Syndicalisme et mouvements agricoles

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 14:09

30 ans de la Conf du Jura - fête paysanne 2018, à Arthenas (Jura)

Image

La Confédération Paysanne du Jura organise sa 17e fête paysanne le samedi 5 mai prochain à la ferme de Trépugnat à Arthenas- Commune nouvelle de la Chailleuse dans le Jura.

Cette année, la Confédération Paysanne a choisi de fêter ses 30 ans de syndicalisme en faveur d’une agriculture paysanne. L’idée étant de s’adresser au plus grand nombre, nous avons choisi d’utiliser des outils adéquats.
Pour ce faire, nous avons fait appel aux compétences artistiques de la compagnie théâtrale La Carotte, qui nous présentera le spectacle « Visite de ferme » ! Un duo burlesque de guide « temporistes » nous proposera un voyage dans le temps pour vous faire visiter la ferme en 2068 et le point de vue des générations futures sur une agriculture jurassienne disparue.
La fête continuera avec dans la soirée avec une série de concerts dont Kaophonik, groupe de musique africaine, et le clou de la soirée, les SPAKR, musique tzigane qui fera danser petits et grands.
Tout au long de la journée, se succéderont visites de la ferme, expositions diverses sur l’agriculture, mise en avant d’artisans locaux, balade en calèche, et activité pour les enfants. Egalement, la journée sera animée par un marché paysan composé d’une douzaine de producteurs locaux, et par la présence d’associations militantes.

Les personnes présentes pourront profiter d’un grand banquet paysan le midi et de pizza cuite au feu de bois le soir.

Entrée libre de 10h30 à minuit.


https://reporterre.net/30-ans-de-la-Con ... sanne-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 27 Mai 2018, 18:16

La France et l’Europe nient les cultures paysannes

Plusieurs mesures agricoles prises par la France et l’Union européenne font réagir l’auteure de cette tribune, qui y voit une logique hors-sol à l’encontre du lien ancestral.

Nicole Pignier est professeure des universités en sémiotique à la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université de Limoges. Elle a écrit Le Design et le Vivant. Cultures, agricultures et milieux paysagers (2017).

De nombreuses mesures liées aux politiques agricoles suscitent la critique tant des paysans, des chercheurs que de la société civile. On pense à la France qui laisse les lobbies de l’agro-industrie, en tant que « représentants du monde agricole », peser sur la cartographie des cours d’eau au sein de chaque territoire. On pense à l’Union européenne qui met en péril le pastoralisme. Plus largement, la nouvelle PAC (Politique agricole commune) en préparation pour 2019 remet en cause la survie des cultures paysannes en faisant la part belle aux biotechnologies dont personne ne peut maîtriser les forces de dissémination.

On pourrait assimiler les contestations de ces lignes politiques à de simples débats dignes de la démocratie. En réalité, ce qui se joue dans cet élan contestataire ne relève pas seulement de différences d’opinions. Il s’agit de dénoncer le fait que nos pays développés mettent un coup d’arrêt au principe universel sur lequel se sont bâties les cultures culturelles (manières d’être au monde, croyances, valeurs, savoirs et savoir-faire) en interrelation avec les cultures culturales (manière de se nourrir, de travailler la terre).

Depuis qu’ils existent, les êtres humains ont fait émerger des langues et autres modes d’expression symboliques tels que l’art mais aussi des techniques comportant des outils, des manières de faire dans une interaction continue et créative avec les spécificités de leur milieu de vie. Comme l’explique le géographe et philosophe Augustin Berque, le « milieu » désigne les singularités géographiques, géologiques, écologiques, socioculturelles, historiques de la réalité d’un lieu telle que les êtres vivants la perçoivent.

Cultures paysannes imprégnées de ce lien créatif entre les êtres humains et leur milieu

Ainsi, chaque milieu a offert aux êtres humains qui y ont passé et/ou qui s’y sont installés une propension à cueillir, à chasser, à cultiver, à élever des animaux. C’est dans ce lien créatif, jamais déterministe, qu’au fil des siècles les communautés paysannes ont façonné des cultures culturales selon une orientation culturelle spécifique, tenant compte des singularités de leur milieu y compris des contraintes historiques, politiques.

Les cultures en terrasse en Amérique du Sud, les forêts nourricières en Indonésie, les jardins flottants dans les îles du Pacifique, le bocage en Europe de l’Ouest, l’agropastoralisme pratiqué ici et là dans le monde avec nuances et variations constituent quelques exemples de cultures paysannes imprégnées de ce lien créatif entre les êtres humains et leur milieu. Si l’agriculture mésopotamienne dictée par les puissances des pouvoirs politiques s’est avérée particulièrement dévastatrice, elle n’a pour autant pas réussi à priver les communautés paysannes de créativité et de résilience.

C’est ainsi qu’au fil de l’histoire, chaque paysage nourricier s’est dessiné dans un lien d’ajustement au milieu en tant que milieu culturel et en même temps écologique. Le radical « éco », rappelons-le, vient du grec « oikos » et désigne la maison, l’accueil de la vie. C’est la terre en tant que sol vivant qui nous porte et nous supporte, qui permet de faire pousser la nourriture. C’est également la Terre avec un « T » majuscule ; la biosphère ou accueil du vivant.

Négation de toute invitation à prendre soin des biens communs

Mais les politiques agricoles qui ont sous-tendu et accompagné l’agriculture industrielle mondialisée d’après-guerre ont coupé ce lien avec l’éco-, l’oikos. À une logique d’ajustement entre les communautés paysannes et leur milieu, elles ont opposé et opposent une logique de domination et de conquête de l’oikos, de la terre/Terre avec une puissance, mais également une étendue jamais égalées. Sous couvert de développement, d’innovation, elles tentent d’étendre une dynamique mortifère d’anesthésie partout dans le monde. Coupées des sensibilités culturelles comme du vivant, elles nient le principe universel de lien à l’oikos pour lui substituer le principe mondial du hors-sol.

Des politiques dignes d’États de droit peuvent-elles soutenir l’extermination des cultures ? Des sociétés peuvent-elles se dire développées quand elles excluent les paysans du paysage social, culturel, écologique, économique au lieu de cultiver le grandir ensemble ? Des politiques ne peuvent se dire innovantes que si elles invitent à un changement de paradigme. Or, au lieu de soutenir de véritables innovations alliant aux connaissances scientifiques contemporaines les savoir-faire des cultures paysannes comme l’agroforesterie, le design permaculturel, elles nient toute invitation à prendre soin des biens communs, à rapporter l’économie à la mesure de l’éco-, l’oikos. Au-delà des polémiques du légal-illégal, n’est-ce pourtant pas à cette reconcrétisation de l’existence que nous invitent les créations culturelles et culturales qui ont émergé dans le bocage nantais, à Notre-Dame-des-Landes ?


https://reporterre.net/La-France-et-l-E ... -paysannes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 29 Mai 2018, 08:34

Procès des porte paroles de la Confédération Paysanne 09

Foix (09) mardi 29 mai 2018
à 16h, Sous la Halle, allée de Villotte

Image

https://herault.demosphere.eu/rv/9022
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 12 Juin 2018, 08:24

AGROCARBURANTS
Blocage des raffineries : stop au double discours !

La FNSEA* mobilise donc ses troupes pour défendre les intérêts du groupe Avril, concurrencé par le pétrolier Total, pour capter le marché des agrocarburants. Pour rappel, le groupe Avril importe par an 200.000 tonnes d'huile de palme quand Total à La Mède s'est vu autoriser par l’État la possibilité d'en importer 300.000 tonnes par an.

Le revenu et l'avenir des paysannes et des paysans ne se jouent pourtant pas devant les raffineries mais dans les cabinets ministériels où régulièrement la FNSEA* demande toujours plus de dérégulation, de libéralisme et toujours plus « d'accès au marché » ! On se souvient notamment de sa position très favorable aux accords de libre-échange avec le Maroc lorsqu'il s'était agi de mettre la main sur la filière huile !

La Confédération paysanne est solidaire de tous les producteurs et productrices qui luttent pour un revenu. Nous avons d'ailleurs fait valoir nos propositions en la matière auprès des sénatrices et sénateurs qui entament demain l'examen du projet de loi agriculture et alimentation en commission. C'est pourquoi, nous dénonçons l'instrumentalisation de cette question au profit des intérêts très particuliers de l'agro-industrie. Ce n'est pas en bloquant des raffineries que l'on sauvera les paysan-ne-s !

Oui les importations d'huile de palme, dont la production est une catastrophe en termes de déforestation et d'impacts sur les paysans du sud, doivent être dénoncées. Pour autant, transformer de l'huile de colza en agro-carburant est aussi une impasse pour les paysans, dont le bilan environnemental s'avère calamiteux. La France transforme quasiment toute la production d'huile de colza en diester, ce qui fait que l'on importe de l'huile de colza pour la consommation alimentaire, alors même qu'il s'agit d'une des meilleurs huiles pour l'alimentation humaine.

La filière des agrocarburants étant au bout de son incohérence en matières technique, économique et environnementale, la FNSEA* cherche un bouc émissaire à la faillite de ce système... Depuis 2005, la Confédération paysanne dénonce cette mystification qui appauvrit les paysans, affame les populations et détruit la planète.


https://www.confederationpaysanne.fr/ac ... 8mdm3obq20
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 12:15

La FNSEA coincée entre l’huile de palme et le carburant au colza

L’autorisation donnée à la raffinerie Total de la Mède d’importer massivement de l’huile de palme a provoqué la colère de la FNSEA. Ses membres, en particulier les producteurs de colza, protestent contre cette « concurrence déloyale » pour la fabrication d’agrocarburant et invoquent des arguments écologiques.
Grigny (Essonne), reportage

... https://reporterre.net/La-FNSEA-coincee ... t-au-colza
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité