Contre attaques du Code du travail et loi travail

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 02 Sep 2017, 13:54

Rassemblement de la CGT, FSU, FO et Sud Solidaires hier devant le siège du Medef de l’Allier
Une grève interprofessionnelle est annoncée le 12 septembre. Dès aujourd’hui, les syndicats appellent à la mobilisation contre les ordonnances sur le Code du travail, mais aussi les salaires et les contrats aidés.
Les syndicats font leur rentrée sociale Les syndicats du département viennent régulièrement manifester devant le Medef de l'Allier, à Désertines, près de Montluçon. Mais hier, il s'agissait de marquer le coup alors que l'organisation patronale « tient son université d'été (mardi et hier, NDLR). C'est l'occasion de demander une réelle séparation avec l'État », commence Erwan Charny, pour Sud Solidaires, lors de la conférence de presse commune avec FO, la CGT et FSU.
... http://www.lamontagne.fr/montlucon/educ ... 31610.html


Samedi 2 septembre
Marche anti-Macron à Saint-Ouen !
Exonération de l’ISF pour les actionnaires, augmentation des APL, suppression des contrats aidés, Loi Travail deuxième du nom… Emmanuel Macron c’est Robin des Bois à l’envers : je prends aux pauvres, pour donner aux riches !
Alors samedi qui arrive, à 18h à Saint-Ouen (Somme), la Picardie Debout donne l’exemple et lance la rentrée avec la première marche anti-Macron du pays ! Pour distribuer un 4 pages spécial Loi Travail et continuer de sortir les gens de l’apathie générale.
... http://www.anti-k.org/2017/08/31/marche ... aint-ouen/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede Pïérô » 05 Sep 2017, 00:36

Indre et Loire 37 12 septembre, CGT 37, FO 37, FSU 37, SUD/SOLIDAIRES37

ABROGATION DE LA LOI TRAVAIL RETRAIT DES ORDONNANCES MACRON SUR LE CODE DU TRAVAIL

Les futures réformes du gouvernement concernant le droit du travail, sont un ensemble de détricotage en règle du social de notre pays. Elles concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l’assurance chômage et les retraites.

Toutes les annonces vont dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour les salariés, plus de « souplesse » et de facilités à licencier pour les entreprises.
Au-delà de la méthode, consistant à agir rapidement via les ordonnances, le discours gouvernemental sur la « concertation » ne change rien : le gouvernement veut aller vite sans de véritables négociations et frapper fort avec l’utilisation des ordonnances.

Sur le droit du travail, il aggrave la « Loi travail », dont nous exigeons l’abrogation, en faisant primer les accords d’entreprises au détriment des garanties collectives et du code du travail.

Des questions essentielles sont au cœur des réformes envisagées :
Temps de travail, travail de nuit, salaires, emploi, plafonnement des indemnités de licenciement, référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur, fusion des instances représentative du personnel, remise en cause de l’insertion professionnelle des jeunes, réforme de l’assurance chômage et de l’assurance maladie avec la suppression des cotisations salariales via l’augmentation de la CSG ! Les retraités seraient particulièrement touchés via l’augmentation de 1.7 % de la CSG !

Ces projets sont d’autant plus dangereux qu’ils ouvrent aussi la voie à une attaque des statuts des salariés de la fonction publique et des services publics.

Le Président Macron veut supprimer 120 000 postes de fonctionnaires ! L’égalité d’accès et le droit de toutes et tous à ces Services sur l’ensemble du territoire va encore subir de nouvelles attaques : enseignement public, hôpital, collectivités territoriales.

L’inversion de la hiérarchie de normes poussée jusqu’au bout, comme le prévoit le gouvernement Macron, ce n’est plus de norme du tout, le retour à l’individualisation complète des salariés, que l’employeur soit public ou privé ! C’est une revendication patronale afin de faire baisser le « coût du travail » et faciliter les licenciements. Il s’agit en fait de satisfaire ce dont le MEDEF rêve depuis toujours et de revenir sur les conquêtes sociales des travailleurs qu’ils ont obtenues par la lutte.

Nos organisations s’inquiètent également de la pérennisation dans la loi des principales dispositions de l’état d’urgence que le Gouvernement vient de décider et qui remettent en cause les libertés démocratiques.

Elles appellent les salariés, les privés d’emploi, les jeunes, les retraités, à participer aux rendez-vous de mobilisations unitaires et interprofessionnelles par la grève et la manifestation le mardi 12 septembre à 10h place de la Liberté à Tours.

CGT 37, FO 37, FSU 37, SUD/SOLIDAIRES37


http://www.solidaires37.org/spip.php?article1167
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 06 Sep 2017, 08:02

Pour les patrons, c’est « merci Macron »

Image

Image

https://www.solidaires.org/Pour-les-pat ... rci-Macron
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 07 Sep 2017, 16:37

«En direct de Mediapart»: le droit du travail régresse-t-il ?

Dan Israel, journaliste à Mediapart et Isabelle Taraud, avocate, spécialiste du droit social, examinent les mesures contenues dans les ordonnances visant à modifier le droit du travail.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 07 Sep 2017, 20:20

Loi Travail XXL : Une impasse sociale et écologique

Image

Image

https://www.solidaires.org/Loi-Travail- ... ecologique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 07 Sep 2017, 22:26

Loi travail XXL : Premier round d’ une longue bataille

La rentrée sociale s’annonce chargée, après un été où le gouvernement a multiplié les annonces de reculs sociaux. La mobilisation contre les ordonnances est l’enjeu fort du mois de septembre, dans un contexte où la France insoumise cherche à imposer son hégémonie sur le mouvement syndical.

Macron comptait sur l’état de grâce suite à son élection et sur les grandes vacances pour faire passer une série de réformes en force, notamment la loi travail XXL, dans la continuité directe de la loi El Khomri de 2016. Malheureusement pour lui, et heureusement pour nous, le premier n’aura pas duré longtemps. Les réformes antisociales de l’été devraient achever de convaincre les salarié.es qui, sans soutenir Macron, attendait de voir ce que ça allait donner.

Le mois de juillet s’est ainsi ouvert avec en parallèle la baisse des aides au logement de 5 euros, dont les APL, et la réforme de l’ISF (impôt sur la fortune), qui ne touchera désormais plus les actions. La mesure est symbolique : on prend directement aux catégories modestes (6,5 millions des ménages dont 800 000 étudiantes et étudiants touchent ces aides) pour arroser les actionnaires.

En août, le gouvernement a annoncé une baisse des contrats aidés, qui passeront de 460 000 en 2016 à 200 000 en 2018. Ces divers contrats partiellement subventionnés par l’État sont précaires, mal rémunérés et ne sont que rarement de premiers pas vers des CDI, ce qui sert de prétexte au gouvernement non pas pour en faire de vrais emplois mais pour… les supprimer. Ces coupes vont avoir des effets désastreux pour tout le secteur associatif et dans l’Éducation nationale. Ainsi, à quelques jours de la rentrée, le Premier ministre annonce 20 000 suppressions de contrats aidés sur les 70.000 dans les écoles, collèges et lycées, prétendant que les AVS (auxiliaires de vie scolaire pour les élèves handicapé.es) ne seront pas touché.es, ce qui voudrait dire que tous les autres contrats seront supprimés. Plusieurs mairies ont été ainsi contraintes de reculer d’une semaine la rentrée.

Enfin, le gouvernement maintient sa volonté d’augmenter la CSG (contribution sociale généralisée, prélevée sur tous les revenus) de 1,7 %, et de baisser les cotisations chômage et maladie des salarié.es du privé. Les fonctionnaires et les retraité.es (touchant plus de 1 840 euros à deux), qui ne payent pas ces cotisations, seront les premiers impacté.es. Une compensation est envisagée pour les fonctionnaires mais rien n’a encore été présenté.

Notre système de protection sociale mis en cause

Pour les salarié.es du privé, le calcul est plus sournois et donnera un gain dans un premier temps. Le ministre de la Fonction publique, Gérald Darmanin, explique ainsi que « les cotisations sociales baisseront de 2,2 points au 1er janvier 2018 […] et baisseront à nouveau de 0,95 point à l’automne ». Le salaire net d’un ou une salarié.e au Smic augmentera ainsi au final d’un peu plus 20 euros par mois. Macron assume de monter les actifs et actives contre les retraité.es, auxquel.les il demande de faire « un effort ».

Si le calcul peut sembler intéressant à première vue, il faut garder en tête que derrière c’est tout notre système de protection sociale qui est mis en cause. Celui-ci, issu du programme du Conseil national de la résistance et du rapport de force favorable aux travailleurs et travailleuses en 1947, repose sur le travail, donc sur le contrôle paritaire salarié.es/patronat, et non sur l’impôt, donc l’État. Les cotisations sociales ne sont jamais que du salaire indirect finançant la protection sociale : en baissant celles-ci, on menace l’assurance maladie et l’assurance chômage. Et pour quels gains ? On peut parier que les patrons avanceront cette augmentation en trompe-l’œil pour refuser des augmentations lors des prochaines négociations.

Macron et sa clique continuent d’affirmer qu’il ne s’agit que d’un « manque de pédagogie » : ce sont les salarié.es qui n’ont pas compris les réformes. Leur caractère antisocial semble pourtant avoir été bien compris par tout le monde ! Pour preuve : sa cote de popularité s’est effondrée 64 % à 40 % en deux mois.

Mais LREM (La République en marche) n’a pas les cadres politiques suffisants pour intoxiquer plateaux télé et les radios. Alors ils ont préféré lancé des coups de communication comme contre-feux. Macron en T-shirt de ­l’OM, Macron officier de sous-marin, Macron joueur de tennis handisport…

Et en parallèle, les membres de LREM ont distribué un cahier d’été dont on a d’abord cru qu’il s’agissait d’une blague, dans lequel on pouvait trouver un quiz « Quel(le) engagé(e) es-tu ? », des références culturelles de macronistes convaincus tels que Jack Kerouac ou Aragon, au milieu de quelques chiffres sur le changement climatique, tout ça avec la volonté affirmée de ne pas faire de politique. En parallèle, ils continuent d’avancer sur le gros morceau : la loi travail XXL.

Le mois d’août se termine ainsi avec un dernier tour de réunions bilatérales autour du projet de loi travail XXL, deuxième volet de la loi de 2016 contre laquelle nous nous sommes battus. Il est clair que ces réunions servent avant tout à obtenir un compromis avec certaines organisations : à l’heure où nous bouclons, les ordonnances n’ont pas encore été rendues publiques, et seule une partie des documents a été montrée aux syndicats, les délégations n’ayant pas le droit de repartir avec.

Les projets d’ordonnances semble cependant avoir peu bougé : il s’agit avant tout de continuer de remettre en cause la hiérarchie des normes sur d’autres domaines que le temps de travail, comme les salaires ou les conditions de travail. Même le contrat de travail deviendrait inférieur au sacro-saint accord d’entreprise, autorisant ainsi le licenciement d’un salarié refusant une évolution de son contrat.

La volonté de généraliser le contrat de chantier, très mal nommé CDI de projet puisqu’il s’agit en fait d’un CDD sans fin, est maintenue. Tout comme le referendum d’entreprise, qui permettra aux patrons de contourner toute représentation syndicale pour imposer des accords d’entreprise. Les instances de représentation du personnel seraient toujours fusionnées, concentrant l’action syndicale entre une poignée d’élu.es professionnel.les, mais les CHSCT pourraient être maintenus, sous forme de commission dans les entreprises de plus de 300 salarié.es et certains sites industriels à risque (type Seveso).

La CFDT, mais également FO, ce qui est plus inhabituel, se veulent les artisans du compromis sur ce dossier, et espèrent avoir gain de cause en particulier sur le montant des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif. Ce qui signifie qu’ils acceptent le principe du plafonnement de ces indemnités, c’est-à-dire qu’une entreprise pourra maintenant budgétiser un licenciement illégal. La CFDT affirme aujourd’hui que le gouvernement va augmenter de 25 % les montants annoncés en juin, là où elle voulait doubler la mise. Quel succès ! Mailly, de son côté, tergiverse, déclarant ainsi le 25 août : « Tout n’est pas écrit, il y a encore toute une série d’arbitrage […]. À partir du moment où il y a eu une vraie concertation, nous attendons la présentation officielle du texte. Ensuite, on se positionnera. »

La France insoumise concurrence les syndicats

Mais cette journée de grève est déjà parasitée par une autre mobilisation de la France insoumise, une montée nationale à Paris le samedi 23 septembre. La France insoumise feint de se situer en complémentarité de la mobilisation syndicale, mais ne s’embête désormais même plus à mentionner celle-ci. Un député de la France insoumise affirme ainsi : « Nous sommes la seule opposition frontale à Macron. »

D’un côté, le mouvement syndical, faisant le bilan des mouvements sociaux de 2010 et 2016, affirme qu’il faut revenir vers les entreprises, mieux articuler revendications catégorielles et interprofessionnelles, afin d’y ancrer la grève, cela au risque de tomber dans un certain corporatisme parfois. De l’autre, la France insoumise, qui ne semble tirer aucune leçon de ces mouvement sociaux et en particulier de l’épisode Nuit debout, entend balayer les organisations existantes en mobilisant à travers de grands rassemblements sur des places. Elle compte pour quantité négligeable le combat en entreprise puisqu’elle ne raisonne plus qu’en termes de viviers électoraux pour 2022.

C’est la première fois qu’une organisation politique parasite ainsi une mobilisation syndicale, et les conséquences sont encore difficiles à mesurer. Mais il est évidemment plus simple de manifester le samedi, sans perdre de journée de salaire, sans se confronter à son patron… sauf que le rapport de force construit n’est pas le même, que ce soit en termes de nature ou d’efficacité.

La réforme par ordonnance est faite pour frapper vite et fort. Ainsi, celles-ci seront adoptées en Conseil des ministres au cours de la semaine du 18 septembre et devraient être publiées au Journal officiel tout de suite après. Elles passeront enfin devant les parlementaires, en octobre sans doute.

Il est évident que ça va être dur de mobiliser. Mais rappelons nous quel était l’état de la mobilisation avant chaque mouvement social que nous avons connu. Et surtout, la résistance qui s’exprimera en septembre sera dans tous les cas une mesure pour les réformes à venir.

Car celles-ci seront nombreuses. Ainsi, Macron rappelle qu’« à partir de septembre, il y aura une mise en œuvre de la réflexion sur une réforme importante de la formation et l’assurance chômage. Et à partir de 2018, on va se lancer sur la question des retraites, ça sera un processus un peu plus lent. » Le président ayant dans sa ligne de mire la « retraite par points » à la suédoise.

Il faut donc exploiter les semaines de rentrée pour mobiliser dans les entreprises autour de revendications catégorielles et de la loi travail XXL afin de réussir le 12 septembre dans l’unité et exiger rapidement une nouvelle date de grève, afin de ne pas mettre la lutte à la remorque des intérêts politiciens de la France insoumise.

Grégoire Mariman (AL Orléans)

http://www.alternativelibertaire.org/?L ... e-bataille
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 11 Sep 2017, 11:07

2 Cartes des manifs mises à jour pour trouver l'heure et le lieu de la manif près de chez vous

. https://l.facebook.com/l.php?u=http%3A% ... GABjEgN1iQ

. https://l.facebook.com/l.php?u=http%3A% ... je5gUNlBlQ
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05


Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede Pïérô » 12 Sep 2017, 02:55

Le suivi de la grève et manifestation du 12 septembre !

Macron a décidé de détruire encore un peu plus le code du travail. Les syndicats ont décidé de réagir en appelant à une manifestation et une grève interprofessionnelles le 12 septembre tout comme le Front social. À cette occasion, des blocages sont appelés dans les lycées, des départs collectifs ont lieu un peu partout pour rejoindre le cortège, des groupes féministes organisent un Witch bloc et un cortège intersectionnel. Des AGs sont convoquéesdans le facultés. Pour ce qui est de la loi, quelques textes d’analyse ici ou là.

... https://paris-luttes.info/le-suivi-de-la-greve-et-8543
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede Pïérô » 12 Sep 2017, 23:53

Succès de la manif contre la loi travail XXL ce 12 septembre 2017 à Tours

Près de 4500 manifestant-e-s se sont réuni-e-s afin de protester contre la loi travail de Macron et sa clique.

images http://www.solidaires37.org/spip.php?article1173
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 13 Sep 2017, 07:44

Rennes
. Contre la loi travail : 10 000 manifestants dans les rues de Rennes
http://www.rennes-info.org/Contre-la-loi-travail-10-000
. Contre Macron, une 1ère manif’ qui promet pour la suite
https://expansive.info/Contre-Macron-un ... -suite-587

Marseille
La jeunesse emmerde le Front Macronal : récit de la manif du 12 septembre
http://mars-infos.org/la-jeunesse-emmerde-le-front-2564

Lyon
La manif de rentréee lyonnaise nassée, matraquée et bloquée mais déterminée
https://rebellyon.info/Une-manif-lyonna ... e-et-18159

Montpellier
5 000 personnes à Montpellier contre la loi travail
http://www.lepoing.net/5000-personnes-a ... il-photos/

Paris
Le suivi de la grève et manifestation du 12 septembre !
https://paris-luttes.info/le-suivi-de-la-greve-et-8543

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 14 Sep 2017, 15:19

Bordeaux
GROSSE MANIF A BORDEAUX Ce diaparoma fabriqué avec des photos (empruntées à de multiples manifestants) en circulation d'après-manif, est évolutif :
http://solidaire33.free.fr/diaporama-lo ... 2-xxl.html

Nantes
12 septembre à Nantes : rentrée sociale et retour du cortège de tête
https://nantes.indymedia.org/articles/38504

Nimes
vidéo : https://vimeo.com/233799874


A Paris, le 12 septembre, les «fainéants» battent le pavé
La première mobilisation sous la présidence Macron contre les ordonnances réformant le code du travail a rassemblé entre 223 000 et 400 000 personnes en France. Une réussite qui n’est que le début d’une série de manifestations
... https://alencontre.org/europe/france/fr ... -pave.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede clateuf » 14 Sep 2017, 17:28

Manifestation à lyon, la solidarité plus forte que la matraque !

Mardi 12 septembre était la première journée d’action contre la loi travail 2 à l’appel de la CGT, SUD solidaire et l’UNEF, une nouvelle loi qui d’après Macron est une " avancée sociale". Ces nouvelles réformes, qui passeront au vote le 22 septembre en conseil des ministres, ne sont ni plus ni moins que des attaques de plus contre les droits des salarié-e-s du public comme du privé venant compléter la loi el Khomri.

Macron avait donné le ton quelques jours avant la journée d’action en annonçant que seuls les fainéant-e-s refusaient ce qu’il appelle des « modernisations » de la société. C’est donc entre 10 000 et 15 000 fainéant-e-s qui se sont retrouvés devant la manufacture des tabacs à Lyon pour une grosse manifestation. La CGT a réussi a énormément mobiliser, les cortèges se mettent en place, les CRS, gendarmes mobiles aussi, accompagné de leur indispensable hélicoptère de surveillance/fichage.

A coté du cortège de tête CGT, le groupe habituel sans étiquette se met en place. Le départ est donné, et comme durant les manifestations contre la loi el khomi, les sans étiquettes passent devant pour ouvrir la marche. A peine 10 mètres plus loin, les CRS et gardes mobiles foncent sur le groupe de tête et l’encerclent, sachant qu’aucunes provocations, ni autres agissements « délictueux » n’a eu lieu. La tension monte d’un coup, ça se bouscule, se pousse, quelques coup de boucliers donnent le ton de la suite. La manifestation se retrouve donc immobilisée. On apprend que cette manœuvre policière n’a pour but que d’isoler des « casseurs/casseuses » qui auraient été reconnu-e-s. Le lendemain dans la presse on nous présentera cela comme des arrestations préventives de personnes susceptibles de « menacer l’ordre public », dormez tranquille braves gens la police veille.

Le groupe nassé, après quelques minutes, décident de tenter une sortie par la force, d’autres groupes à l’extérieur voyant ça en profitent pour, de leurs côtés, essayer d'ouvrir des brèches pour libérer les camarades encerclés. Les coups de matraque et de télescopique pleuvent de tout part sur les manifestant-e-s, s’en suit un gazage en règles des premières lignes de la manifestation. Lors de ces assauts, plusieurs manifestants furent blessés, principalement à la tête. Tout le monde se regroupe et tente de revenir à la charge pour sortir nos camarades de la nasse. Une fois de plus nous sommes repoussés par les lacrymo et matraques. Les flics, à grands coup de boucliers, tonfa et autres armes contondantes décident d’emmener le groupe nassé quelques dizaines de mètre plus loin dans une petite rue à toute vitesse. La manifestation leur emboite le pas et se ... https://etincelle-noire.blogspot.fr/201 ... ail-2.html
Modifié en dernier par clateuf le 15 Sep 2017, 09:12, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
clateuf
 
Messages: 68
Enregistré le: 01 Mar 2015, 19:55

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede Pïérô » 15 Sep 2017, 06:34

Faire mouvement social

Par Théo ROUMIER

Le succès de la journée de grève du 12 septembre, ses centaines de milliers de manifestant.es, permet d’envisager la construction d’un solide mouvement social contre la loi travail 2/XXL. L’annonce, d’ors et déjà, d’une seconde date de grève le 21 septembre est un signal d’autant plus encourageant : à nous de nous en emparer !

Au-delà des questions de chiffres, les faits sont là : ce 12 septembre il y a eu des grévistes, beaucoup, et des manifestant.es, beaucoup. Des centaines de milliers. Cette journée aura été équivalente à celle du 9 mars 2016 qui lançait la lutte contre la loi travail « 1 » et son monde. La CGT a annoncé une nouvelle date de grève, le 21 septembre, à laquelle appelle bien sûr l’Union syndicale Solidaires 3 et sur laquelle vont, à n’en pas douter, converger à nouveau plusieurs Unions départementales FO (et même quelques syndicats CFDT…). Le 25 septembre, deux fédérations de routiers, CGT et FO, appellent à la grève reconductible. Ajoutons que la FSU parle d’une journée de mobilisation sur la fonction publique en octobre : une telle date n’aura de sens qu’insérée dans la contestation plus globale de la politique anti-sociale du gouvernement Macron/Medef, dont les ordonnances de la loi travail 2 sont aujourd’hui les cibles les plus visibles, même si les attaques se concentrent aussi sur le service public et les fonctionnaires (gel du point d’indice, hausse de la CSG, jour de carence, entre autres).

Nous avons donc un calendrier qui se dessine, social, appuyé sur la grève, « cessation collective et concertée du travail ». Qu’allons-nous en faire ? Il va falloir à nouveau battre le pavé, c’est certain, et mettre des centaines de milliers, puis des millions de personnes dans la rue. C’est possible, d’autant plus si, comme on l’a vu dans quelques villes, la jeunesse scolarisée, lycéenne et étudiante, entre dans la danse. Démonstrations de force, points d’appui essentiels pour mener la bataille dans l’opinion publique en termes de légitimité (rappelons que Macron n’en a guère), les mobilisations de rue – qui permettent l’engagement de toutes et tous – sont nécessaires, mais pas suffisantes.

Il faut aussi encore expliquer, convaincre, rendre lisibles les attaques contenues dans les ordonnances Macron pour que la conscience du rapport de force à leur opposer soit la plus large possible. Dans un récent billet, Christian Mahieux, syndicaliste SUD-Rail/Solidaires, rappelait que ce sont tout de mêmes des décennies de conquis sociaux qui sont promises à l’annihilation. Des outils sont disponibles pour cela (produits par Attac, Solidaires, la CGT…), même si on aurait pu espérer que soit conjointement organisée une campagne d’éducation populaire (on peut penser à ce qui avait été fait contre le projet de Traité constitutionnel européen, avec un certain succès en la matière).

... https://blogs.mediapart.fr/theo-roumier ... ent-social
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre attaques du Code du travail et loi travail

Messagede bipbip » 16 Sep 2017, 13:46

Le Top 10 des raisons de se mobiliser contre la Loi « Travail jetable »

Après avoir publié le Petit guide de résistance à la loi Travail XXL, on s’est dit qu’il fallait faire encore mieux pour expliquer les dangers des ordonnances « Travail jetable » d’Emmanuel Macron.

Voici donc 10 raisons pour donner envie au maximum de monde de se mobiliser contre la loi Travail le 21 septembre prochain :
1.63 % des français ne font pas confiance à Emmanuel Macron pour réformer le code du travail.
2.Cette loi n’est que la première d’une série de réformes toxiques qui vont nous faire très mal.
3.46 % des gains des mesures fiscales prévues par Macron vont aller aux 10 % les plus riches.
4.Les actionnaires, les PDG et les managers ont déjà bien trop de pouvoirs dans l’entreprise.
5.En plafonnant les indemnités pour licenciement abusif, on légalise la délinquance patronale.
6.Les PME n’ont pas besoin d’une nouvelle loi Travail, mais qu’on les aide à remplir leurs carnets de commandes.
7.Plusieurs mesures de cette loi vont peser particulièrement sur les femmes et accroître les inégalités professionnelles.
8.Avec le CDI de chantier, l’employé pourra être remercié sans pré-avis, le jour où l’employeur le décide.
9.Du coup, on aura encore plus de mal pour louer un appartement ou obtenir un prêt.
10.À l’avenir, seuls les médecins devraient avoir le droit de faire des ordonnances !

http://www.anti-k.org/2017/09/16/le-top ... l-jetable/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22509
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités