FO - Force Ouvrière

Re: FO - Force Ouvrière

Messagede bipbip » 01 Oct 2017, 12:33

Tensions chez FO : Mailly promet qu’il va hausser le ton

Mis en minorité lors de la réunion du parlement du syndicat vendredi, Jean-Claude Mailly a répondu qu’il n’avait «pas l’intention de démissionner». Un mandat «impératif» lui a été donné pour organiser une manifestation contre les ordonnances réformant le code du travail.

En vieux routier du syndicalisme, Jean-Claude Mailly avait senti l’orage mais indiquait qu’il «en [avait] vu d’autres», des discussions «rock n’roll» chez Force Ouvrière. Et comme prévu, la réunion ces deux derniers jours du «Parlement» du syndicat a été houleuse, mettant même son secrétaire général (depuis 2004) en minorité.

Une résolution va imposer une mobilisation contre les ordonnances

Le Comité confédéral national (CCN), réunissant les unions départementales et fédérations FO a en effet voté une résolution qui «caractérise les ordonnancescomme étant une régression», comme l’a indiqué Fabrice Lerestif, un responsable de l’union d’Ille-et-Vilaine. Alors même que Jean-Claude Mailly a été à la manoeuvre tout l’été sur le dossier, et qu’il a depuis, refusé d’appeler à toute manifestation… La résolution a été signée par 123 unions et fédérations, tandis que 20 se sont abstenues. Un mandat impératif a donc été donné au bureau confédéral (la direction) pour organiser une mobilisation interprofessionnelle, avant la ratification prévue dans les prochains mois.

Le CCN «était très chaud, tendu, compliqué», a témoigné à l’AFP un responsable syndical. Selon cette source, Jean-Claude Mailly «s’est retrouvé dans la situation désagréable d’être en minorité». Lui qui préconise d’aller de l’avant pour les futures négociations sociales, et qui va jusqu’à affirmer que «Muriel Pénicaud [la ministre du travail] fait le job», voit donc son action réformatrice ouvertement dénoncée par les cadres du syndicat, même si selon la direction, le CCN a quand même également été l’occasion de «saluer le travail effectué par le bureau confédéral au cours de la concertation» cet été.

Mailly ne démissionera pas mais va «lever le ton»

Malgré la colère des militants, le principal intéressé a déclaré samedi qu’il tiendrait bon. Interrogé à propos de rumeurs qui lui en prêtent l’intention, Mailly a répondu sur RTL: «je n’ai pas du tout l’intention de démissionner». Malgré tout, la fronde a fait effet et le leader veut montrer qu’il a entendu les demandes de fermeté: «maintenant, la situation économique et sociale fait que les militants et les militantes de FO considèrent que la situation est sérieuse. Ca veut dire qu’ils considèrent qu’il faut un peu monter le ton, c’est ce que je ferai dans les semaines à venir», a-t-il ajouté. «Non je ne démissionne pas! Arrêtons l’intox!» a-t-il tweeté.

Lundi, le bureau confédéral de Force ouvrière se réunira également pour «mettre en oeuvre la résolution du CCN», qui marque un «durcissement de la position de FO», a indiqué la direction du syndicat, qui a rappelé que «le CCN est souverain».

... http://www.anti-k.org/2017/09/30/tensio ... er-le-ton/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24165
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: FO - Force Ouvrière

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 14:57

Sous la pression de la base

Jean-Claude Mailly durcit le ton contre Macron... pour conserver sa place ?

Une semaine après avoir été mis en minorité au sein du Comité confédéral national (CCN) de Force ouvrière, Mailly semble soudain bien plus virulent dans la contestation des politiques du gouvernement. Après avoir démenti les rumeurs interrogeant son éventuelle démission, il s’agit maintenant pour le leader déchu de regagner un peu de crédibilité.

Des « grognons râleurs » au « Président des riches »

Début septembre, avant même que les ordonnances ne soient publiées, le directeur général de FO méprisait ouvertement les militants qui élevaient la voix contre son refus d’appeler à la manifestation du 12. Il avait ainsi déclaré à la sortie de la présentation des ordonnances à Matignon : « C’est toujours arrivé dans l’histoire de FO, il y a des grognards fidèles et des grognons râleurs ; bon ben, il y en a qui font partie toujours des grognons râleurs, c’est leur droit d’exister. »

Un mois plus tard, le voilà dans une posture toute différente lorsqu’il rejoint l’opinion générale qui qualifie Macron de « Président des riches ». « « C’est l’accumulation de mesures telles que la baisse de l’APL (aide personnelle au logement), l’augmentation de la CSG avec les retraités et les fonctionnaires qui vont morfler d’une manière ou d’une autre, plus les annonces sur l’ISF » confiait-il ce mercredi sur France Inter.

Un revirement d’attitude qui interpelle, et semble être une bonne nouvelle tant qu’on ne s’y méprend pas.

Une nécessaire reconquête de légitimité

Car les motivations du directeur général de Force ouvrière ne peuvent être simplement celles d’une nouvelle clairvoyance quant aux politiques du gouvernement, ou encore celles son amie de longue date aujourd’hui ministre du travail, Muriel Pénicaud.

Il s’agit bien plutôt pour Mailly de regagner du crédit face à la base militante de son syndicat, celle-là même qui a obtenu une victoire importante à son encontre au dernier CCN, lorsque 86 % des représentants des unions départementales et fédérations, 123 voix sur 143, ont voté contre la ligne de Mailly au profit de la construction d’une mobilisation contre les ordonnances.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Jean ... r-sa-place
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24165
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: FO - Force Ouvrière

Messagede Pïérô » 04 Déc 2017, 01:55

Jean-Claude Mailly assuré dans la posture de la collaboration. Il ne peut pas jouer tout seul, on retrouve bien là le caractère de ce "syndicat", ou plutôt terme approprié : "partenaire social".


VIDEO. FO sur la réforme du code du travail: "il y a eu une grande phase de discussion et de concertation"

Invité de Jean-Paul Chapel jeudi 30 novembre dans l'émission ":L'éco", Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO est revenu sur l'impact du mouvement social depuis la publication des ordonnances du code du travail.

"Sur les ordonnances Macron, on a sauvé le rôle de la branche"

"Le contexte était très différent. L'année dernière sur la loi El Khomri, nous nous sommes retrouvés face à un mur. Dès qu'on voulait discuter, c'était toujours non. On ne tenait jamais compte de ce qu'on disait. Les juristes de FO avaient fait des contre-propositions qui n'ont pas été examinées. Par exemple sur le fait qu'on préserve le rôle des négociations nationales des branches", révèle Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, jeudi 30 novembre dans l'émission ":L'éco".

"Même si, il y a plein de points dans les ordonnances que nous condamnons, il y a eu aussi quelques avancées. Quand votre interlocuteur accepte de discuter, vous discutez. Si après vous annoncez que vous êtes en grève, c'est que vous sortez du jeu", poursuit-il.

FO, une CFDT bis ? Il répond à la Question qui fâche : "il n'y a ni droite, ni gauche, ni centre à FO. Il y a de tout chez les salariés. Il y a donc de tout chez FO. Quand on est dans le syndicat, on ne parle pas de chose politique, c'est en dehors de FO."

... https://www.francetvinfo.fr/economie/em ... 92883.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: FO - Force Ouvrière

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 20:33

Ordonnances Travail : Mailly s'est converti au plafonnement des indemnités

Invité ce jeudi 14 décembre sur Franceinfo, le patron de Force ouvrière Jean-Claude Mailly, a estimé que le plafonnement des indemnités prud'homales instauré par la réforme du code du Travail d’Emmanuel Macron pourrait effectivement permettre de débloquer des embauches.

C'est une concession surprenante. Invité ce jeudi 14 décembre sur Franceinfo, Jean-Claude Mailly, le secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) a fait une étrange confidence. Interrogé sur la mise en application du plafonnement des indemnités prud'homales instauré par la réforme d'Emmanuel Macron par ordonnances du code du Travail, il a estimé que le dispositif "peut déverrouiller psychologiquement peut-être des chefs d'entreprise, de petites entreprises, ça c'est possible, on verra".

Une analyse inattendue de la part d'un représentant d'un syndicat de défense des salariés, et qui laisse son interlocuteur, le journaliste Jean-Michel Aphatie, un peu pantois..."Déverrouiller, qu'est-ce que vous voulez dire ?", relance celui-ci d'un ton incrédule. "Ceux qui pensent qu'ils ne peuvent pas recruter parce que ça risque de leur coûter trop cher, précise Mailly, reprenant donc l'argument favori des syndicats patronaux. Même si c'est une erreur mais bon, psychologiquement, certains employeurs le pensent, peut-être que ça les rassure, on verra".

D'autant plus étonnant que lors des débats en 2016 sur la loi El Khomri, qui comprenait dans sa première version ce même système de plafonnement, le même Jean-CLaude Mailly ne voulait surtout pas en entendre parler, jugeant la loi "inamendable" et réclamant "son rejet" pur et simple. Oui mais ça, c'était avant.

... https://www.marianne.net/economie/ordon ... e=Facebook
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24165
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: FO - Force Ouvrière

Messagede bipbip » 04 Jan 2018, 17:28

J.C. MAILLY NE REPRÉSENTE PLUS LA CONFÉDÉRATION CGT-FO

Un vieux camarade a déclaré lors de notre dernière réunion: «Macron est un pétainiste».

Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt, la politique menée par M. Macron et le gouvernement Philippe est d’essence fasciste, mussolinienne: culte du chef «Jupiter», élimination des contre-pouvoirs et des contrepoids (mise sous contrôle des communes par le biais financier, suppression des fonds aux associations, remise en cause des logements sociaux, … Chambre du Futur…), suppression du pouvoir des travailleurs et de leurs organisations (ordonnances du code du travail), obsession de la sécurité justifiant des pouvoirs presque illimités pour la police et l’armée (intégration des mesures de l’état d’urgence à la Constitution), médias sous contrôle, la peur utilisée comme moyen pour instrumentaliser les populations et obtenir leur renoncement aux libertés civiles (loi anti-terroriste), désignation d’ennemis et de bouc-émissaires (grévistes, fonctionnaires, syndicalistes: «fainéants cyniques et extrêmes», immigrants irréguliers: «terroristes»), protection du pouvoir des entreprises, relations avantageuses entre les affaires, le gouvernement et les élites du pouvoir, obsession avec le crime et le châtiment, favoritisme et corruption.

Accepter, comme le font Jean-Claude Mailly et quelques membres du bureau confédéral, de se compromettre avec le gouvernement Macron, sous couvert de pragmatisme, en rentrant avec félicité dans la méthode dite de «concertation», c’est renoncer à ce qui fait la force de notre organisation: la liberté d’action, l’indépendance, la résistance, la volonté constante d’améliorer le sort des salariés (le réformisme) sans compromission aucune avec les pouvoirs de l’État, ni les partis politiques, c’est accepter de renoncer aux intérêts particuliers des salariés au profit d’un prétendu intérêt général, c’est accepter une restriction des moyens d’action des salariés et des organisations syndicales (réduction du nombre d’élus du personnel et possibilité de contourner les organisations dans les négociations dans l’entreprise).

S’engager dans cette voie, sous prétexte de concertation, c’est, de fait, s’associer à la destruction du syndicalisme libre et indépendant, c’est s’engager dans la voie de l’intégration, vers le corporatisme.

C’est la prise de conscience, encore confuse, de cet engrenage, qui a conduit le CCN des 28 et 29 septembre à désavouer Jean-Claude Mailly (moment historique au sein de l’organisation).

Aujourd’hui, ce constat est partagé par une grande majorité d’adhérents.

La faible mobilisation lors des grèves et manifestations du 16 novembre ne peut être interprétée comme une validation de la politique de Macron, ni de l’attitude collaboratrice de Jean-Claude Mailly.

Elle est la résultante d’une méfiance vis-à-vis des directions des organisations syndicales (qui toutes, à leur manière, jouent la collaboration), de la crainte de la récupération politicienne et du conditionnement médiatique.

Sous couvert de pragmatisme, Jean-Claude Mailly et les quelques membres du bureau confédéral, qui le soutiennent, inscrivent leur réflexion dans le cadre de ce régime. Les uns comme les autres utilisent les éléments de langage de celui-ci.

L’analyse du philologue Victor Klemperer, dans son livre «L.T.I. La langue du 3ème Reich» écrit en Allemagne, de 1933 à 1945, garde toute sa pertinence:

«Et ici, insensiblement nous arrivons au cœur même de ce que l’on peut appeler un langage totalitaire, quand l’asservissement touche non seulement la parole, le discours mais s’immisce dans la langue, touche toutes les sphères du langage pour réduire celui-ci à une mécanique sans pensée».

Une première conclusion s’impose: Jean-Claude Mailly ne représente plus la Confédération et il ne peut, pas plus que ses soutiens, négocier au nom de la Confédération CGT-FO.

Le prochain congrès devra en tirer, sans état d’âme, toutes les conséquences. La discussion sur le rapport d’activité doit être engagée dès maintenant dans tous les syndicats.

Marc HÉBERT.


http://syndicollectif.fr/wp-content/upl ... index.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24165
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: FO - Force Ouvrière

Messagede Pïérô » 12 Jan 2018, 12:19

FO retrouve sa vocation, à l'image de la CFDT :

« Le syndicalisme ne se résume pas aux grèves », affirme Pascal Pavageau, le futur leader de FO

« Pascal Pavageau, qui devrait succéder à Jean-Claude Mailly à la tête du syndicat Force Ouvrière, est revenu sur le rôle des organisations syndicales. » (RTL)

Pour Pascal Pavageau, qui devrait prochainement être élu à la tête du syndicat Force Ouvrière, « le syndicalisme ne se résume pas aux journées de grève ».

« Il y a un vrai dynamisme syndical dans les entreprises et les administrations. Nous avons d’autres moyens de pression que la grève, comme la négociation, la concertation et même le recours juridique », poursuit Pascal Pavageau, qui ajoute : « La question du nombre de grèves ou de manifestations déclenchées ne signifie pas grand-chose ».

... https://www.force-ouvriere.fr/le-syndic ... ociallymap
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité