Alternative libertaire

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 27 Mai 2018, 16:44

Tract d'Alternative Libertaire

Dégager Macron ? Et après  ?

« Sortie de l’euro », « VIe république », « revenu universel »... autant de hochets plus ou moins tapageurs. Tant qu’on n’aura pas remis en cause radicalement la propriété capitaliste des moyens de production et d’échange, on n’avancera pas d’un iota. Une bonne solution  ? Socialisation, autogestion.

Évidemment, si une vague de révolte sociale faisait vaciller le gouvernement, et chassait Macron de l’Élysée, on ne pourrait qu’applaudir, car ce serait l’indice de la puissance du mouvement social.

Mais en vrai, entre nous, on s’en fiche de «  dégager Macron  ».

Macron n’est rien. «  Jupiter  » n’est qu’un mythe. Sa politique n’a rien de nouveau, ni de «  disruptif  ». Elle ne fait que s’inscrire dans la trajectoire de ses prédécesseurs Hollande, Sarkozy, Chirac ou Mitterrand.

Parce que la politique de l’État, dans un cadre capitaliste, c’est toujours la politique du capitalisme. Remplacer l’ultralibéral Macron par un politicien keynésien ou souverainiste, là n’est pas la question.

La question que personne n’ose poser

La question centrale, fondamentale, c’est celle de la propriété capitaliste des moyens de production et d’échange. La question centrale, fondamentale, c’est  : qui possède ? Donc qui décide de notre futur ? Qui façonne l’économie et la société pour son profit ?

Tant qu’on n’aura pas remis en cause radicalement la propriété capitaliste des moyens de production et d’échange, on n’avancera pas d’un iota.

Chaque politicien a sa solution clef en main pour soit-disant changer la vie : ici ça va être la sortie de l’euro ou la fermeture des frontières, là une Constituante tirée au sort, la VIe république, le revenu universel, la nationalisation des banques, et bien d’autres hochets plus ou moins tapageurs.

A chaque fois, posons-nous la question  : ce politicien met-il en cause la propriété capitaliste  ? Veut-il que l’économie soit socialisée ou qu’elle reste sous le contrôle d’une minorité privilégiée  ? Ou bien garde-t-il un silence embarrassé à ce sujet  ?

Alternative libertaire le dit clairement  : il n’y aura pas de solution à la désagrégation sociale et à la catastrophe écologique sans l’expropriation des possédants, la socialisation de l’économie, son autogestion par les premières et les premiers concernés, sa mise au service de la population.

Ce n’est qu’en socialisant les entreprises et l’économie en général que nous pourrons relocaliser l’industrie, produire ce qui est socialement utile et écologiquement viable. Ce n’est qu’en confiant la gestion de la production aux premières et au premiers concernés que l’on pourra transformer le travail, le désaliéner, remettre en cause la séparation entre travail manuel et intellectuel, réduire drastiquement le temps de travail.

Pour l’autonomie du mouvement social

Cette autogestion socialiste est au cœur du projet communiste libertaire que nous portons.

Les classes populaires peuvent redevenir actrices et décideuses. Il y a urgence à renforcer les mouvements sociaux, les grèves, le syndicalisme, les associations de lutte… Aujourd’hui, les mouvements sociaux sont à la recherche d’un nouveau souffle. Ils le trouveront s’ils savent se réinventer. Car la lutte des classes, elle, ne s’arrête jamais.

Mais, pour reconstruire les mouvements sociaux, il faut aussi ne pas reproduire les erreurs du passé, et ne pas placer de vains espoirs dans une alternance politicienne à la tête de l’État. En 1981 comme en 1997, cela s’est toujours traduit par un affaiblissement du mouvement social et la trahison des promesses électorales…

L’autonomie du mouvement social, c’est la condition de sa capacité politique. C’est la condition pour que, demain, il représente une force véritable, sans laquelle il n’y aura pas d’alternative au capitalisme.



Trac PDF : http://alternativelibertaire.org/IMG/pd ... ulaire.pdf

http://alternativelibertaire.org/?Degag ... n-Et-apres
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 20 Juin 2018, 17:16

Tract AL

Dans la rue contre les réacs et pour de nouveaux droits !

Les marches des fiertés, organisées au cours des mois de mai et juin dans de nombreuses villes, sont autant d’occasions festives et politiques pour établir des bilans sur l’état des oppressions vécues par les personnes LGBT (Lesbiennes, Gay, Bi, Trans) et pour porter des revendications et faire bouger les rapports de force. Alternative libertaire est solidaire de ces combats pour plus d’égalité et de justice sociale.

Hausse des déclarations d’actes homophobes

Les personnes LGBT subissent en France des discriminations matérielles : difficultés pour obtenir un emploi ou un logement, exclusion de certains cercles sociaux, violences. L’association SOS Homophobiepublie chaque année un rapport sur les actes homophobes déclarés en France. En 2017, et pour la deuxième année consécutive, les chiffres sont en hausse ! Preuve que l’homophobie ne recule pas dans notre pays.

Les migrant-es LGBT en danger

74 pays dans le monde pénalisent l’homosexualité et/ou la transidentité. Dans certains pays, c’est même puni de la peine de mort. Les migrant-es issu-es de ces pays qui arrivent en France et ont besoin d’acquérir le statut de réfugié-es sont malmené-es par l’administration française. Les récits des persécutions vécues sont extrêmement douloureux, mais toujours mis en doute par les autorités. Ca a été le cas pour notre camarade guinéen Moussa. Il a quitté son pays après avoir vu son compagnon être brûlé vif. Pourtant, les autorités françaises ont voulu le renvoyer ! Ce n’est que grâce à la mobilisation de militant-es que Moussa a pu rester pour le moment, mais il s’apprête à présent à être jugé. Il est insupportable que les migrant-es LGBT, qui subissent comme les autres migrant-es brimades et violences en France, ne puissent pas être accueilli-es. Les renvoyer, c’est leur promettre la mort. Il faut les accueillir toutes et tous, comme les autres personnes migrantes.

L’homophobie instrumentalisée par les racistes

Evidemment, comme cette homophobie n’est plus invisible, le gouvernement et les réactionnaires doivent faire porter le chapeau à d’autres qu’eux. L’année où les actes homophobes ont été les plus élevés est 2013, quand la Manif pour Tous était à son apogée. Et pourtant, ceux qui sont montrés du doigt, ce sont… les migrants ! Ludovic Pajot, député FN, s’est fendu d’un communiqué en ce sens intitulé « L’immigration massive est responsable de l’homophobie massive ». C’est évidemment une gigantesque mascarade qui sert à la fois à ne pas prendre en compte l’homophobie française et à accuser les migrant-es.Ce discours raciste doit être combattu.

PMA pour toutes

Pour résister aux attaques réactionnaires, il ne s’agit pas seulement de se défendre, il faut porter des revendications offensives. L’ouverture du droit à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour toutes est un enjeu majeur. Aujourd’hui, la PMA ne peut être réalisée en France que pour un couple hétérosexuel. L’ouvrir aux couples lesbiens et aux femmes seules, c’est accepter que l’on peut fonder une famille sans la participation d’un homme. Evidemment, les conservateurs seront vent debout contre cette mesure qui fait partie du programme de Macron. La lutte sera acharnée, et il ne faut pas beaucoup attendre de ce gouvernement qui veut ménager les réacs !

La lutte, pour la PMA et pour les droits des personnes LGBT, se fera dans la rue. Il faut être à l’offensive !


Tract PDF : http://www.alternativelibertaire.org/IM ... iertes.pdf

http://www.alternativelibertaire.org/?D ... aux-droits
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede abel chemoul » 20 Juin 2018, 22:38

Pour résister aux attaques réactionnaires, il ne s’agit pas seulement de se défendre, il faut porter des revendications offensives. L’ouverture du droit à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour toutes est un enjeu majeur. Aujourd’hui, la PMA ne peut être réalisée en France que pour un couple hétérosexuel. L’ouvrir aux couples lesbiens et aux femmes seules, c’est accepter que l’on peut fonder une famille sans la participation d’un homme


et la GPA? la refuser c'est refuser qu'on puisse fonder une famille sans la participation d'une femme.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Alternative libertaire

Messagede clateuf » 21 Juin 2018, 20:00

abel chemoul a écrit:
Pour résister aux attaques réactionnaires, il ne s’agit pas seulement de se défendre, il faut porter des revendications offensives. L’ouverture du droit à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour toutes est un enjeu majeur. Aujourd’hui, la PMA ne peut être réalisée en France que pour un couple hétérosexuel. L’ouvrir aux couples lesbiens et aux femmes seules, c’est accepter que l’on peut fonder une famille sans la participation d’un homme


et la GPA? la refuser c'est refuser qu'on puisse fonder une famille sans la participation d'une femme.


Tout à fait, et c'est ce qu'explique très bien Kajsa Ekis Ekman. Seulement les conséquences sont beaucoup plus grave dans le cas de la GPA puisqu'il s'agit de louer une femme dans le but d'acheter un enfant. C'est le pire niveau d'exploitation et de marchandisation humaine. La GPA devrait être considérée et traitée comme un crime contre l'Humanité et les individus qui y ont recours devraient être condamnés et sanctionnés à ce titre.
Avec la fécondation in vitro employée dans un but reproductif et l'engouement dépourvu du moindre esprit critique que bon nombre d'organisations "progressistes" manifestent pour "le droit à l'enfant" et l'aspiration à fonder des familles, nous sombrons dans une profonde régression.
Le droit d'être reconnu-e-s en tant que parent-e-s pour les lesbiennes et les gays qui éduquent des enfants, est un droit tout à fait légitime. Malheureusement il est instrumentalisé par la nouvelle forme que prend la propagande nataliste, pur produit du système patriarcal au conséquences désastreuses.
D'ailleurs, en réalité, la PMA n'a rien de féministe : viewtopic.php?f=70&t=6977&start=120#p283234
Avatar de l’utilisateur-trice
clateuf
 
Messages: 124
Enregistré le: 01 Mar 2015, 19:55

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 22:34

Droit à l’avortement, solidarité avec les femmes d’Argentine et du monde entier

Aujourd’hui est jour de défaite pour les femmes argentines et toutes les femmes du monde. Le Sénat local a voté contre la loi autorisant l’avortement. Le poids des réactionnaires de tous poils et de l’église catholique a écrasé le droit à la justice et à la liberté. De quel droit les hommes ont-ils un avis sur qui concerne le ventre des femmes ? De quel droit les religions enferment-elles les femmes dans la violence des avortements clandestins ?

Le slogan des opposant-es était « Sauvons les deux vies ». Nous savons tous-tes que la vie des femmes ne compte pas pour eux et que ce slogan n’est qu’hypocrisie. Les avortements clandestins tuent.

Alternative libertaire partage la douleur et affirme son entière solidarité avec les femmes argentines et toutes les femmes du monde privées du droit d’avorter en sécurité par la dégueulasserie des hommes au pouvoir et des religions.

Le combat continue, partout, tout le temps.

Alternative libertaire, le 9 août 2018


http://alternativelibertaire.org/?Droit ... nde-entier
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede Pïérô » 17 Aoû 2018, 10:54

Un petit compte rendu des rencontres d'été d'AL

Tous les ans, Alternative libertaire organise une semaine de rencontre, d'échanges, de débats, de formations mais aussi de détente pendant la période estivale. C'est l'occasion, pour toutes les militantes et tous les militants, de se retrouver avec des sympathisantes et sympathisants dans un cadre différent, de mettre des noms sur des visages, de mettre en commun des expériences, d'approfondir des connaissances et de partager des moments de convivialité.

Avec l’augmentation des participant-es, environ 150 personnes, nous étions cette année en phase de transition dans un nouveau lieu, à Bécours, toujours dans l’Aveyron, plus grand et plus adapté, et tout aussi agréable. Nous nous sommes attachés-es aussi en projection logistique pour satisfaire une augmentation des participants-es à venir encore l’année prochaine tout en restant dans une dimension semi-ouverte.

Nos rapports, discussions, rencontres, partages, avec nos accueillant-es éclaireurs-euses ont été très chaleureux et augurent d’une collaboration s’inscrivant dans le temps et le futur.

Une vingtaine de camarade de la CGA présent-es se sont complètement inscrit-es dans cette dynamique, et tout le monde s’accorde pour dire que ce fut un moment fort de la construction collective enclenchée cette année et confortée lors de ces rencontres d’été.

A l’international Il y avait un camarade de la FAU Uruguay, et deux camarades de la CGT-E. Nos camarades de Belgique rentrent aussi dans cette dimension, puisque CAL Bruxelles mais aussi en participation de construction d’un mouvement libertaire en Belgique qui repose le cadre organisationnel à la fois là bas, mais aussi ici.

Des militant-es locaux passaient, ainsi que des personnes à remercier au passage comme Pierre Stambul pour une présentation de la situation en Palestine, et l’action internationale “des bateaux pour Gaza”, Daniel Guerrier pour nous parler de la Kanaky, Ludivine Bantigny pour une soirée spéciale sur Mai-68.

Il y a eu un programme très dense et des débats sur la question sociale, le syndicalisme et les perspectives en implications dans les luttes, le féminisme en dimension stratégique et en dimension internationale sur la question du 8 mars, en réunions non mixtes, la solidarité internationale (Palestine et Chiapas) , l’écologie la question des ZADs et une rencontre avec une lutte locale à Saint Victor contre le transfo, le mouvement anarchiste en Amérique centrale, l’anticapitalisme, l’espécifisme-espécifismo et le lien entre organisation anarchiste et communiste-libertaire et les mouvements sociaux...

Ces rencontres d’été 2018 sont réussies dans un cadre de changement d’échelle en défi relevé, et une dynamique renouvelée et renforcée pour la préparation dès la rentrée des rencontres d’été 2019.

:)


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 17 Sep 2018, 23:51

Tract AL diffusé le 8 septembre à l'occasion de la marche climat

Image

https://www.facebook.com/AlternativeLib ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 03 Oct 2018, 14:15

Paris : apéro-débat « Militer et s’organiser aujourd’hui »

Alternative Libertaire Paris Nord-Est vous invite le mercredi 3 octobre pour un apéro-débat afin d’échanger sur nos craintes, nos colères, nos espoirs, nos convictions et nos pratiques. Au Lieu Dit (6 rue Sorbier, Paris 20è, métro Ménilmontant) à partir de 19h30.

Image

Le 8 septembre dernier, 150 000 manifestantes et manifestants sont descendues dans la rue contre le réchauffement climatique. À l’automne 2017, le mouvement #MeToo a mobilisé de très nombreuses femmes contre les violences sexuelles. Au printemps 2016, pendant la mobilisation contre la Loi Travail, des milliers de personnes se sont retrouvées pour participer à Nuit Debout.

Ces mouvements se ressemblent parce qu’ils ont permis à plein de gens de s’exprimer, de dire « non » et de passer à l’action en dehors des partis, des associations et des syndicats... mais ces mouvements se ressemblent aussi parce qu’ils ne se sont pas organisés et qu’ils n’ont pas réussi à construire, dans la durée, une résistance capable de faire trembler le pouvoir.

Alors comment passer des colères isolées à l’organisation collective sans perdre la dynamique de ces mouvements nouveaux ? Comment s’organiser aujourd’hui pour permettre à tout le monde de s’exprimer et de trouver sa place ?

Alternative Libertaire Paris Nord-Est vous invite le mercredi 3 octobre pour un apéro-débat afin d’échanger sur nos craintes, nos colères, nos espoirs, nos convictions et nos pratiques.

Au Lieu Dit (6 rue Sorbier, Paris 20è, métro Ménilmontant) à partir de 19h30.

https://www.alternativelibertaire.org/? ... ujourd-hui
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 05 Oct 2018, 17:31

Rencontres d’été 2018 : Changement d’échelle

Près de 150 personnes ont participé, cette année, aux Rencontres d’été d’AL : une semaine d’échanges, de formation, de détente. L’occasion de se retrouver dans un cadre ­différent, de mettre des visages sur des noms, de partager des expériences et des moments de convivialité.

Après avoir été accueillies, pendant plus de quinze ans, à la « République populaire du Roucous », un lieu de vie en Aveyron, les Rencontres d’été ont déménagé cette année non loin de là, sur un site à la capacité plus élevée : Bécours. Ce hameau en ruines a été acheté en 1980 par les Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF), qui l’ont superbement réhabilité. Les discussions avec nos hôtes ont d’ailleurs été très conviviales et augurent bien de l’avenir. Alternative libertaire envisage en effet d’ouvrir plus largement ces Rencontres d’été, et donc de relever le plafond des inscriptions dès l’année prochaine. Dans quelles limites ? C’est en débat.

Dans le cadre du processus de discussion en cours (lire Alternative libertaire du mois dernier), une vingtaine de camarades de la Coordination des groupes anarchistes (CGA) ont pleinement participé à ces Rencontres, et de l’avis général, ce fut un moment fort.

A l’international, nous avons reçu Nathaniel Clavijo, de la Fédération anarchiste urugayenne (FAU), ainsi que José Manuel Muñoz Póliz (secrétaire général de la CGT espagnole) et Sandra Iriarte (Relations internationales de la CGT-E), et bien sûr les camarades d’AL Bruxelles, qui se posent la question de construire leur ­propre organisation communiste libertaire en Belgique.

Autres invité.es : deux camarades aveyronnais de l’Amassada venus raconter la lutte contre ­l’éolien industriel et le mégatransformateur de Saint-Victor ; Pierre Stambul (Union juive française pour la paix) sur la situation en Palestine ; Daniel Guerrier sur les enjeux anticolonialistes en Kanaky ; l’historienne Ludivine Ban­tigny pour une soirée spéciale Mai 68 de haute qualité.

Le programme, trop dense pour être intégralement rendu ici, a alterné petits ateliers (rédaction-maquettage de tract, prise de parole en public...) et temps de débats larges – de plus en plus influencés par les méthodes de l’éducation populaire. On y a abordé le syndicalisme, la question sociale et les perspectives de luttes à la rentrée ; le féminisme et l’idée de grève des femmes (Sandra a décortiqué l’expérience espagnole) ; les luttes écologistes et la question des ZAD ; la solidarité internationale (Kanaky, Palestine, Chiapas) ; les luttes dans la jeunesse et le syndicalisme étudiant ; l’interaction entre les mouvements sociaux et l’organisation communiste libertaire, avec un coup de projecteur sur l’especi­fismo (une pratique organisationnelle exposée par le camarade de la FAU)...

Ce compte rendu serait incomplet sans un coup de chapeau au groupe AL de l’Aveyron, sans qui rien n’aurait été possible, et à celles et ceux qui ont piloté la cuisine (locavore, inventive et succulente), la librairie (pléthorique) le bar (et sa programmation musicale inattendue) et la soirée festive de clôture. Rendez-vous à l’été 2019, ce sera encore mieux !

Des participantes et des participantes à l’édition 2018


https://www.alternativelibertaire.org/? ... -d-echelle
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 07 Oct 2018, 10:19

Grève interpro du 9 octobre : Une journée pour relancer la mobilisation sociale

Nouvelle réforme des retraites, suppressions de postes et précarisation massive des emplois dans la fonction publique, attaque contre les droits des chômeurs, blocage des pensions des retraités... la machine à broyer doit être stoppée !

Dans les entreprises, du moins celles où l’on discute encore de tactique syndicale, beaucoup de collègues disent déjà que cette journée ne servira à rien. Les défaites accumulées ces dernières années font croître un défaitisme mortifère. Certains estiment que les manifs d’un jour ne font plus reculer le gouvernement. D’autres ajoutent qu’il faut une grève générale mais qu’ils ne veulent pas perdre une journée de salaire pour une manif sans lendemain. Rien de tout cela n’est faux. Mais alors comment faire ?

L’appel est lancé nationalement par la CGT, Solidaires, la FSU et FO (avec l’Unef, la FIDL et l’UNL). Ce front syndical désormais traditionnel suffira t-il à passer outre le défaitisme des salarié.es ? Comment expliquer les progrès électoraux de la CFDT sinon par le sentiment d’impuissance des travailleuses et travailleurs qui se rangent derrière le discours du moindre mal ? Et comment imaginer qu’une grève générale est à portée de main quand si peu de grèves accompagnent les négociations salariales annuelles dans le privé, et quand les fonctionnaires se mobilisent si faiblement contre le blocage de leurs salaires reconduit depuis plusieurs années ?

C’est le travail en amont qui compte

Le 9 octobre ne sera sans doute pas un raz de marée. Mais cette journée d’action peut néanmoins être utile.

Il peut servir à remobiliser les équipes syndicales : faire revenir massivement les délégués du personnel dans les manifs, y compris sur leurs heures de délégation, serait déjà une belle affaire, et gonflerait subitement les effectifs manifestants.

En amont surtout, le 9 octobre peut aussi servir à décrypter les mensonges du gouvernement en déployant largement la présence syndicale aux portes des entreprises, devant les gares, les métros, les marchés. C’est l’occasion de plans de travail sérieux pour aller devant les entreprises dépourvues de syndicat. Faire des adhésions, construire des listes pour aller aux élections professionnelles. Tout ce qui devrait faire l’activité normale des syndicats mais qui hélas a beaucoup reculé ces dernières années.

La convergence des luttes suppose d’abord que les luttes sectorielles se multiplient, et gagnent. Pour redonner confiance aux salarié.es dans leur capacité de faire reculer le gouvernement et le Medef, nous avons urgemment besoin de victoires sectorielles. Les motifs ici non plus ne manquent pas : casse de la distribution de la presse, négociation de la convention collective du rail, travail du dimanche, salaires comme chez Air France (lire AL de mai et juin 2018), fermetures de sites industriels importants comme Ford à Blanquefort. Le 9 octobre, on ne fera pas la révolution, mais on doit relancer la machine à gagner !

Jean-Yves et Christian (secrétariat Entreprises d’AL)


http://www.alternativelibertaire.org/?G ... on-sociale
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 08 Oct 2018, 13:52

Tract AL

La gauche électorale est décomposée : osons l’auto-organisation des travailleurs-ses !

Partout en Europe les mêmes politiques d’austérité, de recul des acquis sociaux, menées par des gouvernements de droite ou de gauche aboutissent à la montée de l’extrême-droite. Pour regagner des électeurs-trices les partis de droite comme de gauche adoptent des politiques marquées de nationalisme et de racisme. La démocratie électorale est en panne.

35 ans de reculs sociaux

En France, c’est depuis 1983 et le « tournant de la rigueur » effectué par le gouvernement Mitterrand que les patrons et l’état rognent progressivement les acquis sociaux, détruisent les emplois, détruisent les services publics sans que les luttes ne par- viennent durablement à stopper la vague ultra-libérale qui nous submerge. exactement l’année du surgissement du Front National que le PS favorisa pour diviser la droite. le décor est planté. en 1997, le gouvernement Jospin (PS/PCF/Verts) achève de discréditer la gauche traditionnelle et voilà comment Macron se fait élire en se disant ni de droite ni de gauche...

Une progression alarmante de l'extrême droite en Europe

Sur fond d’abstention massive, les élections européennes qui arrivent annoncent une progression inquiétante, dans quasiment toute l’europe, des partis d’extrême-droite, y compris ceux qui, sans complexe, se réclament du fascisme. leurs réponses simplistes aux souffrances sociales marquent des points. C’est telle- ment plus facile d’accuser les travailleurs et travailleuses immigrées et les fonctionnaires...

Face à cela, les partis traditionnels et les gouvernements n’ont qu’une réponse : tenir eux-mêmes des discours et des politiques nationalistes et racistes. Et c’est ainsi que pour gagner quelques électeurs et électrices on laisse se noyer des milliers de personnes migrantes dans la Méditerranée !

Les partis de gauche ont entraîné dans leur discrédit les syndicats dont ils se sont long- temps servis de machines électorales. et voilà comment, malgré des luttes courageuses dans certaines entreprises ou secteurs, nous restons impuissant-es à faire surgir le mouvement de grève générale au niveau qu’il faudrait atteindre pour stopper Sarkozy, Hollande ou Macron et reconquérir le terrain perdu ces dernières années.

Reconstruire des solidarités de classe

Aussi nos tâches sont claires : reconstruire dans les déserts syndicaux et abandonner les vieilles recettes électorales qui détournent les travailleurs et travailleuses de l’essentiel : la construction démocratique, autogestionnaire, des luttes quotidiennes avec pour perspective la grève générale expropriatrice et la construction d’une société communiste libertaire.

En somme, jamais le programme de la Charte d’Amiens n’aura été d’une telle actualité !


Image

Tract à télécharger : http://www.alternativelibertaire.org/IM ... sation.pdf

http://www.alternativelibertaire.org/?L ... availleurs
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 30 Oct 2018, 20:23

Apéro débat
« Assurance chômage, retraites : où vont nos droits ? »

Paris 20e mercredi 31 octobre 2018
à 19h30, Bar-restaurant « Le Lieu-Dit », 6 rue Sorbier

Image

La « réforme » de l'assurance chômage était une des promesses de campagne du candidat Macron en 2017. Cette réforme a été présentée comme tout autant bénéfique pour les entreprises que pour les travailleuses et travailleurs. Mais après les beaux discours, le gouvernement a sorti sa calculatrice et a clairement annoncé son objectif : économiser au moins un milliard d'euros chaque année sur l'assurance chômage.

=> Où est l'arnaque ? Quelles seront vraiment les conséquences pour les privé-es d'emploi et les précaires ? Quelles sont les résistances ?

...et le gouvernement ne compte pas s'arrêter là : après cette réforme de l'assurance chômage, la casse de la protection sociale va se poursuivre avec de nouvelles attaques contre le système des retraites.

=> Que sait-on du projet du gouvernement ? Quel est son agenda ?

Comment peut-on commencer, dès maintenant, à démonter ses arguments et à préparer la résistance ?

Alternative Libertaire Paris Nord-Est vous invite à discuter de tout cela lors de son prochain apéro-débat.
mercredi 31 octobre à partir de 19h30
au Lieu Dit - 6 rue Sorbier
Paris 20e (M° Gambetta ou Ménilmontant)

https://paris.demosphere.net/rv/64935
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 16:13

Tract AL

Contre les pesticides, contre l’agriculture capitaliste

La lutte contre les pesticides, qui contribuent à détruire les écosystèmes, est indissociable de la lutte plus globale contre le mode de production capitaliste appliqué à l’agriculture. Contre à la course au profit, défendons le retour à une agriculture paysanne et sociale.

Au-delà de l’indignation...


Les recherches menées pendant la Seconde Guerre mondiale pour produire des armes chimiques ont permis, après 1945, le développement de pesticides de plus en plus puissants et dangereux. Ces pesticides ont pour but de détruire à grande échelle tous les insectes, les « mauvaises herbes » ou les autres nuisibles qui sont extérieurs aux cultures.

Ces pesticides trouvent leur place dans une forme particulière d’agriculture : l’agriculture industrielle, fondée sur la production de masse et la course au profit. Dans cette forme d’agriculture directement liée au capitalisme, il n’est pas question de travailler avec la nature pour en tirer des ressources alimentaires mais d’exploiter le plus possible les sols et les écosystèmes pour augmenter au maximum la production à court terme. Cette forme d’agriculture a déjà détruit de nombreux écosystèmes et a créé des désordres irréversibles à l’échelle de ce que nous pouvons vivre ou mesurer.

Exiger l’interdiction des pesticides, c’est demander à sortir de l’impasse de l’industrie agroalimentaire, dont les agriculteurs et les agricultrices sont les premières victimes. Les espaces agricoles doivent être redéfinis comme des espaces de vie et cela ne se fera pas sans les paysans et paysannes.

...l’action

Comment faire pour lutter contre ce système ? Le « mouvement des coquelicots » vise à agir au niveau municipal pour provoquer l’arrêt des pesticides. L’objectif est de maintenir la pression jusqu’aux prochaines élections. Nous pouvons discuter la marge de manœuvre dont disposent les municipalités qui sont en train de perdre à peu près toutes leurs compétences de gestion au profit des communautés de communes. Et est-ce que ces institutions sont à même de modifier quoi que ce soit sur ce sujet au niveau territorial ?

L’action contre le système agricole capitaliste, qui a conduit à l’utilisation massive de pesticides, ne peut donc pas se limiter à ça. Nous devons aussi, ici et maintenant, retisser des liens au niveau local en nous appuyant sur des formes de démocratie directe, pour mener des actions concrètes sur nos territoires.

Dans cette optique, il est urgent d’aller discuter avec les paysans et les paysannes, d’autant que les élections de chambre d’agriculture ont lieu en décembre. Les syndicats sont les premiers acteurs décisionnels des territoires en matière de poli- tique agricole. Il est nécessaire de soutenir un syndicalisme de lutte contre les pesticides, anti-autoritaire, pour le maintien de la paysannerie et d’une agriculture de proximité à taille humaine. Un soutien fort à un tel syndicalisme ne pourrait permettre de modifier immédiatement la constitution des chambres qui sont à la majorité écrasante détenues par le syndicat agro-industriel, mais permettrait de pouvoir soutenir une ligne d’action combative et tout à fait légitime.

Au-delà de ça, nous devons continuer à expliquer en quoi l’utilisation des pesticides n’est qu’une des facettes d’un système de production global qui nous conduit directement à la catastrophe. C’est tout ce système capitaliste qu’il nous faudra renverser pour réinventer des sociétés capables de répondre aux besoins des êtres humains sans détruire la nature.

Alternative Libertaire


À télécharger : http://www.alternativelibertaire.org/IM ... icides.pdf

http://www.alternativelibertaire.org/?C ... apitaliste
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternative libertaire

Messagede bipbip » 09 Nov 2018, 22:35

Alternative libertaire se lance sur le libre

Les réseaux sociaux alternatifs aux géants de la Silicon Valley prennent de l’ampleur. Non marchands, sans publicité, appuyés les uns sur les autres au lieu de se concurrencer et bâtis sur des logiciels aux finalités éthiques et sociales, ils accueillent désormais l’expression publique d’Alternative libertaire.

Les réseaux sociaux ne se limitant pas à Facebook et Facebook & co, Alternative libertaire a rejoint trois des alternatives basées sur des logiciels libres début septembre  : Peertube, Diaspora et Mastodon font partie des réseaux sociaux et outils guidés par des fondements et principes différents de ceux des géants commerciaux. Ce sont des outils décentralisés. Cela signifie que leur accès ne se fait pas par l’intermédiaire d’une seule entité – une entreprise capitaliste dans la plupart des cas. Reprenant le fondement d’internet, réseau d’ensembles de machines informatiques interconnectées, un réseau social décentralisé permet d’organiser les informations dans plusieurs serveurs appelés «  instances  » (ou pods). Vous vous inscrivez sur l’instance de votre choix et vous accédez à l’ensemble du réseau social en question. Par ailleurs, le maillage ne se limite pas à donner l’accès aux seules instances d’un réseau donné, mais il ouvre également la possibilité de se connecter à d’autres réseaux sociaux. Autrement dit, si vous êtes, par exemple, sur Mastodon, vous pourrez non seulement suivre des personnes inscrites sur d’autres nœuds du réseau Mastodon, mais aussi d’autres personnes inscrites sur Peertube, Hubzilla, etc. Comme si Facebook, Twitter et Google s’interconnectaient au lieu de se battre pour des parts de marché. Cette communication inter-réseaux constitue un ensemble de fédérations.
Suivre Alternative Libertaire en dehors des GAFAM

Ces réseaux sociaux fédérés ne cherchent pas à copier les solutions «  offertes  » par les Gafam (Google-Apple-Facebook-Amazon-Microsoft). L’esprit de leur conception en fait des outils à part entière, avec leurs fonctionnalités et leur ergonomie propres. Peertube, comme Diaspora et Mastodon, font partie de la grande famille des logiciels libres qui défend des principes tant éthiques que sociaux, tels que le libre accès à la connaissance, les respects de la vie privée ainsi que de la neutralité et de la diversité du web, et qui lutte pour freiner le penchant naturel de l’industrie et de l’État à contrôler l’informatique de tout le monde, etc.

Alternative libertaire ne pouvait se contenter d’être présente sur des réseaux portant l’idéologie qu’elle tente de renverser. La révolution, numérique en l’occurrence, doit nous amener à une réflexion active sur notre dépendance aux outils des Gafam & co et entraîner des changements dans les comportements individuels comme collectifs dans l’espace numérique. L’usage d’un réseaux social, usage intensif pour un nombre toujours plus grand d’utilisatrices et d’utilisateurs, entraîne trop souvent des habitudes qui enferment celles et ceux qui y sont inscrits dans le seul écosystème du dit réseau. Combien de fois peut-on voir, sur Facebook par exemple, des partages d’information renvoyant non pas directement sur le site internet ou le blog de l’auteur.e mais sur une page du même réseau  ? Ce type de pratiques emprisonne les unes et les autres dans le seul cadre du média social concerné et sont un danger pour le libre accès aux informations par les internautes et leur libre arbitre. Ne soyons plus complices, à causes de nos mauvaises habitudes, de ceux qui s’acharnent à marchandiser les échanges, contre la diversité et la neutralité du web.

C’est pourquoi AL a investi ces différents réseaux. Tout d’abord Peertube [1], un réseau de plateformes d’hébergement de vidéos maillées entre elles, qui vous permet de partager toutes vos vidéos à la manière de YouTube. Ensuite, pour échanger messages et photos, suivre les fils d’activité d’autres personnes, ou l’actualité à coup de hashtags, nous pouvons utiliser Diaspora [2]. Notons que selon les pods, vous aurez accès à des fonctionnalités supplémentaires (comme la messagerie instantanée). Enfin, le poids lourd du microblogage, c’est Mastodon [3] : il s’agit d’un microblog, fait pour communiquer des messages courts (500 signes) et suivre ami.es et actus (là encore par des hashtags).

Groupe de travail libriste d’AL


[1] AL sur Peertube : https://peertube.social/accounts/alchannel

[2] AL sur Diaspora : https://diasp.org/u/alternativelibertaire

[3] AL sur Mastodon : https://framapiaf.org/@alternativelibertaire

http://www.alternativelibertaire.org/?A ... r-le-libre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Organisations, partis, mouvements politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité