Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 05 Oct 2015, 23:35

Création d'une liaison dans Le Mans ! =)

Dont voici l'adresse :
lemans@c-g-a.org

:ping:

(Je ressentais le besoin intrinsèque d'utiliser cet émoticone)
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede abel chemoul » 06 Oct 2015, 11:05

le/la pauvre, il va galérer! c'est un ancien de la CGA? je le connais?!

vous reprenez officiellement contact avec les anciens?
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 673
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 08 Oct 2015, 22:24

Tract de la Tribune Syndicaliste Libertaire (Lyonnaise pour l'instant, en voie d'être fédéralisée) distribué aujourd'hui à plusieurs centaines d'exemplaire dans la manif interpro de Lyon :
Image







Analyse de cette même tribune.

Solidarité avec les grévistes d'Air France ! Un devoir syndical, une nécessité pour les travailleuses et travailleurs

Le plan social d'Air France s'inscrit dans la longue lignée des coups portés aux travailleuses et aux travailleurs par un patronat arrogant, sûr de sa force, et soutenu par l'Etat. Des milliers de licenciements sont prévus, au nom du « maintien de la compétitivité »...
Les travailleuses et travailleurs connaissent la violence sociale d'une telle politique patronale : à la clé, dépressions, misère, expulsions locatives, dévalorisation sociale, suicides...
Une nouvelle fois, les « efforts supplémentaires» exigés des travailleuses et travailleurs au nom de la « défense de l'emploi » ont conduit à une nouvelle vague de licenciements, démontrant le jeu de dupe du chantage patronale«dégradation des conditions de travail/hausse du temps de travail » contre « emploi », comme à Bosch il y a quelques années.
Les travailleuses et travailleurs d'Air France qui ont envahi le CCE d'Air France, ont choisi avec raison de répondre par la lutte à cette attaques frontale.
Un DRH arrogant et l'un de ses lieutenants ont eu la chemise arraché par des salariéEs en colère, et voilà que se sont déchaîné médias, politiciens, gouvernants à la solde de la bourgeoisie. Toutes et tous prompts à condamner la « violence » alors qu'ils taisent au quotidien la violence de la bourgeoisie, de l'Etat et du système capitaliste qui détruisent nos vies.
Le gouvernement promet des « sanctions exemplaires » aux « auteurs des violences », démontrant par là qu'il se place résolument dans le camp du patronat contre les salariéEs en lutte.
L'histoire des luttes ouvrières montre que la violence dans l'affrontement de classe est inévitable pour obtenir un recul du patronat. Il ne s'agit en réalité que d'une réponse à la violence patronale, une forme d'autodéfense. Mais l'idéologie dominante, véhiculée par l'appareil médiatique bourgeois et par les politiciens et l'Etat, a toujours cherché à fait disparaître la violence patronale (précarité, misère, exploitation) et étatique (répression, guerre), pour dénoncer l'autodéfense des travailleuses et travailleurs présentée comme de la « violence gratuite ».
A L'attitude du gouvernement, de l'Etat, des politiciens y compris « de gauche » et des médias se rajoute celle de certains bureaucrates syndicaux qui « condamnent toutes les violences » et se solidarisent du patronat en participant à jeter l'opprobre sur les salariéEs en lutte. Par leur propos ils facilitent la tâche de répression de l'Etat.
L'éthique syndicale historique, ancrée dans la longue histoire du mouvement ouvrier, fait un devoir de solidarité avec les travailleuses et travailleurs en lutte. Cette éthique solidaire impose non seulement de refuser toute condamnation de ce genre, mais de soutenir au contraire la combativiyé ouvrière. Ces propos sont l'aboutissement d'un processus d’institutionnalisation du syndicalisme qui a eu pour objectif de créer à terme une forme de « connivence » entre « partenaires sociaux » dans lesquels certains militantes et militants syndicaux, trop habitués à croiser les patrons et leurs représentants dans des salons feutrés, en viennent à se considérer comme du même monde.
Quand des dizaines de milliers de syndicalistes subissent la répression patronale, les vexations, les licenciements ou un harcèlement destinés à briser celles et ceux qui refusent d'être achetés, les actrices et acteurs (au premier sens du terme) d'un syndicalisme institutionnalisés bien éloigné de ses origines, contribuent à saper les bases de l'organisation ouvrière.
Pour rompre avec ce genre de dérive, il faut faire revivre les fonctionnements fédéralistes dans les organisations syndicales, fondées sur la logique collective et le contrôle des mandats. Il nous faut rompre avec des pratiques syndicales consistant à passer plus de temps dans les réunions convoquées par les patrons que dans l'organisation concrète de la résistance syndicales dans les entreprises et les services. Il faut surtout organiser la solidarité avec les victimes de la répression du patronat et de l'Etat. En premier lieu avec les salariéEs d'Air France en lutte, en diffusant les informations de leur lutte, en soutenant financièrement les personnes victimes de la répression. C'est une nécessité pour l'ensemble des travailleuses et travailleurs, car le but du patronat et de l'Etat, en réprimant la lutte des travailleuses et travailleurs en lutte, à Air France comme ailleurs, est d'étouffer dans l'oeuf toute résistance de notre classe, et toute perspective de mobilisation d'ampleur permettant de renverser la vapeur.

Nos vies valent plus que leurs chemises !

Tribune syndicaliste libertaire


http://tribune-syndicaliste-libertaire. ... leurs.html


Enfin, on a changer la banderole à la plume, pour la manif du 14. Appel bientôt.

Image


Edit : Je viens de voir qu'à Paris, ils organisent une collecte de don en soutien aux migrant-e-s.

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 14 Oct 2015, 15:03

Aucun être humain n'est illégal ! Pour la justice sociale, abolissons toutes les frontières!

Alors que d'années en années lois et mesures sécuritaires s'empilent pour transformer la violence de l'exil en crime, alors que depuis plusieurs mois des dizaines de milliers de personnes sont bloquées aux frontières de l'Europe forteresse et que des milliers d'autres meurent en tentant d'y accéder, les États européens, et singulièrement le gouvernement socialiste français, mettent en scène leur pseudo humanisme et leur prétendue responsabilité, annonçant se répartir 120 000 migrant-es pour mieux ficher, refouler, enfermer, expulser tou-tes les autres en accroissant encore leur arsenal répressif. A la division entre immigré-es et nationaux-les vient s'ajouter une nouvelle catégorisation, celle entre les bon-nes réfugié-es, qui fuient les guerres (enfin certaines), et les mauvais-es migrant-es « économiques », voleur-ses de travail, de prestations sociales et terroristes en puissance.


La source du problème : le capitalisme et l'impérialisme

Face à ce tri abject, la Coordination des Groupes Anarchistes réaffirme avec force qu'aucun être humain n'est illégal. Pour nous, il n'y a pas et il n'y aura jamais de « bon-nes » ni de « mauvais-es » migrant-e-s, que des opprimé-e-s face à des minorités dirigeantes qui tirent profit de l'oppression du plus grand nombre. Qu'ils/elles fuient la misère ou la guerre, tou-tes les migrant-es sont les victimes des mêmes exploiteurs et de leurs relais à la tête des États.

En désignant comme responsables des migrations les régimes dictatoriaux et les groupes fascistes « terroristes » agissant dans les pays d'origine, les pays occidentaux se dédouanent de leur responsabilité historique et actuelle. Nous ne sommes pas dupes de ce maquillage idéologique.

Colonisation hier, néo colonialisme aujourd'hui, c'est le pillage organisé des ressources du Sud par le capitalisme occidental et les potentats locaux qui force les gens à fuir. Ce sont les interventions militaires directes (Irak, Afghanistan, Libye, Afrique subsaharienne, etc.) ou indirectes (vente d'armes, soutien financier et militaire à des régimes dictatoriaux et prédateurs) qui créent ou font durer les guerres pour servir l'intérêt géostratégique et économique des puissants. Ainsi, le cas spécifique de la Syrie aujourd'hui est tragiquement comparable aux guerres menées ailleurs. Occidentaux, pouvoir russe, turc comme dictatures du Moyen-Orient usent de l'éternelle propagande d'ajouter de la guerre à la guerre en prétendant œuvrer à la paix, alors qu'il est comme toujours seulement question de luttes d'influence, de manœuvres politiques internes à chaque État, de positionnement stratégique pour se partager le futur gâteau. Une politique du chaos qui s'accommode du massacre d'une population pour servir les intérêts de quelques-uns.

Ces quelques-uns qui, en Europe, favorisent la libre circulation des capitaux mais interdisent la libre circulation des gens. Qui, après avoir contraint par centaines de milliers les gens à fuir, les condamnent à errer, à mourir noyé-es, électrocuté-es, en durcissant toujours plus leurs politiques migratoires. Qui obligent les migrant-es à la clandestinité pour disposer d'une main d’œuvre asservie, qu'ils jettent dès qu'ils n'en ont plus besoin. Qui diffusent leur rhétorique raciste en désignant ceux et celles qui n'ont pas les bons papiers ou pas la bonne couleur de peau comme des ennemis de l'intérieur. Qui, avec la complicité des grands médias, cherchent à casser la solidarité en France et en Europe en désignant les migrant-es comme boucs émissaires d'une précarisation généralisée qu'ils nous imposent pour mieux s'enrichir.


Repolitiser la question des frontières

Les frontières et leur conséquence, le nationalisme, sont l'arme des minorités dirigeantes. En divisant les peuples, en les jetant au besoin les un-es contre les autres, elles entravent l'indispensable solidarité internationale entre tou-tes les exploité-es. Partout où celle-ci se met en place, l'État et sa police frappent pour la disloquer, comme on l'a vu récemment encore avec l'évacuation du camp No Border de Vintimille.

La Coordination des Groupes Anarchistes fait de la lutte avec les migrant-es un axe majeur de son intervention, en affirmant cette solidarité de classe, avec comme revendication immédiate l'ouverture des frontières, et comme horizon leur abolition et la liberté de circulation et d'installation pour toutes et tous.

Dans les luttes, sans hiérarchie entre les situations, à la base, il est urgent de soutenir la jonction entre celles et ceux qui se battent en France pour leur régularisation depuis des années et les réfugié-e-s et les migrant-e-s qui viennent d'arriver. Opposer les un-e-s aux autres, c'est imposer le chacun-e pour soi. S'organiser collectivement est la condition indispensable de la continuité de la lutte et, au final, de l'amélioration des conditions de vie de tou-tes.

Ici et ailleurs, travailleur-ses, précaires, chômeur-ses, avec ou sans-papiers, solidarité !



Octobre 2015,
la Coordination des Groupes Anarchistes
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 16 Oct 2015, 00:35

Face à la transphobie, seule la lutte paie !

Comme chaque année depuis maintenant 19 ans, les personnes trans, intersexes et leurs soutiens manifestent dans les rues de Paris pour revendiquer des droits et des papiers. La Coordination des Groupes Anarchistes soutient l’initiative et sera présente à la manifestation, ce samedi 17 octobre.


Le 17 octobre aura lieu pour la 19ème fois l’Existrans, marche de revendication pour les droits des personnes trans. En effet, celles-ci sont obligées d’affronter de véritables entraves pour accéder aux traitements médicaux (notamment hormones et chirurgie) leur permettant de changer leur corps, ou encore pour procéder à un changement d’état-civil, et se voir délivrer des papiers d’identité au genre dans lequel elles vivent.

La transphobie institutionnelle relaie et renforce la transphobie ambiante qui découle du système patriarcal. En effet, celui-ci ne reconnaît que deux identités possibles, qualifiées de naturelles, aux rôles bien définis - les hommes et les femmes. Il nie le fait qu’il s’agit de constructions sociales, caractérisées par un rapport d’oppression, d'un groupe dominant (les hommes) sur un groupe dominé (les femmes). Ce système patriarcal interdit aux personnes de vivre leur identité telle qu'elles le souhaitent et la liberté de tou-te-s à disposer de leurs corps.

La transphobie engendre une situation de grande précarité pour les personnes trans, qui ont beaucoup de difficultés à trouver un travail ou encore avoir accès à la santé. Au quotidien, les personnes trans subissent des violences, que ce soit dans la rue, au travail, dans la sphère privée (famille, couple, etc.), ou encore dans les institutions (administration, police, prison, etc.).


Un exemple de luttes gagnantes : l'exemple de l'Irlande



Cet été 2015, une loi a été adoptée en Irlande permettant aux personnes trans de changer d'état civil sur simple déclaration. Ainsi, après le Danemark et Malte, l'Irlande devient le troisième pays à faciliter le changement d'état civil pour les personnes trans : le « Gender Recognition Bill » (loi sur la reconnaissance du genre, en français) permet aux personnes transgenres de déterminer en toute liberté leur genre à l'état civil, sans avoir à subir une procédure médicale.


Contre la transphobie, luttons contre le patriarcat !


Si nous soutenons les luttes pour des mesures législatives concrètes, comme un changement d'état-civil simplifié ou une meilleure prise en compte par les médecins, nous estimons que, seules, elles seraient insuffisantes, et qu'il est aussi capital de lutter contre l'ensemble du système patriarcal, pour en finir avec toutes les oppressions et violences qui en découlent, sexisme, homophobie et transphobie. Ce système de domination et d'exclusion renforce la précarité et les violences générées par toutes les formes d'exploitation et de domination qui traversent la société (exploitation capitaliste, racisme, etc.).

Ainsi, il nous apparaît nécessaire de lutter contre tous les systèmes d'exploitation et de domination, pour l'émancipation de tous et toutes. En tant qu'anarchistes, nous pensons que seules les luttes auto-organisées, et l'autogestion nous permettront de sortir de tels systèmes, que ceux et celles qui en profitent ont tout intérêt à préserver. Une telle auto-organisation ne peut être réellement effective qu'à condition que les personnes concernées puissent dès maintenant prendre pleinement leur place dans les organisations militantes de leur choix et dans les luttes. Par conséquent, nous nous engageons au quotidien contre le sexisme, l'homophobie, la transphobie, le racisme, la domination étatique et l'exploitation capitaliste, et portons nos revendications de rupture, pour une société libertaire et égalitaire.

Nous vous appelons donc à participer à la marche de l'Existrans samedi 17 octobre à 14h, départ à Stalingrad (à Paris).

Vous pouvez aussi lire sur notre site le tract diffusé l'an dernier : http://www.c-g-a.org/sites/default/file ... 14_cga.pdf , ainsi que notre motion antipatriarcale : http://www.c-g-a.org/content/la-lutte-antipatriarcale .



Octobre 2015,
les Relations Extérieures de la Coordination des Groupes Anarchistes
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 22 Oct 2015, 10:09

Communiqué fédéral de la CGA à propos des évènements d'Ankara

http://www.c-g-a.org/content/turquiekur ... rnationale

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 23 Oct 2015, 17:20

Communiqué de la Coordination des Groupes Anarchistes
Solidarité avec nos camarades en Afrique du Sud !




SOLIDARITÉ AVEC NOS CAMARADES EN AFRIQUE DU SUD !

Le vendredi 9 octobre 2015 au soir, un militant de l'organisation Zabalaza Anarchist Communist Front (Afrique du Sud) a été menacé par un groupe de huit nervis pour son activité politique dans le township (bidonville noir) de Khutsong. Le lendemain, alors qu'ils s'apprêtaient à tenir avec un-e autre camarade une formation politique dans le quartier, ils ont été interrompu-e-s par un groupe d'une quinzaine de personnes, qui leur ont lancé des pierres et les ont menacé-e-s. Les deux camarades ont dû s'échapper et se cachent actuellement dans un autre township, puisque les nervis qui les ont menacé-e-s rodent autour de la maison de l'un des camarades.

D'après les informations données par le communiqué de nos camarades de ZACF et d'autres déclarations de solidarité, ces faits ne sont pas des évènements isolés. Ils visent régulièrement des militant-e-s progressistes et révolutionnaires, notamment parce qu'ils remettent en cause le pouvoir corrompu et clientéliste des caciques locaux et nationaux de l'African National Congress, le parti au pouvoir. Ce sont ces autorités qui paient des hommes de main pour semer la terreur et interdire de facto les voix dissidentes dans leurs zones d'influence.

Tous les Etats ont recours à ce genre de pratiques à travers le monde. Se servant de la misère ou de la cupidité de certaines personnes, ils fabriquent des machines à tabasser et à tuer qui terrorisent les populations pour prévenir tout soulèvement populaire. Ainsi, au Mexique, l'Etat envoie régulièrement des paramilitaires tirer sur les foules contestataires et même kidnapper les militant-e-s, comme il y a un an les 43 d'Ayotzinapan. En France, les plus agé-e-s d'entre nous se souviennent encore des fourberies et des coups du Service d'Action Civique, qui se déguisait en ambulance pour mieux tabasser les blessé-e-s des manifestations des années 60 et 70.

Certains évènements similaires, en Afrique du Sud et ailleurs, ont engendré des conséquences très graves, des morts, des mutilations et des handicaps à vie, des hospitalisations en soins intensifs, etc. Ne laissons pas faire ! N'attendons pas la mort d'un camarade pour condamner la violence étatique et para-étatique !

Toutes nos pensées et notre solidarité vont à nos camarades persécuté-e-s en Afrique du Sud, dans le reste du continent africain et partout ailleurs dans le monde.

Vive Zabalaza, vive l'anarchisme révolutionnaire partout dans le monde !


Le 23/10/2015,
Relations Internationales de la Coordination des Groupes Anarchistes.





Solidarity with our comrades in South Africa !


On the 9th of October, at night, an activist of the South African organization Zabalaza Anarchist Communist Front was threatened by a group of eight thugs in relation with his politicalactivities in the black impoverished township of Khutsong.

The day after, while he and another comrade were preparing a political education session in the same area, an group of about 15 people came at them to throw stones and threaten them. The two comrades have had to escape and are currently hiding themselves in another township, since those thugs who threatened them are still looking around for them in places where they usually live.

From the information we got from our comrades of ZACF and other solidarity statements, these are not isolated facts in South Africa. They regularly target activists who fight for social justice and revolution, especially as they criticise the corrupted and cryonistic power of local andnational bigwigs of the ruling-party African National Congress. These authorities are the people who hire henchmen to spread terror and de facto prohibit dissent in their areas.
Every State use this kind of practice over the world. They use misery or cupidity of some people to make them become battle bots or even killers who terrorize populations so they don't rise up. In Mexico, for instance, the State regularly send paramilitaries to shoot on revolted crowds and even kidnap activists, as for the 43 of Ayotzinapan last year. In France, the eldest amongst us still remember the trickeries and blows from the Service d'Action Civique, who used to disguise in ambulances to better punch the wounded in demos of the 60's and 70's.
Similar events, in South Africa and elsewhere, have already caused severe damages, deaths,
dismemberments and disabilities, hospitalizations in intensive care and so on. We can't let it happen! We won't wait for the death of one of our comrade to stand up against the violence of the State and its henchmen !

All our warm thoughts and our solidarity go to our persecuted comrades in South Africa, in the rest of the African continent and everywhere else in the world.
Long live to Zabalaza ! Long live to revolutionary anarchism everywhere in the world !

On Friday 23 October 2015
International Relations of the Coordination des Groupes Anarchistes (france)
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 02 Nov 2015, 14:31

Bonjour.
Comme il n'y avait pas de sujet spécifique à cette marche et que je ne savais pas si ça collait avec le sujet "Kurdistan" de la page "International", ni avec la page "Lyon" qui a l'air d'être dédié aux annonces... Je le met ici.

La CGA Lyon c'est investie dans la marche aux flambeaux et est venue en bon nombre hier soir.
Quelques photos de notre cortège et une vidéo à venir, si tout ce passe bien.

Photo de notre banderole au complet. (Merci aux YDG-Lyon pour la photo)
Image

Photos du cortège :

Image

Image

A la fin de cette manifestation, nous avons fait une très courte déclaration qui annonçait à nos camarades du Kurdistan et de Turquie notre solidarité et notre soutien dans le combat d'aujourd'hui et dans les luttes à venir.


Puis tant qu'à faire un post

La CGA Région Parisienne à la marche antiraciste de Paris

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 15 Nov 2015, 21:30

ça bouge à Lyon !

Nos prochaines activités :

Vendredi 20 Novembre 20H à La Plume Noire (8,rue Diderot, 69001)
À l’occasion de la Journée du Souvenir Trans 2015 (The Transgender Day of Remembrance ou TDoR), Chrysalide et La Coordination des Groupes Anarchistes vous proposent une projection-débat-apéritif autour des transidentités et de la transphobie. Nous projetterons « Gare aux transsexuels » (« Transsexual Menace », EU, 1996), le documentaire culte de Rosa Von Praunheim à la librairie La Plume Noire (8 rue Diderot, 69001 Lyon – métro ligne C, arrêt Croix-Paquet). La projection débutera à 20h30.
Evènement Facebook : https://www.facebook.com/events/1516327985347296/

Samedi 21 Novembre 15H à Place des Terreaux
La CGA Lyon est signataire de l'appel unitaire à rassemblement en soutien aux luttes des migrant-es et réfugié-es. Rendez-vous à 15h Place des Terreaux (1er arrondissement).

Dimanche 22 Novembre 18H à La Plume Noire (8,rue Diderot, 69001)

Echange avec deux camarades de retour d'un voyage de deux mois passé au Kurdistan ce printemps. Témoignage et retour d’expérience autour des dynamiques du mouvement kurde actuel : Mouvement des femmes et assemblées de quartiers, autonomie du Rojava(Kurdistan syrien) et lutte antifasciste contre Daesh, refus de l'Etat et discours contre les hiérarchies...
Leur blog : http://nevarneyok.noblogs.org/
Co-organisé par des camarades kurdes et la CGA-Lyon
Evènement Facebook : https://www.facebook.com/events/1672828 ... 116268248/

Samedi 28 Novembre 18H30 à La Plume Noire (8,rue Diderot, 69001)
Projection-débat du film "On a grèvé" sur les luttes des personnels dans le secteur du nettoyage. En présence de syndicalistes du nettoyage de la CNT-SO et de syndicalistes libertaires de la CGA-Lyon.
Co-organisé par la CNT-SO et la CGA-Lyon.
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 06 Déc 2015, 12:28

Communiqués de la Coordination des Groupes Anarchistes.

mercredi 25 novembre 2015
Non à la répression des manifestant·e·s !
Dimanche 24 novembre, les militant-e-s de la Coordination des Groupes Anarchistes – Région parisienne étaient dans la rue pour affirmer leur solidarité aux migrant-e-s, avec pour revendications la régularisation des sans-papiers et plus largement la liberté de circulation et d’installation pour toutes et tous.

Malgré l’interdiction de la manifestation, des centaines de personnes se sont rassemblées à Bastille et large part d’entre elles ont décidé de manifester jusqu’à la place République, comme le prévoyait le parcours initial. C’est avec détermination que les manifestant-e-s ont repoussé les tentatives policières visant à stopper les cortèges, avec des slogans en soutien aux sans-papiers, mais aussi contre l’état d’urgence. Rappelons que la solution au problème terroriste ne réside pas dans la restriction importante de nos libertés, ni dans la guerre en Syrie. La solution est en premier lieu politique – et non pas sécuritaire –, en soutenant les forces progressistes et révolutionnaires kurdes qui se battent sur le terrain contre Daesh et en réaffirmant ici notre solidarité de classe, notamment avec les migrant-e-s.

Hier, lundi 23 novembre, la préfecture de police annonçait avoir transmis les noms 58 personnes accusées d’avoir « bravé l’interdiction de manifester à Paris, en défilant en soutien aux migrant-e-s et contre l’état d’urgence ». Aujourd’hui, plusieurs militant-e-s ont reçu des convocations au commissariat sous ce chef d’inculpation.

Ces menaces de poursuites confirment ainsi les craintes que nous avions déjà exprimées au sujet de l’état d’urgence : avant d’être un dispositif censé protéger la population d’une menace terroriste, l’état d’urgence est avant tout une aubaine pour le gouvernement pour renforcer sa politique anti-sociale, raciste et sécuritaire.

La CGA-RP exige qu’aucune poursuite ne soit engagée contre les personnes identifiées ainsi que la fin de l’interdiction de manifester en Île-de-France. Nous continuerons à exprimer notre solidarité de classe par tous les moyens que nous jugerons nécessaires, dont la manifestation.

L’État (d’urgence) souhaite faire taire le mouvement social : ne nous laissons pas faire !

Le 24 novembre 2015,
Coordination des Groupes Anarchistes – Région parisienne

http://www.c-g-a.org/content/non-la-rep ... ifestantes

Non à l'état d'urgence ! Non à la répression des manifestant-e-s !

Ce dimanche 29 novembre, 4000 à 5000 personnes se sont rassemblées place de la République à Paris contre la COP21, grande mascarade écologiste à laquelle participent les dirigeant-e-s des États et des entreprises responsables de la destruction capitaliste de la planète (voir notre communiqué :1). Elles ont bravé l’interdiction de manifester due à l'instauration de l'état d'urgence, et c'est pour cela, contrairement aux discours des mass-média qui les caricaturent honteusement en « casseurs », qu'elles ont été réprimées.

Pour les empêcher de manifester, une répression des plus brutales s'est abattue sur elles et eux : déchaînement de violences policières (lacrymo, grenades, flashball, etc.), encerclement, contrôles d'identité, et, aux dernières nouvelles, 341 arrestations et 317 gardes-à-vue !

Le but est clairement de museler toute contestation sociale et écologiste, comme l'attestent les perquisitions et assignations à résidence de ces dernières semaines dans le mouvement militant.




La semaine dernière, le dimanche 22 novembre, des militant-e-s de diverses organisations dont la CGA étaient dans la rue pour affirmer leur solidarité aux migrant-e-s, avec pour revendications la régularisation des sans-papiers et plus largement la liberté de circulation et d'installation pour toutes et tous.

Malgré l'interdiction de la manifestation, des centaines de personnes se sont rassemblées à Bastille et une large part d'entre elles ont décidé de manifester jusqu'à la place République, comme le prévoyait le parcours initial. C'est avec détermination que les manifestant-e-s ont repoussé les tentatives policières visant à stopper les cortèges, avec des slogans en soutien aux sans-papiers, mais aussi contre l'état d'urgence.

Lundi 23 novembre, la préfecture de police annonçait avoir transmis les noms 58 personnes accusées d'avoir « bravé l'interdiction de manifester à Paris, en défilant en soutien aux migrant-e-s et contre l'état d'urgence ». Plusieurs militant-e-s ont reçu des convocations au commissariat sous ce chef d'inculpation, et au moins une personne est poursuivie.




Les interdictions de manifestations, intimidations, violences, arrestations, poursuites, confirment ce que nous avions déjà exprimé au sujet de l'état d'urgence : avant d'être un dispositif censé protéger la population d'une menace terroriste, l'état d'urgence est avant tout une aubaine pour le gouvernement pour renforcer sa politique anti-sociale et sécuritaire.

La CGA exige la levée de l'état d’urgence, la fin immédiate de l'interdiction de manifester, l'abandon de toutes les poursuites à l'encontre des militant-e-s arrêté-e-s, et la levée des assignations à résidence. Nous continuerons à exprimer notre solidarité de classe par tous les moyens que nous jugerons nécessaires, dont la manifestation.

L’État (d'urgence) souhaite faire taire le mouvement social : ne nous laissons pas faire !




Le 30 novembre 2015,
les Relations Extérieures de la Coordination des Groupes Anarchistes

http://www.c-g-a.org/content/non-letat- ... estant-e-s

Changeons le système, pas le climat !
Ne laissons pas les États et le capitalisme décider à notre place !




La conférence COP21 réunira au Bourget du 30 novembre au 11 décembre de nombreux experts et chefs d’États autour de la question du réchauffement climatique lié aux activités humaines. Cette conférence est organisée, financée et animée par les entrepreneurs et politiciens responsables de ce dont ils prétendent nous sauver.

Aujourd'hui, même eux ne peuvent plus nier le réchauffement climatique et ses conséquences, parmi lesquelles : la multiplication des événements météorologiques extrêmes, une diminution de l'eau potable disponible, un déclin accentué de la biodiversité et la submersion et la disparition de nombreuses côtes et zones d'habitations.

La COP21 n'est qu'une conférence de plus, comme les 20 précédentes, malgré une communication beaucoup plus importante en France afin, entre autres, de tenter de faire oublier le bilan social catastrophique du gouvernement. Parmi les sponsors, on trouve bien évidement des entreprises faisant partie du problème : Total, Carrefour, Ikea, Renault, BNP Paribas, EDF, Suez, JC Decaux, L'Oréal etc...

L'exemple du marché carbone permettant aux entreprises de racheter leurs mauvais comportements et censé réduire la production de gaz carbonique a montré l'aberration de confier au capitalisme le soin de gérer les problèmes qu'il engendre. Les conséquences ne seront pas les mêmes pour les populations qui verront les diverses "éco-taxes" augmenter et leurs comportements individuels montrés du doigt.

Le PS axe sa communication sur la "croissance verte", il ne s'agit donc pas de remettre en cause ce qui a créé le problème, mais bien de continuer à en tirer profit. La construction de l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes et la reprise des discussions sur la prospection du gaz schiste nous rappellent le peu d'intérêt qu'ont nos dirigeants pour la réduction des gaz à effets de serre. Il s'agit bien pour eux de se donner une image écologiste, tout en continuant à faire du profit comme avant.

La situation d’État d'urgence actuelle apparaît comme bien pratique pour interdire les manifestations gênantes. Une manifestation de soutien aux migrants à Paris ayant bravé l'interdiction a déjà donné lieu à des convocations et possiblement à des poursuites judiciaires. Certaines manifestations, dans le cadre de la COP21, sont elles aussi interdites.

Il faut nous mobiliser contre cette logique capitaliste qui nous concerne tous, mais impacte plus les pauvres à ses conséquences désastreuses.

Il faut rappeler les contradictions du gouvernement qui fait l'inverse de ce qu'il dit sur la question écologique.


Il faut remettre la question du système de production capitaliste et des États qui en assurent la pérennité au centre des débats écologiques : c'est un système mortifère qui détruit les populations et la planète.

Le groupe Un Autre Futur de la Coordination des Groupes Anarchistes

http://www.c-g-a.org/montpellier-un-aut ... ons-pas-le

Quelques photos d'action sur Lyon :

A la manif de soutien aux migrant-e-s et aux réfugié-e-s :

Image

Trophée de guerre :

Image

Rassemblement de soutien aux salarié-e-s d'Air France :

Image

Et pour le fun :

Image

Camarades de Paris toujours présent in da street :

Cop 21 :

Image

Manif contre le chômage et la précarité :

Image

Image

Voila voila.
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede fabou » 12 Déc 2015, 14:16

Je savais pas trop ou le mettre, donc je pose ça ici.

La scission qui a eu lieu à la CGA l'an dernier à donné naissance à une nouvelle organisation 'Organisation Anarchiste (O.A.), qui reprend le journal "Infos et Analyses Libertaires. Leur site web : http://infosetanalyseslibertaires.org/.
Cette nouvelles organisation est composée des groupes suivants : Perpignan, Toulouse, Comminges, Carcassonne, Grenoble, Seine-Saint-Denis et Auch.

Communiqué – Les dé-fédérés de la CGA

Réunion du 28 novembre 2015 à Toulouse

Après s’être réunis une première fois à Toulouse, le 6 juin, les groupes de Carcassonne, du Comminges (Nosotros), de Perpignan (G.A.P.A.) et de Toulouse (G.A.A.C.), auxquels s’est adjointe la liaison de Grenoble, se sont retrouvés le 29 novembre dans la ville rose.
Les discussions ont porté sur la suite à donner à notre dé-fédération de la CGA, dé-fédération survenue au cours du premier trimestre de l’année 2015.

* Nous avions décidé, en juin, de faire paraître un journal numérique : Infos & Analyses Libertaires. C’est aujourd’hui chose faite. La première livraison d’IAL est visible ici

* Les débats que nous avons eus, riches et approfondis, nous ont permis d’aboutir, de manière unanime, à la création d’Organisation Anarchiste (O.A.) en définissant un calendrier de réunions qui nous conduira, à la rentrée de septembre 2016, à un congrès constitutif de ce nouveau regroupement.
Autogestionnaire dans son principe, O.A., regroupement de militant-e-s anarchistes, s’emploiera à développer, le plus largement possible, les grandes lignes de l’anarchisme militant.
Nos efforts de divulgation de ces idées généreuses, trop souvent méconnues et très souvent caricaturées, porteront entre autres choses sur l’anti-électoralisme, l’antiétatisme, l’athéisme militant, l’antifascisme, l’anticapitalisme et l’anti-patriarcat.
Le recours à la notion de « lutte des classes » et notre souci d’être présent-e-s au sein des luttes sociales et sociétales se feront non sans prendre soin de lutter dans le même temps contre les thèses postmodernes et contre les effets néfastes qu’elles produisent au sein des courants et organisations de contestation de l’ordre sociétal actuel.
O.A. sera à coup sûr le support des idées, informations et propositions qui s’opposent à toutes les formes de domination, d’exploitation et de pouvoir et à tout ce qui engendre l’exploitation et la misère, tout en défendant l’idée d’autogestion généralisée.
Dès à présent, celles et ceux qui seraient intéressé-e-s par notre démarche et qui voudraient participer, à nos côtés, à sa concrétisation, peuvent entrer en contact avec nous.

Organisation Anarchiste
oa@infosetanalyseslibertaires.org

Groupe Anarchiste Albert Camus
Mel : groupe.albert.camus@gmail.com
36, rue de Cugnaux 31300 Toulouse
Permanences les Mardi de 18H30 à 19H30

Groupe Nosotros
Mel : nosotros1936@yahoo.fr

Groupe Anarchiste de Carcassonne
Mel : groupecarcassonne@gmail.com

Groupe Anarchiste Puig Antich
Mel : contact@groupe-puig-antich.info
Librairie Infos : 2, rue Théodore Guiter à Perpignan (près de la place des Poilus)
Permanences : Samedi de 15H à 19H

Initiative Anarchiste et Libertaire
Mel : grenoble.ial@gmail.com

Liaisons Région parisienne et Gers : écrire à O.A.

Les groupes signataires
(G.A.C.) Carcassonne
(Nosotros) Comminges
(G.A.P. A.) Perpignan
(G.A.A.C.) Toulouse
(I.A.L.) Grenoble


Lire ici : http://infosetanalyseslibertaires.org/index.php/2015/12/10/communique-les-de-federes-de-la-cga/
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 18:12
Localisation: Millau

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pïérô » 12 Déc 2015, 16:31

Admin : ça avait déjà été mis viewtopic.php?f=94&t=13248, donc à partir de là il faut dissocier.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 10 Jan 2016, 13:37

Un peu d'actualité d'orga :

Image

VENDREDI 29 JANVIER 2016 à 18h30 à La Plume Noire (8 Rue Diderot, 69001, Lyon)

Rencontres militantes avec Sayat Tekir, porte-parole du mouvement arménien NOR ZARTONK à Istanbul, le comité de soutien à NOR ZARTONK en France et la CGA-Lyon.

-Luttes Arméniennes
-Luttes des minorités en Turquie
-Point sur la situation actuelle

Nor Zartonk est également très impliqué dans les luttes pro-kurdes, féministes, LGBTI, antiracistes, antimilitaristes, écologistes... Sayat Tekir est en tournée en France et est à Lyon le 28 et 29 janvier 2016. C'est l'occasion de se rencontrer pour s'informer et lier les luttes ici et là-bas.

La présentation politique de Nor Zartonk :

Nor Zartonk (le nouveau réveil)
Basé en Turquie, nous luttons pour les droits du peuple arménien et ceux de tous les peuples du monde pour la liberté, l'égalité, la fraternité
Nor Zartonk lutte pour la justice
Nor Zartonk pour la démocratie, la paix
Nor Zartonk lutte pour le droit des peuples à l'autodétermination
Nor Zartonk défend la liberté d'expression et d'opinion
Nor Zartonk défend le principe fondamental de la liberté d'association
Nor Zartonk lutte contre le nationalisme, le militarisme, le racisme et contre toute les formes de discriminations
Nor Zartonk lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre
Nor Zartonk rejette la gérontocratie de décision des adultes sur la jeunesse
Nor Zartonk refuse d'être une organisation basée sur une structure ou une gestion hiérarchique
Nor Zartonk la jeunesse libre


La CGA - Région Parisienne était mobilisée ce WE au coté des camarades du Kurdistan et de Turquie venu rendre hommages aux trois camarades assassinée par les services secrets Turcs en 2013.

Image

Le tract distribué ce jour la :

Image

Au Mans, ça bouge contre l'état d'urgence :

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Denis » 24 Juil 2016, 21:55

Refusons la spirale de la guerre !

Face à l'horreur d'un nouveau massacre à Nice le 14 juillet dernier, la Coordination des Groupes Anarchistes exprime sa solidarité envers les victimes et leurs proches. Embourbés dans leurs postures électoralistes, réactionnaires voire racistes, le gouvernement et la classe politicienne choisissent eux de verser toujours plus dans la surenchère sécuritaire et guerrière.

Main dans la main, droite et PS au parlement ont décidé une fois de plus de prolonger l'état d'urgence, pour 6 mois cette fois, soit jusqu'en janvier 2017, en renforçant encore les mesures liberticides qu'il permet (retour des assignations à résidence, saisie des données informatiques, autorisation des fouilles de véhicules). Entré en vigueur dès le 14 novembre 2015, l'état d'exception, couplé à une militarisation de nos rues, est donc en passe de devenir permanent. D'autant que la loi Urvoas adoptée en mai a intégré une partie de ses dispositions dans la loi ordinaire, et qu'avec les élections présidentielles à venir, il paraît plus que probable que l'état d'urgence sera à nouveau prolongé. Et ce malgré la destruction des libertés publiques qu'il permet, avec de nombreux exemples au cours de ces derniers mois d'utilisation de son arsenal au-delà de la « lutte anti‑terroriste », que ce soit envers des militant-e-s ou contre les populations racisées des quartiers populaires. Malgré, aussi, son caractère inopérant pour empêcher des attaques. La multiplication de perquisitions et d'assignations à résidence n'a abouti à quasi aucune mise en cause pour terrorisme (près de 3 500 perquisitions pour seulement 5 procédures ouvertes), et l'état d'urgence était en vigueur le 14 juillet... Quant à la surenchère anti immigré-e-s, anti musulman-e-s, vomie par ceux qui s'auto proclament « responsables politiques », elle ne peut conduire qu'à un renforcement des discours et des actes les plus violents de l'extrême droite.

En parallèle, le gouvernement annonce vouloir intensifier encore sa guerre au Moyen-Orient dans une spirale impérialiste sans issue, alors que la multiplication des interventions occidentales depuis plus d'un siècle dans la région est la première cause du chaos actuel. L’État français tue des civils là-bas. En retour, d'autres sont tués ici. En revanche, alors que seules les forces des YPG/YPJ kurdes ouvrent une alternative progressiste au chaos régional, l’État et l'Union européenne choisissent de s'allier à un régime turc en pleine dérive autoritaire, dérive encore accentuée par les purges qui suivent la tentative de coup d’État du 15 juillet. Et ce alors que le régime turc fait preuve, a minima, de complaisance avec Daesh, et mène une guerre totale aux populations kurdes de son territoire.

C'est donc toujours la même logique mortifère qui est poussée jusqu'à l'absurde, celle de la double guerre, à l'intérieur et à l'extérieur.

S'il n'y a pas de réponse évidente face à la multiplication des tueries de masse en France, il est au contraire certain que militarisation de la société, restriction des libertés publiques et guerres impérialistes font partie du problème.

Ici comme là-bas, seule la reprise par les populations, à la base, de leurs choix d'organisation, peut nous offrir la perspective de sortir par le haut d'un chaos meurtrier dont les États sont comptables.

Le 23 juillet 2016,
les Relations Extérieures de la CGA


http://www.c-g-a.org/content/refusons-l ... -la-guerre
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1066
Enregistré le: 16 Sep 2011, 22:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pïérô » 13 Sep 2016, 01:15

Le 15 septembre et après : on n'a pas d'autres choix que de lutter !

Sans surprise, le gouvernement a fait adopter, via un troisième 49.3, la « loi travail » au cœur de l'été.

Quelques initiatives pour lutter contre cette loi ont perduré durant l'été à travers l'hexagone. Mais le 15 septembre est la première date nationale de mobilisation appelée par l'intersyndicale. Chant du cygne de la lutte ou reprise d'une mobilisation inédite de plusieurs mois, l'enjeu est de taille.

Aussi nous devons nous emparer de cette date pour en faire une réussite, en étant dans la grève et en manifestant.

Car au-delà de la loi travail, la période électorale qui s'ouvre s'annonce nauséabonde et nécessite plus que jamais de déserter les urnes et d'investir le terrain social : les horribles attentats de l'été ont libéré toujours plus les discours racistes et en particulier islamophobes. Ils ont permis à l’État de justifier la prolongation d'un état d'urgence qui devient permanent.

Nul doute que les primaires de droite et de gauche puis la campagne présidentielle en elle-même vont aggraver cette tendance lourde.

D'autre part, les candidats à une énième alternative à gauche ne vont pas manquer de tenter de semer trouble et division parmi les actrices et acteurs du mouvement social que nous connaissons. Et ce, malgré les échecs patents de Syriza en Grèce et de Podemos en Espagne, qui ont montré l'impossibilité de s'attaquer aux ravages du capitalisme par la prise de pouvoir, tout en asséchant les mouvements sociaux sur lesquels ils ont surfé.

Ainsi, nous affirmons qu'il est indispensable de rester sur le terrain de la contestation sociale, ce 15 septembre et ensuite.

Parce que la « loi travail » organise une régression sociale d'ampleur, en s'attaquant au code du travail et à de nombreux acquis sociaux, et en précarisant toujours davantage les travailleurs-euses. Elle remet notamment en cause le principe de hiérarchie des normes et le principe de faveur1, soumettant les salarié-e-s à tous les chantages patronaux.

Parce que la lutte des classes et la solidarité de classe sont les meilleurs antidotes aux discours réactionnaires, liberticides et racistes qui divisent les exploité-e-s.

Parce que nous ne devons pas légitimer à travers les élections, un système représentatif que nous subissons et qui ne nous offre que l'austérité comme perspective.

Nous affirmons au contraire la nécessité de rompre avec l’État, le capitalisme, le patriarcat et les systèmes d'oppressions racistes, à travers un processus révolutionnaire.

Diffusons aujourd’hui au sein des luttes les pratiques autogestionnaires, de démocratie directe et de fédéralisme, pour demain faire fonctionner la société sur une base égalitaire et libertaire.


Le 8 septembre 2016,

les Relations Extérieures de la CGA

1Un accord trouvé au sein d'une entreprise pourra être moins favorable aux salarié-e-s et l'emporter sur une disposition du code du travail, par exemple.

http://www.c-g-a.org/content/le-15-sept ... -de-lutter
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Organisations, partis, mouvements politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités