Front social

Re: Préparons le premier tour social ! et suite...

Messagede Béatrice » 14 Mai 2017, 08:57

lundi 15 mai 2017 à MARSEILLE

-18 h 30 Local de Mille bâbords, 61 rue Consolat 13001

Réunion unitaire
Appel pour contruire le « FRONT SOCIAL » à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône
Pour Un Front Social

Nous vous invitons le lundi 15 mai à 18h30
au local de Mille Bâbords, 61 rue Consolat 13001 Marseille
pour discuter et construire le « FRONT SOCIAL » à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône

L'appel :

LE « FRONT SOCIAL » S’ORGANISE A MARSEILLE ET DANS LES BOUCHES-DU-RHONE
Construire le « FRONT SOCIAL » • Réunion unitaire à Marseille

Parce que nous en avions assez de mener nos luttes chacun notre coin…
Parce que le refus de la Loi Travail (et autres attaques permanentes contre nos droits – loi Macron, Rebsamen, etc.) ne s’est pas arrêté le jour de son vote à coup de 49-3 à l’Assemblée Nationale…

Parce que nous savons que demain, quelque soit l’élu/e, ce sont les salariéEs qui seront les premiers attaqués… une nouvelle fois et une fois de trop…
Parce que nous refusons que les salariés dans les manifestations et les jeunes dans nos cités fassent systématiquement l’objet de répression policière, d’arrestations arbitraires et de délit de faciès…

Parce que plutôt que de rêver au « Tous Ensemble », nous allons tout faire pour le construire, sans sectarisme, dans l’unité la plus large, avec tous ceux et toutes celles qui mettent la lutte et le respect des revendications des salariéEs au centre de leur intervention !

Nous vous invitons le lundi 15 mai à 18h30
au local de Mille Bâbords, 61 rue Consolat 13001 Marseille
pour discuter et construire le « FRONT SOCIAL » à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône


Le FRONT SOCIAL émane de l’appel de syndicalistes pour un « 1er TOUR SOCIAL » organisé le 22 avril 2017 dans les rues de Paris afin de nous rassembler et lutter pour affirmer la nécessité d’imposer notre programme par la force des mobilisations sociales et ce indépendamment des candidats ou partis qui se sont présentés aux élections.

Quelques organisations qui participent :
Fédération sud commerce – CGT simply market amiens – collectif salarié.e.s des champs elysées – cgt éducation93 – Fédération des Travailleurs de l’Enseignement FTE-CNT - Solidaires Étudiants Paris 3 – sciences po – sud éducation (alsace, 27, 76, 91, 92, 95) – unef nanterre, montrouge – cgt énergie75 – cgt agri – cgt préfecture de police paris - us cgt services publics parisiens – cgt goodyear – sud poste (13, 66, 91, 92, 95, la réunion) – info com cgt – comité national travailleurs privées d’emploi et précaires cgt) – sud rail paris st lazare – sud rail alsace – cgt hôpital blois, tous, wattrelos – fédération sud santé sociaux – fédération sud ptt – collectif livreurs autonomes paris (clap) – cnt région parisienne – solidaires 91, 92 – ud cgt nord - cnt lille – ul cgt armantières, nancy, nanterre – compagnie jolie môme – droit au logement (dal) – droits devant – galeano (blois) – images contemporaines – collectifs féministes révolutionnaires – collectif anti-linky – mulêketu – scalp ile de France – bellaciao – comité de soutien paris3 « justice pour théo et tous les autres » - collectif « urgence notre police assassine » - touche pas à ma zep

NOUS CONTACTER :

pourunfrontsocial.marseille chez laposte.net
#FrontSocial
PourUnFrontSocial chez gmail.com
Facebook : FrontSocial (https://www.facebook.com/FrontSocialUni/)
Twitter : @FrontSocialUni (https://twitter.com/FrontSocialUni)


http://www.millebabords.org/spip.php?article30696
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Préparons le premier tour social ! et suite...

Messagede bipbip » 16 Mai 2017, 13:23

Mardi 16 mai 2017

Assemblée générale du Front social

à 19h , Info com CGT, 4 Rue Guyton-de-Morveau, Paris 13e

Au menu de mardi :
• retour sur le succès de la manif du 8 mai
• écho des constructions du réseau #FrontSocial en province
• préparation des initiatives à venir dont la nouvelle journée nationale de mobilisation prévue le 19 juin, partout en France
• validation de l'affiche et préparation de la rencontre nationale du #FrontSocial le 10 juin à Paris
• validation du communiqué commun qui servira de base à la mobilisation jusqu'au 18 juin
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Préparons le premier tour social ! et suite...

Messagede bipbip » 25 Mai 2017, 17:41

AG parisienne du Front social dans les locaux d'Info Com...

Image

Les 200 participants ont débattu et échangé pendant près de 3 heures dans la chaleur humaine.... Ils se sont serrés les coudes au propre comme au figuré (un Compte-rendu plus détaillé est en cours d'élaboration).

A cette AG ont été actés le texte de l'appel du Front social



De nouveaux signataires de l'appel :

- CGT RSI Aquitaine (organismes sociaux)
-S CID syndicat du commerce indépendant et démocratique qui lutte, en particulier, contre le travail du dimanche imposé
- le comité des travailleurs précaires et privés d'emploi CGT de Sète et ses environs
- le comité des travailleurs précaires et privés d'emploi CGT de Lunel
- le comité des travailleurs précaires et privés d'emploi CGT de Montpellier
- La CGT AGO =un syndicat multi professionnel de site le syndicat CGT AGO (Aéroport Grand Ouest) s’est créé en 2011 afin de développer une activité syndicale de proximité pour les salariés qui partagent les mêmes intérêts collectifs, conditions de travail, d’hygiène et de sécurité.
- Génération ingouvernable
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Préparons le premier tour social ! et suite...

Messagede bipbip » 27 Mai 2017, 18:46

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Préparons le premier tour social ! et suite...

Messagede bipbip » 28 Mai 2017, 17:05

Saint-Nazaire lundi 29 mai 2017

2e réunion Front social

à 18h, AGORA - Maison des Association
2 bis boulevard Albert de Mun, Saint-Nazaire

2ème réunions des militant-es intéressés à l'organisation d'un Front social sur Saint-Nazaire
suite de la réunon du 20 mai cf https://nantes.indymedia.org/events/37755

https://nantes.indymedia.org/events/37826


Marseille lundi 29 mai

à 18h30 - Médiathèque des Mille Babords - 61 rue Consolat

Organisation d'un front social à Marseille contre Macron et son monde avec des syndicalistes, militants politiques et associatifs, écologistes , autonomes, libertaires ou simples individus, ne laissons pas s'installer une société ultra-libérale cannibale, inégalitaire et pollueuse dont nous ne voulons plus sans réagir. Résistance.!


Évry (91) lundi 29 mai

création du Front Social 91

Assemblée générale pour un Front Social dans l’Essonne le 29 mai
Construire le FRONT SOCIAL, via la convergence de nos luttes, et des syndicats, étudiant.es, chômeu.r.ses, lycéen.nes, travailleu.r.ses, associations dans le 91. Contre les attaques libérales de Macron and co, pour le contrôle de nos luttes !

à 18h, Au local du SUD Poste (Evry Village)
Place du général de Gaulle

Image

https://paris-luttes.info/evry-creation ... al-91-8192
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 02 Juin 2017, 08:34

Lille vendredi 2 juin 2017

Meeting à 17h30 à la bourse du travail

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 03 Juin 2017, 14:34

Ne nous lamentons pas, organisons-nous

Par Théo ROUMIER

Le Pen est battue et Macron est élu. Nous savons maintenant contre quel pouvoir lutter, même si nous devons dans le même temps trouver le moyen de réduire l’influence de l’extrême droite. Un front social, oui, c’est ce qu’il faut construire. Commençons d’abord par reprendre le problème à la base : comment on s’organise ?

L’entre-deux tours a été dominé par un débat sans fin (enfin si, le 7 mai au soir) : voter Macron ou pas ? On ne parle évidemment pas d’un éventuel vote de conviction (très faible au final1), mais bien de ce « vote barrage » qui lui a apporté les voix nécessaires pour l’emporter et battre Le Pen. Dans le même temps, l’abstention, les votes blancs et nuls atteignent un niveau inédit pour un second tour d’élection présidentielle.

On peut encore discuter du « bénéfice » des deux tactiques pour notre camp : réduire le pourcentage de Le Pen pour limiter l’accès de confiance qui pouvait saisir les militant.e.s d’extrême droite avec un score élevé ; ou réduire le pourcentage de Macron afin de délégitimer le futur pouvoir et faire en sorte que l’abstention de gauche soit incontournable2. Les organisations syndicales comme la CGT et Solidaires qui avaient appelé à ne pas donner une seule voix à Le Pen n’avaient pas voulu forcément opposer les deux, et elles ont sans doute eu raison. Elles appelaient par contre à manifester massivement le 1er mai.

C’est sans doute bien plus sur la préparation de cette journée de lutte que les énergies militantes auraient du se concentrer. Tout indiquait que la mobilisation allait être compliquée : l’atonie des réactions dans la rue au soir du premier tour, comme dans la semaine qui a suivi et précédé le 1er mai, était prévisible. Depuis plusieurs années, la banalisation de l’extrême droite se constate aussi par la difficulté de plus en plus grande à construire un antifascisme spécifique, qu’il cherche à s’exprimer dans des structures militantes3 ou dans des rassemblements, des débats, des manifestations…4 ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas continuer à y travailler, notamment parce que du côté des syndicats, une action unitaire se maintient malgré tout5.

Forcément, dans ce contexte, le 1er mai 2017 n’a pas été à la hauteur de 2002 (mais personne ne croyait à cette éventualité). Mais il n’a pas non plus réussi à imposer la question sociale sur le devant de la scène – ce qui aurait du être l’objectif du « peuple de gauche » (comme on dit) et qu’aurait peut-être permis une plus forte mobilisation – question qui a été bien plus incarnée par la fermeture de l’usine Whirlpool et la désastreuse double visite Macron-Le Pen.

Et pourtant…

Des grèves, des contestations il y en avait pourtant dans cet entre-deux tours6, d’autres sont d’ores et déjà appelées comme dans les Centres d’appels les 13 et 15 mai prochain 3. Mais c’est bien encore une fois l’échéance électorale qui a polarisé : certain.e.s s’y sont résigné.e.s, d’autres y ont cru, particulièrement celles et ceux engagé.e.s dans la « France insoumise ». Quoi qu’il en soit il serait contre-productif d’attendre une fois de plus les législatives et leurs résultats : c’est toujours maintenant qu’il faut réagir7. Se réveiller à l’été rendra plus difficile toute entreprise de mobilisation contre les lois anti-sociales que nous a promis Macron. Tout ce qui sera fait d’ici là est bon à prendre.

Dans plusieurs grandes villes, au soir du second tour et le lendemain, le 8 mai, des manifestations ont été organisées (Besançon, Clermont-Ferrand, Grenoble, Le Havre, Orléans, Paris, Poitiers, Rennes, Rouen, Strasbourg, Tours…). À l’image du 1er mai, elles n’ont pas mobilisé forcément largement (c’est en centaine, au mieux, que se comptaient les manifestant.e.s en région), mais il était important qu’elles se tiennent. À Paris notamment, c’est appelée sous le nom de « Front social » 3 qu’une manifestation a rassemblé plus de 5000 personnes.

Pour autant, si un front social devait se constituer, ce qui est éminemment souhaitable, il ne pourrait se limiter à un logo et à des initiatives parisiennes. C’est bien plus profondément qu’il faudrait aller le chercher et l’ancrer, dans des pratiques au coeur desquelles l’auto-organisation doit prendre toute sa place. Questionner la représentativité des assemblées que nous animons, de même que l’audience réelle de nos initiatives, on ne peut pas l’écarter d’un revers de la main en se disant que l’action prime.

C’est pour ça qu’il faut plus et mieux partager, confronter nos stratégies de mobilisation pour faire face à l’urgence, contrer Macron et défaire durablement Le Pen. Pour cela, et pour aussi espérer voir émerger ce front social, il faut – au moins – trois choses :

- trouver des espaces de convergences et/ou d’alliance : ça a été le cas lors de la Marche pour la Justice et la Dignité du 19 mars, c’est ce qu’ont tenté les syndicalistes d’On bloque tout 3 et c’est aussi ce que cherche à faire la campagne « Nos droits contre leurs privilèges » 3. C’est une priorité... tout du moins ça devrait l’être plus et pour plus de monde. Il est clair que, législatives approchant, ces convergences ne peuvent pas pour l’heure intégrer quelque organisation ou parti politique que ce soit. Nous sommes encore très très loin de ce qu’a pu représenter un LKP en Guadeloupe 3 en 2009 par exemple. Et même si bien évidement il n’y a pas de « recettes » à reproduire en toutes circonstances et en tous lieux à l’identique, nous avons tout intérêt à chercher à rassembler toutes celles et tous ceux qui font le mouvement social et les luttes aujourd’hui plus qu’à y « découper » des franges radicales.

- parce qu’on ne peut pas en faire l’impasse, il faut aussi mener le débat démocratique sur cette question dans les organisations constituées sans chercher à les contourner. Ces organisations du mouvement social, associations et syndicats de lutte, ne sont pas réductibles à des « appareils ». Dire que ce ne sont que des sortes de « superstructures bureaucratisées » dont il n’y a rien à sauver n’est pas vrai. Elles représentent, ne serait-ce que pour les seuls syndicats, des centaines de milliers de femmes et d’hommes qui s’y reconnaissent, s’y engagent, les construisent. Ce sont elles et eux qui font vivre et mettent en œuvre concrètement les solidarités et les résistances quotidiennes qui seront le seul ciment possible d’un véritable front social.

- enfin, renforcer nos outils de lutte et de résistance dans la durée et éviter le « zapping » militant, faute de quoi tout « front social » ne serait que mouvement pour le mouvement. Convaincre de se syndiquer, de rejoindre une association de lutte, un collectif, organiser des temps d’échanges – pour agir – sur les lieux de travail, dans nos villes et quartiers, c’est une nécessité. Et s’il le faut, actualiser les formes de nos outils, leurs pratiques, leurs structurations pour s’adapter aux coordonnées contemporaines, « parler » plus largement qu’ils ne parlent aujourd’hui. Ce dernier point mérite d’être développé (autant qu’on peut le faire dans un billet de blog).

Reconstruire oui, mais reconstruire quoi ?

Les appels à reconstruire « la gauche » se multiplient. On a vu nombre de tribunes dire qu’il fallait « tout réinventer ». Soit. Mais dans la plupart de ces textes le mouvement social est le grand absent. Pourtant se limiter à l’isoloir (qui ne porte on ne peut mieux son nom), c’est faire une croix sur le collectif. Et rien ne sera possible, pour personne, si cette gauche des rues et des grèves ne se renforce pas, si elle ne porte pas, par elle-même, son propre imaginaire social. Faire le choix délibéré de la subordonner à des intérêts partidaires se serait l’appauvrir, la déssécher, et faire courir un grave danger à toutes celles et tous ceux qui veulent changer la société... parce que c’est bien de ses réalités et de ses contradictions qu’il faut partir pour les transformer.

Les stratégies peuvent varier. À la manière du Comité invisible, on pourrait se dire qu’il suffit de s’en remettre aux affinités et aux amitiés pour que, « naturellement », une alternative émerge au gré d’une succession d’émeutes de plus en plus rapprochées. On peut aussi en douter fortement. Parce qu’une telle proposition fait l’impasse sur le nœud qu’est le travail dans la vie de la plupart d’entre nous, et dont bien peu – même si on peut le regretter – ont la possibilité de s’émanciper. Conséquence de cela, dans presque toutes les contributions qui parlent « reconstruction » il y a quasi-systématiquement le même angle mort sur l’action syndicale. Pas ou peu de commentaires, de réflexions… pourtant, à titre d’exemple le sociologue Julian Mischi a rappelé l’importance que cette forme d’engagement recouvre dans les territoires ruraux notamment, ceux-là mêmes qui sont frappés de plein fouet par la progression de l’extrême droite. Et les deux sondages publiés après le premier tour de l’élection présidentielle attestent que le syndicalisme reste toujours un rempart au vote FN.

Reconstruire de l’action collective c’est déjà partir de là : la réalité de l’exploitation et/ou de l’oppression vécue. Celle que l’on subit au travail est la plus partagée (encore une fois même lorsqu’on en est exclu.e – parce qu’il y a alors injonction à accepter n’importe quel « boulot de merde » ; ou qu’on n’en a pas assez – parce qu’il faut alors subvenir à ses besoins dans des conditions de plus en plus précaires). Repartir de là permet aussi d’intégrer les nouvelles formes de travail ubérisées, si chères à Mr Macron, dans notre champ d’intervention. Depuis plusieurs mois, l’action collective s’y est invitée. Il y a le syndicat des coursiers à vélo lancé par la CGT 3 en Gironde. Sur Paris, le CLAP 3 (Collectif des livreurs autonomes de Paris) est né dans lequel se retrouvent des livreurs à vélo syndiqués et non-syndiqués.

Et faire avancer l’action collective, c’est faire avancer la solidarité. Mais il ne faut pas négliger que dans nos organisations mêmes, l’égalité, la solidarité doivent être la règle pour toutes et tous. Tout comme le combat féministe a progressé dans nos structures (et même s’il reste toujours beaucoup à faire comme en témoigne la réussite mitigée du 8 mars dernier), il faut aussi que le racisme et la lutte contre l’islamophobie soient plus pris en charge dans les syndicats. Parce qu’au travail on subit encore plus de discriminations lorsqu’on est femme, noir.e, arabe… Avec quelques camarades, c’est ce que nous disions dans la tribune « Syndicalistes, nous marcherons le 19 mars » publiée sur Mediapart : « Si les discriminations ne se réduisent pas à la domination sociale, elles s’articulent à celle-ci pour la renforcer. Combat social et antiraciste, loin d’être antagoniques, doivent se nourrir l’un l’autre. »

Ces enjeux, de taille, posent nécessairement la question de l’interprofessionnel. Un syndicat ça n’est pas fait pour défendre des intérêts particuliers mis bout à bout, qui pourraient s’opposer les uns aux autres, c’est partir des luttes « corporatives », de la réalité du travail vécu pour bousculer les murs des corporatismes pour le coup et poser la question du changement de société et des intérêts communs que nous avons, en tant que classe donc (à priori se débarrasser du capitalisme est un bon horizon). Et, oui, ça il faut aussi le faire vivre au quotidien. La revendication de la réduction du temps de travail a historiquement tenu ce rôle pour le syndicalisme : c’était la journée de 8 heures hier, ce sont les 32h par semaine aujourd’hui. Si on parlait un peu plus d’alternatives pour vivre et travailler mieux et autrement, on sortirait d’un certain nombre de débats mortifères. Qu’un Collectif syndical contre l’aéroport à NDDL et son monde se soit constitué en lien avec la ZAD va dans ce sens : « C’est que ce besoin de « reprendre sa vie en main » concerne effectivement beaucoup de salarié-e-s, de militant-e-s. Défendre la ZAD, c’est donc pour nous aussi soutenir une expérience d’émancipation du capitalisme et des rapports marchands. » De même remettre sur le métier la question de l’autogestion de la production, comme l’ont fait entre autres les Scop-ti 3 ici, et plus fortement encore les entreprises récupérées en Argentine ou en Grèce, en l’insérant dans un projet de société qui plus est, ne serait pas une si mauvaise idée.

Et tout ça commence par s’engager dans le syndicat, le collectif, l’association qui lutte au boulot, dans notre ville, notre quartier.


1 : Comme l’a montré Maxime Combes ici https://blogs.mediapart.fr/maxime-combe ... -nationale.

2 : Les billets de Philippe Marlière ici et de Ludivine Bantigny ici ont assez bien exprimé chaque point de vue.

3 : Voir l’article de Karl Laske sur la disparition du réseau Ras l’Front https://www.mediapart.fr/journal/france ... epuis-2002.

4 : Pour seul exemple, le fiasco de la mobilisation contre le Congrès du FN à Lyon en 2014 a marqué les esprits.

5 : Rappelons la campagne intersyndicale CGT-FSU-Solidaires contre l’extrême droite ou le travail au long cours de VISA http://www.visa-isa.org/, Vigilance et initiative syndicale antifasciste.

6 : Voir les pages Facebook « Luttes invisibles » https://www.facebook.com/luttesinvisibles/ et « On bloque tout » https://www.facebook.com/OnBloqueTout/.

7 : L’Union syndicale Solidaires a en ce sens envoyé une invitation à une rencontre intersyndicale le jeudi 11 mai.


Le titre de ce billet est repris de la phrase que prononca Joe Hill, syndicaliste américain d’origine suédoise, en 1915 devant le peloton qui allait l’exécuter : « Don’t mourn, organize ! / Ne vous lamentez-pas, organisez-vous ! »

https://blogs.mediapart.fr/theo-roumier ... isons-nous
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 05 Juin 2017, 15:23

Paris mercredi 7 juin 2017

AG parisienne de préparation du 10 juin

Le 7 juin à 19 h salle Hénaff - Bourse du travail - 29 bd du Temple, Paris 3

https://paris.demosphere.eu/rv/55571


Lyon

Face à Macron, l’heure est à la mobilisation ! Réunion publique le 7 juin

Dans la dynamique du Front Social lancé à Paris, l’assemblée de lutte réunie le 24 mai propose aux organisations, collectifs, associations et syndicats de se joindre à un appel à mobilisation le 19 juin. Cet appel pourra être amendé et discuté le 7 juin lors d’une réunion publique à 18h à la Bourse du travail. Si vous souhaitez être signataire, merci d’envoyer un mail à assembleedelyon[at]gmail.com

Nous connaissons déjà les intentions offensives de Macron contre le code du travail et nos conditions matérielles d’existence. Ne lui laissons aucun délai pour appliquer ses mesures antisociales : le temps est à la mobilisation, pas à la négociation !
• La loi El Khomri permet aux accords de branche et d’entreprise de s’appliquer même en étant moins favorables aux travailleurs que le code du travail. Macron prévoit d’étendre ces abus aux salaires et au temps de travail : c’est la fin du SMIC et des 35 heures.
• En plus du salaire direct, c’est le salaire différé qui est attaqué (ce qu’on appelle les cotisations sociales). En passant une part du salaire différé au salaire direct, Macron désire fragiliser et condamner à terme notre système de protection sociale : assurance chômage, assurance maladie et hôpitaux, allocations familiales, retraite, etc : toutes les aides sociales en souffriront.
• Avec 120000 suppressions de postes dans la fonction publique, les fonctionnaires des collectivités territoriales mais également de l’Éducation nationale n’ont qu’à bien se tenir. Ces suppressions rendront caduques ses promesses de réduire la taille des classes scolaires.
• Comme ses prédécesseurs, Macron entend renforcer la présence militaire française en Afrique et les politiques sécuritaires en France : balade en blindé, voyage au Mali s’inscrivant dans l’impérialisme français, prolongation de l’état d’urgence, renforcement des pouvoirs de la police, nomination de Gérard Collomb ministre de l’Intérieur...
• La construction de plus de prisons ne servira non pas à les désengorger mais à emprisonner plus de personnes précaires, dans le cadre de la criminalisation de la précarité et de la pauvreté.
• En plafonnant les indemnités prud’homales, Macron souhaite donner les pleins pouvoirs aux patrons pour licencier abusivement les salariés.
Etc.

Comme toujours, ces attaques toucheront plus durement les plus précaires d’entre nous, les femmes et les personnes issues de l’immigration : notre solidarité envers eux et elles doit être sans faille.
Macron entend mener ses attaques à l’aide d’ordonnances dont l’application immédiate sans l’aval de l’Assemblée Nationale limitera drastiquement notre capacité d’organisation. C’est pourquoi il est primordial de construire la mobilisation la plus large possible en se constituant en tant que front social et ainsi se doter d’une véritable capacité d’action. Syndicalistes et associations, jeunes et moins jeunes, précaires, nous devons tou·te·s passer outre l’inertie, la division et le sectarisme pour passer à l’offensive dès maintenant.

https://rebellyon.info/Face-a-Macron-l- ... a-la-17892
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede Béatrice » 06 Juin 2017, 17:26

jeudi 8 juin 2017 à MARSEILLE

-11 h 30 Place du Général de Gaulle, 13001

Rassemblement • Partout en France, mobilisons-nous !
Pour le progrès social & contre le capitalisme !
A l’appel de l’UD CGT 13 • Front social 13 • et de nombreux signataires

Il y a urgence. Macron président est pressé de finir le travail de Macron ministre 49.3 de la loi Travail. Il veut des député·e·s au service d’une loi d’habilitation dès juillet, qui l’autorise à légiférer par ordonnance. Elle permet d’éviter tout débat, avec les député·e·s en particulier.

Pour lui, la démocratie est une perte de temps, la preuve. Son urgence ce n’est pas le chômage, c’est durcir la loi Travail et préparer d’autres destructions sociales. Le #FrontSocial appelle le 19 juin toutes celles et tous ceux qui sont déterminé·e·s à lui résister.

Après le succès de la 1re manifestation du quinquennat Macron à Paris le 8 mai, organisons des rassemblements partout en France pour envoyer un message clair au nouveau pouvoir en place : mouvement social contre la régression sociale !
Tous devant le MEDEF
Place du Général De Gaulle
jeudi 8 juin à 11h30

Source : #frontsocial13

http://www.millebabords.org/spip.php?article30781
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Front social

Messagede bipbip » 07 Juin 2017, 00:37

Rouen jeudi 8 juin 2017

Front social réunion de constitution du collectif

Solidaires 76 appelle à une réunion de constituion d’un Front Social à Rouen. Toute personne, groupe, syndicat, collectif ou association est la bienvenue :

Solidaires 76 appelle à une réunion de constituion d’un Front Social à Rouen. Toute personne, groupe, syndicat, collectif ou association est la bienvenue :

"La composition du nouveau gouvernement et ses premières déclarations montrent que la politique de régression sociale menée ces dernières années va être poursuivie et amplifiée.
Solidaires 76 propose la création de collectifs pour constituer un front social dans le département(à Rouen, Le Havre, Dieppe notamment) en s’adressant à l’ensemble du mouvement syndical et associatif, en vue de préparer des manifestations dès le 19 juin. Une première réunion se tiendra le jeudi 8 juin à 18h dans les locaux de Sud Rail à Sotteville lès Rouen, 259 bis rue Pierre Corneille. Nous espérons nous retrouver nombreux-ses à cette première réunion et si vous ne pouvez pas être présents, nous vous tiendrons informés des propositions issues de cette réunion.
Salutations militantes.
Le bureau Solidaires 76"

Cette rencontre précèdera la rencontre nationale du Front social du 10 juin à Paris et des manifestations qui auront lieu partout en France le 19 juin.

#FRONTSOCIAL à Paris… QUÉSACO ?
Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, médias alternatifs, de militants, de femmes et d’hommes construisant la riposte à la politique libérale du président Macron et la convergence des luttes. Le Front Social trouve son origine dans l’appel du 22 avril à un premier tour social, veille du premier tour des élections présidentielles. Appel ici : https://goo.gl/S2nqNW
La manifestation du 3ème tour social a eu lieu non seulement à Paris mais aussi dans des villes de province comme à Rouen.

https://a-louest.info/Front-social-reun ... lectif-140



Toulouse jeudi 8 juin

Assemblée générale pour la constitution du Front social toulousain

Le rejeton du patronat qui voudrait écraser plus d’un siècle de luttes sociales est au pouvoir.
Les chefs des syndicats seront bientôt appelés à se réunir à la table des négociations.
Mais il n’y a rien à espérer de ce "dialogue social entre partenaires".
Tout le monde sait bien que ces termes voudraient nous faire croire qu’il existe une symétrie entre ceux qui exploitent et celles et ceux qui sont exploité-e-s.
Alors qu’il n’a jamais s’agit que de négocier l’ampleur de la défaite sociale. RDV le jeudi 8 juin à 18h30 au CASC.

Sans attendre les mauvais coups qui vont pleuvoir, ni les consignes venues d’en haut, nous pensons au contraire qu’il faut que la base de la société civile s’organise localement dès maintenant.
Toulouse doit engager toutes ses forces vives à la construction d’une résistance coordonnée la plus large possible, agissant de concert avec toutes les manifestations du front social qui naissent un peu partout en France.
C’est indispensable dans la période qui s’ouvre, non seulement pour résister mais aussi pour gagner !

Les législatives vont encore créer des divisions entre militants, alors que nous savons tous qu’il faudrait nous unir.
Nous faisons le souhait que, sur le terrain et dans l’action, ces querelles soient dépassées face à cet état d’urgence sociale.
Les liens que nous avons tissé dans la lutte contre la loi Travail sont forts et le corps militant qui s’est constitué est large et hétérogène, c’est une richesse.
L’initiative de cet appel en est la preuve, nous n’appartenons à aucune structure syndicale, collectif, parti ou association, la nature de nos liens est un mélange de solidarité, de lucidité et de détermination.
Nous avons marché ensemble, crié ensemble, tracté ensemble, bloqué ensemble, occupé ensemble, habillé des façades ensemble, nous avons constitué un réseau, nous avons des ressources et nous lançons cet appel à constituer le front social toulousain qui coordonnera nos forces dans les plus bref délais !

Chômeuses, chômeurs, étudiant-e-s, précaires, salarié-e-s, fonctionnaires,
Nous vous proposons de nous réunir le jeudi 8 juin à 18h30 au 10bis rue du Colonel Driant (salle du CASC)
Pour décider ensemble de la forme de notre organisation et préparer la riposte !

N’hésitez pas à partager l’évènement Facebook accessible ici https://www.facebook.com/events/1941935972759925/.

A très bientôt.

https://iaata.info/Assemblee-generale-p ... -2084.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 09 Juin 2017, 07:42

Front Social : de l’Assemblée générale parisienne à la rencontre nationale

Une centaine de personnes à l’assemblée générale parisienne du front social ce mercredi 7 juin au soir. Après sa manifestation du 22 avril à la veille du premier tour des présidentielles, puis celle du 8 mai, lendemain du second tour, qui avait regroupé autour d’elle les secteurs dores et déjà déterminés à contrer Macron et ses ordonnances, il s’agissait ce soir de préparer la prochaine : le 19 juin, au lendemain des législatives.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Fron ... -nationale


Samedi 10 juin 2017 à Paris

Rencontre nationale du Front social

Après le succès des mobilisation du 1er tour social le 22 avril et la première manifestation du quinquennat Macron le 8 mai, retrouvons-nous pour débattre, échanger et construire le nécessaire #FrontSocial.

Cette réunion nationale sera l'occasion de discuter des positions communes à défendre pour notre réseau mais aussi définir un mode de fonctionnement et nos activités pour les semaines à venir.

Que vous soyez une organisation, un syndicat, un collectif, une association, un militant… prenez date et venez construire l'indispensable riposte à Macron, sa nouvelle loi travail, ses ordonnances, l'état d'urgence, la représsion et tous les autres mesures libéra...les de sa politique anti-sociale.

Image

Déroulé

Partie I : Les attaques du Gouvernement Macron, pourquoi la riposte ?

Entre 10h et 12h
• Introduction
• Attaques de Macron au sens plus large, pourquoi riposter ?
• Eclairage, point sur l'actualité Loi Travail XXL
• Préparation de la mobilisation nationale du 19 juin
• Perspectives, projections du Front Social

Repas entre 12h et 13h

Partie II : Position commune au sein du Front Social

Entre 13h et 15h
• Présentation et contenu du Manifeste
• Etat des lieux collectifs Front Social locaux

15h Pause

Partie III : Le Front Social ne se substitue pas aux syndicales, associations, collectifs... : mode d'emploi

Entre 15h30 et 17h
• Comment fonctionner ensemble ?
• L'équipe d'animation
• Les expériences communes
• Caisse de financement des activités du Front Social
• Diffusion du teaser Acharnement

#Frontsocial… quésaco ?

Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, médias alternatifs, de militants, de femmes et d'hommes construisant la riposte à la politique libérale du président Macron et la convergence des luttes. Le Front Social trouve son origine dans l'appel du 22 avril à un premier tour social, veille du premier tour des élections présidentielles. Appel ici : https://goo.gl/S2nqNW

https://paris.demosphere.eu/rv/55279



Montpellier samedi 10 juin

Assemblée pour un front social

Contre les politiques anti-sociales – vers un Front social 34

Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, automédias, mais aussi de militantEs femmes et hommes construisant la convergences des luttes et la riposte aux politiques libérales de Macron.

Il y a urgence. Macron président est pressé de finir le travail de Macron ministre 49.3 de la loi Travail. Il veut des député•e•s au service d’une loi d’habilitation dès juillet, qui l’autorise à légiférer par ordonnance. Elle permet d’éviter tout débat, avec les député•e•s en particulier. Pour lui, la démocratie est une perte de temps, la preuve. Son urgence ce n’est pas le chômage, c’est durcir la loi Travail et préparer d’autres destructions sociales.

Le #FrontSocial 34 appelle toutes celles et tous ceux qui sont déterminé•e•s à lui résister. Il s’agit de mettre en place mouvement social contre la régression sociale !

Que vous soyez une organisation, un syndicat, un collectif, une association, un militantE… prenez date et venez construire l’indispensable riposte à Macron, sa nouvelle loi travail, ses ordonnances, l’état d’urgence, les violences et le racisme d’état et tous les autres mesures libérales de sa politique anti-sociale.

Assemblée samedi 10 juin à 18h à l’Uttopia 42 rue Proudhon, quartier Beaux-Arts à Montpellier. Arrêt de tram Louis Blanc l. 1 et 4.

Issues des luttes syndicales, des luttes sociales,salarié.es précaires, chômeurs, chômeuses, étudiant.es, retraité.es, nous voulons se retrouver dans la perspective d’organiser une manifestation dite du Front Social le 19 juin.

Nous aimerions aussi discuter de comment constituer un Front Social dans l’herault, avec qui, comment etc.

http://www.lepoing.net/events/assemblee ... nt-social/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 10 Juin 2017, 18:16

Radio. Le Front social : pourquoi ? comment ?

En septembre 2016, devant l'intention évidente des confédérations syndicales d'abandonner la bataille contre la loi travail, des militants engagés dans le mouvement social du printemps ont décidé de rassembler l'ensemble des syndicalistes, associations, individus isolés... décidés à poursuivre la lutte. Ainsi est né le "Front social".

Malgré le long black-out médiatique de la période électorale, ce "front" a organisé avec un certain succès une manifestation la veille et le lendemain du second tour et travaille maintenant à organiser les premières résistances aux futures ordonnances Macron.

Emission à écouter : http://www.vivelasociale.org/les-emissi ... ont-social
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 11 Juin 2017, 16:19

Romain Altmann « Rassembler les forces vives qui veulent contester la politique du gouvernement »




Bilan de la rencontre nationale du 10 juin
https://www.facebook.com/infocomcgt/?hc ... NE&fref=nf


SOLIDAIRES NORD (59) REJOINT LE FRONT SOCIAL
Bonjour,
Solidaires Nord a voté lors de son conseil du 9 juin, à l’unanimité, son adhésion au front social et de sa participation active au front social Nord.
Le bureau de Solidaires
https://www.solidaires.org/Solidaires-N ... s-59-et-62
https://www.facebook.com/FrontSocialUni/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 13 Juin 2017, 07:51

RENCONTRE NATIONALE DU #FRONTSOCIAL






Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Front social

Messagede bipbip » 18 Juin 2017, 19:24

Front social : Contre Macron et ses ordonnances, prenons la rue le 19 juin !

Dans la suite du premier tour social et du 8 mai, le #FrontSocial se mobilise le 19 juin pour des manifestations nationales contre le les ordonnances prévues par Macron durant l’été. Le rassemblement parisien se passera devant l’assemblée Nationale à 18h.

info pour le rassemblement à paris…

Le rassemblement de lundi 19 juin,à Paris, aux abords de l’Assemblée Nationale est autorisé.
Ce sera l’occasion de pouvoir marquer notre opposition à la politique de Macron et ses ordonnances.
Nous en profiterons pour le faire dans un cadre festif et revendicatif.
Le 19 juin doit être le point de départ de la contre-attaque urgente et indispensable aux mauvais coups annoncés pour le monde du travail et la jeunesse.
Cette autorisation de rassemblement n’a pas été obtenue facilement. Cela fait plusieurs semaines que nous avons entrepris les démarches auprès de la préfecture.
Nous voulions éviter le Pont de la Concorde, face à l’Assemblée Nationale qui se serait transformé en une immense nasse suspendue sur l’eau.
La préfecture nous a alors proposé la place Herriot sur le côté gauche de l’Assemblée Nationale. La proximité de l’Assemblée Nationale était intéressante. Mais cette place étroite pouvait se transformer en une véritable souricière.
La préfecture a finalement accepté, après deux rencontres, plusieurs courriers et une menace d’interdiction que nous avons refusée, d’autoriser un rassemblement sur le terre-plein de la Concorde, côté jardin des Tuileries (emplacement habituel de la grande roue).
C’est une très bonne nouvelle, voilà très longtemps qu’une autorisation aux abords de l’Assemblée n’avait été donnée.
Il s’agit maintenant, de faire grossir encore un peu plus le rassemblement de Lundi 19 juin. Partageons l’événement sur les réseaux sociaux, informons du rassemblement sur nos sites, diffusons auprès de nos camarades et amis. Faisons de cette échéance un succès énorme.
D’ores et déjà, ce sont 25 rassemblements qui sont annoncées et d’autres sont en préparation

Il y a urgence. Macron président est pressé de finir le travail de Macron ministre 49.3 de la loi Travail. Il veut des député·e·s au service d’une loi d’habilitation dès juillet, qui l’autorise à légiférer par ordonnance. Elle permet d’éviter tout débat, avec les député·e·s en particulier.

Pour lui, la démocratie est une perte de temps, la preuve. Son urgence ce n’est pas le chômage, c’est durcir la loi Travail et préparer d’autres destructions sociales. Le #FrontSocial appelle le 19 juin toutes celles et tous ceux qui sont déterminé·e·s à lui résister.

Après le succès de la 1re manifestation du quinquennat Macron à Paris le 8 mai, organisons des rassemblements partout en France pour envoyer un message clair au nouveau pouvoir en place : mouvement social contre la régression sociale !

Image


LISTE DES RASSEMBLEMENTS

• Paris : 18h devant l’Assemblée nationale (accès par les stations de métro Concorde et Tuileries)
• Bordeaux : 18h place de la Victoire
• St Nazaire : 18h30 place de l’Amérique latine
• Lille : 18h place de la République
• Grenoble : 18h - 2 rue Gustave Flaubert
• Marseille : 18h aux Mobiles sur La Canebière
• Lisieux : 18h place Mitterrand
• Avignon : 18h Cours Jean Jaurès
• Nancy : 18h - Place Dombasle
• Perpignan : 18h Place de la Victoire
• Lyon : 18h Place des Terreaux
• Rouen : 18h au théâtre des Arts
• Strasbourg : 18h Place Kléber
• Le Mans : 18h Place de la République
• Gap : 19h Place Saint-Arnoux
• Bourges : 17h30 Rond-point de la Résistance
• Nantes : 18h place du Bouffay
• Toulouse : 18h Métro Jean Jaurès
• Montpellier : 19h Place de la Comédie
• Rennes : 17h Place de la République
• Guingamp : 18h sur le parvis de la Mairie
• Rodez : 18h Place Charles de Gaulle
• Bourges : 17h30 Rond point de la Résistance
• Saint-Brieuc : 18h square Allende
• Nantes : 18h Place du Bouffay
• Montélimar : 18h Place du Théâtre
• Brest : 18h Salle des syndicats, av. Georges Clémenceau
• Le Havre : 12 h maison des syndicats à Franklin
• Blois : 18h Place de la République

https://paris-luttes.info/front-social- ... ation-8138
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité