Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 19 Jan 2015, 00:16

À l’école ce sont les chantres de l’union nationale qui ont failli Paul Vannier, responsable national à l'éducation du Parti de gauche

Une fois de plus, l’école est sur le banc des accusés. Pour les communiants de l’union nationale, elle serait responsable, par ses défaillances, des ignobles crimes commis la semaine passée.

Oui, l’institution scolaire doit sanctionner ceux dont les comportements sont inacceptables. Oui, l’école doit forger des citoyens, futurs membres du corps républicain. Mais non, elle n’a pas faillie. Non, les élèves ne sont pas des terroristes en puissance. Non, les professeurs ne sont pas "en première ligne". Ce vocabulaire guerrier, cette militarisation des rapports élèves-enseignants, n’ont aucune place à l’école. Enseigner ça n’est pas endoctriner, marteler, asséner à toute force. Non, il n’y a jamais "trop de questionnements de la part des élèves" comme l’a déclaré la ministre de l’éducation à l’assemblée nationale. Pour être compris et appropriés les principes républicains nécessitent temps et dialogue. Une classe, dans l’école de la République, ça ne peut pas être des jeunes esprits au "garde à vous".

C’est la continuité de la politique éducative de Hollande et Sarkozy qui a échoué. La faillite c’est celle des moyens liquidés et jamais restaurés. C’est celle des principes sur lesquels les partisans de l’union nationale ont toujours transigé. Pour affirmer la laïcité à l’école c’est la loi Carle et le Concordat qu’il faut abroger. C’est le principe fonds publics à l’école publique qu’il faut réaliser. Pour restaurer l’égalité républicaine c’est la réforme des rythmes scolaires et le transfert de la carte professionnelle aux régions qu’il faut abandonner. C’est la carte scolaire qu’il faut restaurer.

Pour faire vivre la République, assez de polémiques, des actes !
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 26 Jan 2015, 02:15

Pas au nom de la France ! Ramzi Kebaili - Commission Maghreb-Machrek du Parti de Gauche

Suite au décès du roi Abdallah à l’âge de 90 ans, François Hollande a annoncé qu’il irait en Arabie Saoudite pour rendre hommage au monarque défunt. Dans un communiqué dithyrambique, celui-ci est présenté comme un homme d’Etat ayant œuvré en faveur d’une « paix juste et durable au Moyen Orient ».

Est-il besoin de rappeler que la monarchie saoudienne est une des dictatures les plus obscurantistes au monde, où règne le wahhabisme qui applique amputations, décapitations et lapidations. Par exemple, le blogueur Raef Badaoui vient d’être condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouets pour « insulte à l’islam ». Au nom d’une idéologie moyenâgeuse, les minorités religieuses sont persécutées et les femmes saoudiennes demeurent d’éternelles mineures.

De plus sur le plan diplomatique, l’Arabie Saoudite est totalement alignée sur les intérêts géopolitiques états-uniens et finance des groupes intégristes à l’étranger, notamment en Syrie. Les pétrodollars saoudiens sont ainsi accusés d’être à l’origine des mouvements terroristes Al Qaida et Daech, même si ceux-ci menacent aujourd’hui l’Arabie Saoudite. Enfin, nous n’oublions pas comment les forces saoudiennes ont écrasé le soulèvement populaire au Bahrein voisin en Mars 2011.

Le Parti de Gauche dénonce avec force l’hypocrisie du gouvernement français. Qu’ils rendent hommage à un de leur plus fidèle client en matière de vente d’armes, quoi de plus logique, mais pas au nom de la France !
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 28 Jan 2015, 01:28

Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 07 Fév 2015, 00:55

Rassemblement au Palais Royal ce jeudi soir 18h30 Paris Place du Palais Royal Mathilde Larrère et Paul Vannier, co-secrétaires du PG Paris

Rassemblement en soutien au peuple Grec après le coup de force de la BCE

En décidant de procéder à une coupure de liquidité, la BCE prend le risque d’une déflagration dans la zone euro. Elle exige en réalité du gouvernement Tsipras qu’il respecte le mémorandum qu’il vient de dénoncer. La BCE foule ainsi du pied la souveraineté du peuple Grec.

Le moratoire de la dette grecque est l’unique solution immédiate.

Le Parti de Gauche prendra part au rassemblement prévu ce jeudi soir à 18h30 place du Palais Royal.
Éric Coquerel, Guillaume Etievant, Philippe Juraver et Danielle Simonnet seront présents.

Solidarité avec le peuple grec !
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 08 Fév 2015, 21:00

Hollande doit soutenir la Grèce Eric Coquerel Secrétaire national à la coordination politique du Parti de Gauche

En décidant de procéder à une coupure de liquidité, la BCE prend le risque d’une déflagration dans la zone euro.
Elle exige en réalité du gouvernement Tsipras qu’il respecte le mémorandum qu’il vient de dénoncer.
La BCE foule ainsi du pied la souveraineté du peuple Grec.

François Hollande doit maintenant choisir : se soumettre une fois encore comme lors de sa signature du TSCG ou soutenir le gouvernement Grec.
Nous attendons de lui qu’il dénonce ce coup de force de la BCE lors de sa conférence de presse.

Le moratoire de la dette grecque est l’unique solution immédiate. Elle devra être suivie d’une conférence européenne sur les dettes souveraines.

Le Parti de Gauche va dans les heures à venir faire des propositions de mobilisations unitaires urgentes de soutien au peuple Grec et contre la décision de la BCE
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 12 Fév 2015, 03:04

Solidarité avec la Grèce – Troïka basta !

L’Eurogroupe intime l’ordre au gouvernement Tsipras de proposer un plan de "redressement" le 11 février, veille du sommet européen. Il lui demande donc de renier le mandat que lui a confié le peuple grec et ainsi de contredire le suffrage universel. Dimanche soir, lors de son discours de politique général, Alexis Tsipras a répondu qu’au contraire il appliquerait son programme : "nous ne négocierons pas la souveraineté populaire, nous ne négocierons pas le mandat populaire".

L’Eurogroup ne peut parler au nom des peuples d’Europe. Il ne parle pas en notre nom.

Plus que jamais nous affirmons notre solidarité avec la Grèce. Troïka Basta !

Le PG appelle au rassemblement unitaire mercredi 11 février 18h30 Place du Palais Royal à Paris. Il appelle à multiplier le même type d’initiatives dans toutes les villes de France avant de manifester ce week-end.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 15 Fév 2015, 22:41

Soutien aux militants de Bizi Mathieu Agostini (responsable Campagne climat), Francois Longérinas (secrétaire national) et Corinne Morel Darleux (coordinatrice des Assises pour l’écosocialisme)

Hier jeudi 12 février, des militants de l’organisation altermondialiste Bizi! se sont introduits dans une agence de la Banque HSBC et ont saisi quelques fauteuils. Leur intention ? Dénoncer la fraude fiscale de la banque qui s’élèverait à 180 milliards d’euros d’après une enquête du journal « Le Monde ». Les militants ont donc symboliquement organisé une "saisie populaire" des biens de la banque. Les militants de l’organisation ont raison de rappeler qu’une loi de transition énergétique d’envergure couterait de l’ordre de 30 à 40 milliards d’euros.

En conséquence, 8 fauteuils saisis suffisent à être inquiété pour vol en réunion. Le Parti de Gauche rappel, en solidarité avec les militants de Bizi!, qu’avec 180 milliards d’euros de détournement fiscal, la banque HSBC et ses dirigeants eux, ne sont pour l’instant pas inquiétés.

Nous affirmons notre soutien plein et entier à nos camarades de Bizi!
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 27 Fév 2015, 23:05

Non à une nouvelle guerre coloniale en Libye Commission défense du Parti de Gauch

Les annonces (puis rétractations) de Matteo Renzi et de la ministre de la Défense d’Italie, Roberta Pinotti, affirmant que l’Italie pourrait mener en Libye une coalition militaire dans le cadre de l’ONU pour y détruire “les foyers djihadistes”, s’apparentent à des ballons d’essai de l’OTAN pour tester les opinions européennes sur la pertinence d’une nouvelle guerre otanienne contre le terrorisme.

Le Parti de Gauche s’oppose fermement à tout aventurisme néocolonial en Libye qui pourrait germer au quartier général de l’OTAN.

Toute action militaire en Libye après la désastreuse guerre de 2011 ne conduirait qu’à plus de chaos, plus de haine et au développement de plus de foyers terroristes.
La Libye est un pays à structure ethnique complexe et dont la superficie est trois fois plus importante que celle de la France. Mener une guerre dans ces conditions implique non pas “quelques milliers d’hommes”, mais des dizaines de milliers d’hommes sur le terrain pendant des années, une guerre dure contre les populations et une administration néocoloniale de substitution à des structures étatiques complètement désintégrées lors de la guerre de 2011. Une guerre de cette ampleur signifiera rapidement la prise du contrôle des opérations par l’OTAN, comme ce fut le cas en 2011 lorsque la France était soi-disant “aux commandes”.

Le Parti de Gauche rappelle son opposition à la guerre de 2011. Celle-ci, conduite au prix du détournement d’une résolution de l’ONU, avait pour but officiel de protéger les populations civiles, de restaurer la paix, d’installer la démocratie et d’apporter la prospérité.
Qu’en est-il aujourd’hui ? Un chaos sans fond, qui n’a d’égal que le silence assourdissant des va-t-en-guerre d’alors, en particulier celui du pseudo philosophe affairiste, Bernard Henry-Levy. La Libye est un pays à la dérive qui connaît une mortalité en hausse, un territoire devenu le sanctuaire pour les terroristes. Cette guerre fut également l’occasion du premier accroc dans les relations avec la Russie, causé par le détournement de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU de ses buts initiaux.

Une nouvelle guerre de Libye serait le énième exemple de l’inanité de la doctrine étasunienne de “guerre contre le terrorisme”. Depuis que cette doctrine est appliquée et suivie par nos dirigeants atlantistes, François Hollande et Nicolas Sarkozy en tête, elle n’a conduit qu’à la multiplication des foyers terroristes dans les pays concernés, à la radicalisation terroriste dans les pays européens et ne sert qu’à justifier plus de guerres et plus de crédits pour les industriels d’armement.

Comme en 2011, le Parti de Gauche s’oppose à toute nouvelle guerre en Libye dans laquelle la France serait nécessairement entraînée par le biais des accords qui lient les membres du traité de l’OTAN aux dépens de sa sécurité et des intérêts du peuple.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 08 Mar 2015, 00:37

Toulouse : Pour le maintien de la Bourse du Travail Philippe Juraver, secrétaire national du Parti de Gauche aux Entreprises et Luttes Sociales

Le secteur Entreprises et Lutte Sociales du Parti de Gauche, représenté par son secrétaire national Philippe Juraver, a eu récemment le privilège de tenir à la bourse du travail une rencontre avec les secrétaires départementaux Cédric Caubert et Jean-François Tortajada, ainsi que Daniel Sanchez, secrétaire confédéral CGT.

Or nous apprenons que le mairie de droite toulousaine enjoint la CGT à quitter les locaux de la Bourse du Travail d’ici le 30 juin. Ce bâtiment, classé monument historique, dont la façade célèbre les conquêtes ouvrières, a toujours hébergé les organisations syndicales.

C’est toujours la même rengaine : pas les sous pour entretenir rétorque-t-on aux syndicats.

Le Parti de Gauche refuse cette logique d’austérité qui frappe ici le droit syndical. Nous apportons notre soutien à ces femmes et ces hommes, qui au quotidien organisent dans ces lieux dédiés au peuple des chaines de solidarité et de fraternité pour que le vivre ensemble devienne une réalité.

Le secteur Entreprises et Lutte Sociales du Parti de Gauche, représenté par son secrétaire national Philippe Juraver, a eu le privilège de tenir très récemment en ce lieu chargé d’histoire une rencontre avec les secrétaires départementaux Cédric Caubert et Jean-François Tortajada, ainsi que Daniel Sanchez, secrétaire confédéral CGT.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 08 Mar 2015, 20:04

A Sivens, la démocratie doit avoir le dernier mot Bernard Cottaz-Cordier, François Longérinas, secrétaire national et Corinne Morel Darleux, coordinatrice des Assises pour l’écosocialisme

Le Parti de Gauche dénonce la stratégie de la tension installée par la FNSEA autour de la zone de Sivens. Le syndicat agricole par ces actions s’éloigne de sa vocation et prend ainsi le risque de provoquer des incidents graves et un nouveau drame. Les élu-e-s locaux et nationaux, qui par leurs déclarations échauffent les esprits à des fins électoralistes, se conduisent d’une manière irresponsable.

La Ministre de l’Ecologie s’est engagée à ce que l’Etat indemnise le département pour les dépenses engagées dans le cadre du projet initial. Il n’est que temps maintenant pour le Conseil général du Tarn qui se réunit vendredi 6 mars d’acter l’abandon définitif du projet. A deux semaines de la fin de son mandat il n’a pas de légitimité pour engager le département sur la forme du futur projet. Tout autre décision serait un déni de démocratie.

Le Parti de Gauche en appelle à la responsabilité de chacun pour que l’avenir de ce territoire soit étudié par la nouvelle Assemblée départementale en mettant en oeuvre des outils démocratiques qui associent réellement les citoyens à la définition d’un nouveau projet qui réponde à l’intérêt général.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 10 Mar 2015, 00:01

A cause de Hollande et Valls, le chômage dépasse les 10% Guillaume Etievant, Secrétaire National à l’économie et au travail du Parti de Gauche

Au quatrième trimestre 2014, le taux de chômage a atteint 10,4% en France. Au total, 1 Français sur 5 en âge de travailler est inscrit à pôle emploi. Cette tragédie est la conséquence directe de la politique du gouvernement, qui ne peut plus se réfugier derrière la conjoncture : dans le même temps, dans la zone euro, le chômage continue à reculer et vient d’atteindre son plus bas niveau depuis avril 2012.

La dérèglementation du travail imposée par le gouvernement et qui va se poursuivre avec la Loi Macron et la future loi Valls sur le travail détruit massivement des emplois tandis que les cadeaux fiscaux aux entreprises sont engloutis en dividendes. L’INSEE estime par exemple que seulement 40 000 emplois seront créés en 2015 grâce au CICE pour un coût global pour l’État de 20 milliards d’euros sur l’année, soit 500 000 euros par emploi créé.

Il est urgent d’arrêter ce désastre. Le Parti de Gauche soutient l’appel des syndicats CGT FO, Solidaires, FSU à la journée de grève interprofessionnelle du 9 avril prochain et mettra tout en œuvre pour que la mobilisation soit la plus massive possible pour exiger le retrait de la loi Macron et du pacte de responsabilité.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Nico37 » 15 Mar 2015, 23:47

Le 21 mars, ensemble contre tous les racismes ! Martine Billard, Le Parti de Gauche

Le 21 mars prochain, journée internationale de l’ONU contre le racisme, nous serons aux côtés de celles et ceux qui refusent le racisme et les idées d’extrême droite, après les attentats de Charlie Hebdo, la tuerie antisémite à l’épicerie Casher, l’assassinat des policiers, et la déferlante d’actes anti-musulmans qui a suivi. Plus que jamais le combat anti-raciste doit être mené sans relâche, les agressions contre les lieux de culte quelqu’ils soient doivent être dénoncés tout comme celles contre des personnes en raison de leur religion.

A cela nous opposons notre volonté de vivre ensemble et notre exigence d’égalité des droits et de justice sociale.

Dans un contexte particulièrement nauséabond alimenté par les discours de l’extrême droite, relayés par les médias, les prises de parole haineuses de certains politiques se succèdent, Sarkozy en tête expliquant que dans la République il ne devrait pas y avoir de femmes voilées, le président du Crif imputant toutes les violences antisémites aux jeunes musulmans. La seule réponse que nous devons apporter est celle du vivre ensemble dans une République qui ne met personne de côté, une République égalitaire pour tous, libre face à la finance, une République laïque qui veille à la neutralité de l’Etat sans stigmatiser aucune religion afin d’assurer la cohésion sociale.

Jamais nous n’accepterons de nous laisser mener sur le terrain du "choc des civilisations", qui monte les citoyens les uns contre les autres en fonction de leur origine, leur religion ou leur culture. Nous combattrons tous ces discours qui, rappelant sans cesse les étrangers ou leurs descendants à leurs « communautés », à leurs religions, ont aussi pour effet de vider le débat sur l’immigration de son contenu social. Les discriminations raciales s’ajoutent aux inégalités sociales pour les renforcer. Nous les combattons dans un même mouvements, indissociables qu’elles sont.

Face aux discriminations, aux délits de faciès, aux politiques d’austérité qui divisent le Peuple (et c’est bien cela que les discours dominants cherchent à masquer en faisant croire que la fracture serait culturelle et non pas sociale), face au capitalisme qui entretient le racisme, la réponse doit être l’unité la plus large pour combattre toutes les formes de racisme.

Dans toute l’Europe des manifestations auront lieu : Athènes, Barcelone, Berlin, Vienne, Amsterdam, et Londres…

Le Parti de Gauche appelle à faire de ce 21 mars une riposte d’ampleur et déterminée contre le fléau du racisme et de la xénophobie en France et en Europe.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede bipbip » 22 Juin 2015, 02:24

Mort de François Delapierre, bras droit de Mélenchon

Atteint d’une tumeur au cerveau, François Delapierre, secrétaire national du Parti de gauche (PG), est mort, samedi 20 juin, à l’âge de 44 ans. Bras droit de Jean-Luc Mélenchon, dont il devait prendre la succession, il s’était mis en retrait depuis plusieurs mois. « Le Parti de gauche perd une partie de lui-même, a écrit sur son blog l’une de ses proches, Raquel Garrido. Doté d’une capacité d’anticipation hors du commun, fin observateur des dynamiques politiques à l’œuvre dans le monde entier, François avait imaginé puis organisé le lancement du Parti de gauche. »

... http://www.lemonde.fr/disparitions/arti ... S1vMQb8.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25292
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Pïérô » 29 Juil 2015, 01:22

En vue de son quatrième congrès : le Parti de gauche en quête de direction

Cet article est paru sur le site de Regards, ce qui a valu une violente attaque de la part de Jean-Luc Mélenchon qualifiant la revue de « source concurrente [?] et systématiquement hostile » – ce qui a conduit la rédaction à la publication d’une mise au point [1] face à une « tentative d’intimidation ». L’auteur de l’article si virulemment incriminé se contente pourtant de relever des questions que tout le monde se pose quant au Parti de Gauche...

À quelques semaines de son congrès, le Parti de gauche est traversé d’interrogations, sinon de divisions. Et cherche une synthèse, pour son projet politique, que Jean-Luc Mélenchon sera probablement amené à définir.

Le quatrième congrès du Parti de gauche se tiendra au mois de juillet, mais, d’ores et déjà, les militants ont voté au sein de leur comité pour l’un des deux textes en présence. Sans présager des travaux du congrès national, l’expression des adhérents est déjà riche d’enseignement sur la situation du parti et les débats qui le traversent.

Des rangs clairsemés

Le chiffre est inquiétant et traduit une évidente crise militante : pour ce quatrième congrès, moins de 1 700 militants se sont exprimés. Une telle participation interroge sur les effectifs du Parti de gauche au printemps 2015. Officiellement, le nombre d’adhérents s’élevait à 12.118 au congrès de Bordeaux de mars 2013 et à « plus de 10.000 » selon le secrétaire national Éric Coquerel au mois de décembre 2014. Un peu gêné aux entournures, un cadre régional évoque un taux de participation de 20%, manière de maintenir la fiction des 10.000 cartes. Un taux de participation de 40%, comparable à celui de l’ensemble des Français à des élections européennes, serait déjà presque étonnant s’agissant de militants politiques [2].

La situation est difficile pour les organisations de gauche. La violence de la crise n’a pas produit à cette étape de mobilisations populaires et c’est, au contraire, l’atonie qui demeure. Qu’un jeune parti comme le PG, avec peu de positions institutionnelles, en subisse le contrecoup est inscrit dans la logique de la situation politique et sociale. Pourtant, cette seule explication externe ne peut suffire à définir l’état de cette organisation. La sous-estimation récurrente des difficultés de la situation politique a grandement désarmé le parti. S’il faut éviter de jouer les Cassandre qui, à force de chanter « Noir, c’est noir », finissent par rester les deux pieds dans le même sabot, annoncer tous les matins l’Eden socialiste finit par se fracasser sur la réalité des rapports de force politiques.

La confusion entre de légitimes espoirs et l’analyse lucide a fini par nourrir de cruelles désillusions. En avril 2013, Jean-Luc Mélenchon déclarait encore : « Les élections européennes de 2014 devraient nous permettre de faire la démonstration que le Front de gauche peut être devant le Parti socialiste ». Et que dire des analyses du PG minimisant les progrès du FN aux municipales de mars 2014 ? Tout cela a conduit à des démissions ou au retrait progressif de militants qui, sans nécessairement rompre avec fracas, prennent du recul et réorganisent leurs priorités.

Un très mauvais score de la direction

Si, incontestablement, le Parti de gauche est affaibli, ce n’est pas le seul enseignement du vote des comités. Lors du Conseil national des 4 et 5 avril, plusieurs textes préparatoires au congrès étaient en discussion. Outre une majorité du Bureau national regroupée derrière un document intitulé « La vie est à nous », existait aussi « Plus belle la vie » signé notamment par Martine Billard ou un texte « Pour le peuple ! » emmené par Guillaume Etiévant, secrétaire national à l’économie.

Au terme d’une nuit blanche de la commission des plates-formes, une synthèse réunissait derrière un même document intitulé « Tout est possible » la quasi totalité de l’actuelle direction du PG, d’Alexis Corbière à Martine Billard en passant par Éric Coquerel. De son côté, l’autre plate-forme pour le congrès issue notamment de « Ecosocialisme, Souveraineté et République » se regroupait derrière l’appellation « Courage et clarté politique ». Ce dernier texte s’affirme sur des positions qui sont peu ou prou celles de Jacques Sapir ou Frédéric Lordon sur les questions européennes, c’est-à-dire autour d’une sortie de la zone euro voire de l’Union européenne. À cela s’ajoute une approche de la Nation très proche d’un courant comme le M’Pep par exemple et une vision du combat politique qui s’affranchit de toute forme de médiation politique : on s’adresse au peuple urbi et orbi, en ligne directe.

Au terme des votes au sein des comités, l’instance de base du PG, les résultats donnent 55% pour l’ensemble de la direction et 45% pour l’autre document soumis au vote. C’est, de fait, un net désaveu qui ouvre pour le moins une période de tension au sein de la direction.

Interrogation au sein de la direction

Une direction politique est rarement un tout homogène (c’est en général assez mauvais signe), mais plutôt un bloc de direction uni sur un projet, mais qui garde en son sein des divergences non tranchées. Le Parti de gauche n’échappe pas à cette situation, et la dernière période a montré des hésitations sur la ligne politique à suivre.

À la fin de l’été, avec le lancement du M6R (Mouvement pour la sixième République), l’époque était clairement à la mise entre parenthèse du Front de gauche, voire du PG lui-même. Par un mouvement populaire s’affranchissant de la sclérose des organisations politiques existantes, par des alliances par le bas, des initiatives citoyennes, il s’agissait de créer la mobilisation de masse dont ce pays a besoin. Les mauvaises langues ont alors susurré qu’initier un mouvement de base par le haut relevait peut-être de l’oxymore politique. Surtout, la réalité politique française est venue rappeler qu’il n’était pas si simple de « pousser les murs » et qu’il n’y avait pas de raccourci possible.

Sans présager d’un éventuel rebond, force est de constater que la réalité et l’activité du M6R est bien modeste. Cette situation a redonné plus d’espace au sein de la direction à celles et ceux qui n’entendent pas injurier l’avenir : ni sur le Front de gauche, ni sur les Chantiers d’espoir.

Au milieu du gué

À cette étape, bien des questions méritent d’être éclaircies. Quelle est par exemple la cohérence de la plate-forme minoritaire ? Au-delà du fond des thèses politiques avancées, n’a-t-elle pas bénéficié d’une certaine réaction de la base du PG souhaitant sanctionner une direction sortante dont elle estime le bilan plus que mitigé ? C’est en tout cas une des explications avancées par des membres du Bureau national. Si tel est le cas, alors il est difficile de prévoir le comportement des délégués lors du congrès national, et l’actuelle direction peut parvenir à élargir sa majorité.

Mais une autre hypothèse est possible : celle de l’implosion du bloc de direction. Forte de ses 45%, la plate-forme « Courage et clarté politique » est en mesure d’obtenir des évolutions substantielles des positions du Parti de Gauche et de modifier le centre de gravité de cette organisation. Au point de faire exploser les équilibres au sein de l’actuelle direction ? C’est toute la question.

Dans ces conditions, plus que jamais, le positionnement de Jean-Luc Mélenchon sera déterminant. Si le Parti de gauche n’est pas que son parti, rien ne peut se faire sans lui. La légitimité de son autorité au sein du PG ne fait aucun doute. Reste à savoir au service de quelle orientation...

Guillaume Liégard


Notes

[1] http://www.regards.fr/politique/article ... le-blog-de

[2] À titre de comparaison, lors de son congrès de janvier 2014, le NPA a annoncé 1.500 votants pour un effectif global autour de 2.000 militants. Le taux de participation élevé – 75% – s’expliquant il est vrai par la multiplicité des positions en présence (pas moins de cinq)

* « Le Parti de gauche en quête de direction » :
http://www.regards.fr/web/article/le-pa ... n-quete-de

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35526
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20842
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Parti de Gauche - Front de gauche (2014...)

Messagede Banshee » 05 Sep 2015, 19:34

Le Grand Soir présent au « Remue-méninges » du Parti de Gauche toulousain

C’est Maxime Vivas qui s’en vante lui-même sur le site du Grand Soir : « Le dimanche 30 août 2015 de 9 h à 10h15, un des ateliers du Remue-méninges du Parti de gauche réunissait à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, devant un public nombreux, Danielle Simonnet, responsable nationale du PG et ex-candidate à la mairie de Paris, Sara Serrano, représentante de la Tuerka (télé de Podemos) Frédéric Lemaire d’Acrimed et d’Attac et moi-même pour Le Grand Soir. » Rappelons que Danielle Simonnet s’est illustrée dernièrement en accordant une interview à RT (Russia Today). Quant à Acrimed, qui participera le 11 septembre prochain à Lyon à un débat sur les médias et l’extrême droite organisé par le collectif Vigilance 69 contre l’extrême-droite, elle compte toujours parmi ses militants Laurent Dauré, cadre de l’UPR. Le Grand Soir sera aussi encore présent cette année à la Fête de L’Humanité, pour participer à des débats sur Cuba et le Venezuela.

Image


http://confusionnisme.info/wp-content/u ... lgs_pg.jpg
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

PrécédenteSuivante

Retourner vers Organisations, partis, mouvements politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité