Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 20 Avr 2017, 18:19

Victoire à Évreux : une nouvelle Bourse du Travail et un local pour Solidaires !

La lutte a payé et sept organisations syndicales départementales de l’Eure vont être relogées par la mairie d’Évreux dans une ancienne école maternelle de 1 200m² plus un grand parking.

Après huit ans de galère pour les anciennes majorités de gauche qui n’avaient pas réussi à concrétiser le relogement des OS dans une nouvelle Bourse du Travail, les nouvelles majorités LR à la mairie (2014) et au Conseil Départemental (2015) ont rêvé qu’elles feraient barrage et empêcheraient les syndicats d’avoir des locaux, abreuvant au passage la presse locale de mensonges et de dénigrement.

Mais la profonde solidarité entre sept organisations syndicales euroises et leur farouche combativité n’ont pas fléchi une seconde ! Et au bout de deux ans de lutte acharnée, et grâce aussi à l’investissement du méritant préfet Thierry Coudert qui aura servi de médiateur dès son arrivée au printemps 2016, une nouvelle Bourse du Travail va voir le jour.

Il faudra attendre octobre 2017 pour emménager, et surtout que soient réalisés quatre mois de travaux intensifs pour mettre cette école désaffectée aux normes pour un coût de 400 000€ payés par le CD. La mairie ne voulait reloger que les cinq OS expulsables de l’ancienne Bourse du Travail qui va être démolie, mais les 5 ont rétorqué : "C’est à 7 depuis le début, c’est à 7 dans la nouvelle Bourse du Travail ou on refuse." Et ainsi l’UNSA et Solidaires ont été intégrés dans la répartition.

L’UD Solidaires 27 bénéficiera d’un local de 52m² divisés en un bureau de 20m² et une salle de réunion de 32m². Si aucun loyer ne nous sera demandé, reste à tomber d’accord avec la mairie sur une convention (charges ? longueur du bail ?)...

Nous espérons que notre victoire sera emblématique et servira de support pour toutes les OS qui revendiquent légitimement à être logées, et correctement, par leur municipalité."


https://www.solidaires.org/Victoire-a-E ... Solidaires
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 28 Mai 2017, 16:57

Évry (91) lundi 29 mai 2017

Rassemblement intersyndical contre l'expulsion des syndicats
de la Maison départementale du Travail d'Evry


CFDT, CFE-CGC, CFTC,CGT, FO, FSU et UNSA

Rassemblement intersyndical lundi 29 mai 2017

8h30 devant le Conseil Départemental (rue des Mazières, face à la Banque de France)

jour de séance publique de l'Assemblée départementale, afin d'être reçu par le Président du Conseil Départemental et lui remettre environ 15.000 signatures de soutien déjà rassemblées.

M. le Président du Conseil Départemental de l'Essonne, nous ne voyons toujours rien venir !

Le Président du Conseil Départemental de l'Essonne (CD 91), M. François Durovray, compte-t-il réellement ouvrir le dialogue avec les organisations syndicales du département et leur permettre de travailler utilement à la défense des intérêts des salarié-es et retraité-es de l'Essonne ? Cela fait maintenant près de six mois que leur a été annoncé, sans concertation, leur expulsion de la Bourse du Travail, ouverte pour elles à Evry il y a 33 ans, dans un souci de « stratégie immobilière optimisée ». Une seule solution a été proposée : leur relogement dans les anciens locaux du SDIS, sous-dimensionnés et inadaptés. Près de deux mois se sont écoulés depuis l'unique rencontre du 6 mars 2017 avec M. Touzet, Vice-Président du CD 91 et M. Bouabane-Schmitt, secrétaire général : une « réunion technique » devait être rapidement programmée afin de mesurer les besoins des syndicats et produire les justifications du coût faramineux avancé par le Conseil Départemental pour des travaux (6 M€ selon M. Durovray). Force est de constater le silence assourdissant du CD sur ce dossier, alors que la date d'expulsion du 30 juin se rapproche !

L'intersyndicale a tenu un grand meeting le 18 mars pour fêter les 30 ans de la Bourse du Travail départementale, mais aucun représentant du Conseil Départemental ne s'est déplacé.

Lors de la réunion de l'assemblée départementale du 27 mars, l'accès à la séance pourtant publique a été refusé aux représentants de l'intersyndicale. Ceux-ci ont dû insister et « forcer la porte » pour rencontrer brièvement le Président du CD, qui a affirmé « qu'il n'avait rien contre les syndicats », mais uniquement « un souci de rationalisation du parc immobilier du département ». Cela tombe bien, l'intersyndicale a formulé des propositions permettant de faire économiser près de 2 M€ au département en frais d'aménagement des anciens locaux du SDIS ! Rencontré fortuitement à la veille du 1er tour de l'élection présidentielle sur le marché de Montgeron, M. Durovray nous a fait part de son étonnement : « Comment ? J'avais donné des ordres pour qu'on fasse une réunion ! ». Mais à cette heure nous ne voyons toujours rien venir… L'élection présidentielle maintenant terminée, il devient urgent que le Président ouvre le dialogue et entende nos arguments pour permettre aux organisations syndicales de continuer à exercer leurs missions au bénéfice de tous les Essonniens et toutes les Essonniennes, sans coût exorbitant pour la collectivité. Nous l'affirmons : le montant de 6M€ de travaux avancé par le Président du CD - jamais justifié - est donc totalement fantaisiste

http://www.cgt91.fr/contre-lexpulsion-d ... ail-devry/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede Pïérô » 06 Juin 2017, 07:41

Les syndicats obtiennent gain de cause sur la Bourse du travail départementale

Réunie sous les fenêtres de l’assemblée départementale, l’intersyndicale de l’Essonne a obtenu la suspension provisoire de l’évacuation des locaux de la Maison des syndicats.

... https://www.essonneinfo.fr/91-essonne-i ... tementale/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 11 Juin 2017, 16:09

Non à l'expulsion de l'Union locale CGT de Nancy par la Mairie de Nancy !

La mairie de Nancy met à disposition gratuitement depuis 1936 des locaux pour l'Union locale CGT de Nancy au 17 rue Drouin, en centre ville de l'agglomération. Elle a décidé de réaliser une opération immobilière vendant ces locaux.

En conséquence de quoi, elle nous impose soit de racheter (prix de vente 396.000 sachant qu'il y a pour 200.000 euros de travaux environ de mise en conformité) ou de partir. Dans ce cadre elle nous propose soit de se tourner vers un bailleur privé soit un relogement dans un quartier périphérique de Nancy avec de nouvelles conditions financière : paiement d'un loyer et des charges attenantes et bien sûr de la taxe d'habitation, soit une somme annuelle avoisinant les 30.000 euros.

Ni l'Union locale ni les résidents qu'elle héberge, à savoir des unions syndicales fédérales, n'ont les moyens financiers suffisants ni pour racheter les locaux mis à disposition, ni de payer un relogement. La décision de la Mairie de Nancy s'apparente donc bien à une expulsion de l'Union locale CGT de Nancy, qui prendra effet au 1 septembre 2018.

L'Union locale CGT de Nancy représente 170 syndicats et 4500 syndiqués. Elle fait des permanences juridiques hebdomadaires et reçoit plus de 1000 salariés et syndiqués par an dans ce cadre, pour du conseil ou de la défense auprès des juridictions adéquates. Elle forme entre 200 et 300 syndiqués chaque année, en particulier concernant la formation sur les mandats d'élus du personnels, afin qu'ils puissent tenir leur mandat dans les entreprises et les services publics. De ce fait, l'Union locale CGT de Nancy rend un service d'intérêt général (un quasi-service public) - ce que la Mairie ne nie pas.

Par ailleurs, un rapport de l'IGAS de mai 2013, réalisé à la demande du ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue sociale de l'époque, pointait l'importance de la mise à disposition de moyens par les collectivités territoriales. Elle recommandait de : "Consolider l’usage de la mise à disposition des locaux dans la loi selon les principes suivants : les collectivités (communes, groupement de communes, départements, régions) pourvoient au logement des syndicats interprofessionnels (affiliés à une confédération ou une union nationale) qui en font la demande. Les frais, loyers et charges donneraient lieu pour l’occupant à la gratuité ou exonération. Ils pourront être financés par subvention des collectivités territoriales (par voie de conventions bilatérales ou multilatérales) ou par péréquation."

Bien évidemment, malgré la demande unanime des organisations syndicales, le gouvernement n'a pas donné suite en en faisant une loi, préférant casser le droit du travail et les acquis des salariés tout en réprimant la contestation sociale.

Le prétendu développement de la démocratie sociale et le sempiternel dialogue social, dont les politiciens et les média nous rebattent en permanence les oreilles, ne serait-ils qu'un leurre visant à berner les salariés et les syndicats ? Nous ne pouvons y croire !

Quoi qu'il en soit, l'Union locale et les syndicats de son périmètre n'entendent pas se laisser mettre à la rue.

Nous vous appelons à soutenir notre combat en signant cette pétition* : Non à l'expulsion de l'Union locale CGT de Nancy du 17 rue Drouin !

(* les personnes ayant déjà signé la pétition format papier sont évidemment appelées à ne pas signer la pétition en ligne)


Le congrès de l'Union locale du 1er et 2 juin 2017 a voté à l'unanimité la motion suivante :

Le congrès de l’Union locale CGT de Nancy a pris connaissance de la volonté de la mairie de Nancy de réaliser une opération immobilière avec le bâtiment qu’elle nous met à disposition depuis 1936.

Les locaux dans lesquels l’Union Locale CGT exerce son activité sont à la fois un moyen indispensable à l’existence même de la structure, un lieu de rencontres et de débat pour l’ensemble des salariés du bassin Nancéien, un lieu de mémoire et d’identité et un espace de liberté.

Au même titre que les structures accueillant et fournissant des services aux usagers, les OS mènent des missions d'intérêt général à destination des salariés et des syndiqués de l’agglomération, pouvant être qualifiées de service public. De plus, depuis plus de 80 ans, son implantation actuelle lui permet d'offrir les services de proximité tout en garantissant une accessibilité et un traitement d'égalité entre tous les travailleurs.

L’Union locale de Nancy et ses environs résonne et transpire encore de toutes les luttes menées sur le bassin nancéien. Aujourd’hui, les syndicats fiers de son histoire, des luttes passées exigent de sauvegarder cet héritage de 1936. Forte de cette histoire au service des salariés, aujourd’hui l’Union locale regroupe 4500 syndiqués et 170 syndicats.

Ayant examiné les différentes options qui nous sont proposées (rachat du 17 rue Drouin, relogement par la mairie ou un bailleur privé à de nouvelles conditions financières, relogement dans la Maison du Peuple), les syndicats réunis les 1er et 2 juin 2017 à Essey-lès-Nancy :

- Condamnent fermement le projet d’expulsion de ses locaux historiques ; faute de pouvoir nous faire taire et d’empêcher toute velléité revendicative, Monsieur le Maire décide d’expulser l’organisation syndicale chargée de défendre l’intérêt des salariés ;

- Décident de créer les conditions pour faire reculer la mairie par les moyens de la mobilisation et d’information qu’ils jugeront nécessaires. Le congrès délègue à la future direction de l’Union locale CGT de Nancy le soin d’organiser cette mobilisation.

- Appellent l’ensemble des syndicats de son périmètre, et au-delà, ainsi que les différentes structures CGT à participer à cette lutte essentielle et vitale pour l’Union locale CGT de Nancy.


https://www.change.org/p/m-laurent-h%C3 ... 1%3Acontro
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 14 Aoû 2017, 12:15

Val-de-marne. Les syndicats expulsés de leur local de Villejuif

Le maire LR de Villejuif (94) veut louer au privé les locaux de la bourse du travail. Le tribunal a donné un mois aux syndicats pour déménager.

Les syndicats doivent quitter la bourse du travail de Villejuif, au 16, rue Jean-Jaurès, avant la rentrée. Le tout assorti d’une astreinte de 200 euros par jour de retard. Le tribunal administratif de Melun a tranché, mercredi, en ­faveur du maire (« Les Républicains »), Franck Le Bohellec, qui voulait les mettre dehors dès les négociations ­budgétaires de 2015, pour renflouer les caisses de la mairie en louant à plein pot le ­bâtiment. « L’occupation de la bourse du travail représentait une perte mensuelle de 70 000 euros de loyers », s’est félicité, au sortir du tribunal, l’édile auprès du Parisien. Côté syndicats, c’est la consternation.

... http://www.humanite.fr/val-de-marne-les ... uif-640322
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 19 Aoû 2017, 18:57

Non à l'expulsion de l'Union locale CGT de Nancy par la Mairie de Nancy !

La mairie de Nancy met à disposition gratuitement depuis 1936 des locaux pour l'Union locale CGT de Nancy au 17 rue Drouin, en centre ville de l'agglomération. Elle a décidé de réaliser une opération immobilière vendant ces locaux.

En conséquence de quoi, elle nous impose soit de racheter (prix de vente 396.000 sachant qu'il y a pour 200.000 euros de travaux environ de mise en conformité) ou de partir. Dans ce cadre elle nous propose soit de se tourner vers un bailleur privé soit un relogement dans un quartier périphérique de Nancy avec de nouvelles conditions financière : paiement d'un loyer et des charges attenantes et bien sûr de la taxe d'habitation, soit une somme annuelle avoisinant les 30.000 euros.

Ni l'Union locale ni les résidents qu'elle héberge, à savoir des unions syndicales fédérales, n'ont les moyens financiers suffisants ni pour racheter les locaux mis à disposition, ni de payer un relogement. La décision de la Mairie de Nancy s'apparente donc bien à une expulsion de l'Union locale CGT de Nancy, qui prendra effet au 1 septembre 2018.

L'Union locale CGT de Nancy représente 170 syndicats et 4500 syndiqués. Elle fait des permanences juridiques hebdomadaires et reçoit plus de 1000 salariés et syndiqués par an dans ce cadre, pour du conseil ou de la défense auprès des juridictions adéquates. Elle forme entre 200 et 300 syndiqués chaque année, en particulier concernant la formation sur les mandats d'élus du personnels, afin qu'ils puissent tenir leur mandat dans les entreprises et les services publics. De ce fait, l'Union locale CGT de Nancy rend un service d'intérêt général (un quasi-service public) - ce que la Mairie ne nie pas.

Par ailleurs, un rapport de l'IGAS de mai 2013, réalisé à la demande du ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue sociale de l'époque, pointait l'importance de la mise à disposition de moyens par les collectivités territoriales. Elle recommandait de : "Consolider l’usage de la mise à disposition des locaux dans la loi selon les principes suivants : les collectivités (communes, groupement de communes, départements, régions) pourvoient au logement des syndicats interprofessionnels (affiliés à une confédération ou une union nationale) qui en font la demande. Les frais, loyers et charges donneraient lieu pour l’occupant à la gratuité ou exonération. Ils pourront être financés par subvention des collectivités territoriales (par voie de conventions bilatérales ou multilatérales) ou par péréquation."

Bien évidemment, malgré la demande unanime des organisations syndicales, le gouvernement n'a pas donné suite en en faisant une loi, préférant casser le droit du travail et les acquis des salariés tout en réprimant la contestation sociale.

Le prétendu développement de la démocratie sociale et le sempiternel dialogue social, dont les politiciens et les média nous rebattent en permanence les oreilles, ne serait-ils qu'un leurre visant à berner les salariés et les syndicats ? Nous ne pouvons y croire !

Quoi qu'il en soit, l'Union locale et les syndicats de son périmètre n'entendent pas se laisser mettre à la rue.

Nous vous appelons à soutenir notre combat en signant cette pétition* : Non à l'expulsion de l'Union locale CGT de Nancy du 17 rue Drouin !

(* les personnes ayant déjà signé la pétition format papier sont évidemment appelées à ne pas signer la pétition en ligne)


Le congrès de l'Union locale du 1er et 2 juin 2017 a voté à l'unanimité la motion suivante :

Le congrès de l’Union locale CGT de Nancy a pris connaissance de la volonté de la mairie de Nancy de réaliser une opération immobilière avec le bâtiment qu’elle nous met à disposition depuis 1936.

Les locaux dans lesquels l’Union Locale CGT exerce son activité sont à la fois un moyen indispensable à l’existence même de la structure, un lieu de rencontres et de débat pour l’ensemble des salariés du bassin Nancéien, un lieu de mémoire et d’identité et un espace de liberté.

Au même titre que les structures accueillant et fournissant des services aux usagers, les OS mènent des missions d'intérêt général à destination des salariés et des syndiqués de l’agglomération, pouvant être qualifiées de service public. De plus, depuis plus de 80 ans, son implantation actuelle lui permet d'offrir les services de proximité tout en garantissant une accessibilité et un traitement d'égalité entre tous les travailleurs.

L’Union locale de Nancy et ses environs résonne et transpire encore de toutes les luttes menées sur le bassin nancéien. Aujourd’hui, les syndicats fiers de son histoire, des luttes passées exigent de sauvegarder cet héritage de 1936. Forte de cette histoire au service des salariés, aujourd’hui l’Union locale regroupe 4500 syndiqués et 170 syndicats.

Ayant examiné les différentes options qui nous sont proposées (rachat du 17 rue Drouin, relogement par la mairie ou un bailleur privé à de nouvelles conditions financières, relogement dans la Maison du Peuple), les syndicats réunis les 1er et 2 juin 2017 à Essey-lès-Nancy :

- Condamnent fermement le projet d’expulsion de ses locaux historiques ; faute de pouvoir nous faire taire et d’empêcher toute velléité revendicative, Monsieur le Maire décide d’expulser l’organisation syndicale chargée de défendre l’intérêt des salariés ;

- Décident de créer les conditions pour faire reculer la mairie par les moyens de la mobilisation et d’information qu’ils jugeront nécessaires. Le congrès délègue à la future direction de l’Union locale CGT de Nancy le soin d’organiser cette mobilisation.

- Appellent l’ensemble des syndicats de son périmètre, et au-delà, ainsi que les différentes structures CGT à participer à cette lutte essentielle et vitale pour l’Union locale CGT de Nancy.


https://www.change.org/p/m-laurent-h%C3 ... e_petition
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 23 Aoû 2017, 12:45

Rassemblement à Villejuif pour sauver la Bourse du travail le vendredi 1er septembre

L’union départementale CGT du Val-de-Marne invite les salariés et citoyens à se réunir au 16 rue Jean Jaurès à Villejuif le vendredi 1er septembre à 12 heures 30 pour soutenir la Bourse du travail de la ville. Une fois encore, la mairie s’attaque directement au syndicalisme et vise l’expulsion des syndicats de leurs locaux.

Après une première tentative de Franck Le Bohellec, maire Les Républicains de Villejuif, de démanteler la Bourse du travail de la ville en 2015, des négociations avaient été tentées, et étaient restées lettre morte. Plus d’un an après, la mairie remet les couverts.

Les syndicats ont ainsi été condamnés par le tribunal administratif à quitter les lieux avant le 10 septembre sous peine de payer 200 euros d’astreinte par jour, ainsi que 2 000 euros, par organisation, de dommages et intérêts.

Encore une fois, une mairie s’attaque directement au syndicalisme par le biais de la Bourse du travail. Rappelons que c’est dans cette structure que viennent tous ceux qui rencontrent des difficultés dans leur travail, que tous ceux qui travaillent dans des TPE en dépendent, que c’est la première interface entre les travailleurs, les privés d’emplois et la défense de leurs droits, et que c’est aussi là que se forment les militants syndicalistes.

Afin de lutter pour la préservation de ce lieu important, l’union départementale CGT invite tous les salariés et citoyens à se rassembler devant la Bourse du travail de Villejuif, au 16 rue Jean Jaurès, le vendredi 1er septembre 12 heures 30.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Offensive contre bourses du travail et locaux syndicaux

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 19:17

Villejuif : La Bourse du travail n’est pas à vendre !

Profitant de la « trêve estivale », le maire (LR) de Villejuif a sonné la charge contre la Bourse du travail et les organisations syndicales. En plein mois d’août un jugement du tribunal administratif les a sommé de quitter les locaux de la Bourse du travail sous peine d’une astreinte de 200 euros par jour de retard.

Ce jugement s’appuie sur la base de documents fournis (et non fournis, comme la convention d’occupation) par la mairie. La mobilisation ne s’est pas fait attendre et, dès le 1er septembre, un rassemblement et une manifestation ont été organisés dans la ville. Devant l’absence évidente de volonté de dialogue avec le maire, la manifestation s’est terminée par une occupation de la mairie.

Une mobilisation qui ne faiblit pas

Las, le maire a demandé l’expulsion des occupants et profité de l’ambiance « festive » de l’occupation pour déposer une plainte contre un militant de la CGT 94 par ailleurs élu municipal d’opposition.

La mobilisation s’est malgré tout poursuivie le 9 septembre avec un nouveau rassemblement devant la mairie, avant un conseil municipal qui s’est déroulé sous une hallucinante protection policière, et le 25 septembre par un rassemblement devant la préfecture du Val-de-Marne en présence de Philipe Martinez. Les organisations syndicales espéraient ainsi convaincre le préfet de ne pas autoriser l’expulsion prévue le 30 septembre.

Depuis, des distributions régulières ont eu lieu pour informer la population des enjeux et des méthodes illégales du maire. Et le samedi 30 septembre – jour théorique de l’évacuation de la Bourse – une journée portes ouvertes a été organisée. Prises de parole et exposition sur l’histoire et le rôle des Bourses du travail ont permis aux nombreux visiteurs de mieux comprendre l’histoire et les missions de la Bourse, et d’apporter leur soutien à la lutte.


http://www.anti-k.org/2017/10/08/villej ... %e2%80%89/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité