Page 12 sur 12

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 01 Juin 2019, 21:38
de Pïérô
Il y a eu une polarisation qui nous a été vendue par le pouvoir, les médias et les instituts de sondages. Cette polarisation a même eu pour effet qu’il y en a qui ont voté RN sans en être sympathisants pour que la liste LREM ne soit pas devant, et d’autres qui ont voté LREM contre la progression du RN, ce qui explique les taux de ces listes malgré l’existence de nombreuse listes. Ensuite il ne s’agit là que des chiffres de ceux qui ont été voter, et il faut rappeler le fort taux d’abstention, et il est clair que ce fort taux d’abstention a plutôt touché la gauche en général.
Alors il ne faut pas tirer des traits sur la comête, d’autant que beaucoup ont compris que ce ne sera que par la lutte qu’on changera les choses. D’ailleurs dans ce domaine la gauche en général porte-elle un projet réellement plus social, un projet de changement de société, un projet anticapitaliste, et bien non, et maintes fois au pouvoir il n’y a pas eu de changement. C’est pourquoi d’ailleurs l’abstention prend tout son sens. Il en est de même à l’échelle européenne, et là aussi il faut que la révolte populaire gagne d’autres pays, car ce n’est que la lutte qui paiera. De ce fait une possibilité pour rebondir est là et fait enjeu, il faut préparer pour la rentrée un appel aux pays limitrophes, Espagne, Allemagne, Autriche, Belgique, Italie, Portugal. Si cela ne prend pas comme chez nous, au moins que dans un premier temps il y ait un samedi de mobilisation avec des manifestations organisées aux frontières par exemple.

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 02 Juin 2019, 09:03
de digger
Je pense que dans ce domaine comme dans d'autres, le bon vieux "Penser globalement ; agir localement" reste d'actualité et pertinent. Élargir des luttes n'est possible que si localement, elles sont déjà bien enracinées.
L'origine des GJ, c'est la rencontre de personnes habitant un même lieu, partageant les mêmes problèmes quotidiens, sur des ronds-points. C'est sans doute, le seul "point d'unité" du mouvement. Si tout le monde se retrouve sur les difficultés de la vie quotidienne ("les fins de mois"), les réponses politiques vont de l'extrême-gauche à l'extrême droite, en passant par le sentiment, peut-être dominant, que la solution ne peut se trouver dans la démocratie représentative (surtout pas bruxelloise)
Je ne suis pas sûr que les énergies doivent aller vers un élargissement européen, même si il serait évidemment souhaitable. Si il doit se faire,(et sous des formes propres à chaque situation locale) il se fera de lui-même et la meilleure chance qu'il se produise, c'est une stratégie locale (nationale) réussie, capable d'atteindre des objectifs concrets.
Il semble déjà difficile de coordonner le mouvement à une échelle nationale. Il faudra sans doute encore du temps pour cela. Et beaucoup d'énergie. Cela demande, par exemple, un sacré apprentissage d'organisateurs-trices et, pour les personnes déjà militantes, l'apprentissage d'un autre discours que celui que l'on adresse à ses "semblables" partageant les mêmes convictions.
Les élections municipales de l'année prochaine me semblent beaucoup plus prometteuses que les européennes (qui ne changent globalement aucun grand équilibre) Pas sur un plan politicien, mais sur le plan de l'action locale créative (on peut relire Bookchin), de la prise de contrôle de sa vie quotidienne, dans son lieu de vie quotidien et élargir à partir de là. Ce que l'on a réussi à faire au niveau de la commune, on peut le faire au niveau du département, etc...
Mais poser d'emblée le problème au niveau transnational, c'est perdre pied avec la réalité. La question transnationale, que je ne nie pas, est une question d'organisation de communications, d'échanges entre mouvements existants et bien organisés, pas une méthode d'organisation.
On pourrait se poser les mêmes questions sous différents angles, comme la stratégie répétitive (et désormais quasi unique) des manifestations de rues hebdomadaires ou, plus généralement, de la gestion sur le long terme de la diversité d'un mouvement "venu du bas", qui n'a jamais trouvé de solutions (Occupy, les indignés ou indignados, etc...)

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 02 Juin 2019, 13:39
de Fred1
Au niveau national la démocratie participative donne le droit aux idées d'extrême droite d'y participer. Et leurs idées sont courtes, surtout sur l'émigration. Se qui signifie qu'il y a pas de solutions sans risques.

Sauf erreur de ma part, aucun système humain n'a était reluisant pour l'humanité, une autre bourgeoisie se mets en place et s'assoit sur nos rêve avec les goulags de l'ancien régime.
Le travail qui consiste à partager le bien vivre ensembles, est une construction intellectuel qui a c'est opposants. Les richesses accumulé transforme par corruption n'importe quelle individus, le pouvoir isole l'individu en général.

Si ont regarde le mouvement des GJ, l' ambition personnelle à était la première cause de discorde, et c'est pas nouveau.
La liberté est un mouvement collectif, pas le pouvoir. A chacun ça prison soit elle d'or...

Touts les mouvements se construisent sur des notions de liberté collectif au début, puis le verbe et la rhétorique des ambitieux marchands du temple transforme les rêve en richesses accumulé, perverti les esprits pour les réduire à leurs causes, il suffisait de remplacer le peuple par clientèles, régression sociale par progrès, modernisation, évolution. Leurs rhétorique en réalité occulte les faits avérés. Perte de pouvoir vivre de sont travail, pauvretés, multiplient les maladie professionnelle du à l'amiante et autres produits industriels. Salaire gelée mais les prix des produits de première nécessité on subit des "évolution" 100 200 voir1000 fois leurs valeurs avant l'eurobusnesse.

C'est ainsi cher et chère client clientes, que se présente le nouveau Monde de Macron et associés. Un monde marchands, froid ,respectent la loi du plus fort, ou les faibles seront écrasée. Le progrès quoi...

Le niveau intellectuel des débats politique en revanche, eux ne change pas, c'est en dessous de la ceinture, automatiquement il se félicite sans cesse pour un oui pour un non, des progrès imaginaire fait depuis qu'ils sont aux pouvoirs. C'est des Progrès invisible que la classe populaire (pardon le client es);ne peut pas constaté, mais ils s'en félicitent tous depuis 60 ans.
Un grand merci à tout ceux qui sortent se pays de crise, mais va falloir augmenter les salariés dans se cas non?

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 25 Juil 2019, 22:55
de Pïérô
« Gilets jaunes » : le jour où les quartiers chics ont eu peur

Depuis l’automne 2018, les « gilets jaunes » saturent l’actualité. Cet été, « M » revient sur des aspects méconnus de cette crise sociale inédite. Après les violences sur les Champs-Elysées, la panique s’était emparée des habitants des arrondissements voisins.

... https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article ... Rx41wZ4-a8

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 30 Juil 2019, 15:41
de Pïérô
Appel des Gilets Jaunes à se mobiliser au G7

Image

https://zad.nadir.org/spip.php?article6 ... 3p9WGs2MJI

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 29 Aoû 2019, 20:55
de Pïérô
Dossier – Gilets Jaunes, une chronologie

Depuis le 17 novembre, Radio Parleur est sur le pont pour couvrir le mouvement des Gilets Jaunes. Disparate et passionnant, massif et spontané, la rédaction l’a attrapé par différents côtés. Retrouvez tous nos reportages, nos émissions, les conférences et les débats que nous avons pu diffuser sur le mouvement toujours actif.

... https://radioparleur.net/2019/08/20/gil ... es-dossier
/?fbclid=IwAR34web13Jh8_xDbwlVj3rhrOReLm3rboe8_APqEwCCesySZ15oeJUpuvg8

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 08 Sep 2019, 19:05
de Lila
ACTE 43 MARSEILLE

Les quartiers Nord rejoignent les Gilets Jaunes : « Gilets jaunes, quartiers nord, mêmes dégâts, même combat ! "

vidéo : https://www.facebook.com/gino.glaco.5/v ... QyMTQ0Nzc/

Re: Révolte populaire, gilets jaunes

MessagePosté: 15 Sep 2019, 09:17
de digger
Image

Présentée comme une manif de "gilets jaunes", ce n'en était pas une réellement, mais un mixte de beaucoup de révoltes. Signe des temps, étaient absents les syndicats et les partis politiques. Mais ceci est une autre histoire....
Le Cours des 50 Otages, officiellement autorisé, était bloqué par les flics, en nombre. Pour le reste, la tradition a été respectée. Lacrymos, canon a eau, vitrines de banques et le traditionnel McDo.
La police est satisfaite. Elle a saisi le homard géant et arrêté "des leaders de l'ultra gauche". [sic]

Image

En vrac,pour se faire une idée du contrôle des rues nantaises :

https://nantes.sous-surveillance.net/
Retour des caméras de vidéosurveillance des CRS
https://nantes.indymedia.org/articles/46501
Nouvelles caméras mobiles à Nantes ?
https://nantes.sous-surveillance.net/spip.php?article4