Syndicalisme et mouvements agricoles

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 31 Aoû 2017, 13:15

En 30 ans, le combat de la « Conf’ » pour l’agriculture paysanne n’a pas pris une ride

Pour célébrer ses trente ans, la Confédération paysanne agricole a réuni plusieurs milliers de personnes au mois d’août. Le projet originel de transformation sociale n’a pas pris une ride, mais les succès de ce syndicat ouvert à la société n’ont pas permis d’inverser la tendance à l’industrialisation du secteur.

C’est une rentrée très active qu’a connue la Confédération paysanne : plusieurs de ses militants ont été évacués par les forces de l’ordre en début d’après-midi hier mardi 29 août de l’Agence de services et de paiement (ASP). Ils en avaient occupé les locaux, situés à Limoges (Haute-Vienne), après 24h d’occupation de ses locaux. Depuis le matin, le PDG de l’ASP, Stéphane Le Moing, était également retenu par la soixantaine de paysans présents.

... https://reporterre.net/En-30-ans-le-com ... s-pris-une
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede Pïérô » 31 Aoû 2017, 19:56

Action coup-de-poing de la Conf' à Limoges
Haute-Vienne. Le syndicat a organisé pendant vingt-quatre heures un siège de l’Agence de services et de paiement, pour dénoncer des retards de versements.
Mon mari et moi tenons une ferme de polyculture-élevage depuis 1989 et on manifeste très peu. Mais là, ce n'est plus possible, les trésoreries sont exsangues ! Agricultrice à Aigurande, Véronique Pénin était hier à Limoges, au siège de l'Agence de services et de paiement (ASP). Une action coup-de-poing organisée par La Confédération paysanne qui a débuté lundi en début d'après-midi, en présence d'une cinquantaine de manifestants de la France entière, dont une délégation de cinq personnes de l'Indre. Parmi elles, Nicolas Calame, porte-parole du syndicat dans le département, qui expliquait les revendications de celui-ci : « Le paiement immédiat des aides Pac en retard de 2015 et 2016 ; un dédommagement financier pour ces retards, proportionnel au montant des aides ; la suspension des contrôles ».
... http://www.lanouvellerepublique.fr/Indr ... es-3207833


Limoges : les manifestants agricoles délogés par les CRS
Le PDG de l’Agence des services de paiements a été retenu contre son gré plusieurs heures.
Le ton monte du côté des agriculteurs et des syndicats agricoles dans le Limousin. Une cinquantaine de militants de la Confédération paysanne ont frappé fort hier. Ils ont retenu Stéphane Le Moing, le PDG de l’ASP (Agence de service des paiements) contre son gré. Cette agence est notamment chargée de distribuer les aides de la politique agricole commune.
Les agriculteurs sont débordés :
Les manifestants avaient passé la nuit de lundi à mardi sur place. Hier matin, le ton est monté entre certains agriculteurs et le PDG de l’ASP. En cause : les retards de paiement des aides de la PAC (Politique agricole commune). De nombreuses aides en 2015 et 2016 n’ont jamais été versées aux agriculteurs qui devaient en bénéficier. Par ailleurs, les manifestants du syndicat demande à ce que l’agriculture bio et l’agriculture paysanne ne soient pas laissés de côté. Certains agriculteurs sont en détresse financièrement en attendant les versements de la PAC. Selon les représentants des syndicats, la situation devient urgente.
... http://www.forum.fr/news/limoges-les-ma ... s-crs-1582
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede Pïérô » 01 Sep 2017, 00:57

Pyrénées-Atlantiques : en colère, la Confédération paysanne a ouvert les barrières de l’A64 et l’A63

L’opération péage gratuit était destinée, ce lundi, à sensibiliser les usagers aux problèmes des agriculteurs

La Confédération paysanne a organisé ce lundi après-midi une opération péage gratuit à la sortie Pau centre de l’autoroute A64. Une opération similaire était conduite sur l’A63, au Pays basque (péage de la Négresse, à Biarritz).

A Pau, environ 25 adhérents du syndicat agricole ont levé des barrières pour laisser passer les automobilistes. Non sans les avoir sensibilié à leur courroux.

La Conf’ ne digère pas le retard des aides PAC distribuées aux agriculteurs, ce qui met en danger la pérennité des exploitations. Elle s’inquiète également de la sauvegarde des aides à l’agriculture biologique et montagnarde.

" Les aides à l’agriculture biologique et MAEC (mesures agroenvironnementales et climatiques) ne sont pas payées depuis 2015, nous réclamons le paiement sans délai de ces montants", indique le syndicat.

... http://www.sudouest.fr/2017/08/28/pyren ... 4-4344.php
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede Pïérô » 03 Sep 2017, 00:41

EGA : La FNSEA main dans la main avec l’industrie et la grande distribution

Pendant que la Confédération paysanne persiste à défendre l'intérêt des paysans en occupant l'ASP* pour obtenir le paiement des aides PAC* en retard depuis 2 ans, la FNSEA*, elle, cosigne ouvertement un « diagnostic de la filière alimentaire » avec les industriels (ANIA) et la grande distribution (FCD).

La Confédération paysanne salue cette honnêteté, qui permet de mieux comprendre pourquoi la situation des paysans est si dramatique dans notre pays. Le syndicat majoritaire, en charge de la défense de l'intérêt des agriculteurs, ne voit manifestement pas de problème majeur dans le fait de collaborer avec des entreprises dont l'activité principale consiste à écraser toujours plus les paysannes et les paysans dans leur course effrénée aux prix bas.

Prenons une bouteille de lait demi-écrémé vendue en grande surface. En 2016, sur les 77 centimes d'euro payés par le consommateur, 16 centimes alimentent la marge brute du distributeur, 33 centimes celle de l‘industriel, ce qui laisse 24 centimes pour acheter la matière première au producteur. Cela ne suffit pas à couvrir les coûts de production, et encore moins à rémunérer l'éleveur, pourtant seul maillon de cette chaîne à réellement produire de la valeur.

La FNSEA* prouve une fois de plus qu'en restant enfermée dans un système agro-alimentaire qui ne se préoccupe que de production et en aucun-cas des producteursni des consommateurs, elle est incapable de défendre l'intérêt des paysans. Le revenu des paysannes et des paysans ne sera jamais assuré de manière pérenne par la seule bonté d'âme de ces entreprises, tournées logiquement vers leur profit, que représentent l'ANIA et la FCD.

C'est la raison pour laquelle la Confédération paysanne défend une « loi pour le revenu paysan » qui garantisse à toutes les paysannes et les paysans la vente de leur production au-dessus des coûts de revient. C'est l'un des enjeux majeurs des Etats Généraux de l'Alimentation qui viennent de démarrer.


http://www.confederationpaysanne.fr/act ... qhv9h67tl2
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede Pïérô » 10 Sep 2017, 03:11

ATR : Victoire syndicale après la mobilisation de la Conf’ à l’ASP

Une semaine après l'occupation de l'ASP* de Limoges par la Confédération paysanne et les actions qui ont eu lieu conjointement partout en France, nous nous réjouissons de constater que cette mobilisation d'ampleur a, en partie, porté ses fruits.

La décision prise de verser des ATR sur 80% des aides ICHN*, MAEC et Bio, et d'augmenter à 90% celles sur les aides du premier pilier, doit être saluée. Nous rappelons à toutes les paysannes et les paysans qui peuvent bénéficier de ces ATR d'en faire la demande avant le 16 octobre 2017.

La Confédération paysanne déplore néanmoins que toutes les MAEC ne soient toujours pas incluses dans ces ATR, ce qui engendre des situations catastrophiques pour certain-e-s paysan-ne-s.

Nous rappelons également que les personnes qui n'ont pas demandé d'ATR en 2015 et 2016 sont toujours dans l'attente de leurs aides Bio et MAEC. Il est donc vital de mettre rapidement en place un mécanisme pour qu'elles puissent rétroactivement bénéficier de l'ATR sur 2015 et 2016, en plus de 2017.

Cette victoire syndicale ne doit toutefois pas faire oublier que la mise en place d'ATR, initialement présentée comme une mesure d'urgence pour faire face à une situation exceptionnelle, est en train de s'installer durablement. Il n'est pas acceptable que le poids de la défaillance des services de l'Etat repose sur les paysan-ne-s. La Conf' restera mobilisée dans les semaines à venir pour que l'Etat reprenne ses responsabilités, et mette enfin les moyens humains et techniques nécessaires à régler durablement cette situation !


http://www.confederationpaysanne.fr/act ... kbmp9kh010
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 11 Sep 2017, 10:09

L’État élimine les agriculteurs

Refusons les normes ! Evitons les balles ! Jérôme Laronze a été tué par les gendarmes le 20 mai 2017. Au-delà du dégoût provoqué par ce meurtre, nous sommes nombreux à nous reconnaître dans son combat contre l’hyper-administration de nos vie en général et de l’agriculture en particulier. Continuons ensemble la lutte contre la gestion par les normes. C’est le sens de ce texte du Collectif d’agriculteurs contre les normes.

Ils ont tué Laronze

Jérôme Laronze, éleveur en Saône-et-Loire, a été tué le 20 mai 2017 par des gendarmes. Son nom vient s’ajouter à la longue liste des victimes des forces de l’ordre. Sa mort nous rappelle que les violences institutionnelles n’épargnent personne, pas même les agriculteurs.

Jérôme était harcelé depuis des années par l’administration agricole : contrôles à répétition, pénalités, menace de saisie du troupeau… Cette répression visait à le « mettre aux normes », lui qui refusait de répondre aux injonctions de traçabilité (bouclage des animaux, bordereau de circulation, prophylaxie, etc.). La pression croissante a franchi un seuil en 2016, lorsque les services vétérinaires ont fait appel aux gendarmes, pour effectuer leurs contrôles coûte que coûte.

Lors de leur dernière visite, pas moins de deux contrôleurs et quatre militaires en armes se sont présentés à la ferme par surprise. Pris au dépourvu, Jérôme a décidé de partir en cavale pour dénoncer les agissements de l’administration. Dans le Journal de Saône-et-Loire, il développait sa vision parfaitement claire de la situation : « L’hyper administration n’apporte rien aux agriculteurs, sinon de l’humiliation et des brimades. Cela ne rapporte qu’aux marchands et aux intermédiaires. Mon cas est anecdotique, mais il illustre l’ultra-réglementation qui conduit à une destruction des paysans. »

Malheureusement, son échappée médiatique et politique s’est achevée sous les balles des gendarmes dix jours plus tard. Quand bon nombre de cultivateurs et d’éleveurs dépriment, abandonnent ou se suicident, Jérôme, lui, s’est opposé au système normatif et il a été abattu.

Alors que les services de l’État tentent de le discréditer pour excuser ses gendarmes [1], nous devons reconnaître à Jérôme sa lucidité et son courage dans ce combat qui touche tous les travailleurs de la terre. Le meurtre dont il est la victime rend la destruction des paysans plus visible que jamais.

L’État au service du Capital

L’ultra-réglementation dont il est question s’appuie sur des normes sanitaires et environnementales dont le nombre a explosé depuis vingt ans. Elles prétendent répondre aux problèmes actuels que sont la santé publique et la protection de l’environnement. Mais ces promesses toujours déçues, masquent l’objectif réel. La gestion par les normes ne sert qu’à écrémer la population agricole pour concentrer la production et les profits.

Si la dégradation de notre environnement et de notre santé est incontestable, les normes n’ont démontré ni leur nécessité, ni leur efficacité : aucune étude ne démontre le risque supposé des pratiques paysannes ; aucun protocole industriel n’a empêché la vache folle, les algues vertes ou les lasagnes de cheval. Bien au contraire, l’industrialisation de l’agriculture s’est accompagnée de l’usage massif de produits toxiques pour la nature en général et pour les humains en particulier. La dégradation de nos conditions de vie est intimement liée au développement du modèle productiviste.

Pourtant ces normes, soigneusement agencées par les lobbys industriels, sont imposées à tous sous la forme de règlements. Le système normatif fait disparaître la singularité de chaque ferme et l’expérience du producteur au profit de procédures standardisées. Il nous réduit à de simples exécutants, dépossédés de nos savoir-faire, de nos cultures et de nos outils de travail. Il nous asphyxie financièrement et administrativement. Il dénature le sens de notre métier. Il nous transforme en travailleurs prolétarisés et nous pousse à quitter nos fermes. Il répond ainsi aux besoins de l’industrie : libérer du foncier d’un côté et de la main-d’oeuvre précarisée de l’autre.

Les politiques, conseillés par les mêmes lobbys, ont mis en place des mesures financières pour accompagner les réglementations sanitaires et environnementales. Mais ces subventions et autres avantages fiscaux sont rarement accessibles aux fermes modestes car les investissements requis restent hors de portée. Seules les grosses exploitations peuvent y prétendre, et elles en profitent également pour accroître leurs énormes bénéfices en diversifiant leurs revenus (solaire, éolien, méthanisation…).

Ainsi, la gestion par les normes est devenue le principal levier des politiques agricoles pour éradiquer les petites et moyennes fermes, au profit de grandes exploitations et des fermes-usines. En dépit de tout résultat probant sur la santé et l’environnement, la combinaison des réglementations et des aides publiques donne à l’industrie les conditions et les moyens de sa prospérité. Jérôme l’avait bien compris. Il s’y est opposé et il en est mort.

Luttons ensemble pour exister

Il est temps de mettre fin à cette politique mortifère. Beaucoup d’entre nous refusent de se soumettre aux injonctions de l’État. Autant d’actes de résistance nécessaires, mais difficiles à assumer seul, face à une administration répressive et une justice de classe. Le meurtre de Jérôme sonne comme un avertissement : isolés, nous disparaîtrons tôt ou tard, sous les normes ou sous les balles. Seul un mouvement collectif permettra d’enrayer la machine qui nous broie.

Le syndicalisme a montré ses limites. Empêtré dans la cogestion, il ne peut plus être une force d’opposition. Sortons de l’hypocrisie. Il n’y a rien à négocier avec l’ État français et son avatar européen qui concentrent les productions et organisent les rentes de situation pour les empires agroalimentaires. Il faut les empêcher de nuire par la désobéissance collective et l’action directe.

À l’instar de la lutte contre le puçage des brebis, il nous faut rétablir un rapport de force avec l’administration en organisant une présence collective sur les fermes lors des contrôles. Cette présence a le mérite de rompre avec l’humiliation, le sentiment d’impuissance et d’isolement. Mais compte tenu de la situation, nous devons aller plus loin. Il nous faut désormais refuser les contrôles collectivement et s’assurer qu’aucune sanction n’en résulte.

Refusons le système normatif qui tente de nous éliminer !

Pour rejoindre le mouvement, participer aux rassemblements et organiser la lutte, contactez nous à l’adresse suivante : hors.norme [at] yahoo.com.

Nous envisageons notamment une rencontre d’ici la fin de l’année.

Collectif d’agriculteurs contre les normes

Notes
[1] FDSEA et Confédération Paysanne ont alimenté ce discours officiel en affirmant qu’il était « faible psychologiquement », qu’il avait « besoin de soins » ou en suggérant qu’il a agi « au-delà de la raison ».


http://paris-luttes.info/l-etat-elimine ... teurs-8575
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 21 Sep 2017, 20:47

Mouvement social : La Conf’ mobilisée contre la Loi Travail !

La Confédération paysanne reste mobilisée contre la Loi Travail et appelle les paysannes et paysans à prendre part aux manifestations jeudi 21 septembre. L'agriculture d'aujourd'hui est un avant-goût du monde que préparent les ordonnances d'Emmanuel Macron. Comment ne pas voir le parallèle saisissant entre la position d'un-e paysan-ne, qui doit aujourd'hui négocier seul-e face à un industriel les termes de son contrat de collecte, et celle, demain, d'un-e salarié-e, qui devra négocier les termes de son contrat face à sa direction et sans la protection d'un accord de branche ?

Nous, paysannes et paysans, nous battons actuellement pour un droit au revenu, comme l'ont fait les salarié-es d'autres secteurs depuis plus d'un siècle. Aujourd'hui, notre lutte pour ce droit rejoint la lutte de ceux qui se battent pour conserver les leurs.

Pour la Confédération Paysanne, la précarisation et la paupérisation des travailleurs que préparent les ordonnances du gouvernement Macron accroîtront inévitablement la pression déjà intenable qui s'exerce sur le prix de l'alimentation et du travail paysan.

Aujourd'hui plus que jamais, le sort de l'agriculture paysanne, et des paysannes et paysans qui la font vivre, est indissociable de celui des salarié-es, et donc de l'issue de leur combat dans les semaines à venir.

C'est pourquoi la Confédération paysanne appelle toutes les paysannes et les paysans à manifester le 21 septembre, et à prendre part à la lutte contre la généralisation de la loi de la jungle, que les ordonnances Macron cherchent à imposer aux salarié-es, et dont les paysan-nes souffrent depuis trop longtemps.

https://www.confederationpaysanne.fr/ac ... 5pnope4o31
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 27 Sep 2017, 15:16

ZAD samedi 30 septembre 2017 à Bellevue

La gestion par les normes au service de l’industrialisation de l’agriculture : comment y résister ?

à 14h, Bellevue, ZAD de NDDL

Discussion en présence de Yannick Ogor, auteur du livre "Le paysan Impossible"

Comment sortir de la confusion politique qui frappe le monde agricole ? Comment en révéler et y assumer les antagonismes ? Yannick Ogor, ancien animateur de la Confédération paysanne, éleveur et maraîcher dans le Morbihan, retrace la contestation agricole en France depuis soixante ans, ses tentatives, ses impasses et explore des pistes pour continuer à vivre et lutter aujourd’hui.

Mêlant récit autobiographique et Histoire, il revient aux racines de la question agricole, éclaire les lieux de pouvoir et les faux-semblants qui structurent l’alimentation des masses. Pour qu’on puisse enfin se départir de l’immuable et mensongère figure du « paysan » qui ne sert qu’à justifier l’asservissement de l’agriculteur à la logique industrielle.

... https://nantes.indymedia.org/events/38500
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 30 Sep 2017, 11:34

Saint-Géniès-de-Malgoirès (30) dimanche 1er octobre 2017

Fête de la Conf

Des 9h. : marché paysan, en direct des fermes et des ateliers : pain, vins, fromages, fruits, légumes, gâteaux et galettes, miel, confitures…

A 9h30 & 11h au pied de l'olivier municipal : Comment tailler les oliviers ?

Démonstration par Fabien Rouzaud, oléiculteur professionnel à Saint Christol les Alès.

Débat du matin : 10h30

Pesticides : quel est le problème ?


Introduction : que sont les pesticides ?

Par Marie Paule Nougaret, journaliste scientifique (Le Monde, le Canard Enchaîné)

Écrivain et journaliste, elle est l'auteur de nombreux articles en écologie et botanique et du livre « La Cité des plantes, en ville au temps des pollutions » paru aux Éditions Actes Sud.

La Cité des plantes, introduction : « Les plantes ne poussent pas en ville, ce sont les villes qui vivent sur la planète des végétaux… »

Blog : http://citedesplantes.tumblr.com

A 11h30 : Initiation à la dégustation œnologique avec J.P. Cabanis paysan vigneron en bio. Une introduction plaisante à la dégustation des vins… Qu'est-ce qu'un vin paysan ? Quelles sont les particularités des vins bio ?

Menu de midi avec les produits de nos fermes et l'orchestration culinaire de «L'effetGomasio» : Galettes de riz, curry de légumes et poichichade en sauce tomate. Menu végétarien ou carné avec grillades de viandes fermières.

En dessert : yaourt fermier de Corinne avec madeleine & miel bio de Marie, fruits de saison.

Débat de l'après-midi : 15H00

Confédération paysanne : 30 ans de syndicalisme paysan !


Film d'introduction : « A bras ouverts » (30 mn) : La Confédération paysanne telle qu'elle est en 2017, un portrait fait par les paysannes et les paysans qui la composent.

Débat animé par Christian Roqueirol de la Conf'Aveyron.

Eleveur de brebis sur le Larzac, Christian est militant historique de la Confédération Paysanne. Il a été élu dernièrement pour représenter l'Europe au sein de la Via Campesina, réseau international regroupant plus de 160 organisations de paysans dans 73 pays.

Matières à réfléchir avec les stands associatifs et militants.Inscrits à ce jour : l'ADDEARG(Association pour le Développement de l'Emploi Rural et Agricole du Gard),Solidarité Paysans, Nature &Progrès,Les Faucheurs volontaires, le réseau Biocoop, Attac, la CNT (Confédération Nationale du Travail) du Gard, Artisans du monde,Abeille et sagesse,France Palestine Solidarité, L'Investissement Socialement Responsable, ATTAC Uzège, la COOP SOLEIL, Les Survoltés, le CHANG (Collectif Halte Aux Nucléaires Gardois),l'association St Hilaire Durable, l'association de promotion de la TOUSELLE, Acceuil Paysan, l'AFPS…

Expos:

Les affiches des luttes de la Conf'.

30 ans de syndicalisme au service des paysans et de la terre.

L'Atelier Paysan : La démarche / Le tutoriel bâtis/ Le tutoriel outils.

Ateliers & démonstrations :

La taille de l'olivier (9h30 et 11h), les plantes sauvages comestibles, les semences paysannes, animaux de ferme & d'ornement…

Initiation à la dégustation œnologique (11h30)

Espace dédié & grands jeux pour les enfants avec l'association A vous de Jouer.

Balades en calèches avec la ferme de la Teulière.

Buvette avec bières, vins, jus et limonade artisanaux, bio ou conventionnels.

Bières et limonade artisanales de la Brasserie des Garrigues de Sommières.

Vins des caves de Montaren, Saint Quentin la Poterie, Moussac…

Jus de pomme de Saint Felix de Pallières

Animation musicale en journée et apéro jazz à partir de 17h 00 avec AAD Trio Jazz avec Aurélia Sabatier au piano, Andréas Johnes, contrebasse et David Lafont, percussions et batterie.

https://herault.demosphere.eu/rv/7348
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 14:16

la confédération paysanne telle qu'elle est en 2017, un portrait fait par les paysannes et les paysans qui la composent.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 19:28

Jérôme Laronze, paysan, tué par les gendarmes : le récit de l’incroyable drame

Jérôme Laronze, éleveur en Saône-et-Loire, a été tué le 20 mai par les tirs d’un gendarme. Ce drame prend sa source dans un contrôle vétérinaire. Reporterre détaille cette histoire révoltante.

... https://reporterre.net/Jerome-Laronze-p ... able-drame
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 18 Oct 2017, 00:06

Discussion avec Yannic Ogor - en resistance contre la gestion par les normes et l’industrialisation de l’agriculture

A l’occasion de la Fête des récoltes, samedi 30 septembre, Yannick Ogor est venu présenter ici son livre "Le paysan impossible". La discussion a été enregistrée et peut donc être écoutée ici, merci Radio klaxon ! Avec un rdv du "collectif d’agriculteurs contre les normes" les 28-29 octobre du côté de Mâcon. Pour les contacter : hors.norme@yahoo.com.

à écouter : https://zad.nadir.org/spip.php?article4805
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 20 Oct 2017, 19:51

Saint-Étienne dimanche 22 octobre 2017

Projection et discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire

La CNT 42 propose une discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire ouverte à toutes les personnes intéressées autour du film : "Bernard Lambert, Paysan et Rebelle" de Christian Rouaud.
Quelles luttes communes ? C’est nous qui travaillons c’est nous qui décidons. La CNT est engagée pour un autre futur.

Coupure de la société entre chômeurs-euses et précaires d’un côté, salarié-es de l’autre, victimes de la course à la rentabilité, à la productivité. Liquidation de la notion de service public, limitation de la protection sociale, dictature de l’économie, exploitation du milieu naturel par pollution industrielle ou nucléaire, commerce cynique des armes et militarisation de la société, bénéfices monstrueux des financiers et misère sans nom de ceux-celles à qui, même l’indispensable, est refusé …

Ce monde hideux qu’on nous impose en même temps qu’on nous demande de le fabriquer, nous le refusons.

La CNT 42 est donc aux côtés de la Confédération Paysanne qui lutte contre les expropriations de paysannes et de paysans travaillant sur les 375 fermes menacées par le tracé de l’A45.

Nous soutenons sa volonté de défendre une agriculture locale incompatible avec ce type de grands projets inutiles, détruisant 500 hectares. Nous sommes d’accord pour rappeler l’importance de garder une agriculture locale, durable et citoyenne sur l’ensemble du territoire.

La CNT affirme aussi que cette lutte locale n’est pas suffisante mais qu’elle doit s’inscrire dans une lutte nationale et internationale contre le capitalisme et contre une politique agricole dont les paysans et les paysannes sont les victimes.

Le syndicalisme paysan et l’anarcho-syndicalisme peuvent-ils mener des luttes communes pour instaurer un rapport de force face à l’agro-industrie et à l’administration de l’alimentation de masse ?

De la division du travail à sa précarisation

Avec le capitalisme les facteurs de crise tiennent aussi du mode de consommation : classe aisée et classe ouvrière consomment à qui mieux- mieux, donc au moindre coût possible, participant à la concurrence exacerbée et, attaquant de fait le droit du travail. Le consumérisme, obligatoirement cautionné par les travailleur-euse-s est subtilement véhiculé par les classes dirigeantes (patron-e-s, bourgeois-e-s, politicien-ne-s) et les transnationaux (industries, banques, etc). Mais c’est d’abord cette classe qui bénéficie des applications économiques depuis les révolutions industrielles précédentes en favorisant la division du travail pour son profit, toujours au détriment du travail, de l’environnement et de la santé.

Entrée gratuite / adhésion prix libre à 14h à La Gueule Noire
16 rue du Mont, Saint-Étienne

http://lenumerozero.lautre.net/Projecti ... e-la-Loire
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 24 Oct 2017, 08:21

[Radio Klaxon] Discussion avec Yannic Ogor - en resistance contre la gestion par les normes et l’industrialisation de l’agriculture

Lors de la fête des récoltes organisée le 30 septembre à Bellevue, ZAD NDDL, avait lieu une discussion avec Yannick Ogor, auteur du livre « Le paysan impossible », dans lequel il s’interroge sur la manière de résister à la gestion par les normes qui sert l’industrialisation de l’agriculture.

Parmi les sujets évoqués :

Pourquoi cette absence (d’envie) de conflits depuis 20ans dans le milieu agricole ? Hormis ces simulacres de conflits « FNSEA…bonnets rouges... paysans tous victimes ! » etc qu’on peut voir dans les médias… un spectacle qui nous cache les jeux de pouvoirs et les bénéficiaires de ces crises agricoles à répétition…

Alors que vivre de la terre aujourd’hui, c’est forcément être en guerre contre l’agriculture capitaliste et l’administration de l’alimentation de masse.

rdv du "collectif d’agriculteurs contre les normes" les 28-29 octobre du côté de Mâcon. Pour les contacter : hors.norme@yahoo.com.

Emission à écouter : https://zad.nadir.org/spip.php?article4805
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Syndicalisme et mouvements agricoles

Messagede bipbip » 26 Oct 2017, 23:57

Pourquoi la FNSEA est-elle accro au glyphosate ?

La Commission européenne vient de décider de reporter le vote sur le renouvellement de la licence du glyphosate, une molécule présente dans de nombreux herbicides, et considérée comme cancérogène probable. Alors que de plus en plus d’agriculteurs français dénoncent une « hécatombe » provoquée par les cancers liés aux pesticides, le principal syndicat agricole, la FNSEA, met tout en œuvre pour défendre l’usage du glyphosate, le plus longtemps possible, quitte à s’allier avec l’industrie des pesticides. Basta ! s’est penché sur les raisons d’une telle détermination, entre business et conflits d’intérêts.

... https://www.bastamag.net/Pourquoi-la-FN ... glyphosate
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité