SOLIDAIRES / SUDs

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 20:12

Public-Privé - Contre la régression sociale : Tou-te-s en grève et en manifestation

Le 10 octobre prochain , les 9 organisations syndicales de la fonction publique ont décidé d’une journée de grève et de manifestation pour dénoncer les attaques du gouvernement Macron faites aux agent-es de la fonction publique. Attaques sur leur pouvoir d’achat, attaques contre les emplois, attaques contre les missions de services publics.

Solidaires, résolument engagé dans le combat contre les mesures de régression sociale, qu’elles soient à l’intention du secteur privé au travers de la loi travail XXL ou à l’intention du secteur public au travers des mesures inscrites dans le Projet de Loi Finance (PLF) 2018, appelle à faire de la journée de grève du 10 octobre un nouveau temps fort de luttes. C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des organisations de notre union à se mobiliser comme nous l’avons fait les 12 et 21 septembre dernier.

Contre les politiques de régressions sociales, dans le privé comme le public, construisons la convergence

https://solidaires.org/Public-Prive-Con ... ifestation
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 10 Oct 2017, 09:12

Le 10 octobre, salarié-es du public et du privé en grève et en manifestation TOUTES ET TOUS ENSEMBLE

Image

Image

https://www.solidaires.org/Le-10-octobr ... ifestation
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 20:30

Construire, unifier, amplifier !

Communiqué

La journée unitaire du ‎mardi 10 octobre a été une grande réussite avec plus de 400 000 manifestant-es sur l’ensemble du territoire et d’importants taux de grévistes dans les trois versants de la fonction publique. Dans de nombreuses villes répondant aux appels à la convergence public/privé, comme celui de Solidaires, des équipes du privé se sont jointes aux cortèges. Cette journée était bel et bien l’expression d’un fort mécontentement contre la politique de régression sociale du gouvernement qui se poursuit et s’amplifie après les journées de septembre et s’exprime aussi dans les sondages. C’est un socle pour poursuivre la construction de ce mouvement.

Cette journée était précédée la veille au soir par une large réunion unitaire de l’ensemble des organisations syndicales au siège de la CGT. L’Union syndicale Solidaires se réjouit que cette intersyndicale qu’elle avait sollicitée à de nombreuses reprises depuis le 5 mai se soit enfin déroulée. Elle n’a malheureusement pas permis pour le moment d’avoir, comme pour la fonction publique ou les retraité-es, d’appel unitaire à l’action.

Une nouvelle rencontre est programmée le 24 octobre pour faire le point sur l’ensemble des réformes du gouvernement : loi travail, baisse des APL, hausse de la CSG, réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de la retraite. Outre la CGT, la FSU et Solidaires, plusieurs organisations comme FO et la CFE-CGC se sont exprimées publiquement ou sont mandatées sur la nécessité d’organiser des actions unitaires contre les ordonnances travail avant leur ratification par le parlement qui devrait avoir lieu fin novembre.

Pour Solidaires, comme nous le portons depuis plusieurs semaines, la stratégie qui permettra de gagner, c’est de construire un mouvement massif et prolongé de grèves et de manifestations. Personne ne gagnera seul.

Les journées de septembre et du 10 octobre démontrent la disponibilité pour s’engager dans l’action de pans entiers de la population, il est désormais de la responsabilité des organisations syndicales qui veulent mener la bataille contre les ordonnances d’établir une feuille de route et de construire la convergence des luttes. A ce titre, la journée du 19 octobre proposée par la CGT sera une date utile pour agir et informer la population sur les enjeux, travailler à l’unité et l’amplifier à la base dans les services et les entreprises mais aussi interpeller les parlementaires de la majorité présidentielle et mobiliser les travailleuses et travailleurs.

Pour mener cette lutte et la rendre victorieuse Solidaires proposera la construction dans l’unité la plus large possible d’une journée de grève public/privé dans les premières semaines de novembre avec mise en débat avec les salarié-es, dans les assemblées générales, dans les entreprises et les services publics, de sa reconduction pour déboucher sur le retrait des ordonnances et des restrictions budgétaires au plan global comme dans leur application dans les services.

Dans les jours et semaines qui viennent Solidaires sera à chaque instant disponible et à l’initiative pour construire des fronts unitaires jusqu’au retrait des ordonnances travail.


https://www.solidaires.org/Construire-unifier-amplifier
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 18 Oct 2017, 00:18

Nous ne faisons pas partie de la cordée de Macron…

L’Union syndicale Solidaires a été reçue par le Premier ministre, la Ministre du travail et le Ministre de l’éducation ce mardi 17 octobre.

Cela a été un moment pour affirmer notre exigence de retrait des ordonnances, d’abrogation de la loi El Khomri, mais aussi notre rejet des restrictions budgétaires qui touchent les services publics et exiger le maintien des contrats aidés, des APL et des fonds du logement social.

Pour Solidaires, toute cette politique fait système, elle provoque l’accroissement des inégalités, protège et encourage les nantis. C’est une politique de riches, de mépris pour ceux et celles, fainéant-es, qui foutent le bordel en défendant leurs droits, qui ne sont pas en tête de cordée, ou pas dans la cordée du tout.

Solidaires a réaffirmé ses revendications sur les sujets que le gouvernement présente comme la « sécurité » après la « flexibilité ».

Pour lutter contre le chômage, nous sommes pour la réduction du temps de travail à 32 heures sans réduction de salaire, l’indemnisation des carrières discontinues avec une continuité de droits, un statut du ou de la salarié-e, et bien sûr pour que la discussion sur le régime d’assurance chômage ait lieu avec les principaux-ales intéressé-es à savoir les associations de chômeur-euses qui sont encore une fois exclues du débat.

L’éventuel élargissement du régime d’assurance chômage ne peut pas être le prétexte à une baisse des indemnisations, ni à un renforcement des contrôles dans le seul objectif de radiation de personnes au chômage. Et la taxation des contrats courts ne doit pas cacher les autres méthodes des entreprises et des plus grandes en particulier : ruptures conventionnelles massives pour certaines, ou sous traitance généralisée pour faire reporter sur d’autres la faible durée ou qualité des contrats.

Nous sommes favorables à la formation professionnelle, mais pour qu’elle soit une solution au chômage, elle doit être conçue comme l’exigence pour les entreprises d’adapter les qualifications des salarié-es quand ils et elles sont dans l’emploi, et pas d’agir seulement quand ils et elles ont été licencié-es.

Sur l’apprentissage, nous sommes favorables à une formation professionnelle à destination des jeunes, généraliste, de qualité et assurée dans le cadre de l’éducation nationale.

En tous lieux nous sommes pour renforcer les droits collectifs contre l’individualisation qui au nom de la digitalisation ou d’une généralisation de statuts de faux indépendant-es dégrade la situation de ceux et celles qui travaillent.

L’Union syndicale Solidaires est engagée dans les mobilisations contre les lois travail, leur application et contre les politiques qui les accompagnent. Dans les jours qui viennent de nombreuses initiatives ont lieu, contre le gigantesque plan social que constitue la remise en cause des contrats aidés, contre la baisse des APL, le gel des rémunérations et la baisse des emplois publics, et bien sur et encore contre les ordonnances. Nous travaillons à faire de la mi-novembre un moment de convergence de l’ensemble de ces luttes et nous porterons des propositions à l’intersyndicale dans ce sens. La constitution d’un mouvement social fort et déterminé est une urgence.

Nous sommes ensemble dans la grève et dans la rue

https://www.solidaires.org/Nous-ne-fais ... -de-Macron
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 19 Oct 2017, 19:09

Interview d’Eric Beynel (Solidaires) : « Nous sommes dans la construction d’un appel unitaire en novembre. »

L’Union syndicale Solidaires s’est associée à la journée d’action du 19 octobre contre la loi travail appelée par la CGT. Elle compte l’utiliser comme un tremplin vers une mobilisation interprofessionnelle la plus unitaire possible, accompagnée de grèves inscrites dans la durée, au mois de novembre.

Après les deux journées interprofessionnelles de grèves et de manifestations du mois de septembre appelées par la CGT, Solidaires et la FSU, la mobilisation contre les ordonnances s’est repliée sur des mobilisations plus sectorielles. Les fédérations CGT et FO du transport ont lancé une grève reconductible le 25 septembre contre les ordonnances. Le mouvement d’une ampleur relative ne s’est pas étendu à d’autres secteurs. Les routiers ont cependant obtenu un accord spécifique les protégeant d’accords d’entreprises défavorables. Un accord similaire a été signé préventivement pour les dockers. Le 28 septembre, les retraités ont battu le pavé, suivis le 10 octobre par les fonctionnaires.

Parallèlement, l’ensemble des organisations syndicales se sont retrouvées pour une première réunion le 9 octobre au siège de la CGT, sans réussir à se mettre d’accord sur un appel unitaire pour une nouvelle journée de mobilisation. La CGT a appelé unilatéralement à une journée d’action le 19 octobre, suivie depuis par Solidaires. Une nouvelle intersyndicale aura lieu le 24 octobre. Eric Beynel, porte-parole de Solidaires, revient pour Rapports de force sur l’état de la mobilisation et sur la stratégie de son Union syndicale dans les semaines à venir.

... https://rapportsdeforce.fr/classes-en-l ... re-1016987
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 28 Oct 2017, 19:59

Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront

Image

https://www.solidaires.org/Toutes-et-to ... i-suivront
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 01 Nov 2017, 17:40

Bulletin Solidaires & égales n° 19 - Automne 2017

SOMMAIRE
• 25 novembre contre les violences
• Loi Travail et femmes
• 28 septembre
• Nos RDV
• Sauvons le MAGE

à télécharger : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/soli ... 7eefe7f6b2

https://www.solidaires.org/Bulletin-Sol ... tomne-2017



Solidaires en action n° 149 (30 octobre 2017)

SOMMAIRE
· Ayons confiance en nous
· Travail social : mobilisation le 20 novembre
· Finances publiques : grève le 23 novembre
· Contrats aidés : nouvelle mobilisation le 10 novembre
· AP-HP : la marche des hospitalier-es
· Aspet (31) : les factrices sont en grève
· Poitiers : solidaires contre la répression
· DIRRECTE Ile de France : pour le retrait du plan social
· Violences sexistes : notre corps n’est pas un objet
· Zone à défendre : et maintenant le jeu !

à télécharger : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/2017 ... 668974ff00

https://www.solidaires.org/Solidaires-e ... tobre-2017
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 14 Nov 2017, 13:04

STOP MACRON ! Toutes et tous le 16 novembre en grève et dans la rue et les jours qui suivront !

Image

https://www.solidaires.org/STOP-MACRON- ... -les-jours
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 18 Nov 2017, 19:59

Exptressions Solidaires n° 83

SOMMAIRE
- Edito : Osez l’affrontement !
- Dossier central : Chômage : le deuxième round du gouvernement
- Double page affichage : "Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciements de l’histoire !"
- Un « autre » travail en plateforme est-il possible ?
- Trois questions au Collectif national pour les droits des femmes
- Infos Solidaires

à télécharger : https://www.solidaires.org/Exptressions ... ires-no-83

https://www.solidaires.org/Exptressions ... ires-no-83
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 23 Nov 2017, 19:14

Racisme d’Etat et libertés syndicales : Derrière l’écran de fumée… de réelles attaques !

Le Ministre de l’Education, JM Blanquer, s’en prend violemment depuis plusieurs jours au syndicat SUD Education 93, membre de la fédération SUD Education et de l’union départementale Solidaires 93.

Tout est parti d’une dénonciation de racisme supposé d’un stage syndical (parce qu’il prévoit des ateliers réservés aux personnes victimes du racisme), dénonciation relayée très largement par l’extrême-droite puis par JM. Blanquer lundi. Le ministre s’est rendu compte de son erreur grossière et, de fait, a changé rapidement son discours plus tard dans la journée à l’Assemblée nationale : c’est désormais l’utilisation de la notion de « racisme d’Etat », abordée dans le stage, qu’il juge « diffamatoire » et au sujet de laquelle il a annoncé vouloir déposer une plainte pour ce motif.

Mettons les choses au point, pour l’Union syndicale Solidaires :

• L’accusation de racisme à l’encontre de SUD Education 93 est ridicule et volontairement malveillante au vu des valeurs, des positions et combats portés par ce syndicat et ses militant-es : Solidaires lutte pour l’égalité entre tous et toutes, quelles que soient leurs origines, et combat le racisme et le fascisme, et SUD Education 93 ne déroge pas à ces principes. Il ne s’agit pas de partager tous les détails du contenu du stage mis en cause, mais on ne peut inverser ni la réalité ni l’engagement des personnels de l’Education nationale membres de Sud éducation 93 pour leurs élèves et les populations de Seine-Saint-Denis.
• L’Union syndicale Solidaires et certaines des structures qui la composent mettent en œuvre depuis des années en lien avec leur engagement dans le mouvement féministe des réunions séparées de femmes et elle ne partage pas l’idée qu’une telle pratique appliquée à des personnes victimes du racisme constituerait un scandale.
• Il s’agit d’un stage syndical : c’est aux syndicats de construire leurs formations en toute liberté. Il n’est pas question que l’extrême-droite ou des ministères s’immiscent dans les contenus des formations syndicales.
• Le racisme existe dans nos sociétés. Et le "racisme d’Etat" aussi. Ce n’est pas un slogan, c’est un concept utilisé et pensé par des chercheuses et chercheurs mais aussi par des dizaines de structures associatives, syndicales ou politiques. Une rapide interrogation sur un moteur de recherche sur internet permettra à JM Blanquer de s’en rendre compte. Des statistiques, études et recherches effectuées à la demande des ministères eux mêmes font état de situations de discrimination liées à l’origine réelle ou supposée, aux noms, quartiers, dans la société, dans l’emploi public, dans l’école... Nous refusons de mettre sous le tapis une situation qui concerne des millions de personnes dont une partie d’entre nous, au quotidien. Nous refusons de nous faire dicter ou imposer les termes du débat par celles et ceux qui participent à construire et entretenir les problèmes.
• Nous sommes face à une volonté de manipuler politiquement et médiatiquement un stage de quelques dizaines de personnes. Pendant ce temps, on ne parle pas des conséquences sociales des mesures prises par ce gouvernement, qui touchent fortement des départements comme la Seine-Saint-Denis et le quotidien de la population qui y vit. Derrière le rideau de fumée, on trouve des attaques contre les droits sociaux, la suppression des contrats aidés, la destruction des services publics, en particulier de l’Education, bref la destruction du tissu social qui alimente les haines et la xénophobie... Ce contre-feu gouvernemental cache mal la volonté de nier la situation de racisme vécue en particulier en Seine-Saint- Denis et ses aspects structurels.

L’Union syndicale Solidaires apporte son soutien au syndicat SUD Education 93, à ses adhérent-es qui font face à un déchaînement d’une rare violence et aux menaces de la part l’extrême-droite. Nous ne doutons pas que ce gouvernement cherche aussi à limiter les libertés syndicales et d’expression, en particulier chez les fonctionnaires qui militent pour transformer la société.

L’Union syndicale Solidaires continuera son combat pour les libertés individuelles et collectives, pour l’égalité de tou-tes, contre toutes les discriminations.


https://www.solidaires.org/Racisme-d-Et ... de-reelles
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 27 Nov 2017, 19:24

Solidaires en action n° 150 (23 novembre 2017)

SOMMAIRE
• Le 2 décembre, contre le chômage et la précarité
• Paris : meeting unitaire le 28 novembre
• Nettoyage des gares parisiennes : salarié-es en grève
• Poitiers le 17 novembre : un beau moment de solidarité
• Musée : SUD L’ouvre
• Vélib : les salarié-es ne se laissent pas rouler
• Inspection du travail : non à la répression
• Carhaix : les factrices et les facteurs ont gagné
• Pompiers du Gard : une lutte exemplaire
• Seine-Saint-Denis : sauvons les services publics
• Paris Gare de Lyon : mobilisation des agents de sécurité
• RATP : grève au RER le 12 décembre
• BPCE : le 15 décembre, refusons le mauvais plan
• 30 novembre : solidarité avec Loïc
• Champs Elysées : la MC franchise passe mal
• Croix Marine Auvergne : non aux licenciements
• Le 9 décembre : pour les prisonnier-es basques

à télécharger : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/2017 ... 6a7b75f061

https://www.solidaires.org/Solidaires-e ... embre-2017
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede LeNouveau » 29 Nov 2017, 09:47

bipbip a écrit:
Racisme d’Etat et libertés syndicales : Derrière l’écran de fumée… de réelles attaques !

https://www.solidaires.org/Racisme-d-Et ... de-reelles



Et la participation d'intervenants du PIR, et autres militants racialistes radicaux,
info ou intox ?

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017 ... acisme.php
Avatar de l’utilisateur-trice
LeNouveau
 
Messages: 47
Enregistré le: 14 Aoû 2012, 08:35

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede Pïérô » 29 Nov 2017, 22:02

Une réalité pour cette formation syndicale organisée par SUD éducation 93.
Le programme est là : http://www.sudeducation93.org/Stage-syn ... t-des.html

Seront présents (à moins que la chose soit revue, ce qui serait une bonne chose) Marwan Muammad qu'on ne présente plus, sauf à Sud Education 93 qui le décrit comme "sociologue", alors qu'il n'en a ni les compétences, ni les diplômes (ingénieur en mathématiques financières et en statistiques), ancien président du CCIF, Nacira Guénif, sociologue et très proche du précédent et du PIR, et Fatima Bouassak, membre du PIR et plume de celui-ci.

Alors évidemment cela pose un vrai problème, un vrai problème en plus des attaques qui viennent du camp réactionnaire, fachosphère, gouvernement, et laicards républicains défendant l'ordre établi, et un ordre établi reposant aussi sur une forme de racisme d'Etat, et auxquels il est important de répondre publiquement et sur le terrain politique parce qu'il y a là évidemment aussi un enjeu (voir ici : viewtopic.php?f=65&t=14907&start=105#p273411). Ça ne passe pas vraiment dans la fédé SUD éducation et au delà parce que ça éclabousse évidemment aussi l'union syndicale Solidaires. Nous nageons là dans un confusionnisme qui ramène à un discours post moderne, et dans le cas du PIR à un fond de commerce parfaitement réactionnaire, et des alliances (parce qu'on invite en général pas des ennemis) à dénoncer. Et c'est ce qui se passe en interne. Et en tout cas j'espère en interne (mais je ne suis pas à SUD educ) et au delà dans l'union syndicale Solidaires, qu'on va avancer sur ces questions à la fois de fond et de forme, d'approche en terme d'appréhension des enjeux comme d'alliances.

Parler d'oppressions spécifiques, de croisement des oppressions et d'articulation (intersectionnalité étant le mot à la mode mais qui est interrogeable dans sa dimension "sectionnalité") qui ne laisserait de côté ni la lutte des classes, ni le féminisme, ni le racisme, est pourtant bien important, mais l'approche portée par ce que je considère comme des ennemis contribue à masquer et nier les deux premières. On se demande bien, donc, ce que SUD éducation 93 porte ou cherche à porter, ou si on a là des apprentis sorciers qui se gourent dans les éléments pour élaborer la potion.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede abel chemoul » 30 Nov 2017, 06:38

Ce stage de SUD éduc c'est une merde sans nom mais faut pas tout confondre non plus!
Marwan Mohammed est bien sociologue Piero, c'est juste un quasi-homonyme avec Marwan MUHAMMAD (véridique). Son travail est très connoté mais c'est pas la même personne pour autant.

Sinon je trouve gênant le silence de l'US Solidaires sur cette affaire.

Et le pb à défendre la théorie du racisme d'état tout en condamnant la dérive PIRiste, c'est comme professer l'antisémitisme anticapitaliste tout en condamnant le l'antisémitisme nazi. La comparaison est pourrie, OK, mais ce que je veux dire c'est que tu utilises une notion qui a les mêmes ressorts et bases idéologiques que celle que tu combats.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 673
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: SOLIDAIRES / SUDs

Messagede bipbip » 30 Nov 2017, 22:32

Racisme d’État, personnes racisées, non-mixité, discriminations : mise au point

Blanquer attaque la fédération SUD éducation à l’assemblée nationale

Une campagne se développe contre un stage de formation syndicale organisé par le syndicat départemental SUD éducation 93. Le fonctionnement de la fédération des syndicats SUD éducation laisse entière l’autonomie de chaque syndicat, en particulier en matière de pratiques syndicales et de politique d’action, notamment sur le contenu des formations locales.

Le ministre de l’éducation nationale s’est exprimé devant l’Assemblée nationale ce mardi 21 novembre. Il y a notamment dénoncé que la fédération SUD éducation ne se soit pas désolidarisée de SUD éducation 93. La fédération SUD éducation tient à faire une mise au point sur un certain nombre de contresens opérés par le ministre à cette occasion.

Contre le racisme d’État

Nous avons pris connaissance de l’intention de M. Blanquer de porter plainte pour diffamation contre le syndicat SUD éducation 93 au motif que celui-ci utilise le terme de “racisme d’État”. Si le ministre veut attaquer en justice toutes les organisations qui utilisent ce terme, la fédération SUD éducation en fait partie. En effet, son dernier congrès, en 2015, s’est donné parmi ses objectifs de combattre le racisme d’État, outil de division des travailleurs et des travailleuses. [1]

Cette expression fait débat, car pour certain-e-s elle renvoie à des systèmes racistes officiels tels que le régime de Vichy ou les États d’apartheid. La législation française ne correspond effectivement pas à ces critères, puisque dans la loi l’égalité de toutes et tous est formellement proclamée et les actes et propos racistes sont interdits.

Ce que notre congrès dénonçait c’est « un système inégalitaire et le "deux poids deux mesures" », un ensemble de politiques institutionnelles, qui font système, et qui permet d’affirmer que l’État dans lequel nous vivons est bien, dans les faits, raciste, au sens où il reproduit, poursuit et aggrave des situations de discriminations racistes, directes et indirectes. Ainsi, le rapport au premier ministre de juin 2016 « Les discriminations dans l’accès à l’emploi public », établit l’existence de discriminations fondées sur les origines ou sur les lieux d’habitation dans l’accès aux emplois publics. [2] La Cour de cassation a condamné l’État pour les contrôles au faciès. Les discriminations dans l’accès au logement sont établies. Etc.

“Racisé-e” = “victime du racisme”

Le terme “racisé” est dénoncé par Jean-Michel Blanquer comme impliquant une vision raciste de la société, alors que c’est exactement l’inverse. Ce terme lui aussi fait débat, mais c’est un terme désormais en usage installé dans les sciences sociales. Il désigne le processus social qui attribue une race à certaines personnes, et qui les discrimine sur cette base.

Affirmer qu’il y a des personnes racisées, ce n’est en rien affirmer l’existence réelle de races, c’est uniquement reconnaître, pour la dénoncer, l’existence d’un racisme systémique (c’est à dire d’un racisme qui ne se résume pas à des actes individuels). “Racisé” signifie en résumé : “victime du racisme”. C’est en ce sens qu’il a été utilisé dans deux textes adoptés par notre dernier congrès fédéral.

La non-mixité est un outil

Le stage de SUD éducation 93 n’est interdit à personne. Il propose deux temps “non-mixtes”, pour permettre aux personnes qui subissent le racisme de se regrouper.
Cet outil de la non-mixité choisie a été mis en œuvre et explicité par la génération fondatrice du Mouvement de Libération des Femmes. Dans des écoles nordiques, les espaces de jeux sont investis en non-mixité. En France, certain-e-s enseignant-e-s mettent en place des moments de non-mixité choisie (certains cours d’EPS, interventions d’éducation sexuelle…).

Ce qui vaut pour le sexisme vaut également pour le racisme. La non-mixité choisie a également été utilisée dans le mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis d’Amérique.

La non-mixité choisie et temporaire est une stratégie de résistance politique à des dominations structurelles telles que le racisme ou le sexisme. Elle libère la parole, la sécurise, permet une mise en confiance. Elle donne de la force pour affronter les situations de discriminations et les stéréotypes. [3]

Le ministère contre les discriminations ? Chiche !

Nous nous réjouissons de voir que M. Blanquer saisit à bras le corps la lutte contre les discriminations. Nous espérons donc que les contrôles policiers au faciès pendant les sorties scolaires, les refus de scolarisation d’enfants migrants, les inégalités de progression de carrière entre femmes et hommes dans l’éducation nationale comme ailleurs cesseront au plus vite et que plus un-e seul-e de nos élèves ne dormira à l’hôtel ou dans la rue.

Nous sommes dans l’attente d’actions concrètes pour lutter contre les inégalités territoriales, pour garantir l’égalité du droit à l’éducation, avec une carte élargie de l’éducation prioritaire (incluant les lycées) et un label sur des critères nationaux et transparents, des moyens pérennes et des droits pour tou-te-s, des postes et des seuils d’effectifs contraignants, permettant la réduction des effectifs par classe.

Enfin, nous constatons que le ministère qui devait recevoir la fédération SUD éducation le mardi 21 novembre a annulé deux heures avant ce rendez-vous prévu de longue date préférant le même jour communiquer par médias interposés. Notre fédération comptait y porter des sujets sur lesquels les personnels attendent des réponses et notamment questionner la DGRH sur la réforme du bac et de l’orientation post-bac, l’annualisation des CUI et reclassement des stagiaires, le reclassement des agents dans les nouveaux échelons PPCR et la mise en oeuvre ou non du protocole, la pénurie de médecins de prévention, les atteintes au secret médical, la reconnaissance des accidents du travail, les nouvelles modalités d’évaluation des personnels. Y répondre n’était manifestement pas la priorité du jour.

De la maternelle à l’université, SUD éducation continuera à porter en toute autonomie ses revendications pour les personnels et le service public.

Contre le libéralisme, contre toutes les discriminations, contre toutes les inégalités. Pour une autre société, une autre école : publique, gratuite, laïque, égalitaire et émancipatrice.

Depuis la parution de ce communiqué de nombreux syndicats et organisations nous ont apporté leur soutien, nous les avons recencés dans cet article


[1] Cf. la partie “II.1.3. Contre les réactionnaires : organiser la contre-attaque” du texte du congrès de la fédération SUD éducation : http://www.sudeducation.org/Pour-une-re ... monde.html

[2] http://www.fonction-publique.gouv.fr/fi ... _final.pdf

[3] Cf. le texte adopté par le Conseil fédéral de SUD éducation : « Mixité / Non mixité, quels outils de lutte ? » http://www.sudeducation.org/Mixite-Non- ... ls-de.html


http://www.sudeducation.org/Blanquer-at ... n-SUD.html


Le conseil fédéral de SUD éducation dénonce l’attaque sans précédent aux libertés syndicales portée par le Ministre de l’éducation nationale

Sur la base de calomnies, le Ministre de l’éducation nationale mène une campagne inepte et a annoncé avoir porté plainte contre le syndicat départemental SUD éducation 93, qui organise un stage de formation syndicale ouvert à tous les personnels : « Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ? ».

Le fonctionnement de la fédération des syndicats SUD éducation laisse entière l’autonomie de chaque syndicat, en particulier en matière de pratiques syndicales et de politique d’action, notamment sur le contenu des formations locales.

Les approches de l’antiracisme sont diverses et peuvent faire débat. Mais nous ne pouvons pas laisser dire que le stage organisé par SUD éducation 93 serait autre chose qu’un stage antiraciste visant à combattre les discriminations.

Les syndicats SUD éducation réunis en conseil fédéral ce jeudi 30 novembre dénoncent l’attaque sans précédent aux droits syndicaux et aux libertés syndicales portée par le Ministre de l’éducation nationale. Le conseil fédéral affirme sa solidarité avec les militant-e-s de SUD éducation 93 qui subissent des insultes, des menaces, et des attaques physiques contre des locaux syndicaux.

Adopté au consensus de tous les syndicats SUD éducation réunis en conseil fédéral
Paris, le jeudi 30 novembre 2017


http://www.sudeducation.org/Le-conseil- ... e-SUD.html


Communiqué de Sud Éducation Paris en soutien à Sud Éducation 93

Sud Éducation Paris défend la liberté de Sud Éducation 93 à organiser un stage selon les modalités qu’il souhaite et condamne les attaques menées contre ce syndicat, tant par le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer que par divers groupes d’extrême droite et autres adversaires habituels des luttes antiracistes.

Le terme « racisme d’état » qui déplaît tant à Jean-Michel Blanquer, a été largement défini et documenté par la sociologie dans le sillage des travaux de Michel Foucault. Si ce terme suscite de telles réactions, il ne peut s’agir que d’une ignorance feinte ou réelle de celles et ceux qui voudraient faire taire les militant·e·s qui combattent leurs politiques de discrimination et de régression sociale.

Si Jean-Michel Blanquer n’est pas lecteur de travaux sociologiques, il aurait pu pour comprendre ce terme s’appuyer sur le rapport daté du 8 novembre 2016 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) qui constatait, à partir d’un « ensemble convergeant d’études », « la surreprésentation des jeunes hommes issus des minorités visibles dans les contrôles au faciès ». Ou simplement sur la décision de la cour de Cassation du 9 novembre 2016 de condamner l’État pour contrôles d’identité « discriminatoires ».

Si cela l’intéressait, il aurait aussi pu lire l’enquête du Défenseur des droits, Jacques Toubon, rendue public le 13 février 2017, où l’on pouvait lire que « 80% des personnes correspondant au profil de « jeune homme perçu comme noir ou arabe » déclarent avoir été contrôlées dans les cinq dernières années (contre 16% pour le reste des enquêté.e.s). Par rapport à l’ensemble de la population, et toutes choses égales par ailleurs, ces profils ont ainsi une probabilité 20 fois plus élevée que les autres d’être contrôlés ».

Nous dénonçons par ailleurs tous les amalgames, manipulations et fausses informations que ces attaques ont générés et nous montrons sur ces points entièrement solidaires des camarades de Sud Éducation 93.
Pour les syndicats Sud Éducation, l’antifascisme et l’antiracisme sont des combats quotidiens : nous ne sommes pas dupes des nouvelles préoccupations « antiracistes » de celles et ceux qui attaquent nos camarades.

Ce n’est pas nous qui parlions du « bruit et l’odeur » (Jacques Chirac à propos des immigré.e.s, 1991). Ce n’est pas nous qui avons dit : « cet attentat odieux qui voulait frapper des Israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic » (Raymond Barre après un attentat contre une synagogue, 1980), « le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire » (Nicolas Sarkozy à Dakar, 2007), « Tu me mets quelques Blancs, quelques white, quelques blancos. » (Manuel Valls à propos d’une brocante à Evry, 2009), « Dati, avec père et mère, algérien et marocain, pour parler de la politique pénale, ça avait du sens. » (Nicolas Sarkozy à propos de la nomination de Rachida Dati comme garde des Sceaux, 2014), « Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent. » (Emmanuel Macron à propos des migrant·e·s comorien·ne·s tentant de rejoindre Mayotte, 2017), « Mais qui sont les trafiquants ? Ce sont des Africains. Présentez-moi un passeur français, belge, allemand » (Emmanuel Macron à l’université de Ouagadougou au Burkina Faso, 28 novembre 2017).

Ce n’est pas nous qui nous faisons applaudir par l’extrême-droite à l’Assemblée nationale (Jean-Michel Blanquer, 15 novembre 2017). Mais bien des ministres et des présidents de la République en fonction.
Ce n’est pas nous qui avons tué Lamine, Mehdi, Pierre, Amadou, Karim, Bertrand, Abdoulaye, Houcine, Abdelhak, Dorel, Morad, Loic, Lahoucine, Yassin, Nordinne, Nabil, Amine, Youssef, Ahamadou, Rémi, Wissam, Mohamed, Steve, Mostefa, Mamadou, Anis, Adama, quelques unes des 103 personnes tuées par la Police en France depuis 8 ans, certaines abattues à bout portant, d’autres étouffées, pendues ou défenestrées dans des commissariats, d’autres fuyant un contrôle de police.

Solidarité avec nos camarades de Sud Éducation 93 !

Solidarité avec Solidaires 93 dont les locaux ont été attaqués le 28 novembre !

Solidarité avec toutes les personnes qui subissent le racisme, mais aussi l’homophobie et le sexisme !

Paris, le 30 novembre 2017


http://sudeducation75.org/spip.php?article955


La solidarité, l’antiracisme & l’égalité

Union Syndicale SUD Industrie (USSI)

Image

https://www.solidaires.org/La-solidarit ... -l-egalite
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité