités militantes.
La CNT-AIT était composée de jeunes, moitié étudiant (presque tous boursier) moitié salariés précaires. La scission du printemps 2002 arrive au moment où les salariés précaires ont pour beaucoup déménagé (précarité aidant, besoin d'air etc.) voire ont quitté l'UL de Tours. Les activités de propagande syndicale (notamment les PTT) sont abandonnées, il ne reste plus que l'animation du collectif précaire.

Pour le reste des interventions, il faudra un jour séparer ce qui relève du factuel et de l'opinion.

Sinon c'est très drôle cette hypothèse des anciens de la CFDT ou de la CGT qui quittent la CNT Vignoles pour reconquérir des prébendes ailleurs, ça me rappelle même des exemples précis mais Arthur, se camouflant derrière une vision 100% politique, refuse l'évocation de faits précis. Ce qui pourrait laisser à penser qu'il ne considère pas ces individus comme des ennemis objectifs de la classe ouvrière :!:
Nico37
 
Messages: 8481
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 03 Aoû 2010, 00:49

Sinon c'est très drôle cette hypothèse des anciens de la CFDT ou de la CGT qui quittent la CNT Vignoles pour reconquérir des prébendes ailleurs

Je voulais dire que des syndicalistes libertaires, ayant milité à la CGT ou à la CFDT, ont cru pouvoir un temps se retrouver dans une organisation qui idéologiquement semblait faite pour eux. Habitués cependant au fonctionnement syndical co-gestionnaire ils ont eut des difficultés à faire vivre les positions syndicales radicales qu'ils énoncaient, basées sur le seul bénévolat militant. On sait très bien que la durée de vie militante est brève et que rares sont ceux qui dépassent les 10 ans de présence effective, avant pour beaucoup de disparaître totalement du panorama militant.Plongés professionnellement dans un univers syndical diffus, ils ont rejoints, pour les plus actifs, petit à petit l'univers (même sous un autre sigle) qu'ils avaient précédemment connu.

Les opportunistes, d'occasion, de choix ou de raison sont plus d'anciens camarades, venus jeunes (étudiants, travailleurs précaires) au syndicalisme, séduits par la radicalité "visible" et générationnelle de la CNT renaissante. Militants de tous les instants, ils ont donné beaucoup de leur temps (ils en disposaient de beaucoup aussi). Enflammé par des théories que souvent ils venaient de découvrir, ils étaient sans pitié pour celui qui pouvait énnoncé un discours d'unité syndicale ou de classe. Ils ont écrits des mémoires universitaires, des tracts incendiaires, provoqué la CGT du Livre, pour finir... qui a Sud ou à la CGT petits bonzes en devenir de territoires que personne ne leur conteste.

Arthur, se camouflant derrière une vision 100% politique, refuse l'évocation de faits précis.

Il ne faut pas confondre, évocation et désignation, analyse des situations et injonctions à expliquer, se justifier voir même répondre par l'auto-critique.

Ce qui pourrait laisser à penser qu'il ne considère pas ces individus comme des ennemis objectifs de la classe ouvrière

Tu as certainement raison. Je n'ai pas pour ambition de coller 80% de la planête contre un mur. Notre ennemi s'appelle Bourgeoisie. Nos anciens camarades, et même les opportunistes, peuvent revenir à la CNT-f qui demeure une organisation de classe ou tous les prolétaires devraient pouvoir trouver leur place pour lutter contre le Capital.
Quand la CNT-f perd des militants formés c'est que son pouvoir d'atraction et son identité s'est émoussé, considérer comme des "traitres" ceux qui la quittent c'est faire peu cas de sa propre intelligence mais s'éviter, il est vrai, quelques introspections douloureuses.
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede berneri » 04 Aoû 2010, 18:57

"Factuellement la CNT dite Vignoles était effectivement composé d'étudiants et de salariés à statut et n'a jamais débordé le milieu militant tout en étant assez peu idéologique pourtant. Par ailleurs très peu de matériel local était réalisé et un micro noyau portait les activités militantes.
La CNT-AIT était composée de jeunes, moitié étudiant (presque tous boursier) moitié salariés précaires. La scission du printemps 2002 arrive au moment où les salariés précaires ont pour beaucoup déménagé (précarité aidant, besoin d'air etc.) voire ont quitté l'UL de Tours. Les activités de propagande syndicale (notamment les PTT) sont abandonnées, il ne reste plus que l'animation du collectif précaire.

Pour le reste des interventions, il faudra un jour séparer ce qui relève du factuel et de l'opinion.

Sinon c'est très drôle cette hypothèse des anciens de la CFDT ou de la CGT qui quittent la CNT Vignoles pour reconquérir des prébendes ailleurs, ça me rappelle même des exemples précis mais Arthur, se camouflant derrière une vision 100% politique, refuse l'évocation de faits précis. Ce qui pourrait laisser à penser qu'il ne considère pas ces individus comme des ennemis objectifs de la classe ouvrière :!:"


On appréciera la version subjective de Nico37 quant à l'histoire de la CNT-F à Tours.
Effectivement l'espace de developpement était mince puisque le terrain du syndicalisme de classe et de combat était déjà occupé par les SUDs qui ne se querellaient pas alors en procès en sorcellerie, en héresie etc.... Je peux te proposer de consulter les archives à poitiers pour te demontrer que la production locale n'était pas nulle, ni le bilan d'activité d'ailleurs, par ailleurs de nouvelles personnes se sont engagées dans les luttes dont certaines ont rejoins les SUDs et plus largement les luttes sociales. Il est vrai que le matériel distribué n'était pas distrbué exclusivement à l'intention du " milieu militant " comme tu l'appelles donc tu as pu échapper à des tracts etc... Il n'en reste pas moins que la cnt-f n'existe plus sur tours mais qu'il existe d'autres espaces pour un syndicalisme revolutionnaire, de classe et de masse, car c'est avec les autres travailleurs que l'on peut faire la révolution, avec les autres malgré ce qui les eloigne parfois aujourd'hui de nos conceptions pour demain mais avec aussi à partir de ce qui nous rapproche dans nos conditions matérielles d'existence et nos aspirations à les changer.

Le problème du temps à accorder au syndicat vis à vis de sa vie personnelle, des moyens syndicaux, de la nature du militantisme exigé (monacal, hyperactif ou accessible et ouvert à tous) , du stade critique du nombre de militant, de la confusion de la cnt avec une orga anar, sont aussi d'autres éléments qui peuvent peser sur la disparition d'un collectif syndical CNT.
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: Evolution du syndicalisme - Avoir un oeil sur SUD

Messagede ARTHUR » 04 Aoû 2010, 19:12

Il n'en reste pas moins que la cnt-f n'existe plus sur tours mais qu'il existe d'autres espaces pour un syndicalisme revolutionnaire


Beaucoup se revendiquent du syndicalisme révolutionnaire sans jamais bien le définir. (la CNT-f n'est, pour moi, pas exclue de ce "beaucoup").
Je ne crois pas cependant que la CGT ou SUD soient des syndicats qui s'inscrivent dans ce courant.
Peux tu alors nous dire comment tu définis un "espace SR" et par quelles déclarations ou quelles pratiques on peu lui reconnaître ce qualificatif ?

de classe

Le syndicalisme réformiste est de classe, quand il défend des intérêt de classe, cela ne le rend pas pour autant révolutionnaire.

de masse,

Tu parles là du syndicalisme français et ses moins de 10% de syndiqués ?

Le problème du tempsà accorder au syndicat vis à vis de sa vie personnelle, des moyens syndicaux, du militantisme et de ses implications personnelles, du stade critique du nombre de militant, de la confusion de la cnt avec une orga anar, sont aussi d'autres éléments qui peuvent peser sur la disparition d'un collectif syndical CNT.

C'est aussi ce qui fait renoncer à la révolution.
ARTHUR
 
Messages: 351
Enregistré le: 12 Juin 2010, 21:07

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité