Mobilisation défendre service public SNCF

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 27 Sep 2018, 21:01

Une rentrée qui rime avec sanctions pour les cheminot·te·s

Jeudi 13 septembre à 14h, un rassemblement d’une cinquantaine de personnes s’est tenu rue d’Alsace, devant la Gare de l’Est parisienne. L’action s’est faite en soutien aux cheminots appelés en conseil de discipline par la direction régionale de la SNCF après la grève menée entre le 3 avril et le 28 juin contre la réforme ferroviaire.

Faits de grève

« Les cheminots en grève sont confrontés à une double peine, c’est à dire qu’ils se font licencier et poursuivre en justice. Mais licencier des travailleurs pour des faits de grève c’est simplement inadmissible », insiste Anasse Kazib, délégué SUD Rail Paris Nord. Les faits de grève n’existent pas dans la loi, mais désignent toute forme de sanction d’un·e salarié·e déclaré·e gréviste.

Au retour des vacances, une cinquantaine de cheminot·te·s ont en effet reçu des lettres de convocation évoquant diverses sanctions allant de quelques jours de mise à pied jusqu’à la radiation complète. Nicolas, mainteneur électricien à la SNCF de Lille, en fait partie. « Ils me reprochent d’avoir utilisé mon outil de travail à des fins de grève », explique-t-il « Mais j’assume totalement cet acte. Envahir c’était symbolique, il n’y a eu aucune casse. » Convoqué pour avoir utilisé son badge et laissé entrer les grévistes dans les locaux d’une gare SNCF à Lille, la direction lui a fait part de la procédure disciplinaire entamée contre lui dont les conséquences se traduisaient par une radiation ainsi qu’un avertissement.

A l’issue de son conseil de discipline néanmoins, la direction a finalement baissé le niveau de sanction à quelques jours de mise à pied. La décision finale lui sera transmise d’ici les 30 prochains jours. « Au départ, on parlait de licenciement pur et simple, mais comme la direction était là ce jour-là et a laissé faire, je crois qu’ils ont un peu peur d’aller jusqu’au bout. »
« Ils veulent faire peur aux cheminots »

Laura D. et Anasse Kazib, délégué·e·s syndicaux SUD Rail Paris Nord, et Gaël Quirante, postier et secrétaire départemental de SUD-Poste dans les Hauts-de-Seine, licencié par La Poste, faisaient partie du cortège. Tou·te·s font le même constat : ces conseils de discipline, que les syndicats ont chiffrés à une cinquantaine à la SNCF, sont faits pour intimider les grévistes. « Ce n’est pas un hasard si la direction a attendu la rentrée. Ils veulent faire peur aux cheminots, pour pouvoir appliquer leur réforme sans problème. » Pour Laura D., cette stratégie rendra d’autant plus difficiles les âpres négociations qui viennent de commencer.

Si la réforme a été votée dans son ensemble, elle n’a pas de contenu pour l’instant. Une quinzaine de négociations ont commencé le 18 septembre, et s’étaleront jusqu’en 2020. « La première porte sur la classification de nos métiers, et sur la formation. On est plus face au gouvernement, mais face aux patrons du ferroviaire », explique le délégué fédéral SUD-Rail, Bruno Poncet, qui a fait une apparition au rassemblement. S’agit-il de disperser les forces syndicales sur plusieurs fronts ? « Possible, mais ça ne marchera pas », sourit Bruno Poncet avant de donner rendez-vous le 9 octobre prochain pour une nouvelle journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle.

à écouter : https://radioparleur.net/2018/09/23/che ... iscipline/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 29 Sep 2018, 21:15

Collectif de défense des axes Sud Normandie

Interview d’un collectif d’usagers de la SNCF : les déclarations de Pépy ? « C’est de l’enfumage ! »

Rencontre et interview avec la secrétaire du collectif d'usagers et de défense des axes Sud Normandie, collectif qui a la particularité de compter dans ses rangs des usagers et des cheminots, qui luttent contre la casse du ferroviaire en Normandie et contre la politique de Hervé Morin, le président de la région.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Inte ... l-enfumage
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 11 Oct 2018, 19:56

9 octobre. Une centaine de cheminots réunis en Intergare à Paris Nord pour discuter des suites

Ce mardi 9 octobre, une centaine de cheminots venus de différentes gares parisiennes, se sont réunis pour faire le point sur la situation dans les différents chantiers. Avec le début de l'application de la réforme ferroviaire, il commence à y avoir des conséquence sur leurs conditions de travail. Ils ont également discuté de cette journée de grève et mobilisation interprofessionnelles et des suites et perspectives du collectif Intergare.

Lors de cette journée de grève interprofessionnelle et après trois mois de Bataille du Rail, les cheminots de la région parisienne ont répondu présent. Après les assemblées générales dans certaines gares parisiennes comme la Gare du Nord ou la Gare de l’Est, une centaine de cheminots se sont retrouvés au bout du quai 36 à la Gare du Nord pour faire une nouvelle Rencontre Intergare, comme ils avaient pu faire pendant les trois mois de lutte contre la réforme ferroviaire. Cette rencontre intergare réunit des cheminots des différentes gares parisiennes, comme Gare du Nord, Gare de l’Est, Austerlitz, Saint Lazare, du Technicentre le Landy, du Technicentre Atlantique à Châtillon, entre autres, qu’ils soient syndiqués ou non-syndiqués. Elle permet aux présents de discuter de la situation dans le secteur et plus en général avec les nombreuses attaques du gouvernement, et aussi des perspectives pour la suite.

En effet, le premier constat fait par de nombreux cheminots est que l’application de la réforme ferroviaire est "en marche" et qu’elle est en train de faire des vrais dégâts au service public et aux conditions de travail des cheminots. Contrairement aux promesses de la direction de la SNCF et du gouvernement au printemps dernier, aujourd’hui c’est une véritable casse du service public que l’on a devant nos yeux : suppression de certaines petites lignes, suppressions de nombreux postes, réorganisations, changement dans les conditions de travail... un véritable plan social déguisé qui est en cours, auquel vient s’ajouter les déclarations de Pepy selon lesquelles il ne peut y avoir "une SNCF à deux vitesses", autrement dit la suppression du statut pour l’ensemble des cheminots sera mise en place tôt ou tard. L’application de cette réforme ferroviaire s’accompagne d’une répression accrue, comme dénonce Torya, cheminote à Paris Est. Les cheminots de l’Intergare seront présents le 16 octobre aux côtés des cheminots réprimés de Paris Est, et le 17 ils seront à Bordeaux aux côtés de Laurent, cheminot à Bayonne et militant CGT, menacé de radiation par la direction.

Une rencontre intergare réussie et une combativité encore plus forte

Cette rentrée de la Rencontre Intergare est donc une réussite. "On s’est tous demandé si ça valait le coup d’être là à cette journée organisée aujourd’hui sans lendemain. Est-ce qu’on va encore perdre une journée de salaire pour rien ? Et puis, finalement, c’était nécessaire de se retrouver", affirmait Laura, cheminote sur la région de Paris Nord. Il est vrai que cette journée apparaît pour beaucoup comme une énième journée saute-mouton sans perspectives, mais les cheminots de l’Intergare ont compris qu’il faut s’organiser, chercher à prendre des initiatives pour proposer une alternative à la stratégie de la défaite des directions syndicales. Comme l’ont réaffirmé plusieurs cheminots qui se sont succédés au micro, ce cadre est une nécessité pour se coordonner et penser la suite, comme ce l’a été pendant les trois mois de grève. Clément, cheminot au Technicentre Atlantique à Châtillon, reflétait bien l’état d’esprit général de cette Intergare : "Est-ce qu’on se lamente sur notre sort ou est-ce qu’on essaye d’aller au combat ?". Ainsi, les cheminots comptent s’organiser pour la suite et sont déterminés à ne pas se laisser faire. Après les vacances d’été et la réforme passée, comme disent certains cheminots, "si on a perdu la bataille et que la réforme a été adoptée, on n’a pas encore perdu la guerre !".

Un collectif Intergare qui se consolide et plusieurs décisions prises pour la suite

"On ne peut pas se voir seulement dans les journées de 24h, il faut qu’on s’organise dans la durée, il faut pérenniser tout ce qu’on a pu faire pendant les trois mois de grève", affirme Anasse, cheminot sur la région de Paris Nord. Une des décisions prises lors de cette rencontre est bien de consolider ce collectif intergare, ouvert à tous les cheminots, qu’ils soient syndiqués quelque soit l’étiquette ou non-syndiqués, avec une date de fondation du collectif vers la fin novembre, pour se laisser le temps de discuter des modalités, du fonctionnement et des principes de ce collectif, sur la base des acquis obtenus et l’expérience faite durant la bataille du rail.

Les cheminots de l’Intergare ont également voté de lancer une grande pétition pour le service public et l’abrogation du pacte ferroviaire, pour s’adresser à l’ensemble des usagers qui sont concernés directement avec la suppression des points d’informations dans les gares, entre autres. D’autres décisions ont été prises, comme le fait de participer à la mobilisation appelée par les Ford, en lutte contre la fermeture de leur usine, qui seront au salon de l’Auto ce vendredi 12 octobre, et qui appellent ensuite les différents secteurs à se réunir et discuter des possibles convergences. L’intergare sera également présente à la manifestation appelée ce samedi par le Comité Vérité et Justice pour Adama Traoré, aux côtés de la famille et contre les violences policières, au départ de la Gare du Nord.


http://www.revolutionpermanente.fr/9-oc ... des-suites
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 12 Oct 2018, 12:45

Suppressions de postes à la SNCF

Grève à la gare d’Austerlitz contre la fermeture des guichets

Jeudi 11 octobre, jour d’ouverture à la vente des réservations pour les vacances de fin d’année, les agents commerciaux de l’ESV (établissement de service voyageurs) de Paris Austerlitz se sont mis massivement en grève pour protester contre la suppression de 100 postes d’ici 2020.

Comme l’ont dénoncé les nombreux agents en grève, la suppression de 100 postes d’ici 2020, signifie la fermeture de toutes les boutiques et BIR (bureaux d’information), ainsi la disparition totale de l’Unité Opérationnelle Vente. C’est dans ce contexte qu’une trentaine d’agents commerciaux, soutenus par des collègues d’autres services ainsi que par des usagers, ont décidé d’envahir le CHSCT extraordinaire et de mettre la direction face à ses responsabilités et à la colère des cheminots. Les arguments avancés par la direction ne justifient en rien ces suppressions, et comme l’a dit un collègue « il y a des besoins, on fait de l’argent, alors où est le problème ? ».

... http://www.revolutionpermanente.fr/Grev ... s-guichets
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 12 Oct 2018, 21:13

Cheminot.es : la lutte continue !

Pepy n'aura pas attendu longtemps pour afficher sa volonté de casser les salarié-e-s de la SNCF. Loin de ses discours de bon communiquant pendant la grève, lorsqu'il affirmait que les cheminot-e-s ne verraient pas leur statut modifié, le nouveau ton est donné dans l'entretien qu'il a accordé aux Echos. Plusieurs milliers de postes supprimés, renégociation sur l'avancement, “new deal social”…

Rien de surprenant finalement, venant d'une direction qui travaille main dans la main avec les gouvernements pour casser le service public et les travailleurs-euses. Ces annonces ne font que donner davantage raisons aux grévistes. On ne s'étonne plus non plus de voir la CFDT se vautrer toujours plus bas pour faciliter le travail des patrons et du pouvoir. Son secrétaire déclarait dans la presse à propos des annonces de Pepy : "Cela répond à une demande des salariés autant que de la hiérarchie, qu'on puisse récompenser les 80% qui font bien leur boulot plutôt que les récalcitrants".

Mais qu'est ce que nos chefs, experts en SAV des discours de la direction, vont bien nous inventer cette fois pour justifier ces nouvelles attaques ? Ce qui est sur, c'est qu'ils se préparent à poursuivre leur sale besogne. Le séminaire annuel des managers SNCF à réuni près de 800 cadres, l'occasion parfaite de mettre tout le monde en ordre de bataille pour continuer l'offensive et casser nos résistances.

Car des résistances, il y en a. Malgré le contre-coup au lendemain des grèves du printemps, les mobilisations continuent localement, que ca soit pour défendre les dizaines de collègues réprimés par la direction ou pour empêcher les nombreuses fermetures de guichets aux quatre coins du pays.

La colère dans l'entreprise n'est que renforcée par les mensonges de la direction et l'incertitude quant à l'avenir, qui ne cesse de grandir parmi les collègues. Reste à ne pas laisser l'amertume gagnée, y compris en tirant collectivement et jusqu'au bout le bilan des grèves du printemps. La journée du 9 octobre, malgré des taux de grévistes peu élevés, comme attendu, fut dans ce sens l'occasion d'organiser dans un certains nombre de gares des petites AG, interpellations de DET ou cortèges cheminot-e-s. Ce qui est loin d'être toujours le cas pour des journées grève de 24h ! C'est de ce point de vue une bonne surprise, au même titre que le nombre de manifestant–e-s plus honorable que prévus ce jour là.


http://leraildechaine.org/post/17897559 ... e-continue
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mobilisation défendre service public SNCF

Messagede bipbip » 16 Oct 2018, 20:33

Sanctions, révocations... La SNCF se venge de la bataille du rail en réprimant les cheminots

Depuis la fin de la bataille du rail, les conseils de discipline et sanctions disciplinaires s'abattent sur les cheminots combatifs, allant même jusqu'à des procédures de radiation. Plus de 50 procédures disciplinaires ont été recensées, frappant notamment de plein fouet les militants CGT et SUD Rail.

Cette répression scandaleuse est clairement d’une tentative d’écraser toute résistance à la destruction du service public et doit appeler à une solidarité sans faille.



http://www.revolutionpermanente.fr/Sanc ... -cheminots
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité