CGT

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede Pti'Mat » 19 Fév 2016, 21:58

Ca je n'en sais rien Fabou. Je ne suis pas lycéen, ni étudiant. Je soutien juste l'initiative.
Ces questions faut leur demander à eux.
"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

https://www.syndicaliste.com/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 276
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 15:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede Pïérô » 20 Fév 2016, 21:42

Les ESRI, anarchiste-communistes, auquels Pti'Mat fait référence, ont aussi beaucoup et surtout contribué à construire de l'organisation anarchiste révolutionnaire. Les ESRI du début du 20e siècle s'investiraient-ils aujourd'hui dans la CGT d'aujourd'hui ? Le CSR est complètement obnubilé par le développement de la CGT, une CGT complètement mythifiée qu'ils défendent arqueboutés sur une lecture complètement déformée de l'histoire du mouvement ouvrier et en un positionnement parfaitement décalé au regard de l'Histoire. Il est révélateur d'ailleurs de ce point de vue de voir combien Pti'Mat cherche encore ici à travestir la réalité syndicale au profit de ce positionnement. A l'image du monde du travail il y a bien une place pour construire entre UNEF et Solidaires étudiant-es, c'est ce créneau que privilégie le CSR dans le monde étudiant plutôt que de renforcer l'existant ?
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede Pti'Mat » 21 Fév 2016, 07:32

"Il n'y a pas un domaine de l'activité humaine où la classe ouvrière ne se suffise pas"
Le pouvoir au syndicat, le contrôle aux travailleurs-euses !

https://www.syndicaliste.com/
http://redskins-limoges.over-blog.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Pti'Mat
 
Messages: 276
Enregistré le: 19 Aoû 2011, 15:51
Localisation: Limoges - Occitània

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede bipbip » 25 Fév 2016, 13:33

Nettoyage : opération mains propres à l’UD de Paris

Le Comité général de l’UD 75 réuni ce jeudi 18 février s’est décidé à trancher dans le vif. Le secteur du nettoyage est officiellement dans le périmètre de la Fédération des Ports et Docks mais ses pratiques honteuses sont dénoncées de longue date. A l’inverse et en toute logique de champ de syndicalisation, le syndicat des Hotels parisiens, rattaché au Commerce, mène régulièrement des luttes difficiles mais victorieuses (souvent dans l’unité avec la CNT-SO, très implantée aussi dans ce secteur particulier).

En votant la suspension du Syndicat de la Propreté de la Région Parisienne et en confortant le Syndicat des Hotels de Prestige et Economiques, les délégués au Comité Général ont choisi la voie du combat syndical.

... http://www.communisteslibertairescgt.or ... Paris.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede bipbip » 28 Fév 2016, 03:27

SNTRS : courrier au bureau confédéral

le courrier adressé au Bureau confédéral suite au communiqué intersyndicale « calamiteux » :

"A l’attention du Bureau confédéral de la CGT

Face aux attaques sans précédent concernant la modification du code du travail, le Bureau National du SNTRS-CGT réunit le 24 février, demande que la CGT porte et coordonne une réponse à la hauteur de ces attaques.
La confédération à l’initiative d’une première réunion intersyndicale à Montreuil le 23 février 2016, doit rapidement aller plus loin que ce communiqué bien trop frileux. Nous devons au plus tôt mettre tout en œuvre pour mobiliser les travailleurs des secteurs privés et publics. La date choisit du 31 mars semble bien lointaine. Partout sur le terrain, nous devons appeler à une action intersyndicale la plus large possible pour permettre à tous les salariés de s’unir dans une riposte sans précédent.

Bien amicalement

Josiane TACK

Secrétaire générale"

http://www.communisteslibertairescgt.or ... deral.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede bipbip » 15 Mar 2016, 15:45

51e congrès de la CGT : Sortie de crise morale et stratégique ?

Le 51e congrès de la CGT est en préparation dans le climat de crise qui court depuis l’éviction de Thierry Lepaon. Si l’enjeu est bien de remettre de la combativité dans le syndicalisme de la confédération, les documents préparatoires montrent que le chemin sur cette voie sera difficile.

Fin avril prochain se tiendra, à Marseille, le 51e congrès de la CGT. La préparation est en route depuis plusieurs mois, et les textes de congrès sont tombés en début d’année. Les documents soumis aux syndicats forment une synthèse bancale et creuse. Les textes tentent de donner satisfaction à toutes les sensibilités (ou presque). Le tout est à peu près inamendable. Les débats préparatoires, la sélection des délégués et l’élection de la nouvelle commission exécutive confédérale (CEC) permettront-ils de donner une impulsion « à gauche » de la principale confédération ouvrière ? La grève générale que portent les secteurs les plus combatifs va-t-elle s’inviter dans les débats ?

– Le vote du rapport d’activité Nombre de militants et militantes critiques reconnaissent un progrès dans les postures adoptées par Philippe Martinez après les années Thibault/Lepaon : présent dans les entreprises en lutte, accessible. En boycottant la conférence sociale, il a donné un gage d’indépendance et de clarté vis-à-vis du gouvernement.

Les militants et militantes sont donc partagé-e-s entre un vote contre le bilan d’activité puisque la période inclue l’affaire Lepaon et une abstention bienveillante pour donner un encouragement à ce qu’ils espèrent être une nouvelle ligne durable de la confédération. Mais comme le document ne comporte aucune autocritique sérieuse (l’équipe autour de Martinez est la même que celle qui entourait Lepaon), il est probable que le rejet du rapport d’activité atteigne un sommet !

– Le document d’orientation D’une longueur insupportable, bavard et creux, il aurait suffit de soumettre au vote son préambule dans l’espoir qu’il soit réellement lu. On y retrouve les mots qu’il faut pour faire plaisir à tout le monde ! Pour donner des gages à l’aile gauche, la lutte des classes et le syndicalisme de transformation sociale est cité cent fois, comme les écrivains font du « name dropping », sans que jamais on leur donne le moindre contenu.

Le terme « capitalisme » est lui quasi absent. Et quand, à juste titre, le document rappelle que le syndicalisme ne peut pas être « apolitique », c’est pour préciser que la CGT doit avoir des relations avec « les forces politiques républicaines » à l’exclusion du FN. Sans préciser si on voit la moindre différence entre Sarkozy, Hollande et Besancenot ! Et ce n’est pas un détail quand, pour certains, intervenir dans les débats politiques signifie juste le retour à la mise en avant du PCF et de ses élus...

La question de l’unité n’est pas plus claire. Il est précisé que la recherche de l’unité ne doit pas conduire à baisser les contenus revendicatifs ni à freiner les luttes. Bien. Mais la formule du « syndicalisme rassemblé » qui symbolise l’axe privilégié avec la CFDT reste dans le document une formule jugée positive... Et, là encore, aucune analyse, aucune réflexion sur la trajectoire des autres confédérations et les perspectives : aucune différence n’est établie entre la CFDT et les CNT...

Tout juste peut-on repérer une formulation qui condamne probablement Solidaires et les CNT en même temps que les coordinations mais sans jamais les citer.

chèque en blanc à une superbureaucratie ?

Les ambitions de l’Ugict (union des cadres syndiqués CGT) transparaissent à tous les étages. Personne ne peut être contre syndiquer les cadres. Mais comment en faire des salarié-e-s comme les autres ? Aucune réflexion sur leur fonction de courroie de transmission des ordres patronaux !

Dans la vie réelle d’une entreprise, le rare cadre qui est prêt à adhérer à un syndicat « lutte de classe » sera aussi bien dans le syndicat « ouvrier » que dans une structure séparée. D’ailleurs c’est tout le texte qui semble rédigé par des membres de la fonction publique, très loin de la réalité militante quotidienne des petites boîtes du privé.

La démocratie est également l’objet de totales confusions. ­D’une part le syndicat est revalorisé comme structure de base et le syndiqué doit être décideur mais d’autre part ils doivent se soumettre aux décisions des salarié-e-s. Dangereux dans le contexte de réferendum pour valider un accord minoritaire !

La démocratie sociale est la formulation nouvelle qui vient remplacer le traditionnel tandem démocratie syndicale/démocratie ouvrière. Le terme démocratie sociale est également utilisé pour parler du dialogue social, bien loin de la lutte des classes ! Enfin sous prétexte d’adapter les structures régionales aux nouvelles réalités administratives, le congrès est censé décider une évolution statutaire majeur des comités régionaux en confiant au 52e congrès le soin d’en décider les formes précises.

D’aucuns redoutent un chèque en blanc à une superbureaucratie, bien loin de la revitalisation des syndicats mais également porteur de menaces pour les unions locales et départementales, structures de proximités menacées par le projet.

Les bilans de la Confédération européenne des syndicats (CES) et de la Confédération syndicale internationale (CSI) sont présentés sous un jour très favorable. Cela ouvre grand la porte à ceux qui veulent que la CGT retourne à la FSM. Notre voix portant plutôt sur un engagement de la CGT à faire vivre un réseau international (sans quitter CES et CSI) des confédérations combatives quelle que soit leur affiliation internationale ne sera pas facilement audible dans un affrontement qui sera caricatural et idéologique entre les partisans de la FSM et ceux de la CSI.

Quant à la grève générale, et alors que le congrès se déroulera en même temps que le débat au Parlement sur la réforme du code du travail, des secteurs combatifs et non des moindres tenteront d’en faire un sujet concret. La campagne autour des Goodyear joue un rôle fédérateur de ce point de vue.

Dernière inconnue : si l’élection du secrétaire général ne devrait pas poser problème, le dosage des sensibilités dans la composition de la future CEC pourrait être explosif. Il sera en tous cas déterminant pour comprendre si la CGT sort enfin de sa crise stratégique ou si le jeu d’équilibriste est relancé pour trois ans.

Jean-Yves (AL 93)


Pour suivre les débats du 51e congrès et découvrir les prises de positions des syndicats, fédérations et unions départementales, voici une adresse utile : communisteslibertairescgt.over-blog.net

http://www.alternativelibertaire.org/?5 ... -Sortie-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede bipbip » 20 Mar 2016, 14:23

Nancy : 184 CDD d’affilée, le CE de la SNCF condamné

Le CE de la SNCF de Nancy-Metz, géré par des délégués CGT, vient d’être condamné aux Prud’hommes.

Nancy. À peine croyable ! Le comité d’établissement des cheminots de la région de Metz-Nancy, géré par la CGT, a employé une aide de cuisine en contrat à durée déterminée à temps partiel durant douze années d’affilée. Soit 184 CDD accumulés depuis novembre 2000…

« On m’a virée du jour au lendemain. Sans explication. Comme ça. Pour donner le poste à quelqu’un qui venait d’arriver. Alors que j’avais tenu les rênes de la cuisine à plusieurs reprises », raconte l’employée, qui habite en banlieue de Nancy.

Elle s’est rendue à la direction du travail, où on lui a fait remarquer qu’un recours en justice serait peut-être judicieux, compte tenu du nombre incroyable de CDD signés avec le CE de la SNCF de Nancy-Metz.

Le contentieux s’est donc réglé aux Prud’hommes. Le tribunal de Nancy vient de rendre son jugement, condamnant le comité d’établissement à payer un total de 40.674 € à l’employée, qui a obtenu une requalification de son contrat de travail en CDI à temps complet depuis novembre 2000.

... http://www.estrepublicain.fr/edition-de ... f-condamne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede fabou » 20 Mar 2016, 22:09

Lu sur le site de l'Union des Syndicat Étudiants et Lycéens de la CGT (https://federationusel.wordpress.com/20 ... -a-la-cgt/) : "Congrès CGT – Amendements pour syndiquer les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s à la CGT"

Présentation de l'USEL-CGT : https://federationusel.wordpress.com/qui-sommes-nous/
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede altersocial » 27 Mar 2016, 16:36

Cette CGT n’est pas la mienne

À propos de la manif du 24 mars 2016 à Paris et de l’attitude d’un SO de la CGT.

Jeudi 24 mars 2016. À Paris, il fait gris, le printemps est là, mais il est timide. Aujourd’hui, c’est jour de manifestation contre le projet de loi Travail du gouvernement Valls. C’est la troisième journée de mobilisation, après le beau succès du 9 mars et la gymnastique du 17. Rendez-vous est donné à 12 h 30 à la gare Montparnasse pour les organisations syndicales et les cortèges lycéens et étudiants, dont une bonne part bat déjà le pavé depuis 11 heures.

J’arrive sur place un brin en avance, mes camarades ne sont pas encore arrivés. Je sors un drapeau CGT (j’y suis syndiqué depuis plusieurs années) et je jette un premier coup d’œil pour prendre un peu la température et chercher l’emplacement du cortège de ma fédération syndicale. Bon, le constat est un peu déprimant : quelques camions et ballons syndicaux garés près des trottoirs, la circulation n’est pas vraiment coupée, on dirait bien qu’il n’y aura pas foule ce jour-là… La mobilisation s’essoufflerait-elle déjà ? Trop tôt pour le dire, d’autant plus que l’absence d’appel national à la grève bloque pas mal de travailleurs et de travailleuses au boulot, les empêchant de manifester aujourd’hui.

À 13 heures, la place finit par se remplir un peu plus, la CGT commence à occuper la route, les effectifs se gonflent. La police s’agite aussi, entame ses manœuvres : des camions de CRS et de mobiles arrivent, des lignes se forment. Au loin, le gros cortège lycéen et étudiant se dessine, précédé et partiellement encadré par des gendarmes un peu sur les nerfs. Il paraît que, ce matin, les manifestants partis de place d’Italie leur ont fait savoir tout du long du trajet qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans nos rues…

Le cortège de la jeunesse marche vite et dépasse ceux des syndicats, qui les regardent passer, mi inquiets mi rassurés par ces centaines de personnes qui viennent à point nommé renforcer l’effectif de la manifestation. Pour ma part, je suis plutôt content : l’après-midi s’annonce moins déprimante que prévue, moins morose, moins plan-plan. Les lycéens sont motivés : ils balancent des slogans avec enthousiasme, ils font voleter quelques drapeaux avec énergie. Certains se moquent aussi des flics, et notamment des types de la BAC, qui déploient beaucoup de violence depuis quelques semaines, le gouvernement cherchant très clairement à briser par la peur la dynamique naissante de mouvement social. Dans une ruelle, un passant qui veut rejoindre la manifestation passe devant trois flics en civil : un lui balance un grand coup de pied au cul, comme ça, gratos, tandis qu’un autre lui retire des mains la cannette qu’il portait, avant de le laisser retrouver les manifestants, en l’insultant.

Devant le cortège qui ouvre la manifestation, les flics gazent ; mouvement de foule, de recul, on en a tous plein les yeux, la bouche. Ça tousse, ça pleure, on sort les sérums. On se retrouve au niveau du premier cortège CGT et, rapidement, une ligne de mecs se forme, composée de gros bras badgés CGT. Bah oui, voilà le fameux service d’ordre (SO) de la centrale de Montreuil de sortie ! Le chef des flics, en civil, vient leur parler, ensemble ils font copain-copain ; c’est dégueu. Quand je m’apprête à rejoindre le devant de la scène – là où c’est un peu joyeux, où les esprits sont échauffés, où on n’entend pas se laisser dicter nos comportements de rue par la police –, un type du SO se précipite vers moi. Il a l’air un peu au taquet, le gaillard, et il me dit de ne pas aller plus loin. Je lui demande pourquoi et il me répond que, au-delà de cette ligne de gros bras, il n’y a que, je cite, « des casseurs qui veulent nous empêcher de manifester ». Je hausse les épaules, lui fais savoir que je m’en moque et je poursuis ma route. Un instant, je me demande s’il va me courir après pour me choper mon drapeau ; ce serait rigolo. Sauf que, dans le cortège des fameux « casseurs », il y a déjà quelques drapeaux CGT qui flottent… Il y a des camarades de SUD, aussi. Tout le monde est choqué de l’attitude de ce SO surprise qui montre très clairement sa raison d’être : empêcher les gens du cortège de devant de se mêler aux cortèges syndicaux et faciliter ainsi le boulot de la police, qui, si elle le souhaite, aura alors tout loisir d’aller choper ceux et celles qu’elle juge trop virulents. Je n’avais pas vu ça depuis longtemps, et ça fout la haine, encore plus quand ces collabos-là partagent ton affiliation syndicale…

Finalement, la manifestation s’élance vers Invalides, mais le SO veille à maintenir sa ligne, son « cordon sanitaire ». Je reste devant, et je ronge mon frein pendant tout le parcours, peinant à expliquer à mes petits camarades non syndiqués – que j’ai fini par retrouver – que ces connards-là ne peuvent pas représenter toute la CGT. J’ai aussi envie de balancer mon drapeau, que je me contente de mettre en berne.

Une chose est sûre, cette CGT-là n’est pas la mienne, et ne l’a jamais été. Ma CGT ne parle pas avec les flics pour les aider à serrer des manifestants, elle n’empêche pas des mômes qui en ont marre de bouffer du gaz de se réfugier dans un cortège un peu plus sûr. Non, ma CGT, c’est celle des Goodyear qui affrontent les flics à Amiens et qui séquestrent des patrons ; c’est celle qui arrache les chemises des DRH ; c’est celle qui, la veille, le 23 mars, a foutu tout un McDonald’s en grève et dans la rue ; c’est celle dont les élus, les militants et les militantes de base s’acharnent au quotidien dans leur boîte pour défendre leurs droits et ceux de leurs collègues ; c’est celle qui, ce matin, occupait les mairies des XVIIIe et XIIIe arrondissements parisiens ; c’est celle dont les militants refusent, comme à Roanne, qu’on leur prélève leur ADN ; c’est celle qui se solidarise de toutes les victimes de la répression et des violences policières. Je sais que cette CGT-là, solidaire et debout dans les luttes, qui n’affectionne pas les rôles de flicaillons, est celle de beaucoup de camarades. Et je ne serai pas de ceux qui donnent dans l’antisyndicalisme primaire ou qui crient à la trahison à chaque fois qu’ils voient un drapeau siglé. Mais je me demande si, un jour, les syndiqués qui ne tolèrent pas ces pratiques révoltantes sauront se rassembler pour faire face à ces SO de merde et les briser.

Guillaume
Un syndicaliste CGT énervé
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede luco » 27 Mar 2016, 17:10

J’ai aussi envie de balancer mon drapeau, que je me contente de mettre en berne.


Ouf ! On a eu très peur...
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede digger » 27 Mar 2016, 17:12

Moi, ce qui me fait peur, c'est qu'il ne l'a pas jeté...
digger
 
Messages: 2149
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede luco » 27 Mar 2016, 17:16

Comme quoi, on est bien dressés même à la CGT... et pas très à la mode :

Ma CGT ne parle pas avec les flics pour les aider à serrer des manifestants,


Une vieille habitude au moins depuis 1968 pourtant... :roll:

On dirait Filoche avec le PS : des tonnes de textes insipides pour finir pour appeler invariablement à voter pour le PS.
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede bipbip » 03 Avr 2016, 02:19

En attendant le 31 mars: trois semaines de neutralisation cégétiste

Même si la mobilisation contre la loi Travail a débuté le 9 mars, la CGT elle, ne comptait pas vraiment s’activer avant le 31 mars. Date décidée depuis la fin du mois de février et annoncée partout. Comme d’hab la CGT entend contrôler la mobilisation. Sa position dans les négociations avec le gouvernement en dépend. Pour le moment, les premières initiatives autonomes n’ont pas fait dérailler le train-train. Malgré les premières occupations, les manifestations sauvages, les actions de blocages et les assemblées de lutte, la grève n’a pas encore pris une tournure reconductible. La CGT, de son côté, a commencé à montrer à qui en doutait encore le rôle qu’elle entend jouer dans la mobilisation : maintenir l’ordre et contenir tout ce qui compte la déborder.

... http://www.19h17.info/2016/03/29/en-att ... cegetiste/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Evolution du syndicalisme - avoir un oeil sur la CGT

Messagede bipbip » 07 Avr 2016, 14:10

Fédération Transports : le rififi n’est pas fini !

Après un congrès invraisemblable l’an passé, la lutte interne se poursuit : nous publions ici, pour information, un article de Médiapart :

http://www.communisteslibertairescgt.or ... -fini.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: CGT

Messagede bipbip » 11 Avr 2016, 10:47

Texte pour le 51e congrès signé par les adhérents de la CGT Goodyear et des milliers d’autres militants CGT :

Mais que fout la Confédé CGT ?

Mais qu’attendent ils pour jeter toutes nos forces dans la bataille contre la loi travail ?

La CGT c’est notre organisation syndicale, elle est forte de centaines de milliers de militants. Si nous le décidons, dans les conditions actuelles nous sommes capables d’organiser à PARIS le 28 avril une MANIFESTATION UNITAIRE de plus d’un million de personnes pour arracher le retrait de la loi travail.

Nous savons que, si la CGT joue son rôle, nous allons gagner.

Lorsque notre syndicat mobilise toutes ses forces, nous sommes capables:

-d’empêcher les multinationales qui font des milliards de profits de fermer leurs sites et de détruire nos emplois de participer à la gestion de notre entreprise pour imposer l’investissement et les créations de postes

-de reprendre les usines que les actionnaires veulent fermer, afin de poursuivre l’activité, maintenir les emplois et créer des entreprises dirigées par ceux qui y travaillent

-d’établir une nouvelle répartition de la valeur ajoutée en augmentant les salaires et en diminuant le temps de travail, en prenant le pouvoir économique et social au capital

-de refaire de la grève massive, générale et du blocage des moyens de production un instrument de la lutte des salariés

Donc, que fout la Confédé, pourquoi n’est elle pas aux avants postes ?

Il faut que ça change et le 51ème Congrès doit être le tournant par lequel la CGT reprend possession de ses forces.

Faisons ce que nous sommes capables de faire !

Et d’abord, décidons à notre congrès à Marseille d’organiser une manifestation d’une ampleur sans précédent le 28 avril TOUS ENSEMBLE A PARIS pour imposer le retrait de la loi El-Kohmri


http://www.retraitloitravail.com/confede
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité