Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 17:58

Lancement d’une campagne nationale contre la répression anti syndicale

La répression anti syndicale vise de plus en plus d’équipes et de camarades. Les remises en cause du code du travail, les ordonnances Macron ont accentué un sentiment d’impunité et l’arrogance chez certains employeurs qui se croient tout permis, dans le public comme dans le privé.

Ainsi en Auvergne, la Croix Marine, une entreprise dont la vocation est l’entraide et la solidarité (sic !), a décidé de licencier 3 représentants du personnel SUD Santé Sociaux. Fort heureusement, l’inspection du travail a refusé ces licenciements mais nos 3 camarades restent sous la menace d’une procédure d’appel de la part de leur employeur.

Ainsi, à Poitiers 10 manifestant-es ont été inculpé pour avoir envahi un espace SNCF le 19 mai 2016, lors d’une manifestation contre la loi travail, et sont passé-es en procès le 17 novembre au palais de justice.

Ainsi, une camarade de Sud Travail a été suspendue de ses fonctions et traduite en CAP disciplinaire en décembre 2017 pour faute grave. Il lui était reproché d’avoir « manqué à son devoir de réserve en s’exprimant en tant qu’inspectrice du travail » lors d’un rassemblement syndical organisé par Solidaires et d’autres associations pour protester contre la venue de la « DRH de l’entreprise France » au congrès des DRH.

Ainsi Gaël, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 et de Solidaires 92, subit un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées. La Poste avait en effet tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le ministre du travail en 2011, puis par le tribunal administratif en 2014. Suite à l’annulation de ces décisions , toute la procédure est relancée et c’est de nouveau la ministre du travail qui doit se prononcer.

C’est aussi la répression du mouvement syndical à Mayotte, dans de nombreuses entreprises et ministères (Goodyear, Continental, PSA, Soliha, Air France, Éducation nationale, Intérieur …), du mouvement social (Loïc de Jolie Môme poursuivi par le Medef, Attac poursuivi par Apple ou la BNP, etc.), ce sont donc bien les droits syndicaux élémentaires et la liberté d’expression qui sont bafoués, dans un contexte plus large de criminalisation des mouvements sociaux et de répression des mobilisations.

L’union syndicale Solidaires décide de lancer une campagne contre la répression du mouvement social au plan national et relayée par toutes les fédérations, syndicats nationaux et Solidaires locaux.

Cette campagne s’appuiera sur des campagnes de presse (mise en place d’un communiqué type, d’un dossier de presse et de conférences) et sur les collectifs unitaires et outils existants comme l’observatoire de la répression anti syndicale. Une pétition en ligne sera proposée comme un des supports de cette campagne. Tous les faits de répression (licenciement, sanction, poursuites judiciaires etc...) devront être recensés et communiqués au national par les différentes structures.Cette campagne poursuivra le travail de regroupement des luttes contre les cas de répression dans un cadre militant commun.

Le rassemblement le 6 février 2018 à 19h devant le ministère du travail à Paris pour soutenir notre camarade Gaël et refuser son licenciement sera l’occasion d’un premier temps fort national d’affichage de cette campagne.

Comité national de Solidaires, Paris, le 11 janvier 2018


https://solidaires.org/Lancement-d-une- ... -syndicale
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 17:34

Non au licenciement de Gaël Regroupons-nous contre la répression à La Poste et ailleurs !

Pétition

Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 et militant du Front Social, subit un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées.

La Poste avait en effet tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure ! L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement mais c’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail et ex-DRH de Danone qui va décider du sort de Gaël ! Notre mobilisation doit empêcher son licenciement !

La Poste a décidé de frapper fort contre les militantes et militants combatifs. L’intervention du GIPN contre les grévistes du centre de tri de Bègles-Bordeaux en 2005 avait constitué le coup d’envoi de cette offensive. Depuis, les poursuites disciplinaires et pénales, les licenciements, les sanctions disciplinaires se sont multipliées contre les syndicalistes et plus largement contre toutes celles et ceux qui refusent de courber l’échine : 10 ans de mises à pied cumulées par les militantes et militants SUD et CGT en Ile-de-France depuis 2012 ont été recensées, 14 ans depuis 2010 ! 4 militants syndicaux du 92 ont été mis en garde à vue en pleine grève en 2014. Olivier Rosay a subi à lui seul 69 mois de suspension de fonction ! Dans le 92 aussi, Yann Le Merrer a été révoqué, puis en attente de poste suite à l’obligation faite à son employeur de le réintégrer.

Cette logique répressive touche aujourd’hui l’ensemble du monde du travail : plus de 4000 poursuites disciplinaires ou pénales ont été intentées contre des grévistes ou des manifestants depuis le mouvement de 2016 contre la Loi Travail. Mais cette répression est combattue, que ce soit concernant les peines de prison pour les ex-Goodyear, contre les violences policières dans les quartiers populaires, pour les inculpés du procès du Quai de Valmy, à PSA Poissy, pour Loïc de la Compagnie Jolie Môme par exemple. Si la répression est là, c’est bien qu’il y a des résistances. Nous appelons à regrouper tous les cas de répression pour être en mesure de mettre un coup d’arrêt à l’offensive actuelle. Si nous regroupons nos forces, nous pouvons gagner !

Rassemblement le 6 février à 19h
devant le Ministère du Travail Paris Métro Varenne

Parmi les premiers signataires : Jean-Pierre Mercier (CGT PSA), Cécile Gondard (Secrétaire nationale Solidaires), Éric Beynel (Secrétaire national Solidaires), Pierre Khalfa (Copernic), Willy Pelletier (Copernic), Mickael Wamen (CGT Goodyear), Xavier Mathieu (ex CGT Continental), Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise), Eric Coquerel (France Insoumise), Olivier Besancenot (NPA), Philippe Poutou (NPA), Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), Mickaël Wamen (CGT Goodyear), Romain Altmann (Info com CGT)...


https://www.change.org/p/non-au-licenci ... t-ailleurs
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 22:23

A La Poste comme ailleurs stoppons la répression !

Image

Voici un appel lancé par le syndicat Sud Activités Postales 92 contre la répression contre Gaël et plus globalement contre la répression à La Poste et partout ailleurs. Il y a bien-sûr un enjeu immédiat : le ministère du travail doit rendre un avis sur un recours hiérarchique fait par La Poste suite au refus de licenciement de l’inspection du travail., mais nous avons la volonté de pointer du doigt la politique répressive de La Poste et plus largement contre les mouvements sociaux.

Empêchons le licenciement de Gaël Quirante !
Regroupons-nous contre la répression à La Poste… et partout ailleurs !

Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 et militant du Front Social, subit un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées.

La Poste avait en effet tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure ! L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement mais c’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail et ex-DRH de Danone qui va décider du sort de Gaël ! Notre mobilisation doit empêcher son licenciement !

La Poste a décidé de frapper fort contre les militantes et militants combatifs. L’intervention du GIPN contre les grévistes du centre de tri de Bègles-Bordeaux en 2005 avait constitué le coup d’envoi de cette offensive. Depuis, les poursuites disciplinaires et pénales, les licenciements, les sanctions disciplinaires se sont multipliées contre les syndicalistes et plus largement contre toutes celles et ceux qui refusent de courber l’échine : 10 ans de mises à pied cumulées par les militantes et militants SUD et CGT en Ile-de-France depuis 2012 ont été recensées, 14 ans depuis 2010 ! 4 militants syndicaux du 92 ont été mis en garde à vue en pleine grève en 2014. Olivier Rosay a subi à lui seul 69 mois de suspension de fonction ! Dans le 92 aussi, Yann Le Merrer a été révoqué, puis en attente de poste suite à l’obligation faite à son employeur de le réintégrer.

Cette logique répressive touche aujourd’hui l’ensemble du monde du travail : plus de 4000 poursuites disciplinaires ou pénales ont été intentées contre des grévistes ou des manifestants depuis le mouvement de 2016 contre la Loi Travail. Mais cette répression est combattue, que ce soit concernant les peines de prison pour les ex-Goodyear, contre les violences policières dans les quartiers populaires, pour les inculpés du procès du Quai de Valmy, à PSA Poissy, pour Loïc de la Compagnie Jolie Môme par exemple. Si la répression est là, c’est bien qu’il y a des résistances. Nous appelons à regrouper tous les cas de répression pour être en mesure de mettre un coup d’arrêt à l’offensive actuelle. Si nous regroupons nos forces, nous pouvons gagner !

Rassemblement le 6 février à 19h devant le Ministère du Travail Paris Métro Varenne

Pour signer cet appel/pétition c’est ici : https://www.change.org/p/non-au-licenci ... t-ailleurs

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 04 Fév 2018, 17:48

Nîmes mardi 6 février 2018

Rassemblement contre la répression anti-syndicale

Rassemblement devant la poste de l'Esplanade à Nîmes,
mardi 06 février 2018, à 17h30 (avant d'aller devant la Préfecture du Gard)
contre le licenciement de Gaël QUIRANTE,
Secrétaire Départemental de SUD PTT 92

Gaël QUIRANTE est victime de répression antisyndicale. La Poste avait, en effet, tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014. En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure ! L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement mais c’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail qui va décider du sort de Gaël !

Notre mobilisation doit empêcher son licenciement !

http://solidaires30.blogspot.fr/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 10 Fév 2018, 21:32

Soutien solidaire pour Gaël Quirante.

Mardi 6 février 2018, nous étions nombreuses et nombreux, malgré la neige et le froid, à soutenir notre camarade Gaël Quirante contre la répression farouche qu'il subit depuis tant d'années dans le cadre de son mandat syndical.

De nombreuses personnalités et de nombreux syndicalistes sont venus apporter leur solidarité à Gaël contre l'arbitraire d'une direction qui multiplie les sanctions contre les syndicalistes.

Regroupons-nous contre la répression à La Poste… et partout ailleurs !
Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 et militant du Front Social, subit un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées.

La Poste avait en effet tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure ! L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement mais c’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail et ex-DRH de Danone qui va décider du sort de Gaël ! Notre mobilisation doit empêcher son licenciement !

La Poste a décidé de frapper fort contre les militantes et militants combatifs. L’intervention du GIPN contre les grévistes du centre de tri de Bègles-Bordeaux en 2005 avait constitué le coup d’envoi de cette offensive. Depuis, les poursuites disciplinaires et pénales, les licenciements, les sanctions disciplinaires se sont multipliées contre les syndicalistes et plus largement contre toutes celles et ceux qui refusent de courber l’échine : 10 ans de mises à pied cumulées par les militantes et militants SUD et CGT en Ile-de-France depuis 2012 ont été recensées, 14 ans depuis 2010 ! 4 militants syndicaux du 92 ont été mis en garde à vue en pleine grève en 2014. Olivier Rosay a subi à lui seul 69 mois de suspension de fonction ! Dans le 92 aussi, Yann Le Merrer a été révoqué, puis en attente de poste suite à l’obligation faite à son employeur de le réintégrer.

Cette logique répressive touche aujourd’hui l’ensemble du monde du travail : plus de 4000 poursuites disciplinaires ou pénales ont été intentées contre des grévistes ou des manifestants depuis le mouvement de 2016 contre la Loi Travail. Mais cette répression est combattue, que ce soit concernant les peines de prison pour les ex-Goodyear, contre les violences policières dans les quartiers populaires, pour les inculpés du procès du Quai de Valmy, à PSA Poissy, pour Loïc de la Compagnie Jolie Môme par exemple. Si la répression est là, c’est bien qu’il y a des résistances. Nous appelons à regrouper tous les cas de répression pour être en mesure de mettre un coup d’arrêt à l’offensive actuelle. Si nous regroupons nos forces, nous pouvons gagner !

Gaël Quirante


https://www.facebook.com/infocomcgt/pos ... 8059007493
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 17 Fév 2018, 20:21

Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante

Que faire ?

Le rassemblement du 6 février 2018 en soutien à Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 a été un succès avec plus de 250 personnes malgré les intempéries. Mais il est urgent d’augmenter la pression MAINTENANT car la décision sur son licenciement va être prise très bientôt.

Une procédure à rebondissements
La procédure de licenciement qui vise Gaël date de 2010. Il a été à l’époque accusé de séquestration suite à une simple occupation de la direction de La Poste du 92 dans la cadre d’une grève. En plus de la procédure disciplinaire, La Poste avait poursuivis 16 postiers au pénal dont Gaël.
Son licenciement avait été successivement refusé par :
- l’Inspection du Travail en 2010
- par le Ministre du Travail Xavier Bertrand en 2011
- puis par le Tribunal administratif de Versailles en 2013.
Gaël a été entre temps condamné pénalement pour « séquestration en bande organisée ». La Cour d’Appel du TA de Versailles s’est appuyée sur cette condamnation pour annuler en juin 2017 les refus de licenciement de Gaël prononcés par le TA et par le Ministre… renvoyant ainsi Gaël devant l’Inspection du Travail fin 2017.
L’Inspection du Travail a de nouveau refusé le licenciement de Gaël, en considérant qu’il avait un lien entre son mandat syndical et la poursuite disciplinaire. Du coup, son dossier est à nouveau sur la table de la Ministre actuelle... à savoir Muriel Penicaud !

La situation actuelle de Gaël
Gaël a reçu le mois dernier un courrier où le Ministère indiquait qu’il envisageait de remettre en cause la décision de refus de licenciement rendue par l’Inspection. Il va être reçu le 15 février par les services du Ministère. La décision va être prise dans la foulée.
Il y a donc besoin d’exercer un maximum de pression sur la Ministre dès maintenant dans le but qu’elle n’autorise pas le licenciement.

Ce qu’il est possible de faire

- Envoyer un maximum de motions (format lettre à en-tête avec logo de l’organisation) issues de structures syndicales ou autres. Ces prises de positions sont toujours utiles.

- Envoyez aussi des photos de soutien : Non au licenciement de Gaël de SUD Poste 92 ! En pièce jointe un pdf à imprimer pour prendre les photos.

- Les Vidéos de soutien (représentants de structures, individus, groupes militants…) sont toujours très vivantes et parlantes, surtout quand ce sont des vidéos de groupe.

- Signer et faire signer la pétition pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait : https://www.change.org/p/non-au-licenciement-de-gaël-regroupons-nous-contre-lanrepressiona-la-poste-et-ailleurs

Envoyez motions, photos, videos à : dgt.dir@travail.gouv.fr
Fax : 01 44 38 20 20
Et en copie à : stoppons.les@gmail.com

Modèle de motion de soutien

Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92, subit un acharnement disciplinaire et pénal totalement injustifié.

À l’image de bien d’autres militantes et militants du mouvement social, il est visé par une répression qui constitue une atteinte aux droits démocratiques des travailleuses et travailleurs.

S’il court le risque d’être licencié, c’est en raison de son activité de représentant syndical.

Au nom de ..., nous vous demandons de respecter la décision de l’Inspection du Travail et en conséquence de ne pas licencier Gaël Quirante.

https://www.solidaires.org/Augmenter-la ... l-Quirante
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 18:38

Acharnement répressif

Campagne de soutien à Gaël Quirante : les motions syndicales affluent !

Après 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées, les procédures de la direction de la Poste pour licencier Gael Quirante s'accélèrent. Pour empêcher son licenciement avant le 15 mars, signez la pétition et envoyez vos motions syndicales de soutien !

... http://www.revolutionpermanente.fr/Camp ... s-affluent
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 16 Mar 2018, 23:30

Contre le licenciement de Gaël (Sud Activité Postale 92)

Tribune dans Mediapart

Non au licenciement de Gaël - Contre la répression à La Poste et ailleurs !

Gaël Quirante, responsable syndical à La Poste et l’une des figures du mouvement social en France, est menacé de licenciement depuis 2010. La ministre du Travail tranchera dans les prochaines heures sur son sort. De nombreuses personnalités politiques, syndicales et associatives l’appellent à « refuser ce licenciement qui serait politique ».

Non au licenciement qui menace une figure du mouvement social. Gaël Quirante, l’un des responsables du syndicat SUD à La Poste attend, dans les prochaines heures ou les prochains jours, la décision du ministère du travail concernant son licenciement, demandé par l’entreprise à capitaux publics depuis 2010. Ce licenciement a été constamment refusé par l’inspection du travail, qui estime qu’il relèverait d’une discrimination syndicale, mais il pourrait tout de même être décidé par le ministère. Ce dernier a jusqu’au 20 mars pour trancher.

Le syndicaliste fait le point sur sa situation dans cette vidéo. Mediapart relaye l’appel de soutien signé par de nombreux responsables politiques, syndicaux et associatifs.

Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 (membre de Solidaires 92), subit un véritable harcèlement disciplinaire : dix tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées.

La Poste avait en effet tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier, la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les trois précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure. L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement.

Nous venons d’apprendre que le rapport de la contre-enquête suite au recours hiérarchique fait par la direction de La Poste, confirme la décision de l’Inspectrice du Travail de refuser l’autorisation de licenciement de Monsieur Quirante. La contre-enquête menée par le service des recours hiérarchiques confirme les motifs du refus et les précise, notamment :

- « compte tenu du contexte dans lequel les faits s’inscrivent et du climat délétère qui prévalait à l’époque en raison notamment de la durée excessivement longue de la grève et du comportement de La Poste, les faits en cause ne sont pas d’une gravité suffisante pour justifier le licenciement de Monsieur Quirante. »

- « En effet, il ressort de l’enquête contradictoire et de la contre-enquête l’existence d’éléments au moment de la décision de l’inspecteur de 2010 et de la décision implicite de refus du 25 juin 2017 permettant d’établir un lien entre la demande et les mandats exercés par le salarié ainsi que son appartenance syndicale. »

C’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail qui va décider du sort de Gaël.

Madame Pénicaud, vous devez refuser ce licenciement qui serait politique.

Au-delà, nous refusons de voir se multiplier les cas de répression à la Poste comme ailleurs. Nous agirons collectivement et saurons regrouper nos forces pour y faire face.

Signataires :

Nathalie Arthaud (candidate à la présidentielle de 2017 pour LO)
Ana Azaria (présidente de l’Organisation de Femmes Egalité)
Olivier Besancenot (ancien candidat à la présidentielle et membre du NPA)
Eric Beynel (co-délégué général l’Union Syndicale Solidaires)
Emma Clit (blogueuse et dessinatrice)
Pierre Cours-Salies (Ensemble !)
Robert Crémieux (MNCP)
Isabelle De Almeida (présidente du Conseil national du Pcf)
Laurence De Cock (historienne)
Elie Domota (secrétaire Général UGTG)
Manuela Donà (secrétaire générale CGT douanes)
Jean-Baptiste Eyraud (porte-parole de DAL)
Elsa Faucillon (député PCF, 1ère circonscription des Hauts-de-Seine)
Pascal Franchet (CADTM France)
Michel Jallamion (président de la Convergence National des Services Publics)
Judith Krivine (responsable de la commission sociale du Syndicat des Avocats de France),
Nicolas Galepides (secrétaire Général de SUD PTT)
Didier Gelot (observatoire de la discrimination et de la répression syndicale)
Cécilé Gondard-Lalanne (co-déléguée générale l’Union Syndicale Solidaires)
Denis Gravouil (secrétaire de la fédération CGT spectacles)
Bernadette Groison (secrétaire générale de la FSU)
Sylvie Guinand (Fédération CGT des Services Publics Responsable de la politique de communication)
Polo Lemonnier (secrétaire national de la FSU)
Olivier Long (universitaire et peintre, université Paris 1-Sorbonne)
Frédéric Lordon (économiste, chercheur au CNRS)
Olivier Mans (secrétaire général de la fédération SUD Santé Sociaux)
Jean-Luc Mélenchon (député FI, 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône)
Danielle Obono (député FI, 17ème circonscription de Paris)
Jean-Pierre Mercier (DSC CGT PSA)
Willy Pelletier (coordinateur général de la Fondation Copernic)
Dominique Plihon (porte-parole D’ATTAC)
Philippe Poutou (candidat à la présidentielle de 2017, porte-parole du NPA)
Malik Salemkour (président de la Ligue des droits de l’Homme)
Michèle Riot Sarcey (historienne)
Henri Sterdyniak (animateur des économistes atterrrés)
Marie Pierre Vieu (députée européenne PCF GUE)
Aurélie Trouvé (porte-parole d’ATTAC)
Céline Verzelleti (bureau confédéral de la CGT)
Pierre Zarka (Observatoire des Mouvements de la Société)

Structures signataire en tant que telles :
La compagnie Jolie Môme
La Confédération National du Travail
La FIDL
Le SNTEFP-CGT
Sud Travail Affaires Sociales
L’UNEF

Autres signataires :
Eric Alliez Philosophe, Université Paris 8
Romain Altmann, secrétaire Général d’Info’Com CGT
Ludivine Bantigny, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Rouen
Amal Bentounsi, Urgence notre police assassine
Francine Bavay
Mohammed Ben Yakhlef, élu municipal de Villeneuve Saint Georges (94)
Antoine Boulangé, enseignant Espé Paris - Ferc Sup CGT
Alain Bruneel, député PCF, 16ème circonscription du Nord
Sébastien Budgen, éditeur, Verso Books
Jean-Marc Canon, syndicaliste CGT
Vincent Charbonnier, syndicaliste, SNESUP-FSU enseignant-formateur, Université de Nantes-ESPE
Jacques Chastaing, Luttes invisibles et Front Social
Gerard Chouat, directeur.recherches émérite CNRS et syndicaliste SNCS FSU
Jean Claude, Résistance Sociale
Eric Coquerel, député FI, 1ère circonscription de la Seine-Saint-Denis
Philippe Corcuff, universitaire
Laurent Degousee, co-délégué de la fédération Sud Commerce
Josépha Dirringer, juriste, membre du GR-PACT
Simon Duteil, secrétaire national de l’Union national Solidaires
Gérard Filoche Gauche Démocratique et Sociale (GDS )
Isabelle Garo, philosophe
Franck Gaudichaud, enseignant-chercheur, Université Grenoble-Alpes
Karl Ghazi, syndicaliste CGT
Nacira Guénif, sociologue, Université Paris 8
Gwenn Herbin, conseillère municipale déléguée à Nanterre (92)
Gilles Houdouin, conseiller régional Normandie, Ensemble !
Pierre Khalfa, Fondation Copernic
Stathis Kouvélakis, philosophe - King’s College Londres
Elise Lowy, Ecolo
Christiane Marty, Fondation Copernic
Xavier Mathieu, CGT ancien continental
Gustave Massiah, économiste
Valérie Missillier, secrétaire politique financière FSPBA CGT
Christian de Montlibert, sociologue professeur émérite
Robi Morder, juriste
Olivier Neveux, universitaire/enseignant-chercheur
Etienne Penissat, chercheur au CNRS, membre de l’Observatoire de la répression et la discrimination syndicales
Armelle Pertus, porte-parole de la campagne Poutou 2017
Christian Pierrel, porte parole du PCOF
Manuel Rebuschi, enseignant-chercheur, université de Lorraine
Philippe Reig, République et Socialisme
Catherine Samary, économiste
Véronique Sandoval, économiste
Simone Sebban, membre du Bureau national de Nouvelle Donne
Yannick Sobaniak, CGT Hôpital de Wattrelos
Baptiste Talbot, syndicaliste CGT
Ludo Torbey, co-fondateur Osons Causer
Rémy Toulouse, éditeur
Marie-Christine Vergiat, députée européenne Gauche européenne
Mickael Wamen, CGT Goodyear
Karel Yon, chargé de recherches en sociologie


>> https://blogs.mediapart.fr/les-invites- ... t-ailleurs

https://www.solidaires.org/Contre-le-li ... Postale-92
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 25 Mar 2018, 18:23

Pénicaud autorise le licenciement d’un militant syndical Solidaires de La Poste, ripostons immédiatement !

L’Union syndicale Solidaires vient d’apprendre que la ministre du travail a autorisé par courrier du 20 mars 2018 le licenciement de notre camarade de l’union syndicale Solidaires, Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92.

Celui-ci subi un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées. La Poste avait déjà tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration, alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de l’entreprise. Son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé la procédure. L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement.

Pourtant le rapport de la contre-enquête, rédigé suite au recours hiérarchique formulé par la direction de La Poste, confirmait la décision de l’Inspection du Travail de refuser l’autorisation de licenciement de Gaël Quirante. La décision prise par Mme Pénicaud est donc bien une décision politique. Elle constitue un nouveau message adressé à notre Union syndicale après les poursuites disciplinaires qu’elle avait déjà engagé à l’automne comme une de nos camarades de SUD Travail.

A l’heure où de nombreuses équipes de notre Union syndicale sont engagées dans des luttes à la SNCF, La Poste, dans les hôpitaux, les universités, les EHPAD, à Air France, à Carrefour et dans bien d’autres secteurs encore, cette nouvelle attaque d‘une ministre, qui s’avère être bien plus celle du capital que du travail, loin de nous ralentir ne fait que renforcer notre détermination à mener ces batailles essentielles pour une autre société.

Face à cette nouvelle attaque contre les droits syndicaux élémentaires et la liberté d’expression, notre union syndicale Solidaires appelle à un rassemblement unitaire lundi 26 mars 2018 à 19 h devant le ministère du travail (métro Varenne) pour manifester notre solidarité envers notre camarade Gaël Quirante et protester contre cette injustice. Ne laissons pas passer cette nouvelle preuve d’une volonté manifeste de museler le mouvement social !

Paris, le 24 mars 201



Image



https://solidaires.org/Penicaud-autoris ... e-La-Poste
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede Pïérô » 27 Mar 2018, 12:06

Gaël, postier et syndicaliste, viré par la Ministre Pénicaud : rassemblement et grève le 26 ! Et le 27 !

Mise à jour 26/03 : Malgré le délai extrêmement court pour organiser une grève, ce sont plus de 150 postiers en grève qui se sont rassemblés ce lundi matin devant la direction de La Poste des Hauts de Seine à Nanterre pour exiger que Gaël QUIRANTE ne soit pas licencié. Dans les centres courrier de Levallois, Gennevilliers, Asnières, Malakoff, Fontenay aux Roses et Neuilly, une majorité de facteurs se sont mis en grève, dans d’autres centres tels que Boulogne Billancourt, Colombes, Courbevoie, ou aux guichets de Clamart et Rueil les taux de grève sont également élevés.
Les postiers des Hauts de Seine ont ensuite voté en Assemblée Générale la reconduction de la grève pour demain, mardi 27 mars, et son extension sur le reste du département. Les postiers du 92 ont bien compris qu’à travers le licenciement de Gaël QUIRANTE, c’est bien leurs moyens de défense face aux attaques incessantes des directions de La Poste qui se voyaient totalement remis en cause.
Le communiqué :

La Poste essaie de virer Gaël depuis 2010 pour son implication dans les grèves

« Rappel de la dernière tentative de licenciement de Gaël Quirante en 2017 : »

« Après deux reports d’audience, Gaël QUIRANTE, secrétaire départemental de SUD Poste 92, passera finalement en Cour Administrative d’Appel à Versailles mardi 28 mars. C’est la suite d’une procédure de licenciement datant de 2010 (accusation de séquestration contre les grévistes d’Asnières, Châtillon et Clamart qui s’étaient rendus en délégation auprès de leur direction départementale). La Poste a effectué une demande de licenciement auprès de l’Inspection du Travail : refus. Puis elle a fait appel auprès du Ministre du Travail : encore un refus. Puis appel auprès du Tribunal Administratif nouveau refus de licenciement ! Mais La Poste persiste et fait encore appel de cette dernière décision ! De plus, La Poste vient de relancer une nouvelle procédure de licenciement contre Gaël.

Un chiffre pour mesurer l’acharnement de La Poste contre Gaël : il a écopé d’un an et demi de mises à pied cumulées sur 13 ans à La Poste. Les grèves déterminées et victorieuses contre les suppressions d’emplois et les réorganisations à Asnières, Neuilly et dans d’autres bureaux, les liens tissés entre secteurs en lutte... : c’est le syndicalisme combatif qui est visé à travers Gaël.

Que vient faire la Ministre du travail là-dedans ?

Les représentants syndicaux sont des travailleurs protégés, pour éviter l’acharnement des patrons. Pour licencier un.e représentant.e syndical.e, l’employeur doit en faire la demande à l’Inspection du Travail, qui juge ou non de la pertinence de ce licenciement. En cas de refus de l’Inspection du travail (comme c’est le cas ici), l’employeur peut saisir le ministère. C’est donc au (ou à la) Ministre de décider. En faisant le choix de donner cet accord, Muriel Pénicaud envoie un signal clair aux travailleuses et aux travailleurs : on va vous mater.

Grève et rassemblement

Sud Poste 92 appelle à la grève dans tous les bureaux de poste et centres de tri du département dès lundi 26 mars. Un préavis a été déposé.

Le syndicat, ainsi que le Front Social, appellent à un rassemblement devant le ministère du travail, à 19h (127 rue de Grenelle, métro Varenne).

Soyons présent.e.s et solidaires !


https://paris-luttes.info/mis-a-jour-ga ... er-et-9795
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 28 Mar 2018, 02:16

Hauts-de-Seine : mobilisation autour du syndicaliste de La Poste menacé de licenciement

Conséquence de cette décision de la ministre du Travail, la grève des postiers a été reconduite ce mardi.

Sur les pavés, la rage. Ce lundi soir, une marée de drapeaux aux armes des syndicats et des partis de gauche ont claqué devant le ministère du Travail, boulevard des Invalides à Paris (VIIe). Les manifestants protestaient contre le feu vert donné, samedi, par Murielle Pénicaud au licenciement de Gaël Quirante, emblématique responsable du syndicat Sud Poste dans les Hauts-de-Seine.

Parmi les figures de la contestation venues apporter leur soutien au syndicaliste, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot, vieux compagnon de route de Gaël Quirante. Ce dernier est sous le coup d’une procédure de licenciement pour la séquestration, il y a huit ans, de plusieurs cadres de La Poste deux heures durant. Selon Sud, l’autorisation de licencier Gaël Quirante « est bien une décision politique ». Bien décidés à ne pas lâcher leur tête de proue, les militants de Sud en grève ce lundi ont décidé de reconduire la grève des postiers dans les Hauts-de-Seine ce mardi.

... http://m.leparisien.fr/hauts-de-seine-9 ... 630503.php


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 15:27

La Poste ose licencier Gaël ! riposte immédiate : rassemblement jeudi 5 avril a 19h devant le siège de la poste

La Poste vient de notifier son licenciement à Gael Quirante syndicaliste dans le 92 en utilisant la décision, politique, de Pénicaud de l’autoriser contre l’avis de ses services. Soyons nombreuses et nombreux jeudi soir 5 avril à 19h devant le siège de la Poste.

Mobilisation générale pour jeudi 5/04 à 19h devant le siège de #LaPoste Métro Corentin Celton T2 Porte d’Issy 12 rue Guyenemer à Issy-les-Moulineaux.

https://www.facebook.com/events/2017303608521457/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 17:57

Appel à Soutien/Solidarité face à la répression antisyndicale contre des syndicalistes de SUD Industrie

Image

Image

https://www.solidaires.org/Appel-a-Sout ... contre-SUD
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 21:00

Forte convergence syndicale contre la malveillance de l’inspection académique d’Ille-et-Vilaine à l’égard du syndicalisme

Près de 150 syndicalistes se sont rassemblé.e.s le mercredi 4 avril devant l’Inspection académique à Rennes pour défendre les libertés syndicales dans l’éducation nationale qui sont aujourd’hui gravement remises en cause dans le département de l’Ille-et-Vilaine.

Au même moment, en effet, une syndicaliste de Sud éducation était convoquée – durant près de deux heures ! – par Claude Rousseau directeur académique adjoint en présence de la responsable des personnels et de l’inspecteur de la circonscription. Sa « faute » supposée ? Avoir voulu respecter le mandat syndical qui lui avait été confié pour participer au Congrès fédéral de Sud éducation et en avoir été empêchée par sa hiérarchie. Cette malveillance de la hiérarchie académique concerne aussi d’autres syndicalistes, de la CGT et de Sud éducation, qui ont également essuyé des refus d’autorisation d’absence pour activité syndicale.

Face à cette tentative d’intimidation, un large front syndical dans l’Éducation a réuni en quelques jours la CGT, la CNT, Force Ouvrière, la FSU, le SGEN-CFDT et Sud éducation. L’intersyndicale a dénoncé d’une même voix la remise en cause du droit syndical dans l’éducation.

L’Union syndicale Solidaires, à laquelle Sud éducation est fédérée, est venue aussi rappeler que, dans tous les secteurs professionnels, les attaques contre des syndicalistes nous concernent toutes et tous car elles s’inscrivent dans un contexte de régression des droits sociaux et des droits des personnes.

Sud éducation 35 remercie chaleureusement l’ensemble des syndicalistes enseignant.e.s du département et des autres départements bretons, mais aussi les cheminot.e.s, les étudiant.e.s, les syndicalistes des finances, de pôle emploi ou encore de France Télécom, qui ont fait le déplacement pour affirmer pleinement leur solidarité.

L’intersyndicale de l’éducation se réunira dans les prochains jours pour organiser une riposte résolue et unitaire à la remise en cause des droits syndicaux et à toutes les formes de répression qui pourraient viser le militantisme des adhérent.e.s. de nos différentes organisations.

... http://rennes-info.org/Forte-convergenc ... ale-contre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne nationale contre la répression anti syndicale

Messagede Pïérô » 28 Avr 2018, 02:01

Tours, 150 manifestant-e-s en soutien à Gaël Quirante

Ce 24 avril 2018, place Jean Jaurès, à Tours.

Des postier-e-s, de nombreux cheminot-e-s, quelques étudiant-e-e, enseignant-e-s, hospitalier-e-s, quelques retraité-e-s...

... http://sudptt36-37.org/spip.php?article583 et http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1864
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité