Processus de discussion entre AL et la CGA

Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede Pïérô » 06 Juil 2018, 08:38

Un processus de discussion entre AL et la CGA

Face au durcissement généralisé de la situation sociale et politique, Alternative libertaire (AL) et la Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) ont entamé depuis quelques mois un processus de discussion dont l’une des issues possibles est une unification, avec la fondation d’une nouvelle organisation communiste libertaire. Depuis plus de quinze ans nos deux organisations ont participé, séparément ou conjointement, à de nombreux fronts de luttes communs, tout en gardant leurs spécificités.

Les attaques capitalistes et les reculs sociaux qu’elles causent affaiblissent considérablement le camp des travailleuses et des travailleurs. Il est d’autant plus ardu, dans ce contexte, de mobiliser contre le renforcement de l’appareil répressif et sécuritaire – état d’urgence permanent, lois antiterroristes, criminalisation du mouvement social, quadrillage policier des quartiers populaires –, contre la chasse aux migrantes et migrants, ou contre le danger fasciste et réactionnaire.

Avec la défaite du mouvement contre les lois Travail en 2016-2017, et les difficultés de ce printemps à contrer les attaques à la SNCF et à l’université, le mouvement social semble en panne de stratégie. Pourtant, la lutte des classes continue, comme en témoignent de nombreuses grèves et luttes locales, parfois victorieuses. Mais, depuis dix ans, ces résistances éparpillées peinent à se coaliser en un vaste mouvement de résistance capable de renverser le rapport de forces avec l’État et le capitalisme.

L’implication des anarchistes sociaux et des communistes libertaires dans les luttes sociales est donc plus que jamais nécessaire. Notre tâche est immense, nous ne pouvons nous contenter ni de lamentations défaitistes ni, à l’inverse, de proclamations triomphalistes qui occulteraient l’importance d’un travail politique de longue haleine.

L’union fait la force

Même s’il est actuellement en difficulté, le mouvement social et syndical reste un acteur déterminant dans la construction d’une possible contre-attaque. Parce qu’il rassemble le plus largement le prolétariat dans toute sa diversité, que ce soit dans les entreprises ou dans les quartiers populaires. Parce qu’il est l’embryon d’une possible appropriation collective des moyens de production sans laquelle il n’y a pas de révolution anticapitaliste envisageable.

C’est pourquoi les communistes libertaires et anarchistes sociaux en font le véhicule essentiel de leur stratégie révolutionnaire. Sans y former une fraction manœuvrière, ils et elles s’efforcent d’y faire vivre des pratiques fédéralistes, autogestionnaires et de lutte, antipatriarcales et antiracistes. Ils et elles y défendent une politique de construction des luttes par la base, éloignée aussi bien de la routine bureaucratique dirigiste, des illusions électoralistes que de l’agitation d’ultra-gauche incantatoire et sans lendemain.

Cependant, le courant libertaire ne peut se limiter à agir anonymement au sein du mouvement social et syndical. Il a également la responsabilité de développer une organisation qui donne de la visibilité au projet anticapitaliste et autogestionnaire que nous portons.

Un processus délimité

C’est sur ces constats partagés qu’AL et la CGA ont entamé, depuis février 2018, un processus de discussion en vue d’un éventuel rapprochement de nos organisations.

Une discussion sans fin tournerait à vide. AL et la CGA ont donc élaboré une feuille de route précise faisant se succéder des moments discussion et des points de vérification chacune de leur côté, afin de garantir une maîtrise collective du processus. Celui-ci doit durer à peu près un an et, s’il va à son terme, aboutir à un congrès conjoint qui décidera ou non de l’unification. Un congrès, c’est le choix d’une démarche transparente, avec la participation de toutes et de tous, loin des « négociations d’états-majors » et des deals en sous-main. AL comme la CGA ont derrière elles une histoire, un fonctionnement, des pratiques, des orientations élaborées collectivement ; seul un congrès a la légitimité pour les modifier.

Le processus de discussion entre AL et la CGA pourra être ouvert à d’autres groupes communistes libertaires ou anarchistes révolutionnaires.

Alternative libertaire (AL)

Coordination des groupes anarchistes (CGA)



http://unautrefutur.org/un-processus-de ... et-la-cga/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede abel chemoul » 07 Juil 2018, 17:17

:clap:
enfin une décision un minimum censée! bon courage à vous. ça risque de tanguer mais c'est enfin une décision courageuse. y aura des points d'étape publics, des trucs comme ça ou c'est tout interne?
c'est à l'initiative de laquelle des 2 orgas?
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 673
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede Pïérô » 08 Juil 2018, 13:06

C'est un vent favorable qui semblait souffler lors de rencontres, d'échanges, et du faire ensemble sur certaines villes. Ensuite il s'agit bien d'une initiative commune avec un plan formailsé de rencontres autour de divers thèmes et enjeux. Ces rencontres continuent, et notamment lors des rencontres d'été organisées par AL dans un cadre plus informel. Ce moment de communication collective et publique révèle que le processus est bien engagé. C'est aussi une première indication vers d'autres convergences avec des groupes ou camarades intéréssé-es par cette dynamique unitaire. Il y aura donc une invitation plus large, et sans aucun doute des réunions plus larges par la suite.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede Pïérô » 05 Aoû 2018, 00:13

Une vingtaine de camarade de la CGA de Montpellier, Lyon, Nîmes, Toulouse et région parisienne présent-es lors des rencontres d'été d'Al se sont complètement inscrit-es dans la dynamique collective, dans l'investissement dans la vie collective, les débats, et les moments de convivialité, et tout le monde s’accorde pour dire que ce fut un moment fort de la construction collective enclenchée cette année et confortée lors de ces rencontres d’été. Non seulement c'est bien parti pour la co-construction d'une nouvelle organisation communiste-libertaire, mais c'est un appel d'air pour construire encore plus large et plus nombreux. Je pense que nous sommes là devant un nouveau tournant historique du mouvement.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede Samos99 » 08 Aoû 2018, 19:16

Même si ce n'est pas encore le début du "Grand Soir" (qui n'existe que dans les fantasmes des individualistes, insurectionnalistes et divers autres gourous auto-proclamés), il n'empêche que ce rapprochement entre militant.es peut permettre de dépasser à terme les vieilles histoires (FA, UTCL, OCL puis II, etc...) et de réfléchir un peu posément sur nos forces respectives et les stratégies d'intervention sociale des militant.es communistes libertaires pour peser et construire à partir de la situation sociale actuelle.

Finalement, qu'avons nous à y perdre?

Dans tous les cas, quelle émotion (un peu d'ironie ne fait pas de mal?) de penser que plus de vingt ans après je peux me retrouver dans la même orga' que Piérô. sm 26

Salutations AnarchoPunk, Communistes, Syndicales et Organisationnelles (dans le désordre)... depuis la Drôme à construire.
Avatar de l’utilisateur-trice
Samos99
 
Messages: 3
Enregistré le: 09 Mar 2013, 11:10

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede bipbip » 16 Aoû 2018, 19:42

Petite révolution chez les libertaires : AL et la CGA tentent leur unification

Après plus de 15 années marquées par les scissions au sein du mouvement libertaire, deux organisations esquissent un rapprochement. Alternative libertaire (AL) et la Coordination des groupes anarchistes (CGA), ont annoncé publiquement le 3 juillet avoir lancé un processus de discussion depuis le mois de février, ayant pour finalité la création d’une nouvelle organisation en 2019. A cette fin, les deux formations ont planté la tente ensemble lors des Rencontres d’été d’AL, du 22 au 28 juillet. Un test grandeur nature au cœur de l’Aveyron.

« Ce n’est pas une révolution, mais c’est quand même un petit événement. », avertit Samuel entre deux coups de fourchette. Sous le chapiteau dédié aux repas collectifs le militant lyonnais de la CGA précise : « Cela ouvre la perspective pour une fois d’une unification et d’un dépassement plutôt que d’une scission dans le mouvement libertaire. » Avec une quinzaine de ses camarades, il a répondu à l’invitation d’Alternative libertaire en participant à son camp d’été.

Pendant toute la semaine, les moments de débats, d’échanges et de formations s’enchaînent, entrecoupés de temps de détente. Cette année, la fréquentation bat son plein. Les adhérants d’AL sont venus plus nombreux, attirés par le processus de discussion engagé entre les deux organisations libertaires. « C’est un moment qu’on attendait comme important. Ce sont des rencontres sans enjeux de décision avec une participation à égalité aux débats et formations. Cela permet de faire tomber les fantasmes et préjugés », explique Guillaume, membre du secrétariat fédéral d’AL. « Ou de les confirmer ! », finit-il en souriant.

Déclaration commune

C’est le 3 juillet que les deux organisations ont annoncé publiquement, dans une déclaration commune, le processus de discussion dans lequel elles se sont engagées. Faisant le constat « d’un durcissement généralisé de la situation politique et sociale », le texte fixe au courant libertaire « la responsabilité de développer une organisation qui donne de la visibilité au projet anticapitaliste et autogestionnaire ». AL et la CGA indiquent s’être dotées d’une feuille de route s’étalant sur un peu plus d’un an pour aboutir à une unification lors d’un congrès en 2019. « Le mouvement syndical, ouvrier ou social a enchaîné des défaites. Le mouvement libertaire n’est pas dans la période la plus faste qu’il a pu connaître et les différentes organisations sont souvent en difficulté. Nous sommes en recul sur tous les fronts. Cela pousse à se rapprocher », indique Guillaume.

Ce coup-ci, l’initiative de la première entrevue revient à la plus petite des deux organisations, la CGA, par un courrier datant de fin 2017. Des échanges antérieurs, au cours des dix années précédentes, n’avaient abouti à rien de concret. A l’issue d’une réunion à Paris en début d’année, AL répond positivement aux « avances » de la CGA et propose une feuille de route limitée dans le temps. Le processus est lancé et les rencontres s’enchaînent pour procéder à un état des lieux des positions des uns et des autres. Après ce premier cycle, les deux organisations valident chacune de leur côté la poursuite du processus en juin, puis le rendent public conjointement début juillet. Le camping d’été d’AL fait office de moment informel de confirmation, avant d’attaquer un deuxième cycle de rencontres devant aboutir au lancement du dernier étage de la fusée : la préparation d’un congrès en commun l’an prochain.

« Nous sommes dans une intelligence du moment », commente Anne, militante de la CGA à Montpellier, pour expliquer la démarche. Un avis partagé par Amandine, membre du secrétariat fédéral de la même organisation, pour qui il s’agit d’un choix rationnel dans un contexte difficile. « Nous sommes sur tous les fronts, peu nombreux, et nous tenons les murs », constate-t-elle. Pour toutes les deux, au-delà d’une nécessité, ce rapprochement est « galvanisant ». « De notre côté, nous avons une forte culture d’implication sociale et de travail de terrain avec de vraies réalités locales. En tant qu’organisation nationale, AL a réussi à construire une présence dans le champ social plus importante au niveau du nombre et sur la façon de se penser », confie Anne en comptant sur l’intelligence collective pour faire vivre ce qu’elle juge être une complémentarité. Les débats abordés pendant les rencontres d’été se font l’écho des centres d’intérêt des militants et militantes. Syndicalisme, luttes à l’université, féminisme, résistance à Macron, migrants et questions internationales ponctuent la semaine.

Fusion, rassemblement, unification, dépassement, à chacun ses mots pour le dire

Dans les débats ou au coin d’une conversation plus informelle, chacun nomme le processus à sa façon. Les mots pour qualifier une situation inédite se cherchent. Ici, une militante évoque une fusion, avant de se reprendre pour ne pas froisser de susceptibilité ou pour coller au plus près des mots de la déclaration commune. Unification et dépassement des deux organisations sont les termes les plus consensuels. Quelle que soit la façon dont elle est appelée, pour Valérian, militant toulousain de la CGA « l’enjeu c’est le nombre ». Il imagine « un réel outil fédéral qui se construise autour de 500 ou 600 personnes avec de vrais groupes et un vrai maillage » pour faire vivre le fédéralisme qu’il déclare défaillant dans le mouvement libertaire. Lui, comme bien d’autres participants aux Rencontres d’été, anticipent un appel d’air militant.

Devenir plus nombreux après la « fusion », Sandra, militante à AL dans le Puy-de-Dôme, en est convaincue. Et ce au delà de la seule addition des membres des deux organisations. À condition que le processus aboutisse. Elle admet qu’il y a eu au sein de sa formation « de gros questionnement sur comment pouvait se faire une fusion », et conserve quelques craintes pour la suite de la feuille de route. Mais, elle mise sur la complémentarité des deux structures et voit dans ce rassemblement le moyen « d’étendre le mouvement libertaire, avec plus d’individus dans les groupes et plus de moyens pour faire des actions ». En cas d’échec ou de sabordage du processus, elle n’exclut pas de retourner chez les autonomes ou d’adhérer à la CGA, dont les fonctionnements la séduisent.


Les difficultés à abandonner son ancienne organisation, Amandine de la CGA ne les cache pas non plus. Mais au moment de ces Rencontres d’été, l’enthousiasme lié à la découverte « de camarades venant de différents collectifs d’Alternative libertaire » prend le dessus. Au-delà du nombre, une unification présente d’autres vertus pour Samuel de la CGA de Lyon : « Une mise en réseau d’animateurs et d’animatrices des luttes permet de résister à une tendance récurrente dans le mouvement social de chercher un débouché politique de type électoraliste ».

Une bonne raison pour mettre ses différences de côté ? En tout cas, pour Guillaume, membre du secrétariat fédéral d’AL « il y a davantage de différences culturelles que de divergences politiques entre nous ». Une analyse que semble confirmer le quotidien du camp où les distinctions entre organisations se gomment dans les débats comme dans la gestion des tâches. « Ce camp est déjà la preuve que c’est acquis », veut croire Valérian de la CGA Toulouse. Un optimisme excessif ? Réponse au premier semestre 2019.




https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-c ... n-08162096
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede Pïérô » 17 Aoû 2018, 12:08

Merci à Stéphane pour ce récit vivant. sm 26

Juste que si les adhérent-es d’AL sont venu-es plus nombreux-es c'est aussi parce que c'est lié mathématiquement à la croissance d’AL qui est réelle, ce qui de toute manière nous avait amené à préparer un changement de lieu depuis deux ans, pour un lieu d’accueil plus grand.

On est même pas forcément des corps auparavant étrangers, on a aussi une même Histoire, et j’ai bien rappelé les divergences qui existent au sein d’AL qui n’est pas une organisation monolithique de même que les points de vue partagés avec les camarades de la CGA. Je l'ai rappelé lors d'un débat, en revenant sur des questions qui faisaient divergences au sein d'AL et ma proximité avec les positions de la CGA sur ces points.

Samos99 a écrit: Dans tous les cas, quelle émotion (un peu d'ironie ne fait pas de mal?) de penser que plus de vingt ans après je peux me retrouver dans la même orga' que Piérô. sm 26

Et oui, et cela nous ramène à une histoire commune, dans la FA. On essayait de donner corps à une sensibilité importante communiste-libertaire. On aurait même pu gagner du temps si des groupes qui sont sortis plus tard avaient rejoint directement AL qui s'était développée plutôt qu'une CGA déjà en panne et plombée par les mêmes "khmers noirs" qui nous empoisonnaient au sein de la FA, et parce que les divergences importantes et de fond en son sein ne pouvaient qu'aboutir à la scission qui s'est inévitablement produite.
Mais ce qui peut paraitre long sur une vie ne le sera pas dans le temps et l'Histoire.
Nous nous étions revu il y a environ trois ou quatre ans et nous en étions là d'ailleurs et à l'évidence d'une recomposition nécessaire, Samos.
Alors en plus d'avoir lors des rencontres d'été pu voir d'anciens camarades, il est clair que de nous voir converger ensemble et nous retrouver dans une construction commune, me fait le plus grand plaisir. :) :trinque:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Processus de discussion entre AL et la CGA

Messagede abel chemoul » 18 Aoû 2018, 07:07

parce que les divergences importantes et de fond en son sein ne pouvaient qu'aboutir à la scission qui s'est inévitablement produite.

Oui, euh, enfin, de fait, la scission OA/CGA s'est faite sur les questions post-modernes, pas sur le clivage anar/com-lib, dire que la scission était inévitable c'est un peu réécrire l'histoire a posteriori, le sujet de la scission (les attentats de Janvier 2015) était imprévisible.
Et je ne suis pas sûr que l'AL sortira gagnante du renforcement de ces théories au sein de l'orga unifiée, qui contribueront probablement à générer des clash comme c'est le cas dans toute la gauche actuellement, notamment sur le racialisme.

 Juste que si les adhérent-es d’AL sont venu-es plus nombreux-es c'est aussi parce que mathématiquement la croissance d’AL est réelle, ce qui de toute manière nous avait amener à préparer un changement de lieu depuis deux ans, pour un lieu d’accueil plus grand. 

si un appel d'air créé une orga à 500-600 comme dit dans l'article, ça veut dire que AL+CGA actuellement ça fait pas 400 militant au total. Donc qu'il n'y a pas développement mais stagnation (depuis 2010 j'entends le « on est 250 à l'AL ! »). Si l'AL se développait, elle n'aurait pas besoin de mettre en danger ses acquis en risquant une fusion avec la CGA, risques réels vu les divergences de fonctionnement des deux orga.
Pour avoir connu les deux orgas, je peux te dire aussi que l'application de l'autogestion y est radicalement opposé entre les 2. La CGA a (avait ? Mais ça n'a pas l'air d'avoir changé) une autogestion bureaucratique qui donne une autonomie très limitée au mandaté quand l'AL a une « autogestion » en roue libre. Quand j'ai débarqué à l'AL le fonctionnement m'a rappelé ce que les camarade de la CGA me décrivaient concernant... la FA... mandatés non contrôlés et pouvoir informel. Autogestion tellement défaillante que je connais des camarades qui se vantent d'avoir réussi à faire éplucher une patate à un certain Guimauve Darrange (nom modifié) lors d'un événement autogéré. Le pb, c'est que ce point noir de l'AL, on ne s'en rend compte qu'une fois à l'intérieur, du coup, si la fusion aboutie, les vraies turbulences auront lieu une fois la nouvelle orga crée. Autant je trouve que l'idée de fusion est la seule viable en théorie vue la conjoncture, autant je pense qu'en pratique ça va être explosif.
D'ailleurs, si vous fusionnez, offrez le-dit Guimauve D. et le « Samuel de la CGA de Lyon » en sacrifice aux grands ancêtres, ça vous évitera des luttes de pouvoir. Ou à défaut envoyez-les à l'usine.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 673
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40


Retourner vers Organisations, partis, mouvements politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité