Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite ...

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 21 Avr 2018, 20:21

Nancy
Suivi de la journée du 19 avril, AG étudiante et manifestation unitaire
https://manif-est.info/Suivi-de-la-jour ... e-545.html

Dijon
Récit de la manif’ interpro du 19 avril
Fonctionnaires, précaires, étudiant·es, lycéen·nes et retraité·es étaient dans la rue ce jeudi pour s’opposer aux réformes de Macron.
Un millier de personnes sous le soleil pour cette première grosse manifestation depuis le 22 mars, un beau chiffre quand on sait la faible mobilisation chez les étudiant·es et lycéen·nes en cette période de vacances scolaires.
200 à 300 cheminot·es, rejoints par des salarié·es du CHS La Chartreuse, ont ouvert le bal vers 11h30 en se rendant de la gare à la place Darcy, où plusieurs centaines de fonctionnaires, étudiant·es, lycéennes, retraité·es et précaires les attendaient. Après les discours habituels, c’est donc un millier de personnes qui ont défilé très (trop ?) calmement jusqu’à la préfecture, puis la place de la Libération.
... https://dijoncter.info/?recit-de-la-man ... -avril-171
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 24 Avr 2018, 07:47

Organisons-nous dans les 17-18e ! Réunion publique

Réunion publique du collectif pour les droits sociaux et les libertés Paris 17-18, jeudi 26 avril à partir de 17h, pour s’organiser sur le quartier, mobiliser sur les échéances nationales et soutenir les luttes locales.

Image

Le gouvernement attaque tous azimuts nos acquis sociaux et nos libertés, pour le seul profit des plus riches. Non content d’avoir orchestré la destruction du code du travail et des droits des salarié·e·s du privé, rogné sur les libertés fondamentales en normalisant l’état d’urgence et attaqué les retraites, Macron restreint maintenant le droit d’asile, s’en prend à l’assurance chômage et prépare le pillage de notre richesse commune : les services publics.

Mais déjà la riposte s’organise : de nombreux secteurs sont mobilisés et les grèves se multiplient, de concert avec les occupations étudiantes.

Dans les 17-18e, organisons-nous !

Dans nos quartiers aussi, les combats sont nombreux.

Depuis près d’un an, habitant·e·s, militant·e·s politiques, associatifs, syndicaux dans les 17 et 18e arrondissements se sont réuni·e·s au sein du collectif pour les droits sociaux et les libertés pour informer sur les mobilisations nationales et soutenir les luttes locales.

Pour poursuivre sur cette dynamique et accompagner les mouvements actuels, nous vous proposons de nous retrouver pour une réunion publique, le jeudi 26 avril à partir de 17h au local de l’UL-CGT · 42 rue de Clignancourt.

NB. La plage horaire est étendue pour permettre à celles et ceux qui travaillent sur le quartier (mais vivent loin) comme à celles et ceux qui y habitent (mais travaillent ailleurs) d’y participer.

https://paris-luttes.info/organisons-no ... -18e-10004
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede Pïérô » 20 Mai 2018, 04:35

Non le mouvement social n'est pas mort ! Il est juste invisibilisé par les grands médias

Totalement invisibilisée par les médias de masse, la convergence des luttes se construit concrètement un peu partout. Dans la rue, dans les gares, les universités encore occupées, à Notre-Dame-des-Landes où chaque week-end des personnes arrivent en soutien à la ZAD et lors de multiples actions et occupations, qui réunissent des personnes venues d'horizon divers, militants chevronnés mais aussi jeunes ni encartés ni syndiqués, dont la détermination se renforce à chaque étape de ce mouvement protéiforme.

... https://www.lautrequotidien.fr/fil-roug ... ands-mdias
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

7 juin « Le combat continue : généralisons la grève »

Messagede bipbip » 02 Juin 2018, 19:26

LE COMBAT CONTINUE : GÉNÉRALISONS LA GREVE

L’AG des secteurs en lutte s’est retrouvée à l’EHESS occupée, le 30 mai 2018, pour préparer la manifestation que les directions syndicales n’organisent pas, appelle tous les secteurs en lutte à manifester ensemble le 7 juin.

Depuis son élection, le gouvernement Macron intensifie une offensive antisociale, autoritaire et répressive. Les secteurs se mettent en lutte au fil des mois : cheminot.es, postièr.es, hospitalièr.es, étudiant.es, lycéen.es, collectifs de quartiers, travailleur.ses du social, grévistes des catacombes, de MacDo ou de Velib, collectifs de migrant.es, de sans-papiers, et tout.es les citoyen.es insurgé.es, des zadistes aux parents d'élèves, en passant par les retraité.es…

Aujourd'hui, aucune stratégie d'ensemble, de mise en commun des luttes, des pratiques, des outils, des calendriers, des organisations, n'est mise en place par les directions syndicales.

Pourtant, des rencontres se sont multipliées, des liens se tissent et génèrent des solidarités concrètes. Dans l'action, des alliances ont permis des victoires : blocages des partiels contre PARCOURSUP, blocages d'entrepôts, manifestations communes, libération des lycéens nassés à la Sorbonne, quartiers populaires en tête de cortège…de nouveaux réseaux se construisent.

Contre la dispersion organisée, intensifions ce processus et donnons-nous un autre calendrier.

Nous, secteurs en lutte et collectifs militants, appelons donc à manifester le 7 juin pour défendre ensemble la nécessité de généraliser un mot d'ordre : même Macron, même combat !

L'objectif est de donner la force de gagner aux secteurs en lutte et à ceux qui ne sont pas mobilisés de rejoindre le mouvement. Généralisons les luttes et préparons la grève générale !

Manifestation 7 juin, 15h, Gare d'Austerlitz.


http://www.facebook.com/events/1953452041611980/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 14:20

La prochaine c'est le 28 juin 2018

Après c'est les "vacances". Enfin, on dira que ce sont surtout les directions syndicales qui sont en vacances...

Communiqué unitaire suite à la réunion du 12 juin

Réunies le 12 juin 2018, les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Unef, UNL et FIDL apportent leur soutien aux étudiants et aux travailleurs, actifs, chômeurs ou retraités, des secteurs public comme privé, mobilisés pour la défense de leurs droits et l’aboutissement de leurs revendications.

Ces luttes s’inscrivent dans la contestation de la politique idéologique menée par le gouvernement, y compris dans l’éducation en instaurant la sélection à l’université et laissant des milliers de lycéens sur le côté, en mettant fin au caractère national qu’est le baccalauréat, vecteur d’égalité.

La journée de mobilisation du 22 mai, menée à l’appel de l’ensemble des fédérations de fonctionnaires et avec la présence de toutes nos organisations, tout comme l’ensemble des actions menées dans le privé, constitue un signal fort.

Nos organisations saluent et soutiennent la lutte unitaire des Cheminots et réaffirment la nécessité d’un service public du ferroviaire.

Nos organisations s’inquiètent d’une remise en cause de notre modèle social et républicain et, ce, dans un contexte d’explosion des inégalités. La persistance de l’austérité entraîne des réductions drastiques de missions publiques et sociales et menace les services publics comme l’intégralité de la protection sociale. La modération salariale et plus largement la non-redistribution des richesses, ainsi que les choix fiscaux qui sont faits en faveur des riches, viennent réduire le pouvoir d’achat des travailleurs et aggrave la paupérisation.

Les politiques mises en œuvre relèvent d’une logique d’individualisation au prix de la casse des statuts et des droits collectifs à tous les niveaux, dès les études. Elles mettent à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale.

Nos organisations affirment que leur rôle est essentiel à la démocratie sociale, notamment au travers de la négociation et du paritarisme. Elles constituent un contrepoids plus que jamais nécessaire dans une société qui se fracture et où le social devient une « simple » variable d’ajustement budgétaire.

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des valeurs essentielles comme notre modèle social. Les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Unef, UNL et FIDL s’engagent, dès à présent, dans la construction d’un rapport de force interprofessionnel.

Dans la perspective d’une mobilisation interprofessionnelle, avec la plus grande unité possible, elles invitent leurs structures fédérales, départementales et locales à se rencontrer et à faire de la journée du 28 juin 2018 une grande journée de revendications et de mobilisations en allant, notamment, à la rencontre des travailleurs et de la jeunesse. Des initiatives seront organisées partout sur le territoire.

Au-delà des signataires de ce communiqué, l’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse est invité à se réunir dès fin août pour analyser la situation sociale et envisager les initiatives à prendre, dans le cadre d’une démarche unitaire la plus large possible.

Montreuil, le 13 juin 2018


https://www.anti-k.org/2018/06/13/cgt-c ... u-12-juin/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede Pïérô » 15 Juin 2018, 12:37

En plus l'appel est tellement pourri que l'union syndicale Solidaires ne l'a pas signé et appellera sur ses propres bases aussi le 28 juin.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 17 Juin 2018, 13:01

28 juin : Comment l’unité ne s’est pas faite

Le 28 juin est donc annoncé comme une nouvelle journée d’action dont le périmètre s’élargit avec la signature de FO, et des orgas étudiantes UNEF, UNL, Fidl.

La FSU, qui doute à juste titre de l’intérêt de cette journée n’ a pour l’instant pas donné sa signature. Et Solidaires dont on a refusé d’intégrer les amendements pour complaire à notre nouvelle allié FO ne sera pas non plus signataire et se contentera d’appeler sur ses propres bases à la journée du 28 juin. Pourtant les amendements réclamés par Solidaires étaient franchement acceptables, pointant entre autres des formulations chères à FO mais très éloignées de la lutte des classes :

« Nos organisations s’inquiètent d’une remise en cause de notre modèle social et républicain »
« valeurs essentielles de la cohésion sociale »
« Nos organisations affirment que leur rôle est essentiel à la démocratie sociale, notamment au travers de la négociation et du paritarisme »
« l’heure est à la défense des valeurs essentielles comme notre modèle social »

Si nous pouvons nous réjouir d’un tournant plus unitaire et plus combatif de FO, il ne faudrait pas que cela amène la CGT à reproduire ce qui se faisait avec la CFDT quand on acceptait de raboter toute notre identité pour aboutir à une déclaration commune.

La réunion prévue fin aout (que Solidaires proposait à juste titre pour début juillet) pour lancer un calendrier de mobilisation à la rentrée devra rectifier ce choix tactique.


http://www.communisteslibertairescgt.or ... faite.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 24 Juin 2018, 21:30

L’Union syndicale Solidaires appelle à la mobilisation et à la grève le 28 juin

Poursuivre la lutte

Les cheminot-es poursuivent leur lutte légitime par une grève dont la durée est remarquable. Face à elles et eux, le pouvoir reste droit dans ses bottes, fait adopter la loi et refuse de négocier. La journée du 28 juin doit partout exprimer le soutien à leur lutte contre la privatisation et pour la préservation du statut. On ne rappellera jamais assez qu’ils et elles luttent pour un véritable service public des transports sur tous les territoires, pour toutes et tous. On ne rappellera jamais assez, encore, qu’une fois le statut des cheminot-es détruit, le pouvoir s’attaquera à celui des fonctionnaires et continuera à détruire tous les conquis sociaux qu’il présente comme des obstacles à la libéralisation totale, thatcherienne, du marché du travail.

Tout le monde est concerné par cette offensive globale contre nos conditions de travail et de vie décente : les retraité-es, les étudiant-es et les lycéen-es qui, avec Parcoursup en font les frais aujourd’hui. Alors oui, nous avons encore et toujours de bonnes raisons d’être en lutte, ensemble, le 28 juin. Nous ne nous réduisons pas à des tableaux de gestion ou à des algorithmes.

Mais après ? Nous mesurons les difficultés à mobiliser aujourd’hui compte tenu du niveau insuffisant de certaines journées de mobilisations récentes. Nous entendons la lassitude exprimée par les travailleurs et travailleuses vis à vis de journées de mobilisations isolées et souvent fragmentées entre les différents secteurs.
C’est pourquoi, Solidaires continuera, comme nous l’avons fait à de très nombreuses reprises depuis un an, à participer à tous les efforts pour construire une riposte interprofessionnelle d’ampleur suffisante sur des bases revendicatives. Face à la dévastation sociale et à la morgue des classes dominantes, la lutte, c’est tous les jours que nos militant-es la mènent et la construisent. Aussi nous n’attendrons pas la fin de l’été pour cela. Pour nous, il ne saurait y avoir de trêve estivale.

Guerre aux pauvres. Pire que ses prédécesseurs, ce pouvoir arrogant mène la guerre contre les pauvres. Pour cela, il ne renonce à aucune outrance, mensonge ou cynisme. En témoigne la violence par laquelle Macron s’exprime sur les minima sociaux : tout ce « pognon de dingue » dépensé pour les pauvres qui « ne font pas d’efforts ». On les « déresponsabilise et on est dans le curatif ». Comme si la pauvreté était une fatalité ou pire, une maladie à « curer ». Ceux et celles qui nous dirigent sont sans vergogne, se pensant autorisé-es à énoncer publiquement les préjugés les plus dégradants des riches vis-à-vis des démunis. Ces « riens » qu’on croise dans les gares, démuni-es par qui ? Démuni-es en tous cas des 500 000 euros dépensés pour renouveler la vaisselle à l’Elysée (ça fait combien de RSA ?)

Les salarié-es aussi coûtent trop chers aux patrons. Heureusement pour ces dernier-es, la loi travail de Macron permet aujourd’hui à PSA de mettre fin aux 35 heures dans ses usines. S’ils et elles travaillent plus en gagnant moins, c’est sûr, cela fera plus de profits pour leurs patrons. Comme pour l’ex PDG de Carrefour, parti en retraite avec une indemnité de 13 millions d’euros pendant que son groupe licencie et ferme des magasins. 13 millions  ! en voilà du pognon de dingue pour financer des services publics et assurer les besoins sociaux de la population  ! Sans oublier ce pognon de dingue évadé et fraudé fiscalement, ces dizaines de milliards d’euros, ils pourraient en financer pas mal de biens communs !

Le 28 juin est un moment important de mobilisation, de grèves et d’actions pour maintenir la pression par tous les moyens dont nous disposons.
Gardons le fil de notre légitime colère, continuons à construire patiemment mais résolument la résistance et les luttes contre leur monde.


http://www.sudptt.org/L-Union-syndicale ... le-28-juin
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 30 Juin 2018, 02:02

28 juin. Une grève pour préparer les combats ou pour le compte de Martinez et de Pavageau ?

Comme on pouvait s’y attendre, la journée du 28 n’a pas mobilisé massivement. Ce ne sont pourtant pas les motifs qui manquent, avec un président qui est passé en force sur le Code du Travail à l’automne, la contre-réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle, celle de l’assurance chômage et s’apprête à donner le coup de grâce à la SNCF. Cela ne veut pas dire non plus que les plus déterminés n’étaient pas au rendez-vous. Mais ce n’est pas avec un tel calendrier et de telles échéances, décidées par les directions de la CGT et de FO, que l’on se préparera pour gagner, demain.

... http://www.revolutionpermanente.fr/28-j ... e-Pavageau
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation interprofessionnelle, 22 mars 2018 et suite

Messagede bipbip » 16 Aoû 2018, 18:57

MAI 2018 : REPETITION GENERALE ?

Un mouvement comme une nébuleuse : après le coup de bambou de l’élection de Macron et l’adoption des ordonnances « réformant » le Code du travail l’an dernier, c’est l’impression que les mobilisations de ces derniers mois, qu’elles soient interprofessionnelles ou sectorielles, laisse.

« Je dis que la flamme révolutionnaire brûle où elle veut et qu’il n’appartient pas à un petit nombre d’hommes dans la période d’attente que nous traversons, de décréter que c’est ici ou là seulement qu’elle peut brûler. » André Breton

Un mouvement qui tombait de surcroit en pleine commémoration des 50 ans de Mai 68 et qui, quand bien même il n’en a pas donné les mêmes fruits, est la poursuite de la (re)configuration du mouvement social, entamée par la mobilisation contre la loi Travail de 2016, plutôt qu’une queue de comète.

Le train-train de la grève

A la SNCF, il apparait désormais clairement que la tactique de la grève en pointillé, validée par la CGT, l’organisation syndicale majoritaire, n’était pas là pour obtenir le retrait du pacte ferroviaire mais faire pression sur la négociation : le problème, c’est que les cheminot-es se retrouvent au bout ni avec l’un, ni avec l’autre.

Les 38 jours de grève, menés depuis la réussite de la manifestation nationale du 22 mars, un nombre qui dépasse ceux des grèves de 1986 et de1995, montre l’ampleur du potentiel ainsi dilapidé… Maigre consolation, la justice a annulé le retrait de salaire en continu opéré par la direction à l’encontre des grévistes. La fêlure ainsi créée entre le personnel et le PDG, le volontarisme de SUD Rail, les jalons posés par l’Intergares etc. tout cela pèsera lourd lors des prochaines élections professionnelles prévues en décembre.

Etudiant-es/Lycéen-nes, même combat !

Il aura fallu plusieurs mois pour que la communauté étudiante réalise les dangers de la loi ORE et de Parcoursup avant qu’un mouvement d’occupation se déploie dans près d’un tiers des universités françaises. Il s’est vite heurté à une répression forte, en particulier suite à la tentative d’occupation du lycée parisien Arago où, pour tuer dans l’œuf l’extension de la mobilisation aux lycéen-nes, le pouvoir a adopté une réponse judiciaire clairement politique.

Pourtant, alors que plus de 60.000 futurs étudiant-es sont toujours dans l’incertitude de leur affectation à quelques semaines de la rentrée, tout laisse à penser que nous sommes en présence d’une bombe à retardement tic-tac, tic-tac...

Dans le privé, on ne se prive pas de faire grève

Le phénomène le plus marquant de cette période était pourtant le moins visible, à savoir la pléthore de grèves qui ont eu lieu dans le secteur privé, grèves qui s’inscrivent dans la séquence entamée en janvier dernier avec la mobilisation dans les EHPAD puis qui s’est à nouveau exprimée fortement à Carrefour le 31 mars dernier.

Ce sont des grèves reconductibles aux Catacombes de Paris, chez des EJE parisiennes ou les postiers du 92, toujours en conflit depuis le 26 mars dernier. A McDonald’s a eu lieu la plus forte mobilisation depuis 15 ans, couronnée par une occupation de plusieurs jours du restaurant de Gare de l’Est ; occupation aussi dans la santé à l’hôpital psychiatrique du Rouvray puis du Havre et toujours en cours à Amiens.

Une rentrée sociale prometteuse pour peu qu’on s’en donne la peine

L’été n’a pas été meurtrier pour la contestation, des grèves ont lieu que ce soient au magasin New Look du Forum des Halles, sur plusieurs McDonald’s marseillais, à Nantes dans la métallurgie ou les livreurs de Deliveroo. L’affaire Benalla, qui a rendu Jupiter muet quelques jours puis l’a durablement fragilisé, a aussi donné lieu, à l’initiative du Front social, à des rassemblements dans quatre villes le 28 juillet dernier et le mouvement des quartiers populaires, après avoir pris la tête de la manifestation parisienne de la marée populaire, a lui réussit la marche organisée en mémoire d’Adama Traoré le 21 juillet dernier.

C’est dans cette atmosphère tout sauf mollassonne que doivent se réunir fin août plusieurs confédérations syndicales, dont FO qui a pris un tournant plus revendicatif suite à son changement de secrétaire général, pour seulement proposer d’organiser une journée interprofessionnelle à la rentrée et, en même temps, vont à nouveau se livrer au jeu de dupes de la concertation avec le gouvernement (Solidaires n’a pas attendu en organisant le 29 août prochain pour la deuxième année consécutive une manifestation à l’université d’été du MEDEF). Avec la refonte de la fonction publique, le big bang des retraites et de la prise en charge des arrêts de courte durée qui ne serait plus dévolue à l’assurance maladie, il y a pourtant assurément matière à se faire entendre… et sérieusement !


https://blogs.mediapart.fr/laurent-dego ... n-generale
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30523
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités