Page 2 sur 3

Re: Mobilisation interprofessionnelle du 22 mars 2018

MessagePosté: 31 Mar 2018, 21:36
de bipbip
Le 3 avril s'annonce brûlant !

Alors que la provocation de la SNCF sur le paiement des jours de grève peut pousser les AG de cheminots à voter la grève reconductible que propose SUD-Rail, d'autres secteurs se mettent en lutte.

Dans plusieurs départements des manifestations interprofessionnelles et unitaires, accompagneront le début de la grève des cheminots.

La CGT des services publics et des transports lance un mouvement sur les conditions de travail et pour le retour au public de la filière déchets, de la collecte au traitement.
Lire :
https://www.cgtservicespublics.fr/spip.php?rubrique1732

La CGT Energie lance de son côté un appel à trois de mobilisations diversifiées.
Lire :
http://l.facebook.com/l.php?u=http%3A%2 ... 2Ecl3ATtuP

https://www.facebook.com/Barom%C3%A8tre ... 734077339/

Appel de la CGT Hérault
Contre la Régression sociale

Justice contre les agressions fascistes
Manifestons le 03 avril à 14h00 gare de Montpellier
... http://lacgt34.over-blog.org/2018/03/ap ... avril.html

CGT Santé du Rhône

Image



Le mouvement étudiant amorce la convergence des luttes
L’université Tolbiac, à Paris, est l’épicentre de la rébellion étudiante en Ile-de-France. Les étudiants occupants préparent et espèrent la convergence des luttes avec les cheminots, les fonctionnaires, les personnels soignants.
Paris, reportage
... https://reporterre.net/Le-mouvement-etu ... des-luttes

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 01 Avr 2018, 14:45
de Pïérô
Les UD CGT, FO, Solidaires, FSU de Seine Maritime appellent à faire du 3 avril une date de mobilisation dans la construction du "Tous Ensemble"

Image


Air France, cheminots, éboueurs, étudiants...Vers une convergence des luttes le 3 avril
Le 3 avril prochain, la SNCF ne sera pas seule en grève. Air France aussi. Dix syndicats de tous métiers - pilotes, navigants, personnels au sol appellent à deux jours de débrayage les 3 et 7 avril, en plus du 30 mars. Il ne s’agit pas de défendre un statut comme les cheminots, mais d’obtenir des augmentations de salaire. Les syndicats demandent 6 % de hausse, arguant que les salariés ont, ces dernières années, consenti à des efforts. Ils se basent sur les bons résultats de la compagnie - 1,488 milliard d’euros de bénéfice pour Air France KLM, en 2017-.
... https://www.lopinion.fr/edition/economi ... ril-145698

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 02 Avr 2018, 16:44
de bipbip
Mobilisation. L’énergie entre dans la grève en même temps que les cheminots
La CGT mines-énergie appelle les salariés du secteur à cesser le travail dès le 3 avril, jour de début des actions à la SNCF, pour demander « la fin de la libéralisation du marché de l’électricité et du gaz », explique Sébastien Menesplier, Secrétaire général de la FNME CGT.
Les salariés de l’énergie entament un mouvement de grève, à l’instar des cheminots, des éboueurs et des employés d’Air France. À l’appel de la CGT mines-énergie, le premier syndicat du secteur, ils seront dans l’action chaque semaine à partir de mardi prochain, explique son responsable, Sébastien Menesplier.
Électriciens et gaziers sont appelés à déclencher un mouvement de protestation à partir du 3 avril et jusqu’au 28 juin. Certains jours de grève coïncideront avec le mouvement des cheminots. Pourquoi cette initiative ?
... https://humanite.fr/mobilisation-lenerg ... ots-652943

Grève à la SNCF: Pourquoi le gouvernement aurait tort de sous-estimer la colère
Beaucoup va se jouer dans la bataille de l'opinion
POLITIQUE - Même au plus fort de la mobilisation contre les ordonnances réformant le code du travail, le risque n'avait pas semblé aussi grand pour le gouvernement. En ce début du mois d'avril, c'est une semaine à l'enjeu inédit qui s'ouvre. Et pas seulement pour la réforme de la SNCF que l'exécutif va engager en ayant recours aux ordonnances. C'est une partie de la capacité de réforme d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe qui se joue.
La grève roulante qui commence lundi à 19h prévue pour durer des semaines est le symptôme le plus visible de l'opposition à la politique libérale de la majorité. Mais ce n'est pas le seul. Des préavis de grève ont été déposés dans les secteurs de l'énergie et des déchets pour réclamer la création de grands services publics; des désagréments dans le ramassage des ordures sont prévus dans plusieurs grandes villes dont Paris.
S'y ajoute également un conflit à Air France avec une grève qui perturbe le transport aérien. Il faut enfin évoquer le mouvement qui prend de l'ampleur dans les universités où les étudiants dénoncent la réforme du mode d'entrée dans l'enseignement supérieur, qui institue -selon les opposants- une sélection. "50 ans après mai 68, cela pourrait donner des idées à des jeunes qui ont envie de se rappeler au bon souvenir du gouvernement", craint un ténor de l'Assemblée alors que jusqu'à ce mois de mars, les facs étaient restées en retrait de la mobilisation.
Le soutien de l'opinion sera crucial
"On entre dans un long printemps social qui est dangereux et peut potentiellement être un tournant dans le quinquennat", analyse Stéphane Sirot, historien des mouvements sociaux, sur Europe 1. Car plus qu'un mouvement particulier, le risque pour les pouvoirs politiques est de voir ces mots d'ordre coaguler pour donner l'impression d'une gigantesque mobilisation anti-Macron
... https://www.huffingtonpost.fr/2018/04/0 ... _23400291/


La grève générale qui vient : revue des mobilisations en cours

L’heure est la grève dans tous les secteurs et un peu partout en France. Revue de presse sur toutes les mobilisations en cours et à venir. Le printemps 2018 sera chaud !

À la SNCF dès le 2 avril

Une grève longue à la SNCF, avec deux jours de débrayage tous les cinq jours, doit débuter lundi 2 avril au soir contre la réforme de l’entreprise publique voulue par le gouvernement. Le mouvement est prévu jusqu’au 28 juin.

Mais la direction de la SNCF utilise des sales techniques de briseurs de grève : des cadres et des agents de sécurité SNCF sont mobilisés pour remplacer les grévistes. Des instructions sont données pour faire payer les grévistes :
• Pratiques punitives à l’encontre des grévistes (sur la comptabilisation des jours de grève, sur les retenus de salaires pour grève …) bien que la base légale de ces consignes soit certainement contestable.
• La SNCF recourt aussi à l’utilisation de travailleurEuses étrangEres. Le technicentre du Landy (St-Denis, 93) était en grève massive ce 22 mars. La direction a fait venir des travailleurs anglais pour remplacer les grévistes sur l’Eurostar. C’est évidemment illégal, mais ce genre de pratiques est monnaie courante.
• Blocage des trains pour la montée à Paris le 22 mars. La direction a, là encore, tout fait pour limiter le nombre de cheminot.e.s dans les rues de Paris. Elle a arrêté des lignes permettant de rejoindre les grands axes et supprimé des trains sur lesquels les grévistes avaient réservé des places.
• Interdiction de distribuer des tracts. Le ridicule ne tue pas. La direction logistique interdit quasiment de distribuer des tracts sur les lieux de travail, même en heure de délégation syndicale.

Appel local le 13 avril : à 14h, rendez-vous à la gare de Perrache pour converger avec les Cheminots. Manifestation jusqu’au Conseil Régional où chaque secteur et établissement présent portera ses revendications. Ce n’est pas une initiative de soutien aux cheminots (ils y tiennent) mais une initiative qui propose le rassemblement de plusieurs luttes.

Chez les éboueurs à partir du 3 avril

Les fédérations CGT des Transports et des Services publics ont lancé un appel commun à la grève dans l’ensemble de la filière déchets à partir du 3 avril, pour revendiquer la création d’un « service public national » des déchets. Le mouvement devrait toucher notamment Paris et la région parisienne, Marseille, Montpellier, ainsi que l’Est et le Nord ;

L’objectif est la « reconnaissance de la pénibilité » dans ce secteur, en élargissant à l’ensemble des salariés la possibilité d’un départ anticipé de cinq ans « à taux plein » pour tous et de 10 ans pour les métiers « exposés à l’insalubrité et la pénibilité » (ramassage des ordures, agents de tri), ainsi qu’une réduction du temps de travail.
La collecte des déchets est « initialement une compétence publique », a rappelé Sébastien Cravero, animateur du collectif "filière collecte et traitement des déchets" à la fédération CGT des Services publics (territoriaux). Mais « plus de la moitié relève aujourd’hui du privé », via des délégations de service public, entraînant un « dumping social » entre entreprises et des « conditions de travail (qui) se dégradent » aussi bien dans le public que dans le privé.

Dans l’énergie à partir du 3 avril

La FNME-CGT, appelle à la grève à partir « du 3 avril jusqu’au 28 juin », soit sur la même période que la grève des cheminots, réclamant notamment « un nouveau service public de l’électricité et du gaz ».

Le syndicat réclame un « bilan de la déréglementation du secteur de l’énergie », « la fin de la libéralisation du marché de l’électricité et du gaz » et « un statut de l’énergéticien pour l’ensemble des salariés qui travaillent » dans ce secteur.
Le mouvement alternera les temps forts et les temps faibles, et sera parfois calé sur les mouvements des cheminots ou des autres secteurs en grève. Parmi les actions envisagées, « des baisses de production dans les centrales électriques » et des coupures ciblées « vers des industriels, notamment ceux qui licencient les salariés ou qui criminalisent l’action syndicale ».

La CGT Mines Energie entend « peser sur l’économie du pays » avec un « cadencement hebdomadaire d’actions de grève et d’action d’interventions sur l’outil de travail ».

À Air France les 3 et 7 avril

Dix syndicats d’Air France, tous métiers confondus, appellent à la grève les 3 et 7 avril, en plus de celle du vendredi 30 mars, pour obtenir une augmentation générale de 6%,

Chez Carrefour

Les deux premiers syndicats de Carrefour entendent s’opposer au plan « stratégique » de la direction qui prévoit la suppression de plusieurs milliers d’emplois.

Le « plan stratégique » pour le groupe Carrefour, annoncé à la fin de janvier par son président-directeur général, Alexandre Bompard, prévoit la suppression de 2400 postes par un plan de départs volontaires et par la sortie du groupe de 273 ex-magasins Dia, qui affecte 2100 salariés, avec un plan social à la clé. Auparavant, Carrefour avait également annoncé le passage en location-gérance de cinq de ses hypermarchés, avec une perte de rémunération équivalente à deux mois pour les employés concernés, selon la CFDT. Les salariés devraient par ailleurs toucher cette année une cinquantaine d’euros de participation, contre plus de six cents euros l’an dernier, a-t-on appris vendredi.
Grève programmée de nombreux magasin à compter du 30 mars ainsi que dans le secteur logistique (dans les entrepôts qui livrent les magasins, même si les magasins sont ouvert, ils pourraient n’avoir rien à vendre).

Chez les avocat·es et les magistrat·es

Jour de grève dans les tribunaux, contre la réforme de la justice. Les magistrat-es et les avocat-es contestent le remplacement dans certaines procédures des juges par des algorithmes et des robots, la suppression de nombreux tribunaux et des audiences en visioconférence à l’autre bout de la France, ainsi qu’une restriction de l’accès à la justice pour les victimes et les personnes les plus fragilisées. Sans concertation avec les professionnel.les de la justice le gouvernement sollicite une large habilitation à légiférer par ordonnance – donc sans débat parlementaire – sans que les mesures exactes soient définies. Prochaine grève le 11 avril

Dans l’éducation

Grève contre la précarité et pour des moyens à la hauteur des besoins dans l’éducation.

Face à la dégradation des conditions de travail des personnels et des conditions d’étude des élèves, de la maternelle à l’Université, l’AG des grévistes parisien-nes, la majorité des syndicats du secteurs et le collectif des précaires de l’éducation nationale appellent à la grève. Illes dénoncent :
• fermetures de classes,
• nombreux postes d’AESH non pourvus pour l’accompagnement d’élèves en situation de handicap
• effectifs surchargés,
• AED en sous effectifs,
• baisse des dotations horaires,
• délabrement des locaux dans les quartiers populaires,
• non remplacement des congés maladie ordinaire, des absences pour formation continue et syndicale,
• baisse du nombre de postes aux concours entraînant un recours exponentiel aux contractuel-les
• disparition des réseaux et structures d’aide aux élèves en difficultés.

À cela s’ajoute le rouleau compresseur des réformes du gouvernement : instauration de la sélection à l’entrée à l’Université, réforme du bac et du lycée, réforme de la voie professionnelle.

Les précaires de l’éducation nationale dénoncent leurs conditions de travail.
Le nombre de contractuel-les dans l’Éducation nationale est en croissance exponentielle. Ces personnels précarisé-es, souvent mal formé-es et sous-payé-es, sont jetables et à la merci de toutes les pressions hiérarchiques possibles. On pense notamment aux centaines de collègues en contrats CUI qui ont été licencié-es sans préavis suite à l’annonce gouvernementale de supprimer leurs contrats depuis cet été, et à l’emploi de plus en plus répandu de jeunes en service civique pour pallier au manque de personnels.
Pourtant les personnels précaires assurent au même titre que les titulaires le bon fonctionnement du service public d’éducation.

Grève victorieuse du personnel du lycée Faÿs (Villeurbanne)

Depuis la rentrée 2017, le ½ poste de documentaliste de la Section d’Enseignement Professionnel a été supprimé, et c’est le motif de leur protestation. Le 1er mars, une délégation composée de professeurs, de parents d’élèves des fédérations FCPE et PEEP et représentants des élèves, avait déjà été reçue au Rectorat, mais "aucune solution durable ni satisfaisante d’un point de vue pédagogique n’a été apportée", explique le personnel du lycée Faÿs.
« Tantôt la réponse était d’avoir recours à un personnel précaire et non formé plutôt qu’à un personnel qualifié pour encadrer les élèves ; tantôt on demandait à l’établissement de basculer des heures allouées à certains projets ou enseignements pour faire fonctionner le CDI. C’est la fusion des lycées d’enseignement général et professionnel qui a mené à cette diminution de moyens » expliquent les syndicats dans un communiqué.
Le personnel du lycée Faÿs à Villeurbanne était en grève ce jeudi et s’est rassemblé devant le Rectorat. Ils et elles ont obtenu gain de cause : le demi-poste devrait être sauvé pour la rentrée prochaine, selon les grévistes.

Grève le 4 avril contre les projets de loi sur l’asile et l’immigration

Depuis plusieurs mois, l’adoption de textes relatifs au droit d’asile et à l’immigration s’accélère. Des circulaires se sont ainsi succédées fin 2017, poursuivant un objectif commun : mieux contrôler, trier, éloigner les étranger-e-s indésirables. Le 21 février dernier déjà l’OFPRA et de la CNDA devant le Conseil d’Etat. Contre ces deux projets de loi, tou.te.s les salarié.e.s du secteur associatif et social le sont appelé.es à la grève le mercredi 4 avril.

Aux urgences psychiatriques du Vinatier

Les personnels des urgences psychiatriques du Vinatier,avec le soutien des syndicats CGT et FO, sont entré.es en grève le vendredi 30 mars. Manque de personnel, manque de moyen, manque de lits permettant une prise en charge correcte des patients, conditions d’accueil et d’hospitalisation déplorables, dégradation incessante de la qualité des soins, déni institutionnel des conditions de travail…
La grève est reconductible. Une cinquantaine de personnes étaient présentes à un rassemblement devant le Vinatier le vendredi 30 mars.

Au foyer d’accueil médicalisé l’Echappée à Condrieu

Depuis le 2 mars, un collectif de salariéEs de la Sauvegarde 69 lutte et résiste face aux dégradations de leurs conditions de travail face à une direction sans considération. Et revendique une nouvelle politique salariale ambitieuse et respectueuse de l’engagement professionnel des salariés : plus de congés, augmentation de salaires, des formations, des CDD engagé-e-s sur le long terme...

Une cagnotte de grève a été ouverte pour soutenir les grévistes qui ne lâcheront rien !

Appel en soutien le mardi 3 avril

À 10h, nous appelons à venir renforcer le rassemblement des personnels en grève de la Sauvegarde de l’Enfance (Fam Echappée rejoints par d’autres établissements) 16 rue Nicolaï à Lyon (7e arrondissement).

À 12h, nous appelons les personnels des établissements en lutte et de tous ceux qui veulent porter leurs revendications à un rassemblement devant l’ARS 241 rue Garibaldi à Lyon (3e arrondissement).


https://rebellyon.info/la-greve-general ... ient-18908


Image



Construire le rapport de forces dès maintenant

motion d’actualité du 8e congrès de la fédération des syndicats SUD éducation

La fédération des syndicats SUD éducation s’est positionnée pour un appel à la grève reconductible à partir du 3 avril partout où cela est possible.

La mise en œuvre de cette décision exige que concrètement des initiatives soient prises dès maintenant :

Être à l’initiative d’assemblées générales dans nos établissements et dans nos secteurs sur le thème de la défense du service public et de l’importance de la convergence des luttes. En effet pour discuter et mobiliser nos collègues, il est nécessaire de faire le lien entre les attaques qui les concernent directement (réforme du bac, sélection à la fac, manque de moyens, suprressions de postes, menaces contre notre statut...) et celles qui concernent toute la fonction publique puisque la logique est partout la même. Et aussi faire le lien avec les attaques contre les cheminot.e.s, les autres services publics (santé, EHPAD, finances publiques, justice, énergie...) et avec celles touchant le secteur privé, comme par exemple les transports aériens, la collecte et le traitement des déchets, la grande distribution, qui sont déjà en lutte ou qui s’apprêtent à y entrer ces jours prochains.

Participer, et s’il n’y en a pas, appeler à des rassemblements ou des manifestations dès le 3 avril rassemblant public/privé, salarié.s/usagers afin de rendre visible un début de convergence des luttes.

Regrouper les équipes mobilisées et/ou en grève de différents secteurs pour aller à la rencontre d’autres salariés et étendre la mobilisation.
Participer à toutes les formes de ripostes à la répression qu’elle soit gouvernementale ou patronale.

Œuvrer à la mobilisation contre toutes les attaques de l’extrême droite, en particulier celles visant physiquement les étudiant.e.s mobilisé.e.s (Montpellier, Lille, ...)
S’appuyer sur toutes les journées de grèves intersyndicales, sectorielles ou interprofessionnelles pour populariser la nécessité de la grève générale public/privé et le blocage de l’économie.

Pour la première fois depuis des mois d’offensive généralisée de ce gouvernement au service des classes dominantes, la possibilité d’un mouvement d’ensemble se fait jour.

C’est d’ailleurs ce qu’expriment l’Union syndicale Solidaires ainsi que d’autres organisations. Notre fédération prendra donc toute sa place dans la construction du rapport de forces permettant enfin de faire échec aux projets des capitalistes.


http://www.sudeducation.org/Construire- ... orces.html

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 06 Avr 2018, 11:37
de Pïérô
la fédération sud santé sociaux soutient SUD-Rail dans sa grève reconductible et les étudiants dans leur lutte appelle ses syndicats, ses militants et au-delà les travailleurs de notre secteur à rejoindre la lutte, en lançant des assemblées générales dans tous les établissements sanitaires, médico-sociaux, sociaux, à monter des comités de grève, sur le modèle de la convergence des hôpitaux en lutte.

Nos luttes ne sont pas en concurrence !

Lors de notre conseil fédéral réunis à Samatan (32), nos 200 déléguéEs provenant de tout le pays ont adopté une motion liant nos luttes à celles des étudiantEs, des cheminotEs et plus largement pour un service public à la hauteur des besoins de la population !

La bataille du rail lancée par l’intersyndicale de la SNCF interpelle nos organisations et nous invite non seulement à soutenir cette lutte mais au-delà à inscrire notre action dans le calendrier proposé par les cheminots.

Les cheminots qui se battent pour un service public du rail, rencontrent naturellement notre préoccupation d’une fonction publique hospitalière renforcée.

Nous portons cheminots, hospitaliers et salariés du social la même volonté d’être encore et toujours au service de la population, répondant en cela à ses besoins, là où les logiques néolibérales qui imposent l’offre et la réduction de la voilure. Le rapport « Spinetta », le gouvernement accélérant le pas, l’annonce d’un passage par ordonnance devant la représentation parlementaire a obligé nos camarades du rail à réagir rapidement. Dès le 22 Mars puis le 3 avril et les jours suivants la lutte s’organise dans le ferroviaire. Les cheminots ont bien conscience de la dimension symbolique de cette lutte, ils savent l’impact d’une victoire ou d’une défaite de leur bataille sur l’ensemble des services. C’est pour cela que nous sommes à leur côté.

Macron dans sa guerre éclair contre les services publics, ne choisit pas par hasard le rail.

Il frappe fort d’emblée et le secteur le plus syndiqué, le plus revendicatif, mais aussi celui dont il pourra le plus facilement dénoncer les quelques conquis sociaux qu’il leur reste, quitte à manipuler l’opinion publique. En faisant plier ce bastion, il
entend mettre à genoux tous les autres dans un second temps.

Ouvrir le train a la concurrence va multiplier l’offre sur les lignes rentables, notamment entre les grandes villes, isolant autant de zones de notre territoire. Cette même logique préside dans l’idée des groupements hospitaliers de territoire.
Pour être concurrentiel, il faut concentrer les moyens sur un gros établissement et fermer les plus petits, ceux dits de proximité. L’égalité d’accès au service n’est plus alors garantie et nous nous éloignons des principes mêmes de leur création, seule compte la commercialisation.

La perte de sens au travail est alors criante.

Comme les cheminots qui voudraient encore pouvoir amener les gens au travail, en vacance, visiter leur famille, créer du lien. Les hospitaliers, les travailleurs de la santé et de social souhaitent continuer à donner du soin, accompagner, aider, écouter, conseiller, prendre une main, soutenir toutes ces petites choses qui font notre mission, qui définissent notre cœur de métier et qui sont autant de pertes de temps pour nos managers et nos dirigeants.

Ce rouleau compresseur libéral s’attaque également à l’université. La réforme Vidal visant à sélectionner préfigure une société de la concurrence. Les étudiants dans leur lutte dénoncent cette vision inégalitaire et reproductive des déterminants
sociaux. Ils ont eux aussi tout notre soutien.

Une société émancipée ne pourra exister que débarrassée de ces conceptions capitalistiques. Le service public est le bien commun dans la santé, le rail, et l’éducation comme partout.

Camarades ne nous en laissons pas compter et engageons le rapport de force.

Parce que nous subissons les mêmes politiques, que nos ennemis sont les mêmes, que le présent des cheminots et des étudiants est notre avenir immédiat, la fédération sud santé sociaux soutient SUD-Rail dans sa grève reconductible et les étudiants dans leur lutte appelle ses syndicats, ses militants et au-delà les travailleurs de notre secteur à rejoindre la lutte, en lançant des assemblées générales dans tous les établissements sanitaires, médico-sociaux, sociaux, à monter des comités de grève, sur le modèle de la convergence des hôpitaux en lutte.

La convergence passera alors d’une déclaration incantatoire à une réalité que nous construirons ensemble, et nous allons y mettre toutes nos forces !


http://www.sudsantesociaux.org/nos-lutt ... as-en.html

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 07 Avr 2018, 13:02
de bipbip
Nantes

Manifestation Unitaire contre les attaques de Macron

Samedi 7 avril 2018
à 14h30, Place du Cirque / Place de l'Écluse

A l'initiative du mouvement étudiant à laquelle se joignent la CGT et Solidaires, toutes et tous dans les rues à Nantes les samedi 7 et 14 avril, 14h30 place du Cirque à Nantes.

D'ici la grève nationale interprofessionnelle du 19 avril, maintenons la pression, popularisons les luttes en cours (cheminots, étudiants, accueil périscolaire, Carrefour, Air France, musée, éboueurs, etc.) et suscitons l'entrée en lutte de nouveaux secteurs.

Rassemblement à 14h30 - Animation théâtrale - Défilé/tractage - Goûter et AG inter-luttes (17h30 sous les nefs)

Le 7 avril retrouvons nous tou-te-s dans la rue contre Macron et son monde!

Le début de mandat de Macron est marqué par la guerre sociale qu'il mène contre tous les secteurs : cheminots, hôpitaux, EHPAD, retraités, étudiants, lycéens, salariés du privé, nul n'est épargné !
Ces dernières semaines de très nombreuses universités partout en France se sont mobilisées contre la loi ORE, imposant une sélection à l'entrée de l'université, et en soutien aux autres secteurs pris pour cible par le gouvernement. Le 3 avril c'est plus de 1500 étudiant-e-s qui se sont retrouvé-e-s en Assemblée Générale à Nantes pour voter le blocage illimité de la faculté jusqu'au retrait de la loi. Une mobilisation d'une telle ampleur est inédite depuis plus de dix ans et nous devons tous et toutes ensemble parvenir à la saisir et à la faire monter pour préserver nos acquis sociaux.
Nous avons toutes et tous un enfant, un frère, une sœur, un petit-enfant, concerné par la sélection à l'Université et son ouverture progressive à la concurrence et aux entreprise privées. Nous avons toutes et tous des ami-e-s, des voisin-ne-s, des membres de nos familles, concernés par la loi travail XXL, la réforme du statut de cheminot, la privatisation du service public ou les coupes budgétaires dans les secteurs de la santé et de l'éducation.
Nous appelons tout le monde, notamment les personnes solidaires mais ne pouvant pas se mettre en grève, à se rassembler les samedis 7 et 14 avril à Place du cirque pour manifester tous et toutes ensemble dans les rues de Nantes. Tissons des solidarités et soutenons les luttes en cours, que ce soit à la fac ou dans les boîtes. Finissons-en avec Macron !

Une AG inter-luttes se tiendra après la manifestation pour envisager la suite du mouvement!

https://44.demosphere.eu/rv/2622

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 07 Avr 2018, 23:49
de bipbip
Transports, déchets, énergie, étudiants : un large mouvement de grèves perturbe plusieurs secteurs
Si le secteur des transports est très impacté par la colère sociale – un TGV sur huit en moyenne mardi –, le mécontentement monte aussi du côté des facultés et des lycées.
Sur les rails, dans les airs, la collecte des déchets ou l’énergie, mardi 3 avril a donné le coup d’envoi d’un mouvement social qui touche plusieurs secteurs en France. Celui des transports est très impacté, mais la colère monte également du côté des facultés et des lycées.
... http://www.lemonde.fr/entreprises/artic ... CwYqCjO.99

«On voit émerger un ennemi commun: Macron, l’ami des banquiers»
Entretien avec Manuel Cervera-Marzal conduit par Lorène Lavocat
... https://alencontre.org/europe/france/fr ... uiers.html

Mobilisation du 3 avril à Montpellier : lycées bloqués, grève de la SNCF reconduite, 2000 manifestants, assemblée générale interprofessionnelle
La mobilisation contre la régression sociale et les agressions fascistes a commencé tôt ce matin à Montpellier et s’est terminée tard. Le Poing vous livre le récit de cette journée décisive pour la construction d’un mouvement social capable de faire plier le gouvernement Macron.
Lycées bloqués
Dès l’aube, les lycées Joffre, Clémenceau et Agropolis ont été bloqués. Aucune interpellation ne serait à déplorer.
... http://www.lepoing.net/mobilisation-du- ... sionnelle/


Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

Depuis le 3 avril, les cheminot-es se mobilisent de manière massive contre la destruction du service public ferroviaire avec des grèves puissantes et déterminées, tellement que la direction de la SNCF déraille et se décrédibilise en annonçant seulement 30% de grévistes, alors que 90% des trains ne circulent pas. La Fédération SUD-Rail appelle à renforcer la mobilisation dans la grève, aux piquets, dans les AG, à proposer des actions permettant aux autres luttes de s’agréger à l’action des cheminot-es... les dates des 8 et 9 avril doivent y participer notamment le 9 à Paris en se joignant aux cortèges.

Dans les universités, les blocages, AG et mobilisations se multiplient contre la sélection à l’entrée de l’université avec plus d’une trentaine de facultés et établissements universitaires concernés, le tout dans un contexte de répression et d’attaques physiques de l’extrême droite . De nouvelles dates de manifestations sont programmées, notamment le 10 avril.

A cette même date, sur les questions salariales, le personnel d’Air France est à nouveau appelé à cesser le travail les 10 et 11 avril prochains ainsi que les 17 et 18 après des mobilisations réussies en mars. D’autres secteurs sont aussi en lutte : les finances publiques avec des mobilisations réussies ces derniers jours, comme à Paris, et un préavis de grève déposé jusqu’à juin ; dans l’éducation avec des grèves des personnels précaires, dans la santé également les choses bougent en lien avec les mobilisations dans les EHPAD et les hôpitaux en lutte. A la Poste, de nombreuses grèves larges et dans la durée sont en cours en Ille-et-Vilaine, en Gironde et dans les Hauts de Seine.

Dans ce contexte détonnant, le pouvoir use de la carotte et du bâton pour tenter d’une part de diviser les fronts syndicaux qui existent et de faire taire les organisations les plus combatives et les plus présentes dans les différentes luttes. Il multiplie aussi les annonces et les coups de menton en cherchant à désorganiser les solidarités qui se construisent concrètement.

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.

Déjà dans de nombreuses villes les 9, 10 et 14 avril seront des jours de manifestations unitaires appuyées par des grèves. L’Union syndicale appelle chacune et chacun à s’engager de manière résolue dans ces journées et à les multiplier, notre riposte doit être unitaire et prendre dès le 9 avril encore plus d’ampleur !

Paris, le 5 avril 2018


https://solidaires.org/Les-9-10-et-14-a ... les-luttes

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 09 Avr 2018, 10:32
de Pïérô
Le 9 Avril, Marchons sur l’ Assemblée nationale

Le 9 Avril va commencer l’examen du projet de loi d’habilitation par ordonnances sur la réforme du secteur ferroviaire à l’Assemblée nationale. En cette occasion, SUD-Rail organise un rassemblement devant celle-ci afin de marquer le coup et faire converger grévistes et autres secteurs en lutte.

Image

https://www.solidaires.org/Le-9-Avril-M ... -nationale

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 12 Avr 2018, 16:58
de bipbip
Manifestation - cheminots, postiers, santé, étudiants

Manifestons tous ensemble vendredi 13 avril 2018 !

Paris vendredi 13 avril 2018
• 13h30 : Rendez-vous Métro Tolbiac
• 14h30 : Départ de la manifestation en direction de la Gare d'Austerlitz
• 15h00 : Convergence devant l'hôpital Pitié Salpêtrière avec le secteur santé
(plus d'infos sur la manifestation des hôpitaux ici)

Convergeons nos luttes pour faire plier le gouvernement

Image


Marseille
« Le 14 avril, nous serons quinze fois plus forts »
http://www.lamarseillaise.fr/bouches-du ... plus-forts

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 14 Avr 2018, 16:07
de Pïérô
Tours
Appel intersyndical à la mobilisation et à la grève le 19 avril

Déclaration des organisations CGT, FSU et Solidaires d’Indre-et-Loire qui appellent à poursuivre la mobilisation unitaire et interprofessionnelle par la grève et la manifestation le 19 avril, face aux différents projets de réformes menés par le gouvernement.

... http://www.solidaires37.org/spip.php?article1240

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 17 Avr 2018, 08:03
de bipbip
"On n'a même pas pu faire deux pas avant de se faire gazer" : une manifestation d'opposants au gouvernement dégénère à Montpellier
Des heurts entre manifestants et CRS ont éclaté samedi à Montpellier, lors d'une mobilisation contre la politique du gouvernement, indique France Bleu Hérault. 51 personnes ont été interpellées.
Une manifestation de "convergence des luttes", en majorité menée par des étudiants, mais aussi par des retraités, des cheminots et des syndicalistes opposés à la politique du gouvernement, a viré samedi 14 avril à l'affrontement avec les policiers et CRS, a rapporté France Bleu Hérault. 51 personnes ont été interpellées, a annoncé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. 43 sont toujours en garde à vue, a précisé dimanche en fin de matinée la préfecture de l'Hérault.
... https://mobile.francetvinfo.fr/politiqu ... ebook.com/

Manifestation nationale inter-luttes du 14 avril à Montpellier : 2500 personnes dans les rues, centre-ville retourné, 50 interpellés, une quarantaine de gardes à vue
Étudiant·e·s, lycéen·nes, retraité·e·s, syndicalistes, militant·e·s pour l’ouverture des frontières, pour la Palestine… : 2500 personnes se sont rassemblées devant le parc du Peyrou ce samedi après-midi, à l’appel de la coordination nationale des luttes, pour s’opposer à Macron et à son monde.
Avant même que le cortège ne soit parti, les policiers ont braqué leurs LBD40 (flashball) sur les manifestant·e·s et ont bloqué le boulevard du jeu de Paume, près du parc du Peyrou. Taquins, des révoltés ont repeint les casqués, qui ont alors gazé toute la place à coups de grenades lacrymogènes.
... http://www.lepoing.net/manifestation-na ... des-a-vue/

Plus d’arrestations à Montpellier qu’à Nantes pour la mobilisation nationale contre la « casse sociale »
Manifestation bloquée, tentative d’interdire le centre-ville, dégradations de devantures de magasins et 51 personnes arrêtées. C’est le bilan de la manifestation nationale du 14 avril à Montpellier, haut lieu depuis quelques semaines de la contestation étudiante.
La manifestation n’a pas pu démarrer, sans pour autant qu’un arrêté interdisant le défilé n’ait été pris par la préfecture de l’Hérault. Samedi 14 avril, une douzaine de véhicules de police sont étrangement positionnés au début du parcours de la « manifestation nationale contre la casse de nos droits sociaux et politiques » appelée par la Coordination nationale des luttes et les comités de mobilisation des universités de Montpellier. Une trentaine de membres des forces de l’ordre est déployée, harnachée, boucliers et armes aux poings. Le cortège de tête s’avance encapuchonné, ouvrant le défilé, et fait face à une douzaine de policiers barrant le boulevard.
... https://rapportsdeforce.fr/societe/plus ... e-04151781

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 18 Avr 2018, 07:46
de bipbip
Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales

L’Union syndicale Solidaires a décidé de se joindre à l’appel à grèves et manifestations le 19 avril. Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.

Chaque secteur a des revendications propres. Nous savons que face à ce gouvernement c’est un mouvement de convergence concrète des luttes qui permettra de gagner. Pour cela il faut renforcer chacune de nos luttes. Ces convergences prennent aujourd’hui des formes diverses comme par exemple avec la manifestation parisienne du vendredi 13 avril qui partira avec les cheminot.es de l’université Paris 1 Tolbiac pour se rendre à la Gare d’Austerlitz en passant par l’hôpital de la Salpêtrière.

Le jeudi 19 avril est une étape dans la construction de mobilisation pour renforcer les luttes dans les entreprises, les administrations, les services et pour continuer de construire le rapport de force qui nous permettra de faire plier ce gouvernement. Le recours croissant à la violence contre les manifestant.es et en particulier contre la jeunesse ne pourra pas contrer la détermination de ceux et celles qui sont entré-es en lutte.

L’Union Solidaires appuiera toutes les mobilisations des secteurs en lutte pour la défense des services publics, des statuts et des droits, pour l’augmentation des salaires et la défense de l’emploi et des droits des chômeur-euses. Nous travaillons à la préparation d’un premier mai le plus unitaire et puissant possible, comme une étape centrale de la convergence.

Macron and Co vivent dans les nuages, nous allons les ramener sur terre !

Pour Paris :
• Manifestation de Montparnasse en direction de Place d’Italie (via Denfert-R).
• RDV Solidaires à 13h00 Place du 18 juin 1940
• Départ de la manif à 14h00
• Ordre des cortèges : CGT- Jeunes/UNEF - FSU - Solidaires


https://solidaires.org/Le-19-avril-en-g ... onnons-les


Le 19 avril, convergeons contre Macron et son monde !

Appel SUD Commerces et Services

Image

https://www.solidaires.org/Le-19-avril- ... -son-monde


Lyon
Journée de convergence de luttes et manifestation le jeudi 19 avril

Ces dernières semaines, des initiatives d’actions avec des grèves et manifestations ont été organisées dans plusieurs secteurs professionnels et territoires. Appel de l’intersyndicale à une première étape dans le processus de convergence des luttes. Manifestation à 13h30, place Jules Ferry (gare des Brotteaux)

Agents de la Fonction publique, salariés, cheminots, retraités, jeunes….se mobilisent tour à tour pour dénoncer la remise en cause profonde de notre modèle de société. Une journée d’actions, de grèves et de manifestations est prévue le 19 avril.

Animé par la seule volonté de répondre aux intérêts individuels de quelques « premiers de cordée », aux revendications du Medef, le gouvernement et la majorité parlementaire s’inscrivent dans une remise en cause profonde de notre modèle de société.

Salariés ou travailleurs dit autonomes, privés d’emploi, retraités, jeunes sont mis en opposition pour ne pas solliciter les moyens financiers existants, ni répartir les richesses produites par le travail.

L’intersyndicale propose à toutes et tous d’agir le 19 avril pour une alternative de progrès social autour :
• De l’amélioration des salaires, des pensions et des minima sociaux sur la base d’un SMIC fortement revalorisé.
• Du développement de l’emploi de qualité et la réduction du temps de travail.
• De l’obtention de droits collectifs de haut niveau inscrits dans des conventions collectives ou des statuts.
• Du développement d’une industrie et de services publics qui répondent aux besoins des populations.
• D’un accès à des études supérieures sans sélection à l’entrée.
• D’un accès élargi à la formation professionnelle libérée de toute logique marchande.

L’intersyndicale, ses militants, ses syndiqués sont à pied d’œuvre pour élever le rapport de force dont les travailleurs ont besoin pour la satisfaction de leurs revendications. Pour être plus fort, il faut être plus nombreux.

À l’appel des 7 organisations, participons massivement à la manifestation unitaire le Jeudi 19 avril 2018
13h30, place Jules Ferry (gare des Brotteaux)
Jusqu’à la Place Bellecour

Villefranche : 17h30 - Place des Arts

Et pour se mettre en jambe, ce mercredi 18 Avril 2018 à partir de 12h00 Place Guichard devant la bourse du travail LYON 3, est organisé un pique-nique revendicatif sur place puis interpellation du Député Tourraine (LREM).

L’intersyndicale GCT, FSU, CNT SO, Solidaires, CNT, Unef, UNL


https://rebellyon.info/Journee-de-conve ... s-et-19029

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 18 Avr 2018, 09:01
de clateuf
Image

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 19 Avr 2018, 17:22
de Pïérô
Tours,

plus de 4000 personnes. Des cortèges syndicaux, CGT et Solidaires très corrects, mais surtout énormément de jeunes et surtout Lycéen-ennes. A Tours les lycées sont en ébullition.

Voir ici pour le suivi lutte étudiante et lycéenne : https://larotative.info/suivi-de-la-mob ... -2743.html

Photos de la manif :
. http://www.solidaires37.org/spip.php?article1242
. http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1861

19 avril : des milliers d’agitateurs professionnels dans les rues de Tours
A l’appel de trois organisations syndicales et du mouvement étudiant et lycéen, 6 000 personnes ont manifesté de la place de la Liberté jusqu’à la gare de Tours, où la grève des cheminots se poursuivait.
... https://larotative.info/19-avril-des-mi ... -2755.html

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 19 Avr 2018, 20:51
de Pïérô
Manifestations massives de rage le 19 avril partout en France

Le poids des chiffres et des photos

https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/ ... -en-france

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

MessagePosté: 20 Avr 2018, 06:33
de bipbip
Convergence des luttes : 3000 manifestants à Montpellier ce jeudi, chaine humaine face aux provocations policières
Étudiants, lycéens, chômeurs, travailleurs sociaux, retraités, professionnels de la santé, de l’éducation… : plus de 3000 personnes se sont donné rendez-vous ce jeudi devant le parc du Peyrou à l’appel des syndicats CGT et Solidaires. Du Peyrou, le cortège est descendu vers le boulevard du Jeu de Paume, vers Observatoire puis a remonté la rue Maguelone vers la place de la Comédie, pour rejoindre de nouveau le Peyrou en passant par la rue de la Loge. Placée sous le signe de la convergence des luttes, la manifestation s’est déroulée tranquillement, sous un soleil d’aplomb, au rythme des sonos de la CGT et des tambourins, et sous l’oeil bienveillant de clowns-activistes.
... http://www.lepoing.net/convergence-des- ... olicieres/

Lyon
suivi de la manif : https://rebellyon.info/Journee-de-conve ... s-et-19029
« On marche ensemble, on gagne ensemble ! », paroles glanées le 19 avril auprès de manifestant·es lyonnais·es : https://rebellyon.info/On-marche-ensemb ... mble-19047